Principal / Hypophyse

Microadénome hypophysaire - effets chez les femmes et les hommes

Les tumeurs glandulaires de l'hypophyse antérieure s'appellent des adénomes.

Dans leur très grande majorité, ils sont de nature bénigne et se produisent à peu près à la même fréquence chez les hommes et les femmes, représentant 10 à 15% des lésions volumineuses intracrâniennes.

Le tableau clinique des tumeurs hypophysaires glandulaires combine un ensemble de signes de déséquilibres hormonaux et de symptômes du processus global du cerveau.

La partie antérieure de l'hypophyse occupe environ 75% de son volume et est constituée de cellules glandulaires produisant des hormones. Le lobe postérieur de l'hypophyse (neurohypophyse) est destiné à la réservation des neurohormones produites par l'hypothalamus.

Types de néoplasmes hypophysaires

Les classifications existantes des adénomes hypophysaires aident à établir un diagnostic clinique précis et pratique pour la pratique médicale.

La division morphologique des adénomes est basée sur une variété de cellules glandulaires de la tumeur et de l'hormone qu'elles produisent.

Au total, l'adénohypophyse synthétise 3 groupes d'hormones:

  • les hormones protéiques, ou somatomammotropines (hormone somatotrope (GH) et prolactine);
  • hormones - dérivés de la proopimélanocortine (hormone corticotrope (ACTH), hormone stimulant les mélanocytes (MSH) et endorphines);
  • glycoprotéines (hormone folliculo-stimulante (FSH), hormone lutéinisante (LH) et hormone stimulant la thyroïde (TSH)).

Selon la taille de la tumeur glandulaire de l'hypophyse, sécrètent:

  • microadénomes (jusqu'à 1,5 cm);
  • petits adénomes (1,6 à 2,5 cm);
  • adénomes moyens (2,6 à 3,5 cm);
  • gros adénomes (3,6 à 5,9 cm);
  • adénomes géants (plus de 6 cm).

La topographie des adénomes par rapport à la selle turque les divise en endosellaire (poussant en dehors de la selle turque) et en intrasellaire (limité par la fosse en forme de coin).

En fonction de l'activité fonctionnelle, les adénomes sont subdivisés en tumeurs actives hormonales actives (on les trouve chez 75% des patients) et en tumeurs "muettes" ou inactives aux hormones qui produisent une hormone particulière.

Aux tumeurs glandulaires hormonales actives de l'hypophyse sont généralement attribuées:

  • hormone de croissance sécrétant de l'hormone de croissance hormone de croissance;
  • prolactinome sécrétant de la prolactine;
  • corticotropinomes sécrétant de l'hormone adrénocorticotrope stimulant le travail du cortex surrénalien;
  • thyrotropinomie sécrétant de la thyréostimuline, stimulant l'activité de la glande thyroïde;
  • gonadotropinomie sécrétant des hormones stimulant le follicule et lutéinisante, renforçant la fonction des glandes sexuelles;
  • adénomes hormonaux, synthétisant plusieurs hormones.

Dans 30% des cas, des adénomes endocrinologiquement inactifs sont détectés:

  • oncocytome;
  • adénome muet;
  • adénome à cellules zéro.

Se développant dans un espace restreint du crâne et comprimant le cerveau, chacun d'eux, en l'absence de traitement adéquat, entraîne des conséquences incompatibles avec la vie.

Quelles sont les causes des tumeurs hypophysaires glandulaires - symptômes et effets

Les prolactinomes sont le plus souvent rencontrés en pratique clinique, leur part dans les néoplasmes glandulaires de l'hypophyse est de 25 à 28%. Les manifestations typiques des prolactinomes comprennent:

  • diminution de la libido;
  • l'impuissance;
  • gynécomastie (augmentation de la taille des glandes mammaires);
  • effacer la gravité des caractères sexuels secondaires;
  • infertilité;
  • laktorreyu.

Si la tumeur synthétise de la prolactine défectueuse, des troubles hormonaux peuvent être absents. Dans ces cas, au moment du diagnostic de prolactinome chez les hommes atteint une taille significative, entraînant une déficience visuelle.

Chez les femmes, le diagnostic de prolactinome est généralement établi au stade du microadénome. Les patients se plaignent d'aménorrhée (absence de règles), d'oligoménorrhée (règles rares) et de galactorrhée (écoulement de lait des glandes mammaires).

Les somatotorinomes sont retrouvés dans 60 cas par million d'habitants. Ces tumeurs glandulaires, produisant de manière intensive la somatotropine et atteignant la taille de macroadena, conduisent au développement de l'acromégalie. Le plus souvent, les somatotropinomes sont diagnostiqués à l'âge adulte - de 30 à 50 ans.

La naissance d'une tumeur dans l'enfance et l'adolescence implique le phénomène du gigantisme.

Les somatotropinomes sont plus fréquents chez les femmes que chez les hommes. Les premiers signes cliniques apparaissent après 8 à 10 ans. L'apparence des femmes est en train de changer - les traits du visage deviennent grossiers et son expression est dure. L’épaississement de la peau entraîne l’apparition de plis profonds, en particulier à l’arrière de la tête.

Le nez, les oreilles, la langue, les mains et les pieds augmentent de taille, une cyphoscoliose se développe. L'aménorrhée, la dysfonction sexuelle, les symptômes du diabète sucré et de la lithiase urinaire sont possibles.

Chez l’homme, la clinique de l’acromégalie dans 30 à 45% des cas de somatotropine est accompagnée d’une diminution de la puissance et d’une perte de libido. L'examen des patients révèle une décoloration de la spermatogenèse et une atrophie des testicules.

Les corticotropinomes produisent une quantité excessive d'hormone corticotrope (ACTH), ce qui conduit au développement du syndrome d'Itsenko-Cushing.

Chez la femme, la maladie survient 4 à 5 fois plus souvent et son apparition se situe entre 25 et 45 ans.

L'obésité du tronc et du dos se développe - «type buffalo», le visage acquiert une forme semblable à celle de la lune - «matronisme», des stries rose-violet apparaissent sur le corps.

Caractérisé par des violations du cycle menstruel, l'hirsutisme (croissance excessive des cheveux chez l'homme, croissance de la moustache et de la barbe), ainsi que par l'ostéoporose et les fractures pathologiques qui y sont associées.

Chez les hommes atteints de corticotropinome, une diminution de la libido et une diminution de la fonction sexuelle sont observées, et le taux de testostérone est considérablement réduit dans le corps. Chez certains patients, l'activité mentale est perturbée: on observe des troubles du sommeil et une instabilité émotionnelle, allant de l'euphorie à la dépression et à la psychose.

La gonadotropinomie, survenue à une fréquence de 7 à 9%, produit le plus souvent une FSH (hormone folliculo-stimulante), dont le taux est 10 fois supérieur à la normale, et moins souvent - LH (hormone lutéinisante).

Chez la femme, l'hyperproduction d'hormones gonadotropes se manifeste sous la forme de troubles menstruels et de saignements utérins.

Chez les hommes, les symptômes typiques des tumeurs hypophysaires synthétisant la gonadotrophine sont la gynécomastie et l'impuissance.

Les thyrotropinomies sont moins courantes que les autres types de tumeurs hypophysaires glandulaires (moins de 1%).

La production excessive d'hormone stimulant la thyroïde entraîne une augmentation de la taille et de l'hyperfonctionnement de la glande thyroïde, accompagnée de symptômes de goitre toxique diffus, extrêmement résistant aux traitements médicaux et chirurgicaux.

Les patients se caractérisent par une irritabilité accrue, une augmentation de l'appétit et une perte de poids. Caractérisé par des tremblements des extrémités, des épisodes d'arythmie, de transpiration et des troubles du sommeil.

Chez les femmes, l'aménorrhée s'ajoute relativement rarement aux symptômes de la thyrotoxicose.

