Principal / Kyste

Progestérone pendant la grossesse - le taux de concentrations sanguines à différentes périodes, les causes des écarts et les méthodes de traitement

La principale hormone pendant la grossesse - la progestérone crée les conditions nécessaires au développement harmonieux et sain du fœtus et prépare également le corps de la femme à la prochaine naissance. Les ovaires et les glandes surrénales sont impliqués dans son développement, à un stade ultérieur, le placenta est impliqué. Un déséquilibre hormonal peut nuire au cours de la grossesse: l’interrompre ou provoquer le développement de graves malformations du fœtus. Il est important de prévenir un tel développement d'événements, de sorte qu'une femme doit connaître le taux de progestérone.

Qu'est-ce que la progestérone?

C'est une hormone stéroïde produite par le système endocrinien. La progestérone est présente chez les hommes et les femmes, mais son objectif principal est d’aider au processus de conception. Son niveau est important dans la période de gestation et d'allaitement subséquent. L'hormone participe également au cycle, contribuant au renouvellement de la muqueuse utérine (sa cavité interne).

Le niveau de progestérone au cours des premiers stades de la grossesse dépend du fonctionnement correct des ovaires, car ils produisent une hormone. La fonction du stéroïde est d'éliminer l'activité excessive de l'utérus après la fixation du fœtus. Avec la réduction du corps, il est rejeté et s'éteint. La progestérone est un lien important dans la synthèse d'autres hormones d'origine endogène.

Ce qui est nécessaire

En l'absence de progestérone, une femme peut ne pas tomber enceinte du tout. L'hormone aide à maintenir la quantité de glucose et la viscosité du sang. Cette dernière circonstance est importante pour le maintien de la grossesse et la première est nécessaire pour la nutrition du fœtus. Le manque de progestérone provoque diverses complications, de sorte que les femmes enceintes reçoivent, si nécessaire, des injections ou des pilules qui augmentent le niveau de l'hormone. La progestérone est responsable de ces processus:

  • la fixation d'un oeuf fécondé à la paroi utérine;
  • préparer les organes d'une femme enceinte pour la naissance et l'accouchement;
  • prévention de la contraction prématurée des muscles de l’utérus afin de préserver le fœtus (l’immunité de la femme est prête à accepter la protéine avec les gènes du père de l’enfant);
  • formation de tissu embryonnaire;
  • préparation de l'endomètre (pour la fixation de l'ovule);
  • stimuler la croissance utérine;
  • préparation à la lactation des glandes mammaires, stimulation de leur croissance;
  • l'état stable du système nerveux de la femme qui porte l'enfant;
  • l'accumulation de graisse sous-cutanée (nécessaire à la nutrition du fœtus).

Test de progestérone

Il est possible de déterminer la progestérone pendant la grossesse par analyse sanguine en utilisant la méthode d'immunofluorescence. Les indications principales: menstruations irrégulières, douleurs abdominales, pertes vaginales brunes, risque d'interruption. Si la grossesse se déroule sans incident, il est recommandé de n’effectuer l’étude que pendant le deuxième trimestre.

Le sang est prélevé pour analyse le matin à jeun, une eau non gazeuse est autorisée. 48 heures avant l'étude, les médicaments (y compris hormonaux) sont interrompus. Il est recommandé de ne pas être nerveux et d'éviter de trop solliciter peu de temps avant la procédure. Pour les femmes qui ne sont pas enceintes, un tel test sanguin est prescrit pour le 22-23 jour du cycle. Les recherches sur les femmes enceintes sont effectuées quelle que soit la période. S'il y a un retard dans la menstruation, l'analyse est effectuée chaque jour, en testant d'autres hormones, telles que:

  • la prolactine;
  • les oestrogènes;
  • la testostérone;
  • lactogène;
  • le cortisol;
  • estradiol;
  • HCG;
  • FSH (hormone folliculo-stimulante);
  • LH (hormone lutéinisante).

Le taux de progestérone pendant la grossesse chaque semaine

Les niveaux de progestérone varient avec l'âge gestationnel. L'étude est prescrite en cas de suspicion de déséquilibre hormonal. Le taux de progestérone pendant la grossesse augmente chaque semaine et présente les indicateurs suivants:

Âge gestationnel (hebdomadaire)

Niveaux de progestérone en ng / ml

Les niveaux de l'hormone en nmol / l

Progestérone élevée

En début de grossesse, une augmentation de la progestérone est rare. Les taux gonflés indiquent une grossesse multiple. Dans le pire des cas, ils signalent la présence d'une pathologie des reins, des déviations dans le fonctionnement des glandes surrénales, la formation du placenta. Une augmentation soudaine du niveau de l'hormone est observée les jours de l'ovulation et dans la phase lutéale à 56,6 et 88,7 nmol / l. Le corps fait allusion à la disposition à la conception.

Au troisième trimestre, les niveaux de progestérone pendant la grossesse atteignent 771,5 nmol / l. La concentration diminue si la conception ne se produit pas. L'endomètre est rejeté, la menstruation commence. Haute performance dans cette période - un signe alarmant. Une augmentation de la progestérone pendant la grossesse est préoccupante, ce qui signifie que le développement du placenta présente des anomalies. Un excès d'hormone empêchera la conception. En provoquant la croissance de l'endomètre, cela conduit au fait que l'œuf fécondé ne s'attache pas aux parois de l'utérus. Supprime l'ovulation augmente les niveaux d'hormones dans la phase folliculaire.

Les symptômes

Même avec une grossesse normale, la manifestation de symptômes indésirables. Quand ils se produisent, il est nécessaire de passer des tests d'hormones et d'être examinés. Les points suivants indiquent une progestérone élevée:

  • fatigue excessive, somnolence;
  • maux de tête;
  • saignements mineurs de l'appareil génital;
  • hypertrophie excessive de l'utérus;
  • nausées, ballonnements, brûlures d'estomac, problèmes digestifs;
  • constipation

Raisons

Si le taux d'hormones n'augmente pas en raison de la grossesse, il convient alors de rechercher des pathologies telles que kyste du corps jaune, dysfonctionnement surrénalien, insuffisance rénale. Le médecin déterminera la cause exacte du saut hormonal en attribuant les examens appropriés. Un excès de stéroïde est possible en raison de l’échec du cycle menstruel, lors de la prise de médicaments hormonaux, de choréocarcinome (une forme de cancer), de vésicule biliaire, de grossesse multiple, de pathologies du placenta.

Faible progestérone

Une femme peut être suspectée d'avoir une déficience en stéroïdes en raison de signes externes. Pendant la grossesse, une diminution de l'hormone menace de l'interrompre, car il est possible de séparer l'ovule de la muqueuse utérine. Cela se produit en raison de l'activité accrue du corps, activité contractile des muscles. La progestérone diminue lors d'avortements manqués. La gravité des symptômes dépend du degré de réduction de l'hormone, des caractéristiques individuelles, du rapport œstrogène.

