Principal / Hypoplasie

Qu'est-ce que l'insuline: l'action de l'hormone et son mode d'emploi

L'insuline est une hormone protéique produite par le pancréas après une augmentation du taux de glucose dans le sang.

Son niveau devient plus élevé dès qu'une personne a fini de manger. Il est important de garder à l'esprit que chacun des produits augmente le taux de sucre dans le sang de différentes manières: certains sont nets et supérieurs à la norme, d'autres progressivement et pas beaucoup.

L’action de l’insuline est la normalisation, c’est-à-dire la réduction du taux de glucose sanguin élevé à une valeur normale, ainsi que le transport de ce glucose vers les tissus et les cellules pour leur fournir de l’énergie, comme le montre l’article que place Wikipédia.

L'action de l'insuline repose sur le fait qu'elle forme de la graisse, c'est avec sa participation directe que le glucose se stocke dans les cellules. Avec un excès de glucose, le corps comprend un mécanisme pour convertir le glucose en graisse, après quoi il se dépose sur le corps.

Comme vous le savez, tous les glucides sont simples et complexes ou rapides et lents. Ce sont des glucides rapides ou simples - toute la farine et le sucre sucré augmentent le taux de sucre dans le sang et provoquent donc une production tangible d’insuline, augmentant ainsi le taux de formation de graisse.

Sur cette base, nous pouvons conclure que la consommation de grandes quantités de glucides entraîne une augmentation de la production d'insuline. Ce n’est pas exactement la réponse à la question de savoir ce qu’est l’insuline, mais cela explique clairement le fonctionnement de la formation des mécanismes adipeux, ce qui, en passant, est mentionné dans Wikipedia.

Insuline naturelle

L'insuline elle-même est produite par le corps. Après la digestion des aliments, les glucides se décomposent en glucose sanguin, qui constitue une source d'énergie.

Le pancréas libère de l'insuline pour aider le corps à utiliser et à transférer le glucose à la source. L'insuline effectue toute cette activité avec d'autres hormones telles que l'amyline et le glucagon.

Insuline et diabète

Chez les patients atteints de diabète de type 1 et du pancréas, l'insuline ne peut pas être produite. Le corps des personnes atteintes de diabète de type 2 peut produire de l'insuline, mais n'est pas en mesure de l'utiliser pleinement. Ceci est important car des taux élevés de glucose causent divers dommages à l'organisme, par exemple:

  • la plaque apparaît dans les artères des membres inférieurs, le cœur et le cerveau.
  • les fibres nerveuses sont endommagées, provoquant des engourdissements et des picotements, qui commencent par les jambes et les bras.
  • le risque de cécité, d'insuffisance rénale, d'accident vasculaire cérébral, de crise cardiaque et d'amputation des bras ou des jambes augmente.

Les personnes atteintes de diabète de type 1 doivent constamment injecter de l'insuline dans leur corps afin de faire face au glucose qui pénètre dans l'organisme par les aliments.

L'action de l'insuline se développe de sorte qu'elle ne puisse pas être absorbée, car elle est digérée par d'autres substances et est scindée par le suc gastrique. C'est pourquoi l'insuline est injectée dans le corps au moyen d'injections, de sorte qu'elle pénètre immédiatement dans le sang.

Tous les patients sont uniques et les causes, les caractéristiques qui définissent la maladie et le mode de vie d'une personne sont importants pour le traitement. Or, l'insuline est disponible sous plus de trente formes différentes et ses effets peuvent être très divers dans le temps.

Ils diffèrent les uns des autres par la méthode d’obtention, le coût et les nuances d’action. Certains types d'insuline sont obtenus chez les animaux, par exemple les porcs; et certaines espèces sont synthétisées artificiellement.

Types d'insuline

Les types d'insuline utilisés pour traiter le diabète incluent:

  • Insuline haute vitesse. La substance commence l'action dans les cinq minutes. L'effet maximum se produit en une heure, mais l'action se termine également rapidement. L'injection doit être faite au cours du processus de consommation d'aliments. En règle générale, l'insuline «rapide» est administrée avec une action prolongée.
  • Court Insuline à action brève ou insuline régulière. L'effet de ce type de substance se produit en une demi-heure. Il peut être pris avant les repas. L'insuline à action rapide contrôle la glycémie un peu plus longtemps que l'insuline à action rapide.
  • L'insuline est de durée moyenne. La substance est souvent utilisée avec de l'insuline rapide ou de l'insuline à action brève. Il est nécessaire que l'insuline agisse longtemps, par exemple au moins une demi-journée.
  • L'insuline à action prolongée est généralement administrée le matin. Il traite le glucose tout au long de la journée, à condition qu'il soit utilisé avec une insuline à action rapide ou une insuline à action rapide.
  • L'insuline, qui est prémélangée, est composée d'insulines de moyenne et de courte durée. Cette insuline est administrée deux fois par jour, avant les repas. Habituellement, ce type d'insuline est utilisé par les personnes qui ont du mal à se mélanger, à lire les instructions et à déterminer les doses. Le type d'insuline que le patient préfère dépend de nombreux facteurs.

Le corps de chaque personne réagit différemment à l'introduction de l'insuline. La réponse à l'administration d'insuline dépend de ce que mange une personne, de l'heure à laquelle elle mange, de son implication dans le sport et de son activité. Le nombre d'injections qu'une personne peut effectuer, son âge, la fréquence des contrôles de glycémie, tout cela affecte le choix du type d'insuline et la méthode d'introduction dans le corps.

Sources et structure

Toutes les insulines pénètrent dans le corps humain sous forme de liquides dans lesquels elles se dissolvent. Les insulines peuvent avoir différentes concentrations, mais le principal: U-100 correspond à cent unités d’insuline pour 1 ml de liquide.

Des éléments supplémentaires sont placés dans la solution, ce qui empêche la croissance des bactéries et maintient un équilibre acide-base neutre. Chez certaines personnes, ces substances peuvent provoquer des allergies, mais ces cas sont assez rares.

Aux États-Unis, tous les types d’insuline sont à base d’insuline humaine. Pour la première fois que l’insuline synthétique a été créée dans les années 1980, elle a pu remplacer complètement l’insuline animale, produite à partir des glandes pancréatiques de porc et de vache.

Cependant, certaines personnes sont mieux à même de tolérer l’insuline animale. La FDA autorise donc l’importation d’insuline d’origine naturelle pour certaines catégories de patients.

Prendre de l'insuline

Le médecin traitant établit de manière optimale pour le patient, ses caractéristiques et l'état général du corps, la consommation d'insuline. En règle générale, les personnes atteintes de diabète de type 1 commencent à faire des injections deux fois par jour, divers types d'insuline devenant une combinaison de quatre types de substances. On estime que 3 à 4 injections par jour permettent de contrôler au mieux le taux de glucose dans le sang, ainsi que de prévenir ou de retarder les complications oculaires, rénales ou nerveuses, auxquelles le diabète est souvent associé.

