Principal / Enquête

Faible progestérone dans la phase lutéale

Une faible progestérone dans la phase lutéale est un symptôme d'une fonction ovarienne incorrecte. Une telle condition en médecine s'appelle un défaut (insuffisance) de la phase lutéale (DLF). Une concentration insuffisante de progestérone contribue à la création de conditions défavorables à la surface de l'utérus pour l'implantation de l'ovule. Par conséquent, même dans le cas de la fécondation, la menstruation viendra.

La phase lutéale commence dans la seconde moitié du cycle menstruel et dure environ 12 à 14 jours après l'ovulation. Le corps jaune se forme immédiatement après la phase d'ovulation et est responsable de la production de progestérone avant la formation du placenta. Si la fécondation n'a pas eu lieu, la prochaine menstruation commence. Parfois, le cycle change, cela se produit à cause de la faible teneur en progestérone dans la phase lutéale, raison pour laquelle les médecins doivent en expliquer les raisons et les surmonter.

Raisons

La production de progestérone à partir du corps jaune est nécessaire à une implantation et à un développement normaux de l'embryon. Parfois, sa production est réduite, ce qui indique un certain nombre de causes possibles.

Si le niveau de progestérone est faible pendant la phase lutéale, il est utile de diagnostiquer le corps. Peut-être que l'hormone du patient est produite en quantités normales, mais la muqueuse utérine ne répond pas correctement à cette hormone.

En termes simples, le DLF est une condition dans laquelle l'endomètre de l'utérus ne se développe pas normalement. Par conséquent, la progestérone est réduite dans la phase lutéale. Cela empêche l'ovule d'être implanté avec succès.

Un certain nombre de facteurs pouvant provoquer une production anormale de progestérone et le dysfonctionnement de la phase lutéale sont divisés en trois groupes: fonctionnel, organique et iatrogène.

Fonctionnel

Les raisons fonctionnelles pouvant réduire le niveau de progestérone au cours de la phase lutéale incluent les affections associées à une altération de la fonction des organes reproducteurs.

  • Syndrome sauvage. Cette condition est caractérisée par l'absence de menstruation et d'infertilité chez les femmes de moins de 35 ans. Les ovaires perdent leur sensibilité aux hormones qui stimulent la production de cellules germinales. La maladie se manifeste par une violation à long terme de la fonction menstruelle. Un traitement hormonal à long terme est nécessaire pour rétablir les niveaux de menstruation et de progestérone en vue d’une conception réussie.
  • Syndrome d'hyper retard de l'ovaire - absence de saignement menstruel, en raison d'effets médicaux sur la suppression de la fonction ovarienne gonadotrope.
  • Le syndrome de Stein-Leventhal s'accompagne de l'absence ou d'une irrégularité de l'ovulation, d'une sécrétion accrue d'œstrogènes, qui inhibe la production de progestérone.
  • Syndrome d'épuisement ovarien. Les organes commencent à fonctionner de manière incorrecte pour un certain nombre de raisons, le résultat est le début de la ménopause précoce.
  • L'hypothyroïdie est une affection pathologique résultant d'un manque d'hormones thyroïdiennes. Dans la forme secondaire de la maladie, le système hypothalamo-hypophysaire est endommagé.
  • L'hypogonadisme hypophysaire est un syndrome qui s'accompagne d'un manque de fonction des glandes sexuelles avec une production d'hormones altérée. Le traitement repose sur l’utilisation d’un traitement hormonal substitutif.
  • L'hyperprolactinémie est caractérisée par une augmentation de l'hormone hypophysaire - la prolactine - dans le sang. Chez les femmes avec ce diagnostic, il y a violation du cycle menstruel, infertilité.

Toutes ces causes peuvent entraîner une diminution de la progestérone dans la FL. Le résultat est l'absence de phase ovulatoire et l'apparition de l'infertilité.

Bio

Les causes organiques sont associées à des pathologies des organes de reproduction et d'autres systèmes pouvant affecter le fonctionnement et la structure de l'utérus.

Ceux-ci incluent le syndrome d'Asherman, les fibromes, l'hyperplasie de l'endomètre, le cancer de l'utérus, l'endométrite, la cirrhose et l'hépatite.

Une synéchie intra-utérine peut entraîner une aménorrhée secondaire ou un syndrome hypomenstruel. Les synéchies intra-utérines empêchent l’implantation de l’ovule, ce qui rend le processus de conception impossible.

La capacité de tomber enceinte est perturbée par l'hyperplasie de l'endomètre. Les maladies provoquent une défaillance du cycle menstruel, entraînant une baisse des niveaux de progestérone au cours de la phase lutéale.

Iatrogène

Parmi les facteurs iatrogènes, on peut citer les affections causées par une activité thérapeutique Un nettoyage gynécologique est effectué pour établir la cause des menstruations irrégulières, des saignements abondants et prolongés avec des myomes, des polypes, une hyperplasie. Dans ce cas, le médecin peut perturber l'endomètre, des synéchies se forment, ce qui conduit à un déséquilibre au niveau hormonal et à la stérilité.

L'interruption artificielle de la grossesse entraîne une défaillance hormonale. Pour le restaurer, un traitement hormonal substitutif est nécessaire. Chez certaines femmes, le taux de progestérone dans le sang diminue, entraînant une infertilité. La fertilité peut être rétablie progressivement en prenant un médicament.

Corps jaune

Bien que les médecins n'aient pas complètement étudié la baisse des niveaux de progestérone au cours de la période FL, ils prétendent que la cause principale est un corps jaune ou un endomètre défectueux.

Le corps jaune dysfonctionnel pour une raison quelconque ne peut pas fonctionner normalement, cela conduit à une production incorrecte de progestérone. Un certain nombre de facteurs sont responsables de la non-fonction du corps jaune.

Développement anormal des follicules. Le corps jaune est dérivé des mêmes cellules que le follicule dominant. Pour cette raison, son fonctionnement est altéré. Le développement folliculaire peut être causé par divers facteurs, notamment un manque de nutriments dans l'organisme, un excès de radicaux libres.

Le niveau d'hormones anormales. Pour une croissance et une maturation normales du follicule, un équilibre des niveaux d'hormones est nécessaire. Une anomalie ou un déséquilibre dans l'un d'entre eux peut perturber le processus de formation du follicule et de l'ovulation.

Circulation sanguine. Le fonctionnement du corps jaune est également affecté par le flux sanguin. Les anomalies dans le développement des vaisseaux sanguins et les troubles circulatoires sont étroitement associés au corps jaune pendant la phase lutéale, cette raison a été prouvée par des études.

Réaction anormale de l'utérus à la progestérone. Malgré des taux normaux de progestérone, les anomalies de l'endomètre ne lui permettent pas de réagir adéquatement à l'hormone sexuelle. Là encore, cela entraîne un développement anormal de la muqueuse utérine, ce qui empêche l’implantation et le développement de l’embryon.

Pour comprendre l'ensemble du processus, les médecins continuent à mener des recherches.