La prolactine a pour principale fonction d'allaiter. Analyse de la prolactine - comment prendre et à quelle heure? Et qu'est-ce que l'écart du niveau de l'hormone de la norme.

Les symptômes de prolactinomes chez les femmes seront analysés ici. Et aussi parler du pronostic de la maladie.

Saviez-vous qu'une réduction du taux de prolactine peut entraîner l'infertilité et une fausse couche? Sous le lien http://gormonexpert.ru/gormony/prolaktin/ponizhen.html, vous apprendrez pourquoi cette maladie survient et comment la traiter.

Conséquences associées à la compression des structures cérébrales

Outre les troubles endocriniens, les macroadénomes de l'hypophyse se traduisent par un syndrome de compression des nerfs crâniens, caractérisé par des symptômes neurologiques et neuro-ophtalmologiques: céphalées (chez 80% des patients), ptosis, nystagmus, diplopie et restriction de la mobilité du globe oculaire (chez 5% des patients).

L'apparition d'un syndrome convulsif et une altération de la conscience - évanouissement et collapsus.

Avec la croissance suprasellaire et la compression de la région hypothalamique, l'obésité adiposogénitale, la cachexie, une perturbation du rythme du sommeil et de l'éveil et un dysfonctionnement végétovasculaire sont possibles.

Chez certains patients, des troubles mentaux et des signes de démence se développent mentalement. La croissance de la tumeur dans l'espace crânien entraîne inévitablement une augmentation de la pression intracrânienne, une rhinite persistante typique et non traitable est très typique.

Conséquences des tumeurs hormonalement actives

Le pronostic et les conséquences des tumeurs hormono-actives de l'hypophyse sont déterminés par leur activité endocrinologique, leur taille et la possibilité d'un traitement chirurgical radical.

L'effet maximal est obtenu lors d'opérations radicales pour les adénomes producteurs d'adrénocorticotropine - dans 70 à 80% des cas, la fonction hormonale est entièrement normalisée.

Lorsque la prolactine et la somatotropine sont éliminées, 25% des patients opérés rétablissent complètement l'équilibre hormonal dans le corps.

Les macroadénomes de l'hypophyse, qui ont atteint la taille de 2 centimètres ou plus, germent dans les tissus environnants, excluant ainsi la possibilité d'une excision complète.

La probabilité de récurrence de telles tumeurs hypophysaires dans les 5 ans suivant la chirurgie atteint 8-12%.

Le niveau de prolactine chez la femme dépend de la phase du cycle. Si le médecin vous prescrit une analyse de cette hormone, vous devez savoir quand le prendre correctement. Quel jour du cycle prendre la prolactine - cela sera discuté dans l'article.

Quelles fonctions le thymus, vous apprendrez dans ce fil.

Microadénome hypophysaire: symptômes, méthodes de traitement et effets chez la femme

Microadénome hypophysaire est une formation qui se compose de cellules d'un organe. Cela fait référence à bénigne. Qu'est-ce qu'un microadénome hypophysaire dangereux? Si la taille de la tumeur ne dépasse pas 10 millimètres, elle ne présente aucun danger pour l'homme.

Un microadénome au stade initial d’apparition ne peut pas causer de symptômes négatifs chez les femmes ni chez les représentants du sexe fort. Les causes de la tumeur sont différentes, ainsi que ses conséquences. Quels sont les signes d'adénohypophyse et comment traiter une pathologie?

Microadénome hypophysaire est traitée uniquement dans un hôpital avec la participation d'un médecin expérimenté. Au stade initial de développement, le microadénome ne présente aucun risque pour la santé humaine. En règle générale, cette formation est détectée de manière aléatoire au cours de l'enquête.

L'apparition de cette tumeur peut indiquer un déséquilibre hormonal dans le corps, par exemple lors d'une mauvaise écologie ou d'une grossesse. Ce corps affecte les processus importants dans le corps, et donc une violation dans son travail entraîne des conséquences négatives.

La pathologie hypophysaire se produit généralement dans le lobe antérieur de l'organe. Cette proportion affecte la production d'hormones importantes et régule leur nombre.

Cet organe est situé dans le crâne humain et n’a pas plus de 12 millimètres de diamètre. Malgré sa petite taille, cet organisme contrôle des processus importants, notamment la production d'hormones.

Le fer lui-même ne peut pas influencer l'apparition de symptômes négatifs chez l'homme. Complications que l’on ressent lorsque la glande ne peut pas contrôler la production d’autres organes par la quantité d’hormones produites, ce qui entraînera leur diminution ou leur augmentation par le corps. Cela affectera négativement la santé globale de la personne.

La neurohypophyse peut-elle disparaître d'elle-même? Parfois, cela est possible, mais cela arrive rarement. Habituellement, différentes méthodes de traitement sont utilisées pour éliminer la pathologie.

Qu'est-ce qu'un microadénome, les causes et les signes de sa manifestation, ses méthodes de traitement et son pronostic? Tout cela sera décrit ci-dessous.

Les causes de la pathologie

Quel est ce microadénome clair? Mais quelles sont les raisons de son apparition? Les médecins ne peuvent pas donner une réponse sans équivoque à cette question aujourd'hui, car les études ne sont pas encore terminées. Il est à noter que les points les plus susceptibles de conduire à la manifestation d’une telle pathologie sont les suivants:

  • Diminution des fonctions des glandes hormonales.
  • Violations du secret.
  • Congénitale
  • La défaite du système nerveux central.
  • La grossesse
  • Acceptation des médicaments hormonaux pendant une longue période.

Une tumeur exposée à de tels facteurs peut se développer rapidement. Il apparaît généralement sous une seule forme, mais plusieurs formations peuvent apparaître simultanément. Habituellement, l’apparition de plusieurs nœuds modifie la tactique de traitement et de pronostic.

Apparition de microadénomes

L'avant du corps peut produire des hormones responsables du travail des glandes surrénales, de la thyroïde et des ovaires. En outre, ces hormones contrôlent le processus de métabolisme, l’améliorent et favorisent la croissance des tissus. Les symptômes pour chaque personne peuvent être différents. Cela dépend de l'âge du patient et de son sexe.

Une tumeur peut être:

Dans le second cas, la maladie ne provoque aucun symptôme négatif chez une personne et ne se manifestera en aucune manière. Lorsqu'une tumeur de la glande commence à produire des hormones, elle peut provoquer diverses manifestations négatives.

Une personne ne peut plus négliger de telles manifestations. Dans ce cas, il n'est pas recommandé de se soigner soi-même. Le traitement doit être effectué uniquement avec la participation d'un médecin expérimenté.

Types de pathologie

Les symptômes de la maladie peuvent survenir en fonction de la fonctionnalité de la glande. Cela provoque certaines maladies.

Prolactinome

Lorsque le fer produit une grande quantité de prolactine, il provoque la prolactine. La particularité de la pathologie est qu'elle affecte le fonctionnement du système reproducteur. Les symptômes pour différents sexes sont différents. Par exemple, une femme ne peut pas tomber enceinte, son cycle menstruel est perturbé, son poids augmente, etc.

De tels symptômes ne peuvent pas être confondus avec des symptômes d'autres pathologies. Les hommes peuvent avoir un excès de poids, des problèmes au lit, une baisse de la libido, etc. C'est généralement une personne ne fait pas attention, car il croit que l'apparition de tels problèmes provoque de la fatigue. Cela conduit au fait qu'il se tourne vers le médecin pour obtenir de l'aide avec un retard.

En outre, un nombre accru d'hormones produites par l'hypophyse peut perturber la fonction thyroïdienne. Cela conduira à un goitre, à une perte de poids et à une perturbation du système endocrinien.

En cas de telles pathologies, la participation obligatoire d'un médecin pendant le traitement est requise. Seule l’élimination des causes de la manifestation de symptômes négatifs aux premiers stades de la maladie donne un pronostic positif pour mr.

