Principal / Des tests

Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine: Les 10 meilleurs et la liste complète

Il existe de nombreux groupes de médicaments destinés à la correction psychotrope dans le traitement de l'anxiété et de la dépression.

Tous ont un mécanisme d’action commun, dont l’essentiel est de contrôler l’influence sur l’état du SNC de certains neurotransmetteurs en fonction de la genèse de la maladie. Selon des études, un déficit central en sérotonine dans la transmission synoptique a un effet spécial sur la pathogenèse de la dépression en contrôlant quelle activité mentale peut être régulée.

Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) sont des antidépresseurs modernes de troisième génération qui sont relativement facilement tolérés par les patients. Utilisé pour le traitement des troubles dépressifs et anxieux en monothérapie et poly-thérapie.

Ce groupe de médicaments agit en maintenant l'activité à long terme des processus sérotoninergiques centraux en empêchant le cerveau de saisir la sérotonine par les tissus cérébraux, ce qui permet au médiateur de s'accumuler dans la région du récepteur et d'exercer plus longtemps son influence sur eux.

Le principal avantage des ISRS par rapport à d'autres groupes d'antidépresseurs est l'inhibition sélective d'un seul type d'amines biogènes, qui aide à prévenir l'influence d'effets secondaires indésirables sur le corps. Ceci a un effet positif sur la tolérabilité de ce groupe de médicaments par le corps, grâce à quoi leur popularité auprès des patients et des spécialistes augmente chaque année.

Mécanisme d'action et propriétés pharmacologiques

Lorsque la sérotonine est libérée des fibres des terminaisons nerveuses dans la région de la formation réticulaire responsable de la veille, ainsi que du système limbique responsable du contrôle de l'état émotionnel, elle pénètre dans un espace appelé fente synoptique, où elle rejoint des récepteurs spéciaux de la sérotonine.

Au cours de cette interaction, le neurotransmetteur stimule les membranes cellulaires de ces structures, augmentant ainsi leur activité. En conséquence, cette substance se décompose sous l'action d'enzymes spéciales, après quoi ses éléments sont repris par les structures grâce auxquelles sa libération initiale a été effectuée.

Les inhibiteurs de la recapture exercent leur influence sur l’étape de la dégradation enzymatique de la sérotonine, empêchant ainsi sa destruction, contribuant à l’accumulation et à la prolongation ultérieures de ses effets stimulants.

En raison de l'activité accrue du neurotransmetteur, les processus pathologiques des troubles dépressifs, anxieux, anxieux-dépressifs et phobiques sont compensés, le manque de comportement émotionnel et la régulation des états mentaux sont compensés.

Champ d'application

L'objectif principal de ce groupe d'antidépresseurs est de supprimer divers types de dépression en stimulant les structures cérébrales.

Les ISRS sont également appliqués dans les cas suivants:

  • les états psychologiques, qui sont des troubles de la personnalité anxieux;
  • la psychopathie et la névrose, se manifestant par un comportement hystérique et une réduction des performances mentales et physiques;
  • syndromes douloureux chroniques associés à des aspects psychosomatiques;
  • trouble panique;
  • troubles obsessionnels compulsifs associés à des pensées, idées, actions, mouvements obsessionnels épisodiques;
  • troubles de l'alimentation - anorexie mentale, boulimie et suralimentation psychogène;
  • expériences phobiques sociales associées à la perception comportementale d'eux-mêmes dans la société;
  • trouble de stress post-traumatique;
  • des troubles de dépersonnalisation et de déréalisation, associés à la violation de la perception de soi et à l'incapacité de contrôler leur comportement et à l'acceptation de la réalité environnante;
  • syndrome des expériences prémenstruelles, en raison de l'instabilité psycho-émotionnelle.

En outre, ce groupe de médicaments est efficace dans le traitement de l’alcoolisme et du syndrome d’abstinence.

Limitations et contre-indications

Il est interdit de prendre des antidépresseurs pour les ISRS en présence de psychostimulants dans le sang, dans un état d'intoxication alcoolique ou narcotique.

La combinaison de plusieurs médicaments à action sérotoninergique est contre-indiquée. L'utilisation d'inhibiteurs de la recapture de la sérotonine est également incompatible avec des antécédents d'épilepsie.

L'insuffisance hépatique et rénale, ainsi que les maladies cardiovasculaires au stade de décompensation, constituent une contre-indication à l'utilisation d'inhibiteurs sélectifs.

La présence de foyers de lésion ischémique ou de formation de tumeurs malignes dans la région du cerveau moyen.

L'utilisation des ISRS n'est pas pratiquée moins de deux semaines après la fin du traitement par des inhibiteurs non sélectifs de la monoamine oxydase.

Interdiction de prendre des drogues en présence de glaucome en phase active. Le diabète sucré est également une contre-indication à l'utilisation des ISRS.

Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine sont incompatibles avec les anticholinestérases, les sympatholytiques, l’héparine, les anticoagulants indirects, les analgésiques narcotiques, les salicylates, le cholinomimétique et la phénylbutazone.

Effets secondaires

Les réactions indésirables suivantes peuvent survenir lors de la prise d'inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (bien que beaucoup moins fréquemment que, par exemple, lors de l'utilisation d'antidépresseurs tricycliques):

  1. Nausées, vomissements, congestion intestinale et constipation.
  2. Une anxiété peut survenir, une manie, une anxiété, des troubles du sommeil ou une insomnie ou le retour à une somnolence accrue peut se développer.
  3. Augmentation possible de l'excitation nerveuse, apparition de maux de tête de type migraine, perte de l'acuité visuelle, apparition d'éruptions cutanées, il est possible de changer la phase de la maladie dans le trouble de la personnalité bipolaire avec le passage de dépressif à maniaque.
  4. L’apparition de tremblements, une diminution de la libido, le développement de troubles extrapyramidaux sous forme d’akathisie, de parkinsonisme ou de dystonie aiguë peuvent être observés. Il y a une augmentation de la production de prolactine.
  5. En cas d'utilisation prolongée, le phénomène de perte de motivation associé à la matité émotionnelle, également appelé syndrome apathique induit par un ISRS, est possible.
  6. La bradycardie peut se développer, il y a une diminution du sodium dans le sang, conduisant à un œdème.
  7. Lors de la prise de drogues pendant la grossesse, des avortements spontanés sont possibles en raison d'effets tératogènes sur le fœtus et d'anomalies du développement en fin de grossesse.
  8. Dans de rares cas, le syndrome de la sérotonine est possible avec des troubles mentaux, autonomes et neuromusculaires appropriés.