À l'heure actuelle, l'insuline peut être administrée de plusieurs manières: en utilisant un stylo seringue (injecteur de stylo), une seringue ou une pompe.

Seringue

La nouvelle génération de seringues et d'aiguilles est beaucoup plus fine que les anciens échantillons, ce qui rend l'injection moins douloureuse. L'aiguille est insérée sous la peau, dans le tissu adipeux des fesses, des cuisses, des épaules et de l'abdomen.

Stylo seringue

Le stylo à insuline est vendu avec de l'insuline et comporte une échelle de dosage. Parfois, une cartouche spéciale est installée dans l'appareil. Ici, l'insuline est injectée à l'aide d'une aiguille, mais au lieu d'un piston, d'un déclencheur. L’appareil est plus facile à utiliser pour les enfants qui s’injectent eux-mêmes de l’insuline. Bien sûr, c'est plus pratique qu'une bouteille et une seringue.

Pompe

Une pompe est un petit appareil pouvant être transporté. L'insuline est injectée à travers un certain temps par le biais d'un tube dans un cathéter installé sous la peau dans l'abdomen.

Le principal avantage de la pompe est que ce dispositif rend la glycémie plus constante, réduisant ou éliminant complètement le besoin d'injections.

Nouvelles méthodes

Au fil du temps, une personne diabétique s'habitue à la nécessité d'utiliser une aiguille, mais les injections régulières sont peu pratiques et inconfortables. Les scientifiques mènent constamment de nouvelles expériences pour mettre au point de nouvelles méthodes d’administration d’insuline.

Auparavant, les développeurs de nouvelles méthodes suggéraient l’injection d’insuline, mais les fabricants ont cessé de vendre de tels dispositifs en 2007.

Peut-être qu’une fois, il y aura des pulvérisations d’insuline dans la bouche ou des timbres cutanés spéciaux. Mais maintenant, le patient ne peut recevoir que des pompes, des seringues et des stylos-seringues.

Sites d'injection

L'insuline pour l'absorption la plus rapide peut être introduite dans l'estomac. En outre, les patients ont injecté de la substance dans la partie supérieure de l'épaule. L'injection d'insuline la plus lente sera si vous la mettez dans vos hanches ou vos fesses.

Pour le traitement du diabète, il est important d'utiliser régulièrement une méthode et un lieu d'administration d'insuline, sans les modifier. Cependant, pour éviter la condensation ou l'accumulation de tissu adipeux, le site d'injection doit parfois être modifié. Il est préférable d’alterner en cercle le lieu d’injection et de savoir piquer l’insuline.

Surveillance

En plus de l'insuline, les taux de glucose sont surveillés. Absolument tout peut affecter le niveau de glucose dans le sang: ce qu'une personne mange quand il mange, comment il fait du sport, quelles émotions elle vit, comment il traite d'autres maladies, etc. Souvent, les mêmes détails d'un mode de vie peuvent avoir des effets différents sur l'évolution du diabète chez différentes personnes et chez une même personne, mais à un stade différent de la vie. Par conséquent, il est important de mesurer le niveau de glucose plusieurs fois par jour, en prenant du sang d'un doigt.

Le diabète de type 1 est une maladie qui dure toute la vie. Il faut donc soigner toute votre vie. Il est important de comprendre chaque aspect de la maladie, cela facilitera la surveillance du traitement.

Effets de l'insuline

L'insuline joue un rôle crucial dans les processus métaboliques, c'est un biocatalyseur. La substance favorise le transport du glucose du sang vers les tissus. De plus, l'insuline participe à la conversion du glucose dans le muscle squelettique et le foie en glycogène.

L'insuline améliore la fonction de perméabilité des membranes biologiques aux acides aminés, au glucose, à l'oxygène et aux ions. Il stimule la consommation de ces substances par les tissus. L'insuline est impliquée dans les processus de phosphorylation oxydative en raison de l'activation du cycle de réaction de l'hexokinase et des acides tricarboxyliques. Ces processus sont essentiels au métabolisme du glucose.

Le glucose se trouve principalement dans les tissus du liquide interstitiel et dans la glucohexokinase à l’intérieur des cellules. L'insuline, qui augmente la perméabilité des membranes cellulaires, favorise l'introduction de glucose dans le cytoplasme des cellules, où il est affecté par l'enzyme. La tâche de l'enzyme d'inhiber l'activité de la glycogénolyse catalysant la glucose-6-phosphatase.

L’insuline augmente les effets anaboliques dans les cellules, c’est-à-dire augmente la synthèse des lipides, des protéines et des acides nucléiques, c’est pour cela que l’insuline est utilisée en bodybuilding. De plus, l'oxydation des acides gras est activée, ce qui affecte le travail de tout l'organisme. Le facteur anti-catabolique consiste en une inhibition de la glyconéogenèse et en une obstruction de la déshydrogénation des acides gras libres et en l’apparition de précurseurs du glucose.

En réduisant la sensibilité des tissus à la déficience en hormone endogène ou en insuline, le corps perd sa capacité à consommer du glucose, ce qui conduit au développement du diabète. Les principaux symptômes du diabète sont:

  1. Polyurie (6-10 litres par jour) et soif;
  2. Hyperglycémie (6.7 mmol-1 "et plus, est déterminée sur un estomac vide);
  3. Glycosurie (10-12%);
  4. Réduire la quantité de glycogène dans les muscles et le foie;
  5. Perturbation du métabolisme des protéines;
  6. Oxydation insuffisante des graisses et augmentation de leur quantité dans le sang (lipidémie);
  7. Acidose métabolique (ketonymiya).

Le coma diabétique peut survenir avec un diabète sucré grave. Si le taux d'insuline active dans le sang est faible, la concentration en glucose, en acides aminés et en acides gras libres augmente. Toutes ces substances sont directement impliquées dans la pathogenèse de l'artériosclérose et de l'angiopathie diabétique.

Le complexe «insuline + récepteur» va à l'intérieur de la cellule, où l'insuline est libérée et agit. Il stimule le mouvement du glucose à travers les membranes cellulaires et affecte son utilisation des tissus adipeux et musculaires.

L'insuline affecte la synthèse du glycogène, elle inhibe le transfert d'acides aminés en glucose. C'est pourquoi il est utile de faire une injection d'insuline immédiatement après l'exercice. En outre, l'insuline est impliquée dans la livraison des acides aminés dans la cellule. Et cela a un effet positif sur la croissance des fibres musculaires.

