Principal / Des tests

Taux de taux d'hormones dans le sang des femmes

Contrairement aux hommes, les femmes aiment le changement. Ils changent la coiffure, la couleur des cheveux, les ongles et l'image en général. Même leur humeur est encline à changer. Et la joie, soudainement remplacée par la tristesse, n'a rien à voir avec les changements de la vie. Très souvent, cela est causé par un déséquilibre hormonal dans le corps. Cependant, une modification du fond hormonal n'est pas toujours une déviation et se produit dans le corps d'une femme en bonne santé.

Quand faire des tests

Le fond hormonal chez les hommes est plus stable. En revanche, tout au long de la vie, l’organisme de la femme doit subir des fluctuations des niveaux hormonaux, dues à divers facteurs, notamment la phase du cycle menstruel, le stress et diverses maladies, notamment le rhume. Cependant, une diminution ou une augmentation persistante de la norme des hormones peut conduire au développement de maladies gynécologiques et même à la stérilité. De plus, le manque ou l'excès d'hormones sexuelles conduit à une violation de l'état émotionnel et à des changements d'apparence.

Les symptômes suivants indiquent la nécessité de consulter un spécialiste et de tester les hormones:

  • faible résistance au stress;
  • troubles du sommeil;
  • sentiment incessant de fatigue et de faiblesse;
  • réduction des fonctions de protection du corps;
  • sensibilité aux maladies virales;
  • les changements d'âge;
  • changement déraisonnable d'humeur;
  • transpiration excessive;
  • violation du cycle menstruel et aménorrhée;
  • les poches;
  • augmentation ou diminution déraisonnable du poids corporel;
  • retard dans le développement sexuel;
  • fausse couche répétée de la grossesse;
  • ovaires polykystiques;
  • néoplasmes dans les ovaires;
  • problèmes de peau;
  • chute de cheveux ou croissance excessive dans des endroits inappropriés.

Les fonctions de l'oestrogène chez les femmes

Les œstrogènes sont plusieurs types d'hormones présentes chez les femmes et les hommes. Les femmes sont beaucoup plus difficiles, car leur corps est attaqué par trois de leurs représentants à la fois:

Les œstrogènes sont produits par les ovaires et les glandes surrénales. L'estradiol est la principale hormone qui remplit les fonctions les plus importantes, allant de la puberté au début de la ménopause. Sa compétence comprend environ 400 fonctions.

La synthèse de l'estradiol diminue considérablement avec l'apparition de la ménopause, après quoi sa production cesse progressivement. En outre, certaines fonctions de l’estradiol sont transférées à l’estrone, tandis que les autres fonctions sont remplies par l’œstradiol, qui continue à être produit par les glandes surrénales.

Estron est la principale hormone qui soutient le corps féminin pendant la ménopause. Et si, avant la ménopause, sa production est réalisée par les ovaires, le foie, les glandes surrénales et le tissu adipeux, à l’apparition de la ménopause, elle est synthétisée exclusivement dans le tissu adipeux.

Estron est un précurseur de l'estradiol, mais sa production excessive avant la ménopause entraîne l'apparition de maladies hormono-dépendantes, notamment le cancer du sein et le cancer de l'utérus.

L'œstriol est l'œstrogène le plus faible et sa concentration dans le sang des femmes est donc minimale. Sa partie principale est synthétisée exclusivement pendant la grossesse.

Au cours de tous les cycles de la vie, les œstrogènes remplissent les fonctions les plus importantes qui permettent à une fille de devenir une femme.

  • La production active d'œstrogènes se produit pendant l'adolescence. Pendant cette période, sous leur influence, les filles commencent à former des caractéristiques sexuelles secondaires, notamment une augmentation des glandes mammaires et l'acquisition de la rondeur par la figure.
  • Les œstrogènes forment une fonction de reproduction, ce qui augmente le nombre de cellules épithéliales et de mucus dans le vagin, créant ainsi un environnement favorable à la survie des spermatozoïdes. Pendant la grossesse, ces hormones contribuent à l'augmentation du tissu glandulaire du sein, le préparant ainsi à la lactation.

Parmi les autres fonctions, on peut noter:

  • stimuler le développement des organes génitaux et des glandes mammaires;
  • impliqué dans le processus de pigmentation des organes génitaux et des halos;
  • former des caractéristiques sexuelles féminines secondaires;
  • réguler la croissance des os longs;
  • participer à la fermeture en temps utile des zones de croissance dans les os longs;
  • contribuer au rejet de la couche interne de l'utérus, ce qui est un processus naturel pendant la menstruation;
  • prévenir les caillots sanguins;
  • augmenter la coagulation du sang, empêchant la transition de la menstruation en saignant;
  • prévenir la formation de dépôts de cholestérol dans les vaisseaux;
  • augmenter la sensibilité des récepteurs cellulaires à la progestérone.

La progestérone et sa fonction

La progestérone est l'une des hormones stéroïdes produites par les glandes surrénales et le corps jaune des ovaires. Le taux d'hormones féminines dépend de la phase du cycle menstruel. La progestérone a pour fonction principale de préparer l'utérus à fixer un ovule fécondé et à créer les conditions favorables à une grossesse ultérieure. Parmi les autres fonctions, on peut noter:

  • la progestérone augmente la taille de l'utérus et détend ses muscles;
  • crée un apport de nutriments en raison de la formation de graisse sous-cutanée;
  • prépare les muscles et les ligaments à l'accouchement;
  • inhibe certaines fonctions du système immunitaire, empêchant ainsi le rejet du fœtus;
  • favorise la formation de lait, en activant la lactation après la naissance.

Lorsque la menace de mastopathie apparaît, la progestérone neutralise les œstrogènes à l'origine de son développement.

Hormones de l'hypophyse et de la thyroïde

Un certain nombre d'autres hormones produites par l'hypophyse et la thyroïde sont également très importantes pour le corps de la femme.

Les hormones hypophysaires qui sont importantes pour la préservation de la fonction de reproduction et de l'organisme dans son ensemble sont notamment les suivantes:

Parmi les hormones produites par la glande thyroïde, la thyroxine est la plus précieuse pour le corps féminin.

Taux de taux d'hormones dans le sang des femmes

Un test sanguin pour les hormones est pris dans trois approches. La raison en est que, dans le corps de la femme, leur niveau varie constamment en fonction de la phase du cycle menstruel.

Actuellement, une technique spéciale est appliquée, sur la base de laquelle un don de sang est fourni pour déterminer le niveau d'hormones chez la femme trois fois par cycle. Les cycles sont calculés à partir du premier jour du début de la menstruation. Cette règle ne s'applique pas aux filles qui n'ont pas atteint la puberté et aux femmes ménopausées.

En général, le tableau de la norme des hormones chez les femmes devrait être comme ça.

Analyse des hormones sexuelles

La plupart des processus dans le corps humain sont contrôlés par des hormones - des substances biologiquement actives de différentes structures chimiques. C'est de leur nombre et de leur taux d'excrétion que dépend en grande partie la croissance des muscles, le niveau de métabolisme et même la question du sexe. La plupart des hormones commencent à être produites dans le corps au cours de la période de développement prénatal, ce qui provoque le développement de l'embryon.