Hormone de croissance

Ce type de maladie se caractérise par le fait qu’il commence par une croissance accrue des cellules et des tissus. Les symptômes peuvent aussi être différents. Cela dépend de l'âge de la personne.

Dans l'enfance, une telle maladie peut être à l'origine du gigantisme, car le corps va grandir et se développer rapidement. Souvent, ces enfants ne travaillent pas les organes, il y a des problèmes dans la région génitale, dans le tractus gastro-intestinal et dans d'autres.

Chez l'adulte, cette maladie peut entraîner une croissance accrue de certaines parties du corps. Ce sont souvent des membres.

Corticotropine

Avec cette pathologie, la fonctionnalité de la glande surrénale augmente, ce qui conduit à la maladie de Cushing. Dans ce cas, une personne se déposera en grande quantité sur les cuisses ou l’abdomen, les cheveux commenceront à tomber, l’état d’esprit et d’autres moments seront perturbés.

Danger de microadénome

Si vous ne prenez pas de mesures urgentes pour diagnostiquer la pathologie et son traitement, cela entraînera le fait que la tumeur grossira et se développera progressivement, ce qui entraînera des complications. Avec un traitement en temps opportun, une telle maladie n'est pas dangereuse pour l'homme.

Ces tumeurs sont souvent traitées avec des médicaments. Le danger pour l'homme est le facteur déterminant lorsque l'adénome commence à grossir et à progresser. Cela conduira au fait que la tumeur commencera à comprimer les tissus situés à proximité.

Si une personne ne consulte pas son médecin à temps, ne veut pas suivre de traitement ou ne suit pas correctement les instructions du médecin au cours du traitement, cela peut avoir des conséquences négatives. Il s’agit souvent d’une violation de la structure d’organes qui ne peuvent plus fonctionner normalement.

La pathologie courante n’en vaut pas la peine, car elle peut provoquer des manifestations de diabète, de cardiopathies, d’hypertension et d’autres maux.

Microadénome pendant la grossesse

Les médecins disent que le microadénome peut survenir chez les jeunes femmes lorsqu'elles envisagent de concevoir un enfant. Cela pose certains problèmes. Si la tumeur est inactive, la grossesse n'est pas contre-indiquée, mais une telle femme devra être surveillée en permanence par un médecin et examinée avant la conception.

Si l'examen révèle la présence d'une tumeur cancéreuse, la grossesse ne doit pas être planifiée. Il faudra dans peu de temps mener une opération visant à supprimer l’éducation.

Quand une tumeur est hormonalement active, on lui prescrit un médicament qui peut normaliser la quantité d'hormones dans le corps. Avec la lactinose, la grossesse doit être planifiée un an après l’élimination de la pathologie.

En outre, une femme doit être constamment examinée par un médecin tout au long du traitement. La lactation dans le microadénome est également contre-indiquée. Une femme devra nourrir son bébé à l'aide de préparations sèches vendues en pharmacie.

Diagnostiquer

Lors de la détection initiale de microadénomes, le médecin doit prescrire divers types d'examens pour confirmer ou infirmer le diagnostic. En plus de faire un don de sang pour détecter la quantité d'hormones qu'il contient, le patient doit subir un scanner ou une IRM. Les rayons X dans ce cas ne peuvent pas donner des résultats précis, car habituellement dans l'adénome, il n'y a pas de changement dans la structure osseuse.

Les médecins notent qu'avec une petite tumeur, même avec l'utilisation de méthodes de diagnostic instrumentales modernes, il n'est pas toujours possible de révéler la formation. Mais il est possible d'identifier la pathologie en utilisant d'autres méthodes. Cela nécessitera une étude des hormones elles-mêmes. Si leur quantité dans le sang est dépassée, cela indique la présence de microadénomes.

Traitement des microadénomes hypophysaires

Après le diagnostic correct, le traitement de la pathologie peut commencer immédiatement. Lorsqu'une tumeur ne provoque pas de symptômes négatifs, seul son développement est surveillé. Une thérapie spéciale n'est pas nécessaire. Un tel patient a simplement besoin d'être examiné en permanence par un médecin afin de ne pas rater le moment du développement de l'éducation.

Lorsqu'une tumeur commence à se développer et produit une grande quantité d'hormones, son traitement est nécessaire. Pour rendre la thérapie aussi efficace que possible, le médecin prescrit différentes méthodes de traitement pour le patient. Tout dépend des caractéristiques de l'évolution de la maladie et du type de tumeur.

Le traitement peut être effectué par de telles méthodes:

  1. Intervention chirurgicale.
  2. Réception des préparations.
  3. Radiochirurgie

Intervention chirurgicale

Lorsque la tumeur commence à se développer et qu’il est impossible d’arrêter ce processus à l’aide de médicaments, le médecin prescrit une intervention chirurgicale pour éliminer la pathologie. Une intervention chirurgicale est rarement pratiquée de manière ouverte avec cette maladie.

Un type de chirurgie endoscopique est couramment utilisé. La tumeur est enlevée par le nez avec une sonde de caméra vidéo. Après une telle intervention, les complications sont rarement observées, la période de récupération est courte et le patient peut être libéré après la procédure le troisième jour.

Traitement de la toxicomanie

Lorsque la tumeur vient de se manifester et ne progresse pas, on lui prescrit un médicament. Certains d'entre eux peuvent complètement enlever une tumeur en 1-2 ans. Tous les médicaments ne sont prescrits que par un médecin. Mais les médicaments ne peuvent pas toujours aider.

Radiochirurgie

Cette méthode est récemment devenue de plus en plus populaire. Dans ce type de chirurgie, on utilise un laser dirigé sur la tumeur. La surveillance est effectuée à l'aide d'un scanner ou d'une IRM.

Après irradiation, la tumeur peut disparaître d'elle-même. Cela ne causera pas de tort au patient et ne causera pas de symptômes négatifs. De même, parallèlement à cette méthode, des médicaments peuvent être prescrits pour corriger les niveaux hormonaux.

Prévisions et conséquences du microadénome

Cette maladie est plus susceptible de se produire chez les femmes. Le danger est qu'elle ne puisse pas tomber enceinte et porter le bébé. Cela se produit dans 80% des cas.

Lorsque le microadénome hypophysaire du cerveau se manifeste après la conception, il faudra surveiller la pathologie en permanence pour l'empêcher de se développer. La prolactine, qui est excrétée en grande quantité dans une tumeur, peut affecter les muscles de l'utérus, entraînant des contractions involontaires. Cela peut provoquer une fausse couche.

Lorsqu'une femme a déjà accouché et qu'un adénome est diagnostiqué chez elle, elle devra constamment prendre des médicaments hormonaux qui stabiliseront la quantité d'hormones dans le corps pour la stabiliser.

Les complications peuvent entraîner non seulement un avortement, mais également diverses autres pathologies. Parmi ceux-ci peuvent être le diabète, les maladies du myocarde et autres.

Prévention

Pour ne pas montrer d'adénome pendant la grossesse, avant de concevoir, il est important de subir un examen complet par un médecin. Ceci s'applique aux hommes et aux femmes. Aussi, ne concevez pas un enfant sous l'influence de l'alcool. Cela aggrave les prévisions.

Avant de concevoir, il est important de mener une vie saine, d’abandonner les mauvaises habitudes, de durcir le corps, d’améliorer l’immunité et de faire de l’exercice. Il est nécessaire d’éviter les situations stressantes, de ne pas être nerveux, d’avoir beaucoup de repos et de protéger sa tête des blessures.

Conclusion

Comme on peut le voir ci-dessus, le microadénome hypophysaire est une maladie dangereuse pour l'homme. Au stade initial de sa manifestation, il est possible d'effectuer un traitement avec des médicaments. Si le médecin le juge nécessaire, une intervention chirurgicale est effectuée.

Si la maladie est asymptomatique, vous devez être surveillé en permanence par un médecin afin de détecter une rechute dans le temps et de prendre des mesures pour l'éliminer. Tout au long du traitement, il est impératif de prendre tous les médicaments prescrits par le médecin et de suivre toutes ses recommandations.

