Principal / Hypophyse

Hormones surrénales

Pairées glandes endocrines de l'espace rétropéritonéal - glandes surrénales. Ces petits organes sont situés chez l'homme, à la limite supérieure des reins. Glandes surrénales: pyramide (droite) et hémisphère (gauche).

Le rôle des glandes surrénales est extrêmement élevé dans les processus:

  • inflammation et allergies;
  • métabolisme des lipides;
  • maintenir l'équilibre eau-sel;
  • maintenir une glycémie normale;
  • régulation de la réponse immunitaire;
  • réactions de stress de toute nature;
  • maintenir la pression artérielle dans les limites normales.

Selon la structure des glandes surrénales, il existe deux parties indépendantes: le cerveau et la corticale.

Ces structures relativement indépendantes ont une composition histologique, une activité fonctionnelle et une genèse embryonnaire différentes.

Des catécholamines sont produites dans la partie du cerveau (10% de la masse totale des glandes surrénales).

Les corticoïdes minéralcorticoïdes, glucocorticoïdes et sexuels sont synthétisés dans la partie corticale. Chaque type d'hormone est produit par des cellules spécialisées.

Dans la structure du cortex, il y a trois zones différentes:

Le cortex primaire dans l'embryogenèse est constitué d'une seule couche. Les trois parties ne se différencient que dans la puberté.

Hormones de la médullosurrénale

Dans la médullosurrénale, trois hormones principales sont produites: noradrénaline, dopamine, adrénaline. Spécifiquement spécifique pour l'hormone de la glande endocrine - l'adrénaline.

Toutes les catécholamines sont les substances les plus instables. Leur demi-vie est inférieure à une minute. Pour évaluer leur concentration dans le sang, des analyses de métabolites (métanéphrine et normétanéphrine) sont utilisées.

Les catécholamines participent au processus d’adaptation de l’organisme à des stress de toute nature.

L'adrénaline et la noradrénaline affectent le métabolisme, le tonus du système nerveux et l'activité cardiovasculaire.

  • amélioration de la lipolyse et de la néoglucogenèse;
  • dépression de l'action de l'insuline;
  • augmentation du rythme cardiaque;
  • hypertension artérielle;
  • expansion de la lumière des bronches;
  • contraction des sphincters urinaire et digestif;
  • diminution de l'activité motrice de l'intestin et de l'estomac;
  • réduction de la production de jus pancréatique;
  • rétention d'urine;
  • dilatation de la pupille;
  • transpiration accrue;
  • stimulation de l'éjaculation (libération de liquide séminal).

Les catécholamines aident à s’adapter aux conditions environnementales changeantes. Ces hormones surrénales peuvent adapter le corps à des réactions agressives (défense, attaque, évasion). On pense que la sécrétion prolongée de catécholamines dans le monde moderne est à l'origine du développement de l'hypertension, de la dépression, du diabète et d'autres maladies de la civilisation.

Hormones des glandes surrénales

La zone glomérulaire du cortex est la plus superficielle. Il est situé juste en dessous de la capsule de tissu conjonctif de l'organe.

Des minéralocorticoïdes sont produits dans cette zone. Ces hormones régulent le ratio d'électrolytes de l'eau dans le corps. La constance de l'environnement interne est nécessaire au bon métabolisme et au fonctionnement physiologique des systèmes.

Le principal minéralocorticoïde est l'aldostérone. Il retient les liquides dans le corps et maintient une osmolarité plasmatique normale.

L'excès d'aldostérone est considéré comme l'une des principales causes d'hypertension artérielle persistante. Dans le même temps, l’hypertension peut provoquer des troubles du système rénine-angiotensine et donc être la cause de l’hyperaldostéronisme secondaire.

Hormones des glandes surrénales

La glande surrénale est centrale. Les cellules de cette partie du cortex synthétisent des glucocorticoïdes.

Ces substances biologiques extrêmement importantes pour la vie régulent le métabolisme, la pression artérielle et l'immunité.

Le glucocorticostéroïde principal est le cortisol. Sa sécrétion est soumise à des rythmes clairs quotidiens. La concentration maximale d'une substance est libérée dans la circulation sanguine dans les heures précédant l'aube (5 à 6 heures du matin).

