Principal / Hypophyse

Quand et pourquoi être testé pour la FSH, la LH, la prolactine?

La base de la santé humaine est un système endocrinien fonctionnant qualitativement, car avec le travail harmonieux des hormones, tout dans le corps est concentré au maximum sur une vie bien remplie et sur sa continuation.

Avec un statut endocrinien sain et stable, certains organes, peau, vaisseaux, bien-être et reproduction se posent moins.

Pour avoir le temps de corriger à temps le trouble hormonal qui se présente, il convient d’approcher avec soin l’évaluation de sa santé et de déterminer quelle hormone est responsable de l’une ou l’autre des fonctions du corps.

Ainsi, il est recommandé d'évaluer les hormones FSH, LH et la prolactine dans le cas d'infertilité féminine et masculine. Quand se faire tester pour ces hormones et pourquoi, lisez la suite.

Quand faut-il des tests de laboratoire?

En ce qui concerne l'évaluation du statut hormonal, afin de ne pas effectuer d'analyses inutiles et coûteuses, il est recommandé de formuler clairement le problème, car chaque hormone a son propre rôle et le diagnostic de routine des hormones FSH, LH, la prolactine et la testostérone n'est pas présenté.

Le diagnostic de laboratoire est requis:

  • dans le tableau clinique, les troubles hormonaux (troubles de la croissance, développement, problèmes de bien-être général, chute des cheveux, croissance excessive des cheveux, poids faible ou en surpoids);
  • avec infertilité;
  • avec fausse couche habituelle;
  • avant de prescrire des médicaments hormonaux pour la contraception.

Lorsqu'une manifestation clinique de déséquilibre hormonal est nécessaire pour se concentrer sur un problème spécifique. Par exemple, en cas d’embonpoint ou d’insuffisance pondérale, des hormones de la glande thyroïde, de l’insuline sont administrées, le glucose est estimé dans le plasma et, dans la physiologie ou les poils, il est nécessaire de faire don d’hormones en fonction des phases du cycle.

Supposons que le problème hormonal d'infertilité féminine de l'année tente sans succès de naître, ce qui peut se produire avec un cycle menstruel irrégulier et / ou un manque d'ovulation (l'ovulation au cours de trois cycles n'est pas confirmée par les tests, les ultrasons et la température basale).

Dans ce cas, une femme prend de la prolactine, de la FSH, de la LH et des hormones thyroïdiennes par jour de cycle et, dans certains cas, également de l’œstradiol et des androgènes (généralement à 17 ° C). Souvent, si la production de thyroïde est perturbée par la glande thyroïde, il suffit de corriger le problème avec le médicament - et toutes les autres hormones reviendront également à la normale.

L'infertilité masculine peut être supposée avec un bas sperme. Ensuite, dans le spectre hormonal, vous devez examiner la FSH, la LH, la prolactine, la testostérone et les hormones thyroïdiennes.

En cas de fausse couche, vous devez évaluer le taux de progestérone chez une femme dans la deuxième phase du cycle et des hormones thyroïdiennes. Cela suffit si la femme a un cycle menstruel clair et si l’ovulation est confirmée par l’une des méthodes.

Test de concentration en estradiol

L'estradiol est une hormone sexuelle féminine généralement responsable de la féminisation. L’augmentation du taux d’estradiol chez l’homme entraîne une infertilité, son développement est de type féminin et, chez la femme, des fluctuations de l’hormone peuvent également entraîner une altération de la fonction de reproduction, une détérioration de la peau et des cheveux. L'estradiol augmente dans certains types d'oncologie.

L'analyse est présentée avec la FSH (ainsi que la LH et la prolactine) avec:

  • violation du cycle menstruel, ménopause;
  • suspicion de néoplasie (des kystes à l'oncologie) des testicules, des ovaires, de l'utérus;
  • troubles du poids (souvent observés avec TSH et thyroxine);
  • infertilité féminine;
  • féminisation masculine.

Test sanguin pour la progestérone

La progestérone est une hormone produite par le corps jaune de l'ovaire après la libération d'un oeuf mûr. Avec un travail ovarien de haute qualité, la progestérone est produite pendant 10 à 16 jours au cours de la deuxième phase du cycle, ainsi que pendant la grossesse.

La progestérone est naturellement faible au cours de la première phase du cycle avant l’ovulation et, de 14 à 16 jours après l’ovulation, son niveau chute en l’absence de grossesse ou d’implantation d’un œuf fécondé endommagé.

Le test de progestérone est indiqué pour:

  • fausse couche premier trimestre;
  • la durée de la phase 2 du cycle est inférieure à 10 jours;
  • diagnostic d'infertilité féminine;
  • violation du cycle menstruel.

Chez l'homme, le test à la progestérone n'a presque aucune valeur diagnostique.

Analyse pour la FSH

L'hormone folliculo-stimulante est responsable de la maturation des cellules germinales dans le corps, mais aussi principalement du développement sexuel. La période initiale de la spermatogenèse est due en particulier à cette hormone: chez la femme, la FSH aide le follicule avec l'œuf à se développer, et lorsqu'une valeur critique et une hormone lutéinisante apparaissent dans le plasma, l'ovulation se produit.

  • hommes ayant un spermogramme de mauvaise performance, hypogonadisme;
  • femmes atteintes de troubles menstruels, de ménopause présumée, d'infertilité, en l'absence d'ovulation.

Modifications du niveau de FSH, de LH, de progestérone et d'estradiol en 1 cycle

L'hormone folliculo-stimulante dépend en grande partie des hormones thyroïdiennes, le diagnostic doit donc être effectué conjointement avec ces hormones. En outre, l’évaluation de la FSH chez la femme doit être effectuée deux fois par cycle, sans négliger l’hormone lutéinisante.

Analyse pour LH

L'hormone lutéinisante est une hormone responsable de la stimulation de la croissance des follicules avec des œufs chez la femme, où sa concentration plasmatique maximale est un élément déclencheur de l'ovulation. Chez l'homme, cette hormone intervient au stade final de la spermatogenèse.

L'évaluation de cette hormone est principalement démontrée pour l'infertilité, tant masculine que féminine, et ne dépend pas des caractéristiques du sperme. L'hormone est évaluée avec la FSH chez la femme - deux fois par cycle.

Règles de recherche

Pour évaluer correctement le statut endocrinien, il est important de retenir trois choses.

  • Les premières hormones sont cycliques et leur sécrétion est déterminée de manière optimale tôt le matin de 8 à 11 heures, l'estomac vide, évitant de préférence les situations stressantes et les efforts physiques excessifs.
  • La seconde est que les hormones sont influencées par les médicaments qu’une personne prend - une fois ou tout le temps; il est fondamentalement important de les prendre en compte.
  • Et le troisième point - une femme produit des hormones de manière cyclique, ainsi évaluer son montant le mauvais jour du cycle peut conduire à des résultats incorrects, à un traitement incorrect et potentiellement dangereux!

Bien sûr, en cas d’échec grave du cycle menstruel, il est parfois impossible pour une femme de compter le jour, et ce n’est que dans ce cas que toutes les hormones nécessaires sont administrées une fois par jour (comme chez l’homme).