Par exemple, lorsque le développement des hormones sexuelles féminines et de leurs récepteurs est prédominant, une fille naît. S'il y a une prédominance d'hormones mâles - cela conduit au développement du corps du type masculin. Cependant, l'influence de ce groupe de substances biologiquement actives ne s'arrête pas au stade de la détermination du sexe d'une personne, car ce sont les hormones sexuelles qui contrôlent plus tard la réalisation de l'une des fonctions les plus importantes du corps humain - la naissance d'une progéniture en bonne santé. On peut dire qu'ils forment ce processus «de l'un à l'autre» - de la détermination du sexe et de la formation des organes de l'appareil reproducteur à la survenue d'une attraction sexuelle et à la réalisation d'un enfant chez une femme.

Par conséquent, le rôle des hormones sexuelles féminines dans la question de la planification familiale et de la conception d'un enfant est extrêmement important. Il suffit de dire que près de la moitié des cas d'infertilité chez les femmes sont précisément dus à des causes endocriniennes, c'est-à-dire une altération de l'excrétion et du travail de diverses hormones. À cet égard, s’il est difficile de concevoir, tout médecin prévoira tout d’abord une étude de la quantité d’hormones dans le sang d’une femme.

Outre la planification familiale, l’importance de l’analyse des hormones féminines affecte également de nombreuses autres spécialités médicales. Outre les endocrinologues, les oncologues, les gynécologues, les mammologues, les orthopédistes et les néphrologues pourraient être intéressés par les résultats d'une telle étude. Cela est dû au fait que tout système d'hormones dans le corps humain forme une multitude d'interconnexions avec d'autres systèmes du corps, donc une violation de l'un des maillons de cette chaîne entraîne inévitablement toute une cascade de réactions pathologiques.

Quand le test d'hormone sexuelle est recommandé

Le premier élément de la liste des indications permettant de mener une telle étude est la question de la planification familiale. C’est l’infertilité féminine qui oblige souvent une personne à consulter un médecin, alors qu’avec d’autres symptômes indirects de déséquilibre hormonal (obésité, menstruations douloureuses ou cycle irrégulier, modification de la structure des cheveux, de la peau, des ongles), une femme tente généralement de s’en sortir sans recommandation du médecin.

Ainsi, il est nécessaire de donner du sang au niveau des hormones sexuelles féminines s'il est impossible de concevoir un enfant pendant six mois ou plus. Une période aussi longue est due au fait que, même dans le contexte de la santé globale des deux partenaires, il est loin d'être toujours possible d'avoir un enfant immédiatement - la période favorable pour cela est seulement d'environ une semaine par mois. De plus, l'organisme se prépare minutieusement à ce processus. Par conséquent, en raison parfois du stress au travail, d'une situation météorologique défavorable, une grossesse peut ne pas se produire pendant une période favorable de l'ovulation et se produire pendant la période suivante. Toutefois, la période de six mois de tentatives infructueuses est considérée comme suffisante pour suspecter des violations du système de reproduction de l’un des partenaires. Statistiquement, la cause en est précisément les troubles endocriniens chez les femmes, ils sont donc contrôlés en premier.

Outre les problèmes de planification familiale, une analyse des hormones sexuelles féminines est recommandée pour les conditions et phénomènes pathologiques suivants:

  • Fausse couche, fausse couche, avortement spontané - une violation du cours de la grossesse ainsi que des problèmes de conception se produisent dans le contexte d’un niveau pathologique d’hormones. Par conséquent, si de tels phénomènes se produisaient dans le passé, il est nécessaire d'effectuer régulièrement, lors d'une nouvelle grossesse, une analyse sanguine du contenu de ces substances biologiquement actives. Dans ce cas, en violation du niveau d'hormones, vous pouvez commencer à corriger le médicament en temps opportun pour sauver l'enfant.
  • Cycle menstruel irrégulier et périodes douloureuses ou lourdes, ainsi qu'en leur absence (aménorrhée). Pour toutes les violations du système hormonal chez les femmes, le schéma du cycle menstruel changera invariablement, puisque son déroulement est complètement contrôlé par le système endocrinien. En outre, une image sanguine hormonale est examinée pour les maladies de l'appareil reproducteur - ovaire polykystique, tumeurs utérines.
  • Avec des sensations désagréables dans les glandes mammaires, douleur, écoulement, présence de phoques dans la poitrine. Certaines hormones sexuelles féminines stimulent la croissance et la sécrétion du sein. Par conséquent, les plaintes décrites peuvent être dues à des modifications du niveau de substances biologiquement actives dans le sang.
  • Croissance des cheveux altérée - calvitie (alopécie), ou inversement, forte croissance des cheveux et croissance des cheveux chez la femme. Ces phénomènes indiquent directement des violations dans la sphère hormonale du sexe.
  • Une augmentation du poids corporel, due en particulier à l'absence de nutrition ou de mode de vie, peut être le symptôme de diverses maladies endocriniennes, y compris des troubles de la reproduction.
  • Diminution de la libido, troubles de la sphère intime, perversions sexuelles - tout cela peut aussi être le résultat d'une libération pathologique d'hormones.
  • Dans le traitement de diverses maladies à l'aide de médicaments hormonaux, le niveau d'hormones dans le sang est surveillé.

En outre, une analyse du niveau d'hormones sexuelles féminines peut également être prescrite aux hommes - en fait, leur affiliation «féminine» n'est qu'un hommage à l'histoire. Il a maintenant été constaté que beaucoup de ces substances jouent un rôle actif dans le développement du corps masculin, y compris dans la formation de son système reproducteur. De la même manière que l'hormone «masculine» typique, la testostérone est également présente dans le corps de la femme et remplit un certain nombre de fonctions. Par conséquent, l'étude de son niveau est également incluse dans le cadre de la présente analyse. Les signes d'une violation de la quantité de ces substances biologiquement actives peuvent être une gynécomastie (croissance du sein chez l'homme), certaines formes d'impuissance, une diminution du désir sexuel (libido), des tumeurs et d'autres dommages aux organes du système endocrinien.

A l'étude du niveau d'hormones utilisé chez l'enfant et l'adolescent. Les principales raisons d'une telle analyse peuvent être des signes de puberté prématurée ou son retard chez les adolescents.

Caractéristiques de l'analyse et de la préparation de l'étude

La caractéristique la plus importante du test sanguin pour le niveau d'hormones sexuelles est le fait que le prélèvement sanguin n'a pas lieu simultanément. Cela est dû au fait que leur nombre dans le sang change constamment, ce qui rend difficile la formation d'un tableau de normes pour chaque hormone. Le cycle biologique est le reflet biologique de tels sauts hormonaux. C'est pour cette raison que le moment le plus propice à l'analyse de diverses substances biologiquement actives est déterminé avec son aide. Auparavant, chaque hormone avait son propre «jour parfait», ce qui obligeait une femme à donner son sang de façon répétée dans un délai d'un mois. Aujourd'hui, il existe une technique qui consiste à effectuer des tests sanguins trois fois par cycle. Chacune d'elles fournit une image du niveau d'un certain groupe d'hormones sexuelles féminines.

Il n’est pas nécessaire pour une femme de réussir les trois analyses - tout dépend de la position et de l’opinion du médecin traitant. Par exemple, s'il a besoin de connaître le niveau d'œstrogène, il lui donnera une étude unique le jour le plus favorable pour le cycle. Cependant, dans certains cas, une image complète de toutes les hormones sexuelles du sang est nécessaire, ce qui nécessite la livraison obligatoire de l'analyse trois fois par cycle. Comme on le sait, le calcul du cycle commence par l’apparition de la menstruation - le premier jour de la menstruation est le premier jour du cycle menstruel. Si une femme ne se souvient pas de la date de la dernière menstruation quand elle va chez le médecin, ce dernier la nommera au début du cycle le plus proche. Après cela, la procédure de don de sang se déroule dans cet ordre:

  • Du troisième au cinquième jour du cycle - le sang est donné pour étudier le niveau d'hormones folliculo-stimulantes (FSH) et d'hormones lutéinisantes (LH), ainsi que la prolactine.
  • Le huitième ou le dixième jour du cycle est le moment le plus opportun pour déterminer le niveau de testostérone et de son prédécesseur, le DHEA-s (sulfate de déhydroépiandrostérone).
  • Vingt et unième au deuxième jour - on examine la quantité de progestérone et d’estradiol.