Les manifestations négatives de l'insuline comprennent sa capacité à augmenter le dépôt de triglycérides dans le tissu adipeux, ce qui stimule à son tour le volume de la couche adipeuse sous-cutanée, ce qui est un énorme inconvénient que l'insuline sécrète.

La glycémie normale est comprise entre 70 et 110 mg / dl; si la note est inférieure à 70 mg / dl, cela est considéré comme un état hypoglycémique. Mais dépasser la norme quelques heures après avoir mangé est considéré comme une condition normale.

Au bout de trois heures, le taux de glucose devrait chuter à sa valeur habituelle. Si, après avoir mangé, le taux de glucose dans le sang est dépassé et se situe entre 180 mg / dL, cet état est appelé hyperglycémique.

Si le niveau de glucose d’une personne après avoir bu une solution aqueuse de sucre commence à partir de 200 mg / dL, et pas seulement une fois, mais après plusieurs tests, il est alors prudent de dire qu’une personne est diabétique.

Insuline dans le sang

Synonymes: insuline, insuline

Informations générales

L'insuline est une hormone pancréatique qui régule le métabolisme des glucides, maintient la concentration de glucose dans le sang à un niveau optimal et participe au métabolisme des graisses. Une carence en insuline entraîne une augmentation de la glycémie et une privation d'énergie des cellules, ce qui affecte négativement les processus internes et provoque diverses pathologies endocriniennes.

L'analyse de l'insuline dans le sang vous permet de déterminer le trouble métabolique (syndrome métabolique), le degré de sensibilité à l'insuline (résistance à l'insuline) et de diagnostiquer des maladies aussi graves que le diabète sucré et l'insulinome (tumeur des cellules bêta-pancréatiques sécrétrices d'hormones).

L'insuline est une protéine spécifique qui est sécrétée par les cellules bêta du pancréas à partir de la proinsuline. Ensuite, il est libéré dans la circulation sanguine, où il remplit sa fonction principale - la régulation du métabolisme des glucides et le maintien du taux de glucose physiologiquement nécessaire dans le sérum sanguin.

En cas de production insuffisante de l'hormone, le patient développe un diabète sucré, caractérisé par une dégradation accélérée du glycogène (glucide complexe) dans les tissus musculaires et hépatiques. En outre, dans le contexte de la maladie, le taux d'oxydation du glucose diminue, le métabolisme des lipides et des protéines ralentit, un bilan azoté négatif apparaît et la concentration de cholestérol nocif dans le sang augmente.

Il existe 2 types de diabète.

  • Dans le premier type, l'insuline n'est pas produite du tout. Dans ce cas, un traitement hormonal substitutif est nécessaire et les patients sont classés comme insulino-dépendants.
  • Dans le deuxième type, le pancréas sécrète une hormone, mais il ne peut pas réguler complètement les taux de glucose. Il existe également un état intermédiaire (stade précoce), dans lequel les symptômes typiques du diabète sucré ne se développent pas encore, mais il existe déjà des problèmes de production d'insuline.

C'est important! Le diabète sucré est une maladie dangereuse qui réduit considérablement la qualité de vie, entraîne des complications graves et peut provoquer un coma diabétique (souvent mortel). Par conséquent, le diagnostic opportun du diabète à travers l'analyse du niveau d'insuline dans le sang devient une importance médicale importante.

Indications pour l'analyse

  • Diagnostic et contrôle du diabète sucré des premier et deuxième types;
  • Examen des patients présentant une prédisposition héréditaire au diabète;
  • Diagnostic du diabète gestationnel chez la femme enceinte;
  • Détermination de l'immunité à l'insuline;
  • Déterminer les causes de l'hypoglycémie (diminution de la glycémie);
  • Suspicion d'insuline;
  • Insuline de prescription et choix du dosage;
  • Examen approfondi des patients présentant des troubles métaboliques;
  • L'obésité;
  • Examen des patientes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (dysfonctionnement ovarien avec troubles menstruels);
  • Diagnostic des troubles endocriniens;
  • Surveillance de l'état des patients après la transplantation de cellules d'îlots (cellules bêta des îlots de Langerhans).

Symptômes pour lesquels un test d'insuline est indiqué

  • Irritabilité, dépression, fatigue chronique;
  • Troubles de la mémoire;
  • Un changement de poids important tout en maintenant le régime et le niveau d'activité physique habituels;
  • Soif et la faim constante, consommation excessive de liquide;
  • Peau sèche et muqueuses (bouche sèche);
  • Transpiration accrue, faiblesse;
  • Antécédents de tachycardie et de crises cardiaques;
  • Conscience, vision double, vertiges;
  • Cicatrisation prolongée des plaies sur la peau, etc.

L’examen de synthèse et la nomination de cette étude sont effectués par un endocrinologue, un chirurgien, un médecin généraliste ou un médecin de famille. Dans le cas du diabète gestationnel, la consultation d'un gynécologue est nécessaire. Lors du diagnostic d'insulinomes ou d'autres formations pancréatiques, l'oncologue déchiffrera les résultats du test.

Décryptage

Les unités de mesure généralement acceptées sont USI / ml ou MDU / L.

Unité alternative: pmol / litre (μED * 0,138 UI / ml).

Normalement, la quantité d'insuline dans le sang est

Facteurs influençant le résultat

Le résultat de l'étude peut affecter la consommation de drogue:

  • la lévodopa;
  • les hormones (y compris les contraceptifs oraux);
  • les corticostéroïdes;
  • l'insuline;
  • albuterol;
  • le chlorpropamide;
  • le glucagon;
  • le glucose;
  • le saccharose;
  • le fructose;
  • la niacine;
  • la pancréozymine;
  • la quinidine;
  • spironolkton;
  • le prednisol;
  • tolbutamide, etc.

Haute insuline

  • Diabète de type 2 (le patient ne dépend pas des préparations d’insuline);
  • Tumeurs pancréatiques sécrétant des hormones, par exemple, insulinome;
  • Acromégalie (dysfonctionnement de l'hypophyse antérieure);
  • Pathologie du foie;
  • Dystrophie myotonique (dommage génétique aux muscles);
  • Syndrome de Cushing (hypersécrétion d'hormones surrénales);
  • Intolérance héréditaire aux sucres (glucose, fructose, lactose, etc.);
  • Tous les stades de l'obésité.

Insuline faible

  • Insuffisance cardiaque, tachycardie;
  • Hypopituitarisme (diminution de l'activité des glandes endocrines);
  • Diabète sucré du premier type (insulino-dépendant).

Préparation à l'analyse

Pour déterminer l'insuline, il est nécessaire de faire passer le sang veineux à jeun. La période de jeûne est d'environ 8 à 10 heures; le jour de l'analyse, vous ne pouvez boire que de l'eau ordinaire sans sels et sans gaz.