Les laboratoires modernes sont équipés d'un marquage de la concentration en hormone par les phases du cycle, ce qui simplifie grandement le diagnostic, même en cas d'erreur dans le choix de la date de livraison.

Toutefois, pour le diagnostic doit suivre les règles de la délivrance cyclique d'hormones:

  • la progestérone est déterminée 7 jours après l'ovulation;
  • La TSH et la thyroxine ne dépendent pas du jour du cycle, mais il est préférable d’effectuer une étude non ovulatoire;
  • La FSH et la LH, selon le but recherché, sont visualisées soit dans les 7 premiers jours, soit deux fois les jours 10-13 et 7 jours après l'ovulation;
  • estradiol, prolactine, testostérone au cours de la phase folliculaire - cycle de 6 à 7 jours.

L'hormone lactotrope est produite dans les corps féminin et masculin. La prolactine a augmenté - les symptômes chez les femmes et les hommes et les conséquences possibles seront discutés dans l'article.

Quelles sont les raisons de l'augmentation des niveaux de progestérone chez les femmes, considérez sur cette page.

Et dans cette rubrique, http://gormonexpert.ru/gormony/prolaktin/analiz-kak-sdavat.html analyser en détail comment passer correctement l'analyse de la prolactine et à quel moment il est préférable de le faire.

Tableau de comparaison des concentrations hormonales

Il existe des valeurs de référence sur lesquelles tout médecin sera guidé:

Statut hormonal féminin (LH, FSH, prolactine, testostérone, estradiol, sulfate de DHEA), sang

Statut hormonal (femme) - Étude du niveau d'hormones dans le sang, qui est recommandé chez la femme pour les irrégularités menstruelles, l'infertilité, l'hirsutisme (croissance des cheveux des hommes), la surcharge pondérale, l'acné (acné) et les contraceptifs oraux. Les principaux indicateurs permettant de juger du statut hormonal d'une femme sont l'hormone lutéinisante (LH), l'hormone folliculostimulante (FSH), la prolactine, la testostérone, l'estradiol et le sulfate de déhydroépiandrostérone (sulfate de DHEA).

La testostérone est la principale hormone sexuelle masculine. Responsable de la fonction sexuelle et de la formation de caractères sexuels secondaires chez l'homme. Dans le corps de la femme, cette hormone est produite par les glandes surrénales et en petite quantité par les ovaires. Normalement, chez les femmes, la concentration de cette hormone est très faible. Une augmentation de la concentration en testostérone peut provoquer l'apparition de caractéristiques sexuelles secondaires chez la femme (hirsutisme (répartition du poil chez l'homme), grossissement de la voix, augmentation du clitoris, acné (acné), augmentation de la masse musculaire). En outre, l'augmentation du taux de testostérone chez les femmes peut entraîner des troubles menstruels et la stérilité. Les autres causes d'augmentation de la testostérone dans le sang sont les tumeurs des ovaires ou des glandes surrénales qui produisent cette hormone, ainsi que le syndrome des ovaires polykystiques (augmentation de la taille des ovaires et formation d'un grand nombre de kystes dans celles-ci).

L'estradiol est une hormone sexuelle féminine produite par les femmes dans les ovaires, le placenta et le cortex surrénal. Participe à la formation et au fonctionnement correct du système reproducteur féminin, est responsable du développement des caractéristiques sexuelles secondaires féminines, participe à la régulation du cycle menstruel. Une augmentation du niveau d'estradiol se produit au milieu du cycle menstruel, pendant la période d'ovulation (parallèlement, le contenu en FSH et en LH augmente). La teneur normale en estradiol dans le sang assure l'ovulation, la fécondation de l'œuf et la grossesse.

Le sulfate de déshydroépiandrostérone (DEA-SO4, DEA-C, DEA-S, DHEA-S, DHEA-S, sulfate de DEA, DHEA-sulfate) est une hormone sexuelle masculine (androgène), produite par le cortex surrénalien. Présent dans le sang chez les hommes et les femmes. Participe au développement de caractéristiques sexuelles masculines secondaires pendant la puberté. C'est un androgène faible, mais au cours du processus de métabolisme (transformations) du corps, il se transforme en androgènes plus puissants - la testostérone et l'androstènedione, dont la teneur excessive peut provoquer l'hirsutisme (pilosité corporelle) et la virilisation (l'apparition de caractéristiques sexuelles masculines secondaires).

La déhydroépiandrostérone est utilisée pour identifier la source de la production accrue d’androgènes chez les femmes. Étant donné que la production de DEA-SO4 ne se produit pas dans les ovaires, une augmentation du niveau de cette hormone indique une production accrue d'androgènes par les glandes surrénales et des maladies associées (tumeurs surrénales produisant des androgènes, hyperplasie surrénalienne, etc.).

L'analyse détermine la concentration des hormones LH, FSH, prolactine, testostérone, estradiol, sulfate de DHEA dans le sang.

Méthode

Les principales méthodes utilisées pour déterminer la concentration d'hormones dans le sang sont ILA (analyse immunochimique par luminescence) et ELISA (dosage immunoenzymatique).

Valeurs de référence - Norme
(Statut hormonal féminin (LH, FSH, prolactine, testostérone, estradiol, sulfate de DHEA), sang)

Les informations concernant les valeurs de référence des indicateurs, ainsi que la composition des indicateurs inclus dans l'analyse peuvent différer légèrement selon les laboratoires!

Hormones sexuelles: FSH, LH, prolactine, œstrogènes, androgènes et autres

Les hormones équilibrées sont une condition importante pour le fonctionnement normal de tous les organes et systèmes. L'état de santé général, l'activité, le sommeil, l'état mental et de nombreux autres processus, en particulier l'activité du système reproducteur, dépendent de la concentration d'hormones. Si le niveau de l'une des hormones change, il en résulte un déséquilibre des autres éléments du système endocrinien qui déclenche la réaction de processus pathologiques responsables de troubles de l'appareil reproducteur. Par conséquent, un test sanguin pour les hormones LH, FSH, la testostérone, les œstrogènes, la progestérone et d'autres sont des études importantes qui aident à évaluer l'état de santé.

FSH, LH et autres hormones sexuelles: un rôle dans le corps

La LH, la FSH, l'estradiol et d'autres hormones sont sécrétées par diverses glandes endocrines. À une certaine concentration, ils agissent sur les organes cibles, mais des écarts par rapport à la norme entraînent de graves perturbations pour tout le corps, en particulier des risques de grossesse et d'accouchement. Le corps de la femme est plus complexe, car il est sujet à de graves changements cycliques dans le niveau de diverses hormones qui déclenchent diverses réactions.

Les hormones féminines dépendent directement de la concentration de FSH, de LH, de prolactine, d’œstradiol, de testostérone et d’autres hormones, dont le niveau varie en fonction du jour du cycle, de l’âge et d’autres facteurs. Par conséquent, les normes de LH, de FSH, d’estradiol et d’autres composants dès leur plus jeune âge sont des signes de pathologie chez les femmes de plus de 45 ans. La régulation de l'activité des hormones sexuelles s'effectue à trois niveaux: l'hypothalamus, l'hypophyse, les ovaires.