Les symptômes

Il est difficile de détecter un faible taux de progestérone au cours de la phase lutéale si une femme ne planifie pas de grossesse, ne réussit pas les tests et essaie de concevoir un enfant de manière naturelle sans intervention médicale. La plupart ne connaissent même pas un tel diagnostic, car ils ne connaissent pas la physiologie du cycle menstruel.

Symptômes pouvant indiquer un défaut de la phase lutéale et une faible progestérone dans la FL:

  • difficulté à concevoir;
  • fausse couche dans les premiers stades;
  • cycles menstruels courts (moins de 24 jours);
  • syndrome prémenstruel;
  • l'ovulation, survenant 10 jours plus tôt, avant la menstruation.

Au cours de la deuxième phase du cycle, la femme ne devrait pas souffrir de douleur, de saignement ou de diarrhée. Si ces signes vous inquiètent et que la conception pose des problèmes, vous devez être examiné.

Diagnostics

En raison d'une compréhension incomplète de la physiopathologie et de l'absence d'une méthode précise pour diagnostiquer l'insuffisance de la phase lutéale, le traitement est difficile. Pour commencer le traitement, commencez par diagnostiquer le corps de la femme.

Pour ce faire, le médecin recueille l'anamnèse, il comprend les informations suivantes:

  • les plaintes;
  • histoire de cas;
  • fonction menstruelle;
  • antécédents obstétricaux et gynécologiques;
  • analyse de la vie.

Puis effectuez l'inspection de la femme. L'attention est portée sur le rapport taille / poids, la répartition du tissu adipeux, la végétation sur le corps. Au cours du mois, il est recommandé à la femme de mesurer la température de base afin que le médecin puisse évaluer le début de l'ovulation et la phase lutéale.

Également effectuer un examen gynécologique des organes génitaux, une échographie. Assurez-vous de faire un don de sang pour analyse afin de déterminer le niveau d'hormone folliculostimulante et lutéinisante, d'œstrogène, de progestérone, d'inhibine, de TSH, de 17-OH progestérone et de testostérone.

Un coagulogramme, un test sanguin biochimique et une biopsie seront également nécessaires.

Traitement

Les objectifs du traitement sont d’améliorer la qualité du follicule et du corps jaune, de réduire l’oxydation et d’augmenter les niveaux de progestérone. Tout d'abord, il est nécessaire d'ajuster un mode de vie.

  • Une alimentation saine est très importante. Les aliments doivent être composés d'aliments entiers, contenir de grandes quantités de protéines de haute qualité, des graisses saines, de nombreux fruits et légumes. Vous devriez boire beaucoup d'eau et minimiser la caféine, l'alcool et le sucre.
  • Réduction du stress. En phase lutéale, une faible progestérone peut être associée à un stress prolongé ou chronique. Le corps absorbe plus de progestérone pour produire du cortisol, donc pendant la FL il ne suffit pas.
  • Il est important de trouver des moyens de réduire le stress, tels que le yoga, le tai-chi, la méditation.
  • L'utilisation de médicaments pour améliorer le fonctionnement des glandes surrénales et de la glande productrice de cortisol peut également être utile pour augmenter le niveau de progestérone et améliorer la phase lutéale.
  • Il est recommandé d'utiliser des suppléments pour soutenir les niveaux de progestérone: Vitex, Wild Yam, Mélatonine et Vitamine B6.

Le traitement standard de la basse progestérone au cours de la phase lutéale est basé sur l’utilisation de médicaments.

Vous devez d’abord déterminer quelle maladie a causé les violations de la phase lutéale et une diminution de la concentration de l’hormone sexuelle. Le patient doit nécessairement suivre un traitement de l’état pathologique sous-jacent.

Complexes de vitamines, médicaments hormonaux, utilisation d'antiœstrogènes, introduction d'analogues de gonadotrophine chorioniques, utilisation de follitropines - tout cela devrait être fait simultanément.

Seul un traitement complet contribue à augmenter la progestérone au cours de la phase lutéale et à prévenir les complications telles que l'infertilité, l'insuffisance placentaire, les fausses couches, les cancers du sein et de l'endomètre, la formation de myomes et de polypes.

Une étude a été menée dans laquelle deux femmes atteintes du syndrome ovarien résistant avaient une aménorrhée. Le développement de caractères sexuels secondaires est normal. Aucune radiographie ou examen physique n'a révélé d'anomalie.

Caryotype féminin normal (46 / XX). Les taux de gonadotrophine plasmatique, en particulier de FSH, ont été nettement augmentés et la progestérone réduite. La concentration sérique de 17 bêta-estradiol était faible. Les taux de prolactine sont normaux. Les patients ont subi une laparoscopie avec biopsie ovarienne. Les ovaires étaient petits, mais sans anomalies morphologiques.

L'image histologique montrait une zone corticale d'aspect normal avec un nombre normal de follicules primaires. Les deux patients ont reçu un traitement aux œstrogènes. Après une période de 7 mois, ils ont commencé leurs cycles menstruels ovulatoires normaux. Les niveaux de progestérone ont récupéré. À la suite d'une grossesse.

La progestérone dans la phase lutéale

Dans le fonctionnement normal du système de reproduction de chaque femme, environ 15-17 jours du cycle après l'ovulation, une période très importante commence - la phase lutéale. Dans des circonstances normales, à ce stade, l'œuf mature quitte le follicule dominant et le corps jaune, qui produit l'hormone de grossesse, commence à jouer son rôle. La progestérone dans la phase lutéale augmente considérablement, ce qui contribue à la formation d'un endomètre plus dense. Cela se produit afin que l'œuf fécondé puisse trouver une place pour lui-même et se fixer fermement au mur de l'utérus.

Dans le fonctionnement normal du système de reproduction de chaque femme, environ 15-17 jours du cycle après l'ovulation, une période très importante commence - la phase lutéale.

Dans des circonstances normales, à ce stade, l'œuf mature quitte le follicule dominant et le corps jaune, qui produit l'hormone de grossesse, commence à jouer son rôle. La progestérone dans la phase lutéale augmente considérablement, ce qui contribue à la formation d'un endomètre plus dense. Cela se produit afin que l'œuf fécondé puisse trouver une place pour lui-même et se fixer fermement au mur de l'utérus.

Le développement de progestérone au cours de la phase lutéale indique que le corps est prêt à tomber enceinte. Cependant, si la fécondation ne se produit pas, le corps jaune meurt en réduisant le niveau de progestérone et est rejeté par les ovaires, ce qui explique le début du prochain cycle. Il s'agit d'un processus bien établi régi par la progestérone. Lorsque vous modifiez sa quantité, divers types d'échecs se produisent également dans le cycle menstruel.

La durée de la phase lutéale est d'environ 12-14 jours. Avec des caractéristiques individuelles, cette période peut atteindre 16 jours. Si l'ovulation passe moins de 10 jours avant le début de la menstruation, cela indique une violation de la production de progestérone.