  • antagonistes de l'insuline (augmentation de la glycémie);
  • lipolyse du tissu adipeux des extrémités;
  • le dépôt de graisse sous-cutanée sur le visage, l'abdomen et le corps;
  • la dégradation des protéines de la peau, des tissus musculaires, etc.
  • augmentation de l'excrétion de potassium dans l'urine;
  • rétention d'eau;
  • stimulation des neutrophiles, des plaquettes et des érythrocytes dans le sang;
  • immunosuppression;
  • réduction de l'inflammation;
  • développement de l'ostéoporose (diminution de la densité minérale osseuse);
  • augmenter la sécrétion d'acide chlorhydrique dans l'estomac;
  • effet psychologique (euphorie à court terme, puis - dépression).

Hormones de la couche réticulaire des glandes surrénales

Dans la couche nette, des stéroïdes sexuels sont normalement produits. Les principales substances biologiquement actives de cette zone sont la déhydroépiandrostérone et l'androstènedione. Ces substances sont par nature des androgènes faibles. Ils sont dix fois plus faibles que la testostérone.

La déhydroépiandrostérone et l'androstènedione sont les principales hormones sexuelles mâles dans le corps de la femme.

Ils sont requis pour:

  • la formation du désir sexuel;
  • maintenir la libido;
  • stimulation des glandes sébacées;
  • stimulation de la croissance des cheveux dans les zones dépendantes des androgènes;
  • stimulation de l'apparition d'une partie des caractères sexuels secondaires;
  • la formation de certaines réactions psychologiques (agressivité)
  • la formation de certaines fonctions intellectuelles (logique, pensée spatiale).

La testostérone et les œstrogènes dans les glandes surrénales ne sont pas synthétisés. Toutefois, des œstrogènes peuvent se former à la périphérie (dans le tissu adipeux) à partir d'androgènes faibles (déhydroépiandrostérone et androstènedione).

Chez les femmes, cette voie est la principale méthode de synthèse des hormones sexuelles après la ménopause. Chez les hommes obèses, cette réaction peut contribuer à la féminisation (acquisition de caractéristiques inhabituelles d'aspect et de psyché).

La concentration maximale d'androgènes surrénaliens est détectée entre 8 et 14 ans (puberté).

Hormones de la médullosurrénale

La médullosurrénale produit des hormones liées aux catécholamines. L'hormone principale est l'adrénaline, la seconde en importance est le précurseur de l'adrénaline, la noradrénaline. Les cellules chromaffines de la médullosurrénale se trouvent également dans d'autres parties du corps (sur l'aorte, au niveau de la division des artères carotides, etc.) et forment le système surrénal du corps. La médullosurrénale est un ganglion sympathique modifié.La valeur de l'adrénaline et de la noradrénaline

L'adrénaline remplit la fonction d'une hormone, elle pénètre dans le sang en permanence, dans diverses conditions du corps (perte de sang, stress, activité musculaire), une augmentation de sa formation et sa libération dans le sang se produisent.

L'excitation du système nerveux sympathique conduit à une augmentation de l'adrénaline et de la noradrénaline dans le sang, elles prolongent les effets des influx nerveux dans le système nerveux sympathique. L'adrénaline affecte le métabolisme du carbone, accélère la dégradation du glycogène dans le foie et les muscles, détend les muscles bronchiques, inhibe la motilité du tractus gastro-intestinal et augmente le tonus de ses sphincters, augmente l'excitabilité et la contractilité du muscle cardiaque. Il augmente le tonus des vaisseaux sanguins, effet vasodilatateur sur les vaisseaux du coeur, des poumons et du cerveau. L'adrénaline améliore la performance des muscles squelettiques.

L'activité accrue du système surrénalien se produit sous l'action de divers stimuli qui entraînent une modification de l'environnement interne du corps. L'adrénaline bloque ces changements.

L'adrénaline est une hormone à action brève, elle est rapidement détruite par la monoamine oxydase. Il est parfaitement conforme à la régulation centrale fine et précise de la sécrétion de cette hormone pour le développement de réactions d’adaptation et de protection du corps.

La norépinéphrine agit en tant que médiateur, elle fait partie du sympathique - médiateur du système nerveux sympathique, elle participe à la transmission de l'excitation dans les neurones du système nerveux central.

L’activité sécrétoire de la médullosurrénale est régulée par l’hypothalamus; dans le groupe postérieur de ses noyaux, se situent les centres autonomes les plus élevés de la division sympathique. Leur activation entraîne une augmentation de la libération d'adrénaline dans le sang. La libération d'adrénaline peut survenir par réflexe lors d'une hypothermie, d'un travail musculaire, etc. Avec l'hypoglycémie, la libération d'adrénaline dans le sang augmente par réflexion.