Quel est le degré de dangerosité du microadénome hypophysaire du cerveau chez les hommes et les femmes - symptômes, traitement, pronostic et conséquences

La glande pituitaire est une partie importante du système endocrinien du corps. Il produit la bêta-endorphine, la FSH, la LH, la STG, la prolactine, la TSH et la corticotrophine (ACTH). Si le corps fonctionne normalement, toutes ces substances biologiquement actives sont excrétées dans la quantité requise. Si la glande fonctionne mal, alors une tumeur se forme - un microadénome hypophysaire qui, sans traitement, affecte la quantité d’hormones. Pour la DCI, l’un des codes suivants est attribué à la maladie: C75.1 ou D35.2.

Quel est microadénome hypophysaire

Toutes sortes de tumeurs sont retrouvées dans 85% des cas. Le microadénome hypophysaire est une tumeur bénigne entièrement constituée de cellules glandulaires. Ses dimensions ne dépassent pas 10 mm. Au début, la tumeur n'affectera pas le travail de l'organe, il est donc très difficile de l'identifier. Le microadénome cérébral est plus fréquent chez les jeunes femmes. La raison de cette statistique est une forte charge sur le corps de la femme pendant la grossesse, l'allaitement et l'accouchement, lorsque le corps doit produire une quantité accrue d'hormones afin de maintenir le corps à l'état normal.

Quel est microadénome hypophysaire dangereux

Le terme lui-même signifie que le néoplasme est petit, c'est-à-dire n'affecte pas les tissus cérébraux, les vaisseaux sanguins et les terminaisons nerveuses à proximité. Un microadénome hypophysaire ne devient dangereux que lorsqu'il entre dans la phase d'activité hormonale, perturbant ainsi l'équilibre naturel des substances biologiquement actives. Certains patients peuvent présenter les manifestations suivantes de la maladie:

  • le diabète insipide se développe;
  • l'acromégalie est observée;
  • divers troubles sexuels apparaissent.
  • problèmes de vision et d'odorat;
  • les fluctuations du poids corporel;
  • des nausées et des vomissements;
  • toutes sortes de maladies de la thyroïde;
  • problèmes de développement physique;
  • pâleur de la peau;
  • des vertiges;
  • fatigue

C'est une erreur de supposer que la taille de la tumeur affecte la formation de troubles endocriniens. Un adénome actif dans la tête peut entraîner une infertilité, une diminution de la production de vasopressine, une accumulation de liquide dans le crâne et une augmentation du nombre de nœuds dans les organes. Dans les cas graves, les patients peuvent développer une liquorrhée et une déficience visuelle grave. Les médecins recommandent, dès l'apparition de la tumeur, de subir une intervention chirurgicale pour l'enlever.

Microadénome hypophysaire et grossesse

La tumeur hypophysaire et la grossesse sont peu compatibles. La conception ne se produit pas. Même si la femme a pu tomber enceinte, une fausse couche spontanée peut survenir. Microadénome hypophysaire et grossesse s'accompagnent de complications dans 85% des cas. L'une des complications fréquentes est l'augmentation du volume de la tumeur. Le diamètre standard du microadénome est de 5 mm, c’est-à-dire ne dépasse pas la taille d'un pois. Sous l'influence d'un excès d'hormones, la tumeur augmente. Le traitement pendant la grossesse est conservateur.

Symptômes de l'adénome hypophysaire

La gravité des manifestations de la maladie dépend de la fonction hormonale assumée par la tumeur. Les symptômes de l’adénome hypophysaire de type hormonal actif sont les troubles de la vision et les maux de tête. Une crise de migraine aiguë s'accompagne d'un rétrécissement de l'espace visuel. L'activité accrue des glandes affecte les régions artérielles du cerveau. Dans le lobe antérieur de l'hypophyse, se trouvent les segments responsables du travail des glandes surrénales, des ovaires, des appendices et de la thyroïde. Le lobe arrière affecte la régénération.

Chez les femmes

Dans le sexe faible, la tumeur provoque un gain de poids. De nombreux patients se rendent à la clinique pour discuter de la sécrétion de lait par les glandes mammaires en l'absence de grossesse ou d'un petit enfant. L'activité des ovaires sur le fond de la tumeur diminue, ce qui entraîne une modification du cycle menstruel et une impossibilité de concevoir. Les symptômes de microadénome hypophysaire chez les femmes ne peuvent pas être attribués à des problèmes survenant sous l’influence de stress, de charges excessives ou de pathologies d’autres organes, ce qui augmente les chances de diagnostiquer la maladie en temps voulu.

L'activité de la tumeur affectera l'état psychologique des filles. Souvent, les symptômes d’une tumeur hypophysaire chez la femme comprennent des troubles notables du comportement et de l’humeur. Une femme devient trop impulsive ou cesse de répondre aux stimuli. Augmenté de manière significative dans les dimensions du goitre. Après traitement de la pathologie, tous les problèmes de glande thyroïde et de fertilité disparaissent.

Chez les hommes

Pour la première fois, il est possible de détecter des signes suggérant la présence d'une tumeur pendant la croissance de l'hypophyse. Si la taille de la tumeur atteint 1 cm, les tissus environnants commencent à souffrir d'une pression excessive. Les patients sont observés des troubles dans le fonctionnement du système endocrinien, il y a des convulsions. Certains patients commencent à souffrir de rhinite chronique. Son apparence suggère que l'hypophyse a commencé à se développer et que la "selle turque" risque de se rompre. Les principaux symptômes des tumeurs hypophysaires chez les hommes:

  • Détérioration soudaine de l'acuité visuelle. Les cas particulièrement graves sont accompagnés d'une cécité complète. Cela est dû au fait que la tumeur écrase les nerfs optiques. Les violations peuvent être observées dans un ou deux yeux.
  • Crises de migraine fréquentes. La douleur n'a pas de localisation spécifique et est terne. Après avoir changé la position du corps et pris des analgésiques ne disparaît pas.
  • Contractions musculaires involontaires et crampes.
  • Fortes fluctuations de poids, aussi bien petites que grandes.
  • Le liquide céphalo-rachidien est présent dans les sécrétions nasales.
  • Les fluctuations de la température corporelle, le plus souvent - une forte sensibilité au froid et une diminution de la pression osmotique.
  • Fatigue constante, accompagnée d'insomnie.
  • VCG (haute pression intracrânienne, hypertension).
  • Avec de graves dommages au cerveau, il y a une perte de conscience périodique.
  • Réduire la quantité de poils sur le corps et la tête.
  • Problèmes de puissance et de conception.

Causes du microadénome hypophysaire

Les facteurs influençant la formation de la maladie ne sont pas complètement identifiés. Les causes du microadénome hypophysaire sont variées. Chez de nombreux patients, les médecins observent une diminution de la fonction des glandes périphériques. Ils affectent la glande pituitaire. Pour compenser le manque de travail du corps, la glande commence à se développer, ce qui conduit au développement de la pathologie. Les facteurs suivants peuvent déclencher l'apparition de microadénomes hypophysaires:

  • prédisposition génétique;
  • diverses lésions du système nerveux central;
  • augmentation du stress sur le corps pendant la gestation et l'allaitement;
  • blessures crâniennes;
  • problèmes dans l'hypophyse de l'hypothalamus.

Les effets des microadénomes hypophysaires

Si le traitement a été effectué à temps, le résultat le plus probable est favorable. Le patient revient rapidement à la normale et revient au mode de vie habituel. Les microadénomes hypophysaires ont souvent des effets sur la vision. L'hypermétropie ou la myopie se développent, il devient difficile pour une personne de distinguer les objets se trouvant devant elle. Chez certains patients, des migraines chroniques se forment et ne surviennent pas après l'utilisation d'analgésiques.