Taux de progestérone normal

Pour comprendre le fonctionnement efficace du corps de la femme ou si des problèmes surviennent au début de la grossesse, un test sanguin de progestérone est effectué. En règle générale, il est nommé le 21ème jour du cycle, ce qui correspond à la phase lutéale. Par conséquent, les résultats obtenus ont une valeur indiscutable dans la formulation d’un diagnostic correct et dans la détermination de méthodes de traitement supplémentaires.

La norme varie de 7 à 56,6 nmol / l.

Avec une augmentation ou une diminution de cette limite, le traitement nécessaire et normalisant des ovaires doit être effectué. Après l'ovulation, le taux de progestérone est à la limite de 7 nmol / l, mais après 7 à 9 jours, il atteint sa valeur maximale de 56,6 nmol / l. Ceci est un signe d'ovulation normale.

Seule une analyse de sang effectuée en temps utile permet de déterminer l'efficacité du système de reproduction féminin.

Augmentation de la progestérone. Qu'est-ce que cela signifie et quelle action entreprendre?

Signes de progestérone élevée:

Hypersensibilité des seins

Saignement du vagin

Maux de tête fréquents

Raisons pour lesquelles la progestérone peut augmenter de façon spectaculaire:

Échec de la menstruation normale

Kyste fibreux sur le corps jaune

Déviations des glandes surrénales

Acceptation des médicaments contenant de la progestérone.

Une augmentation significative de la progestérone peut déclencher le développement de l'épilepsie, un dysfonctionnement rénal, l'ostéoporose et une maladie cardiovasculaire.

Pour éviter une augmentation excessive de la progestérone dans la phase lutéale, il est nécessaire:

Avant de prendre des préparations hormonales, il est impératif de procéder à des tests et de consulter votre médecin.

Sur la base des tests et de la prédisposition individuelle à choisir des contraceptifs oraux.

Phase lutéale à faible progestérone

Tout d'abord, une faible progestérone dans la phase lutéale est un signe que les ovaires ne fonctionnent pas correctement et que la grossesse devient impossible. Des conditions favorables pour la fixation de l'ovule ne seront pas créées à la surface de l'utérus, de sorte que même en cas de fécondation, la menstruation aura lieu.

De faibles niveaux d'hormone peuvent également indiquer une inflammation chronique et se manifester par des saignements utérins. C'est l'un des symptômes de l'infertilité.

La déficience en progestérone dans la phase lutéale est principalement due à une fonctionnalité insuffisante du corps jaune. Pour résoudre le problème, prenez nécessairement des hormones médicamenteuses.

Quel est le taux de progestérone chez la femme dans le sang et une analyse détaillée des indicateurs

L'hormone principale du système reproducteur féminin, qui remplit un certain nombre de fonctions nécessaires à l'implantation et à la gestation du fœtus. Ses indicateurs varient en fonction de nombreux facteurs mais, dans tous les cas, le nombre de progestérone doit correspondre à la norme de laboratoire, à la phase du cycle menstruel et à l’âge du patient.

De quoi est-il responsable?

Les obstétriciens et les gynécologues appellent la progestérone "la principale hormone de la grossesse", mais il est naïf de supposer que ses fonctions se limitent à cela.

Il est sécrété par les glandes surrénales, les ovaires et le corps jaune, qui se forme immédiatement après la rupture du follicule.

La concentration normale de progestérone est nécessaire pour stimuler et activer certains processus biologiques:

  1. Rupture de la bulle de Graaf (follicule) et début de l'ovulation.
  2. Formation et redimensionnement subséquent du corps jaune.
  3. Renforcement de l'endomètre, nécessaire pour préparer le corps à la grossesse.
  4. Protection du col utérin en sécrétant du mucus visqueux dans le canal cervical.
  5. Utérus élargi par inhibition de sa fonction contractile.
  6. Suppression de la menstruation / lactation pendant la gestation
  7. La transformation de la glande mammaire, les alvéoles pour la période ultérieure de lactation, est mise en évidence par une forte diminution de la progestérone après l'accouchement.
  8. Inhibition des réactions immunitaires de la mère pour l'implantation du fœtus sans rejet.
  9. Nourriture de l'embryon jusqu'à 2 trimestres de la grossesse (formation de placenta).
  10. Stabilisation du système nerveux dans la période de porter un enfant.

Il s'avère que sans concentration normale, ni la fécondation ni le développement ultérieur de l'embryon ne sont possibles. Son rôle dans le corps est inestimable et n’a pas encore été complètement étudié, les scientifiques émettant de nouvelles hypothèses sur ses effets sur le corps et même sur le comportement quotidien.

Dépendance sur le cycle

La concentration n'est jamais stable ou identique. Les chiffres dépendent de nombreux facteurs:

  • jour du cycle menstruel;
  • l'âge;
  • la grossesse
  • utilisation contraceptive hormonale.

En plus des nuances ci-dessus, il en existe d'autres qui affectent indirectement le fait d'une augmentation / diminution de l'hormone. C’est un stress, un régime épuisant, des maladies gynécologiques, des exercices intenses, des médicaments. La première dépend de la phase et du jour de la période menstruelle.

Première phase (folliculaire)

Elle se caractérise par le développement actif de follicules, parmi lesquels une dominante, contenant un ovule mature, devrait être formée. La durée de la folliculogenèse varie de 11 à 17 jours en fonction de la période totale du cycle menstruel.

La progestérone en phase 1 est fixée dans la plage de 0,92 à 4,7 nmol / l. Il ne faut pas oublier que ce ne sont que des valeurs moyennes, chaque laboratoire ayant ses propres normes de référence.

L'hormone au cours de cette période ne devrait pas augmenter ou fluctuer fortement, car son heure biologique est l'ovulation et une période après celle-ci. En même temps, il est faux de supposer que la progestérone en phase 1 du cycle est en état de repos complet.

Au cours de la folliculogenèse active, il prépare progressivement l'endomètre à l'implantation de l'ovule et contribue indirectement au processus de maturation de la «bulle graaf».

Deuxième phase (lutéal)

La deuxième phase du cycle commence après la rupture de la «bulle graaf» et est appelée lutéale. La veille de l'ovulation d'une femme, une forte augmentation de la progestérone est enregistrée, ce qui est normal car le follicule dominant doit éclater et former un corps jaune.

Sans une quantité suffisante d'hormone, ce processus a lieu avec des pathologies ou est complètement absent. La concentration avant l'ovulation est comprise entre 0,5 et 4,8 nmol / l et, après son apparition, l'hormone augmente rapidement et atteint son maximum entre 5 et 7 jours après la rupture.

La phase se fait sentir immédiatement après l'ovulation. C’est le moment où la progestérone est particulièrement active, puisqu’un corps jaune se forme et produit une hormone. Son nombre peut décupler.

Si les étalons de laboratoire sont considérés comme des échantillons, la concentration d'hormones dans la phase lutéale varie de 7 à 57 nmol / l, mais les valeurs de référence permettent d'atteindre 86 nmol / l, s'il s'agit de 18 à 22 jours du cycle.