Pendant plusieurs jours, vous devez refuser de prendre des boissons alcoolisées et énergisantes pour éviter tout stress mental et physique. Il est également indésirable de fumer le jour du prélèvement sanguin.

Pendant la journée, il est recommandé d’exclure du régime les mets gras et épicés, les épices.

30 minutes avant l'étude, vous devez vous asseoir et vous détendre complètement. Tout stress physique ou émotionnel à ce stade est strictement interdit, car le stress peut provoquer une libération d'insuline qui déforme les résultats du test.

À noter que pour éviter d’obtenir des résultats incorrects, l’analyse est prescrite avant le début d’un traitement conservateur et de procédures thérapeutiques et diagnostiques (échographie, rayons X, examen rectal, scanner, IRM, physiothérapie, etc.) ou 1 à 2 semaines après.

Vous avez peut-être aussi été affecté:

Qu’est-ce que l’insuline - quel corps produit une hormone, le mécanisme d’action dans le corps et les indications pour l’injection

Le niveau hormonal idéal constitue la base du développement complet du corps humain. L'insuline est l'une des hormones clés du corps humain. Son manque ou son surplus entraîne des conséquences négatives. Le diabète sucré et l'hypoglycémie sont les deux extrêmes qui deviennent des compagnons désagréables permanents du corps humain, ignorant les informations relatives à ce qu'est l'insuline et à ce que devrait être son niveau.

Hormone insuline

L’honneur de créer les premières œuvres ouvrant la voie à la découverte de l’hormone appartient au scientifique russe Leonid Sobolev, qui, en 1900, proposa d’utiliser le pancréas pour obtenir un antidiabétique et donna le concept de ce que l’insuline était. Plus de 20 années ont été consacrées à la recherche et, après 1923, la production industrielle d'insuline a commencé. Aujourd'hui, l'hormone est bien étudiée par la science. Il participe aux processus de scission des glucides, responsables du métabolisme et de la synthèse des graisses.

Quel corps produit de l'insuline

L'organe producteur d'insuline est le pancréas, où les conglomérats à cellules B sont connus du monde scientifique sous le nom d'îles Lawrence ou d'îles pancréatiques. La masse spécifique de cellules est petite et ne représente que 3% de la masse totale du pancréas. L'insuline est produite par les cellules bêta et le sous-type proinsuline est libéré par l'hormone.

Quel est le sous-type d'insuline n'est pas complètement connu. La même hormone, avant de prendre la forme finale, entre dans le complexe de cellules de Golgi, où elle est développée pour devenir une hormone à part entière. Le processus est terminé lorsque l'hormone est placée dans des granules spéciaux du pancréas, où elle est stockée jusqu'à ce que la personne mange. La ressource en cellules B est limitée et rapidement épuisée lorsqu'une personne abuse de simples aliments glucidiques, qui sont la cause du diabète.

Action

Quelle est l'hormone insuline - est le plus important régulateur métabolique. Sans lui, le glucose provenant de la nourriture dans le corps ne peut pas pénétrer dans la cellule. L'hormone augmente la perméabilité des membranes cellulaires, à la suite de laquelle le glucose est absorbé dans le corps cellulaire. Parallèlement, l'hormone contribue à la conversion du glucose en glycogène - un polysaccharide, qui contient une réserve d'énergie utilisée par le corps humain à la demande.

Fonctions

Les fonctions de l'insuline sont diverses. Il fournit des cellules musculaires, affectant les processus de métabolisme des protéines et des graisses. L'hormone joue le rôle d'informateur du cerveau, ce qui en fonction des récepteurs détermine le besoin de glucides rapides: s'il y en a beaucoup, le cerveau conclut que les cellules meurent de faim et qu'il faut créer des réserves. Effet de l'insuline sur le corps:

  1. Ne permet pas de décomposer des acides aminés importants en sucres simples.
  2. Améliore la synthèse des protéines - la base de la vie.
  3. Ne laisse pas les protéines dans les muscles se défaire, prévient une atrophie musculaire - un effet anabolique.
  4. Limite l'accumulation de corps cétoniques, dont une quantité excessive est mortellement dangereuse pour l'homme.
  5. Favorise le transport des ions potassium et magnésium.

Le rôle de l'insuline chez l'homme

Une déficience en hormone est associée à une maladie appelée diabète. Les personnes atteintes de cette maladie sont obligées d'injecter régulièrement des doses supplémentaires d'insuline dans le sang. L'autre extrême est un surplus de l'hormone, l'hypoglycémie. Cette maladie entraîne une augmentation de la pression artérielle et une diminution de l'élasticité des vaisseaux sanguins. Améliore l'augmentation de la sécrétion d'insuline de l'hormone glucagon, produite par les cellules alpha des îlots de Langerhans du pancréas.

Tissus insulino-dépendants

L'insuline stimule la production de protéines dans les muscles, sans laquelle les tissus musculaires ne peuvent se développer. La formation de tissu adipeux, qui remplit normalement des fonctions vitales, est impossible sans hormone. Les patients qui ont commencé le diabète sont confrontés à une acidocétose, une forme de désordre métabolique, caractérisée par une famine de choc intracellulaire.

Niveau d'insuline dans le sang

Les fonctions de l'insuline comprennent le maintien de la bonne quantité de glucose dans le sang, la régulation du métabolisme des graisses et des protéines et la transformation des nutriments en masse musculaire. Au niveau normal de la substance, il se produit ce qui suit:

  • synthèse des protéines pour construire le muscle;
  • l'équilibre du métabolisme et du catabolisme est maintenu;
  • stimule la synthèse du glycogène, augmente l'endurance et la régénération des cellules musculaires;
  • Les acides aminés, glucose, potassium entrent dans les cellules.

Norma

La concentration en insuline est mesurée en μU / ml (0,04082 mg d’une substance cristalline est pris par unité). Les personnes en bonne santé ont un score de 3 à 25 unités. Pour les enfants, une réduction maximale de 3 à 20 USI / ml est autorisée. Chez les femmes enceintes, le taux est différent - 6-27 USI / ml, chez les personnes âgées de plus de 60 ans, ce chiffre est de 6-35. Changer la norme indique la présence de maladies graves.

Élevé

Un excès prolongé des taux normaux d’insuline est menacé de modifications pathologiques irréversibles. Cette condition est due à une chute du taux de sucre. Comprenez bien que l'excès d'insuline peut être sur le terrain: tremblements, transpiration, battements de coeur rapides, accès de faim subits, nausées, évanouissements, coma. Les facteurs suivants affectent l'augmentation des niveaux d'hormones:

  • exercice intense;
  • stress chronique;
  • les maladies du foie et du pancréas;
  • l'obésité;
  • violation de la résistance des cellules aux glucides;
  • ovaires polykystiques;
  • défaillance de la glande pituitaire;
  • cancer et tumeurs bénignes de la surrénale.