Il existe une autre approche pour déterminer le niveau normal de chaque hormone - la phase du cycle menstruel. Selon cette méthode, pour chaque substance biologiquement active, il existe séparément au moins six indicateurs de la norme dans les phases du cycle pour l'ovaire et d'autres facteurs:

  • Phase folliculaire - du premier au quatorzième jour, le moment de la formation du follicule avec l'œuf;
  • Phase ovulatoire - du quinzième au dix-huitième jour - le moment de la libération de l'ovule du follicule. C'était à cette époque que les chances de conception étaient les plus élevées et le niveau de toutes les hormones a fortement augmenté, à l'exception de la progestérone.
  • Phase lutéale - du dix-neuvième au vingt-septième (fin du cycle et début de la menstruation). Pendant cette période, la croissance se produit d'abord (la première moitié de la phase), puis la diminution progressive du niveau de progestérone.
  • Le niveau d'hormones lors de l'utilisation de contraceptifs oraux - l'utilisation de contraceptifs hormonaux «fige» le cycle menstruel et le niveau d'hormones est au même niveau, sans subir de fluctuations particulières.
  • Nombre de substances biologiquement actives chez les femmes ménopausées - après la fin de la période de reproduction, le fond hormonal change, mais les variations soudaines du niveau ne sont pas caractéristiques.

Cette méthode de détermination du nombre d'hormones sexuelles féminines ne nécessite pas d'attendre une période spéciale pour la collecte de sang, mais vous devez tout de même connaître le jour du cycle pour déterminer la phase. En outre, cette méthode nécessite un médecin hautement qualifié afin qu’il puisse comprendre la relation complexe entre les hormones au cours des différentes périodes du cycle menstruel.

Naturellement, les hommes, les enfants et les femmes n’ont pas de cycle menstruel pendant la ménopause. Par conséquent, les limitations et difficultés susmentionnées ne concernent aucunement ce groupe de patientes.

La préparation à une telle analyse ne diffère pas de celle des autres méthodes de diagnostic en laboratoire. Un jour avant le prélèvement de sang, il est nécessaire d’exclure l’utilisation des boissons contenant de la caféine, de l’alcool, des aliments gras et lourds. Le sang est donné le matin à jeun. Les recommandations concernant la limitation de la vie sexuelle avant l'analyse ne sont pas justifiées - au contraire, il est préférable de maintenir une vie normale, y compris dans la sphère intime. Cela aidera le médecin à déterminer exactement les niveaux hormonaux de base d'une femme.

Déchiffrer les résultats d'analyse

Comme déjà mentionné, le décodage de l'analyse présente une certaine complexité, car cet indicateur peut varier considérablement en fonction de la phase du cycle menstruel, de l'état émotionnel, même du moment de la journée. Ainsi, l'hormone stimulant les follicules n'est pas libérée de manière continue dans le sang, mais par éclats séparés toutes les trois à quatre heures. Au cours de son isolement, la concentration de cette hormone dans le sang peut augmenter considérablement (jusqu'à deux fois), ce qui ne peut qu'affecter les résultats de l'étude. Par conséquent, les données présentées dans les tableaux ci-dessous sont présentées dans le cas du don de sang par une femme au cours de la période la plus favorable pour la détermination d'une hormone particulière.

Les normes des hormones chez les femmes - un tableau avec des indicateurs

Une femme ressent gravement ses propres troubles hormonaux. Si vous soupçonnez un déséquilibre, vous devriez consulter un médecin et passer les tests appropriés. De ce problème, la femme manque son horaire mensuel, elle devient incroyablement irritable, elle craint les sautes d'humeur, son poids augmente, il existe toute une gamme de symptômes de fatigue chronique, de diminution du désir sexuel, d'apparition de maux de tête, de rides et de chute des cheveux. Le tableau montre que les normes généralement acceptées concernant les hormones chez les femmes sont annexées à cet article afin de se familiariser avec le sujet qui intéresse toutes les femmes.

Hormones féminines œstrogènes

Comment les œstrogènes agissent-ils sur les organes génitaux féminins?

Les hormones estrone, estradiol et estriol ont un effet similaire et sont regroupées dans un groupe appelé œstrogènes. Ce groupe d'hormones contribue au mouvement rapide du sperme vers l'ovule en augmentant la mobilité des trompes de Fallope. En raison de la concentration normale en œstrogènes dans le corps de la fille, les organes génitaux nécessaires à la reproduction se développent correctement - appendices, utérus, ovaires. Les hormones de la muqueuse vaginale mûrissent et tonifient l'utérus. L'effet de l'oestrogène peut être observé visuellement, ils stimulent la formation de caractères sexuels secondaires, tels que les glandes mammaires, les cheveux féminins et d'autres manifestations de la féminité. Sous l'action des hormones au cours de la première phase du cycle menstruel, la membrane muqueuse qui tapisse l'utérus se dilate.

Comment les œstrogènes sur le corps dans son ensemble?

Les hormones du groupe des œstrogènes, en plus des organes génitaux féminins, affectent de nombreux organes et systèmes. En particulier, la résistance des os est assurée, le métabolisme de l'intensité souhaitée est maintenu, l'humidité et les particules de sodium sont retenues dans le corps. Il est également important que les hormones sexuelles préviennent l'athérosclérose. Cela signifie qu’en raison de la présence d’œstrogènes dans le sang, la concentration de graisses nocives diminue et le pourcentage de graisses saines augmente.

Quelles sont les normes d'hormones du groupe des œstrogènes chez la femme?

Le taux d'estrone pour la première partie du cycle est de 5 à 9 ng%, pour la deuxième partie du cycle menstruel - de 3 à 25 ng%, pour les femmes enceintes - de 1500 à 3000 ng%.

La norme de l'estradiol pour la première partie du cycle est de 15 à 160 ng / l, pour la deuxième partie du cycle - de 27 à 246 ng / l, avec ovulation - de 34 à 400 ng / l, pendant la grossesse - de 203 à 17600 ng / l, temps de ménopause - de 5 à 30 ng / l.

La norme de l'estriol pendant la grossesse - de 0,6 au début de la période à 111 nmol / l à la fin de la période.

Réduire la quantité d'œstrogène dans le corps féminin

Les femmes ménopausées souffrent d'une diminution sensible du contenu en œstrogènes, ce facteur provoque la suppression de la fonction de reproduction, provoque l'ostéoporose et des troubles du système cardiovasculaire.

Progestérone hormone féminine

Grâce à la progestérone, une femme peut concevoir et porter sa progéniture normalement.

Comment la progestérone agit-elle sur les organes génitaux féminins?

L'hormone prépare activement la muqueuse utérine à l'implantation physiologique de l'œuf et empêche également le facteur de rejet. À partir de progestérone, le corps produit de manière intensive du lait maternel. Le tonus et l'excitabilité de l'utérus sont minimisés, la production de mucus au niveau du col utérin est réduite.

Comment fonctionne la progestérone dans le corps dans son ensemble?

