Principal / Hypoplasie

Progestérone avec FIV après transfert d'embryon

Pendant la grossesse et la conception, le fond hormonal de la femme a un effet significatif. S'il y a des anomalies, la grossesse n'a pas lieu ou est interrompue prématurément.

La progestérone joue un rôle important dans l’apparition de la grossesse. Elle est sécrétée par les corps jaunes, des glandes temporaires qui se forment sur les ovaires au milieu du cycle menstruel, c’est-à-dire après l’ovulation. Considérez comment la progestérone affecte la grossesse et le danger qu’elle présente.

Influence

La progestérone a les effets suivants sur le corps de la femme:

  • pour la menstruation;
  • supprime le ton de l'utérus, de sorte que l'embryon est attaché et qu'il n'y ait pas d'avortement;
  • sur les glandes mammaires, en les préparant à la lactation après la naissance.

Une déficience en progestérone provoque souvent une infertilité, l’embryon ne pouvant normalement pas féconder et se fixer à la paroi utérine, la femme se rend donc à la clinique pour une FIV. Dans le protocole de FIV, la progestérone est prescrite pour la préparation et le maintien de la grossesse sous forme d'injections.

Les normes

Au cours de la période de préparation à la FIV, une femme doit passer un test de progestérone. S'il est abaissé avant la replantation, la procédure est transférée au cycle suivant, tandis que les embryons sont soumis à une cryoconservation. Si vous faites un don avec peu de progestérone, le protocole échouera probablement. Par conséquent, il est très important de rechercher les causes du problème et de l’éliminer tout en maintenant un niveau normal d’hormone.

Le taux de progestérone après le transfert d'embryon est également très important, de sorte que la femme subit régulièrement des tests après la procédure pour surveiller son état. Au cours des premières semaines, le niveau d'hormones devrait être compris entre 37 et 57 ans. À la semaine 5 - entre 55 et 65 ans, et à la semaine 10 - entre 70 et 85 ans. À la fin de la grossesse, l'indice de progestérone atteint 500.

Des anomalies en progestérone sont souvent observées après la FIV, dans les deux sens également. La progestérone élevée indique la présence de pathologies du placenta. Une faible progestérone peut être associée au travail du corps jaune, à une inflammation des ovaires, au risque de fausse couche et à un retard de développement du fœtus. Étant donné que la faible progestérone est particulièrement dangereuse pour le fœtus, le médecin vous prescrit des injections.

Application

Comme vous le savez, la progestérone commence à être produite activement dans la seconde moitié du cycle après l’ovulation. Si vous réussissez le test de progestérone après la menstruation, le résultat sera faible - c'est la norme. Pour vérifier le niveau de progestérone, vous devez être testé dans la seconde moitié du cycle.

Si une femme entre dans un protocole de FIV, elle recevra des injections de progestérone pendant les 16 à 17 jours du cycle menstruel avant la ponction. Le médicament aidera à augmenter l'endomètre pour une implantation normale de l'embryon, ainsi qu'à provoquer la croissance du corps jaune sur l'ovaire.

Il est possible de diagnostiquer une grossesse le 14e jour après le transfert d'embryon, après avoir réussi l'analyse pour l'hCG. Si l'hormone est élevée, alors ils disent que la grossesse est venue. Une semaine plus tard, le médecin enverra une femme à une échographie pour confirmer la grossesse utérine et le nombre de fœtus.

En règle générale, la progestérone n'est pas immédiatement annulée après le transfert. La femme continue de recevoir des injections, elles aideront à garder la grossesse. L'annulation de la progestérone après la grossesse par FIV est généralement réalisée à la fin du premier trimestre, à 10-12 semaines. À ce stade, le placenta est déjà bien formé et maintient seul le niveau de progestérone.

Les injections

Pour soutenir la grossesse après la FIV en utilisant de la progestérone sous la forme d’une solution huileuse injectable, le médicament s’appelle Utrogestan.

Indications pour prendre le médicament:

  • manque de progestérone et risque de fausse couche;
  • PMS;
  • insuffisance lutéale et infertilité;
  • la mastopathie;
  • ovulation avec facultés affaiblies;
  • ménopause prématurée.

L'utilisation du médicament dans la FIV contribue à soutenir la grossesse et à prévenir l'avortement aux stades précoces.

Les injections de progestérone dans la FIV sont effectuées par voie intramusculaire. Le médicament doit être stocké dans le réfrigérateur et avant l'introduction - pour se réchauffer dans la main. Les injections sont très douloureuses et passent au moins deux fois par jour.

Le médecin peut vous prescrire des pilules ou des suppositoires vaginaux en remplacement de l’Utrozhestan. Les analogues du médicament sont Duphaston et la lutéine. Si une femme souhaite abandonner les injections et prendre de la progestérone par d'autres méthodes, il est fortement recommandé de consulter un médecin. La substitution de drogue n'est pas autorisée seule.

Qu'est-ce que la progestérone pour la FIV?

La progestérone est une hormone de deuxième phase dans le cycle menstruel. Son niveau normal est nécessaire au début de la grossesse. Le taux de progestérone dans le sang est donc un indicateur très important.

Lorsque la FIV est particulièrement importante pour maintenir les hormones nécessaires, afin que la grossesse soit facile et sans complications.

L'effet de la progestérone sur le corps de la femme

Les fonctions de la progestérone dans le corps d'une femme

La progestérone est une hormone stéroïde dérivée du cholestérol. Il est produit par les glandes sexuelles du corps, hommes et femmes.

Dans le corps masculin, la quantité de progestérone est insignifiante, bien qu'elle affecte également les représentants du sexe fort. Mais le rôle de cette hormone chez les femmes est beaucoup plus important.

À la différence du mâle, les hormones sexuelles féminines appartiennent à deux classes biochimiques: l'œstrogène et le gestagène. Leur concentration dans le sang change périodiquement, formant un cycle ovarien-menstruel.

La progestérone est le principal représentant du groupe des progestatifs, elle est responsable de la formation de la deuxième phase du cycle menstruel, ainsi que du début de la grossesse.

Chez les femmes non enceintes, la progestérone aide à restaurer l'endomètre après une nouvelle menstruation, sa croissance et sa préparation à une éventuelle grossesse.

Cela influence également la sphère émotionnelle - la femme devient plus calme et bienveillante. La température basale (dans le rectum) augmente légèrement - c’est l’un des signes indirects de l’apparition de la phase progestérone du cycle.