La réduction de la dose de certaines hormones entraîne un retard de croissance, des problèmes de vie sexuelle. Les hommes souffrent souvent d'un manque de testostérone. La quantité de poils sur le corps diminue, il y a une augmentation des dépôts de graisse dans la région des glandes mammaires. L'ambiance devient labile (instable), des étirements saturés de couleur violette ou rose apparaissent sur le corps.

Traitement des microadénomes hypophysaires

Le patient doit se rendre à la clinique, subir une IRM et une tomographie, faire un don de sang pour analyse. Selon les résultats des images, les médecins seront en mesure de détecter la présence de modifications diffuses dans l'hypophyse. Les experts ont constaté une augmentation de la sécrétion d'ocytocine, la transformation de la structure de l'organe. Avec le microadénome hypophysaire, la tumeur commence à stimuler les segments cérébraux adjacents. En conséquence, les patients développent des comorbidités associées à une altération de la vision et de la mémoire. Le traitement des microadénomes hypophysaires peut être:

L'intervention chirurgicale est la seule option possible lorsque d'autres méthodes échouent. La radiothérapie peut parfois être utilisée si un patient développe une leucémie basophile. La qualité de la thérapie dépendra des caractéristiques génétiques de l'organisme. Traitement de l'adénome hypophysaire du cerveau pendant une longue période. La moitié des patients arrêtent de prendre les médicaments après avoir constaté une légère amélioration, ce qui entraîne le développement secondaire de la tumeur interne.

Traitement des remèdes populaires

Commencer ce type de thérapie n’est possible qu’en l’absence de contre-indications et après avoir obtenu l’autorisation officielle du médecin traitant. Traitement des remèdes populaires de microadénomes hypophysaires en utilisant des teintures à base de plantes. La menthe et la mélisse sont particulièrement efficaces comme additifs alimentaires. Dans le nez, les adultes et les enfants peuvent enterrer la perfusion de pruche. La médecine traditionnelle suivante peut être utilisée pour le traitement des microadénomes actifs:

  • Klopovnik teinture. Il peut être acheté à la pharmacie. Prendre 10 gouttes de 125 ml d’eau 3 fois par jour.
  • Un mélange de miel, gingembre, primevère, graines de citrouille et sésame. Les ingrédients sont mélangés dans des proportions égales et prennent une cuillère à café 4 fois par jour.
  • Bouillon de valériane, de sauge, de banane plantain et de rowan. Prenez une cuillère à café de chaque herbe, mélangez, versez de l'eau bouillante. Mélange insister heure. Filtrer et boire 125 ml 3 fois par jour.

Nous ne devrions pas penser que la tumeur de l'hypophyse passera rapidement de telles manipulations. Son activité diminuera si vous combinez la prise de médicaments et d’herbes. Normaliser les hormones bouillons ne va pas aider. Certaines plantes utilisées pour traiter les microadénomes sont très toxiques. Les médecins ne recommandent pas de les prendre, car ils peuvent nuire à des organes sains.

Vidéo: traitement de l'adénome hypophysaire

Les informations présentées dans l'article sont à titre informatif seulement. Les matériaux de l'article n'appellent pas d'auto-traitement. Seul un médecin qualifié peut diagnostiquer et conseiller un traitement en fonction des caractéristiques individuelles d'un patient particulier.

Microadénome hypophysaire du cerveau: ses causes, ses symptômes, son diagnostic et son traitement

L’hypophyse est l’organe principal du système endocrinien, dont les hormones contrôlent l’activité de toutes les glandes périphériques. Il est situé à la base du crâne et consiste en une adénohypophyse et une neurohypophyse. L'adénohypophyse produit des hormones stimulant la thyroïde, corticotropes, gonadotropes, somatotropes, mélanotropes et la prolactine. La neurohypophyse est responsable de la distribution de la vasopressine et de l'ocytocine.

Microadénome hypophysaire. Qu'est ce que c'est

Le microadénome hypophysaire du cerveau est une tumeur bénigne du tissu glandulaire, dont la taille ne dépasse pas 10 millimètres. Les tumeurs hypophysaires sont divisées en inactives hormonales (ne produisent pas d’hormones) et en hormones actives. Parmi ces derniers, en fonction de l'hormone produite, on distingue les types suivants:

  • le prolactinome (prolactine);
  • corticotropinome (adrénocorticotropine);
  • hormone de croissance (hormone somatotrope);
  • thyrotropinome (thyrotropine);
  • microadénomes mixtes (produisant plusieurs hormones).

Causes et facteurs provoquants

Les raisons du développement de microadénomes hypophysaires restent non identifiées, mais certains facteurs provoquants peuvent augmenter les risques de pathologie. Ils peuvent être divisés en facteurs externes et internes.

Facteurs externes:

  • blessure au crâne ou au cerveau;
  • lésions cérébrales infectieuses;
  • violations au cours de l'embryogenèse, en raison de l'effet sur le fœtus de médicaments, de substances toxiques, de rayonnements ionisants; ils sont importants dans les microadénomes congénitaux;
  • L'utilisation prolongée de contraceptifs oraux combinés par une femme au cours de nombreux cycles menstruels réduit la production d'hormones ovariennes; en conséquence, l'hypophyse produit une plus grande quantité d'hormones lutéinisantes et stimulantes du follicule, un microadénome de l'hypophyse correspondant peut survenir;
  • chez les femmes, le risque de développer une tumeur augmente avec de nombreuses grossesses et avortements

Facteurs internes:

  • réduction de la fonction thyroïdienne due à des maladies à long terme;
  • violation des glandes surrénales;
  • réduction de la production d'hormones du système reproducteur;
  • dans le syndrome de l'adénomatose multiple, qui est une maladie héréditaire, on observe des tumeurs d'autres glandes, la probabilité de développer un microadénome pituitaire est plus élevée

L'hypophyse réagit à une production insuffisante d'hormones en améliorant le travail - il est nécessaire de normaliser le fond hormonal.

Symptômes de microadénome hypophysaire par type

Les manifestations de microadénome hypophysaire sont divisées en spécifiques et non spécifiques.

Les symptômes non spécifiques sont causés par la compression des tissus environnants, ils peuvent être observés dans n'importe quel type de néoplasme du système nerveux central. Parmi eux se trouvent:

  • Le mal de tête, qui est permanent, peut être à la fois bilatéral et unilatéral;
  • déficience visuelle: diplopie, modification de la perception des couleurs, strabisme - ces symptômes sont causés par une atteinte du nerf optique;
  • des vertiges.

Les manifestations spécifiques dépendent de la partie de l'hypophyse modifiée, dont les hormones sont perturbées.

Prolactinome

Ce type de microadénome hypophysaire survient environ 10 fois plus souvent chez les femmes que chez les hommes. Les symptômes caractéristiques du prolactinome sont causés par l'exposition à l'hormone prolactine. Ce type de néoplasme indique une croissance lente et une nature bénigne du flux.

Étant donné que les symptômes chez les femmes apparaissent plus tôt, il est possible de diagnostiquer une prolactine dans les premiers stades de développement. Chez l'homme, les manifestations ne sont pas spécifiques et la maladie est détectée plus tard.