En fonction de l'âge, les normes hormonales chez les femmes diffèrent, le tableau joint à notre article le montre bien. L'hormone progestérone ralentit la sécrétion de bile, normalise l'équilibre eau-électrolyte du corps, crée les conditions pour la sécrétion normale du suc gastrique.

Quels sont les taux de progestérone pour le corps féminin?

Le taux de progestérone jusqu'à 9 ans va jusqu'à 1,1 nmol / l, à 18 ans - de 0,3 nmol / l à 30,4 nmol / l, pour la première partie du cycle - de 0,3 à 2,2 nmol / l, pour la deuxième partie du cycle - de 7 à 56,6 nmol / l, pour l'ovulation - de 0,5 à 9,4 nmol / l, avec ménopause - jusqu'à 0,6 nmol / l, pendant la grossesse - à partir de 8,9 au début de la période jusqu'à 771,5 nmol / l à la fin du terme.

Hormone lutéinisante féminine

Quel est l'effet de la LH sur le corps de la femme?

Vous pouvez voir que chez une femme en bonne santé dans la première partie du cycle, le pourcentage de LH augmente, l'ovulation commence au maximum, le follicule terminé est brisé, l'ovule apparaît. Cette hormone agit sur les follicules ovariens, augmentant la production d'œstrogène. On sait que la LH contrôle la production de progestérone, de sorte qu'une femme a une bonne grossesse. C'est l'hormone lutéinisante qui crée les conditions pour la création du corps jaune immédiatement après l'exclusion de l'ovule de l'ovaire.

Quel est le taux de LH chez les femmes?

La norme de LH chez la femme jusqu'à un an - jusqu'à 3,29 mU / ml, de 1 à 5 ans - jusqu'à 0,27 mU / ml, de 5 à 10 ans - jusqu'à 0,46 mU / ml, dans la première partie du cycle - de 1,68 à 15 mU / ml, dans la seconde moitié du cycle - de 0,61 à 16,3 mU / ml, avec ovulation - de 21,9 à 56,6 mU / ml, avec ménopause - de 14,2 à 52, 3 miel / ml.

LH et autres hormones

Autres hormones féminines

Outre les œstrogènes, la progestérone et la LH, il est nécessaire, à différentes périodes de la vie de la femme, de déterminer la concentration et d’autres hormones non moins importantes, parmi lesquelles:

  • la prolactine est un stimulant naturel pour la production de progestérone et la production de lait maternel (la norme chez la femme est comprise entre 109 et 557 mU / ml);
  • La macroprolactine est une forme plus active de prolactine, couplée à des anticorps;
  • hormone folliculo-stimulante - régule la formation des follicules et des ovules (le taux dans la première partie du cycle est de 1,37 à 9,9 mU / ml, dans la deuxième partie du cycle - dans la deuxième partie du cycle - de 1,09 à 9,2 mU / ml, avec ovulation (de 6,17 à 17,2 mU / ml);
  • la testostérone;
  • l'ocytocine;
  • thyroxine;
  • norépinéphrine;
  • l'insuline;
  • somatotropine.

tableau des hormones féminines

Le plus souvent, les troubles du déséquilibre hormonal concernent les relations sexuelles après un effort physique, pendant la ménopause, avec des maladies générales ou gynécologiques, pendant la puberté, pendant la grossesse et l'accouchement, avec un excès de poids et une alimentation insuffisante, des choix de vie médiocres et des expériences stressantes médicaments hormonaux.

Indicateurs des normes des hormones féminines

Les hormones produites par les glandes sécrétoires du corps sont communément appelées femmes. Au total, il existe au moins 60 espèces, mais seules certaines d’entre elles affectent directement l’impact sur le développement des organes génitaux, la menstruation et les caractéristiques sexuelles secondaires de la femme.

Analyse des hormones féminines

Description

Les hormones exclusivement féminines sont:

  • la progestérone;
  • la prolactine;
  • estradiol;
  • hormones lutéinisantes;
  • hormones folliculo-stimulantes.

Progestérone

Hormone stéroïde, responsable de la formation du corps jaune dans les ovaires pendant la grossesse et le placenta. L'évolution favorable de la grossesse dépend du niveau de progestérone. Après la fécondation, il commence à réduire la production d'hormones gonadotropes de l'hypophyse, arrête l'ovulation, empêche le corps jaune de résorber pendant un certain temps.

La quantité de ces hormones féminines augmente dans le corps jusqu'à la 16e semaine de grossesse. Si la fécondation n'a pas eu lieu, le corps produit intensément de la progestérone pendant encore 2 semaines, après quoi la période commence et son nombre diminue.

La prolactine

L'hormone affecte l'identification sexuelle (conscience de l'appartenance au sexe masculin ou féminin et aux réactions correspondantes du corps). Pendant la grossesse, il produit l'endomètre. Il est nécessaire que le corps forme correctement le corps jaune et contrôle la production de progestérone, stimule les glandes mammaires afin de produire du lait.

C'est important! La prolactine est responsable de l'échange de sels et d'eau, empêche le retrait rapide du sodium de l'organisme, affecte le taux de traitement du calcium.

La présence de prolactine dans le corps affecte le taux de croissance des cheveux et les fonctions de base du système immunitaire.

Estradiol

La production d'estradiol se produit dans les ovaires et, dans certains cas, dans le cortex surrénalien. Son absence affecte négativement le système de reproduction dans son ensemble (le cycle menstruel est perdu, le comportement sexuel est perturbé). Si la femme est enceinte, le manque d'estradiol est à l'origine de la mauvaise structure du vagin.

Hormones lutéinisantes

L’hypophyse est responsable de la production de LH. L'hormone elle-même est responsable de la production de progestérone.

Hormones folliculo-stimulantes

La FG affecte le taux de production des follicules et l'apparition ultérieure de l'ovulation. Dans le sang entre toutes les 1-2 heures.

Les normes

Les données de test obtenues après une analyse de sang doivent respecter certaines normes pour chaque nom d'hormone.

Progestérone

La quantité de progestérone dépend de l'état du corps de la femme. Ainsi, pour les femmes jeunes et en bonne santé âgées de plus de 10 ans, la conformité de ces analyses aux indicateurs suivants est normale:

  • phase folliculaire - 0,32-2,23 nmol / l;
  • ovulation - 0,48 à 9,41 nmol / l;
  • phase lutéale 6,99-56,63 nmol / l;
  • la ménopause

Attention! La norme est la fluctuation des taux d'estradiol entre 13 et 191 pg / ml chez les femmes en âge de procréer et entre 11 et 95 pg / ml pendant la ménopause.

Hormones lutéinisantes

Le nombre de HP associé à la phase d'ovulation. Avant la menstruation, son niveau augmente et diminue pendant la menstruation et la grossesse. L'augmentation ultérieure se produit après l'achèvement du cycle menstruel. Dans la phase folliculaire du cycle, la norme est la fluctuation du niveau compris entre 1, 1 et 8,7 mUI / ml, au cours de l'ovulation, ces indicateurs augmentent jusqu'à un niveau compris entre 13,2 et 72 mUI / ml. Dans la phase lutéale du cycle, la norme est de 0,9 à 14,4 mIU / ml et de 18,6 à 72 mIU / ml pendant la ménopause.

Hormones folliculo-stimulantes

La norme de FG dans la phase folliculaire est la fluctuation des indicateurs entre 1,8 et 11,3 mIU / ml. La norme pour les femmes non enceintes est de 4,9 à 20,4 mUI / ml, avec le début de la phase lutéale - 1,1 à 9,5 mUI / ml, avec la ménopause - 31 à 130 mUI / ml.