La progestérone est extrêmement importante pendant la grossesse. C'est grâce à lui que l'embryon est implanté dans la paroi utérine, le placenta est formé. Dans le même temps, les réactions immunitaires locales diminuent, ce qui empêche le rejet du fœtus, renforce la couche musculaire de la paroi utérine et réduit le tonus des muscles de l'utérus. Tout cela est nécessaire pour une implantation réussie du fœtus, et ces fonctions ne perdent pas leur valeur tout au long de la grossesse.

Pendant la lactation, la valeur de la progestérone diminue progressivement et sa production après la grossesse revient progressivement au cycle menstruel normal. Ce processus peut prendre plusieurs mois, de sorte que les femmes qui allaitent n’ont pas leurs règles à ce stade.

La valeur normale de la progestérone dépend de la phase du cycle menstruel et de la présence ou non de grossesse. Il est important de se rappeler que même chez une femme en bonne santé, les taux de progestérone peuvent varier d’un cycle à l’autre. Pendant la grossesse, la concentration de la substance augmente fortement.

Le taux pour le premier trimestre est de 468 nmol / l. Au deuxième trimestre, une diminution significative du niveau de cette hormone est possible, et au troisième - une augmentation à 771 nmol / l, parfois plus.

Avec la FIV, le taux de progestérone dans le sang est essentiel car le succès de la procédure dépend en grande partie de cet indicateur. Avec la FIV, comme avec une grossesse normale, la progestérone est nécessaire pour créer des conditions favorables au début de la grossesse - implantation de l'embryon, maintien du tonus utérin bas et réduction de la réponse immunitaire. Pour cette raison, si la production de progestérone est insuffisante, une femme peut se voir prescrire ce médicament.

Norme de progestérone après transfert d'embryon

La FIV vous permet de devenir une femme enceinte ayant des difficultés à concevoir. Cela peut être accompagné de problèmes hormonaux, notamment d'un déficit en progestérone. Cela risque d'interrompre prématurément la grossesse.

Est-ce que l'excès de progestérone est nocif?

Étant donné que la procédure de FIV prend beaucoup de temps et coûte cher, la prévention du déficit en progestérone est importante.

À cette fin, des médicaments à base de progestérone sont prescrits, tout en surveillant le niveau de cette hormone.

Le niveau normal de progestérone au cours de la cinquième ou de la sixième semaine de grossesse est de 18 nmol / l. Il peut y avoir de légères variations.

Au cours des deux prochaines semaines, sa concentration double, puis son niveau continue de croître.

Pour réussir la FIV, le taux de cette hormone après le transfert d'embryon doit être supérieur à 8,9 nmol / l. À des concentrations plus faibles, il existe un risque de fausse couche précoce.

Cependant, on suppose que l'excès de progestérone dans la FIV est également néfaste, car il provoque une préparation prématurée de l'endomètre, qui ne correspond pas à l'état du fœtus, et l'implantation ne se produit pas. Par conséquent, la question du caractère contraignant du support en progestérone reste ouverte.

Les objectifs du soutien à la progestérone dans la FIV sont de créer les conditions les plus favorables pour l’implantation de l’embryon.

Lors de la prescription de médicaments, le médecin doit se rappeler que la concentration de progestérone dans le sang veineux périphérique ne correspond pas toujours à sa concentration dans les vaisseaux de l’utérus, où elle peut être plus élevée.

Progestérone pour FIV

Si le médecin considère toujours que le traitement par progestérone est nécessaire, les médicaments suivants sont prescrits à cette fin:

  • Progestérone solution huileuse par voie intramusculaire ou sous-cutanée;
  • Les comprimés de Duphaston;
  • Urozhestan dans des capsules vaginales;
  • Kraynon, gel vaginal;
  • Lutéine par voie sublinguale ou vaginale

Ces médicaments contiennent de la progestérone naturelle, ses analogues artificiels ou lutéine, une hormone qui augmente la production de progestérone dans le corps.

Ces médicaments vous permettent d’atteindre une concentration normale de progestérone dans le sang, nécessaire au maintien de la grossesse. Parmi les effets secondaires peuvent être identifiés augmentation de l'appétit, ainsi que des réactions locales lors de la prise de formes posologiques vaginales.

Le médicament à attribuer à la patiente dépend d'une combinaison de nombreux facteurs - son état, les caractéristiques de ses antécédents hormonaux, l'épaisseur de l'endomètre, etc.

Le traitement commence le jour de la collecte des œufs pour la FIV et se poursuit jusqu’à 18-20 semaines de gestation; dans certains cas, il est possible de le prolonger jusqu’au milieu du troisième trimestre. Les doses de médicaments sont sélectionnées individuellement.

Les médicaments hormonaux sont prescrits selon un certain nombre de règles.

  • Tout d'abord, il est important de rappeler que les préparations de progestérone commencent à être prises à l'avance - le jour de la collecte des œufs, et non lorsque le fait de la grossesse est établi. De même, le traitement ne doit pas être interrompu ni réduit à une dose de 12 semaines de grossesse.
  • Deuxième règle importante: vous devez prendre vos médicaments en même temps, de préférence avec une demi-heure de préférence.

La posologie du médicament peut être ajustée en fonction du taux de progestérone dans le sang d'une femme, mais le moment de l'admission doit rester inchangé, sans quoi il y a un risque d'interruption prématurée de la grossesse.

  • La troisième règle importante est que lorsqu'un médecin décide qu'il est temps d'arrêter le médicament, cela ne doit jamais être fait brusquement.

Il existe des régimes spéciaux pour l'annulation des médicaments hormonaux, qui permettent de réduire progressivement la posologie, puis d'annuler complètement le médicament. Cela devrait être fait sous le contrôle des niveaux de progestérone dans le sang.

Une nuance importante peut influer sur l'observance par le patient de l'assistance de FIV à la progestérone.

La plupart des médicaments ont la forme posologique de comprimés ou de gels vaginaux.

Ce mode d'administration du médicament est extrêmement gênant pour un patient qui travaille, s'il est prescrit plus d'une fois par jour.

Effets secondaires lors de la prise de progestérone

L'émission d'une liste de maladie pour un patient qui subit une procédure de FIV n'est pas autorisée. Vous devez donc faire face à des problèmes de réapprovisionnement de la famille en vacances. Si cette possibilité ne se présentait pas, la probabilité que le patient ne puisse pas exécuter correctement la tâche est élevée.

Parmi les effets secondaires à noter, deux des plus remarquables. Le premier d'entre eux est une augmentation de l'appétit et, par conséquent, un gain de poids.

Il n'est pas nécessaire de lutter contre ce phénomène sauf en cas de détérioration significative du bien-être.

Si une femme est très préoccupée par l'excès de poids, vous pouvez choisir un régime qui lui permettra de conserver un physique harmonieux. Cependant, il convient de rappeler que la prise de poids pendant la grossesse est un phénomène normal et inévitable.