Après l'ovulation

Après la rupture du follicule dominant, l'œuf mature est libéré et envoyé dans les trompes de Fallope. À partir du caillot de cellules formé le corps jaune, qui dans le mode amélioré produit de la progestérone.

La phase post-ovulatoire se caractérise par ses scores les plus élevés. Certains laboratoires considèrent comme normaux les chiffres légèrement élevés, car les chiffres définitifs dépendent directement de la taille du corps jaune et du statut hormonal général.

Il convient de rappeler que 6 jours avant le rejet de l'endomètre, la progestérone diminue fortement et atteint son minimum avant la menstruation.

Taux de décryptage

La norme n'est pas une valeur fixe, elle dépend de la phase, de l'état émotionnel, de la présence de charges et de régimes. Nous avons donc préparé pour vous les indicateurs de base à différents moments de la vie.

Le jour 21

Il se définit comme un pic maximum, car le corps jaune atteint des tailles impressionnantes en diamètre (18-24 mm). Il est logique de supposer que le caillot formé commence à produire encore plus, mais à mesure qu'il diminue, la concentration diminue.

Dans le même temps, les chiffres dépendent directement de la période totale du cycle menstruel. Si c'est plus de 30 jours, alors le 21ème jour du cycle, la progestérone ne fera qu'augmenter. La situation inverse s’observe lorsque la durée totale du cycle est inférieure à 28 jours.

Les indicateurs seront légèrement inférieurs à la moyenne, mais ces nuances ne sont pas si significatives. Dans tous les cas, les données doivent s’inscrire dans une plage allant de 7 à 86 nmol / l.

Avant, quotidiennement et après le transfert d'embryons

Le terme «transfert d'embryon» est inextricablement lié à la procédure de FIV (fécondation in vitro). Son essence est assez simple: une femme avec un cathéter est injectée dans l'embryon de l'utérus, qui a été fécondé il y a 48 à 120 heures.

Pour que l’implantation fœtale se produise, il est nécessaire de stabiliser le statut hormonal, en particulier la progestérone. Le corps d'une femme doit être prêt pour la grossesse.

Avant le transfert, les médecins effectuent un traitement hormonal pour ajuster le niveau au taux souhaité.

La procédure est effectuée le jour, qui a été nommé reproducteur. Jusqu'à ce moment, le médecin identifie les facteurs de succès de l'opération (épaisseur de l'endomètre, taux de progestérone, estradiol). Avant de replanter, les chiffres doivent correspondre au taux de la phase folliculaire du cycle (de 0,6 à 2,3 nmol / l).

Après le transfert d'embryons (5-6 jours), la progestérone augmente progressivement et doit atteindre au moins 9 nmol / L. Si une forte baisse est enregistrée, il est conseillé de commencer la stimulation hormonale, car il existe un risque de rejet d'embryon.

Avec une implantation réussie du fœtus, la progestérone augmente rapidement. Chez une femme enceinte, l'hormone au cours des 13-14 premières semaines est fixée entre 15 et 108 nmol / l.

Au cours des premières semaines de gestation, ses valeurs sont de 18 nmol / l. La diminution indique un risque élevé de fausse couche. Par conséquent, la future mère est stimulée pendant tout le trimestre de gestation.

La posologie de la progestérone est choisie individuellement et comprend les médicaments suivants:

  • hormonothérapie (comprimés Duphaston, injections);
  • suppositoires vaginaux;
  • comprimés vaginaux ("lutéine");
  • crème à la progestérone, pommade ("Kraynon").

Tableau par jour pour les non enceintes

Les indicateurs changent constamment en fonction du jour du cycle, de l'âge, du fait de la grossesse, de la prise de contraceptifs, etc.

Le tableau montre les normes pour les femmes non enceintes. Il convient de rappeler que chaque laboratoire a ses propres normes de diagnostic et de recalcul. Par conséquent, la plage de valeurs de référence varie quelque peu.

Le taux de progestérone chez les femmes, la carence, le taux est trop élevé: que faire avec les changements?

La progestérone est souvent appelée l'hormone de grossesse, car elle est synthétisée le plus activement après la fécondation de l'œuf. Pendant la période de procréation, cette hormone maintient l'utérus détendu, empêchant ainsi sa réduction et, par conséquent, les fausses couches et les naissances prématurées.

Chez les femmes qui ne sont pas enceintes, ce stéroïde est produit en petites quantités, mais son rôle dans le maintien de la santé des femmes n’est pas moins important que pendant la grossesse.

Le taux de progestérone chez les femmes dépend de l'âge, de la période du cycle menstruel et de la durée de la grossesse. Dans cette rubrique, nous souhaitons vous proposer de comprendre ce qu'est la progestérone, quelles en sont les normes et les fonctions dans le corps, ainsi que les modifications de son niveau peuvent indiquer. En outre, nous décrirons en détail comment déterminer la quantité de progestérone dans le sang des femmes et comment se préparer à une telle étude.

Qu'est-ce que la progestérone et où est-elle produite?

La progestérone est une hormone stéroïde qui est synthétisée dans le corps de la femme principalement par les ovaires et le placenta, ainsi que dans une faible proportion par la couche corticale des glandes surrénales.

Chez les femmes non enceintes, la progestérone est responsable de la santé de la fonction de reproduction, à savoir de l'apparition régulière de la période ovulatoire et de la menstruation. Chez la femme enceinte, la progestérone vous permet de porter l'enfant.

Quel est le cycle menstruel?

Pour mieux comprendre comment la progestérone est produite et quand il est préférable de la déterminer dans le sang, nous vous suggérons tout d'abord de comprendre ce qu'est un cycle menstruel.

Le cycle menstruel est un signe de puberté chez la femme, ce qui suggère qu’une femme peut exercer une fonction de reproduction.

La normale est la durée du cycle menstruel de 25 à 33 jours. Cette période peut être divisée en quatre phases, à savoir:

  • la période menstruelle (de 1 à 5 à 7 jours du cycle), lorsque se produit le rejet de la couche décidual de l'endomètre;
  • folliculaire (de 6-8 à 12-14 jours du cycle), caractérisé par la maturation du follicule dominant dans l'ovaire;
  • ovulatoire (13-15 jours du cycle), pendant laquelle le follicule dominant est brisé et l'œuf quitte la cavité abdominale;
  • lutéale, qui commence à partir du jour de l’ovulation et dure jusqu’à la prochaine menstruation. Dans cette phase, la couche déciduelle de l'endomètre se prépare à tomber et à sortir avec du sang menstruel.

Quel est le rôle de la progestérone dans le corps féminin?