L’hypophyse produit de la FSH, de la LH et de la prolactine, qui ont une forte influence sur la fonctionnalité des organes génitaux, leur développement, la formation de gamètes, l’apparition de caractères sexuels et l’état général du corps. De plus, la FSH, la LH, la prolactine, étant des hormones gonadotropes, affectent la production d’hormones dans les tissus des ovaires. La FSH et la LH stimulent la synthèse de l'estradiol.

La production de FSH, de LH et de prolactine dans l'hypophyse est également régulée: par le mécanisme de rétroaction (augmentation ou diminution de la concentration en œstrogènes et en testostérone), ainsi que par les effets de la libérine et des statines de l'hypothalamus. L'hypothalamus reçoit des signaux de tous les tissus de l'organisme et, selon les données, synthétise des libérines, qui stimulent la production de FSH, de LH et de prolactine, ou de statines, qui inhibent la formation de gonadotropes.

Le rôle des hormones dans le corps masculin ne doit pas non plus être sous-estimé, bien que leur niveau reste relativement stable tout au long de la vie. La FSH et la LH stimulent la production de testostérone, affectent les processus de la spermatogenèse, affectent le développement des organes génitaux et d’autres mécanismes. La FSH, la LH et la testostérone ne dépendent pas du jour du mois, mais leur niveau diffère selon les périodes d'âge.

Comment prendre la FSH, l'estradiol et d'autres hormones sexuelles

La concentration de FSH, de prolactine et d'autres hormones ne dépend pas seulement de l'âge et des caractéristiques individuelles de l'organisme, elle est également soumise à des facteurs externes. Il est donc nécessaire de se préparer à la délivrance des tests. La responsabilité et une approche sérieuse aideront à obtenir des données objectives reflétant l'état réel du corps.

Les hormones LH, FSH et d'autres éléments dépendent du degré d'activité physique. Vous devez donc limiter l'activité sportive pendant quelques jours. Il est également nécessaire d’éviter les situations stressantes, de bien manger, de normaliser le mode de travail et de repos. La FSH, la LH et les hormones sexuelles ne doivent pas être administrées en présence de maladies infectieuses et d'exacerbations de processus inflammatoires.

Les règles de base pour l'administration de FSH, de LH, de prolactine et d'autres hormones:

  • Les tests hormonaux sont effectués le matin à jeun;
  • La veille de la mise sur les hormones LH, FSH et autres, l'alcool, le tabagisme, les contacts sexuels, l'effort physique sont exclus;
  • Il est nécessaire d'exclure les médicaments, il est conseillé de passer les tests au plus tôt une semaine après la fin du traitement. Si cela n'est pas possible, vous devez en discuter les conditions avec votre médecin.

Caractéristiques lors de la délivrance de FSH, LH, prolactine, estradiol, testostérone et progestérone:

  • La FSH, la LH, l'estradiol et les autres hormones décrites ci-dessus sont le plus souvent administrés tous les 2 à 5 jours du cycle - à condition que le cycle normal de 28 jours;
  • Pendant 5-7 jours avec un cycle plus long;
  • 2-3 jours avec un cycle de moins de 24 jours.

La FSH et la prolactine sont parfois prescrites aux jours 21 à 22 du cycle (pendant la phase lutéale), et la détermination des taux de LH est souvent utilisée pour déterminer le moment de l'ovulation.

Caractéristiques lors de l'analyse de la FSH, de la LH et d'autres hormones

  • La FSH (hormone folliculo-stimulante) est un composant important du système reproducteur qui déclenche le processus de maturation folliculaire et le développement de l'œuf, ainsi que la synthèse des œstrogènes et la croissance de l'endomètre. Chez les hommes, la FSH est responsable de la formation des tubes séminifères, du développement des caractéristiques sexuelles, de la spermatogenèse et de la sécrétion de testostérone. La concentration en FSH et en estradiol (testostérone) est régulée selon le principe de rétroaction négative: plus le niveau de l'un est élevé, plus le niveau de l'autre est faible. L'analyse pour la FSH est donnée sur un cycle de 3-8 ou de 19-21 jours. Les normes sont comprises dans de larges limites et dépendent de la phase du cycle.Il faut noter que l’hormone est libérée dans le sang en mode pulsé, ce qui affecte les résultats obtenus;
  • La LH (hormone lutéinisante) est un élément du système reproducteur qui affecte l'ovulation, la synthèse des œstrogènes et soutient l'activité du corps jaune. LH et la FSH travaillent ensemble, ayant atteint leur maximum, elles provoquent la libération d'un œuf d'un follicule mûr - l'ovulation. La norme de FSH et de LH dépend de la phase du cycle: dans le premier, la FSH prévaut, dans la deuxième LH. Le ratio FSH / LH est un signe diagnostique important, souvent un écart par rapport à la norme, mais le maintien d'un ratio adéquat de LH et de FSH est un signe de la norme individuelle et inversement, le niveau normal de FSH et de LH, mais une violation du ratio est un signe de pathologie. Une analyse de la LH est également effectuée les 3-8 et 19-21 jours du cycle;
  • Prolactine - cette hormone a un effet sur le corps jaune, le métabolisme des sels d'eau, stimule l'apparition du lait et inhibe également la formation du follicule. Le niveau de prolactine affecte la concentration de FSH, réduisant ainsi le risque d'ovulation et de grossesse. La quantité d'hormone augmente pendant le sommeil et diminue après le réveil, l'analyse de la prolactine est effectuée au cours des phases 1 et 2 du cycle menstruel;
  • Œstrogènes - groupe d’hormones sexuelles féminines qui assurent le fonctionnement du système reproducteur, le comportement et les caractéristiques sexuelles secondaires. L'estradiol est le plus actif, mais pendant la grossesse, l'estriol est plus important. La FSH et la LH affectent la concentration d'œstrogènes dans le sang. Les taux d'estradiol, de FSH et de LH sont les plus élevés pendant l'ovulation. Le test aux œstrogènes est disponible tout au long du cycle menstruel;
  • La progestérone est une hormone produite par le corps jaune et crée des conditions optimales pour le développement de l'embryon. L'analyse est effectuée du 19 au 21e jour du cycle, des écarts peuvent indiquer des problèmes de gestation et d'infertilité. En outre, l'hormone inhibe la synthèse de la FSH, de la LH et de la maturation du follicule;
  • Les androgènes sont un groupe d'hormones sexuelles masculines, la testostérone et le DEG-sulfate étant les plus actifs. Une concentration élevée de testostérone inhibe la synthèse de la FSH et de la LH, provoquant des fausses couches, une infertilité et une anovulation. L'analyse est effectuée tout au long du cycle menstruel.