Le deuxième groupe d’effets secondaires est la faiblesse des vertiges, la perte de coordination des mouvements. Si une femme constate des phénomènes similaires, elle doit faire preuve de prudence dans les affaires de tous les jours afin de ne pas se blesser. Mais en général, de tels phénomènes ne sont pas dangereux.

Les contre-indications à la prise de médicaments à base de progestérone peuvent être une hypersensibilité à leurs composants, des maladies endocriniennes graves, une insuffisance cardiaque, rénale et hépatique.

Dans cette vidéo, le médecin raconte l'histoire de la découverte et de l'introduction de la progestérone dans la pratique médicale de l'hormone:

Progestérone avec grossesse par FIV

Le développement de la grossesse est toujours lié à l'indice sanguin de progestérone. Par conséquent, en cas de carence, la grossesse est interrompue, une naissance prématurée ou aucune grossesse ne survient. La progestérone elle-même est normalement excrétée chez toutes les femmes des ovaires par le corps jaune, qui se forme au milieu du cycle après l'ovulation.

Quand il est produit à certains moments de la vie, il affecte les règles, le tonus utérin et les glandes mammaires. Très souvent, la grossesse ne survient pas lorsque ses produits sont insuffisants, puis la femme devient stérile et a recours à des techniques de procréation médicalement assistée, en particulier la FIV. Du fait que cela ne soit pas suffisant dans le corps, le tonus utérin n'est pas réduit, ce qui entraîne l'absence d'implantation de l'embryon dans l'utérus et, par conséquent, le développement de la grossesse ne se produit pas.

Qu'est-ce que la progestérone?

La progestérone est une hormone appelée aussi hormone de la grossesse qui active les mécanismes qui contrôlent le système reproducteur pendant la grossesse. Simultanément, il stimule le développement de l'endomètre pour une implantation réussie de l'embryon, détend l'utérus, empêche le rejet de l'embryon ou du fœtus pendant la grossesse, épaissit le mucus du canal cervical, prépare les glandes mammaires à la production de lait et à ses produits et contribue à la formation de réserves graisseuses pendant la grossesse. qui sont nécessaires pour le développement de la grossesse.

Tous ces processus se produisent lors de la fertilisation naturelle et contribuent au succès de la fertilisation et au développement de la grossesse. Avec l'insémination artificielle, lorsqu'il y a une pénurie de production de progestérone dans le corps, cela nécessite une nomination supplémentaire de progestérone de l'extérieur.

Progestérone avec FIV. Dans toutes les cliniques de fécondation in vitro, la progestérone est utilisée pour préparer l’approche de la grossesse et la maintenir pendant un certain temps, et parfois pendant toute sa durée.

Le taux de progestérone au cours de la grossesse par FIV joue donc un rôle très important. Au cours du protocole de FIV, chaque femme est obligée de surveiller les numérations sanguines de progestérone avec le spécialiste de la fertilité. Si ses performances sont inférieures à la normale, le protocole est transféré au cycle suivant et les embryons obtenus et mis en culture dans un thermostat sont soumis à la cryopréservation. Si la replantation a été réalisée avec un faible taux de progestérone, la probabilité d'implantation est très faible et la grossesse ne se produit pas ou est interrompue pendant une courte période.

La progestérone avec FIV est la norme en SEMAINES

Dans chaque laboratoire, il existe des normes de progestérone pour les semaines de grossesse, chaque laboratoire pouvant avoir ses propres erreurs. En moyenne, un tableau sur les niveaux de progestérone ressemblera à ceci:

La progestérone avec FIV est élevée et indique dans la plupart des cas une pathologie du placenta ou le développement d'un kyste du corps jaune, mais dans de rares cas, elle indique une aménorrhée.

Habituellement, de faibles niveaux de progestérone dans le sang indiquent un risque d'avortement à différentes périodes de son développement, la possibilité de grossesse extra-utérine, des avortements manqués et des processus inflammatoires pelviens, et peuvent également être un signe de retard de croissance intra-utérine.

Que dois-je faire si la progestérone est élevée avec la FIV?

Afin de maintenir et de normaliser le niveau de progestérone dans le corps de la femme, plusieurs médicaments sont utilisés pour le surveiller au stade préparatoire de la ponction de l’ovocyte, à la fois après l’implantation et au stade de la grossesse. L'efficacité de son impact avant la procédure de fécondation in vitro dépend dans la plupart des cas de la voie d'administration du médicament et de ses caractéristiques. Ainsi, la progestérone naturelle après FIV est utilisée sous forme de comprimés intravaginaux, à raison de 200 à 600 mg par jour jusqu’à environ 12 à 16 semaines de gestation, car avec l’administration vaginale de ce médicament, sa biodisponibilité augmente et au bout de quelques heures le niveau de l’hormone dans le sang augmente, ce qui affecte considérablement l'issue de la grossesse. Il s'agit notamment de préparations à base de progestérone sous forme de comprimés ou de suppositoires, car les solutions d'huile précédemment utilisées entraînent souvent un certain nombre de complications. Toutefois, dans de rares cas, lorsque l'utilisation d'autres formes n'est pas possible, une solution d'huile est également utilisée. Parmi eux sont répandus ces médicaments:

  • Djufaston est un analogue de la progestérone, créée artificiellement et utilisée sous forme de comprimés sans danger pour le fœtus et pour la femme, mais le temps de pénétration doit être rigoureusement simultané, ce qui empêche l'apparition de nombreuses réactions indésirables.
  • utrozhestan - la progestérone la plus courante lors de la fécondation in vitro, contenant de la progestérone naturelle dérivée de matières végétales. Avec la FIV, il est prescrit sous forme de gélules vaginales en moyenne 600 - 800 mg par jour, tout en fournissant une dose quotidienne de progestérone pour le développement du fœtus et une issue favorable de la grossesse.
  • Progestérone sous forme de solution huileuse pour administration sous-cutanée ou intramusculaire. Il est utilisé avec beaucoup de précautions car il a des effets secondaires sous forme d'abcès post-injection.
  • La lutéine est un analogue de la progestérone, elle est également largement utilisée pour maintenir les niveaux hormonaux pendant la grossesse et lors de la préparation à la FIV. Un spécialiste de la fertilité sélectionne les comprimés sublinguaux ou intravaginaux et leur dose individuellement.
  • Kraynon est utilisé sous forme de gel intravaginal avec 90 mg de progestérone en une seule dose, ce qui permet une libération continue dans les 3 jours suivant son utilisation. L'effet sur l'estomac est exclu et il n'est prescrit que dans un mois après le diagnostic. Acceptez-le dès le premier jour du protocole et continuez si nécessaire, puis annulez-le à la semaine 7, 16 ou plus tard.