Les symptômes

Comme ils ne sont pas spécifiques, les symptômes sont souvent ignorés, ce qui entraîne parfois des conséquences irréversibles. Les principaux signes de faibles niveaux d'hormones sont:

  • saignements abondants pendant la menstruation;
  • saignement intermédiaire;
  • retards mensuels;
  • fausse couche en début de grossesse;
  • gonflement;
  • sautes d'humeur;
  • augmentation de la température;
  • maux de tête;
  • libido instable;
  • somnolence, faiblesse, manque d'énergie;
  • sécheresse vaginale;
  • la dépression;
  • gonflement des seins, douleur;
  • gain de poids;
  • gonflement du bas-ventre.

Faible progestérone pendant la grossesse dans les premiers stades est dangereux non seulement une fausse couche. Si le temps n'augmente pas le niveau de l'hormone, d'autres conséquences graves peuvent survenir, telles que:

  • absence de fonction du placenta, du corps jaune;
  • retard de croissance intra-utérin de l'embryon;
  • naissance d'un bébé souffrant de pathologies et d'un faible poids corporel;
  • replanification du fœtus;
  • saignement.

Raisons

La concentration de l'hormone varie avec les jours du cycle. La valeur la plus basse est observée du début de la menstruation à l'ovulation. Les niveaux d'hormones postménopausiques sont bas: la maturation de l'œuf ne se produit pas et les glandes surrénales ne supportent plus la concentration requise. Le manque de progestérone est observé dans des conditions telles que:

  • pathologie génitale;
  • prééclampsie;
  • insuffisance placentaire;
  • grossesse reportée;
  • fruits congelés;
  • grossesse extra-utérine.

Comment normaliser la concentration d'hormone

En cas de violation de la production de stéroïdes, le gynécologue détermine le schéma thérapeutique. La thérapie commence par un changement de mode de vie. Une femme en position devrait donner au moins 8 heures de sommeil et il est nécessaire d'aller se coucher au plus tard 22 heures. Les femmes enceintes devraient éviter les situations stressantes. La nutrition est corrigée: l'équilibre entre les graisses, les protéines et les glucides est important, le menu comprend des produits d'origine animale, des fruits et des légumes contenant les vitamines C et E.

Le déséquilibre hormonal survient à la suite de divers troubles physiologiques du travail des organes. Si vous prenez soin de votre santé et que vous traitez en temps opportun des maladies dès le début du développement, vous pouvez éviter les échecs. Une visite préventive chez le gynécologue est recommandée tous les six mois. Une femme souffrant de troubles hormonaux devrait oublier ses mauvaises habitudes (alcool, tabac).

La médecine traditionnelle dans cet état est impuissante. Le traitement médicamenteux implique des médicaments hormonaux, qui incluent la progestérone. En se concentrant sur l'état de la femme, les résultats des tests, le gynécologue prescrit une série d'injections ou de bougies (à mettre par voie vaginale). Les injections de progestérone sont administrées par voie intramusculaire. Le médicament contenu dans les ampoules a une structure huileuse, une légère odeur. L'outil est instantanément absorbé dans le sang. L'hormone atteint sa concentration maximale 5 à 6 heures après l'administration.

Les femmes souffrant d'asthme bronchique, de diabète, de prédisposition à la formation de caillots sanguins ou de troubles du fonctionnement du système cardiovasculaire, les injections de progestérone au cours des premiers stades de la grossesse sont prescrites avec prudence. Pour préserver l'hormone de foetus, il est important de piquer selon le schéma indiqué par le médecin. Les principaux médicaments contenant de la progestérone:

  • Duphaston est un analogue artificiel de la progestérone humaine. Le médicament est rapidement absorbé et distribué aux sites dotés de récepteurs spécifiques. Duphaston réduit le risque de développer une insuffisance placentaire, un avortement. Les enfants dont les mères ont été traitées avec le médicament ont rarement un poids insuffisant à la naissance. Le médicament est pris par voie orale. La posologie est individuelle, en fonction de la condition de la femme.
  • Utrozhestan. Le médicament est fabriqué à partir de matières premières végétales. Forme disponible - capsules. La posologie est individuelle. Les composants d'Utrogestan suppriment l'activité de l'ocytocine, soutiennent le déroulement de la grossesse Le médicament a un effet positif sur la peau, en réduisant le gras et en éliminant l’acné. Dans le traitement de la prise de poids ne se produit pas. En cas d’effets secondaires tels que vertiges, nausées, maux de tête, le médecin annule les comprimés par voie orale et transfère le patient aux formes intravaginales.
  • Susten. Drogue du groupe de gestagènes. Formes de libération: gélules, gel, solution pour préparations injectables. La posologie est individuelle. Susten provoque des effets secondaires tels que somnolence, vertiges, réduction du cycle menstruel et réactions allergiques. Le médicament est contre-indiqué dans la propension à la thrombose, la porphyrie, la phlébite, les saignements.

Les taux de progestérone pendant la grossesse par semaine dans le tableau et les causes de déviations

Les gens ont tendance à sous-estimer la valeur des hormones. Mais un léger excès ou une diminution de la concentration de ces substances peut avoir un impact considérable sur la vie d’une personne. Dans cet article, nous allons parler de l'une des principales hormones dans le corps d'une femme - la progestérone, comment elle affecte la grossesse et quelle devrait être sa quantité normale dans le corps.

Qu'est ce que c'est

La progestérone est une hormone stéroïde. C'est aussi appelé un progestatif. Il est activement impliqué en tant qu'intermédiaire dans la formation d'autres hormones, le sexe et les corticostéroïdes. La progestérone aide le cerveau à fonctionner normalement en jouant le rôle d'un neurostéroïde.

L'hormone est à la fois chez l'homme et la femme, mais chez la femme, la progestérone acquiert des fonctions plus étendues, combinées à des hormones sexuelles féminines - l'œstrogène. Pour les hommes, cette hormone aide à la mise en œuvre de la fonction de reproduction - elle affecte les caractéristiques de qualité des spermatozoïdes, en leur fournissant une plus grande mobilité lors du passage à l'œuf. Pour les femmes, la progestérone joue un rôle crucial, car elle vous permet de supporter et de donner naissance à un enfant.

La progestérone régule les cycles menstruels. Si le niveau d'hormones est faible, l'ovulation peut ne pas se produire. Il affecte la beauté féminine, en particulier la santé de la peau, son élasticité.

Ainsi, à la ménopause, lorsque cette substance dans le corps de la femme devient petite, la peau commence à s'estomper, à vieillir. Un niveau suffisant d'hormone fournit le désir sexuel.

Rôle dans le port d'un bébé

Ce n'est pas un hasard si la progestérone est appelée une hormone de grossesse. Sans cette substance, le développement normal de l'embryon aux premiers stades serait impossible. Après la fécondation, l'hormone joue le rôle de protectrice et de «gardienne» du futur bébé. Il prépare les parois de l'utérus à l'implantation de l'ovule, les ramollit, se traduit par le stade sécrétoire.

Dans le même temps, la progestérone provoque un épaississement du mucus cervical, fermant hermétiquement l'entrée de l'utérus, des spermatozoïdes et des microbes. Toutes ces métamorphoses se produisent pendant les 6-7 premiers jours après la conception, alors que l'œuf fécondé n'a pas encore atteint la cavité utérine.

Tout ce processus est répété tous les mois, que la fécondation ait eu lieu ou non. S'il n'y a pas de grossesse en tant que telle, le niveau de l'hormone commence à diminuer et la menstruation suivante commence.