Quand il faut passer l'analyse

Les tests pour les hormones féminines passent strictement selon les instructions du gynécologue, de l'endocrinologue, du thérapeute, etc.

Progestérone

Mesurer les niveaux de progestérone est nécessaire:

  • en l'absence de menstruation pendant 40 jours;
  • si le cycle menstruel est interrompu (périodes trop courtes ou trop longues entre les règles);
  • identifier les causes de l'infertilité;
  • en cas de détection de saignement utérin;
  • évaluer l'état du placenta pendant la grossesse;
  • détecter la cause du non-portage persistant du fœtus.

Le moment le plus favorable pour obtenir des données sur la quantité de progestérone est de 22 à 23 jours du cycle. Il est interdit de manger avant de prendre du sang, mais vous pouvez boire de l'eau.

La prolactine

Le dosage de la prolactine est nécessaire si vous suspectez:

  • la mastopathie;
  • infertilité;
  • troubles hormonaux;
  • l'ostéoporose;
  • faible libido.

Une analyse appropriée est prescrite pour identifier les causes du manque d'ovulation, des troubles du cycle, de la pilosité accrue, de la production de lait maternel, de l'obésité et des problèmes de complexe fœto-placentaire.

C'est important! Pour obtenir un résultat fiable environ un jour avant le don de sang, évitez les rapports sexuels et les bains chauds.

Estradiol

L'analyse permettant de mesurer la quantité d'estradiol prescrite:

  • si vous soupçonnez que le développement sexuel n'est pas assez rapide;
  • cycle menstruel perturbé
  • identifier les causes du manque d'ovulation;
  • si vous êtes suspecté d'infertilité.

Le sang est prélevé pour examen lorsqu'un patient se plaint d'une croissance excessivement rapide et abondante de ses cheveux. Des diagnostics de ce type sont nécessaires pour déterminer les causes et mettre au point un schéma thérapeutique pour traiter l'ostéoporose et étudier l'état du placenta.

Hormones lutéinisantes

Faire un don de sang pour vérifier le niveau de LH est suggéré avec une pilosité excessive, une diminution de la libido, une infertilité, un déséquilibre hormonal, une absence de menstruation, un retard de la menstruation. Des recherches opportunes aident à déterminer les causes du retard du développement sexuel et de la croissance des filles, en identifiant les maladies du système endocrinien. L'absence ou l'excès d'hormone est le facteur déterminant pour le diagnostic "d'infertilité"

Hormones folliculo-stimulantes

Mesurer le niveau de FG est nécessaire avec une longue absence d'ovulation, une faible libido, une infertilité et une fausse couche. Une analyse appropriée est prescrite pour le retard de croissance, les problèmes liés au travail des ovaires, les menstruations insuffisantes.

Ce qui le fait échouer

La cause de l'échec hormonal sont:

  • stress constant;
  • maladies du système endocrinien;
  • grossesse non réussie ou accouchement difficile;
  • froid (virus);
  • déficience physique associée à des blessures;
  • les changements d'âge;
  • affaiblissement du système immunitaire;
  • la présence de parasites dans le corps;
  • mauvaises habitudes
  • consommation de drogue;
  • exercice excessif.

Attention! À propos de l'échec hormonal d'une femme apprend après le début de la première menstruation.

Ils seront soit trop nombreux ou pas assez copieux. Parmi les symptômes possibles d'échec, on peut citer fatigue, irritation, gonflement, transpiration, saignements utérins.

Augmentation des hormones

Il n’ya rien de dangereux à élever le niveau d’hormones, mais la fixation de telles fluctuations est toujours nécessaire, car elle vous permet d’identifier rapidement toute une gamme de problèmes que le corps de la femme ne peut pas gérer seuls.

Progestérone

Le dépassement des niveaux admissibles de progestérone est typique:

  • les femmes enceintes;
  • lors de la formation d'un kyste du corps jaune;
  • en l'absence de menstruation;
  • avec le développement de saignements dysfonctionnels dans l'utérus;
  • en cas de mauvaise formation du placenta;
  • pour les maladies des reins et des glandes surrénales.

Dans certains cas, la progestérone augmente après un traitement avec certains médicaments.

L'excès de la norme de l'hormone ne causera pas de dommages sérieux à la santé, mais à la suite de sa mesure beaucoup de maladies dangereuses sont révélées.

La prolactine

Un taux élevé d'hormones féminines, en particulier la prolactine, est défini comme une hyperprolactinémie. Cela devient la cause du développement de pathologies des glandes génitales, la stérilité, est l'un des signes du dysfonctionnement de l'hypophyse.

Estradiol

Si la quantité d'estradiol est dépassée, alors la cause est recherchée dans un taux élevé d'œstrogènes, un kyste ovarien, des carences de la phase lutéale. Il existe peut-être des problèmes avec le système endocrinien, ce qui crée une menace de fausse couche. Parfois, l’estradiol augmente avec la surmenage physique, les régimes alimentaires, le fait de fumer, avec le développement d’un certain nombre de maladies.

Hormones lutéinisantes

Une augmentation notable de la LH suggère une possible perturbation des glandes sexuelles, une déplétion ovarienne, une endométriose et une tumeur hypophysaire. La pathologie indique également une insuffisance rénale, une infection par la brucellose et le développement d'autres maladies non moins dangereuses.

Hormones folliculo-stimulantes

La croissance de FG est observée avec le développement du kyste ovarien endromoteroid, le développement du syndrome de déplétion ovarienne et le saignement gynécologique. Parfois, le niveau de FG augmente après la radiographie et l'apparition d'un certain nombre de maladies spécifiques, notamment l'insuffisance rénale.

Les hormones féminines sont une composante importante du système de reproduction et de tout l'organisme. En détectant les premiers signes de changements hormonaux, une femme est obligée de consulter immédiatement un spécialiste. Ne tardez pas avec l'examen et le traitement ultérieur.

Test sanguin pour les hormones

Dans le cadre du test sanguin pour détecter les hormones, les médecins supposent une étude approfondie du contenu susmentionné sur la concentration et la présence dans celui-ci de plusieurs substances biologiquement actives produites par les glandes humaines. Cette procédure peut aider à identifier un grand nombre d'une grande variété de maladies, même à des stades très précoces, lorsqu'il n'y a pas de symptômes cliniques externes.

Description générale

Le type d'analyse susmentionné est l'un des plus recherchés au monde, car il s'agit parfois du seul moyen de diagnostiquer rapidement et avec précision des maladies graves qu'il est important de détecter rapidement, car leur traitement sera alors très efficace.

Il est à noter que la teneur en hormones dans le sang est très faible, en particulier si on compare l'indicateur avec ceux similaires à d'autres éléments plasmatiques, mais c'est cette série de substances biologiquement actives qui intervient dans presque tous les processus critiques pour les organismes. Les normes hormonales dans ce cas ne sont pas une valeur stationnaire et dépendent à la fois du sexe de la personne et de son âge.

Quand est nommé?

Un test sanguin pour les hormones est prescrit pour les anomalies suspectées dans les organes internes, les glandes, les glandes surrénales, les maladies du fœtus pendant la grossesse et dans d'autres cas.

Comment prendre?

Pour les tests sanguins pour les hormones, ils le prendront dans votre veine. Douze heures avant l'heure prévue pour la livraison des échantillons, limitez le plus possible les charges émotionnelles et physiques, et renoncez également à l'alcool et aux drogues / produits contenant de l'iode.