Abaissé

La diminution de la concentration en insuline est due au stress, aux efforts physiques intenses, à l'épuisement nerveux, à la consommation quotidienne de grandes quantités de glucides raffinés. Une carence en insuline bloque l'absorption du glucose, ce qui en augmente la concentration. Il en résulte une forte soif, une anxiété, des crises soudaines de faim, une irritabilité et des mictions fréquentes. En raison de symptômes similaires d'insuline faible et élevée, le diagnostic est réalisé par des études spéciales.

Qu'est-ce qui rend l'insuline aux diabétiques?

La question des matières premières pour la fabrication de l'hormone inquiète de nombreux patients. L'insuline dans le corps humain est produite par le pancréas et les types suivants de substances obtenues artificiellement:

  1. Origine porcine ou bovine. Pour la fabrication d'animaux de pancréas usagés. Dans la préparation des matières premières de porc, il y a de la proinsuline, qui ne peut pas être séparée, cela devient une source de réactions allergiques.
  2. Biosynthétique ou viande de porc modifiée - une préparation semi-synthétique s’obtient en remplaçant les acides aminés. Les avantages comprennent la compatibilité avec le corps humain et l'absence d'allergies. Inconvénients - manque de matières premières, complexité du travail, coût élevé.
  3. Génie génétique recombinant - autrement appelé "insuline humaine", car elle est complètement identique à l'hormone naturelle. La substance est produite par les enzymes de souches de levure et Escherichia coli génétiquement modifié.

Instructions pour l'utilisation de l'insuline

Les fonctions de l'insuline sont très importantes pour le corps humain. Si vous êtes diabétique, vous avez une recommandation d'un médecin et une ordonnance pour laquelle le médicament est donné gratuitement dans les pharmacies ou les hôpitaux. En cas de besoin urgent, il peut être acheté sans ordonnance, mais le dosage doit être respecté. Pour éviter un surdosage, lisez les instructions relatives à l’insuline.

Indications d'utilisation

Selon les instructions jointes à chaque emballage d’une préparation d’insuline, les indications pour son utilisation sont le diabète sucré de type 1 (également appelé insulinodépendant) et, dans certains cas, le diabète sucré de type 2 (non insulinodépendant). Ces facteurs incluent l'intolérance aux hypoglycémiants oraux, le développement de la cétose.

Administration d'insuline

Prescrit des médicaments après le diagnostic et des tests sanguins. Pour le traitement du diabète, utilisez des médicaments de différentes durées d’action: courte et longue. Le choix dépend de la gravité de la maladie, de l'état du patient, de la vitesse à laquelle l'action de l'agent se déclenche

  1. Le médicament agit rapidement pour l'administration sous-cutanée, intraveineuse ou intramusculaire. Différent rapide effet réducteur de sucre à action brève, est introduit 15-20 minutes avant les repas plusieurs fois par jour. L'effet se produit en une demi-heure, maximum - en deux heures, pour un total d'environ six heures.
  2. Action longue ou prolongée - a un effet qui dure 10 à 36 heures, permet de réduire le nombre d'injections par jour. Les suspensions sont administrées par voie intramusculaire ou sous-cutanée, mais pas par voie intraveineuse.

Pour faciliter l'entrée et le respect du dosage utilisé, les seringues. Une division correspond à un certain nombre d'unités. Règles pour l'insulinothérapie:

  • Conservez les préparatifs dans le réfrigérateur et ceux commencés - à la température ambiante, réchauffez-vous avant d'entrer, car le froid agit moins fort;
  • il est préférable d'injecter une hormone à courte durée d'action sous la peau de l'abdomen - injectée dans la cuisse ou au-dessus de la fesse, agit plus lentement, voire pire - à l'épaule;
  • un médicament à action prolongée est injecté dans la cuisse gauche ou droite;
  • faire chaque tir dans une zone différente;
  • avec les injections d'insuline, capturez toute la région d'une partie du corps - de cette façon, la douleur et les phoques peuvent être évités;
  • à partir du lieu de la dernière injection, reculer de 2 cm minimum;
  • ne traitez pas la peau avec de l'alcool, elle détruit l'insuline;
  • si le liquide s'écoule, l'aiguille a été mal insérée - vous devez la maintenir à un angle de 45 à 60 degrés.

Effets secondaires

Avec l'administration sous-cutanée de médicaments peut développer une lipodystrophie au site d'injection. Très rare, mais des réactions allergiques se produisent. Si elles se produisent, un traitement symptomatique et le remplacement du remède sont nécessaires. Contre-indications à recevoir sont:

  • hépatite aiguë, cirrhose du foie, jaunisse, pancréatite;
  • néphrite, lithiase urinaire;
  • maladie cardiaque décompensée.

Prix ​​de l'insuline

Le coût de l'insuline dépend du type de fabricant, du type de médicament (période d'action courte / longue, matières premières) et du volume de l'emballage. Le prix de 50 ml d'insuline est d'environ 150 roubles à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Avec une seringue de stylo-1200, la suspension de Protafan a un prix d’environ 930 roubles. Le coût de l'insuline dépend également du niveau de la pharmacie.

Vidéo

Les informations présentées dans l'article sont à titre informatif seulement. Les matériaux de l'article n'appellent pas d'auto-traitement. Seul un médecin qualifié peut diagnostiquer et conseiller un traitement en fonction des caractéristiques individuelles d'un patient particulier.

Insuline: quelle est l'hormone, le taux de sang, le niveau de diabète et d'autres maladies, l'introduction

Quelle est cette substance - l'insuline, qui est si souvent écrite et parlée en relation avec le diabète sucré actuel? Pourquoi à un moment donné il cesse d'être produit en quantités suffisantes ou, au contraire, est synthétisé en excès?

L'insuline est une substance biologiquement active (BAS), une hormone protéique qui régule la glycémie. Cette hormone est synthétisée par des cellules bêta appartenant à l'appareil îlots (îlots de Langerhans) du pancréas, ce qui explique le risque de développer un diabète en violation de ses capacités fonctionnelles. Outre l'insuline, d'autres hormones sont synthétisées dans le pancréas, notamment le facteur hyperglycémique (glucagon) produit par les cellules alpha de l'appareil à îlots et également impliqué dans le maintien d'une concentration constante de glucose dans le corps.

Les indicateurs de la norme d'insuline dans le sang (plasma, sérum) d'un adulte sont compris entre 3 et 30 μE / ml (ou jusqu'à 240 pmol / l).