Hormones de la médullosurrénale

Ils appartiennent au groupe des phénylalkylamines et sont des catécholamines (pyrocatécholamines). Trois substances de ce groupe sont connues: l'adrénaline (80%), la noradrénaline (20%), la dopamine (moins de 1%). Ils sont formés par des réactions séquentielles de l'acide aminé tyrosine.

En réalité, seule l'adrénaline peut être qualifiée d'hormone puisque les deux autres catécholamines jouent principalement un rôle de médiateur: noradrénaline - dans le système nerveux sympathique, dopamine - dans le système central. L'adrénaline est appelée médiateur du système nerveux sympathique et nerveux, ainsi que des hormones du stress.

Une étude des catécholamines dans le sang et l'urine révèle l'état fonctionnel de la médullosurrénale (particulièrement utile pour le diagnostic des tumeurs du tissu chromaffinique). Les catécholamines sont présentes dans le sang à de très faibles concentrations et sont rapidement éliminées de la circulation sanguine. Dans le cas d'une fonction rénale normale, l'étude de l'excrétion urinaire de catécholamines et de DOPA constitue une méthode adéquate pour évaluer l'état du système catécholamine - le système sympatho-surrénalien. Par conséquent, les méthodes de dosage des catécholamines sont largement utilisées dans les laboratoires de diagnostic clinique. Sont connus

  • méthodes biologiques, colorimétriques, polarographiques, chromatographiques, fluorimétriques et radio-isotopes,
  • Des méthodes plus disponibles et, en même temps, fluorométriques pour la détermination de ces hormones-médiateurs, basées sur la formation de trioxyindoles (adrénolyutine, noradrénolyutine), sont parfaites. La spécificité de la méthode réside dans le fait qu’elle n’examine que les dioxyphénols ayant une chaîne latérale de configuration strictement définie.

La méthode au trioxyindole, la plus spécifique et la plus sensible, est unifiée.

Le second groupe de méthodes, basé sur la modification de la fluorescence des produits de condensation des catécholamines avec l'éthylènediamine, est beaucoup moins spécifique, car de nombreuses substances de la structure du catéchol peuvent former des condensats lumineux. Cette circonstance a permis à certains auteurs de déterminer la dopamine par la différence entre les valeurs obtenues en travaillant avec les méthodes à l'éthylènediamine et au trioxyindole.

La différenciation des catécholamines peut être réalisée soit en raison de leur capacité à s'oxyder au maximum à différentes valeurs de pH du milieu, soit en raison de la différence des caractéristiques spectrales des lututines. Habituellement utilisé une combinaison des deux principes.

Le principe de la chromatographie par adsorption ou par échange d’ions est utilisé pour isoler les catécholamines de l’urine et les purifier des impuretés. L'hydrolyse des formes apparentées à la catécholamine peut être réalisée en traitant l'urine avec de la β-glucuronidase et de la phénolsulfatase. La chromatographie sur résines échangeuses d'ions a également été utilisée avec succès pour l'extraction et la purification de catécholamines à partir de fluides physiologiques.

Les méthodes suivantes sont les mieux connues:

  • détermination de l'adrénaline et de la noradrénaline dans l'urine par la méthode fluorimétrique après oxydation différentielle de catécholamines avec de l'iode à différentes valeurs de pH;
  • dosage de l'adrénaline, de la noradrénaline, de la dopamine et de la dioxyphénylalanine dans une partie de l'urine.

Souvent, dans la clinique, déterminent les produits finaux de l'inactivation biochimique de l'adrénaline, de la noradrénaline et de la dopamine. Les principaux produits finaux sont les acides vanillyl-amande (DIU) et homovanillique (HVA), qui se forment au cours de l’oxyméthylation et de la désamination oxydative des catécholamines. Ils sont extraits d'échantillons le plus souvent avec de l'acétate d'éthyle, puis soumis à une étude électrophorétique ou chromatographique. Pour la détection quantitative de ces substances sur les chromatogrammes et les forégrammes, leur capacité à effectuer des réactions chromatiques qualitatives est utilisée, suivie de l’élution des taches colorées et de la spectrophotométrie.

L'électrophorèse est le moyen le plus rapide et le plus pratique pour les laboratoires de diagnostic clinique. Les méthodes suivantes pour la détermination des produits méthylés du métabolisme urinaire de la catécholamine sont largement utilisées:

  • acide vanille-mandélique par électrophorèse sur papier;
  • vanille-amande, acide 5-hydroxyindolécétique et tyramine.