Symptômes chez les femmes:

  • trouble menstruel: une augmentation de la prolactine perturbe la synthèse des hormones lutéinisante (LH) et folliculo-stimulante (FSH); l’ovulation est inhibée; le cycle menstruel est prolongé à 3 mois; il y a aménorrhée - l'absence de menstruation; la durée des saignements menstruels diminue - elle peut durer 2 jours ou moins; flux menstruel maigre alternant avec des saignements;
  • le dysfonctionnement ovarien, jusqu’au manque d’ovulation, peut entraîner une infertilité;
  • galactorrhée - un liquide semblable au lait est libéré des mamelons;
  • faible teneur en œstrogène provoque une diminution de la libido;
  • altération du métabolisme des minéraux: les os perdent du calcium, deviennent fragiles - fractures fréquentes, caries;
  • la prolactine affecte les glandes surrénales, produit des androgènes, provoque la pousse des cheveux de type masculin (au-dessus de la lèvre supérieure, sur le dos, sur l'abdomen) et provoque l'apparition de l'acné (acné);
  • si le microadénome hypophysaire du cerveau se développe dans l'enfance, le patient est sous-développé dans les organes reproducteurs;
  • Les perturbations émotionnelles sont également causées par un taux élevé de prolactine dans le sang: affaiblissement de l'attention et de la mémoire, fatigue, fatigue constante, troubles du sommeil et insomnie;
  • sous l'influence de la prolactine, des modifications du métabolisme des graisses, les glucides sont transformés activement en graisses, ce qui conduit à l'obésité

Les symptômes chez les hommes apparaissent lorsque la tumeur a déjà atteint une taille importante - un taux accru de prolactine inhibe la formation de testostérone.

  • Avec le prolactinome, il y a pénurie de substances, sans lesquelles la maturation du sperme est perturbée, la stérilité se forme;
  • impuissance ou altération de la libido due à une réduction du taux de testostérone;
  • une augmentation du taux de prolactine chez les femmes entraîne des modifications des glandes mammaires du type féminin - gynécomastie;
  • les troubles psycho-émotionnels sont similaires à ceux observés chez les femmes: instabilité émotionnelle, altération de la mémoire, attention;
  • si la maladie a commencé avant la puberté, il existe une violation dans le développement de caractéristiques sexuelles secondaires: pilosité faciale clairsemée, obésité de type féminin - dépôt de graisse sous-cutanée dans les cuisses, épaules étroites réduisant la taille des testicules.

Hormone de croissance

Le somatotropinome sécrète de l'hormone somatotrope. Si la maladie survient chez un adulte, une acromégalie se développe, qui affecte presque tous les organes et systèmes:

  • la taille des organes internes augmente: le foie et le pancréas sont le plus souvent atteints (voir photo ci-dessus);
  • le visage change: les sourcils, le nez, les oreilles, la mâchoire inférieure augmentent;
  • les pieds et les mains augmentent;
  • le diabète sucré se développe avec un long trajet de la maladie, car l’hormone somatotrope supprime la production d’insuline;
  • hypertension artérielle;
  • Le métabolisme du calcium est perturbé, une lithiase urinaire peut survenir;
  • L’hyperplasie des os et du tissu conjonctif provoque le développement d’une arthrose déformante.

Dans l’enfance, le somatotropinome peut provoquer un gigantisme. Il y a une croissance extrêmement élevée, un engourdissement des extrémités des jambes et des bras, de graves maux de tête.

Corticotropine

L'hormone corticotrope, sécrétée par la corticotropine, contrôle l'activité des glandes surrénales. Son excès provoque le développement de la maladie d'Itsenko-Cushing. Cette condition présente les symptômes suivants:

  • obésité caractéristique: la graisse sous-cutanée se dépose principalement sur le visage, les épaules, l'abdomen, la poitrine, le dos, tandis que les membres restent minces;
  • étendues de couleur rouge foncé sur la peau de l'abdomen, la poitrine;
  • Les glucocorticoïdes affectent les échanges de minéraux, sous leur influence le calcium quitte les os: l'ostéoporose et l'urolithiase se développent;
  • pilosité excessive;
  • en raison des effets sur le système cardiovasculaire, une hypertension artérielle se développe;
  • le diabète sucré se développe en raison d'une diminution de la tolérance au glucose;
  • altération de l'ovulation chez les femmes et diminution de la libido chez les hommes;
  • affaiblissement du système immunitaire, qui se traduit par de fréquentes maladies infectieuses et catarrhales
  • dépression, troubles du comportement et sommeil

Thyrothropinomie

Ce type de microadénome hypophysaire du cerveau produit une hormone stimulant la thyroïde qui régule le fonctionnement de la glande thyroïde. En conséquence, la thyrotoxicose se développe. Les principaux troubles du thyrotropinome sont associés à une modification du métabolisme de base:

  • perte de poids sur le fond d'appétit normal ou même augmenté;
  • transpiration excessive, faible tolérance à la chaleur;
  • glycémie élevée (hyperglycémie) - les hormones thyroïdiennes ont un effet contre-insulaire;
  • sous l'influence constante de l'hormone stimulant la thyroïde, il se produit une augmentation de la taille de la glande thyroïde;
  • diminution de la fréquence cardiaque, de la fréquence respiratoire, de l'hypertension artérielle;
  • instabilité émotionnelle (tremblement essentiel), tremblement de tout le corps;
  • les yeux des patients sont toujours brillants, dans l'orbite saillante, l'iris touche la paupière inférieure;
  • trouble menstruel chez la femme, impuissance et gynécomastie chez l'homme

Les effets des microadénomes hypophysaires

Une tumeur hormonale active est capable de perturber le métabolisme des minéraux: les minéraux sont lessivés des os, l'ostéoporose se développe et les systèmes endocrinien, cardiovasculaire, respiratoire et reproducteur sont perturbés par l'action des hormones. Dans 98% des cas de microadénome de l'hypophyse, la grossesse est exclue - une infertilité est observée.

Si la conception a eu lieu, il y a un grand risque d'interruption spontanée. Par conséquent, immédiatement après avoir établi le fait de la grossesse, on prescrit aux femmes des médicaments qui inhibent la production de prolactine.

Diagnostics

Si vous trouvez les symptômes caractéristiques d'une activité accrue des glandes périphériques, le médecin vous prescrit une série d'études pouvant confirmer ou infirmer la présence de la maladie.

  • IRM (imagerie par résonance magnétique) et CT (tomodensitométrie). Les signes radiologiques de microadénome n’ont donc pas recours à des méthodes de recherche plus précises: la tomodensitométrie et l’IRM - elles permettent de visualiser une éducation d’un diamètre inférieur à 5 millimètres.
  • Un test sanguin pour déterminer le niveau d'hormones est très informatif, il peut montrer la présence de la maladie au stade initial de développement. Mais, du fait qu'il n'y a toujours pas de manifestations cliniques, ce type de recherche à un stade précoce, en règle générale, n'est pas désigné.
  • Un examen ophtalmologique révèle une déficience visuelle causée par un microadénome hypophysaire.

Traitement de microadénome

Compte tenu des conséquences d'un déséquilibre hormonal, le traitement des néoplasmes de l'hypophyse doit commencer immédiatement après la confirmation du diagnostic. Généralement, il est basé sur l'utilisation de trois méthodes:

  • traitement médicamenteux - utilisation de médicaments normalisant les niveaux hormonaux
  • manipulations chirurgicales;
  • traitement radiochirurgical

Le choix de la stratégie est effectué individuellement dans chaque cas. Si le microadénome ne se manifeste pas (il est inactif sur le plan hormonal et n'augmente pas de taille), aucune intervention n'est requise. Mais l'observation est nécessaire: le patient doit consulter un endocrinologue une fois par mois et se soumettre à une IRM une fois tous les six mois. Un traitement primaire est nécessaire lorsque le micro-adénome grossit ou produit une quantité excessive d'hormones.

Traitement médicamenteux

Le choix des médicaments affecte le type d'hormones sécrétées. Pour évaluer l'efficacité du médicament, il est nécessaire de procéder régulièrement à une imagerie par résonance magnétique et à une analyse sanguine afin de déterminer la concentration d'hormones.

Pour supprimer les prolactinomes, on utilise des médicaments - des agonistes de la dopamine. Leur objectif est de normaliser l'hypophyse et le niveau de prolactine. Ceux-ci comprennent:

Un traitement médicamenteux de la somatotrophine est recommandé à condition de présenter des symptômes modérément sévères et un taux de somatotrophine stable dans le sang. Les médicaments suivants sont utilisés:

  • Bromocriptine (parlodel);
  • Norprolac;
  • L'octréotide;
  • Sandostatin LAR.