Une femme qui tombe enceinte avec l’aide de technologies de reproduction supplémentaires, en particulier la FIV, doit clairement comprendre que pendant la grossesse, une dynamique et une observation minutieuses sont nécessaires et que l’impact de tout effort physique ou de tout choc psycho-émotionnel peut entraîner le développement d’une fausse couche ou d’un avortement. En moyenne, le soutien de la grossesse par la progestérone pendant la fécondation in vitro dure jusqu'à 12 semaines, car il débute le jour de la ponction des follicules et sa dose dépend de l'endomètre, son épaisseur, effectivement produite par la progestérone, qui est produite par le corps jaune de l'ovaire. En outre, après l’implantation, la progestérone continue d’être prise dans le régime prescrit, alors qu’elle n’est pas autorisée à annuler ou modifier la posologie par elle-même, ceci pouvant avoir des conséquences négatives pour la grossesse. Après confirmation de la grossesse, la progestérone continue à être administrée à la même dose, tout en surveillant son efficacité au moyen d’une prise de sang et, si nécessaire, de la dose prescrite est ajustée.

Annuler le soutien pour la grossesse écologique

L'annulation de la progestérone au cours de la grossesse après la FIV est effectuée uniquement par un médecin et uniquement après sa décision selon un certain schéma - avec ce schéma, la dose reçue par une femme est progressivement réduite à son abolition complète. Si l’abolition de la drogue est brutale, elle peut entraîner un sevrage.

L'aide à la progestérone pour la grossesse par FIV n'est totalement annulée qu'à partir de la 16e semaine de grossesse, lorsque la formation du placenta est complètement terminée et qu'elle assume pleinement la fonction de maintien de l'état hormonal de la femme enceinte. En cas de menace d'interruption ou de naissance prématurée, si le placenta n'assure pas complètement la saturation du corps en progestérone et le développement du fœtus, continuez de prendre de la progestérone jusqu'à 20 semaines de grossesse ou plus.

Quand annuler l'aide pendant la grossesse par FIV? Cette question intéresse presque toutes les femmes qui utilisent la progestérone après la fécondation dans l’éprouvette. Il est assez difficile de répondre à cette question car, dans chaque cas, il est démontré qu'il permet de déterminer l'indicateur de la progestérone dans le sang avant que la progestérone ne soit annulée. S'il est déficient, le médicament est poursuivi ou même augmenté.

Pour contrôler les antécédents hormonaux pendant la grossesse, vous devez contrôler le niveau de progestérone dans le sang, mais pour le contrôler, vous devez suivre les règles de base du don de sang:

  • test toutes les 48 heures
  • ne pas manger 10 heures avant le test
  • mieux le matin après le sommeil.

Lors de l'utilisation de médicaments à base de progestérone, il existe un certain nombre d'effets secondaires. Parmi eux se trouvent les principaux effets secondaires:

  • des saignements vaginaux peuvent survenir dès les premières semaines d'utilisation de la progestérone, ce qui n'indique pas toujours une tentative infructueuse de fécondation
  • jaunisse due à la cholestase
  • complication fréquente: vertiges, maux de tête, somnolence et faiblesse associées à l'action de la progestérone
  • réactions allergiques avec l'introduction de progestérone sous forme de démangeaisons et d'éruptions cutanées allergiques.

Si votre couple a de tels problèmes ou la stérilité d'une autre origine, vous devez alors vous inscrire sur notre site Web et demander une FIV gratuite en vertu de la politique de l'OMS. Pour ce faire, vous devez avoir un passeport de citoyen russe et une police d'assurance maladie obligatoire, obtenir un quota pour un protocole gratuit et acheter le bonheur de la famille. Ne perds pas espoir! Il y a toujours une chance quand vous en profitez.

Progestérone avec FIV

Vue d'ensemble de la FIV

La fécondation in vitro, ou FIV, est devenue un véritable salut pour de nombreux couples infertiles. La méthode consiste à féconder l'oeuf en dehors du corps de la femme - dans le tube à essai, puis à le placer dans la cavité utérine. Habituellement, plusieurs œufs sont prélevés pour implantation afin d’augmenter les chances de réussite de la fixation. Si l'implantation dans l'endomètre est réussie, l'embryon prend racine après le transfert, puis la grossesse se produit.

Il est important de comprendre que la FIV ne guérit pas l'infertilité, mais contribue au début de la grossesse si une femme ne peut pas concevoir par elle-même. Par conséquent, la procédure n'élimine en rien les causes de l'infertilité. Initialement, la FIV était destinée aux patients souffrant d'obstruction des trompes de Fallope, mais aujourd'hui, les possibilités de la méthode se sont considérablement étendues, de sorte que la technologie de reproduction est utilisée pour diverses causes d'infertilité. Il se compose de plusieurs étapes:

  • Activation de l'ovulation. A cette fin, des médicaments hormonaux sont prescrits pour favoriser la maturation de plusieurs œufs par MC.
  • Extraction d'oeufs matures
  • Fécondation des œufs en dehors de l'utérus
  • Assurer la croissance des cellules germinales dans un état permettant une implantation réussie
  • Transfert d'embryons dans la cavité utérine.

Après la mise en place des embryons dans l’utérus, il est prescrit des médicaments auxiliaires qui offrent les conditions favorables à leur rattachement à l’épithélium. Cela s'explique par le fait que la conception est survenue en dehors du corps et qu'il n'a pas reçu de signal à ce sujet. L'hormone la plus importante de la grossesse, la progestérone, n'est pas produite par les organes génitaux.

Le rôle de la progestérone dans la FIV

La progestérone n'est pas pour rien appelée l'hormone de la grossesse, car elle lance de nombreux mécanismes qui contrôlent le système reproducteur pendant la période de portage.

  • L'hormone contribue au développement et à la croissance de l'endomètre dans la mesure où l'implantation d'embryons est possible avec succès après le transfert dans l'utérus, puis leur développement.
  • La progestérone réduit l'activité des muscles lisses de l'utérus et la détend, minimisant ainsi le risque de rejet d'embryons.
  • Épaissit la glaire cervicale
  • Lance des mécanismes pour préparer les glandes mammaires à la production et à l'excrétion de lait.
  • Contribue à la déposition de graisse corporelle, nécessaire au bon développement de la grossesse
  • Régule le taux de cholestérol dans le sang, réduit le contenu de substances nocives et augmente la concentration de substances bénéfiques.
  • Fournit le niveau de glucose requis dans le sang.

Mais tout cela se produit s'il n'y a pas de violation dans le corps féminin, la conception et la grossesse se sont produites naturellement après la création de conditions favorables dans le corps. Dans le cas de pathologies dans lesquelles la progestérone fait défaut et d'insémination artificielle, une assistance par injections hormonales est nécessaire.