Informations à prendre en compte

Selon des études récentes, le traitement des dépressions endogènes à l’adolescence est efficace et sans danger lors de l’utilisation des antidépresseurs du groupe ISRS en tant que traitement, en raison de l’absence d’effets secondaires similaires aux médicaments tricycliques.

L'effet thérapeutique prévisible nous permet de fournir le traitement approprié à ce groupe de patients, malgré la symptomatologie atypique des dépressions de cet âge associée aux changements neurobiologiques de l'adolescence.

Les ISRS permettent déjà, dès le début du traitement, d’empêcher l’exacerbation de la maladie et réduisent la pertinence du comportement suicidaire inhérent aux personnes souffrant de dépression juvénile.

En outre, les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine se sont révélés efficaces dans le traitement de la dépression postpartum et ont un effet positif sur le syndrome ménopausique sous forme d'anxiété et de dépression, ce qui permet d'utiliser des antidépresseurs en remplacement d'un traitement hormonal.

TOP 10 des médicaments les plus populaires du groupe ISRS

Dix inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, qui sont légitimement populaires chez les patients et les médecins:

  1. La fluoxétine. Outre l’augmentation de l’influence sérotoninergique sur le principe de rétroaction négative, il n’ya pratiquement aucun effet sur l’accumulation de noradrénaline et de dopamine. A légèrement un effet sur les récepteurs cholinergiques et histomine H1. Lorsqu'il est appliqué, il est bien absorbé, la dose maximale dans le sang à partir du moment de l'administration est notée après 6-8 heures. Peut provoquer somnolence, perte d'appétit, diminution de la libido, nausée et vomissements.
  2. Fluvoxamine. C'est un antidépresseur à effet anxiolytique. Il se caractérise également par un faible effet anticholinergique. La biodisponibilité du médicament est de 50%. Déjà quatre heures après la prise du médicament, la dose thérapeutique maximale dans le sang peut être notée. Dans le foie est métabolisé, suivie par la formation de la substance active, la norfluoxétine. Les états maniaques, la xérostomie, la tachycardie, les arthralgies sont possibles.
  3. Sertraline. Il est utilisé dans les états dépressifs sévères et est considéré comme le médicament le plus équilibré du groupe. Le début de l'action est noté 2 à 4 semaines après le début du traitement. Lorsque vous recevez peut être observé une hyperkinésie, un œdème, ainsi que le phénomène de bronchospasme.
  4. Paroxetine. Les effets anxiolytiques et sédatifs prédominent. Complètement absorbée par le tube digestif, la dose maximale de la substance active est déterminée après 5 heures. Trouvé l'utilisation principale dans les états de panique et obsessionnel-compulsif. Incompatible avec les inhibiteurs de MAO. Lorsqu'il est pris avec des coagulants indirects augmente le saignement.
  5. Citalopram. Ensemble avec la sérotonine bloque les récepteurs adrénergiques, les récepteurs histominous et m-cholinergiques. Dans les 2 heures suivant l'administration, la concentration maximale peut être notée. Tremblement possible, migraine, troubles urinaires et hypotension orthostatique.
  6. Trazodone Combine les effets anxiolytiques, sédatifs et timoneleptichesky. Une heure après l'administration, le contenu sanguin maximal est noté. Utilisé pour supprimer l'anxiété et les dépressions endogènes névrotiques.
  7. Escitalopram. Il est utilisé dans la pathologie du comportement de sévérité légère et modérée. Une des caractéristiques du médicament est l’absence d’effet sur les cellules du foie, ce qui permet de combiner l’escitalopram avec d’autres médicaments. Thrombocytopénie possible, choc anaphylactique, altération de la production de vasopressine.
  8. Néfazodone. Utilisé pour les troubles du sommeil, l'anxiété et la dépression de gravité variable. Il n'a pas d'effet inhibiteur sur la fonction sexuelle. Peut provoquer transpiration excessive, sécheresse de la bouche et somnolence.
  9. Paxil. N'a pas d'effet sédatif. Utilisé pour la dépression modérément sévère. Avec l'utilisation de la sinusite possible, gonflement du visage, aggravation des états dépressifs, changements dans la qualité du liquide séminal, agression.
  10. Serenata. Fournir des effets antidépresseurs, ne viole pas la fonction psychomotrice. Il est utilisé pour prévenir les épisodes dépressifs. Peut causer des douleurs au sternum, des acouphènes, des maux de tête, une dyspepsie et un essoufflement.

Une liste complète des médicaments disponibles en 2017

Une liste exhaustive des ISRS, qui comprend toutes les substances actives du groupe, ainsi que les préparations à base de celles-ci (noms commerciaux).

Formules structurelles des ISRS populaires (cliquables)

Médicaments à base de fluoxétine;

Ce groupe de médicaments a un effet stimulant et timoanaleptique. Utilisé des médicaments pour différents types de dépression.

Préparations à base de fluvoxamine:

Les médicaments inhibent spécifiquement la recapture de la sérotonine et ont un effet anxiolytique. Utilisé pour la prévention et le traitement des troubles obsessionnels compulsifs. Ils ont également un effet sur les récepteurs adrénergiques, histomine et dopamine.

Médicaments à base de paroxétine:

Le groupe possède des propriétés anxiolytiques et sédatives. La substance active a une structure bicyclique, ce qui la distingue des autres médicaments.

Avec un long cours de propriétés pharmacocinétiques ne changent pas. Les indications principales s'étendent aux dépressions endogènes, névrotiques et réactives.

Produits à base de sertraline:

  • Aleval;
  • Centre;
  • Zoloft;
  • Serlift;
  • Séréner;
  • Stimuloton;
  • Thorin.

Ce sous-groupe de médicaments est utilisé pour les troubles obsessionnels compulsifs. N'a pas d'effet sédatif et n'a pas d'effet sur les récepteurs autres que sérotoninergiques. Utilisé pour prévenir les rechutes d'états dépressifs.

Produits à base de tsitalopram:

Le groupe a un effet minimal sur les effets de tiers sur les récepteurs dopaminergiques et adrénergiques. Le principal effet thérapeutique vise à corriger le comportement émotionnel, en nivelant les sentiments de peur et de dysphorie. L'effet thérapeutique d'autres groupes antidépresseurs peut être amélioré lors de l'interaction avec les dérivés du citalopram.

Les médicaments à base d'estsitalopram:

Les médicaments sont utilisés en cas de panique. L'effet thérapeutique maximum se développe 3 mois après le début de la prise de ce groupe de médicaments ISRS. Les médicaments n'interagissent pratiquement pas avec d'autres types de récepteurs. La plupart des métabolites sont excrétés par les reins, ce qui est la marque de ces dérivés.

Traitement général

Les préparations du groupe des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine sont utilisées 1 fois par jour. Cela peut être une période différente, mais le plus souvent, la réception a lieu le matin avant un repas.