Hormones des glandes surrénales médullaires.

La médullosurrénale produit des hormones catécholamines (adrénaline, noradrénaline et dopamine). Ces hormones sont également appelées «hormones du stress», car leur contenu augmente considérablement lors d'un stress physique ou psychologique. La libération d'hormones de stress dans le sang s'accompagne d'une augmentation du rythme cardiaque et de la respiration, d'une augmentation de la pression artérielle, d'une accélération du métabolisme. De plus, le glycogène accumulé dans le foie et les muscles est décomposé en glucose. Avec une déficience de ces hormones dans le sang, la teneur en sucre diminue, la pression artérielle diminue et une faiblesse apparaît.

Si une personne est trop nerveuse et subit constamment un stress physique ou psychologique, son corps est alors dans un état actif en raison de la sécrétion accrue d'adrénaline et de noradrénaline. En conséquence, il existe une douleur à l'estomac, des maux de tête et une augmentation de la pression artérielle.

Le phéochromocytome est une tumeur hormonalement active des cellules chromaffines du système sympatho-surrénalien de la localisation surrénalienne ou extra-surrénalienne, sécrétant un grand nombre de catécholamines. Clinique: les crises caractérisées par une forte augmentation de la pression artérielle, associées à des symptômes neuropsychiatriques, métaboliques endocriniens, gastro-intestinaux et hématologiques (forme paroxystique de la maladie) sont caractéristiques. Pendant une crise, la clinique ressemble à la crise sympathico-surrénalienne: sensation de peur, anxiété, tremblements, frissons, pâleur de la peau, maux de tête, douleur thoracique, cœur, tachycardie, extrasystole, nausée, vomissements, fièvre, transpiration bouche sèche. Dans le sang - leucocytose, lymphocytose, éosinophilie, hyperglycémie. L'attaque se termine par la polyurie. La crise dure de quelques minutes à plusieurs heures. Une crise peut être compliquée par une hémorragie de la rétine, une insuffisance de la circulation cérébrale, un œdème pulmonaire. Les attaques surviennent en règle générale brutalement et peuvent être déclenchées par un stress émotionnel, un effort physique, la palpation de la tumeur, un changement soudain de la position du corps. Avec une forme stable de la maladie, il existe une hypertension artérielle constamment élevée, des troubles fonctionnels possibles des reins, des modifications du fond de l'œil. Excitabilité accrue observée, instabilité de l'humeur, fatigue, mal de tête. Avec une tumeur maligne - phéochromoblastome - la perte de poids, les douleurs abdominales sont fréquentes. Développement possible du diabète. Pour le diagnostic, on effectue surrénale échographie, tomodensitométrie, retropnevmoperitoneum (diagnostic topique) déterminer l'excrétion urinaire (dans un échantillon d'urine d'une journée ou trois heures ont été recueillies après l'apparition) des catécholamines et de leurs métabolites: épinéphrine, la norépinéphrine, l'acide vanillylmandélique on effectue des essais pharmacologiques avec l'histamine ou tropaphen.

L'adrénaline, un médicament - l'épinéphrine, mimétique de l'adrénergique, a un effet stimulant direct sur les récepteurs α et β-adrénergiques. Il a un effet prononcé sur le système cardiovasculaire. Augmente la fréquence cardiaque et la force, les accidents vasculaires cérébraux et le volume minute du cœur. Améliore la conductivité AV, augmente l'automatisme. Augmente la demande en oxygène du myocarde. Provoque une vasoconstriction des organes de la cavité abdominale, de la peau, des muqueuses et, dans une moindre mesure, des muscles squelettiques. Augmente la pression artérielle (principalement systolique), à ​​fortes doses augmente le poing rond. L'effet de pression peut provoquer un ralentissement réflexe à court terme du rythme cardiaque. L’épinéphrine (adrénaline) détend les muscles lisses des bronches, abaisse le tonus et la motilité du tube digestif, dilate les pupilles et contribue à la diminution de la pression intra-oculaire. Il provoque une hyperglycémie et augmente la teneur en acides gras libres dans le plasma.

Entrez s / c, au moins dans / m ou dans (lentement). Selon la situation clinique, une dose unique chez l’adulte peut aller de 200 µg à 1 mg; pour les enfants - 100-500 mcg. La solution injectable peut être utilisée comme collyre. Utilisé localement pour arrêter le saignement - à l'aide de tampons humidifiés avec une solution d'épinéphrine.