Progestérone pendant la grossesse après la FIV

Après confirmation de la grossesse après la FIV, la tâche la plus urgente consiste à la préserver et à procéder normalement, sans aucune anomalie. Si une femme ne peut pas concevoir en raison de l’absence ou de la faible formation de progestérone dans le corps, l’accent est mis sur le maintien de la concentration nécessaire de l’hormone. Par conséquent, on peut lui administrer de la progestérone avant et après le transfert d'embryon.

Le premier trimestre est particulièrement problématique à cet égard, car plus du tiers des échecs de grossesse surviennent pendant cette période. Les raisons peuvent être n'importe quoi: stress physique ou émotionnel, maladie et même thérapie hormonale, préparée pour la FIV.

Le fait est que s’il y avait des difficultés pour la formation d’une hormone dans le corps, il recevait une quantité impressionnante de progestérone après un traitement intensif. À son tour, cela peut entraîner un fort changement hormonal et ainsi accroître la vulnérabilité du corps et créer une menace de rejet de l'embryon.

Par conséquent, tout au long de la technologie d’insémination artificielle, la fluctuation du taux d’hormones est étroitement surveillée. Cela permet aux médecins de naviguer dans la nature des processus et, si nécessaire, d’ajuster l’évolution de la grossesse.

Le concept du taux de progestérone pendant la FIV

Une fois que la femme a décidé de recourir à la FIV, elle doit subir un examen afin de déterminer le contenu en progestérone. Si sa production est insuffisante, un traitement à la progestérone est prescrit pour activer les ovaires.

Après l'opération de replantation des œufs, l'état de l'hormone est également analysé et, en fonction de cela, le dosage du médicament est déterminé. Les médicaments utilisés dans leurs caractéristiques ne sont pas inférieurs à l'hormone naturelle et sont bien tolérés par le corps.

Si, après le taux de transfert d'embryon par jour, le taux de progestérone correspond au niveau souhaité pendant la grossesse, une dose d'entretien de l'hormone est alors attribuée à la femme. Si le niveau du corps augmente constamment, cela indique le processus correct de portage. L'indicateur normal de la teneur en progestérone est 6,9-56,6 nmol / l

Les caractéristiques suivantes permettent d’apprécier des dommages hormonaux trop faibles.

  • Manque d'humeur, gouttes soudaines sans raison apparente.
  • Malaise et tendresse des seins
  • Flatulences prononcées
  • Saignements vaginaux ou spotting.

Pour contrôler l’état de la femme enceinte, une analyse sanguine régulière des hormones estradiol et progestérone est effectuée après le transfert de l’embryon. Il est recommandé d'effectuer des tests pour déterminer le taux le jour de la procédure de FIV, les troisième et septième jours, ainsi que deux semaines plus tard.

Le test à la progestérone est effectué le jour du transfert d'embryon et une semaine après la procédure. Il aide à déterminer l'activité du corps jaune et l'intensité de l'hormone sécrétée par celui-ci. En outre, une analyse sanguine des hormones estradiol et progestérone après le transfert d'embryon est effectuée afin de surveiller l'état de la femme enceinte. Les tests sont effectués le jour de la procédure de FIV, après 3 et 7 jours, ainsi que deux semaines après la replantation de l'embryon.

Caractéristiques de la prise de progestérone

Un agent hormonal est prescrit le jour de l'enlèvement des œufs. La détermination de la posologie est effectuée conformément au témoignage du patient. Il n’existe donc pas de standard unique de progestérone. Lorsqu'il prescrit un schéma posologique, le médecin se concentre sur la structure et l'épaisseur de la couche endométriale et sur la concentration de progestérone endogène produite.

L'utilisation de médicaments à base de progestérone se poursuit même après la transplantation de l'œuf dans l'utérus jusqu'à la confirmation de la grossesse. Le niveau de progestérone après le transfert d'embryon indique la nature de sa progression. Le traitement est recommandé jusqu'à la formation complète du placenta - généralement jusqu'à 16 semaines. Après cela, la progestérone la produira jusqu'au début du travail.

Si le médecin décide qu’il n’ya pas besoin de médicaments, il décide d’annuler le traitement. Arrêter le traitement indépendamment ne peut en aucun cas, afin de ne pas provoquer une réaction de choc du corps. Comme tous les agents hormonaux, il est recommandé d'annuler progressivement la progestérone en réduisant progressivement la posologie. Pour ce faire, le médecin doit calculer le moyen le plus sûr.

Mais s'il existe une menace d'interruption de grossesse, le traitement avec des médicaments contenant de la progestérone peut durer longtemps.

Grâce à la FIV et à la disponibilité de médicaments contenant de la progestérone, les médecins ont réussi à résoudre le problème de l'infertilité dans de nombreuses familles. Après le transfert de l'œuf dans la cavité utérine, il est extrêmement important de surveiller le niveau de progestérone dans le temps. Cela permettra de détecter la menace du développement fœtal et de préserver la grossesse après la FIV.

Soutien à la progestérone après le transfert d'embryons dans la FIV

Chaque année, le nombre de grossesses résultant de la fécondation in vitro augmente dans le monde entier. Bon ou pas, ne peut certainement pas être dit. C’est notre dure réalité que la combinaison de facteurs néfastes, à savoir un mauvais environnement, des aliments malsains, des maladies passées, des stress - entraîne une augmentation du nombre de couples mariés qui ont des problèmes de conception. La fécondation in vitro devient pour beaucoup la seule chance de devenir parent et d’acquérir une progéniture tant attendue. La procédure de FIV comporte plusieurs étapes: une fois que les embryons qui ont grandi dans des conditions créées artificiellement sont transférés dans l'utérus, une femme reçoit un soutien hormonal avec des médicaments à base de progestérone.

À quoi sert la progestérone?

Pour comprendre pourquoi on nous prescrit de si fortes doses de médicaments contenant de la progestérone et ses dérivés, nous devons connaître ses effets sur le corps de la femme.

  • La progestérone organise la modification sécrétoire de l'endomètre, la plus favorable à la fixation de l'embryon.
  • Réduit la capacité du myomètre à réduire, par conséquent, élimine le risque de fausse couche.
  • Joue un rôle dans la fermeture serrée du canal cervical.

Quels médicaments sont prescrits pour le soutien de la progestérone

Actuellement, il est habituel de prescrire des médicaments à base de progestérone sous forme de comprimés ou de suppositoires vaginaux (capsules). L'usage de drogues injectables est découragé en raison de son inconvénient et de son risque élevé de développer des complications telles que des hématomes et des abcès après de longues séances d'injection, bien que cela se produise souvent.