La progestérone chez les femmes effectue de nombreuses tâches, notamment:

  • préparation des organes de reproduction chez les femmes pendant la grossesse;
  • assurer le déroulement normal de la grossesse et de l'accouchement;
  • assurer l'implantation bien établie d'un ovule fécondé par un spermatozoïde dans l'endomètre de l'utérus.
  • arrêter le rejet de la couche déciduale de l'utérus, empêchant ainsi l'apparition de la menstruation;
  • adaptation du système nerveux pendant la grossesse, l'accouchement et l'allaitement;
  • maintenir un état détendu de l'utérus lors du transport d'un enfant afin d'éviter une fausse couche ou un accouchement prématuré;
  • augmentation de la sécrétion de sébum;
  • la conversion des lipides en énergie;
  • participation au développement de l'appareil glandulaire du sein;
  • préparation du sein pour la lactation;
  • réduire le risque de kystes fibreux dans les glandes mammaires;
  • participation au maintien d'une glycémie normale;
  • régule la glycémie;
  • augmentation de la pression artérielle;
  • fournir de la libido;
  • assurer la formation de l'instinct maternel, etc.

Progestérone: la norme chez les femmes

Le résultat du test sanguin est exprimé en grammes par millilitre (ng / ml) ou en nanohm par litre (nmol / l). Pour convertir le ng / ml en nmol / l, vous devez multiplier ce nombre par 3.18.

Comme nous l'avons déjà mentionné, les normes relatives à la progestérone chez les femmes dépendent directement de l'âge et du jour du cycle menstruel, et pendant la grossesse - de la période. En outre, l'utilisation de contraceptifs oraux modifie la quantité de progestérone dans le sang, ce qui doit être pris en compte lors du déchiffrement des résultats.

Que faut-il savoir sur le taux normal de progestérone dans la phase lutéale?

La majeure partie de la progestérone dans le corps de la femme est produite par la glande temporaire - le corps jaune. Le corps jaune, ou comme on l'appelle aussi, le corps lutéal se forme à la suite d'une rupture du follicule et de la libération d'un oeuf mature dans la trompe de Fallope. Immédiatement après cela, le point de sortie est rempli de contenu jaune. En se développant, le corps lutéal produit de plus en plus de progestérone. Son rôle principal est la préservation de la grossesse. Le taux de progestérone dans la phase lutéale est de 7,0 à 56,6 nmol / l ou de 1,7 à 27 ng / ml. Les faibles niveaux de l'hormone peuvent provoquer une fausse couche et trop élevés indiquent une perturbation du système endocrinien, un kyste dans l'ovaire ou une grossesse.

Performance normale

Le test de progestérone est prescrit le septième jour après l’ovulation. Au cours de la semaine, le corps lutéal atteint sa taille maximale et produit le niveau le plus élevé de l'hormone. En outre, si la conception n’est pas survenue, elle diminue progressivement et n’est pas du tout détectée par la menstruation. Avec un cycle long, une ovulation tardive, des perturbations mensuelles, la date d'analyse est calculée individuellement.

Les taux de progestérone varient en fonction de la phase du cycle, de l'état de grossesse et de la post-ménopause. Au stade folliculaire, sa concentration dans le sang est minimale car l’estradiol joue un rôle hormonal principal. Le taux de progestérone n’est que de 0,3 à 2,2 nmol / l. Avant l'ovulation, son niveau augmente et, lors de la libération ovulatoire de l'hormone lutéinisante, il augmente de 0,5 à 9,4 nmol / l. Dans la phase lutéale, la progestérone est aussi élevée que possible. Son taux est de 7,0 à 56,6 nmol / l ou de 1,7 à 27 ng / ml. En cas de grossesse, le niveau d'hormone continue d'augmenter jusqu'à l'accouchement et peut atteindre 771,5 nmol / l au cours des dernières règles.

Une femme devrait tenir compte du fait que parfois les laboratoires utilisent leurs standards de progestérone. Généralement, ces valeurs peuvent être trouvées sur le formulaire avec les résultats de l'analyse.

Qu'est-ce que vous devez savoir sur la progestérone?

L'hormone progestérone est produite chez les femmes et les hommes. Le corps jaune des ovaires, le placenta chez la femme enceinte, le cortex surrénal et les vésicules séminales sont responsables de ses produits. Les niveaux hormonaux sont contrôlés par l'hormone lutéinisante, produite dans le lobe antérieur de l'hypophyse, et par la gonadotrophine chorionique humaine (hCG) pendant la grossesse. Un effet significatif sur la concentration de progestérone consiste en un équilibre d'estradiol, de prolactine et d'autres hormones.

À quoi sert la progestérone? Son rôle principal est de préparer l'utérus, les seins et le corps entier d'une femme à la grossesse. Sous l'influence de l'hormone au stade lutéal dans le corps féminin, la fonction contractile des muscles utérins diminue, l'endomètre mûrit, le "coussin fœtal" se forme, le flux sanguin vers les organes pelviens augmente, le cycle menstruel est régulé.

La réduction ou l'augmentation de la production de progestérone est le plus souvent associée à une altération du système endocrinien ou à des maladies en gynécologie. Moins fréquemment, des déviations par rapport à la norme résultent du stress ressenti, d’une nutrition inadéquate, de la prise de contraceptifs oraux ou d’autres médicaments hormonaux.

Niveau réduit

Une faible progestérone dans la phase lutéale est principalement dangereuse en cas de fausse couche pendant la grossesse. Il existe un risque très élevé qu'un corps non préparé rejette l'œuf fécondé. En outre, une faible concentration d'hormones dans la seconde moitié du cycle indique un manque d'ovulation. Les cycles anovulatoires uniques sont considérés comme la norme, en particulier chez les femmes de plus de 30 ans.

Avec une faible progestérone, une femme peut présenter les symptômes suivants:

  • maux de tête;
  • perte de cheveux;
  • gain de poids;
  • gonflement des seins;
  • sautes d'humeur;
  • fatigue chronique;
  • violation de cycle.

Pour corriger le niveau de l'hormone, une diète protéinée est prescrite à une femme, il est recommandé d'éliminer les expériences et le stress, d'ajuster le régime de repos et de sommeil. Pour les troubles graves, une hormonothérapie est effectuée. Les médicaments sont sélectionnés individuellement après avoir étudié le statut hormonal.

Niveau élevé

La progestérone est supérieure à la normale dans la phase lutéale indique souvent une grossesse. Cependant, il sera possible de confirmer ou d'infirmer ce fait un peu plus tard, 10 à 14 jours après l'ovulation. Pour ce faire, une femme est envoyée pour une échographie et un test sanguin d'hCG. Dans d'autres cas, l'excès de progestérone dans la phase lutéale est un symptôme de la maladie:

  • kyste lutéal (kyste au corps jaune);
  • tumeurs ovariennes (malignes ou bénignes);
  • pathologies surrénales;
  • insuffisance rénale;
  • dérapage à bulles;
  • aménorrhée

Les symptômes d'hormones élevées incluent l'acné, l'enflure, la prise de poids, des selles bouleversées, l'engorgement et la sensibilité des glandes mammaires, une altération de la mémoire, une anxiété constante. Réduire sa concentration en utilisant diverses méthodes. Si des tumeurs sont détectées, une intervention chirurgicale est effectuée. Avec les pathologies des reins et des glandes surrénales, la fonction des organes est normalisée. Également largement utilisé la thérapie hormonale avec des médicaments Tamoxifen, Clomiphene, Mifepristone. Avec des violations mineures du niveau d'hormone est ajusté en utilisant un régime à l'exception des aliments gras.