Les hormones LH, FSH et d’autres composants du système endocrinien se modifient mutuellement: certains stimulent la synthèse, d’autres inhibent la formation, de sorte que les déviations d’une hormone causent des troubles de l’activité de l’ensemble du système reproducteur. La détection rapide des violations peut empêcher le développement de conséquences graves, ainsi que pour mener une thérapie adéquate, qui produira un effet maximal.

Pour cette raison, si vous identifiez des symptômes négatifs, un dysfonctionnement menstruel, un changement de l'état psycho-émotionnel, du poids et du bien-être général, vous devez immédiatement consulter un médecin qui procédera à un examen approfondi et vous enverra à un examen complet, y compris des tests d'hormones. Il est possible de subir un examen médical, de rechercher des hormones, d'effectuer des mesures de diagnostic supplémentaires et de suivre un traitement complet au centre de FIV de Kaliningrad.

Les normes de la FSH, de la LH et d'autres hormones sexuelles dépendent de la phase du cycle menstruel. Un spécialiste qualifié effectue donc une surveillance dynamique des patientes. De plus, des tests répétés sont nécessaires, ce qui permet non seulement de détecter toute violation, mais également de contrôler les mesures thérapeutiques. Les méthodes de détermination des hormones dans le sang pouvant être différentes, les normes de la FSH, de la LH et d'autres éléments peuvent varier d'un laboratoire à l'autre. Il est donc recommandé d'effectuer des tests dans le même établissement.

Analyse des hormones chez la femme: FSH, LH et prolactine

Pour évaluer la santé reproductive du patient, les gynécologues prescrivent très souvent des tests hormonaux. La liste de telles études est généralement assez longue, de sorte que les femmes ne peuvent pas toujours savoir quoi et pourquoi elles réussissent.

La régulation de la fonction sexuelle du corps de la femme est administrée par 3 groupes de substances hormonales: hormone de libération hypothalamus, hormones gonadotropes et lactotropes de l'hypophyse, hormones des ovaires. Il est impossible de déterminer la concentration dans le sang du principal régulateur, l'hormone de libération, en raison de la nature de son métabolisme, mais les substances des deux derniers groupes sont possibles.

Tests hormonaux hypophysaires

Les hormones hypophysaires qui affectent la sphère de la reproduction incluent l’hormone folliculo-stimulante, lutéinisante et la prolactine. Agissant sur les ovaires, ils régulent la production d’hormones sexuelles (œstrogènes et progestérone), dont dépend la fertilité de la femme.

Analyse pour FSH: normes, comment passer

La FSH est produite dans le cerveau (dans l'hypophyse). Sous l'influence de cette hormone dans le corps d'une femme (dans les ovaires), les processus physiologiques suivants se produisent:

  • mûrit un follicule dominant avec un ovule;
  • l'œstrogène est synthétisé.

Bien que la FSH soit un régulateur hormonal, les œstrogènes et la progestérone influencent sa concentration en fonction du retour. S'il y a peu d'hormones sexuelles, l'hypophyse émet plus de FSH, et inversement. Après la ménopause, lorsque les glandes sexuelles cessent de fonctionner pleinement, la synthèse de FSH augmente considérablement.

L'activité de la libération de FSH dans le sang change tout au long du cycle menstruel: le maximum est observé dans les premiers jours de la menstruation et pendant l'ovulation, le minimum est juste avant l'ovulation, lorsque la concentration d'oestrogène dans le sang augmente de manière significative.

À cet égard, en prenant un test sanguin pour la FSH, la patiente doit nécessairement indiquer le jour de son cycle.

L'étude est présentée dans les cas suivants:

  • Si une femme se plaint d'irrégularité ou d'absence de menstruations, d'infertilité.
  • Déterminer l'ovulation.
  • Si vous soupçonnez des ovaires polykystiques.
  • Pour évaluer la ménopause.

Pour une analyse plus informative de la FSH combinée à la définition d'autres hormones, ainsi que pour mener des recherches sur la dynamique.

Comment tester la FSH

Pour déterminer la concentration de FSH, il est nécessaire de donner du sang d'une veine pendant 6 à 7 jours du cycle menstruel (ou à d'autres moments indiqués par le gynécologue). Les règles de préparation à cette étude sont la consommation modérée de nourriture, l'abandon de l'alcool et le tabagisme pendant la journée et la limitation de l'effort physique pendant 3 jours. Il est également déconseillé de prendre des médicaments ou d’autres procédures de diagnostic avant de donner du sang (si cela a été convenu avec votre médecin). Il est nécessaire de venir au laboratoire sans prendre le petit déjeuner le matin.

Résultats de décodage

L'augmentation persistante (déterminée à plusieurs reprises) de la concentration de FSH chez les femmes est typique pour:

  • Ménopause et preklimaksa.
  • Hypogonadisme (sous-développement et hypofonction des glandes sexuelles).
  • Adénomes hypophysaires (cette tumeur peut synthétiser des hormones).
  • Syndrome d'épuisement ovarien (cette condition survient chez les femmes jeunes et constitue un obstacle à la conception d'un enfant).
  • Kystes endométriaux des glandes génitales.
  • Tumeurs pulmonaires malignes (les cellules cancéreuses peuvent sécréter des substances similaires à celles sur la FSH).
  • Insuffisance rénale.
  • Expérience de tabagisme à long terme.
  • Médicaments (hormone de libération, kétoconazole, phénytoïne, etc.).

Une diminution constante du taux sanguin de FSH chez la femme se produit lorsque:

  • La forme centrale de l'hypogonadisme (lorsque les ovaires ne fonctionnent pas en raison du manque d'hormones gonadotropes).
  • Aménorrhée hypothalamique (absence de menstruations chez les filles et les femmes auparavant menstruées en raison d'une synthèse insuffisante de l'hormone de libération de l'hypothalamus).
  • Syndrome des ovaires polykystiques.
  • Un certain nombre de maladies génétiques.
  • Tumeurs des ovaires.
  • Le jeûne et l'obésité.
  • Traitement aux hormones, à la carbamazépine et à d'autres médicaments.

Le résultat de l'analyse sur FSH ne peut pas être la seule base d'un diagnostic.

Analyse de l'hormone lutéinisante (LH): normes, comment passer

La LH est également une hormone hypophysaire dont la synthèse est régulée par l'hypothalamus et dépend dans une large mesure de la concentration d'hormones sexuelles dans le sang. Les ovaires sont le principal organe cible du PH dans le corps féminin. Les fonctions de LH chez les femmes sont les suivantes:

  • Follicule de contrôle de la croissance avec œuf.
  • Stimulation active de l'ovulation.
  • Formation et développement du corps jaune, rupture du follicule.
  • Régulation de la production d'hormones sexuelles (principalement la progestérone) par les ovaires.

La concentration maximale de LH dans les milieux corporels (sang et urine) est détectée avant que l’œuf ne quitte le follicule, ce qui a servi de base à la création de tests d’ovulation destinés à un usage domestique. Dans toutes les autres phases du cycle menstruel, le niveau de LH reste approximativement le même. Plus une femme vieillit et plus ses gonades fonctionnent mal, plus l'hypophyse produit une LH intense.