L'effet de la drogue se produit après 3-6 semaines de traitement continu. Le résultat de la réponse du corps au traitement est une régression des symptômes des états dépressifs, après la suppression complète de laquelle le traitement est poursuivi pendant 4 à 5 mois.

Il convient également de noter qu'en cas d'intolérance ou de résistance individuelle de l'organisme, se manifestant par l'absence de résultat positif au bout de 6 à 8 mois, le groupe d'antidépresseurs est remplacé par un autre. La posologie du médicament à un moment donné dépend du dérivé de la substance. En règle générale, elle varie de 20 à 100 mg par jour.

Encore une fois à propos des avertissements!

Les antidépresseurs sont contre-indiqués en cas d'insuffisance rénale et hépatique, en raison d'une violation de l'élimination des métabolites du corps du médicament, ce qui entraîne un empoisonnement toxique.

Il est nécessaire d'appliquer soigneusement les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine chez les personnes dont le travail nécessite une concentration et une attention élevées.

Dans les maladies provoquant des tremblements tels que la maladie de Parkinson, les antidépresseurs peuvent renforcer une clinique négative, ce qui peut réagir négativement à l'état du patient.

Étant donné que les inhibiteurs ont un effet tératogène, il n’est pas recommandé de les utiliser pendant la grossesse et pendant l’allaitement.

En outre, vous devez toujours vous rappeler le syndrome de sevrage, qui est un complexe de symptômes négatifs qui se développent avec un arrêt brutal du traitement:

Ces phénomènes peuvent survenir en cas d'arrêt brutal du médicament. Pour prévenir de telles situations, la posologie des médicaments doit être progressivement réduite sur un mois.

Les inhibiteurs sélectifs de la sérotonine ont été largement utilisés en raison de l'absence de nombreuses réactions indésirables associées à l'utilisation d'autres groupes antidépresseurs.

Les médicaments ISRS sont prescrits pour des troubles dépressifs de gravité variable, pratiquement sans restriction dans le domaine de la pratique psychiatrique.

Cependant, ces médicaments ont leurs propres inconvénients, qui se manifestent par une connaissance incomplète de toutes leurs propriétés et par la présence de certains effets indésirables caractéristiques des SSRI.

Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine

Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline - de par leurs propriétés pharmacocinétiques, appartiennent à la troisième génération d'antidépresseurs. Utilisé pour traiter les troubles anxieux et les états dépressifs. Le corps est relativement facile à tolérer l’utilisation de tels médicaments, de sorte que certains d’entre eux sont vendus sans ordonnance.

A la différence du groupe des TCA (antidépresseurs tricycliques), le bloqueur sélectif ne provoque pratiquement pas d'effets secondaires anticholinergiques / cholinergiques, ne provoquant qu'occasionnellement une sédation et une hypotension orthostatique. En cas de surdosage des médicaments décrits, le risque d'effets cardiotoxiques est moindre et de tels antidépresseurs sont utilisés dans de nombreux pays.

L’approche sélective du traitement est justifiée par l’utilisation des ISRS en médecine générale, qui sont souvent prescrits pour un traitement ambulatoire. Un antidépresseur non sélectif (agent tricyclique) peut provoquer des arythmies, tandis que des inhibiteurs sélectifs sont indiqués dans les troubles chroniques du rythme cardiaque, le glaucome à angle fermé, etc.

Inhibiteurs sélectifs de l'absorption neuronale inverse

Dans la dépression, les médicaments de ce groupe sont capables d'élever l'humeur grâce à une utilisation intensive par le cerveau des composants chimiques qui composent la sérotonine. Ils régulent la transmission des impulsions entre neurotransmetteurs. Un résultat stable est atteint à la fin de la troisième semaine d'admission, le patient constate des améliorations émotionnelles. Pour consolider l'effet de l'inhibiteur de l'absorption de la sérotonine sélectionné, il est recommandé de prendre 6-8 semaines. Si les changements ne se produisent pas, le médicament doit être remplacé.

Les antidépresseurs ne sont pas en vente libre, mais certains groupes de patients ont des rendez-vous «par défaut», par exemple les femmes qui se plaignent de dépression postpartum. Les mères qui allaitent utilisent Paroxetine ou Sertalin. Ils sont également prescrits pour le traitement des formes graves du syndrome d'anxiété, de la dépression de la femme enceinte et pour la prévention de la dépression chez les personnes à risque.

Les ISRS sont les antidépresseurs les plus populaires en raison de leur efficacité prouvée et de leurs peu d’effets secondaires. Cependant, les effets négatifs de la réception sont toujours observés, mais passent rapidement:

  • nausée à court terme, perte d'appétit, perte de poids corporel;
  • augmentation de l'agressivité, de la nervosité;
  • migraines, insomnie, fatigue excessive;
  • diminution de la libido, dysfonction érectile;
  • tremblements, vertiges;
  • réactions allergiques (rares);
  • une forte augmentation du poids corporel (rarement).

Il est interdit de prendre des antidépresseurs chez les patients atteints d'épilepsie ou de troubles bipolaires, car ils aggravent l'évolution de ces maladies.

Les effets indésirables chez les nourrissons dont la mère prend des antidépresseurs sont extrêmement rares. Mais un tel résultat de traitement est tout à fait possible. Les femmes qui suivent un traitement spécifique doivent discuter de tous les risques avec le médecin superviseur afin d'éviter l'apparition de conditions négatives chez l'enfant.

Caractéristique clinique

La médecine moderne ne sait pas que les antidépresseurs sont absolument sans danger. Cependant, il existe une liste de médicaments qui causent le moins et le plus grand préjudice:

  • «Zoloft» est l'outil de choix des mères allaitantes.
  • La prise de Fluoxetine, Citalopram et Paroxetine devrait être limitée. Ils provoquent chez les enfants une irritabilité nerveuse excessive, une irritabilité, des pleurs, un refus de manger. “Citalopram” et “Fluoxetine” - entrez dans le lait maternel, mais cela dépend de l'heure à laquelle la femme a bu le médicament.

Plusieurs études approfondies ont été menées au cours desquelles l’état et le comportement des personnes ayant fait une saisie de sérotonine ont été étudiés. Les antidépresseurs ne provoquent aucune déviation intellectuelle ni émotionnelle et ne conduisent pas à des problèmes de santé dans le futur. Chaque outil a un dépliant qui répertorie tous les effets secondaires possibles.

Relation entre l'utilisation d'antidépresseurs et les risques généraux

Les personnes sous traitement antidépresseur doivent faire l’objet d’un test de dépistage régulier de la sérotonine, ce qui leur permettra de faire l’objet d’une surveillance médicale constante et constitue un moyen direct de prévenir les pensées suicidaires. Cela est particulièrement vrai pour la première étape du traitement et avec un changement radical de dosage.