Le stade lutéal est caractérisé par le niveau le plus élevé possible de progestérone. Son taux est de 1,7-27 ng / ml. Toute déviation significative nécessite un examen minutieux et une correction. L'hormonothérapie, et parfois juste un régime, aidera une femme à établir son cycle menstruel et à devenir enceinte.

Les taux de progestérone dans la phase lutéale

Si le système reproductif d'une femme fonctionne sans pathologie, vers le quinzième jour déjà, elle a une période aussi importante pour une femme que la phase dite lutéale.

Dans une situation normale, l'ovule, qui a déjà mûri pendant cette période, quitte le follicule et le corps jaune, responsable de la production de progestérone, commence son travail.

Dans ce cas, l'hormone dans la phase lutéale est fortement surestimée, ce qui permet de former un endomètre plus dense.

Et tout cela se passe pour que l’oeuf, fécondé lors des rapports sexuels, puisse trouver l’endroit le plus approprié pour la maternité et s’attache enfin directement au mur de l’utérus.

Si nous parlons directement de la distribution de la progestérone dans la phase lutéale, cela devrait informer la femme qu'elle est déjà tout à fait en mesure de penser à la progéniture.

Cependant, s'il n'atteint toujours pas la fécondation, le corps jaune meurt tout simplement, ce qui entraîne une diminution de l'hormone puis, après le décès, est rejeté par les ovaires. En fait, en raison de ce processus, la phase post-ménopausique commence.

C'est important! Ce processus est bien établi et il est régulé par la progestérone. Si sa quantité change, divers problèmes et défaillances apparaissent dans le cycle menstruel.

La phase lutéale dure en moyenne deux semaines. Parfois, en raison des caractéristiques individuelles de la femme, cette période peut être étendue à 16 jours.

Si l'ovulation survient un peu plus tôt que dix jours avant la menstruation, cela signifie que la production de l'hormone est interrompue.

En ce qui concerne la détermination de l'hormone dans le sang, une analyse spéciale est effectuée à cet effet, qui permet de déterminer la quantité de progestérone dans différentes phases et dans différentes périodes de temps.

Il convient d’accorder toute l’attention voulue à cette analyse, car lors de la planification de la grossesse, et plus encore en son absence, l’hormone peut jouer un rôle majeur.

Par conséquent, si une femme ne peut pas devenir enceinte pendant plus d'un an en contactant le même partenaire sexuel, cet indicateur doit être vérifié.

Effet de la progestérone sur la phase lutéale

Comme mentionné précédemment, vers le 14e jour, à l'apogée de la phase ovulatoire, le niveau de progestérone commence à augmenter.

Phase lutéale du cycle menstruel

Lorsque le follicule sur l'ovaire éclate et qu'un ovule en émerge, la phase dite lutéale commence.

Le follicule qui éclate se transforme, quant à lui, en un corps jaune, grâce auquel l'hormone de grossesse commence à être produite.

C'est à ce moment que la progestérone augmente dans le sang, ce qui est normal pour un corps féminin normal. Si le niveau est trop élevé, cela indique qu'il est temps de se préparer à la grossesse.

Le taux de progestérone dans la phase lutéale

L’apparition de la grossesse, l’un des indicateurs de l’évolution de la concentration de progestérone

Il est établi que le taux de progestérone au début de la phase lutéale peut varier en fonction des indicateurs suivants:

  1. Acceptation des pilules hormonales.
  2. L'apparition de la ménopause.
  3. Nouvelle grossesse.

Et bien sûr, la progestérone saute en fonction de la phase du cycle.

Comme déjà mentionné précédemment, la plus grande quantité d'hormone apparaît dans la phase lutéale - de 6,95 à 56,63 nmol / l. Et tout cela est considéré comme normal. Quant aux autres phases, lors de leur manifestation, la quantité d'hormone est parfois moindre.

L'évolution de la concentration de progestérone en fonction de la phase du cycle menstruel

Si une femme prend des contraceptifs hormonaux, les indicateurs seront différents - un peu trop chers.

Donc, pour la phase lutéale, ce chiffre est compris entre 3,01 et 66,8 nmol / l. Cinq pour les autres phases, cet indicateur est beaucoup moins.

Test sanguin pour la progestérone

Cette méthode de recherche sur l'ovulation est considérée comme indispensable en médecine. Comme indiqué précédemment, le taux de progestérone dans le corps de la femme varie généralement d’une phase à l’autre. Si nous parlons de la norme, alors avant l’ovulation, l’hormone devrait être multipliée par dix.

Quant au grossissement maximum, il est réalisé en phase lutéale. S'il n'y a pas une telle exagération, alors nous pouvons parler de la pathologie dans le corps d'une femme.

La même chose vaut pour la grossesse. Au cours de ce processus, l'hormone est également surestimée. Et s’il n’ya pas assez de progestérone dans le corps de la femme, la grossesse peut être interrompue - c’est pourquoi il est si important de tester cette hormone avant la conception.

Kyste du corps jaune, l'une des raisons de l'augmentation de la progestérone

Dans ce cas, si l'hormone est trop élevée, nous pouvons parler des éléments suivants:

  • La hausse symbolise le début de la grossesse.
  • Les saignements utérins anormaux surviennent dans le corps de la femme.
  • Sur le visage d'une violation du cycle.
  • Toutes les anomalies associées au placenta se produisent.
  • La femme a un kyste du corps jaune.
  • Il y a une insuffisance rénale.
  • Dans les hormones surrénales se forment avec des anomalies.

En outre, une hormone surestimée peut parler de l'utilisation de certains médicaments.

L'aménorrhée, l'une des causes des faibles concentrations de progestérone

Au contraire, si une femme manque d'hormone, cela indique au contraire la présence des problèmes de santé suivants:

  1. L'absence d'un processus aussi important que l'ovulation.
  2. Fonctionnement insuffisant du placenta ou du corps jaune.
  3. Fausse couche menacée.
  4. Retard du développement fœtal.
  5. Grossesse encline
  6. Maladies inflammatoires associées à la sphère sexuelle.
  7. Saignement dans l'utérus.
  8. Aménorrhée

Comme dans le cas d’un indicateur surestimé, un indicateur faible peut également résulter de l’utilisation de certains médicaments.

Astuce! Pour réussir l’analyse, vous devez contacter le laboratoire 22-23 jours du cycle. Dans ce cas, l'analyse est effectuée exclusivement sur un estomac vide. Et après que la femme a mangé, cela devrait prendre au moins un quart de jour. Si une femme a un cycle régulier, il est nécessaire de procéder à une analyse sept jours avant ses menstruations. Si ce n'est pas régulier, cela doit être fait plusieurs fois.