Réactions allergiques de type immédiat (y compris urticaire, choc angioneurotique, choc anaphylactique), se développant avec l'utilisation de médicaments, de sérums, de transfusions sanguines, de manger des aliments, de piqûres d'insectes ou l'introduction d'autres allergènes.

Asthme bronchique (soulagement de l'attaque), bronchospasme pendant l'anesthésie.

Asystole (y compris dans le contexte du blocus extrêmement développé du degré III).

Saignements des vaisseaux superficiels de la peau et des muqueuses (y compris des gencives).

Hypotension non susceptible de contenir un volume suffisant de liquides de remplacement (choc, traumatismes, bactériémie, chirurgie à cœur ouvert, insuffisance rénale, insuffisance cardiaque chronique, surdosage de médicaments).

La nécessité d'allonger l'action des anesthésiques locaux.

Hypoglycémie (due à une surdose d’insuline).

Glaucome à angle ouvert, dans les interventions chirurgicales sur les yeux - œdème de la conjonctive (traitement), pour l'expansion de la pupille, hypertension intra-oculaire.

Pour arrêter le saignement.

Contre-indications: cardiomyopathie obstructive hypertrophique, phéochromocytome, hypertension artérielle, tachyarythmie, cardiopathie ischémique, fibrillation ventriculaire, grossesse, période de lactation, hypersensibilité à l'épinéphrine.

Préparations d'hormones sexuelles.

Les hormones sexuelles sont produites par les glandes endocrines sexuelles: dans le corps de l'homme - par les testicules (ovaires), chez la femme - par les ovaires. La production d'hormones sexuelles est réalisée par les hormones gonadotropes de l'hypophyse antérieure

Préparations d'hormones sexuelles féminines.

Divisé en œstrogènes et progestatifs.

Les hormones œstrogéniques comprennent l’estroneestradiol. La production d'hormones sexuelles féminines dans les ovaires commence à la puberté (12-15 ans) et se termine à la ménopause (45-50 ans).

Pendant la puberté, les œstrogènes assurent le développement des organes génitaux, la formation du physique de la femme et la distribution des cheveux. Agit sélectivement sur l'utérus. Les œstrogènes sont produits dans les cellules du follicule en cours de maturation, dans lequel l'ovule mûrit. À la place d'un follicule rompu, un corps jaune se forme, qui produit une hormone gestagène, la progestérone. Il favorise l'implantation (fixation) d'un oeuf fécondé dans la muqueuse utérine et le développement du placenta.

Date d'ajout: 2016-03-27; Vues: 328; ECRITURE DE TRAVAIL

8. Hormones de la médullosurrénale

La médullosurrénale produit des hormones liées aux catécholamines. L'hormone principale est l'adrénaline, la seconde en importance est le précurseur de l'adrénaline, la nradrénaline. Les cellules chromaffines de la médullosurrénale se trouvent également dans d'autres parties du corps (sur l'aorte, au niveau de la division des artères carotides, etc.) et forment le système surrénal du corps. La médullosurrénale est un ganglion sympathique modifié.

La valeur de l'adrénaline et de la noradrénaline

L'adrénaline remplit la fonction d'une hormone, elle pénètre dans le sang en permanence, dans diverses conditions du corps (perte de sang, stress, activité musculaire), une augmentation de sa formation et sa libération dans le sang se produisent.

L'excitation du système nerveux sympathique conduit à une augmentation de l'adrénaline et de la noradrénaline dans le sang, elles prolongent les effets des influx nerveux dans le système nerveux sympathique. L'adrénaline affecte le métabolisme du carbone, accélère la dégradation du glycogène dans le foie et les muscles, détend les muscles bronchiques, inhibe la motilité du tractus gastro-intestinal et augmente le tonus de ses sphincters, augmente l'excitabilité et la contractilité du muscle cardiaque. Il augmente le tonus des vaisseaux sanguins, effet vasodilatateur sur les vaisseaux du coeur, des poumons et du cerveau. L'adrénaline améliore la performance des muscles squelettiques.

L'activité accrue du système surrénalien se produit sous l'action de divers stimuli qui entraînent une modification de l'environnement interne du corps. L'adrénaline bloque ces changements.