  1. Duphaston (didrogestérone) est un analogue de la progestérone, une hormone créée artificiellement. Il est administré par voie orale sous forme de pilule. Ce médicament est sans danger pour la mère et le fœtus, même en cas d'utilisation prolongée. La posologie quotidienne est généralement de 30 à 60 mg. Duphaston est pris quotidiennement à la même heure, à l’interne.
  2. Utrozhestan est un médicament largement prescrit pour le soutien hormonal dans les cycles d'insémination artificielle. Il contient de la progestérone naturelle, obtenue à partir de matières végétales. Dans les protocoles de FIV, des capsules d’Utrozhestan ont été prescrites pour un usage vaginal. Au moment de son introduction, il est conseillé d'essayer de placer la capsule aussi profondément que possible dans le vagin, près du col de l'utérus, afin de minimiser les fuites vers l'extérieur. La dose recommandée est de 600 mg (1 capsule 200 mg trois fois par jour à intervalles réguliers). Dans certains cas, selon les indications, une dose quotidienne importante du médicament est prescrite: 800 mg (4 gélules par jour, 200 mg chacune) en association avec des injections de solution à 2,5% d'huile de progestérone deux fois par jour.

Schéma de médicaments à base de progestérone

La progestérone pendant la grossesse par FIV est prescrite au moins jusqu'à 8-12 semaines de gestation. Habituellement, le début de la prise de progestérone ou de ses analogues est prescrit le jour même de la collecte des œufs d'une femme. Le dosage des médicaments prescrits par le médecin individuellement et dépend de nombreux facteurs - l'épaisseur et la structure de l'endomètre, le niveau de progestérone fourni par les corps jaunes des ovaires de la femme. L’administration des médicaments se poursuit jusqu’à confirmation du fait de la grossesse et, après confirmation, aux mêmes doses jusqu’à 12 semaines. L'abolition de la drogue est effectuée strictement selon la recommandation du médecin selon un régime spécial d'annulation (réduction progressive de la dose reçue). L'annulation abrupte des médicaments hormonaux est contre-indiquée. Annulez complètement le traitement à la progestérone (s'il n'y a pas d'indication spéciale) progressivement vers 14-15 semaines, lorsque le placenta formé assume la fonction de maintien de la grossesse. Si une femme est menacée d'avortement, le soutien en progestérone après la FIV peut être prolongé à 20 semaines, voire dans certains cas même après cette période. Avant l'abolition des médicaments à base de progestérone pour la FIV, il est conseillé de passer un test sanguin approprié pour déterminer le niveau de l'hormone progestérone. En raison de son insuffisance, l’aide n’est pas annulée, voire augmentée dans certains cas.

Lorsque vous prenez des médicaments à base de progestérone, vous devez être préparé à certains inconvénients:

  • Inconvénient d'utilisation. Si des gélules vaginales vous ont été prescrites trois fois par jour, il est évidemment peu pratique d'insérer une gélule dans le vagin pendant les heures de bureau, quelque part dans les toilettes d'un bureau ou dans un autre lieu public. La consommation de médicaments a aussi ses inconvénients évidents.
  • Certaines femmes remarquent une légère faiblesse et même des vertiges en prenant.
  • Le corps a tendance à accumuler des graisses et son appétit augmente dans une certaine mesure.

Le soutien à la progestérone après le transfert d'embryons dans la FIV vise à créer les conditions les plus favorables pour l'implantation d'embryons et le développement d'une grossesse à part entière. Vous devez vous conformer à toutes les recommandations médicales afin de pouvoir augmenter à plusieurs reprises les chances de grossesse et son évolution favorable.

Progestérone avec FIV

Lorsqu’une femme se prépare à une fécondation in vitro, l’un des premiers tests est prescrite pour donner du sang pour la progestérone. Et puis, sur les forums, elle constate que le niveau de cette hormone provoque un terrible agiotage chez tous ceux qui sont déjà entrés dans le protocole ou qui y vont tout simplement. Maintenant, elle doit également comprendre pourquoi la progestérone est nécessaire.

Hormone progestérone chez les femmes

La progestérone est une hormone produite par une glande endocrine spéciale qui, chez une femme non enceinte, ne vit que 14 jours environ, et chez une femme enceinte, 12 à 16 semaines supplémentaires, avant de mourir. Cette glande est un corps jaune. Sa fonction principale est la synthèse de la progestérone et, en mourant, il transmet le "témoin" de la synthèse de cette hormone au placenta. Qu'est-ce que la progestérone affecte? Pourquoi est-ce si important?

Cette hormone prépare le corps à la grossesse et tente de le soutenir en agissant sur les tissus de l'utérus et le système immunitaire (pour plus de détails, voir la section suivante). Il contribue au développement des glandes à l'intérieur des glandes mammaires, mais si la femme allaite, sa lactation est inhibée. L'hormone stocke la graisse sous-cutanée, accumule du glycogène dans le foie - le précurseur du glucose, c'est-à-dire qu'elle prépare les fournitures au cas où la conception «aurait lieu».

Comment la progestérone affecte-t-elle la replantation avec la FIV

La chance qu'un embryon puisse s'implanter dépend de trois facteurs principaux:

  1. qualité de l'embryon;
  2. conditions de l'endomètre;
  3. couche musculaire tonique de l'utérus.

La qualité des embryons à ce stade ne change pas, mais les deux autres facteurs sont influencés par la progestérone. Il:

  • réduit l'excitabilité de l'utérus et des trompes de Fallope;
  • provoque de tels changements dans l'endomètre, ce qui contribuera à l'implantation de l'embryon: arrête la division des cellules de l'endomètre et provoque la formation d'un secret dans celui-ci: il augmentera la lumière de l'utérus;
  • réduit le tonus musculaire de l'utérus et élimine la possibilité de coupures individuelles dans ses parties - de sorte que l'embryon puisse être fixé dans l'endomètre.

En outre, la progestérone supprime le système immunitaire de sorte qu’il ne rejette pas l’embryon en tant que corps étranger, il supprime l’ovulation suivante. Lorsque sa concentration diminue, le corps féminin reçoit le signal qu'il est temps d'accoucher.

Par conséquent, pour que l'embryon puisse s'implanter normalement, le taux de cette hormone importante dans l'organisme doit être suffisant. Par conséquent, il est très important de déterminer la concentration de progestérone avant la transplantation et, si elle est inférieure à 8,7 nmol / l, de ne pas suivre le protocole, mais de congeler les embryons jusqu'au cycle suivant.