Si la fécondation a eu lieu, le blastocyte va descendre dans l'environnement préparé pour cela, où il sera plus facile de se consolider (implant) et de commencer à se développer rapidement.

À partir de ce moment, la progestérone commence à remplir ses fonctions de protection et de protection. Il est produit en grande quantité et supprime quelque peu l’immunité de la femme pour qu’elle ne rejette pas l’embryon. En fait, l'embryon est à moitié étranger au corps de la femme et sa défense immunitaire ne peut l'ignorer. La progestérone a un effet immunosuppresseur, contribuant à la préservation du bébé.

Toutes les femmes savent à quel point l'hypertonicité des muscles de l'utérus est dangereuse pendant la grossesse. Des niveaux normaux de progestérone peuvent partiellement résoudre ce problème. Il détend les muscles lisses de l'organe reproducteur féminin, soulage les spasmes, réduit les risques d'avortement. Dans le même temps, la progestérone stimule la croissance physique de l'utérus pendant la période de gestation.

Au cours de l'accouchement, la progestérone "interdit" la production de lait maternel. Cela n'est encore requis par personne et une femme doit accumuler des vitamines et des nutriments. Par conséquent, la lactation est temporairement inhibée. Après l'accouchement, lorsque les niveaux de progestérone diminuent, le corps reçoit un «signal» indiquant que la lactation n'est plus interdite et que du lait commence à être produit.

L'hormone de grossesse assouplit les muscles et les ligaments pelviens avant l'accouchement, afin de faciliter le passage du bébé dans le canal utérin. Tout au long de la grossesse, l'hormone a un effet important sur le système nerveux de la femme et intervient également directement dans la formation de certains tissus de l'embryon.

Tous les 9 mois, cette hormone importante stimule l'appétit d'une femme enceinte et contribue à la déposition de graisse afin de fournir des nutriments à la mère et à l'enfant. C'est pourquoi la taille des femmes enceintes augmente en taille. La promotion de la nourriture par les intestins ralentit à nouveau sous l’influence de la progestérone, de sorte que le corps de la femme a le temps de puiser le plus possible en substances utiles, en minéraux et en vitamines.

Ainsi, un niveau suffisant de cette hormone permet à la grossesse de s'écouler facilement sans complications. Une perturbation de l'équilibre hormonal, une pénurie ou un excès de substances peuvent avoir un effet négatif sur les fonctions de reproduction.

Comment se déroule l'analyse?

La concentration de progestérone dans le corps d'une femme enceinte et non enceinte est déterminée par un test sanguin, qui est effectué par ELISA. Si une femme ne parvient pas à devenir enceinte pendant une longue période, le médecin suggérera certainement une telle analyse, car un faible niveau d'hormone lors de la planification de la grossesse empêche l'ovulation normale et l'implantation d'un ovule fécondé. En planifiant une grossesse, le médecin prescrit le jour du don de sang, en fonction de la durée et des caractéristiques du cycle. En règle générale, l'analyse est effectuée le 21-23 du cycle, mais il peut y avoir des exceptions. Par exemple, une femme qui a généralement très peu de règles mensuelles peut se voir attribuer le test à partir du 15e jour du cycle.

Les femmes enceintes peuvent faire un don de sang pour déterminer la concentration de progestérone chaque jour. Pour obtenir des résultats plus précis, vous devez vous préparer. Douze heures avant de se rendre au laboratoire, une femme devrait s'abstenir de fumer et de prendre des boissons alcoolisées, exclure toute activité physique et se limiter à une alimentation. Si une femme prend des médicaments, cela vaut la peine de les refuser pendant quelques jours. Si cela n'est pas possible, vous devez informer le technicien des médicaments qui sont pris et à quelle posologie.

Vous ne devez pas effectuer de test sanguin pour la progestérone immédiatement après l'échographie, la fluorographie ou les rayons X. Dans la salle de traitement doit être envoyé le matin, l'estomac vide, en s'assurant à l'avance que l'état de santé «ne sera pas un échec» - il n'y a pas de fièvre, de troubles intestinaux, de symptômes respiratoires pouvant indiquer un SRAS ou une autre infection.

La quantité de progestérone, surtout en début de grossesse, peut indiquer le moment exact du nourrisson, mais cette méthode de détermination de la date de conception n’est généralement pas utilisée. Il y a plus d'analyses simples et informatives - hCG, par exemple. Le sang pour la progestérone peut être prescrit comme diagnostic:

  • si une grossesse extra-utérine ou gelée est suspectée;
  • avec la menace d'une fausse couche;
  • lors de la planification d'une grossesse pour établir l'heure exacte de l'ovulation;
  • dans le traitement de l'infertilité;
  • avec des pathologies du placenta chez la femme enceinte (l'analyse dans la dynamique vous permet de surveiller l'état de la "place des enfants");
  • lorsqu'une femme a un kyste ou une tumeur dans les organes reproducteurs, surtout si la pathologie est associée à la grossesse;
  • avant la replantation et après le transfert d'embryon pendant la FIV;
  • pour contrôler l'état après que la femme a été traitée avec la progestérone.

Taux hebdomadaires

Dans divers laboratoires, la concentration de progestérone dans le sang d'une femme est déterminée dans différentes unités. À la suite de l'analyse, le «ng / ml» (nanogrammes par millilitre) ou le «nmol / l» (nanomoles par litre) peut être après la valeur numérique. Pour obtenir la valeur de la progestérone en nmol / litre, vous devez effectuer des calculs mathématiques simples - multipliez la valeur en ng / ml par 3,18.

Pour éviter à nos lecteurs de calculer le dosage, nous avons compilé un tableau des niveaux normaux de progestérone pendant deux semaines, en deux unités de mesure:

Date limite (semaines)

Le taux de progestérone en ng / ml (plage)

Progestérone normale nmol / litre (plage)

Ainsi, en moyenne, le taux au cours du premier trimestre de la grossesse est d’environ 11,2 à 90,0 ng / ml, au deuxième trimestre - 25,6 à 89,4 ng / mg et au troisième trimestre - 48,4 à 422,5 ng. / mg. Pendant la période d'ovulation lors de la planification de la grossesse, une concentration de 0,8 à 3,0 ng / mg est considérée comme normale.

Vous ne devez pas vous attendre à ce que l’assistant de laboratoire écrive s’il existe des écarts entre les indices de cette hormone et leurs liens. Analyse de décodage - la tâche du médecin.

Causes de déviations

Si, au cours de la grossesse ou avant son apparition, le niveau de progestérone est différent des valeurs normales, il convient de rechercher la cause véritable et de commencer le traitement.

Niveau élevé

Si l'analyse montre que la progestérone est élevée chez la femme enceinte et dépasse les normes indiquées dans le tableau, cela peut être dû à plusieurs raisons. Une augmentation de la concentration de l'hormone est observée chez les jumeaux ou les triplés gravides. Il est clair que dans les premiers jours de la grossesse, il n'y aura pas de différence, mais dès 4 mois (environ 15 à 16 semaines), chaque fœtus «obtiendra» son propre placenta et chaque placenta produira de la progestérone. Il n'y a rien d'étrange dans le fait que l'hormone dans le sang d'une femme sera plus.