Selon les résultats d'études menées sur le médicament "Paxil" et ses analogues, on peut soutenir que la prise de ce médicament au cours des 3 premiers mois de la grossesse augmente le risque de malformations congénitales du fœtus.

L'utilisation simultanée d'inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine / noradrénaline et de médicaments contre le mal de tête peut entraîner le développement d'affections appelées syndrome sérotoninergique.

Comparaison des inhibiteurs de la recapture et des antidépresseurs tricycliques

Dans tous les cas, le traitement de la dépression implique la nomination de médicaments spécifiques pouvant améliorer les antécédents émotionnels et l'humeur du patient. Cet effet est dû à l’effet sur divers neurotransmetteurs, principalement sur les systèmes à la sérotonine et à la noradrénoline. Tous les moyens de cette série peuvent être classés en fonction de leurs propriétés, de leur structure chimique, de la possibilité d’affecter un ou plusieurs systèmes CNS simultanément, par la présence d’un composant activant ou par des signes de sédation.

Plus les neurotransmetteurs sont exposés à un antidépresseur, plus son efficacité ultime est grande. Cependant, cette caractéristique implique également l’élargissement de la gamme d’effets secondaires possibles. Les premiers médicaments de ce type étaient des médicaments à structure chimique tricyclique, nous parlons de mélipramine, d’anafranil et d’amitriptiline. Ils affectent un grand nombre de neurotransmetteurs et montrent une efficacité élevée du traitement, mais lorsqu’ils sont pris, les conditions suivantes apparaissent souvent: surséchage des muqueuses de la bouche et du nasopharynx, constipation, acathisie, gonflement des extrémités.

Les moyens sélectifs, c'est-à-dire qu'ils ont un effet sélectif, n'affectent qu'un seul type de neurotransmetteurs. Ceci, bien sûr, réduit la probabilité de "cibler" la cause de l'état dépressif, mais se heurte à un minimum d'événements indésirables.

Un point important dans la nomination des antidépresseurs est la présence, en plus de l’antidépresseur, d’un effet sédatif et d’un effet activant. Si la dépression est accompagnée d'apathie, de perte d'intérêt pour l'aspect social de la vie, d'inhibition des réactions, des moyens avec une composante d'activation prédominante sont alors applicables. La dépression anxieuse, accompagnée de manie, nécessite au contraire une sédation.

Les antidépresseurs sont classés avec un biais sur la sélectivité de leurs effets sur différents neurotransmetteurs, ainsi que sur la possibilité d'un effet équilibré-harmonisant. Les effets secondaires sont causés par le blocage du système neurotransmetteur de l'acétylcholine du cerveau, ainsi que des cellules nerveuses de la NS autonome, impliquée dans la régulation du travail des organes internes. Le système nerveux végétatif est responsable des fonctions du système excréteur, du rythme cardiaque, du tonus vasculaire, etc.

Les antidépresseurs tricycliques incluent "Gerfonal", "Amitriptyline", "Azafen" et ceux qui leur sont proches par la formule chimique, par exemple, "Ludiomil". En raison de leur effet sur les récepteurs de l’acétylcholine situés dans le cerveau, ils peuvent provoquer une altération de la mémoire et une inhibition du processus de pensée, entraînant une dispersion de la concentration de l’attention. Ces effets sont exacerbés par le traitement des patients âgés.

Schéma d'action

L'action de ces médicaments consiste à bloquer la dégradation des monoamines, telles que la sérotonine, la noradrénaline, la dopamine, la phényléthylamine sous l'influence de la monoamine oxydase MAO et à bloquer la capture neuronale inverse des monoamines.

L'un des processus provoquant l'apparition d'états dépressifs est le manque de monoamines dans la fente synaptique, en particulier la dopamine et la sérotonine. A l'aide de dépresseurs, ils augmentent la concentration de ces médiateurs dans la fente synaptique, ce qui contribue à renforcer leur effet.

Il est nécessaire de représenter clairement le "seuil d'antidépresseur", individuel pour chaque patient. Au-dessous de cette «marque», l'effet antidépresseur ne se manifeste pas, il ne s'exprime que par des effets non spécifiques: effets secondaires, faible stimulation et sédation. En ce qui concerne les médicaments de troisième génération (qui réduisent la recapture des monoamines), toutes les propriétés antidépressives apparaissent - il est nécessaire de réduire la crise d’au moins 10 fois. La manifestation d'effets antidépresseurs d'agents qui inhibent l'activité de la monoamine oxydase n'est possible que lorsqu'elle est réduite de 2 à 4 fois.

Les recherches confirment qu’en pratique, il est possible d’utiliser d’autres mécanismes de travail des antidépresseurs. Par exemple, on suppose que ces médicaments peuvent réduire le niveau d'hyperactivité au stress de l'hypothalamus, des glandes surrénales et de l'hypophyse. Certains antidépresseurs, même ceux vendus sans ordonnance et ne nécessitant pas de contrôle strict de l'administration, sont des antagonistes des récepteurs NMDA, contribuant à réduire l'effet toxique du glutamate indésirable à l'état dépressif.

Les données ont été obtenues pour évaluer l’interaction de la paroxétine, de la mirtazapine et de la venlafaxine avec les récepteurs opioïdes. Les médicaments ont donc un effet antinociceptif. L'utilisation de certains dépresseurs peut réduire la concentration de substance P dans le système nerveux central. Toutefois, les psychiatres ne considèrent pas ce moment comme critique, car le mécanisme le plus important pour le développement d'un état dépressif affecté par tout inhibiteur de la réabsorption est l'activité insuffisante.

Tous les outils ci-dessus sont très efficaces dans le traitement des états dépressifs et peuvent en outre les prévenir. Cependant, seul un médecin associant des antidépresseurs et une thérapie cognitivo-comportementale peut choisir le traitement approprié. Ces deux méthodes sont considérées comme équivalentes en termes de performances. N'oubliez pas de psychothérapie avec le soutien de vos proches, avec une forme légère de dépression, les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (médicaments à base de eux) ne sont pas toujours nécessaires La forme moyenne et grave de la maladie peut nécessiter non seulement un médicament, mais également un placement dans un hôpital clinique.

Effet des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine sur l'humeur

La sérotonine est l'un des médiateurs du système nerveux. Il est également considéré comme l'hormone du bonheur, car il a un effet très positif sur les émotions humaines. Ce BAS est formé à partir de l'acide aminé tryptophane qui vient de l'extérieur avec de la nourriture.