Niveau de progestérone après le transfert d'embryon

Les médecins vous recommandent de tester soigneusement la progestérone après le transfert d'embryon, le jour de la replantation, puis pendant 3, 5, 7, 9 et 14 jours. Il est important de répéter l'analyse à plusieurs reprises, car même si les 2 ou 3 premiers tests ont donné un bon résultat, cela ne signifie pas que l'implantation a déjà eu lieu (cela peut se produire jusqu'à 10 jours inclus).

Pour obtenir les résultats les plus fidèles, vous devez faire un don de sang le matin, après 8 à 10 heures de jeûne.

La progestérone doit être maintenue dans les valeurs normales, c'est-à-dire pas moins de 38,15 nmol / l (ou 12 ng / ml dans d'autres unités de mesure), mais pas plus de 57,8 nmol / l (ou 18,2 ng / ml ).

Les situations les plus dangereuses surviennent lorsque le niveau d'hormone est bas: le risque de fausse couche est élevé. Ceci doit être immédiatement corrigé avec des médicaments à base de progestérone - sous forme d'injections, de comprimés ou de gel vaginal.

Moins dangereux, mais pas très bon quand la progestérone est élevée. Il provoque des modifications pathologiques de l'endomètre, ce qui réduit également la probabilité d'implantation.

Symptômes de la carence en progestérone chez les femmes

Comment savoir que la progestérone est faible? Ceci est indiqué par les symptômes suivants:

  • isolement du sang des voies génitales;
  • diminution de la température corporelle et de la température basale;
  • irritabilité;
  • gonflement;
  • maux de tête;
  • flatulences

Malheureusement, il n’est impossible de se diagnostiquer que par la présence de ces symptômes: ils peuvent se développer dans d’autres conditions. Si de tels symptômes se manifestent, vous devez appeler votre médecin d'urgence. Il est possible de faire une analyse de sang pour déterminer la progestérone.

Le taux d'estradiol et de progestérone après le transfert d'embryon

L'estradiol et la progestérone sont des indicateurs importants de la grossesse. Par conséquent, le niveau de ces hormones est d'une grande importance lors de la procédure de fécondation in vitro, c'est-à-dire après le transfert d'embryons. À cet égard, une femme doit subir dans le temps un test sanguin pour déterminer le contenu de ces substances. Leur quantité insuffisante nécessite un soutien hormonal obligatoire, qui est prescrit par le médecin traitant.

Caractéristiques de la méthode de FIV

De plus en plus, les couples ont commencé à consulter un médecin à propos de l'absence d'enfants. L'infertilité inquiète beaucoup, pas seulement les femmes, mais aussi les hommes. Il existe différents traitements pour l'infertilité. Le choix de l’optimum est déterminé en fonction de la cause fondamentale. L'un des moyens d'avoir des enfants est la méthode de FIV. Cela réside dans le fait que le processus de fécondation de l'œuf a lieu en dehors du corps de la femme. Après la fécondation, l’embryon est transplanté dans le corps de la future mère.

Parmi les indications d'émettre par FIV:

  • perméabilité impossible dans les trompes de Fallope;
  • absence de trompes de Fallope;
  • certains types d'infertilité masculine;
  • caractéristiques de l'âge du corps féminin.

La valeur de l'estradiol et de la progestérone

Dans le corps jaune du corps de la femme, deux hormones importantes sont produites - l'estradiol et la progestérone. Ces substances, lorsqu'elles sont injectées dans le corps à la dose requise, sont capables de maintenir un fonctionnement optimal de l'endomètre pendant une longue période. Les deux hormones sont normalement sécrétées par les ovaires.

L'estradiol est nécessaire au bon fonctionnement du complexe placentaire, à la formation de la structure osseuse du fœtus et à l'amélioration des processus métaboliques.

De plus, sa production est importante pour le bon étirement et le développement des tissus de l'utérus en fonction des besoins du fœtus.

En raison d'une quantité suffisante d'estradiol, il devient possible d'augmenter le flux sanguin et de fournir à l'embryon des substances suffisantes.

Les niveaux de progestérone changent pendant le cycle menstruel. L’approximation de l’ovulation est caractérisée par une augmentation de ses performances. La valeur maximale est observée 6 à 7 jours après le stade d'ovulation. Cette période s'appelle la fenêtre d'implantation. Un faible taux de progestérone indique un dysfonctionnement du corps jaune. Les raisons de ce dernier peuvent être très différentes.

Effet des hormones sur l'implantation de l'ovule

L'interaction de ces hormones pendant la grossesse revêt une grande importance. Cela se manifeste par le fait que l'œstrogène favorise la croissance de la couche épithéliale et que la progestérone améliore sa transformation. Ces processus sont nécessaires au développement de l'embryon. Cependant, il convient de rappeler que la dose d'hormones utilisée doit être clairement contrôlée par un médecin.

Normalement, l’estradiol et la progestérone après le transfert d’embryon devraient être contenus dans une certaine quantité. Cela est dû au fait qu'une augmentation de leur niveau peut affecter négativement l'état de l'embryon. Certaines personnes pensent à tort que l’augmentation du nombre d’hormones transformera un mauvais embryon en un bon. Les doses standard sont:

  • progestérone à raison de 600 mg par jour;
  • comprimé d'estradiol (2 mg) deux fois par jour.

Performance normale d'estradiol

Après avoir procédé à la fécondation in vitro, la femme est constamment surveillée. Après le transfert d'embryons, l'estradiol est définitivement examiné. Cependant, ses valeurs peuvent varier dans le temps.

Par conséquent, il est important de déterminer la quantité d'hormone avant la procédure de transfert direct. Cela vous permettra de voir la dynamique et de donner des prévisions fiables. Cependant, lors de la conduite d'un traitement hormonal avant la FIV, une telle étude n'aura pas une grande importance.

Le premier jour après la procédure, la valeur normale d'estradiol est comprise entre 75 et 225 pg / ml.

Une implantation efficace de la structure embryonnaire dans le tissu muqueux contribue à une augmentation de la performance immédiatement avant le travail.

Dynamique des taux d'estradiol au cours d'une grossesse normale:

  • 1-3 DPP - 250 pg / ml;
  • 7 à 11 DPP - 247 pg / ml;
  • 14-17 DPP - 213 pg / ml;
  • 23 DPP - 595 pg / ml;
  • 29 DPP - 614 pg / ml.

Niveaux normaux de progestérone après le transfert d'embryon

Avant le début des 12 semaines de gestation, la progestérone est excrétée dans le corps jaune. Il est situé dans les appendices dans la zone des follicules ponctués. Le corps jaune a pour fonction de maintenir la grossesse. Après 12 semaines, au moment de la maturation du placenta, celui-ci devient la principale source d'hormone et le corps jaune cesse de fonctionner.