Cela dépend beaucoup de la période au cours de laquelle la progestérone a augmenté à la naissance de l'enfant. Par exemple, un léger excès au cours de la semaine 5-6 ne signifie rien de pathologique, et à la fin des deuxième et troisième trimestres, des valeurs élevées peuvent indiquer que le placenta mûrit trop lentement.

Des niveaux élevés de progestérone peuvent indiquer la présence de tumeurs, de tumeurs dans les glandes surrénales, les ovaires, ainsi que de formations kystiques. Un taux anormalement élevé de progestérone au tout début de la grossesse peut être un signe de dérapage. Ce terme désigne une fécondation anormale dans laquelle des kystes se développent dans la cavité utérine, ressemblant à une grappe de raisin. Ce groupe se développe rapidement, entraînant une augmentation significative des niveaux de progestérone.

Un excès de progestérone accompagne le choriocarcinome - une tumeur de l'utérus, qui peut se développer après l'accouchement, pendant la grossesse extra-utérine. En outre, il y aura une augmentation du niveau d'hormone chez les femmes qui ont pris ou prennent des médicaments hormonaux, par exemple, Duphaston pour sauver la grossesse lorsqu'elles sont menacées. Des niveaux élevés de l'hormone peuvent également être trouvés chez les femmes enceintes souffrant de problèmes de reins et de foie.

Ainsi, l’excès d’indicateurs doit obligatoirement être examiné par un médecin. Pour déterminer les raisons exactes, toute une série d'examens supplémentaires sont prescrits - des examens par ultrasons des petits organes du tala, des reins, du foie, du sang et de l'urine, ainsi que des consultations de spécialistes, tels qu'un gastro-entérologue, un néphrologue, un oncologue et un spécialiste de la reproduction.

Faibles valeurs

Un faible taux de progestérone par rapport aux normales peut être un signe d'insuffisance du corps jaune si l'analyse a été effectuée pendant la période de planification de la grossesse ou les toutes premières semaines après la fécondation. L'absence d'hormone empêche une implantation normale, même si la fécondation a été un succès. Même si le blastocyte peut se consolider dans la paroi utérine, rien ne garantit que la réduction de l'hormone à un stade précoce ne conduira pas à une fausse couche.

Il est possible de tomber enceinte compte tenu de la réduction des taux d’hormone progestérone, mais il n’est pas toujours possible de sauver la grossesse sans l’aide d’un médecin. À un stade ultérieur, lorsque le placenta est formé, un niveau insuffisant de progestérone peut indiquer que le “siège bébé” est sous-développé et ne supporte pas bien ses responsabilités directes - nourrir et protéger l'enfant. Le manque de croissance du niveau d'hormone peut indiquer une probabilité élevée d'avortement spontané.

Le manque de progestérone entraîne des saignements utérins d'intensité variable. Une croissance très lente d'une hormone dans le sang d'une femme enceinte indique une insuffisance placentaire, en particulier le fait que le «siège bébé» produit trop peu de l'hormone nécessaire à la prolongation de la grossesse.

Un taux de progestérone réduit chez une femme qui se prépare encore pour une future grossesse peut indiquer que l'ovulation ne se produit pas, en particulier si les taux d'œstrogènes sont élevés. Un résultat de test décevant se produit également chez les femmes présentant des glandes sexuelles insuffisamment développées, un dysfonctionnement ovarien.

Si les taux de progestérone sont inférieurs à la normale tout au long de la grossesse, cela peut indiquer un développement retardé du fœtus. Les résultats de l'échographie confirment ces données de laboratoire - le bébé est loin des valeurs normales pour une certaine période de grossesse en termes d'indicateurs fétométriques. Une baisse marquée du niveau de progestérone survient lorsque la grossesse est gelée, lorsque le fœtus, sous l’influence de certains facteurs, cesse de croître, meurt et qu’une fausse couche ne se produit pas.

Les antibiotiques, les contraceptifs oraux, les médicaments contre l'épilepsie et certains médicaments hormonaux peuvent abaisser le taux de progestérone.

Les symptômes

Une déficience ou un excès de progestérone dans le corps d'une femme enceinte peuvent être suspectés elle-même, même avant de recevoir une demande de test sanguin en laboratoire. Beaucoup de planificateurs et de femmes en début de grossesse mesurent quotidiennement la température basale du corps. Une température basse dans le rectum peut indiquer un manque d'hormone. L'excès et le manque d'hormone a ses propres caractéristiques.

Inconvénient

La carence en progestérone se manifeste par un gain de poids, en particulier la graisse se dépose dans la région abdominale. Avant la grossesse, pendant les règles, une femme dont le niveau d'hormone est réduit souffre de douleurs menstruelles assez fortes.

Avec un manque de progestérone, la libido est réduite et des maux de tête sont souvent observés. Une femme à un stade précoce peut connaître de fortes sautes d’humeur privées. Le manque de progestérone est inhérent à un sentiment constant de fatigue, de léthargie. Le sommeil peut être perturbé, les cheveux deviennent gras, des taches pigmentaires laides et de l’acné apparaissent sur la peau.

Des écoulements sanguins et séreux des organes génitaux, un œdème, ainsi que des niveaux d'eau élevés ou bas peuvent être atypiques pour une «situation intéressante», l'insuffisance du niveau de progestérone pendant la grossesse. L'utérus dans les premiers stades (jusqu'à 12 semaines) est en bon état, une femme peut ressentir des douleurs dans le bas de l'abdomen et dans le bas du dos.

Les causes de la carence en progestérone peuvent être un mauvais régime alimentaire de la future mère, un manque de vitamines et de micro-éléments, de mauvaises habitudes - fumer, prendre de l'alcool ou des drogues, un stress grave, des émotions, l'abandon des contraceptifs hormonaux le mois précédant le début de la grossesse.

Offre excédentaire

Une quantité excessive de progestérone dans le processus de portage précoce d'un enfant peut indiquer des maux de tête tels qu'une migraine, une diminution de la fonction visuelle, une sensation de fatigue extrême et une apathie. Très souvent, une femme ne ressent pas du tout l'overdose de cette substance au début de la période. Et c'est là que réside le principal danger de la situation.

Une forte toxémie peut indiquer un excès de progestérone au cours des premières semaines, quand une femme n’est même pas malade de nourriture, mais seulement d’une odeur. Un symptôme aussi déplaisant que la perte de cheveux chez une femme, ainsi que la prise de poids trop rapidement, peut indiquer une augmentation du niveau de l'hormone qui dépasse les valeurs normales. Une augmentation de l'hormone durant les deuxième et troisième trimestres de la grossesse est particulièrement dangereuse, car elle peut être le signe d'un travail anormal du placenta.

Des concentrations élevées de progestérone au milieu et à la fin de la grossesse peuvent parler de vieillissement prématuré du «siège bébé», ce qui signifie que le bébé ne reçoit pas suffisamment de nutriments dont il a tant besoin pour sa croissance et son développement. Un placenta prématuré vieillissant peut même causer la mort d'un bébé.