Chez les enfants de moins de 12 ans, les indicateurs ne doivent pas dépasser 10 μU / ml (ou 69 pmol / l).

Bien que le lecteur respecte la norme jusqu’à 20 USI / ml, et jusqu’à 25 ICED / ml - la norme peut être légèrement différente dans certains laboratoires. Par conséquent, si vous faites toujours un don de sang pour analyse, vous devez vous concentrer sur les données exactes (valeurs de référence) de ce laboratoire, qui produit des recherches, et non sur les valeurs données par diverses sources.

Une insuline élevée peut indiquer à la fois une pathologie, par exemple, le développement d'une tumeur pancréatique (insulinome) et une affection physiologique (grossesse).

Une diminution des niveaux d'insuline peut indiquer le développement d'un diabète sucré ou simplement une fatigue physique.

Le rôle principal de l'hormone est l'hypoglycémie.

L'action de l'insuline dans le corps humain (et pas seulement le corps humain, à cet égard, tous les mammifères sont similaires) réside dans sa participation aux processus d'échange:

  • Cette hormone permet au sucre, obtenu avec la nutrition, de pénétrer librement dans les cellules des muscles et des tissus adipeux, augmentant la perméabilité de leurs membranes:
  • C'est un inducteur de la production de glucose à partir de glucose dans le foie et les cellules musculaires:
  • L'insuline contribue à l'accumulation des protéines, augmente leur synthèse et prévient la désintégration, ainsi que les produits gras (elle aide le tissu adipeux à saisir le glucose et à le transformer en graisse (d'où proviennent les excès de graisse et pourquoi un amour excessif des glucides conduit à l'obésité);
  • En augmentant l'activité des enzymes qui améliorent la dégradation du glucose (effet anabolique), cette hormone interfère avec le travail des autres enzymes qui cherchent à dégrader les graisses et le glycogène (l'effet anti-catabolique de l'insuline).

L’insuline est omniprésente et participe à tous les processus métaboliques du corps humain, mais son objectif principal est de fournir un métabolisme des glucides, car c’est la seule hormone hypoglycémique, alors que ses «opposants», hormones hyperglycémiques, cherchent à augmenter la teneur en sucres dans le corps humain. sang, beaucoup plus (adrénaline, hormone de croissance, glucagon).

Tout d’abord, le mécanisme de formation de l’insuline par les cellules β des îlots de Langerhans déclenche une concentration élevée de glucides dans le sang, mais avant cela, l’hormone commence à être produite dès qu’une personne mâche un morceau de produit comestible, l’avale et le livre à l’estomac (et ce n’est pas nécessaire). la nourriture était glucidique). Ainsi, la nourriture (n'importe laquelle) provoque une augmentation du niveau d'insuline dans le sang et la faim sans nourriture, au contraire, en réduit le contenu.

En outre, la formation d'insuline est stimulée par d'autres hormones, des concentrations élevées de certains oligo-éléments dans le sang, telles que le potassium et le calcium, ainsi qu'une quantité accrue d'acides gras. Les produits à base d'insuline sont les plus déprimés par l'hormone de croissance (hormone de croissance). D'autres hormones, dans une certaine mesure, réduisent également la production d'insuline, par exemple la somatostatine, synthétisée par les cellules delta de l'appareil à îlots pancréatiques, mais son action n'a toujours pas le pouvoir de la somatotropine.

Il est évident que les fluctuations du niveau d'insuline dans le sang dépendent des modifications de la teneur en glucose dans le corps. Il est donc clair pourquoi la recherche d'insuline en utilisant simultanément des méthodes de laboratoire détermine la quantité de glucose (test sanguin de sucre).

Vidéo: l'insuline et ses fonctions - animation médicale

Insuline et maladie du sucre des deux types

Le plus souvent, la sécrétion et l'activité fonctionnelle de l'hormone décrite changent lors du diabète sucré de type 2 (diabète sucré non insulino-dépendant - DNID), qui se forme souvent chez les personnes d'âge moyen et âgées en surpoids. Les patients se demandent souvent pourquoi la surcharge pondérale est un facteur de risque pour le diabète. Et cela se produit comme suit: l'accumulation de réserves de graisse en excès s'accompagne d'une augmentation des lipoprotéines sanguines, ce qui réduit le nombre de récepteurs de l'hormone et en modifie l'affinité. Le résultat de tels troubles est une diminution de la production d'insuline et, par conséquent, une diminution de son niveau dans le sang, ce qui entraîne une augmentation de la concentration en glucose, qui ne peut pas être utilisé rapidement en raison d'un déficit en insuline.

Soit dit en passant, certains, après avoir appris les résultats de leurs analyses (hyperglycémie, trouble du spectre lipidique), bouleversés par cette occasion, commencent à rechercher activement des moyens de prévenir une maladie grave - ils "s'asseyent" immédiatement sur un régime réduisant leur poids. Et ils font le bon choix! Une telle expérience peut être très utile pour tous les patients à risque de diabète: les mesures prises à temps prévoient un délai indéterminé pour retarder le développement de la maladie et ses conséquences, ainsi que la dépendance à des médicaments réduisant le taux de sucre dans le sérum (plasma) du sang.

Une image quelque peu différente est observée dans le diabète sucré de type 1, appelé insulinodépendant (IDDM). Dans ce cas, le glucose est plus que suffisant autour des cellules, elles se baignent simplement dans un environnement sucré, mais ne peuvent pas assimiler des matières énergétiques importantes en raison de l'absence absolue de conducteur - il n'y a pas d'insuline. Les cellules ne peuvent pas accepter le glucose et, dans des circonstances similaires, des perturbations d'autres processus commencent à se produire dans l'organisme:

  • La graisse de réserve, qui ne brûle pas complètement dans le cycle de Krebs, est envoyée au foie et participe à la formation de corps cétoniques;
  • Une augmentation significative de la glycémie conduit à une soif incroyable, une grande quantité de glucose commence à être excrétée dans l'urine;
  • Le métabolisme des glucides est dirigé selon une voie alternative (sorbitol), formant un excès de sorbitol, qui commence à se déposer à divers endroits, formant des états pathologiques: cataracte (dans le cristallin), polyneurite (dans les conducteurs nerveux), processus athérosclérotique (dans la paroi vasculaire).

Le corps, essayant de compenser ces troubles, stimule la dégradation des graisses, ce qui entraîne une augmentation du contenu en triglycérides dans le sang, mais une diminution du taux de la fraction de cholestérol utile. La dysprotéinémie athérogène réduit les défenses de l'organisme, ce qui se traduit par une modification des autres paramètres de laboratoire (augmentation de la fructosamine et de l'hémoglobine glycosylée, perturbation de la composition électrolytique du sang). Dans un tel état d'insuffisance absolue d'insuline, les patients s'affaiblissent, veulent constamment boire, ils produisent une grande quantité d'urine.