La synthèse de sérotonine se produit dans l'épiphyse. En tant que médiateur, la sérotonine est impliquée dans la transmission des impulsions entre neurones, transmettant ainsi des informations à différentes parties du cerveau. En raison des récepteurs de la sérotonine, la sérotonine a la capacité de réguler et de contrôler la majorité des processus se produisant dans les organes et les systèmes. Cela est possible car les récepteurs de la sérotonine sont présents non seulement dans les neurones, mais aussi dans les parois vasculaires, dans le tractus gastro-intestinal et dans les muscles des parois bronchiques. La transmission de l'impulsion se produit électriquement, lors de la transition des ions entre neurones.

De quoi l'hormone du bonheur est-elle responsable?

Tout d'abord, pour le travail des neurones. Dans le système nerveux central, il est responsable de:

  • bonne humeur
  • la mémoire;
  • fonction cognitive;
  • régule l'appétit;
  • nourriture et sexuelle;
  • comportement social de l'individu.

L'une de ses grandes fonctions est que la mélatonine, une hormone du sommeil, est produite à partir de la sérotonine. Ainsi, la sérotonine est directement impliquée dans les rythmes circadiens - sommeil et éveil.

Lorsque l'insuffisance de mélatonine développe l'insomnie. En outre, la sérotonine est impliquée dans la thermorégulation, la glande thyroïde, augmentant la production de TSH dans la glande pituitaire. En outre, la sérotonine augmente la production d'insuline, ce qui augmente le tryptophane. Par conséquent, après avoir mangé une tablette de chocolat, votre humeur va augmenter: le glucose dans le sang augmente - l'insuline augmente - le tryptophane augmente - la sérotonine augmente.

La sérotonine augmente la synthèse de la prolactine et la sécrétion de lait, elle est responsable du bon déroulement de la grossesse, de l'accouchement et de la contraction utérine pendant la grossesse.

Il participe au péristaltisme intestinal normal, stimule la fréquence respiratoire, augmente la coagulation du sang, réduit la sensibilité à la douleur, augmente la résistance au stress. Mais un excès de sérotonine exagère les effets positifs, ce qui n’est pas très bon.

Qu'est-ce qui se passe quand il y a un manque de sérotonine

Avec son manque de personne apparaît l'anxiété, l'irritabilité. Une personne devient sensible à la douleur, les biorythmes se perdent, le travail du système nerveux central est perturbé. La manifestation principale en est le développement de douleurs migraineuses et de dépression, de syndromes de trouble obsessionnel-compulsif, qui peuvent être causés par des illusions visuelles.

Antidépresseurs

Pour sortir une personne de la dépression, il faut recourir à diverses drogues psychotropes. parmi eux, les antidépresseurs d'une nouvelle génération, les ISRS. Interprétation signifie: inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine.

Que peuvent-ils donner? Comment se montrent-ils? Ils sont capables d'améliorer l'humeur, soulageant une personne de moments négatifs tels que l'anxiété et l'apathie, la mélancolie et le stress émotionnel.

Ils rendent la personne résistante au stress, rétablissent les biorythmes, stabilisent le sommeil et améliorent l'appétit.

Le mécanisme d'action des ISRS

Pour comprendre le mécanisme de leur action, il convient de rappeler un peu la physiologie du système nerveux central. Il existe une fente synaptique dans les lieux de transmission des impulsions entre les neurones, où les informations portant la sérotonine sont libérées.

Que se passe-t-il ensuite: le médiateur a transmis le signal, son rôle est terminé. Maintenant, il doit être éliminé pour inutile sur le principe du Maure a fait son travail - le Maure peut partir. Le fait est que si le médiateur n'est pas retiré et reste sur la membrane postsynaptique, il interfère avec le flux d'informations nouvelles provenant de nouveaux signaux.

L'élimination des molécules de médiateurs indésirables se produit de plusieurs manières: diffusion, clivage enzymatique et réutilisation par recaptage - recaptage de la sérotonine. Ces réactions sont très complexes et il n'est pas nécessaire de se boucher la tête. Vous devez juste savoir que les ISRS ne font que bloquer l’inhibition de ces molécules et prolonger l’effet de la sérotonine, en l’accumulant et en l’adressant dans le sang.

La sélectivité des inhibiteurs se manifeste par le fait qu’ils agissent sélectivement sur les récepteurs de la sérotonine uniquement. Ainsi, la sérotonine ne peut plus retourner dans sa cellule, son signal étant dirigé vers d'autres cellules en état d'inhibition et de dépression.

Ils sont activés et la dépression s'atténue et diminue progressivement. La sérotonine elle-même dans la fente synaptique augmente et passe dans la circulation sanguine, allant ainsi à d'autres récepteurs.

La demi-vie des médicaments prend environ une journée et est excrétée par les reins. En termes d'efficacité, ce groupe d'antidépresseurs diffère.

Liste des ISRS et de leurs effets

Les médicaments sont considérés comme les antidépresseurs de 3ème génération. Ils ont certains avantages et inconvénients. L'action pharmacologique se manifeste par la correction du bruit de fond dépressif, la réduction de l'anxiété et de la dépression, certaines phobies, l'amélioration de l'appétit, un léger effet analgésique.

L'avantage des inhibiteurs est qu'ils sont plus facilement tolérés par les patients, n'entraînent pas d'effet cardiotoxique, n'exacerbent pas le glaucome et n'entraînent pas de sédation ni d'hypotension graves, ce qui est typique, par exemple, des antidépresseurs tricycliques tels que l'amitriptyline. Les ISRS peuvent être administrés en ambulatoire. Ils peuvent également être prescrits s'il existe des contre-indications à l'utilisation des ATE.

Les plus populaires sont: Fluoxétine, Prozac, Paroxétine, Citalopram, Indalpin, Sertraline, Fluvoxamine, Femoxétine, etc. Le résultat du traitement n'apparaît pas immédiatement, mais après 4-5 semaines.

La stimulation des récepteurs de la sérotonine par leur excitation pendant toute la période d'administration des ISRS produit également des effets secondaires comme une arme à double tranchant: les récepteurs étant très largement représentés dans divers organes, des manifestations dyspeptiques se produisent lors de l'administration à long terme des ISRS: nausées et vomissements, selles anormales, même saignements gastro-intestinaux; troubles sexuels tels que l'anorgasmie, l'éjaculation retardée. Insomnie (tous les 4 ou 5 patients), une anxiété peut être notée. Les violations du tractus gastro-intestinal sont marquées à 1-2 semaines d’admission, puis passent. Les violations du système nerveux central sont beaucoup plus résistantes.