L'enflure des jambes et des chevilles est le symptôme le plus fréquent d'une augmentation de la progestérone dans le sang d'une femme enceinte. C'est pourquoi les obstétriciens et les gynécologues sont si attentifs aux signes de la prééclampsie. L'acné grasse, qui recouvre le corps et le visage de la future mère, ainsi que la séborrhée grasse peuvent également parler d'un déséquilibre hormonal dans le sens d'une augmentation de la progestérone. Les glandes mammaires ne font pas que gonfler et augmenter, ce qui est caractéristique de toutes les femmes enceintes, elles commencent à devenir très malades. La femme a des problèmes prononcés avec le travail des intestins.

Du point de vue de l'impact sur la psyché de la future mère, un excès de progestérone peut rendre une femme calme et pacifique agressive et sans contrainte - cette hormone provoque des accès de colère qui sont remplacés par des périodes d'apathie et de réticence à voir qui que ce soit, ainsi que d'attaques de panique et de dépression.

Les raisons de l'augmentation du niveau de l'hormone au-delà des normes permises pendant la grossesse peuvent être des stress graves, des anomalies du travail des reins et du foie, des problèmes de glande thyroïde. Dans tous les cas, l’approche pour trouver des raisons est différente pour chaque future mère.

Traitement

Le manque de progestérone est considéré comme plus dangereux que son excès, surtout en début de grossesse. Et donc, sans soins médicaux à une femme qui veut endurer et donner naissance à un enfant en bonne santé, ne pas faire. Le traitement en cas de pénurie et d'excès d'hormone est attribué à différent.

L'insuffisance

Indépendamment des raisons pour lesquelles les niveaux de progestérone ont été réduits, il est recommandé à la femme de se calmer. Et ce n’est pas le conseil du médecin sur appel «pour toutes les occasions». Avec le stress dans le corps d'une femme enceinte augmente le niveau d'une autre hormone, le cortisol, également appelé «hormone de stress». Il est une sorte de "compétiteur" de la progestérone et commence à supprimer rapidement la production de son "adversaire".

Les femmes en situation de stress (divorce, décès d'un être cher) se voient prescrire des sédatifs légers, des remèdes à base de plantes.

Avec la menace de fausse couche, si la déficience en progestérone est accompagnée de symptômes évidents, la femme est hospitalisée et traitée à l'hôpital. La paix et le repos maximum sont importants, un sommeil complet et durable. Pour compenser l'insuffisance des niveaux d'hormone, il est prescrit des médicaments contenant la substance nécessaire - «Utrogestan», «Duphaston» ou «Endométrine». Le médicament spécifique doit être prescrit par le médecin, en tenant compte de la gravité du déficit en progestérone.

Dans le même temps, le schéma thérapeutique comprend des médicaments contenant du magnésium, du zinc et de la vitamine B 6. Un tel «trio», lorsqu’il interagit les uns avec les autres, contribue au développement de sa propre progestérone. Des médicaments antispasmodiques («No-silo», «Papaverin») sont utilisés pour soulager le tonus des muscles lisses de l'utérus.

Un test sanguin pour la concentration de cette hormone est effectué dans la dynamique - une fois par semaine ou une fois en 2 semaines, afin de suivre les moindres changements dans le corps de la future mère.

Les femmes enceintes à faible taux de progestérone au cours du traitement et après qu'il est important de bien manger ne doivent en aucun cas manger trop, ne pas manger de grandes quantités d'aliments protéinés et de glucides, abandonner les gâteaux et le muffin blanc, ainsi que les aliments gras. Des produits tels que le maquereau, les graines de citrouille, les produits laitiers et les épinards sont préférés.

Concentration accrue

Avec un excès de progestérone en début de grossesse, aucun traitement spécifique n’est nécessaire. Seul un traitement symptomatique est prescrit - les sédatifs pour l'instabilité psychologique, les sautes d'humeur, la dépression et les laxatifs légers d'origine végétale pour la normalisation des intestins. Les recommandations générales comprennent les longues marches au grand air, une alimentation équilibrée, la prise de vitamines, une bonne nuit de sommeil et suffisamment de temps pour que la future mère se repose et se rétablisse.

Si un excès de progestérone est détecté au cours du deuxième ou du troisième trimestre, une femme peut être hospitalisée pour être traitée sous la surveillance constante d'un personnel médical qualifié. Si vous laissez le problème sans attention, le bébé ne recevra plus assez de nourriture et d'oxygène et risque de mourir.

On prescrit aux femmes des médicaments qui améliorent le flux sanguin utéro-locataire - Actovegin, Curantil, souvent administré par voie intraveineuse. Les injections sont administrées dans le régime de traitement des vitamines B, ainsi que des sédatifs et des antispasmodiques.

Comment se comporte la progestérone pendant la grossesse? Que signifie son augmentation ou sa diminution?

Le déroulement et la préservation de la grossesse dépendent directement des niveaux hormonaux. Une déviation de la concentration de substances biologiquement importantes conduit à des anomalies fœtales, à un retard de gestation et à des menaces d'interruption. Si le taux de progestérone change pendant la grossesse, il devient perceptible au début de la période. Mais une telle condition peut être corrigée compte tenu du bon déroulement des examens et de la désignation des médicaments nécessaires.

Fonctions hormonales

L'effet de la progestérone sur le corps de la femme commence dans la seconde moitié du cycle menstruel. Il augmente la sécrétion de mucus dans les trompes de Fallope. C'est un terrain fertile pour un œuf fécondé en progression. La composition de cette substance tente de répéter les pharmaciens qui développent des milieux nutritifs pour les protocoles de FIV.

Les processus suivants se déroulent sous l'influence de la progestérone:

  1. Il y a une transformation sécrétoire de l'endomètre, le nombre de vaisseaux sanguins qui alimenteront le blastocyste après l'augmentation de l'implantation. L'hormone est capable d'inhiber l'activité contractile du myomètre. Cela est nécessaire pour préserver la grossesse et empêcher le rejet de l'embryon.
  2. Reconstruit l'épithélium du canal cervical. Il produit une grande quantité de mucus, ce qui ne permet pas la pénétration de microorganismes pathogènes.
  3. Au début de la grossesse, les lobes mammaires et les passages alvéolaires sont plus développés. La glande mammaire est préparée pour la sécrétion de lait.

La progestérone élevée pendant la grossesse a des manifestations désagréables:

  • augmentation des dépôts de graisse corporelle;
  • le liquide est retenu dans le corps, entraînant un œdème;
  • la peau grasse et la tendance à former de l'acné augmente;
  • l'immunité est affaiblie pour empêcher le rejet du fœtus par la mère;
  • la motilité intestinale est perturbée, entraînant le développement de la constipation;
  • les processus mentaux du cortex cérébral sont inhibés - ce phénomène est appelé encéphalopathie à la progestérone, qui se manifeste par une instabilité de l'humeur, des larmoiements, une perte de mémoire, de l'attention et d'autres troubles cognitifs qui surviennent après l'accouchement.

Indicateurs de taux

Après l'ovulation, la sécrétion de progestérone produit un corps jaune. Après la fécondation, une couche spéciale de cellules se forme dans l'embryon - le trophoblaste. Elle sécrète la gonadotrophine chorionique, qui stimule en outre le corps jaune, et améliore la sécrétion de l'hormone. À partir de la 8ème à la 9ème semaine de grossesse, le placenta en formation est impliqué dans le processus de sécrétion hormonale. La quantité principale de substance y est produite.