Une attention particulière doit être portée à la préparation du test pour les femmes - il doit être effectué certains jours du cycle menstruel, que le médecin traitant vous désignera. L'analyse elle-même est donnée le matin, l'estomac vide.

Performance normale. Décryptage

Il existe actuellement un certain nombre de méthodologies et de systèmes évaluant le contenu en hormones dans le sang, ainsi que leur interprétation des résultats obtenus. Les tests les plus célèbres:

Analyse d'hormones thyroïdiennes

  1. TTG. Cette hormone de la glande pituitaire affecte directement la glande thyroïde et assure la circulation complète des autres éléments. La norme pour une personne en bonne santé est de 0,4 à 4 mU / l. Des valeurs élevées indiquent une insuffisance surrénalienne, une pathologie non thyroïdienne grave, une résistance à de telles hormones, une stimulation nerveuse et mentale, ou l'utilisation de médicaments, en particulier de morphine. Faible valeur - cortisol accru, thyrotoxicose, traitement hormonal excessif.
  2. T3 sous forme libre. Fournit une activité métabolique et a une rétroaction avec l'hypophyse. Les valeurs normales vont de 2,6 à 5,7 pmol / l. Valeurs élevées - syndrome de résistance vasculaire périphérique, toxicose hormonale ou hyperthyroïdie, méthadone, amphétamine. Syndrome de résistance vasculaire périphérique de faible valeur, insuffisance rénale, hyperthyroxinémie disalbuminémique, famine, médicaments contenant de l'iode, dexaméthasone, coumarine, phénytoïne, thyréotoxicose arthritique, ainsi que déclin physiologique en été.
  3. T3 est commun. Hormone thyroïdienne sérique responsable du fonctionnement des glandes périphériques. Les valeurs normales vont de 1,3 à 2,7 nmol / l. Une augmentation de ce taux indique une grossesse, une infection par le VIH, une hépatite, une porphyrie, une hyperprotéinémie, le tamoxifène, des contraceptifs à spectre oral, l'amiodarone, l'amphétamine et des œstrogènes. Réduction - acromégalie, pénurie de TSH, maladies du tractus gastro-intestinal, du foie et des reins, jeûne, hémolyse, pathologies somatiques, prise de testostérone, stéroïdes anabolisants, caféine.
  4. T4 gratuit. La principale hormone thyroïdienne est responsable du travail des protéines de transport et maintient leur équilibre dans le corps. La norme pour une personne en bonne santé est de 10 à 22 pmol / l. Des valeurs élevées indiquent une lipémie, des maladies mentales ou somatiques, une insuffisance surrénalienne, la prise d'aspirine, d'amiodarone, de furosémide, d'augmentation héréditaire de la TSH. Valeurs faibles - exercices physiques puissants, grossesse, famine, auto-anticorps avec hormones de type thyroïdiennes, méthadone, salicylates, triiodothyronine, rifampicine.
  5. T4 est commun. Une des principales hormones de la glande thyroïde. Les valeurs normales vont de 58 à 161 nmol / l. L'augmentation indique obésité, grossesse, hépatite aiguë, porphyrie intermittente, infection par le VIH en phase inactive, hyperbilirubinémie, utilisation de contraceptifs, tamoxifène, héparine, médicaments pour la thyroïde. Diminution - effort physique, jeûne, acromégalie, déficience congénitale en TSH, pathologies somatiques, maladies du tractus gastro-intestinal et des reins, prise de testostérone, liothyronine, diphényle, salicylates, stéroïdes anabolisants.
  6. TSG. Cette glycoprotéine de la chaîne polypeptidique est considérée comme la troisième protéine majeure de liaison au transporteur et l’élément fonctionnel de la glande thyroïde. Les valeurs normales vont de 259 à 573,5 nmol / l. Des valeurs élevées sont diagnostiquées dans l'hyperprotéinémie, la grossesse et l'hépatite en phase aiguë. La diminution indique une pathologie somatique, une hypofonction ovarienne, un taux élevé de catabolisme, une acromégalie et un déficit congénital en hormones.
  7. Anticorps contre la thyroglobuline. Ils sont un indicateur utile pour identifier un certain nombre de problèmes dans le corps, en particulier après une intervention chirurgicale. Les valeurs normales de cet indicateur - jusqu'à 40 UI / ml. L'excès indique une anémie percyous, une maladie de Graves, un myxoedème idiopathique, une thyroïdite de Hashimoto, un carcinome de la thyroïde, une thyroïdite subaiguë, d'autres problèmes chromosomiques et auto-immuns.
  8. Anticorps contre la peroxydase thyroïdienne. Indicateur de résistance à une enzyme connue. Les indicateurs en excès de ses preuves de maladies auto-immunes de la glande thyroïde. La valeur normale du paramètre va jusqu'à 35 IU / ml.
  9. Tireoglobuline. L’hormone, constituée de 2 sous-unités, est produite exclusivement par la glande thyroïde, analysée comme marqueur de diverses tumeurs, ainsi qu’une sorte de «moniteur» de l’état du patient avec une glande distante ou une personne suivant un traitement à l’iode radioactif. Le taux est de 1,7 à 56 ng / ml. Une diminution du taux indique un déficit de la fonction thyroïdienne par rapport à cette hormone dans l'hypothyroïdie. Une augmentation indique un adénome bénin, une thyrotoxicose, une thyroïdite subaiguë ainsi que des manifestations primaires d'un cancer de la thyroïde.

Analyse hormonale hypophysaire

  1. Stg Hormone de croissance Hormone de croissance responsable de la stimulation du développement des os, de la masse musculaire et d'autres organes. Les valeurs normales vont jusqu'à dix ng / ml. Des valeurs élevées indiquent un gigantisme ou une acromégalie, tandis que des valeurs inférieures indiquent un indicateur d'animisme hypophysaire.
  2. ACTH. Cet élément adrénocorticotrope stimule la production d'hormones dans le cortex surrénalien. La norme pour une personne en bonne santé va jusqu'à 50 pg / ml. Des valeurs basses indiquent une insuffisance surrénalienne systémique ou la présence de tumeurs dans celles-ci. Un indicateur élevé est un indicateur d'hyperplasie du même organe, ainsi que de maladies Itsenko / Kushiga ou Addison.
  3. TTG. L'hormone thyrotrope affecte classiquement la dégradation de la thyroglobuline et de l'iodation de la tyrosine. La norme sur les IF - de 0,24 à 2,9 microns UI / ml. La norme en RIA est de 0,6 à 3,8 microns UI / ml. Une augmentation du paramètre indique la présence d'une thyroïdite ou d'une hypothyroïdie au stade initial, une diminution du paramètre est un symptôme d'un adénome ou d'une thyréotoxicose.
  4. La prolactine. Cet élément des représentants du sexe fort est responsable du travail de la prostate et de la formation des vésicules séminales, chez la femme pour la croissance des glandes mammaires. Valeurs normales: femmes en période de procréation de 130 à 540 µg / l, femmes en ménopause et non fécondes de 107 à 290 µg / l, les représentantes du sexe fort de 100 à 265 µg / l. une augmentation de ce paramètre chez les hommes montre diverses altérations de la puissance, chez le beau sexe - grossesse, allaitement, hypothyroïdie dans la phase primaire, aménorrhée et tumeurs de l'hypophyse.
  5. FSH. La follitropine dans le beau sexe est responsable du travail des follicules, chez l'homme, de l'activité de la spermatogenèse et du travail des tubes séminifères. Standards: femmes ménopausées de 29,5 à 55 MU / l, femmes ayant une ovulation de 2,7 à 6,7 MU / ml, femmes en phase lutéale de deux à quatre UI / ml, représentantes du sexe fort de 1, 9 à 2,4 miel / ml. Une augmentation des taux indique une ménopause, une insuffisance ovarienne dans la phase initiale, des problèmes de spermatogenèse et un syndrome de Turner. Une diminution du paramètre indique la présence d'une hypofonction hypothalamique et, pendant la grossesse, parallèlement, de paramètres presque «nuls» du paramètre - insuffisance ovarienne profonde, cancer de la prostate, ainsi que pilules contraceptives orales ou œstrogènes.
  6. LH. L'hormone lutéinisante aide à produire de la progestérone chez le beau sexe et de la testostérone chez les hommes. Standards: pour les hommes, de 2,12 à 4 UI / ml, pour les filles ayant une ovulation de 18 à 53 UI / ml, pour les femmes en phase lutéale, de 1,54 à 2,56, UI / ml, pour les femmes le sexe dans la phase folliculaire est de 3,3 à 4,66 UI / ml, chez la femme ménopausée de 29,7 à 43,9 UI / l. L'augmentation du niveau est un indicateur de divers dysfonctionnements des gonades. Une diminution du niveau indique des perturbations dans le travail de l'hypophyse / hypothalamus, une insuffisance des glandes sexuelles dans la phase secondaire, ainsi qu'une ingestion de progestérone.