La détermination de la concentration de LH dans le sang des femmes est effectuée afin de déterminer la cause:

  • Irrégularités menstruelles.
  • Aménorrhée
  • Infertilité

En outre, cette analyse est incluse dans la liste des examens nécessaires au diagnostic du syndrome des ovaires polykystiques, des maladies chromosomiques congénitales et du syndrome ménopausique. Chez les femmes qui suivent un traitement pour l'infertilité, la concentration de LH est déterminée pour contrôler l'ovulation.

Comment tester pour LH

Pour ce test, le sang est prélevé dans une veine. Les règles de préparation à l’étude sont les mêmes qu’avant l’étude FSH. Le moment optimal pour tester la LH est de 6-7 jours du cycle. Pour les menstruations irrégulières, il peut être recommandé à la femme de faire ce test tous les jours, de 8 à 18 jours du cycle, pour déterminer l’ovulation.

Résultats de décodage

Une augmentation de la LH chez les femmes est typique pour:

  • Adénomes hypophysaires.
  • Endométriose.
  • Ovaire polykystique.
  • Épuisement prématuré des gonades.
  • Ménopause.
  • Hypogonadisme (sous-développement des gonades).
  • Effets sur le corps, effort physique excessif.
  • Long jeûne.
  • Maladies chromosomiques.
  • Insuffisance rénale.
  • Prendre de la bromocriptine, du kétoconazole, de la naloxone et d’autres médicaments.

Une diminution de la concentration de LH dans le sang d’une femme se produit lorsque:

  • Les formes centrales de l'hypogonadisme et de l'aménorrhée.
  • Maladie de Symmonds (dans cette pathologie, l'hypophyse ne synthétise pas les hormones).
  • Hyperprolactinémie (teneur élevée en prolactine dans le sang).
  • Absence de phase lutéale du cycle menstruel.
  • L'obésité.
  • Stress chronique.
  • L'utilisation de stéroïdes anabolisants, le traitement avec des anticonvulsivants, l'œstrogène, la digoxine et d'autres médicaments.

Pour déchiffrer le résultat de l'analyse, il est nécessaire de prendre en compte que les valeurs normales du niveau de LH chez la femme sont déterminées par la période du cycle menstruel.

Analyse de la prolactine: normes, comment passer

La prolactine est également sécrétée par l'hypophyse, mais contrairement aux hormones précédentes, les glandes mammaires sont son organe cible. Sous l'action de la prolactine, des changements se produisent, qui aboutissent finalement à la production de lait. Cependant, cette hormone affecte également les ovaires, par exemple, chez les femmes qui allaitent, c’est précisément à cause de cela que la production de FSH, de LH, de progestérone et d’œstrogènes est supprimée et qu’une aménorrhée est développée. Si une femme n'est pas enceinte et n'allaite pas, une synthèse accrue de la prolactine par l'hypophyse peut entraîner de graves violations de la fonction menstruelle et de l'infertilité.

La nécessité de cette étude se pose dans les situations suivantes:

  • Lors de la recherche des causes des troubles menstruels, de l'infertilité et des fausses couches.
  • Si vous soupçonnez une tumeur hypophysaire.
  • Si vous soupçonnez une tumeur dans les glandes mammaires (lors de la détection de nœuds dans la poitrine, avec l'apparition d'un écoulement des mamelons, avec une douleur périodique dans les glandes).
  • Pendant la grossesse, en association avec d'autres hormones pour évaluer l'état du système placentaire et le diagnostic de vraie perenasheniya.
  • Pour les violations de la lactation après l'accouchement.

Comment faire un test de prolactine

Le sang d'une veine à la prolactine doit être pris le matin (de préférence le plus tôt possible après le réveil) sur un estomac vide. Les règles de préparation sont les mêmes que décrites ci-dessus. Pour que l'analyse soit fiable, il est nécessaire d'exclure les facteurs pouvant provoquer la libération de prolactine dans le sang la veille et le jour de l'étude:

  • stimulation intense du mamelon;
  • rapports sexuels;
  • stress sévère;
  • activité physique;
  • procédures thermiques (sauna, bain).

Analyse de décodage

Une augmentation de la concentration de prolactine (hyperprolactinémie) dans le sang d'une femme peut être le signe d'un certain nombre de maladies:

  • Maladies de l'hypothalamus et de l'hypophyse.
  • Pathologie de la glande thyroïde.
  • Insuffisance surrénale.
  • Ovaires polykystiques.
  • Les tumeurs qui sécrètent des œstrogènes.
  • Cirrhose du foie.
  • Maladies auto-immunes.

Une diminution significative du niveau de prolactine dans le corps n’est observée qu’avec un véritable repositionnement de l’enfant et du syndrome de Sheehan (infarctus de l’hypophyse, pouvant survenir lors d’un accouchement difficile). De plus, certains médicaments peuvent augmenter et inhiber la production de prolactine.

Si une hyperprolactinémie est détectée chez le patient mais qu'aucun symptôme clinique prononcé n'est caractéristique de cette affection, un test supplémentaire est requis: analyse de la macroprolactine (la préparation est la même qu'avant l'analyse de la prolactine). C'est une forme de prolactine, qui est inactive et ne peut pas causer de pathologie. Cependant, si de la macroprolactine est présente, un adénome hypophysaire ne peut être exclu.

En général, l'interprétation des résultats de ces tests étant très complexe, elle devrait être réalisée par un gynécologue-endocrinologue expérimenté, en tenant compte du tableau clinique de la maladie et des données obtenues par d'autres études. Seulement avec une telle approche intégrée, vous pouvez correctement diagnostiquer et trouver un traitement efficace.

Tests hormonaux ovariens

Dans les ovaires, des œstrogènes, de la progestérone, des antimullers hormonaux et des androgènes «faibles» sont produits. Toutes ces substances hormonales participent en quelque sorte au contrôle des processus se produisant dans le système reproducteur féminin. Par le niveau de ces hormones, le gynécologue peut juger de la santé reproductive du patient et identifier des anomalies.

Analyse des œstrogènes: comment passer, décodage

Les œstrogènes sont les principales hormones féminines, en raison desquelles se forment des caractéristiques sexuelles secondaires caractéristiques de la femme. À l'âge adulte, les œstrogènes sont responsables de processus d'égale importance, sans lesquels il serait impossible de concevoir un enfant. Sous l'action de ces hormones, des changements cycliques réguliers se produisent dans le vagin, le col de l'utérus et l'utérus lui-même, ce qui permet au sperme de pénétrer dans la cavité utérine, de féconder un ovule et de permettre à l'ovule de pénétrer dans l'endomètre à l'avenir.

En raison de leurs propriétés biologiques, les œstrogènes protègent le beau sexe des rides, de l’ostéoporose, des maladies cardiovasculaires et cardiovasculaires. Par conséquent, avec l’âge, lorsque le corps commence à produire beaucoup moins d’hormones sexuelles, la peau devient plus lâche chez la femme, la tension artérielle augmente, d’autres problèmes de santé auparavant inconnus apparaissent.