Le niveau de l'hormone varie au cours des semaines de gestation. Il augmente progressivement pour atteindre son maximum au moment de la naissance.

Les niveaux de progestérone peuvent varier en fonction des caractéristiques individuelles. Le tableau ci-dessous n'est pas la seule option standard. Différents laboratoires peuvent utiliser leurs propres méthodes de détermination des hormones, qui peuvent être calculées à l'aide d'autres indicateurs, par exemple, ng / ml sont utilisés.

L'analyse de décodage doit être effectuée par un obstétricien-gynécologue qui mène une grossesse. Il sera en mesure de corréler correctement les données de recherche, les plaintes des patients et les symptômes cliniques.

Diagnostic du niveau de progestérone

Les niveaux de progestérone pendant la grossesse peuvent être déterminés à l'aide de tests sanguins veineux.

La préparation de l'étude repose sur des principes généraux. La veille du diagnostic, vous devez abandonner les aliments gras, mais l’alcool est en tout cas contre-indiqué aux femmes enceintes. Le dernier repas ne devrait pas être plus tard que 20h00.

Un test sanguin pour la progestérone est strictement administré sur un estomac vide. Boire du thé, du café, du jus de fruit est également impossible. Il est permis de boire de l'eau non gazeuse avec une sensation de faim fortement aggravée. Il est déconseillé de fumer avant la collecte de sang pendant 2-3 heures.

Afin de ne pas fausser les résultats, avant de prendre l'analyse, ils arrêtent de prendre les médicaments pendant une journée. Si certains d’entre eux sont vitaux, vous devez en informer votre médecin.

Après le dernier repas, au moins 8-12 heures devraient passer. Mais il y a des situations où une femme ne peut pas réussir l'analyse le matin. Ensuite, vous devez attendre au moins 6 heures après avoir mangé. De l'alimentation ce jour-là, vous devez éliminer complètement les graisses. L'eau potable est autorisée.

L'analyse est prescrite pour certaines indications. Pendant la grossesse, il s'agit d'une évaluation de l'état du placenta à partir de la seconde moitié de la gestation et de la détermination du véritable fœtus pérenne.

Causes d'anomalie

Chez les femmes enceintes, le niveau de progestérone peut varier à la fois vers le haut et vers le bas. Les raisons de la diminution de la concentration sont variées. Aux premiers stades de son échec peut indiquer une violation de la fonction du corps jaune et du placenta.

Le manque d'hormone sera dans les conditions suivantes:

  • prééclampsie;
  • insuffisance placentaire;
  • pathologie des organes génitaux de la mère;
  • grossesse extra-utérine;
  • fruits congelés;
  • grossesse reportée.

Faible taux de progestérone au cours de la grossesse extra-utérine en raison des caractéristiques de la formation du fœtus. Normalement, le placenta en formation assume la fonction de sécrétion de cette substance. Si une implantation normale de l'embryon ne se produit pas, le système placentaire n'est pas formé, le corps jaune n'est pas en mesure de maintenir une concentration suffisante de l'hormone pendant une longue période. Ça diminue.

Le mécanisme d'avortement raté est similaire. La fin du développement fœtal entraîne un retard dans la formation du placenta.

Un excès de progestérone peut être causé par des vésicules, un choréocarcinome, une pathologie du développement du placenta, une dysfonction rénale, plusieurs fruits en développement et des médicaments hormonaux.

Conséquences de la modification des niveaux d'hormones

Bas taux

Les symptômes d'une carence en progestérone se manifestent par une violation du cours de la grossesse. Déjà au cours du premier trimestre, des signes d'interruption spontanée ou de menace d'avortement apparaissent. Une femme ressent une douleur lancinante dans le bas de l'abdomen, d'une intensité qui ressemble à des règles douloureuses. La douleur peut être donnée au sacrum. Parfois, la fixation de l'ovule au mur de l'utérus est brisée et son décollement partiel se produit. Dans le même temps de l'appareil génital apparaissent des taches de sang. Si le traitement commence à ce stade, l'enfant peut être sauvé.

En cas de correction insuffisante des antécédents hormonaux, la menace d'interruption de la gestation peut persister pendant toute la période de portage.

La grossesse extra-utérine est toujours accompagnée d'une réduction des niveaux de progestérone, mais les signes cliniques de cette affection apparaissent plus tôt. La grossesse tubaire interrompue est accompagnée d'une forte détérioration de l'état, les symptômes de l'abdomen aigu apparaissent.

Plus tard, une faible progestérone entraîne un retard dans le développement du fœtus, déterminé par l’échographie planifiée. En fonction du degré, la croissance de l'enfant est ralentie, la taille des organes internes diminue, il peut naître avec un poids faible.

Une progestérone faible est observée lorsque la période de gestation dépasse 42 semaines. Cette condition est défavorable, le placenta vieillissant cesse de fonctionner normalement, l'enfant ne reçoit pas la quantité nécessaire d'oxygène et de nutriments. L’état d’hypoxie se développe. En même temps, les sphincters anaux se détendent, le méconium pénètre dans le liquide amniotique. Il est avalé par le fœtus ou pénètre dans les poumons, ce qui entraîne le mauvais état de l’enfant après la naissance.

Avec une grossesse post-terme, les os du crâne commencent progressivement à s'ossifier, donnant naissance à travers le tractus génital naturel devient traumatisant pour l'enfant.

Haute performance

Des niveaux élevés de l'hormone peuvent parler des pathologies et conditions suivantes:

  • la formation de cloques est un résultat pathologique de la fécondation, dans laquelle le vagin du chorion se développe à l'intérieur de la membrane du trophoblaste, elles ressemblent à des bulles remplies de liquide, tandis que le niveau de progestérone devient progressivement supérieur à la norme;
  • grossesse multiple - une augmentation de la concentration est due au travail de deux placentas, qui synthétisent une hormone en double quantité;
  • une insuffisance rénale, qui s'accompagne d'une insuffisance rénale, réduit le métabolisme naturel de l'hormone.

Façons de corriger le fond hormonal

Comment augmenter la progestérone naturellement?

Les recettes folkloriques sont dans la plupart des cas inutiles. La régulation hormonale dépend de nombreux facteurs, et la réception des tisanes, des infusions et des décoctions uniquement ne permet pas d'exercer une influence appropriée. Ceci est un effet de distraction et un placebo pour ceux qui croient en l'efficacité du traitement.

Pour sauver le fœtus, vous devez entrer de la progestérone selon le schéma recommandé par votre médecin. Les principaux médicaments utilisés sont l'Utrogestan et le Duphaston.

Duphaston est un analogue synthétique de la progestérone humaine. Sa structure permet une absorption et une distribution rapides vers des sites contenant des récepteurs spécifiques. Il ne s'agit pas d'un dérivé de la testostérone, une hormone sexuelle masculine. Il ne contient donc pas les symptômes observés lors de l'utilisation d'autres médicaments de ce groupe.

Réduit le risque d'avortement, le développement de l'insuffisance placentaire. Les enfants dont les mères ont été traitées avec le médicament souffrent rarement d’insuffisance pondérale à la naissance; sur l’échelle Apgar, leurs taux sont proches du maximum.