Test sanguin pour les hormones sexuelles

  1. La testostérone. Cette hormone affecte directement la formation de personnes de caractères sexuels secondaires, le développement des organes pertinents, ainsi que la stimulation de la croissance osseuse et de la masse musculaire. Normes: de 0,2 à un ng / ml chez le beau sexe et de deux à dix ng / ml chez le sexe fort.
  2. Estradiol. L'hormone féminine, l'œstrogène, assure le bon développement de la grossesse et la production de cellules germinales. Normes: de 200 à 285 pm / l (femmes en phase folliculaire), de 440 à 575 (femmes en phase lutéale), de 50 à 133 pm / l (pendant la ménopause). L'augmentation des paramètres est observée dans les tumeurs des ovaires. Diminution - avec leur fonctionnement insuffisant et les violations de la libération d'hormones gonadotropes.
  3. Progestérone La deuxième hormone féminine la plus importante de la série des œstrogènes, assurant le bon développement des organes génitaux chez le beau sexe. Normes: de 1 à 2,2 nm / l (femmes en phase folliculaire), de 23 à 30 nm / l (femmes en phase lutéale) et de 1 à 1,8 nm / l (en ménopause). Une augmentation est observée dans les tumeurs du cortex surrénalien. Diminution du paramètre - au cours de l'irradiation et de la sclérose des ovaires.

Sang pour les hormones surrénales

  1. Cortisol. Il affecte la sensibilité aux réactions allergiques, catalyse la création de structures de glucose à partir de protéines et d'acides aminés et systématise la production d'anticorps. Performance normale - de 230 à 750 nm / l. Une diminution de la concentration indique une insuffisance surrénalienne en phase chronique ou une maladie d'Addison. La réduction indique un cancer de la surrénale ou un adénome possible.
  2. Norépinéphrine et adrénaline. Les éléments ci-dessus affectent les vaisseaux sanguins, normalisent la pression, systématisent le fonctionnement de la motilité gastro-intestinale, catalysent la pénétration des acides aminés gras dans le sang, les rythmes cardiaques et forment également des taux de glucose. Normes: de 1,92 à 2,46 nm / l et de 0,62 à 3,23 nm / l pour ad-on et norad-on, respectivement. Une augmentation des indicateurs indique une jaunisse, un stress physique et émotionnel, une maladie rénale, le syndrome d'Itsenko-Cushing. L'abaissement indique des lésions de l'hypothalamus ou une myasthénie.
  3. L'aldostérone L'hormone est responsable de l'équilibre du métabolisme de l'eau et du sel dans le corps. Normes: pour une position horizontale de 30 à 65 pg / ml, pour une position verticale de 58 à 172 pg / ml. Des taux réduits d'aldostérone indiquent une thrombose surrénalienne, une embolie artérielle de l'organe, la maladie d'Addison, la rareté d'un régime alimentaire normal, dépourvu de potassium, ainsi qu'un hypofonctionnement des glandes surrénales ou un apport hydrique trop important. Des taux élevés indiquent généralement une hyperplasie ou des tumeurs surrénales, divers problèmes d’excrétion de sodium, ainsi que des complications telles que la cirrhose du foie, la néphrose et des maladies du système cardiovasculaire. Une diminution de la concentration en aldostérone au-dessous de la normale indique également une grossesse, une transpiration accrue, une grossesse, un épuisement physique grave et une carence en sodium dans l'alimentation.

Vidéo utile

Au lieu d'une postface

Assurez-vous de passer des tests pour les hormones prescrites par votre médecin. Dans certains cas, leurs résultats peuvent permettre de diagnostiquer une maladie grave au stade de sa formation initiale, ce qui vous permet d'économiser du temps, de l'argent et votre santé pendant le traitement. Cependant, essayez de ne pas en faire trop, de ne pas demander trop d'ordre pour un examen approfondi, une étude d'analyses - seul un professionnel de la santé qualifié peut vous indiquer les paramètres exacts du diagnostic. Bonne chance et ne tombez pas malade!

Questions et réponses

Quel est le prix du don de sang pour les hormones?

Le coût des tests dépendra de l'hormone étudiée - il y en a beaucoup. Les indicateurs spécifiques nécessaires au diagnostic complet de votre problème sont déterminés par le médecin traitant, c.-à-d. tout dépendra de l'organe étudié, du problème médical caractéristique, du diagnostic potentiel, etc. Le coût moyen d'une analyse pour une hormone particulière (TSH, progestérone, cortisol, thyroglobuline, par exemple) varie entre 350 et 1 000 roubles à Moscou. Souvent, les cliniques offrent des réductions sur l’étude de plusieurs paramètres à la fois. Cependant, cette opportunité doit également être utilisée avec prudence - parfois, des études individuelles du complexe proposé, vous n’avez tout simplement pas besoin et il est moins coûteux de commander quelques-uns à des tarifs standard.

Est-il possible de passer cette analyse gratuitement?

Dans certains établissements médicaux d’État, ils peuvent effectuer gratuitement des tests individuels pour une hormone donnée - le plus souvent, ils fournissent ce service dans des villes de plus d’un million d’habitants, principalement dans des cliniques pour femmes. Toutefois, dans la très grande majorité des cas, vous serez envoyé dans un centre médical privé. Préparez donc de l’argent, bien sûr, après avoir vérifié si ce type de service n’est pas disponible sur le lieu de traitement de l’institution médicale municipale.

Pourquoi et comment teste-t-on les hormones chez les femmes?

Le fond hormonal est l'un des indicateurs les plus importants de la santé. Le travail de tous les systèmes du corps est stimulé par des substances biologiquement actives spéciales. En déterminant leur contenu dans le sang, vous pouvez déterminer la cause de diverses pathologies et trouver un moyen de les éliminer. Les femmes sont chargées de mener de telles études sur le diagnostic des maladies des organes de la reproduction, de la thyroïde et sur l'observation de la grossesse. Pour obtenir des résultats précis, vous devez respecter certaines règles de préparation à la procédure.

Pourquoi faire des tests pour les hormones. Quels facteurs influencent les résultats?