Trois œstrogènes sont synthétisés dans le corps humain, mais deux seulement sont biologiquement actifs - l’œstradiol et l’œstrone, et leur concentration dans le sang est déterminée au cours de l’analyse. L'activité de la synthèse des œstrogènes (principalement de l'estradiol) par les ovaires n'est pas constante - elle change de façon spectaculaire tout au long du cycle menstruel, atteignant des sommets peu avant l'ovulation et au milieu de la phase du corps jaune.

Le besoin pour une femme d’étudier le taux sanguin d’œstrogènes se présente dans les situations suivantes:

  • avec divers troubles menstruels;
  • avec des saignements vaginaux non menstruels;
  • avec infertilité;
  • avec l'apparition des symptômes de la ménopause (absence de menstruation, anxiété, "marée", etc.).

Selon la situation clinique, un gynécologue peut ne prescrire qu'une analyse de l'estradiol (indiquée par E2) ou une étude approfondie de l'estradiol (E2) et de l'estrone (E1). Par exemple, pour diagnostiquer la ménopause, le rapport entre le niveau d'estradiol (sa concentration diminue plusieurs fois après la ménopause) et l'estrone (son niveau reste presque inchangé).

Comment faire un test d'oestrogène

Pour donner du sang pour les œstrogènes, de préférence certains jours du cycle menstruel (habituellement 6-7), l’efficacité de l’étude dépendra de cela. La préparation à l'analyse implique de limiter les efforts physiques pendant 24 heures, ainsi que de renoncer à l'alcool et au tabac. La prise de sang est effectuée le matin, le patient ne doit pas prendre son petit déjeuner avant.

Les médicaments peuvent affecter la synthèse des hormones. Vous devez donc informer votre gynécologue des médicaments que vous prenez. Le médecin peut recommander d'interrompre le traitement avant l'examen.

Décodage du résultat de l'analyse sur l'œstrogène

Des taux élevés d'œstrogènes sont observés chez les femmes présentant les états pathologiques suivants:

  • Persistance du follicule. Dans ce trouble, le follicule ne se rompt pas mais reste et continue à produire des œstrogènes.
  • Kystes et tumeurs ovariennes actifs sur le plan hormonal.
  • Cirrhose du foie (le métabolisme des œstrogènes est perturbé).
  • L'obésité (le tissu adipeux stocke les hormones et les empêche d'être excrétés par l'organisme).

La diminution de la concentration d'œstrogènes dans le sang des femmes est observée lorsque:

  • Hyperprolactinémie (surproduction de prolactine).
  • Syndrome de Shereshevsky-Turner.
  • Syndrome de Virilny. Avec cette pathologie, les femmes deviennent semblables aux hommes extérieurement à cause du déséquilibre hormonal.
  • Hypogonadisme (infériorité fonctionnelle des glandes sexuelles).
  • Inflammation chronique de l'utérus.
  • Effort physique intense.
  • Perte de poids spectaculaire.

Analyse de la progestérone: comment passer, décodage

La progestérone est une hormone ovarienne essentielle au maintien de la grossesse en cas de survenue. Sous l'influence de cette hormone, les processus suivants se produisent:

  • l'endomètre est transformé, ce qui permet à l'œuf fœtal de s'accrocher et de recevoir tout le nécessaire pour son développement ultérieur;
  • la paroi utérine se détend;
  • l'immunité diminue.

Pendant les règles et avant l’ovulation, les niveaux de progestérone restent minimes (niveau de référence). Avant la libération de l'œuf, les ovaires commencent à émettre plus d'hormones dans le sang afin de préparer le "sol" à l'ovule. En outre, si la grossesse n’est pas survenue, le niveau de progestérone chute à son niveau initial et la menstruation commence. Lorsqu'elle porte un bébé, la progestérone forme d'abord le corps jaune et, aux deuxième et troisième trimestres, le placenta. Si cette hormone ne suffit pas, il existe diverses complications de la grossesse.

Indications pour l'analyse de sang pour la progestérone:

  • infertilité;
  • saignements utérins;
  • détection de lésions dans les ovaires;
  • troubles menstruels;
  • la nécessité d'évaluer l'état du placenta;
  • la menace de fausse couche.

Comment tester la progestérone

Cette analyse est supposée prendre dans la seconde moitié du cycle (22-23 jours), si le gynécologue ne donne pas d'autres recommandations. Pendant la grossesse, vous pouvez vérifier le niveau de progestérone chaque jour. Vient au laboratoire doit être sur un estomac vide. La concentration de progestérone dans le sang varie sous l’action de certains médicaments (ils peuvent être prescrits par d’autres médecins). Le gynécologue traitant doit donc être au courant de tout ce que son patient prend.

Déchiffrer le résultat

Chez les femmes non enceintes, des niveaux élevés de progestérone peuvent être détectés dans l'aménorrhée et les saignements utérins irréguliers, ainsi que dans l'insuffisance rénale, lorsque l'excrétion d'hormones est altérée. Si la concentration de progestérone dépasse les valeurs normales de la future mère, un dysfonctionnement du placenta s’est produit.

Une diminution significative du taux de progestérone dans le sang des femmes non enceintes est caractéristique de:

  • follicule persistant;
  • cycles sans ovulation et saignements utérins anormaux;
  • inflammation chronique des appendices, qui conduit à leur hypofonction;
  • diverses formes d'aménorrhée.

Chez les femmes enceintes, une concentration réduite de progestérone est considérée comme un signe:

  1. la menace de fausse couche associée à des troubles endocriniens et nécessitant une correction hormonale appropriée;
  2. insuffisance placentaire;
  3. retard de croissance fœtale;
  4. vraie gestation de grossesse.

Analyse de l'hormone antimullers (AMH): comment passer, transcription

L'hormone anti-Muller est le facteur le plus important dans la différenciation sexuelle dans l'embryon. Si, après la naissance, il n'est pas possible de déterminer le sexe exact de l'enfant, la détection de l'AMH dans le sang suggère que le nouveau-né est un garçon puisque, chez les filles, cette substance n'est pas synthétisée par voie intra-utérine. À l'âge adulte, l'analyse de l'AMH a une signification clinique plus grande pour les femmes, car elle est produite par des cellules spéciales des parois des follicules dans les ovaires et reflète la réserve ovarienne, c'est-à-dire les capacités de reproduction du corps.

Ainsi, l'analyse de l'AMH chez la femme permet de:

  • identifier la cause de l'infertilité;
  • choisir la bonne méthode de traitement (si la réserve ovarienne est épuisée, il est recommandé d'utiliser l'œuf d'une autre femme) et le programme de prise en charge du couple infertile;
  • prédire le début de la ménopause;
  • carcinome à cellules granuleuses suspectes des ovaires (en association avec d’autres marqueurs tumoraux), ainsi qu’à surveiller l’état de santé des patientes traitées pour cette maladie.

Comment passer l'analyse sur AMG

L’activité d’excrétion de l’AMH par les ovaires étant la même tout au long du cycle, l’analyse peut être faite n’importe quel jour. La préparation de l’étude doit être identique à celle d’avant d’autres études nécessitant un prélèvement sanguin dans une veine. Pour plus de détails sur les fonctionnalités de livraison de l'analyse sur AMG, vous devriez consulter votre gynécologue.