Le traitement de la thyrotropinomie est effectué avec prudence si la croissance hormonale n’est pas observée et qu’il n’ya pas de compression des structures cérébrales adjacentes. Analogues de somatostatine bien prouvés. Si le micro-adénome est hormonalement actif, le traitement médicamenteux n’est prescrit qu’en complément de la chirurgie.

Le corticotropinome ne se prête pas au traitement médicamenteux, seul un effet médicamenteux sur le cortex surrénal est possible afin de réduire la production d'hormones. Drogues utilisées du groupe des inhibiteurs de la biosynthèse des hormones surrénales:

Mais seul un traitement chirurgical peut éliminer complètement la corticropinomie.

En règle générale, l'utilisation de médicaments permet d'éviter certains types de microadénomes de l'hypophyse du cerveau. Mais dans certains cas, une intervention chirurgicale est nécessaire:

  • l'inefficacité de la pharmacothérapie;
  • intolérance aux médicaments prescrits;
  • une augmentation des prolactinomes chez une femme enceinte;
  • hémorragies causant une nécrose tumorale

Traitement chirurgical

En raison de son caractère peu invasif (l’opération est réalisée par endoscopie, le microadénome est enlevé par le nez), il est possible d’éviter les complications graves et de raccourcir la période de récupération postopératoire à 3 jours.

Traitements radiochirurgicaux

Cette méthode est utilisée pour les microadénomes à faible activité, qui peuvent éventuellement être associés à l’utilisation de médicaments. Couteau radiochirurgical appliqué - un faisceau de rayons qui affecte le tissu de la tumeur. Après une telle manipulation, le microadénome décroît avec le temps, sans causer de gêne au patient.

Pronostic de récupération

Avec les microadénomes, le pronostic est bon, le néoplasme est plus facile à traiter que les grosses tumeurs. Si le micro-adénome n'est pas sensible au traitement conservateur et si une intervention chirurgicale est prescrite, vous ne devez pas avoir peur, car le risque de complications lors d'une intervention aussi peu invasive est beaucoup plus faible que le risque de progression de la tumeur en l'absence de traitement. Si l'adénome est hormonalement inactif et ne présente aucun symptôme, la tâche principale consiste à surveiller régulièrement son état.

Prévention

Il n'y a pas de mesures spécifiques pour éviter le développement du microadénome hypophysaire pour le moment. Cependant, il existe un ensemble de mesures permettant de réduire considérablement le risque de pathologie:

  • en présence de changements hormonaux, vous devez les ajuster;
  • si les symptômes persistent, consultez immédiatement un médecin;
  • traiter en temps opportun les maladies infectieuses du cerveau, afin de se conformer aux mesures prises pour les prévenir;
  • en présence d'un diagnostic établi, adhérez à toutes les recommandations du médecin

Il est prouvé qu'avec la détection précoce et le traitement précoce de la maladie au stade initial de développement, le microadénome peut disparaître de lui-même.

Microadénome hypophysaire

Le microadénome hypophysaire est une tumeur bénigne d’une taille pouvant atteindre 10 mm.

La maladie est souvent détectée, environ un tiers de toutes les formations de tumeurs cérébrales dans le monde expliquent cette maladie - des données précises ne sont pas possibles en raison de la petite taille de la tumeur et du manque de clarté de ses symptômes.

Habituellement, les gens découvriront ce qu'est un microadénome hypophysaire après avoir été examiné pour une autre maladie vasculaire ou cérébrale. La tumeur se produit chez les femmes d'âge moyen, qui, selon les médecins, est liée aux charges sur l'hypophyse pendant la grossesse, l'accouchement, l'allaitement, etc.

Souvent, les signes de microadénomes ne sont pas détectés, les cellules tumorales sont capables de ne pas produire d'hormones. Mais il existe des cas qui détectent une déficience ou un excès d'hormone dans le néoplasme. Par conséquent, dans tous les cas de niveaux hormonaux altérés, il convient de rechercher la présence de microadénomes.

Causes du microadénome

Comme avec d'autres maladies tumorales, les causes de la formation de microadénomes hypophysaires n'ont pas été complètement identifiées. Il y a seulement des facteurs spéculatifs qui peuvent causer la division cellulaire:

  • l'hérédité;
  • échec de la régulation par hypothalamus des capacités fonctionnelles de l'hypophyse;
  • lésions du système nerveux central à la suite d'infections, de blessures;
  • appartenance au sexe féminin et conséquences connexes - grossesse et accouchement, avortement, pilules hormonales;
  • un dysfonctionnement des glandes périphériques, qui stimule l'hypophyse, sous la forme des conséquences de ses cellules se développent, formant des microadénomes à l'avenir.

Classer la tumeur sur la structure du kystique et homogène. Le premier est considéré comme une conséquence des hémorragies dans le tissu tumoral, qui n’affecte pas le pronostic.

Symptômes de microadénomes

Le lobe antérieur de l'hypophyse est responsable de la production d'hormones qui augmentent l'activité des glandes surrénales, de la thyroïde, des ovaires, ainsi que de la régulation du métabolisme et de la croissance des tissus. C'est pourquoi des symptômes tels que le microadénome hypophysaire peuvent se manifester différemment chez les personnes de différents âges et sexes.

Il existe des microadénomes de type inactif et des néoplasmes produisant des hormones. Le microadénome hypophysaire ne montre pas d'activité détectée par hasard avec les diagnostics du matériel. Le microadénome produisant des hormones se manifeste par des signes lumineux et variés qui amènent le patient à consulter un médecin. Les capacités fonctionnelles de la tumeur détermineront les symptômes chez les femmes et les hommes.

Le microadénome peut provoquer une impuissance, une infertilité, une hyperplasie de l'endomètre. De tels symptômes peuvent amener le patient à rechercher la cause de la maladie chez le gynécologue, l'urologue et d'autres médecins, même sans soupçonner que la cause est dans la tête.

Étant donné que la tumeur est petite et ne dépasse pas les limites de la localisation, les nerfs situés à proximité ne seront pas affectés, ce qui évitera l'apparition de symptômes de lésions du système nerveux central. Parmi les symptômes, un syndrome ophtalmique-neurologique caractéristique d'un adénome hypophysaire de grande taille n'est pas détecté.

Si un patient a une déficience visuelle, il est probable que le microadénome se soit développé et devienne un macroadénome.

Si la tumeur progresse en plus des troubles endocriniens, de nombreux symptômes désagréables apparaîtront. Pour écarter une telle complication, avec un microadénome asymptomatique, vous devez régulièrement consulter un médecin et, si l’éducation commence à se développer, vous devez penser à l’opération.

Déterminer la tumeur hypophysaire à un stade précoce était impossible il y a quelque temps, car la radiographie ne montrait aucune tumeur de cette taille. Avec l'utilisation de l'IRM, les capacités de diagnostic se sont considérablement étendues.

Prolactinome

Si l'activité hormonale augmente, trop de prolactine est détectée. Une tumeur de ce type est appelée prolactinome. Avec cette maladie, le travail des glandes sexuelles est altéré, mais les symptômes chez les femmes et les hommes seront différents. Chez les femmes, il y a une augmentation de poids, la libération de lait du sein, une défaillance du cycle menstruel, une infertilité.

Cette combinaison de symptômes ne peut pas être justifiée par le stress, les charges excessives ou les pathologies d'autres organes. Chez l’homme, les symptômes du prolactinome se réduisent à une augmentation du poids corporel et à une diminution de la puissance, mais ces signes peuvent être considérés comme naturels. Le patient reporte donc une visite chez le médecin et perd du temps. Un symptôme frappant, lorsqu'un homme réalise que quelque chose ne va pas, devient une décharge thoracique.

Si le nombre de cellules productrices d'hormones produisant de la thyroïde augmente, la glande thyroïde libère plus d'hormones. En conséquence, le goitre peut se développer et apparaître: tachycardie, instabilité émotionnelle, perte de poids, perturbation du système endocrinien.