La majeure partie de ces substances est produite dans les glandes endocrines, dont le travail est régulé par le système hypothalamo-hypophysaire du cerveau. Il existe une relation inverse entre la production d'hormones dans les glandes endocrines et dans l'hypophyse. Par exemple, lorsque le niveau d’œstrogènes augmente, la production de FSH, une hormone hypophysaire qui stimule les ovaires, diminue. Et ceci, à son tour, conduit à une inhibition du processus de production d'oestrogène et à une diminution de leur concentration dans le sang.

La production d'hormones est influencée non seulement par l'état du cerveau, mais également par la santé de la femme dans son ensemble, car tous les processus du corps sont étroitement liés. L'analyse des hormones chez les femmes, associée à d'autres méthodes de diagnostic, permet d'identifier les causes de troubles dans les systèmes reproducteur, nerveux, cardiovasculaire et autres. Lors des recherches, les fluctuations du niveau hormonal sont prises en compte tout au long de la journée, ainsi que tout au long du cycle menstruel.

Lors du décodage des résultats, l'âge, l'état physiologique du patient et la présence de maladies concomitantes sont pris en compte. La prise de médicaments, les caractéristiques environnementales de la région, la nature du stress mental et physique, la présence de dépendances néfastes chez la femme peuvent affecter les résultats.

Indications pour

Le test des hormones est prescrit dans les cas suivants:

  • il y a des suggestions sur la présence de tumeurs de l'utérus ou des ovaires, de polykystiques, de troubles du développement de l'endomètre;
  • traitement de l'infertilité est effectué, la raison des «pauses» répétées pendant la grossesse est établie;
  • détermine la cause de l'aménorrhée, de la ménopause précoce, des troubles menstruels, des symptômes du syndrome prémenstruel grave;
  • l'état de santé de la femme pendant la période de planification de la grossesse ainsi qu'avant la FIV est en cours de détermination;
  • il est nécessaire de confirmer le fait de la grossesse;
  • on soupçonne la présence de pathologies liées à la grossesse ou au développement du fœtus;
  • détecté des néoplasmes bénins dans la poitrine;
  • la question de la nomination d'un traitement hormonal substitutif (par exemple, pour soulager les symptômes de la ménopause);
  • il est nécessaire de trouver la raison du retard du développement sexuel chez les adolescents;
  • il est nécessaire de diagnostiquer les troubles hormonaux lorsqu'une femme développe des signes tels que la croissance des poils sur le visage et la poitrine, l'apparition de déséquilibres de la figure et d'autres manifestations de masculinisation (désinfection);
  • il y a des soupçons de maladie de la thyroïde;
  • le patient est examiné pour une obésité excessive déraisonnable, une détérioration de la peau et des cheveux ou une diminution du désir sexuel.

Des spécialistes tels qu'un endocrinologue, un gynécologue, un mammologue, un thérapeute peuvent assigner des tests pour les hormones produites par les femmes.

Vidéo: Indications du test hormonal

Quelles recherches sont menées

Les méthodes de diagnostic les plus importantes comprennent les tests pour les hormones sexuelles, ainsi que pour les hormones hypophysaires, thyroïdiennes et surrénales.

Diagnostic des pathologies de l'appareil reproducteur. Hormones hypophysaires

La cause de maladies telles que les troubles menstruels, les fausses couches, la stérilité, la survenue de maladies tumorales des organes génitaux, ainsi que des glandes mammaires, est la défaillance de l'hypophyse et des ovaires. Pour clarifier la nature de telles pathologies, des tests sont effectués pour les hormones appropriées.

Hormone lutéinisante (LH). Cette substance régule la production de progestérone («hormone de grossesse») et stimule l’apparition rapide de l’ovulation. Des taux trop élevés de LH peuvent indiquer l'épuisement de la réserve ovarienne, l'apparition d'une maladie polykystique, la présence d'une endométriose ou d'une tumeur hypophysaire. Un contenu inférieur à la norme survient dans des pathologies telles que l'insuffisance du corps jaune, l'aménorrhée, le dysfonctionnement du système hypothalamo-hypophysaire et d'autres.

Hormone folliculo-stimulante (FSH). La substance stimule les ovaires et la production d'œstrogènes à partir de la testostérone. Des taux excessifs peuvent provoquer des saignements intermenstruels ou une absence complète de menstruation. Un faible taux indique une infertilité possible due à l'absence d'ovulation et à une hypoplasie des organes génitaux. En l'absence de FSH chez la femme, les glandes mammaires sont peu développées et la libido diminue. Le ratio LH / FSH est un indicateur important. Chez les filles, il est 1, chez les femmes en âge de procréer, ce chiffre atteint 1,5-2, avec la ménopause, il diminue à 0,7.

La prolactine. Influence la formation de signes de genre, intervient dans la régulation du métabolisme et du taux de vieillissement de l'organisme. Cette substance est responsable de l'état des glandes mammaires, stimule la production de lait maternel après l'accouchement. Pendant la grossesse, il est produit non seulement dans l'hypophyse, mais également dans l'endomètre de l'utérus. En supprimant la production d'œstrogènes, de progestérone et de FSH, la prolactine empêche la maturation de nouveaux œufs et réduit les risques de conception.

Une diminution du niveau de cette substance se produit en cas de pathologies de la grossesse et de l'infertilité. C'est souvent la cause d'une faible production de lait maternel. L'excès de contenu en prolactine, s'il n'est pas associé au début de la grossesse, est un symptôme des maladies tumorales de l'hypophyse, les glandes mammaires.

Vidéo: L'intérêt des tests de FSH, de LH et d'hormones sexuelles

Hormones sexuelles

L'œstrogène Principalement produite dans les ovaires, ainsi qu'en petites quantités dans le cortex surrénal, le placenta et le tissu adipeux. Ce sont les niveaux élevés d’œstrogènes dans le corps de la femme par rapport à celui de l’homme qui entraînent l’apparition de signes extérieurs caractéristiques, l’apparition du désir sexuel, l’instinct maternel. Les déviations par rapport à la norme sont à l’origine de nombreuses maladies féminines (tumeurs, kystes, endométriose) et de l’infertilité. Les représentants les plus actifs de ce groupe sont l’œstradiol et l’estrone (ils sont principalement produits pendant la grossesse).

Progestérone Responsable des processus de la deuxième phase du cycle menstruel, lorsque l'ovule fécondé est fixé dans l'utérus, où sont créées les conditions nécessaires à la conservation et au développement de l'embryon. Un taux élevé de progestérone peut indiquer une tumeur ovarienne. Pendant la grossesse, le contenu de cette substance dans le sang est augmenté. Mais trop d'excès de la norme est une pathologie, ce qui peut indiquer la survenue d'une mise bas.

La testostérone. Cette "hormone mâle" est produite en petite quantité chez les femmes des ovaires et des glandes surrénales. Les œstrogènes en sont produits. Sa présence dans le corps féminin influe sur la formation de traits tels que la confiance en soi, l'entreprise. Un excès significatif de la norme entraîne l'apparition de l'apparence masculine d'une femme, son incapacité à avoir des enfants et ses troubles mentaux.

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

L'hormone principale du système reproducteur féminin, qui remplit un certain nombre de fonctions nécessaires à l'implantation et à la gestation du fœtus.

Le glucose est la source de nutrition pour tous les tissus. Le pancréas (lat. - pancréas) sécrète l'hormone insuline, grâce à laquelle, avec le glucose, l'énergie pénètre également dans les cellules.

L'iodomarine 200 est un médicament qui améliore le fonctionnement de la glande thyroïde en cas de déficit en iode - le plus important pour le fonctionnement du système hormonal du minéral.