Des indications

En plus de la dépression, les ISRS sont prescrits pour la phobie sociale, la névrose d’anxiété, les attaques de panique, les obsessions, l’anorexie, le stress après une blessure et l’algie chronique. En pratique générale, ils sont prescrits pour l'appétit non contrôlé, l'obésité, le syndrome prémenstruel, les troubles limites, l'alcoolisme.

Les opinions sur l'efficacité des ISRS diffèrent: les psychiatres en Russie estiment que les inhibiteurs sélectifs aident mieux dans les formes modérées de dépression - légère et modérée; avec un effet lourd, moins. Mais en Occident, ils prouvent à tous égards l'efficacité de ces médicaments dans toutes les formes de troubles dépressifs.

Quels sont les ISRS non combinés?

L'ingestion simultanée d'inhibiteurs et d'autres médicaments comporte un grand risque. Les ISRS ne peuvent pas être combinés avec un IMAO, il provoque le syndrome de la sérotonine - l'une des complications les plus graves chez un patient. Avec une combinaison de TCA et de SSRI, les TCA réduisent le dosage, sinon leur nombre peut augmenter et un effet toxique peut apparaître.

Sels de lithium - augmentent les effets sérotoninergiques des ISRS et les effets désagréables du lithium lui-même sont plus prononcés. Les ISRS associés à des neuroleptiques renforcent les troubles extrapyramidaux, car ils augmentent la teneur en antipsychotiques dans le sérum sanguin.

Il en va de même pour les neuroleptiques tels que le rispolept (atypique). Les ISRS ne peuvent pas être combinés avec l'aspirine et les AINS, agents antiplaquettaires, augmentent le risque d'hémorragie gastro-intestinale. En outre, les AINS réduisent considérablement l’effet des ISRS. La combinaison du groupe avec l'éthanol, les sédatifs, les barbituriques - augmente l'influence de ces derniers sur le système nerveux central.

Syndrome de sérotonine

Il s'agit d'une maladie dangereuse et potentiellement fatale - peut-être l'effet secondaire le plus grave de l'utilisation d'ISRS. Il se développe lorsqu'il est associé à des antidépresseurs à action sérotoninergique - par exemple, le MAOI.

Dans le tableau clinique, il y a des symptômes de 3 groupes:

  1. Du côté du système nerveux central, ANS et appareil neuromusculaire.
  2. Du côté du système nerveux central, toute manifestation d'éveil: dysphorie, agitation, hypomanie et anxiété, dyssomnie et hallucinations, confusion et délire.
  3. De la part du SNA - symptômes de dyspepsie - grondements abdominaux, vomissements et nausées, selles molles, douleurs abdominales; fièvre, frissons, hyperhidrose, céphalées, salivaires et larmoiement, mydriase, tachycardie, apnée, sauts de pression artérielle.

Troubles neuromusculaires: convulsions, réflexes intenses - ces 2 symptômes sont les plus fréquents. violation de la démarche, coordination, paresthésie, tension musculaire à la raideur, spasme des muscles masticateurs, tremblement de tout le corps.

Dans ce contexte, il existe des troubles du système cardiovasculaire, une myopathie grave avec destruction du tissu musculaire (rhabdomyolyse), l'apparition de myoglobine dans l'urine - apparaissent pendant la dégradation des protéines, une insuffisance rénale aiguë, une insuffisance hépatique, une augmentation du potassium dans le sang, une forme dangereuse de trouble d'oxydation (acidose), pneumonie, NK, accidents vasculaires cérébraux, chute des globules blancs et des plaquettes, convulsions. Pour éviter une telle complication, certaines précautions sont à prendre: il faut au moins 2 semaines entre la prise de médicaments par différents groupes.

Le même principe doit être observé lors de la prescription de médicaments d'un groupe. L'intervalle de 5 semaines devrait être après l'annulation de la fluoxétine et la nomination d'un MAOI irréversible, pour les personnes âgées - 8 semaines. Avec un transfert inversé - 4 semaines.

Au premier signe d'une complication, tous les médicaments pris sont immédiatement annulés. Ensuite, l'auto-élimination des manifestations peut se produire pendant la journée. Un traitement symptomatique de la maladie est également effectué. Dans les cas graves, les antagonistes de la sérotonine sont prescrits; thérapie par perfusion; mesures pour réduire la température, ventilation mécanique, abaissement de la pression artérielle, relaxants musculaires.

Contre-indications à l'utilisation des ISRS

Intolérance individuelle, manie, réception de MAOI, gestation et HB, épilepsie. De plus, il n'y a pas de rendez-vous pour ceux qui ont des antécédents de manie, déclenchés par des antidépresseurs. Les contre-indications sont l'ARF, l'insuffisance hépatique; attaques de glaucome; la présence de lésions ulcéreuses du tractus gastro-intestinal; alcool et autres intoxications.

Syndrome d'annulation

Le syndrome de sevrage est caractéristique non seulement des ISRS, mais également de tous les antidépresseurs. Dans le même temps, des symptômes somatiques et mentaux sont notés. Ils se produisent avec une annulation nette du médicament en une étape et sont durement tolérés par les patients.

Ils ne passent que 5-6 semaines. De plus, plus la demi-vie de la drogue consommée est courte, plus le syndrome de sevrage est grave. Ce syndrome survient surtout lors de la prise de paroxétine, puis de fluvoxamine.

Quels sont les symptômes? Faiblesse et céphalées, vertiges, nausées et vomissements, diarrhée, douleurs musculaires, paresthésie, tremblements, insomnie, démarche instable, anxiété et irritabilité déraisonnables, agitation, sautes d'humeur, attaques de panique et arythmies.

L'anxiété et la dépression donnent les mêmes symptômes de sevrage. Dans de tels cas, le médicament est repris et il est progressivement retiré. Pour prévenir ce syndrome, les médicaments doivent être progressivement arrêtés, en moins d'un mois.

La critique

De nombreux critiques étrangers affirment qu'il n'y a aucune preuve que la dépression soit à l'origine d'un manque de sérotonine. L'hypothèse de la sérotonine est donc incorrecte. La même méfiance provoque les effets des ISRS. Mais les fabricants et les annonceurs utilisent largement cette thèse. Un certain nombre de psychiatres américains et britanniques connus remettent également en question la théorie de la sérotonine.

Pour une telle opinion, il y a beaucoup de preuves. Certaines études cliniques ont montré un lien entre la prise de fluoxétine, de sertraline et de paroxétine et l’émergence chez des patients d’hostilité, une tendance à l’autodestruction, à l’agressivité. De nombreuses sociétés pharmaceutiques produisant des ISRS cachent ces faits et sous-estiment grandement.