La pathologie nécessite une intervention médicale et, dès que le microadénome hypophysaire est éliminé, la fonction thyroïdienne est restaurée.

Hormone de croissance

Si la tumeur produit une hormone somatotrope qui affecte la croissance des tissus, ce microadénome hypophysaire est appelé somatotropinome. Les symptômes d’une telle tumeur varient chez les adultes et les tout-petits.

À un jeune âge, la somatotrophine active la croissance incontrôlée de l'organisme, conséquence de cette activité - le gigantisme. Ces personnes identifient les pathologies des organes internes du fait qu'elles n'ont pas le temps de suivre la croissance de l'organisme. Les patients sont sujets aux maladies pulmonaires, au tube digestif, à la région urogénitale, etc.

Chez l’adulte, le somatotropinome augmente la taille d’une partie du corps. Cela peut être une main, un visage ou un pied. De tels effets sont appelés acromégalie. Étant donné qu'à l'âge adulte, le squelette a longtemps été renforcé et formé, la hauteur d'une personne ne change pas, tous les changements concernent les tissus mous.

Parmi les signes de somatotropinomes, on note généralement une voix rugueuse, des parties massives du visage, une prédisposition à l'oncologie, une augmentation de la pression artérielle et un diabète insipide.

Corticotropine

Si le microadénome active le travail du cortex surrénalien, il est appelé adénome corticotrope. Cela conduit le plus souvent au développement de la maladie d'Itsenko-Cushing.

Un signe clair de la maladie sera un gain de poids avec dépôt de graisse sur l'abdomen, le cou et les cuisses. Les symptômes incluent également des stries, une croissance déficiente des cheveux, un diabète stéroïdien, des facteurs de comportement altérés et un état mental.

Quel est le danger microadénome

Les patients sont encouragés à suivre un traitement rapide du microadénome hypophysaire afin d’éviter les conséquences futures. Naturellement, le médecin est prêt à vous dire ce qui se passera si vous ne traitez pas la tumeur.

Avec une intervention opportune, le microadénome n'est pas dangereux pour la santé. En cas de production excessive d'hormones, il sera demandé au patient de retirer la tumeur ou d'être traité avec des pilules. Le danger des adénomes de ce type, dans la mesure où ils peuvent commencer à se développer, comprime les structures environnantes.

Si une personne présentant ce développement de la maladie refuse le traitement recommandé par le médecin, les conséquences peuvent être irréversibles. Par exemple, il peut s'agir de modifications du travail des organes internes sous l'influence de la production active d'hormones surrénaliennes, la glande thyroïde.

Le diabète, le cœur thyréotoxique, l'hypertension et d'autres conditions potentiellement mortelles peuvent se développer. Cela ne devrait pas être autorisé. Par conséquent, pour des maladies telles que le microadénome hypophysaire, le traitement ne peut être différé.

Identification et options de traitement pour les microadénomes

Lors de la détection d'une augmentation de la production d'hormones, le médecin prescrira à une patiente une étude permettant de déterminer la cause d'une telle activité des glandes, y compris la présence d'un microadénome hypophysaire. Le patient devra passer des tests pour déterminer le niveau d'hormones, subir un scanner ou une IRM.

Ne comptez surtout pas sur les rayons X. En cas de maladie, un tel diagnostic n’est pas informatif. Contrairement à la fluoroscopie, l'IRM et la tomodensitométrie donnent une image détaillée de la maladie, montrant des images couche par couche de la structure de la glande pituitaire.

Parfois, même le matériel de diagnostic le plus récent ne peut détecter une tumeur en raison de sa petite taille, mais le tableau clinique nous permet de confirmer les soupçons autrement. Par exemple, un médecin peut utiliser une méthode radio-immune pour étudier les hormones hypophysaires, car une augmentation de leur nombre indique une tumeur.

Immédiatement après la confirmation du diagnostic, vous pouvez commencer le traitement. Un traitement spécial pour les patients atteints de micro-adénome asymptomatique n’est pas nécessaire; il vous suffit de consulter un médecin afin de ne pas manquer le moment où la tumeur commence à se développer.

Pour une observation dynamique, il suffit de subir une IRM une à deux fois par an, de se faire tester par un endocrinologue et de surveiller votre état de santé, afin de ne pas rater la détérioration.

Lors de la détection de l'activité hormonale d'un néoplasme ou de sa croissance, il est nécessaire de choisir un traitement. Les médecins associent souvent des schémas thérapeutiques en fonction du type de tumeur, de l'état de santé actuel du patient et de la présence de contre-indications. La thérapie comprend des médicaments pour la normalisation de l'équilibre hormonal, l'ablation chirurgicale, la radiochirurgie.

Le médecin choisit un traitement conservateur en tenant compte de la nature des hormones produites et de leur réponse aux médicaments. Ils sont bien traitables avec les comprimés de prolactinome - en prenant Parlodel, la cabergoline peut enlever une tumeur en quelques années.

Un bon résultat est noté lors de la prise de thyréostatique, la somatostatine. L'effet peut ne pas durer longtemps, avec le résultat que la tumeur devra toujours être enlevée chirurgicalement.

La chirurgie est prescrite pour les microadénomes qui ne répondent pas au traitement conservateur, continuent de grossir ou produisent des hormones. Habituellement, on ne recourt pas à la craniotomie pour les microadénomes, la méthode endoscopique suffit au chirurgien - il a accès au site de la tumeur par la voie nasale. En raison de l'opération mini-invasive, il n'y a pas de complications particulières à attendre, la période de rééducation est assez rapide (les patients sont hospitalisés jusqu'à 3 jours).

Une autre intervention est la méthode radiochirurgicale, qui permet de retirer une tumeur sans intervention chirurgicale. En fait, un couteau radio est un faisceau de rayons qui agissent sur l'adénome. Afin d’agir sur la tumeur, le médecin contrôle l’instrument par IRM, CT. Une telle opération peut être réalisée en ambulatoire. Au bout d'un certain temps, la taille de la tumeur est réduite, tandis que le patient ne ressent aucune gêne. Si le microadénome produit des hormones, le patient recevra en parallèle des médicaments qui corrigent l'équilibre hormonal.

En ce qui concerne le microadénome hypophysaire, le pronostic est au plus favorable - la petite taille de la tumeur suggère que le processus sera plus simple que le traitement des grosses tumeurs des organes voisins.

Si le patient doit subir une intervention chirurgicale, ne refusez pas - la croissance ultérieure de la tumeur est bien pire que l'opération. De plus, les méthodes modernes se caractérisent par un petit nombre d’effets secondaires, une récupération rapide de la santé, la capacité à oublier la tumeur pour toujours.

Après le traitement, le patient doit consulter son médecin pour prévenir davantage de diverses maladies, améliorer son mode de vie, corriger son régime alimentaire. Une inspection de routine régulière une fois par an empêchera le développement de diverses maladies et vous donnera confiance en l'avenir. Une inspection de routine régulière une fois par an empêchera le développement de diverses maladies et vous donnera confiance en l'avenir.

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

Bonne journée, chers lecteurs!Nous attendons aujourd'hui un article intéressant. D'une part, il est loin du thème du "pompage", mais d'autre part, il y est directement lié car il permet de contrôler le développement de la masse musculaire.

La sérotonine est ce qu'on appelle «l'hormone du bonheur», un composé qui est l'un des neurotransmetteurs les plus importants du corps humain. L’existence de cette substance a fait l’objet d’une première discussion au milieu du XIXe siècle, lorsque le scientifique allemand en physiologie Karl Ludwig a annoncé la présence dans le sang d’une substance pouvant avoir un effet vasoconstricteur prononcé.

Dans le corps humain sont constamment produites des substances spécifiques - des hormones. Ce sont des composés organiques dont les tâches incluent la gestion de toutes les fonctions des systèmes internes (ils les coordonnent et les régulent).