L'adrénaline est une hormone à action brève, elle est rapidement détruite par la monoamine oxydase. Il est parfaitement conforme à la régulation centrale fine et précise de la sécrétion de cette hormone pour le développement de réactions d’adaptation et de protection du corps.

La norépinéphrine agit en tant que médiateur, elle fait partie du sympathique - médiateur du système nerveux sympathique, elle participe à la transmission de l'excitation dans les neurones du système nerveux central.

L’activité sécrétoire de la médullosurrénale est régulée par l’hypothalamus; dans le groupe postérieur de ses noyaux, se situent les centres autonomes les plus élevés de la division sympathique. Leur activation entraîne une augmentation de la libération d'adrénaline dans le sang. La libération d'adrénaline peut survenir par réflexe lors d'une hypothermie, d'un travail musculaire, etc. Avec l'hypoglycémie, la libération d'adrénaline dans le sang augmente par réflexion.

9. Hormones sexuelles. Cycle menstruel

Les glandes sexuelles (testicules chez l'homme, les ovaires chez la femme) appartiennent aux glandes à fonction mixte. La fonction intrasécrétoire se manifeste par la formation et la sécrétion d'hormones sexuelles qui pénètrent directement dans le sang.

Les hormones sexuelles mâles - les androgènes sont formés dans les cellules interstitielles des testicules. Il existe deux types d'androgènes: la testostérone et l'androstérone.

Les androgènes stimulent la croissance et le développement de l'appareil sexuel, les caractères sexuels masculins et l'apparition de réflexes sexuels.

Ils contrôlent le processus de maturation des spermatozoïdes, contribuent à la préservation de leur activité motrice, à la manifestation de l'instinct sexuel et de réactions comportementales sexuelles, augmentent la formation de protéines, en particulier dans les muscles, réduisent la quantité de graisse dans le corps. Avec une quantité insuffisante d'androgènes dans le corps, les processus d'inhibition dans le cortex cérébral sont perturbés.

Les hormones sexuelles féminines, les œstrogènes sont formés dans les follicules ovariens. La synthèse de l'œstrogène est réalisée par la membrane du follicule, la progestérone - par le corps jaune de l'ovaire, qui se développe à la place du follicule en éclat.

Les œstrogènes stimulent la croissance de l'utérus, du vagin, des tubes, provoquent la croissance de l'endomètre, favorisent le développement de caractères sexuels secondaires féminins, la manifestation de réflexes sexuels, augmentent la contractilité de l'utérus, augmentent sa sensibilité à l'ocytocine, stimulent la croissance et le développement des glandes mammaires.

La progestérone assure le déroulement normal de la grossesse, contribue à la croissance de la muqueuse endométriale, à l'implantation d'un ovule fécondé dans l'endomètre, inhibe la contractilité utérine, réduit sa sensibilité à l'ocytocine, inhibe la maturation et l'ovulation du follicule en raison de l'inhibition de la formation de la lutropine hypophysaire.

La formation d'hormones sexuelles est influencée par les hormones gonadotropes de l'hypophyse et de la prolactine. Chez l’homme, l’hormone gonadotrope favorise la maturation des spermatozoïdes, chez la femme elle favorise la croissance et le développement du follicule. La lyutropine détermine la production d'hormones sexuelles féminines et masculines, l'ovulation et la formation du corps jaune. La prolactine stimule la production de progestérone.

La mélatonine inhibe l'activité des glandes sexuelles.

Le système nerveux est impliqué dans la régulation de l'activité des glandes sexuelles en raison de la formation d'hormones gonadotropes dans l'hypophyse. Le système nerveux central régule le flux des rapports sexuels. Lorsque l'état fonctionnel du SNC change, une violation du cycle sexuel peut survenir et même sa cessation.

Le cycle menstruel comprend quatre périodes.

1. Prédovulatoire (du cinquième au quatorzième jour). Les changements sont dus à la follitropine, la production d’œstrogènes est accrue dans les ovaires, ils stimulent la croissance de l’utérus, la croissance de la membrane muqueuse et de ses glandes, la maturation du follicule s’accélère, sa surface se rompt et l’ovule s’extirpe - l’ovulation a lieu.

2. Ovulation (du quinzième au vingt-huitième jour). Cela commence par la libération de l'œuf dans le tube, la contraction des muscles lisses du tube aide à le déplacer vers l'utérus, la fécondation peut avoir lieu ici. Un œuf fécondé, pénétrant dans l'utérus, est fixé à la membrane muqueuse et provoque la grossesse. Si la fécondation ne se produit pas, la période post-consultation commence. Au lieu du follicule, le corps jaune se développe, il produit de la progestérone.