Le médicament est pris par voie orale selon le régime, qui dépend de l'état de la femme enceinte. En cas de fausse couche menaçante, 40 mg est administré une fois par voie orale, après quoi ils passent à une dose d'entretien de 10 mg toutes les 8 heures jusqu'à la disparition des signes de menace de fausse couche.

Si une femme qui a eu une grossesse précédente a mis fin à un avortement spontané, il est alors prescrit à 10 mg de progestérone actuelle de maintenir 10 mg deux fois par jour pendant 20 semaines.

Il est fabriqué à base de matières premières végétales, se présente sous la forme de comprimés pour administration orale ou ponte dans le vagin. Les particularités de la composition d'Utrogestan permettent de supprimer l'activité de l'ocytocine et de soutenir la grossesse. Le médicament a des effets positifs sur la peau: réduire sa graisse et la formation d’acné. Les femmes traitées par Urozhestan ne prennent pas de poids.

Certaines personnes ressentent des effets secondaires tels que vertiges ou nausées, céphalée aiguë. Dans ce cas, la pilule pour administration orale est annulée et transférée aux formes intravaginales. Le médicament étant métabolisé activement dans le foie, il faut utiliser l'utrogestan pour l'insertion dans le vagin en raison des symptômes d'insuffisance hépatique.

Le dosage du médicament dépend de la condition individuelle. En cas de menace d'interruption, 400 à 600 mg sont administrés une fois, puis une dose d'entretien de 400 mg est administrée. Dans d'autres cas, la dose quotidienne est de 200 à 300 mg.

Le surdosage entraîne une somnolence grave, une faiblesse, des vertiges, un sentiment d’euphorie peut apparaître. Lorsque ces symptômes apparaissent, vous devez passer à la forme vaginale du médicament.

Les signes d’une carence ou d’un excès de progestérone sont souvent détectés à la suite de plaintes d’une femme enceinte. Les analyses sont une méthode supplémentaire qui confirme ou réfute les écarts par rapport à la norme. Le traitement médicamenteux doit être sous la supervision d'un médecin.

Comment la progestérone affecte-t-elle la grossesse?

La progestérone est une hormone stéroïde produite principalement dans le corps de la femme. Il est synthétisé dans le corps jaune et sert un objectif - se préparer à la conception possible d'un enfant. La progestérone pendant la grossesse contribue à la sécurité du fœtus. L'absence d'hormone entraîne une fausse couche spontanée et d'autres complications graves.

Le rôle de la progestérone pendant la grossesse

Avant la grossesse, la progestérone est synthétisée par le corps jaune. Cette glande temporaire se forme immédiatement après l'ovulation dans la deuxième phase (lutéale) du cycle et continue à fonctionner jusqu'à la prochaine menstruation. La tâche de l'hormone à ce stade est de fournir les conditions pour la possible implantation de l'embryon.

L'effet de la progestérone dans la deuxième phase du cycle:

  • Préparation de la membrane muqueuse de l'utérus pour l'adoption de l'ovule. L'endomètre se développe et s'épaissit progressivement, l'apport de nutriments dans ses cellules augmente. Une épaisseur adéquate de l'endomètre garantit une normalité pendant le premier trimestre de la grossesse.
  • Immunité réduite. L'organisme maternel perçoit l'embryon comme un objet extraterrestre et tente de s'en débarrasser. La progestérone inhibe l'activité du système immunitaire et contribue à la préservation de la grossesse.
  • La sécrétion des trompes de Fallope pour le transport en toute sécurité de l'œuf dans l'utérus. Le mucus synthétisé nourrit également le fœtus à mesure qu'il progresse dans les trompes de Fallope.

Vous pouvez suivre l'évolution des niveaux de progestérone en fonction de la température basale. Pour ce faire, tous les jours, à partir du premier jour du cycle, prenez des mesures dans le rectum (le matin, sans vous lever du lit). La progestérone et la température corporelle sont étroitement liées.

Après l'ovulation (libération d'un ovule mûr de l'ovaire), le niveau de l'hormone augmente et la température de base augmente de 0,3 à 0,5 degrés. À ce stade, il reste jusqu'à la fin du cycle menstruel. Si la grossesse n'a pas lieu, la concentration de progestérone diminue et le rejet de la membrane muqueuse utérine se produit - la menstruation. Avec la conception réussie de l'enfant, la température de base reste supérieure à 37 degrés tout au long du premier trimestre.

En début de grossesse, la progestérone joue un tel rôle:

  • Réduit le tonus de la couche musculaire de l'utérus et prévient les fausses couches.
  • Favorise le développement des glandes mammaires et leur préparation pour la production de lait.
  • Augmente l'élasticité des ligaments du bassin, aide le corps à s'adapter à la prochaine naissance.
  • Détermine la formation de la grossesse dominante dans le cerveau. Désormais, tous les processus se déroulant dans le corps de la femme seront subordonnés au même objectif: porter le fœtus.

Effet de l'hormone sur le début et la gestation de la grossesse

La progestérone est une hormone clé qui détermine la possibilité de concevoir un enfant. Il crée toutes les conditions permettant à l'ovule de rencontrer le sperme et de le fertiliser. La progestérone prépare un lit pour l'implantation - l'introduction d'un ovule fécondé dans l'utérus. De plus, l'hormone aide à faire en sorte que la grossesse se déroule en toute sécurité - de la conception à l'accouchement.

Le niveau de progestérone dans la deuxième phase du cycle devrait être compris entre 7 et 56 nmol / l. C'est cette concentration d'hormone qui permet à une femme de tomber enceinte. L'absence de niveaux de progestérone interfère avec la fécondation, l'implantation et la gestation.

Dans la plupart des cas, une femme ne peut tout simplement pas concevoir un enfant en raison d'un déficit en progestérone au cours de la deuxième phase du cycle menstruel. Même si la fécondation a lieu, une telle grossesse est souvent terminée tôt.

Conséquences des niveaux de progestérone et

La concentration normale de progestérone est déterminée par la phase du cycle menstruel:

  • Phase folliculaire - 0,3-2,2 nmol / l.
  • Phase ovulatoire - 0,5 à 9,4 nmol / l.
  • La phase lutéale est de 7-56,6 nmol / l.

Pendant la grossesse, le taux d'augmentation maximal de l'hormone progestérone est fixé à la 7-8e semaine. En outre, son niveau continue de croître, mais pas si actif. La progestérone augmente à 37-38 semaines, après quoi sa concentration dans le sang baisse. Les niveaux d'hormones réduits signalent une livraison rapide.

Valeurs normales pendant la gestation:

  • Je trimestre - 9-469 nmol / l.
  • Le deuxième trimestre - 72-304 nmol / l.
  • III trimestre - 89 - 772 nmol / l.

Le manque de progestérone empêche le développement normal de l'embryon. Cette condition est observée avec diverses complications:

  • La menace d'interruption de grossesse utérine.
  • Fausse couche précoce dans les premiers stades.
  • Régressant la grossesse.
  • Grossesse extra-utérine.
  • Insuffisance placentaire avec hypoxie concomitante et retard de croissance intra-utérine.
  • La menace d'une naissance prématurée (après 22 semaines).
  • Vraie grossesse après la grossesse (après 41 semaines).