Il a été découvert par des chercheurs indépendants et des experts de la FDA (Food and Drug Administration). Ils donnent à cet effet secondaire un nom très vague: une labilité émotionnelle. Il est à noter que le nombre de suicides en Amérique a augmenté depuis la fin des années 50, lorsque les premiers antidépresseurs ont commencé à apparaître sur le marché.

Il y a eu beaucoup de cas sensationnels sur cette question en 2000. le montant de la compensation judiciaire pour, par exemple, les effets secondaires du Prozac a atteint 50 millions de dollars. Les données de l'OMS indiquent également que les patients prenant de la paroxétine présentent des symptômes de sevrage très graves par rapport aux autres antidépresseurs. La société GlaxoSmithKline, qui produit de la paroxétine, a longtemps nié obstinément la possibilité de s’habituer au médicament.

Il en va de même pour les autres fabricants d’ISRS - Eli Lilly and Company et Pfizer. En 2002, la FDA a lancé un avertissement et la fédération internationale des associations de fabricants de produits pharmaceutiques a annoncé à la télévision aux États-Unis à propos de telles fraudes commises par des sociétés pharmaceutiques. Des centaines de poursuites ont été intentées, bien que les entreprises aient assuré que de telles manifestations sont le résultat des dépressions elles-mêmes ou sont causées par une surdose d'antidépresseur.

Les documents de la BBC de 2002 indiquaient également que la paroxétine provoquait une agression, une tendance à l'automutilation, des suicides. Les avocats des plaignants ont étudié la documentation interne des entreprises et ont révélé le fait que GlaxoSmithKline, en 1989, disposait d'informations sur une multiplication par huit du risque de suicide associé à la prise de ses produits.

Le fait est que la recapture de la sérotonine n’est pas aussi simple et bonne qu’il semble au premier abord. Les neurones présynaptiques sont non réclamés et sécrètent de la sérotonine, voire moins, et les neurones postsynaptiques y sont déjà insensibles.

Après 4-5 semaines de prise d'inhibiteurs sélectifs, les efforts du cerveau pour compenser et niveler la situation biochimique ne sont pas efficaces, des effets secondaires apparaissent. Par exemple, un excès de sérotonine conduit à la manie. Pour éliminer les effets secondaires, de nouveaux médicaments sont prescrits tout le temps et des modifications négatives à long terme apparaissent dans le travail des neurones.

Avec l'abolition du médicament, la sérotonine diminue rapidement et rien ne peut la compenser. Les synapses présynaptiques ne la sécrètent plus assez et les postsynaptiques ne disposent pas du nombre requis de récepteurs. Les attitudes suicidaires et la manie se produisent souvent chez les adolescents et les enfants après avoir utilisé des ISRS. Le comportement suicidaire chez l'adulte est toujours à l'étude. Tout cela suggère que, lorsqu'il prescrit un ISRS, le médecin doit approcher chaque patient individuellement et surveiller en permanence son état. Aujourd'hui, les ISRS restent des antidépresseurs assez populaires et sont largement prescrits en Russie.

ISRS Sérotonine, dépression, antidépresseurs

La dépression est un phénomène très commun, difficile à ignorer. La forme chronique de cette maladie peut constituer une menace non seulement pour la santé, mais également pour la vie humaine. Les gens perçoivent le monde qui nous entoure différemment, ils se retrouvent dans des situations de vie différentes. Si le potentiel d’une personne n’est pas exploité, elle fait face à un problème insoluble: des dépressions se développent.

Leurs causes peuvent être une restructuration hormonale liée à l'âge, des situations de stress fréquentes, une maladie chronique (ou incurable), un handicap. Ces facteurs conduisent à un échec biochimique général. Le corps réduit fortement le niveau d'hormones de plaisir (endorphines, en particulier sérotonine). Cela se traduit par une insatisfaction envers soi-même, un état dépressif, un manque de volonté et un désir de changer quelque chose.

ISRS - Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine

Sortir de cet état est très difficile. Souvent, le soutien nécessaire des proches, l'aide d'experts, le traitement de la toxicomanie. Les médicaments conçus pour traiter la dépression s'appellent des antidépresseurs. Ils ont un mécanisme d'action différent, mais la dynamique de l'état d'utilisation du patient est définitivement positive.

De tels outils n’ont pratiquement aucun effet sur une personne en bonne santé. Chez les personnes souffrant de dépression, après un traitement aux antidépresseurs, l'humeur s'améliore, l'anxiété, l'angoisse, l'apathie disparaissent. La stabilité psychologique leur revient, le sommeil et les rythmes biologiques reviennent à la normale, l’appétit s’améliore.

Les médicaments de troisième génération pour un contrôle efficace de la dépression sont des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine.

Classification des antidépresseurs


Dépression connue de l’humanité depuis des temps immémoriaux, ainsi que des moyens de les surmonter. Dans la Rome antique, le célèbre docteur Soran d’Éphèse utilisait par exemple le traitement des sels de lithium. Le cannabis, l'opium, les barbituriques, les amphétamines sont autant de tentatives d'exposition chimique du corps pour aider les personnes à faire face à l'épuisement émotionnel.

L'imipramine, synthétisée en 1948, a été le premier remède contre la dépression. À ce jour, de nombreux antidépresseurs ont été développés et sont actuellement classés. En fonction du tableau général de la manifestation des processus mentaux des patients:

  • timiretiki utilisé dans les états déprimés et déprimés;
  • Les thymoleptiques ont un effet calmant, ils sont donc utilisés avec une excitation mentale accrue.

Selon les effets biochimiques sur le corps, les antidépresseurs sont:

  • action indiscriminée (par exemple, mélipramine, amizole),
  • action sélective: blocage de la capture de sérotonine (par exemple, Sertralin), blocage de la capture de noradrénaline (par exemple, la réboxétine),
  • inhibition de la monoamine oxydase: action non sélective (par exemple, Transamin), action sélective (par exemple, Autorix).

Il existe d'autres groupes pharmacologiques de médicaments anti-dépression.

Comment fonctionnent les antidépresseurs

Les antidépresseurs sont capables de contrôler certains des processus qui se produisent dans les cellules du cerveau. Cet organe est constitué d'un très grand nombre de cellules nerveuses. Le corps et les processus sont des composants des neurones. Ils transmettent des impulsions entre eux à l'aide de processus et à travers la synapse (l'espace situé entre deux neurones).

Les antidépresseurs ont été découverts par hasard, lors du test de médicaments contre la tuberculose

Cet espace est rempli d'une substance spéciale (médiateur) par laquelle l'information est transmise d'un neurone à un autre. Environ 30 médiateurs sont connus en biochimie aujourd'hui. Mais les états dépressifs ne sont généralement associés qu'à trois hormones qui agissent comme neurotransmetteurs: sérotonine, dopamine, noradrénaline.
Le mécanisme d'action des antidépresseurs vise à réguler la concentration de ces hormones dans le cerveau et à en corriger le fonctionnement, altérée par la dépression.