3. La période post-consultation. L'œuf non fertilisé, atteignant l'utérus, meurt. La progestérone réduit la formation de follitropine et réduit la production d'œstrogènes. Les modifications des organes génitaux féminins disparaissent. Parallèlement, la formation de lutropine est réduite, ce qui entraîne une atrophie du corps jaune. En réduisant l'œstrogène, l'utérus est réduit, un rejet de la muqueuse se produit. À l'avenir, il est régénéré.

4. La période de repos et la période post-session se poursuivent du premier au cinquième jour du cycle sexuel.

Hormones de la médullosurrénale

Les glandes surrénales sont les glandes surrénales, dont la fonction est la sécrétion de plusieurs types d'hormones. La médullosurrénale est une structure produisant des hormones de la catécholamine, régulée par des impulsions du système nerveux.

Biochimie

Les hormones hormonales surrénales sont dérivées d'acides aminés de tyrosine. La médullosurrénale produit l'hormone adrénaline (épinéphrine).

La réplication hormonale a lieu directement dans le cytoplasme des cellules de la médullosurrénale. Il y a aussi une accumulation d'hormones. Différents granules de cellules médullaires peuvent contenir différentes quantités et types de catécholamines. Les hormones sont libérées des granules de la moelle par exocytose. En outre, la médullosurrénale produit l'hormone norépinéphrine.

Une fois que l'épinéphrine et la norépinéphrine sont entrées dans le plasma sanguin, elles forment un composé avec la protéine albumine. La majeure partie de l'épinéphrine pénètre dans le foie et le muscle squelettique. La noradrénaline, quant à elle, pénètre dans les tissus des organes à nerfs sémantiques innervés. Le métabolisme des hormones de la médullosurrénale se produit assez rapidement. Ce processus se déroule à l'aide d'enzymes spéciales. La fraction d'épinéphrine non désintégrée est excrétée avec l'urine et atteint en moyenne 5%.

Structure cellulaire

L'adrénaline est une hormone de la médullosurrénale, dont le deuxième nom est l'épinéphrine. La formule pour cette substance est C9H13NON3 et est l'un des dérivés de la pyrocatéchine. L'épinéphrine ressemble à une substance cristalline blanche, facilement soluble dans l'eau ordinaire.

La noradrénoline est une amine biogénique, précurseur de l'adrénaline. La formule chimique de cette substance est C8H11NON3.

La différence entre ces hormones est due à la différence de sensibilité des récepteurs aux membranes des cellules alpha et bêta.

Rôle physiologique

Le rôle physiologique de l'adrénaline et de la noradrénaline est de stimuler les cellules du système nerveux sympathique. Ce processus a la réaction opposée, de sorte que lorsque les terminaisons nerveuses sont excitées, la production de ces hormones augmente plusieurs fois.

L'hormone adrénaline de la médullosurrénale a les effets physiologiques suivants sur le corps humain:

  • stimule le rythme cardiaque;
  • dilate les vaisseaux coronaires et pulmonaires;
  • détend le tissu musculaire des bronches;
  • ralentit les entrailles;
  • augmente l'activité du sphincter;
  • augmente l'élève;
  • réduit la sélection de potto;
  • conduit à des émissions d'énergie.

La norépinéphrine est à la fois une hormone et un neurotransmetteur. Son action est similaire à celle de l'épinéphrine, mais n'est limitée que par une augmentation de la pression artérielle et une courte période d'action.

Les hormones de la médullosurrénale ont un effet provoquant une réaction qui mobilise tous les systèmes du corps en cas de danger. Ce processus se déroule en quatre étapes:

  1. Les bêta-adénorécepteurs sont excités, accompagnés d'une augmentation de la pression artérielle.
  2. Au deuxième stade, une bradycardie réflexe et une stabilisation de la pression artérielle se produisent.
  3. La phase suivante se caractérise par une stimulation des récepteurs adéno-alpha et une augmentation de la pression artérielle.
  4. Au stade final, la pression artérielle diminue et revient à la normale.

Fonctions

Les hormones médullaires des glandes surrénales ont un effet, provoquant une réaction différente du tissu musculaire dans tout le corps. Ils peuvent relâcher les muscles lisses des intestins et des bronches, ou inversement, provoquer l'agitation du tissu musculaire.