Dans le diabète, le manque d’insuline affecte finalement presque tous les organes et systèmes, c’est-à-dire que sa carence contribue au développement de nombreux autres symptômes qui enrichissent le tableau clinique d’une maladie dite «sucrée».

Que va "dire" les excès et les inconvénients

Une augmentation de l'insuline, c'est-à-dire une augmentation de son niveau dans le plasma sanguin (sérum) peut être attendue dans le cas de certaines conditions pathologiques:

  1. Les insulinomes sont des tumeurs des tissus des îlots de Langerhans produisant de manière incontrôlée et en grande quantité de l'hormone hypoglycémique. Cette néoplasie donne un niveau d'insuline assez élevé, tandis que la glycémie à jeun est réduite. Pour le diagnostic d'un adénome pancréatique de ce type, calculez le rapport insuline / glucose (I / G) selon la formule suivante: valeur quantitative de l'hormone dans le sang, μE / ml: (teneur en sucre, déterminée le matin à jeun, mmol / l - 1.70).
  2. Le stade initial de la formation du diabète sucré insulino-dépendant, plus tard, le niveau d'insuline commence à baisser et le taux de sucre augmente.
  3. L'obésité. En attendant, ici et dans le cas de certaines autres maladies, il est nécessaire de distinguer les causes et les effets: au début, l'obésité n'est pas la cause d'une augmentation de l'insuline, mais au contraire, un taux élevé d'hormone augmente l'appétit et contribue à la transformation rapide du glucose contenu dans les aliments. Cependant, tout est tellement interconnecté qu'il n'est pas toujours possible de rechercher clairement la cause première.
  4. Maladie du foie.
  5. Acromégalie Chez les personnes en bonne santé, des taux élevés d'insuline diminuent rapidement la glycémie, ce qui stimule grandement la synthèse de l'hormone de croissance. Chez les patients atteints d'acromégalie, une augmentation des valeurs d'insuline et une hypoglycémie ultérieure ne provoquent pas de réaction particulière de l'hormone de croissance. Cette fonction est utilisée comme test stimulant pour le contrôle de l'équilibre hormonal (l'injection intraveineuse d'insuline ne provoque pas d'augmentation particulière de l'hormone de croissance une heure ou deux heures après l'administration d'insuline).
  6. Syndrome d'Itsenko-Cushing. La perturbation du métabolisme des glucides dans cette maladie est due à une sécrétion accrue de glucocorticoïdes, ce qui supprime le processus d'utilisation du glucose qui, malgré des taux d'insuline élevés, reste dans le sang à des concentrations élevées.
  7. L'insuline est élevée dans la dystrophie musculaire, qui résulte de divers troubles métaboliques.
  8. Grossesse se déroulant normalement mais avec un appétit accru.
  9. Intolérance héréditaire au fructose et au galactose.

L’introduction d’insuline (à action rapide) sous la peau provoque une forte augmentation de l’hormone sanguine du patient, qui est utilisée pour sortir le patient du coma hyperglycémique. L'utilisation d'hormones et de médicaments hypoglycémiants pour le traitement du diabète sucré entraîne également une augmentation de l'insuline dans le sang.

Il convient de noter que bien que de nombreuses personnes sachent déjà qu’il n’existe pas de traitement pour une insuline élevée, il existe un traitement pour une maladie spécifique, caractérisé par un «fossé» analogue entre le statut hormonal et une perturbation de divers processus métaboliques.

Une diminution du niveau d'insuline est observée dans les cas de diabète sucré de type 1 et 2. La seule différence est que, avec INZSD, le déficit en hormone est relatif et est causé par d'autres facteurs que le déficit absolu en IDDM. De plus, des situations stressantes, un effort physique intense ou l'impact d'autres facteurs indésirables entraînent une chute des valeurs quantitatives de l'hormone dans le sang.

Pourquoi est-il important de connaître les niveaux d'insuline?

Les indicateurs absolus des taux d’insuline, obtenus lors d’études de laboratoire, n’ont pas, en eux-mêmes, une grande valeur diagnostique car, sans valeurs quantitatives de la concentration en glucose, ils ne parlent pas beaucoup. C'est-à-dire que, avant de juger d'éventuelles anomalies corporelles liées au comportement de l'insuline, il convient d'examiner son lien avec le glucose.

Avec cet objectif (pour augmenter la signification diagnostique de l'analyse), un test de stimulation de la production d'insuline par le glucose (test de stress) est réalisé, qui montre que l'hormone hypoglycémique produite par les cellules bêta du pancréas est tardive chez les personnes atteintes de diabète sucré latent, sa concentration augmente plus lentement., mais il atteint des valeurs plus élevées que chez les personnes en bonne santé.

En plus du test de charge en glucose, un test de provocation ou, comme on l'appelle, un test de jeûne est utilisé dans la recherche de diagnostic. L’essence de l’échantillon consiste à déterminer la quantité de glucose, d’insuline et de peptide C (partie protéique de la molécule de proinsuline) sur un estomac vide dans le sang du patient, après quoi le patient est limité en aliments et en boissons pendant une journée ou plus (jusqu’à 27 heures), toutes les 6 heures d'intérêt (glucose, insuline, peptide C).

Ainsi, si l'insuline est élevée principalement dans des conditions pathologiques, à l'exception d'une grossesse normale, où son niveau est attribué à des phénomènes physiologiques, le fait de révéler une concentration élevée de l'hormone, associée à une diminution de la glycémie, joue alors un rôle important dans le diagnostic:

  • Processus tumoraux localisés dans le tissu de l'appareil insulaire du pancréas;
  • Hyperplasie des îlots;
  • Insuffisance glucocorticoïde;
  • Maladie hépatique sévère;
  • Le diabète au stade initial de son développement.

Dans le même temps, la présence de pathologies telles que le syndrome d’Itsenko-Cushing, l’acromégalie, la dystrophie musculaire et les maladies du foie nécessite une étude du taux d’insuline, non pas tant pour le diagnostic que pour le contrôle du fonctionnement et du maintien de la santé des organes et des systèmes.

Comment prendre et passer l'analyse?

Le contenu en insuline est déterminé dans le plasma (le sang est prélevé dans une éprouvette avec de l'héparine) ou dans le sérum (le sang prélevé sans anticoagulant est centrifugé). Le travail avec du matériel biologique est commencé immédiatement (maximum dans un quart d'heure), car ce milieu ne tolère pas une «oisiveté» prolongée sans traitement.