Les causes de niveaux insuffisants de progestérone ne peuvent pas toujours être résolues. Cela peut être une pathologie ovarienne, des facteurs d'interférence, des maladies de l'hypophyse ou de la glande thyroïde. Le déséquilibre hormonal conduit à un déficit en progestérone, ce qui entraîne un certain nombre de changements pathologiques.

La deuxième phase du cycle est incomplète, le corps de la femme ne peut pas se préparer à concevoir un enfant. Le fœtus est menacé et sans aide médicale.

L'excès de progestérone est également un symptôme défavorable. Une augmentation des niveaux d'hormones indique les causes:

  • Corps jaune kystique - formation d'une tumeur bénigne de l'ovaire.
  • Pathologie du placenta, conduisant à la malnutrition du fœtus et retardant son développement.
  • Maladies du rein dans lesquelles l’excrétion de l’hormone est réduite du corps.

Des niveaux élevés de progestérone peuvent entraîner un avortement.

Une certaine augmentation de la progestérone est observée dans les grossesses multiples après 16 semaines. Cependant, chez certaines femmes enceintes, le niveau de l'hormone reste dans les limites de la normale.

Comment passer l'analyse?

En dehors de la grossesse, un test sanguin pour la détermination d'une hormone est prescrit dans les situations suivantes:

  • Violations du cycle menstruel.
  • Saignements utérins dysfonctionnels.
  • Infertilité - l'incapacité de concevoir un enfant pendant 12 mois.
  • Échec de la grossesse - fausses couches spontanées répétées.

Une analyse de sang pour la progestérone est prise le 21-22ème jour du cycle. Cette tactique ne sera correcte que si environ 28 jours s'écoulent d'une menstruation à une autre. Si le cycle d’une femme est irrégulier, il est important de pré-calculer la date de l’ovulation, puis de compter ses 7 à 8 jours. Ce jour sera le moment optimal pour l’enquête.

Pendant la grossesse, la détermination de routine de la progestérone n’est pas effectuée. Le médecin peut prescrire du sang dans de telles situations:

  • La menace d'interruption de grossesse sur la base de plaintes d'une femme (douleurs abdominales, pertes sanguines vaginales sanglantes) ou de données échographiques.
  • Signes d'insuffisance placentaire et de retard de développement du fœtus.
  • Diagnostic de véritable post-grossesse après la 41ème semaine.

Dans le cours normal de la gestation, l’étude n’est pas menée.

Les prélèvements sanguins ont lieu strictement à jeun le matin de 8 à 14 heures. Le matériel pour l'étude est pris dans la veine. À la veille du test, il est recommandé de ne pas fumer ni boire de l'alcool afin d'éviter tout effort mental et physique.

L'analyse de décodage est effectuée uniquement par un médecin. Une diminution ou une augmentation de l'hormone n'est pas un diagnostic. Il est important d’évaluer toutes les données disponibles afin de déterminer la cause de ces écarts et de choisir la stratégie de traitement appropriée.

Puis-je tomber enceinte avec une faible progestérone?

En médecine, il arrive parfois qu'une femme réussisse à concevoir avec une déficience en progestérone et donne naissance à un bébé en bonne santé à temps. Il est supposé qu'à un moment donné les facteurs affectant la concentration de l'hormone ont cessé d'agir et que la grossesse a commencé.

Mais la probabilité de concevoir un enfant dans cette situation est extrêmement faible. Même si l'œuf fécondé est fixé dans l'utérus, le risque d'avortement est élevé aux premiers stades.

La progestérone basse est une indication pour la correction médicale. L'acceptation des hormones vous permet de rétablir le cycle menstruel et aide à vous préparer à la grossesse. Il est également important de trouver la cause de la pathologie afin d'éviter le développement de complications.

Méthodes de traitement du déficit en progestérone

Il y a plusieurs années, des médicaments à base de progestérone étaient prescrits à presque toutes les femmes qui consultaient leur médecin avec des signes de menace ou de fausse couche. On croyait qu'avec une telle pathologie, un soutien hormonal était nécessaire. Cette tactique a été désignée comme thérapie de préservation. Le plus souvent, Duphaston ou Utrozhestan a été prescrit - des analogues de la progestérone, qui augmentent son niveau dans le corps.

Aujourd'hui, la pratique obstétricale est révisée et les gynécologues ne se font pas prescrire si activement des médicaments hormonaux. La prise de progestérone est nécessaire dans deux situations:

  • Déficit en phase lutéale. La pathologie doit être diagnostiquée avant la grossesse. Dans ces circonstances, la femme manque de progestérone et il faut l’ajouter de l’extérieur. Le médicament est recommandé jusqu'à 16 semaines. Au deuxième trimestre, le placenta mûrit. Il commence à produire de la progestérone et élimine le besoin de prendre des médicaments.
  • Grossesse après FIV. Lors de la fécondation in vitro, la conception a lieu in vitro. La femme n'a pas sa propre ovulation et le corps jaune n'est pas formé. La progestérone n'est pas produite en quantité suffisante et des médicaments sont nécessaires pour éviter une grossesse.

Dans d'autres situations, le soutien hormonal est rarement effectué. Si la menace de fausse couche est causée par un défaut de l'ovule, c'est plus probablement une indication d'avortement. La pathologie du système hémostatique et les processus inflammatoires de l'utérus ne sont pas non plus traités à la progestérone.

Au stade de la conception de l'enfant, l'utilisation de progestatifs au cours de la deuxième phase du cycle peut ne pas s'appliquer. À présent, le médecin essaie d’abord de calculer la date de l’ovulation et ne prescrit alors que le médicament choisi. Ce schéma est justifié, car l'utilisation précoce de progestérone menaçait de supprimer l'ovulation et, par conséquent, la grossesse dans ce cas ne s'est pas produite.

La sélection du médicament et le schéma de son utilisation sont effectués par un spécialiste. L'acceptation des hormones sans ordonnance du médecin est inacceptable. Il est important de ne pas oublier les méthodes non médicamenteuses de correction hormonale:

  • Nutrition rationnelle.
  • Réception des vitamines dans la période hiver-printemps.
  • Activité physique adéquate.
  • Correction du régime de jour: sommeil complet et repos.
  • Mode de vie sain et éviter les mauvaises habitudes.
  • Sélection compétente de la contraception.
  • Traitement en temps opportun des maladies gynécologiques.

De telles mesures réduisent le risque de déséquilibre hormonal et contribuent à la préservation de la santé reproductive.

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

Dysfonctionnement ovarien - un trouble de la fonction hormonale des ovaires due à une inflammation ou à des troubles endocriniens, se manifestant par un certain nombre de conditions pathologiques.

Planifier une grossesse est une période cruciale dans la vie d’une femme.Afin de pouvoir concevoir un bébé en bonne santé, de nombreuses analyses sont prescrites à la future mère.

Un test sanguin pour la TSH (hormone stimulant la thyroïde) revêt une grande importance pour le diagnostic des maladies de la thyroïde. Il est donc désigné par l’endocrinologue pour la plupart des plaintes.