Déchiffrer le résultat

L'augmentation de la concentration d'AMH chez les femmes se retrouve dans les carcinomes à cellules granuleuses et les ovaires polykystiques. Une forte augmentation du taux de HMA chez les patientes ménopausées est particulièrement défavorable. La déviation de l'indicateur étudié pour la limite inférieure de la norme est typique du retard de la puberté (si une fillette est examinée), ainsi que pour réduire la réserve ovarienne, la ménopause ou son apparition imminente.

Analyse des androgènes: comment passer, décodage

Les androgènes sont les principales hormones sexuelles des hommes. Chez les femmes, ils sont synthétisés en petite quantité et principalement sous une forme inactive. Lorsque la concentration autorisée d'androgènes dans le corps de la femme est dépassée, des modifications pathologiques graves se produisent. Cette analyse revêt donc également une importance clinique pour les femmes.

La testostérone est la principale hormone androgène. La nécessité de déterminer sa concentration chez les femmes survient dans les cas suivants:

  • s'il y a des signes d'hyperandrogénie - des poils semblables à ceux d'un homme, de l'acné, etc.
  • avec des violations du cycle menstruel, l'infertilité;
  • avec la calvitie;
  • lors de la détection de lésions dans les ovaires et les glandes surrénales.

Comment prendre une analyse

Les femmes effectuent cette analyse de préférence pendant 6-7 jours du cycle menstruel. Pour l'examen, ils prennent du sang veineux, il est nécessaire de se rendre au laboratoire l'estomac vide. Vous ne pouvez pas fumer, boire de l'alcool, surmenez physiquement et émotionnellement avant de faire le test. Les résultats des médicaments peuvent affecter les résultats de l'étude - ceci doit être pris en compte.

Déchiffrer le résultat de l'analyse

Une augmentation significative de la concentration de testostérone chez les femmes se produit lorsque les maladies suivantes:

  • La maladie d'Itsenko-Cushing;
  • glandes génitales polykystiques;
  • tumeurs produisant des androgènes;
  • syndrome adrénogénital (pathologie surrénalienne).

Tous les tests énumérés ci-dessus ne permettent pas de poser un diagnostic précis. Selon les résultats obtenus, nous ne pouvons déterminer que dans quelle direction aller plus loin. Par conséquent, si l'analyse révèle des écarts par rapport à la norme, ne paniquez pas immédiatement et ne diagnostiquez pas de terribles maladies en vous-même. Interpréter les résultats doivent docteur.

Olga Zubkova, critique médicale, épidémiologiste

1,678 vues totales, 9 vues aujourd'hui

À quoi servent la LH FSH et la prolactine dans le corps humain?

La LH, la FSH et la prolactine font partie des hormones produites par le système hypothalamo-hypophysaire humain situé dans le cerveau. Considérez le concept «d'hormone» et la structure détaillée du système hypothalamo-hypophysaire pour mieux comprendre les mécanismes de leur travail.

La LH, la FSH et la prolactine font partie des hormones produites par le système hypothalamo-hypophysaire humain situé dans le cerveau. Considérez le concept «d'hormone» et la structure détaillée du système hypothalamo-hypophysaire pour mieux comprendre les mécanismes de leur travail.

Que sont les hormones?

Les hormones sont des structures complexes d'origine protéique qui contrôlent le fonctionnement des organes et des tissus. Pour la production de ces substances, on trouve les cellules d'organes spécifiques, appelés endocriniens. Pour que l'hormone agisse sur un organe ou un tissu, il faut sur sa surface des récepteurs spéciaux qui ont une affinité pour la molécule de protéine endocrine attachée. Immédiatement après la production, l'hormone pénètre dans le sang, se propage à travers le corps et affecte les structures qui lui sont sensibles.

Chez l'homme, les organes endocriniens centraux et périphériques sont isolés. Le travail du centre consiste à réguler l’activité d’autres organes producteurs d’hormones, c’est-à-dire qu’ils représentent les plus hauts centres endocriniens. Ceux-ci incluent l'hypothalamus et l'hypophyse, situés anatomiquement près du cerveau humain. Les fonctions qu’ils remplissent étant interdépendantes, ils ont donc été combinés en un seul système hypothalamo-hypophysaire.

Les hormones des organes centraux contribuent au renforcement ou à l'affaiblissement du périphérique. Ceux-ci comprennent les glandes thyroïdiennes et parathyroïdiennes situées à proximité, les glandes surrénales, le pancréas et le thymus (le thymus est situé dans les organes médiastinaux), l'épiphyse (située dans le cerveau), les parties endocriniennes des gonades chez l'homme et la femme et les cellules du système APUD. Ce système est composé de cellules endocrines communes dans le corps humain, que l'on peut retrouver dans l'estomac, les reins, etc., c'est-à-dire qu'elles ne font pas partie des grands organes endocriniens. Les cellules du système APUD produisent des substances analogues aux hormones qui renforcent ou complètent les effets des hormones.

La structure du système hypothalamo-hypophysaire

La FSH, la LH et la prolactine sont produites dans le système hypothalamo-hypophysaire.

L'hypophyse, ou hypophyse, est située sur l'un des os de la base du crâne, le sphénoïde. Dans sa partie centrale se trouve une formation osseuse complexe, appelée selle turque. Il se trouve dans un petit trou où se trouve l'hypophyse, qui a la taille d'un pois. Au-dessus de ce complexe structural est recouvert d'un paquet dense. Dans la glande pituitaire, les lobes antérieurs (adénohypophyse) et postérieurs (neurohypophyse) sont isolés. Ces deux lobes sont associés à l'hypothalamus: l'adénohypophyse passe par les vaisseaux sanguins qui acheminent le flux d'hormones de l'hypothalamus à la glande pituitaire, et la neurohypophyse est reliée par un pont reliant les deux structures, qui est formée par le tissu nerveux (tige nerveuse).

L’hypothalamus est un groupe de formations structurelles formant la partie inférieure de la partie intermédiaire du cerveau humain. L'hypothalamus implique le réticulum qui forme les nerfs optiques des yeux droit et gauche; le tractus optique - la continuation du même nerf après l'intersection; tubercule gris et noyau mastoïde. Le nombre de noyaux de l'hypothalamus est d'environ 30, ils sont composés de cellules glandulaires neuroendocrines capables de produire des hormones.

Les hormones qui se forment dans le système hypothalamo-hypophysaire peuvent être divisées en plusieurs groupes:

  1. Hormones effectrices de l'hypothalamus et de la neurohypophyse. Ceux-ci incluent la vasopressine ou l'hormone antidiurétique et l'ocytocine. Ces hormones portent leur nom car elles agissent directement sur l’organe tropical sans aucune hormone de médiation.
  2. Hormones effectrices de l'hypophyse: somatotrophine (hormone de croissance), prolactine (lactotrope), mélanotrophine (mélanocytestimulante).
  3. Les hormones tropicales sont nécessaires pour contrôler le travail des glandes endocrines périphériques. Ils comprennent la thyrotrophine (régulant la glande thyroïde), les gonadotrophines (hormones folliculo-stimulantes (FSH) et lutéinisantes (LH)), la corticotropine, qui affecte les glandes surrénales.