Avant l'étude, le patient est expliqué la signification de l'analyse, ses caractéristiques. La réaction du pancréas à la nourriture, aux boissons, aux médicaments, à l'effort physique est telle que le patient doit mourir de faim pendant 12 heures avant l'étude, ne doit pas effectuer de travail physique pénible, éliminer l'utilisation de médicaments hormonaux. Si cela n'est pas possible, c'est-à-dire que le médicament ne peut en aucun cas être ignoré, la feuille d'analyse indique alors que le test est effectué sur fond de thérapie hormonale.

Une demi-heure avant la ponction veineuse (le sang est prélevé dans une veine), une personne en attente de la file d'attente des tests lui propose de s'allonger sur le canapé et de se détendre le plus possible. Le patient doit être averti que le non-respect des règles peut affecter les résultats, puis la réintroduction dans le laboratoire. Des restrictions répétées seront donc inévitables.

Introduction d'insuline: seule la première injection est terrible, alors l'habitude

Étant donné la grande attention portée à l'hormone hypoglycémique produite par le pancréas, il serait utile de se concentrer brièvement sur l'insuline, en tant que médicament prescrit pour diverses affections pathologiques et, en premier lieu, pour le diabète sucré.

L'introduction de l'insuline par les patients eux-mêmes est devenue une question d'habitude, même les enfants d'âge scolaire y étant confrontés, le médecin traitant leur explique toutes les subtilités (utilisez le dispositif de gestion de l'insuline, suivez les règles de l'asepsie, explorez les propriétés du médicament et en connaître l'effet de chaque type). Presque tous les patients atteints de diabète de type 1 et les patients atteints de diabète sucré insulinodépendant sévère sont assis sur des injections d'insuline. En outre, certaines conditions d'urgence ou complications du diabète, en l'absence d'effet d'autres médicaments, sont arrêtées par l'insuline. Cependant, dans les cas de diabète de type 2, après stabilisation de l'état du patient, l'hormone hypoglycémique sous forme injectée est remplacée par d'autres moyens à l'intérieur, de manière à ne pas tripoter les seringues, calculer et dépendre de l'injection, ce qui est assez difficile à faire vous-même sans habitude compétences de manipulation médicale simples.

Le meilleur médicament avec un minimum d'effets secondaires et sans contre-indications sérieuses est une solution d'insuline reconnue, basée sur la substance insuline humaine.

En termes de structure, l'hormone hypoglycémique du pancréas de porc ressemble le plus à l'insuline humaine et, dans la plupart des cas, elle a sauvé l'homme pendant de nombreuses années avant d'obtenir (en utilisant le génie génétique) des formes d'insuline recombinantes semi-synthétiques ou à ADN. Pour le traitement du diabète chez les enfants, seule l’insuline humaine est actuellement utilisée.

Les injections d’insuline sont conçues pour maintenir des concentrations de glucose dans le sang normales, afin d’éviter les extrêmes: sautes (hyperglycémie) et chute au-dessous des valeurs acceptables (hypoglycémie).

L'attribution des types d'insuline, le calcul de leur dose en fonction des caractéristiques du corps, de l'âge, de la comorbidité, est effectué uniquement par le médecin de manière strictement individuelle. Il enseigne également au patient comment injecter indépendamment de l'insuline sans recourir à une aide extérieure, désigne les zones d'administration d'insuline, donne des conseils sur la nutrition (la prise alimentaire doit correspondre au flux d'hormone hypoglycémique dans le sang), mode de vie, routine quotidienne, exercice. En général, dans le bureau de l'endocrinologue, le patient reçoit toutes les connaissances nécessaires dont dépend sa qualité de vie. Le patient lui-même ne peut les utiliser correctement et respecter strictement toutes les recommandations du médecin.

Vidéo: sur l'injection d'insuline

Types d'insuline

Les patients recevant l’hormone hypoglycémique sous forme injectable devront déterminer quels types d’insuline sont, à quelle heure de la journée (et pourquoi) ils se font prescrire:

  1. Insulines ultracourtes mais à action brève (Humalog, Novorapid) - elles apparaissent dans le sang de quelques secondes à 15 minutes, leur action est maximale en une heure et demie, mais au bout de 4 heures, le corps du patient est sans insuline et il faudra en tenir compte si moment envie urgent de manger.
  2. Insulines à action brève (Actrapid NM, Insuman Rapid, Humulin Regular) - l’effet se produit entre une demi-heure et 45 minutes après l’injection et dure de 6 à 8 heures, le pic de l’action hypoglycémique se situant entre 2 et 4 heures après l’administration.
  3. Insulines de durée moyenne (Humulin NPH, Bazal Insuman, NM) - on ne peut pas s'attendre à un effet rapide de l'administration d'insuline de ce type; elle survient après 1 à 3 heures, atteint son maximum entre 6 et 8 heures et se termine après 10 à 14 heures ( dans les autres cas, jusqu’à 20 heures).
  4. Insulines à action prolongée (jusqu’à 20-30 heures, parfois jusqu’à 36 heures). Le représentant du groupe: un médicament unique qui n’a pas de pic d’action - l’insuline Glargin, dont les patients sont plus connus sous le nom de "Lantus".
  5. Insulines à action prolongée (jusqu'à 42 heures). En tant que représentant, on peut appeler le médicament danois Insulin Deglyudek.

Les insulines à action prolongée et durable sont administrées 1 fois par jour, elles ne conviennent pas aux situations d'urgence (jusqu'à ce qu'elles atteignent le sang). Bien sûr, dans le cas du coma, ils utilisent des insulines à action ultracourte, qui rétablissent rapidement les niveaux d'insuline et de glucose, les ramenant ainsi plus près de leur valeur normale.

Lors de la prescription de différents types d’insuline au patient, le médecin calcule la dose de chaque insuline, la voie d’administration (sous la peau ou dans le muscle), indique les règles de mélange (si nécessaire) et les heures d’administration en fonction du repas. Le lecteur a probablement déjà compris que le traitement du diabète sucré (insuline, en particulier) ne tolérera pas une attitude frivole à l'égard de l'alimentation. Les repas (de base) et les «collations» sont très étroitement liés au niveau d'insuline au moment du repas. Le patient lui-même doit donc être strictement contrôlé - sa santé en dépend.

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

Une brûlure à la gorge est une violation de l'intégrité de la muqueuse pharyngée et d'une partie du larynx, résultant d'une exposition à des liquides agressifs.

Vous pouvez vous en tenir à un régime alimentaire strict, prendre régulièrement des vitamines, faire du sport plusieurs fois par semaine, tout en prenant rapidement du poids et en vous donnant le sentiment de ne pas avoir d'importance.

Les changements liés à l'âge qui se produisent dans le corps d'une femme entrant dans la ménopause ne plaisent à personne. La peau devient sèche et molle, des rides apparaissent sur le visage.