Qu'est-ce que les ISRS?

Dans la pratique médicale moderne, les plus populaires sont les médicaments de troisième génération - les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine. Ces médicaments sont différents des médicaments anti-dépression tricycliques traditionnels avec moins d'effets secondaires et une plus grande efficacité.

En cas de surdosage de ces médicaments, on n’observe pratiquement aucun effet cardiotoxique. Les ISRS sont recommandés chez les patients présentant des contre-indications à l'utilisation d'antidépresseurs classiques (par exemple, un glaucome fermé, un rythme cardiaque anormal).

Comment fonctionnent les drogues

L'une des raisons de la manifestation d'états dépressifs est une diminution de la concentration de sérotonine dans le cerveau. Cet important neurotransmetteur, une hormone appelée hormone du bonheur, de la joie et du plaisir. De plus, sa concentration normale procure une sensation longue et stable de bonheur tranquille et d’harmonie.

L'inhibiteur de la recapture de la sérotonine agit pour augmenter la concentration de l'hormone sérotonine dans le cerveau. Les ingrédients actifs de cet antidépresseur bloquent (inhibent) sélectivement la sérotonine dans le cerveau. Ce processus a lieu directement à la synapse. C'est-à-dire que la recapture de l'adhésif hormonal n'est pas effectuée, ce processus est entravé par le médicament.

La sérotonine reste en place et la circulation des impulsions nerveuses se poursuit. Ils activent les cellules déprimées par la dépression et en atténuent l'apparence. L'avantage des médicaments de ce groupe est que le dosage est déterminé immédiatement par le médecin traitant, il n'est pas nécessaire de l'augmenter, car l'effet thérapeutique supplémentaire n'en dépend pas.

Lors de l'utilisation d'un groupe d'inhibiteurs, il est inutile de contrôler la concentration de sérotonine dans le sang. Certaines maladies des patients, qui entraînent un ralentissement de l’élimination des médicaments du corps, constituent une exception.

Lors de la prescription des ISRS

Les préparations de ce groupe sont prescrites pour:

  • troubles dépressifs profonds;
  • stress, attaques de panique, anxiété névrotique;
  • manie, phobies;
  • névrose obsessionnelle;
  • la boulimie;
  • l'alcoolisme;
  • syndrome de douleur chronique;
  • trouble de la personnalité émotionnellement instable.

L’efficacité du traitement détermine en grande partie la rapidité des interventions thérapeutiques. Lors de manifestations mineures d’états dépressifs, l’efficacité du traitement à l’aide d’antidépresseurs tricycliques et d’ISRS ne présente pas de différence significative. Mais l'efficacité de ce dernier dans le traitement des troubles nerveux négligés a été prouvée par la pratique médicale.

L'effet thérapeutique des médicaments du groupe ISRS n'est pas immédiat. Selon la gravité de la maladie, les caractéristiques individuelles du corps, une dynamique positive est observée à la deuxième, à la cinquième et parfois à la huitième semaine seulement après le début du traitement.

La posologie quotidienne dépend du taux d'excrétion des médicaments par l'organisme. Le plus souvent, le médicament est prescrit une fois par jour, car la demi-vie de la plupart des ISRS est supérieure à une journée.

Effets secondaires

Les effets secondaires incluent certains troubles des organes de l’appareil digestif - nausées, vomissements. Lors de l’utilisation d’inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, on peut observer:

  • anxiété;
  • anxiété;
  • des vertiges;
  • fatigue
  • troubles du sommeil;
  • troubles sexuels.

Les réactions aux bloqueurs dépendent des caractéristiques individuelles de l'organisme.

Si le patient a des problèmes de foie, les reins utilisent les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine avec prudence. Les récepteurs de la sérotonine sont situés dans le corps humain non seulement dans le cerveau, mais également dans la moelle épinière. Il y en a beaucoup dans le tractus gastro-intestinal, le système respiratoire, sur les parois des vaisseaux sanguins. En appliquant des inhibiteurs, développez les conditions ci-dessus, qui disparaissent généralement après un mois. C'est-à-dire que les effets secondaires ne sont observés que dans les premières étapes de la prise d'inhibiteurs.

L'effet secondaire des médicaments est associé à une augmentation du nombre de neurotransmetteurs sérotonine dans le cerveau, ce qui affecte l'activité mentale. La pratique médicale décrit l’apparition de pensées suicidaires, de manie lors d’un traitement par inhibiteurs d’adolescents. Chez l'adulte, cette manifestation n'est pas prouvée.

Cette réaction est individuelle, parmi les ISRS, vous pouvez choisir des médicaments n’affectant pas l’activation de la sphère psychomotrice et ayant un effet sédatif.

Si le schéma ISRS implique une dose élevée, un syndrome sérotoninergique peut se développer, provoquant des convulsions, de la fièvre et des troubles du rythme cardiaque. Dans ce cas, le médicament est annulé. Les antidépresseurs de troisième génération peuvent facilement se remplacer. Si le traitement n’est pas efficace, vous pouvez choisir un autre médicament. Si un membre de la famille a utilisé des inhibiteurs et obtenu des résultats positifs, il est logique d'arrêter le choix de ce médicament.

Pour le traitement des troubles mentaux complexes, des états de dépression chronique, les ISRS sont prescrits avec d'autres médicaments, par exemple des tranquillisants, des antidépresseurs tricycliques. La thérapie combinée exige le strict respect des recommandations du médecin concernant le schéma posologique et la posologie des médicaments. Cas connus de décès par surdose.

Préparations ISRS

La liste des médicaments ISRS est longue. À ce jour, ils sont très populaires pour le traitement de la dépression, améliorer l'humeur, normaliser le sommeil. Dans le réseau des pharmacies, ces médicaments sont disponibles et vendus sans ordonnance. Les plus courants sont:

Lorsque vous choisissez un médicament, vous devez analyser ses effets:

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

Habituellement, l'analyse de l'hormone anti-Muller (ou de l'AMG) est prescrite pour clarifier les données provenant d'autres études hormonales permettant de déterminer les causes de l'infertilité ou de prédire avec plus de précision le succès de la fécondation in vitro.

La lipomatose est une affection caractérisée par un dépôt de graisse important et irrégulier dans certains tissus du corps. Ce type de pathologie peut survenir absolument dans toutes les parties du corps.

Face aux maladies ORL, certaines personnes ont une question concernant l'épiglotte. En règle générale, cela est dû au fait que, vu de la gorge, il devient soudainement visible.