Test sanguin pour déterminer le niveau de progestérone pendant la phase lutéale

Conclusion

Comme vous l'avez probablement compris, la progestérone joue un rôle très important lors de la préparation à la grossesse.

Par conséquent, il convient d’accorder toute l’attention voulue à cette question et de ne pas ignorer l’analyse visant à déterminer le niveau d’hormones dans le sang.

Nous apprenons le taux de progestérone dans la phase lutéale

La phase lutéale (phase de progestérone, phase du corps jaune) est la troisième phase du cycle menstruel. Elle commence à partir du moment de l'ovulation ou de la formation du corps jaune dans l'ovaire et dure généralement 12 à 16 jours, se terminant par une nouvelle phase du cycle menstruel ou de la grossesse.

La progestérone est la principale hormone produite par le corps jaune. La progestérone dans la phase lutéale a un impact sur la préparation du corps à la grossesse et au développement embryonnaire du fœtus.

Caractéristiques de la phase lutéale

La durée du cycle menstruel est généralement de 28 jours.

Le début du cycle est compté à partir du premier jour de la menstruation, lorsque le sang commence à couler du vagin.

Le cycle menstruel peut être divisé en quatre étapes:

  • la phase menstruelle, du 1er au 5ème jour;
  • phase folliculaire, du jour 1 au jour 13;
  • phase d'ovulation, le 14e jour;
  • phase lutéale, du 15 au 28e jour.

Dans la phase folliculaire, l'hypophyse commence à sécréter une hormone qui stimule la croissance et la maturation des ovules dans les ovaires. Le 14e jour du cycle, dans la phase d'ovulation, l'un des œufs est libéré du follicule et pénètre dans les trompes de Fallope (trompe de Fallope).

À la place d'un follicule rompu, un corps jaune est formé (la glande endocrine temporaire), qui commence à sécréter des hormones stéroïdes sexuelles - œstrogènes et progestérone.

N'hésitez pas à poser vos questions à l'hématologue membre du personnel directement sur le site dans les commentaires. Nous allons répondre. Poser une question >>

Au début de la phase lutéale, l'œuf libéré reste dans la trompe de Fallope pendant 24 heures. Si le spermatozoïde ne féconde pas l'œuf pendant ce temps, il est détruit. Si l'ovule est fécondé, il passe par la trompe de Fallope et passe dans l'utérus, où il est implanté dans sa paroi 6 à 12 jours après la fin de l'ovulation.

L'hormone progestérone produite par le corps jaune joue un rôle important dans la formation de la susceptibilité de la muqueuse interne de l'utérus (son endomètre) à la fixation d'un œuf fécondé, ainsi que dans le maintien de l'embryon aux premiers stades de développement.

L'hormone empêche également les contractions utérines et le développement de nouveaux follicules et augmente la température basale du corps.

Une fois l'ovule fécondé, la progestérone stimule la croissance des vaisseaux sanguins alimentant l'endomètre et stimule celui-ci à produire les nutriments nécessaires à l'embryon.

En cas d'implantation de l'œuf dans l'endomètre, le corps jaune continue à produire de la progestérone sous l'action de l'hormone gonadotrophine chorionique, en maintenant une température corporelle basale élevée de huit à douze semaines, après quoi le placenta reprend la fonction.

Si l'œuf n'est pas fécondé, le corps jaune commence à s'atrophier progressivement et le niveau de progestérone diminue progressivement, ce qui signifie la fin de la phase lutéale et le début du prochain cycle menstruel.

Défaut de la phase lutéale

En règle générale, le défaut de la phase lutéale (insuffisance lutéale) se produit si, pour une raison quelconque, cette phase est raccourcie ou si le niveau de progestérone devient supérieur à la normale.

Les raisons de la contraction de la phase lutéale sont généralement associées à une faible production de progestérone dans le corps jaune, la phase lutéale étant la condition la plus importante pour l'implantation d'embryons dans la paroi utérine et la grossesse. Il est supposé que le défaut de la phase lutéale interfère avec l'implantation et le développement de l'embryon.

Le défaut de la phase lutéale est diagnostiqué à l'aide d'une échographie, d'une analyse de la progestérone au 21ème jour du cycle, d'un graphique de la température corporelle basale et d'un suivi de la durée de la phase elle-même.

Normal

Au début de la phase lutéale, le niveau de progestérone est généralement très faible, mais pendant cette période, il commence à augmenter rapidement, atteignant généralement un maximum dans 5 à 7 jours.

Mesurer le niveau d'hormone au milieu de la phase lutéale peut déterminer si l'ovulation ou la grossesse s'est produite et si elles s'écoulent normalement ou non.

Les valeurs moyennes des niveaux de progestérone dans le cycle menstruel sont:

  • début du cycle: 1 à 3 ng / ml ou moins;
  • avant le début de l'ovulation: 3 - 10 ng / ml;
  • au moment de l'ovulation: 5 à 20 ng / ml;
  • phase mi-lutéale: 8-20 ng / ml.
Le taux de progestérone dans la phase lutéale peut être mesuré en nanogrammes par millilitre (ng / ml) ou en nanomoles par litre (nmol / l).

Pour convertir nmol / l en ng / ml, il est nécessaire de diviser la valeur en ng / ml par 3,18.

En règle générale, un faible niveau de progestérone (inférieur à 10 ng / ml) au milieu de la phase lutéale signifie que l'ovulation ne s'est probablement pas produite ou que la mesure a été effectuée trop tôt. En cas de grossesse, les taux de progestérone peuvent être 10 fois plus élevés que ses valeurs normales.

Au cours du cycle de la grossesse, les taux de progestérone devraient être supérieurs à 10 à 12 ng / ml afin d’avoir de bonnes chances d’être positifs.

Il est nécessaire de tenir compte du fait que chaque organisme a ses propres caractéristiques et qu’il n’existait pas de taux de progestérone «normal» auparavant connu après le début de l’ovulation.

On ne peut que soutenir qu'il existe des niveaux plus élevés et plus bas et que ces indicateurs varient assez largement.

Regarder une vidéo sur ce sujet.

Niveaux d'hormones élevés

Les deux principales raisons de l’augmentation du taux de progestérone dans la phase lutéale incluent la présence de l’ovulation et la grossesse.

Cependant, il existe un soi-disant «faux» taux élevé de progestérone dans la phase lutéale, qui peut être causé par:

  • le début de la ménopause;
  • kyste ovarien lutéal;
  • mauvaise santé physique générale;
  • hyperplasie congénitale des surrénales;
  • certaines formes de cancer de l'ovaire ou de la surrénale;
  • erreur de laboratoire due à la réactivité croisée de la progestérone avec d'autres hormones.

Il existe également un certain nombre de causes provoquées par des taux élevés de progestérone causés par:

  • manque d'exercice;
  • manque ou excès de certains nutriments dans le régime alimentaire;
  • prendre certains médicaments, y compris pilules contraceptives à la progestérone.