Qu'est-ce que la prolactine?

La prolactine a une structure biochimique similaire à celle de la somatotropine. Il est produit par l'adénohypophyse, ne se lie pas aux protéines plasmatiques dans le sang et se déplace sous sa forme libre. Les récepteurs qui ont une affinité pour cette hormone se trouvent dans les ovaires, les testicules et l'utérus, et en moindre quantité dans le cœur, le foie, la rate, les glandes surrénales, les muscles squelettiques et certains autres organes.

  1. La fonction la plus importante de la prolactine est d’allaiter au sein pendant la lactation. Il affecte le développement du tissu mammaire pendant la grossesse et ensuite - la production de colostrum (contenu épais du lait maternel) et sa transformation en lait maternel (synthèse supplémentaire de lactoalbumine, de graisses et de glucides).
  2. La prolactine inhibe la production de gonadotrophines hypophysaires, ce qui entraîne la suppression du processus d'ovulation. En conséquence, une femme qui allaite est pratiquement incapable de nouvelle conception.
  3. Pendant la grossesse, la prolactine est capable de stimuler la production de surfactant (une substance spécifique qui recouvre les parois internes des alvéoles des poumons et les empêche de se coller) dans le fœtus, qui participe à la formation du système immunitaire.

Le développement de la prolactine peut être stimulé par une situation stressante ou anxieuse, la dépression. Les hormones folliculostimulantes et lutéinisantes suppriment sa sécrétion.

L’augmentation de la production de prolactine peut être physiologique et pathologique. La croissance physiologique est associée à la grossesse et à l'allaitement, pathologique - aux tumeurs hypophysaires et aux maladies de la glande thyroïde. Cet état se manifeste par un cycle menstruel irrégulier, une augmentation de la taille des glandes mammaires (chez les femmes et les hommes) et, chez les hommes, une galactorrhée peut apparaître - écoulement de lait des mamelons, impuissance et stérilité.

Une carence en prolactine peut survenir lors d’une grossesse prolongée ou d’une insuffisance de la fonction hypophysaire. Le résultat de ces pathologies est une lactation insuffisante ou une absence de lactation.

Comment fonctionnent les gonadotrophines?

  1. Effet de la FSH et de la LH sur le corps de la femme

Sous l’effet d’une augmentation du taux de follitropine, l’estradiol (hormone sexuelle féminine) augmente considérablement sa concentration dans le sang. À ce stade, se produit la maturation du follicule primaire (le stade initial de développement de la cellule germinale œuf - femelle). L'hormone lutéinisante affecte le temps de libération de l'œuf de l'ovaire vers la trompe de Fallope et la formation du corps jaune. La LH, comme la FSH, contrôle la façon dont l’estradiol est produit.

2. Le travail de la FSH et de la LH dans le corps masculin

La follitropine favorise la croissance des testicules, stimule le travail des cellules de Sertoli (cellules des tubules testiculaires alvéolés), qui commencent à produire de manière intensive une protéine qui se lie à l'androgène. Dans les cellules de Leydig situées dans les tubes séminifères, sous l'influence de la LH, la synthèse de la testostérone est stimulée. Le travail conjoint de l'hormone folliculo-stimulante et de la LH régule le processus de spermatogenèse chez l'homme.

Le manque de follitropine et de lutropine entraîne un sous-développement des caractéristiques sexuelles primaires et secondaires, ainsi qu'une ossification tardive des zones de croissance des os. Pour cette raison, l'enfant grandit plus longtemps que ses pairs, ce qui entraîne le développement du gigantisme. Chez les femmes, le manque de ces hormones est la cause des troubles menstruels et de la ménopause précoce. Un excès de FSH et d'hormone lutéinisante contribue à la fermeture précoce des zones de croissance, ce qui entraîne une petite taille.

Le travail de la lutropine, de la FSH et de la prolactine dans le corps de la femme est étroitement lié au travail des glandes sexuelles, et en particulier à la façon dont l’œstradiol est produit. Considérez la structure et le travail de la partie endocrine du système reproducteur féminin.

Anatomie de l'ovaire

L'ovaire est un organe apparié situé dans les organes abdominaux. Il a une forme ovale, ses dimensions sont de 3-5 cm de long et 1.5-3 cm de large. À lui de l'utérus vont les trompes de Fallope, qui est la libération de l'oeuf formé dans l'ovaire. Dans cet organe, une combinaison de deux fonctions se produit - endocrinien et reproducteur. Deux groupes d'hormones sont produits dans l'ovaire - l'œstrogène (le principal est l'estradiol) et la progestérone progestérone. Ces hormones ont une structure stéroïde et ne se dissolvent pas dans le plasma sanguin. Leur sécrétion augmente pendant la puberté (11-15 ans) et disparaît pendant la ménopause (50-55 ans).

L'estradiol a les effets suivants:

  • stimule le développement du système reproducteur chez les filles - l'utérus, les ovaires, les trompes de Fallope, le vagin, les organes génitaux externes;
  • favorise la manifestation de caractéristiques sexuelles secondaires (dépôt de graisse sur les cuisses, croissance des glandes mammaires, croissance des poils du pubis et des aisselles, changement de voix, etc.);
  • forme les caractéristiques psycho-émotionnelles d'un personnage féminin;
  • responsable de la transformation de la couche interne de l'utérus pendant le cycle menstruel;
  • affecte le métabolisme: retient l'azote, le sel et l'eau dans le corps, maintient les niveaux de cholestérol bas;
  • ossification précoce de la zone de croissance osseuse, à cause de laquelle la croissance des filles ralentit beaucoup plus tôt que celle des hommes;
  • l'inhibition de la lactation et la formation de globules rouges, ce qui conduit naturellement à un niveau inférieur de ces globules chez les femmes
  • régulation du cycle menstruel;
  • développement des conduits des glandes mammaires;
  • la préservation de la grossesse;
  • fièvre dans le rectum de la femme après l'ovulation;
  • à forte dose, stimule, à petite dose - inhibe la production de LH et de prolactine.

La fonction articulaire des hormones sexuelles et tropicales assure la fonction de reproduction et détermine également les caractéristiques externes du sexe féminin et masculin.

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

Le peptide C est un élément peptidique de connexion qui fait partie de la chaîne pro-insuline. Si l'élément spécifié est coupé d'une molécule d'insuline, il restera un complexe d'insuline pure.

L'élargissement du sein a toujours agité les esprits féminins de tous les âges. Après tout, un beau gros sein a toujours été la clé du succès pour attirer l’attention du sexe opposé.

La glycémie est-elle de 6,2 mmol / L - est-ce normal ou non? Cette question intrigue de nombreux patients chez lesquels une augmentation de la concentration de glucose a été détectée dans le corps.