Le taux normal de progestérone après le transfert d'embryon est compris entre 6,9 ​​et 56,6 nmol / l. Si la valeur baisse, il y a une menace d'avortement. Le résultat peut être une fausse couche. Pour éviter cela, un traitement à base de progestérone est prescrit, par exemple, des injections de drogues.

Dynamique des niveaux de progestérone pendant la grossesse normale:

  • 1-3 DPP - 38,15 nmol / l;
  • 7 à 11 DPP - 57,80 nmol / l;
  • 14-17 DPP - 64,1 nmol / l;
  • 23 DPP - 69,2 nmol / l;
  • 29 DPP - 75,1 nmol / l.

Quand est-il nécessaire de déterminer le niveau d'hormones?

Il y a certaines périodes au cours de la FIV, lorsque la détermination du taux d'estradiol et de progestérone est particulièrement importante. Ces périodes comprennent les étapes suivantes:

  • jour de replantation du blastomère;
  • 3 jours après
  • au jour 7;
  • au jour 14 (parallèle au niveau de gonadotrophine chorionique et de D-dimère).

Cependant, le médecin peut vous prescrire un autre moment de l'étude. Tout dépend de l'état de santé de la femme. Dans tous les cas, le diagnostic rapide des indicateurs permettra d'identifier les processus pathologiques et d'assigner des mesures correctives.

Drogues de soutien de progestérone

Si nécessaire, le médecin peut vous prescrire des médicaments à base de progestérone. Ils se présentent sous plusieurs formes, mais les pilules et les suppositoires sont utilisés comme support hormonal. Les injections dans ce cas sont rarement utilisées. Cela est dû au désagrément du formulaire. En outre, la probabilité de complications avec l'utilisation à long terme.

Parmi les médicaments à base de progestérone sont le plus souvent utilisés:

Duphaston est un analogue de l’hormone créé artificiellement. Utilisé sous forme de pilule. Le principal avantage est la sécurité pour la femme et le fœtus, même en cas d'utilisation prolongée. Le médicament est utilisé tous les jours à la même heure. Par jour est autorisé à utiliser de 30 à 60 mg.

Caractéristiques de l'application Utrozhestan

L'Utrozhestan est largement utilisé comme support hormonal lors de la procédure de FIV. Il consiste en une hormone naturelle dérivée de la base de la plante. Avant de procéder à la fécondation in vitro, prescrire une forme vaginale. La capsule doit être injectée en profondeur pour éviter toute fuite du médicament.

  • le médecin prescrit habituellement 600 mg par jour;
  • cette dose est divisée en trois fois;
  • le médicament est pris à intervalles de temps réguliers.

En fonction des indications, une autre posologie peut être prescrite: 800 mg par jour. Dans ce cas, la réception est divisée en 4 fois. Dans le même temps, une injection intramusculaire du médicament sous la forme d'une solution d'huile est utilisée.

Avantages de prendre Krynon et lutéine

Kraynon est disponible sous forme de gel à usage vaginal. Une dose contient 90 mg de la substance active. L'introduction du gel est réalisée à l'aide d'un applicateur à usage unique. Le médicament est utilisé tous les jours.

L'avantage de cette forme est que la libération de l'hormone se produit dans les 3 jours suivant l'application. En outre, cette forme de libération contribue à réduire la charge sur le foie. Dans des situations standard, le médicament est prescrit dans le mois qui suit la confirmation du développement fœtal.

La lutéine est un médicament qui contient une substance ressemblant à la progestérone. Libération de forme: comprimés pour administration vaginale ou orale. Lorsque vous effectuez un support hormonal avec FIV, les suppositoires vaginaux sont utilisés deux fois par jour à une dose allant jusqu'à 200 mg. Les comprimés oraux sont prescrits jusqu'à 4 fois par jour à 150 mg.

Caractéristiques de l'utilisation de médicaments à base de progestérone

Le soutien hormonal à la progestérone au cours de la FIV présente certaines caractéristiques. Il est généralement prescrit entre 8 et 12 semaines avant le début de la gestation. Habituellement, l'utilisation d'agents hormonaux commence au moment de la prise des œufs. Les doses du médicament dépendent de facteurs spécifiques. Parmi eux se trouvent:

  • conditions de l'endomètre;
  • les valeurs de progestérone, qui sont déterminées par le fonctionnement du corps jaune des ovaires femelles;
  • caractéristiques individuelles.

Une fois la grossesse diagnostiquée, les médicaments continuent d'être pris jusqu'à la 12e semaine. L'abolition des médicaments est réalisée selon un schéma spécifique avec un dosage plus faible.

La future mère doit savoir que l'annulation brutale des hormones est dangereuse car elle entraîne des conséquences négatives pour la femme elle-même et pour le bébé en développement. Refuser complètement le traitement à la progestérone à l'approche de la semaine 15. À ce stade, le placenta assume déjà pleinement la fonction d’assurer le processus de grossesse.

S'il existe des indications particulières, le médecin peut vous recommander de prendre des hormones pendant quelques semaines supplémentaires (généralement jusqu'à 20 semaines). Ceci est généralement observé avec une menace de fausse couche. Avant l'abolition des drogues, effectuez un test sanguin au niveau de la progestérone. L'opportunité de maintenir le support hormonal, ainsi que la nécessité d'ajuster la dose du médicament, dépend de ses performances.

Effets secondaires possibles des médicaments hormonaux

La prise de médicaments à base de progestérone crée un certain inconfort pour une femme. Il peut être exprimé en:

  • inconvénient d'utiliser le produit;
  • faiblesse et vertiges après avoir utilisé le médicament;
  • l'émergence d'un appétit accru;
  • gain de poids.

La procédure de fécondation in vitro exige le strict respect de toutes les recommandations. Une attention particulière devrait être accordée aux niveaux d'estradiol et de progestérone. Cela est dû au fait que ces hormones sont d'une grande importance pour le transfert d'embryons et la poursuite du processus de grossesse. Un soutien hormonal compétent et l'utilisation adéquate de médicaments à base de progestérone permettront de mener à bien la procédure de FIV.

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

Duphaston - légendes et mythes.
Bonjour chers lecteurs. Les sujets liés à l'hormonothérapie deviennent très pertinents pour beaucoup de femmes.

Les hormones sont les substances les plus imprévisibles et inexplorées du corps. Grâce à leur aide, un très grand nombre de fonctions du corps sont corrigées et l’échec entraîne de multiples dysfonctionnements et maladies.

Chacun de nous, bien que jadis confronté à un problème tel que l’enrouement ou son absence. Ceci est souvent observé après une forte hypothermie, l'utilisation de glaces ou de boissons froides.