Les moyens éprouvés de réduire le niveau de progestérone dans le corps de la femme incluent:

  1. Prendre des contraceptifs oraux qui inhibent l'activité de la progestérone. Contraceptifs Janine, Yarin, Anteovin peuvent être utilisés pour traiter l'hyperprogestérone. Epostane, Tamoxifen, Mifepreston et Clomifen peuvent également être administrés.
  2. Thérapie de la maladie sous-jacente qui provoque une augmentation des niveaux d'hormones. Dans le traitement du kyste du corps jaune de l'ovaire ou des tumeurs malignes de l'ovaire, on utilise un traitement anti-inflammatoire et des contraceptifs oraux. Dans les cas graves, élimination du kyste ou résection de l'ovaire, traitement par des médicaments anticancéreux et une chimiothérapie.
  3. En cas de dysfonctionnement surrénal et d'insuffisance rénale, un traitement médicamenteux est utilisé pour restaurer leur fonction. Également prescrit des hormones, des corticostéroïdes sous la supervision du médecin traitant.
  4. Avec un taux élevé de progestérone, les aliments gras, le sucre, les noix, les légumineuses et la volaille constituent un régime sain qui exclut leur régime. Vous pouvez utiliser des produits laitiers faibles en gras, de l'huile végétale et de la viande maigre. Aussi, pour réduire le niveau de progestérone utilisé décoctions de fleurs d'oeillets, de fruits de cendre de montagne et de tiges de bore de l'utérus.

Niveau réduit

Un faible taux de progestérone dans la phase lutéale, en particulier à des valeurs inférieures à 10 ng / ml, peut indiquer que l’ovulation n’a pas eu lieu.

Si l'ovulation a effectivement lieu, cela signifie qu'il existe un certain nombre de causes de nature somatique ou physiologique qui empêchent le corps de produire de la progestérone. Un traitement spécial à la progestérone est donc nécessaire.

Causes de faibles niveaux de progestérone:

  • syndrome de tension prémenstruelle (SPM);
  • troubles de la glande thyroïde (hypothyroïdie);
  • prédisposition génétique à de faibles niveaux de l'hormone;
  • régimes alimentaires serrés qui déclenchent un manque de nutriments dans le corps;
  • dysfonctionnement ovarien, incl. en raison de maladies infectieuses chroniques;
  • violations dans l'hypophyse antérieure, ses tumeurs, interférant avec le cycle du follicule;
  • niveau élevé d'anxiété, stress chronique, ainsi que l'exercice excessif, incl. quand faire du sport.

Moyens d'augmenter les niveaux de progestérone:

  1. Les phases lutéales courtes provoquées par un manque de progestérone peuvent être stabilisées en prenant de fortes doses de progestérone et de vitamine B6 par voie orale jusqu'à ce que le placenta devienne autonome.
  2. Des modifications de la nutrition peuvent constituer une alternative lorsqu'il est impossible d'effectuer un traitement hormonal substitutif. Elles comprennent un repas faible en gras, de la viande, des produits laitiers, des fruits et des légumes. Il est également utile de prendre des suppléments nutritionnels, notamment du calcium, des vitamines A, D et des acides gras oméga-3.
  3. L'exercice régulier aide à équilibrer l'équilibre hormonal dans le corps, il est recommandé de faire de l'exercice pendant 30 minutes chaque jour.
Avant de commencer un programme d'exercice, vous devriez consulter votre médecin, surtout si vous avez des problèmes de santé, y compris un cancer du poumon ou une maladie cardiaque.

Prévention des niveaux normaux d'hormones

Des niveaux élevés de progestérone peuvent être dus à diverses causes. Les tests hormonaux peuvent déterminer si l'ovulation est normale. Si l'ovulation est anormale, des tests de laboratoire supplémentaires peuvent indiquer quel type de traitement médicamenteux peut aider dans un cas particulier.

En cas de symptômes de douleurs abdominales ou de saignements, le médecin peut suspecter une grossesse extra-utérine ou une éventuelle fausse couche.

Dans certains cas, des injections d’œstrogènes, ou une combinaison de thérapies ne contenant que des œstrogènes, peuvent préserver la grossesse.

En cas de problème de grossesse, un contact constant avec votre médecin est nécessaire pour déterminer les risques de tout traitement lié à la grossesse et à la prévention de la présence d'hormones dans le corps.

Au cours de l’âge de procréer, la thérapie aux œstrogènes et aux progestatifs réduit le risque de cancer de l’endomètre (pré-cancer de l’utérus). Avec le syndrome des ovaires polykystiques, il est possible de prendre des pilules contraceptives pour contrer le développement de la maladie.

Pendant la ménopause, les niveaux d'hormones peuvent augmenter ou diminuer. Le traitement de cette maladie implique généralement la prise de faibles doses de préparations hormonales contenant de la progestérone.

La plupart des médecins ne recommandent pas l'automédication aux femmes dont la progestérone est faible en phase lutéale, si les indicateurs de base de la santé sont abaissés ou s'il existe des symptômes gênants.

Dans ce cas, de nombreux facteurs doivent être pris en compte avant d'utiliser un traitement hormonal substitutif.

Un stress intense pendant une longue période peut affecter les niveaux d'hormones. Les faibles doses de pilules contraceptives peuvent aider les femmes ayant leurs cycles menstruels.

Si la dépression se développe en raison de fluctuations hormonales, vous pouvez utiliser des antidépresseurs qui affectent le niveau de neurotransmetteurs régulant le niveau d'hormones dans le corps.

Les problèmes thyroïdiens entraînent souvent des fluctuations des niveaux de progestérone et un certain nombre de troubles menstruels. Le traitement hormonal substitutif aide à équilibrer les niveaux d'hormones et à réduire l'inconfort possible dans ce cas.

Traiter les symptômes de la progestérone faible n'est généralement pas recommandé aux femmes ayant des antécédents familiaux ou personnels de cancer du sein, de maladie du foie, de maladies des vaisseaux sanguins et de maladies cardiaques.

Conclusion

Si vous avez des problèmes de grossesse, vous devez d’abord identifier la cause exacte du déséquilibre des taux d’hormones dans le corps. Pour maintenir le niveau de progestérone, il est important d’éviter le stress et d’adhérer à un régime alimentaire sain qui fournit au corps les minéraux et les oligo-éléments nécessaires à son travail.

Le traitement hormonal substitutif par la progestérone sous la surveillance d'un médecin est l'un des principaux moyens de prolonger la phase lutéale et d'assurer le déroulement normal de la grossesse.

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

Le diabète sucré est une affection qui nécessite l'administration quotidienne d'insuline dans le corps d'une personne malade. Le but de ce traitement est de reconstituer le déficit hormonal, de prévenir le développement de complications de la maladie et d’obtenir une compensation.

La progestérone est souvent appelée l'hormone de grossesse, car elle est synthétisée le plus activement après la fécondation de l'œuf.

Ci-dessous, une traduction adaptée d'un article sur les taux élevés de testostérone chez les femmes, par Westin Childs, praticien et spécialiste en médecine fonctionnelle.