L'adrénaline est une hormone catabolique qui affecte tous les processus métaboliques dans les cellules du corps. Il est responsable de l’augmentation ou de la diminution du taux de sucre dans le sang. Il contrôle les processus de la gluconéogenèse et de la glycogénolyse. En outre, le taux de synthèse des graisses dépend du contenu en adrénaline des cellules sanguines. Des rejets fréquents d'hormones peuvent déclencher la dégradation des protéines.

La libération d'épinéphrine affecte le système nerveux central en tant que stimulant et provoque anxiété et excitation.

Mécanisme d'action

Les hormones de la médullosurrénale ont un effet provoquant une excitation de la région de l'hypothalamus, responsable de la production de l'hormone corticotrophine, qui augmente les niveaux de cortisol, ce qui entraîne une stimulation constante du système nerveux central par l'adrénaline.

En outre, l'épinéphrine peut avoir un effet antiallergique, atténuant la sensibilité des hormones médiateurs des réactions allergiques. Dans certains cas, les catécholamines peuvent avoir un effet immunostimulant.

Lorsque des violations de la fonction surrénalienne se produisent, un certain nombre de maladies sont associées à un manque de production d'hormones.

Un excès d'adrénaline peut également avoir des effets négatifs. Ainsi, les sauts constants de cette hormone peuvent conduire à un trouble mental tel que des attaques de panique. De tels troubles peuvent aussi être des symptômes de tumeurs surrénales. Le manque d'hormones cérébrales peut entraîner de graves pathologies.

Symptômes de dysfonctionnement de la glande surrénale:

  • prise de poids rapide;
  • gonflement;
  • fatigue accrue:
  • irritabilité;
  • fragilité osseuse;
  • maux de tête;
  • chute de pression.

En cas de violation des glandes surrénales, un traitement hormonal substitutif est effectué.

Aujourd'hui, les substituts synthétiques de l'adrénaline et du cortisol sont largement utilisés en médecine. Le chlorhydrate d'épinéphrine est utilisé pour traiter les symptômes d'allergies et pour stimuler la conductivité du muscle cardiaque. L'action de l'hormone synthétique est semblable à naturelle. L'adrénaline est injectée par voie sous-cutanée, intramusculaire et intracardiaque lorsque les ventricules s'arrêtent.

Indications pour l'utilisation d'adrénaline:

  • réactions allergiques aiguës, accompagnées d'un gonflement aigu des voies respiratoires;
  • œdème pulmonaire ou bronchospasme;
  • asystole ventriculaire;
  • saignements;
  • empoisonnement.

Vous ne pouvez pas utiliser l'adrénaline chez les patients présentant une hypersensibilité, une altération de la fonction myocardique, des patients atteints de phéochromocytome, pendant la grossesse et pendant l'allaitement.

Une surdose d'épinéphrine peut entraîner des troubles du rythme cardiaque, une ischémie, des vomissements, une crise cardiaque, un œdème cérébral et la mort.

Effets secondaires caractérisés par des émissions d'épinéphrine ou une surdose de son analogue synthétique:

  • maux de tête
  • nervosité
  • des frissons
  • attaques de panique
  • la température du corps diminue
  • la schizophrénie
  • états paranoïaques
  • l'insomnie
  • Troubles gastro-intestinaux
  • convulsions.

En outre, une stimulation accrue de la moelle surrénale peut provoquer les réactions allergiques suivantes:

  • œdème laryngé;
  • spasmes musculaires;
  • éruption cutanée;
  • transpiration excessive;
  • érection continue à long terme.

L'adrénaline a également la capacité d'interagir efficacement avec d'autres substances. Il peut affaiblir les effets des analgésiques, des somnifères et des narcotiques. Il est impossible de combiner la réception d'épinéphrine avec des préparations pour le cœur, mais également avec une anesthésie par inhalation.

Les diabétiques doivent se rappeler que la sécrétion accrue d'épinéphrine réduit l'efficacité de l'insuline.

La valeur et le rôle des hormones produites par les glandes surrénales

Les hormones surrénaliennes jouent un rôle important dans la coordination du travail de tout le corps humain.

Les glandes surrénales sont appelées glandes à vapeur. Leur rôle est de produire certaines hormones qui affectent la viabilité du corps. Le corps lui-même appartient au système endocrinien et est directement impliqué dans le processus de métabolisme.

Le nom des glandes surrénales n'implique nullement qu'elles soient l'appendice d'un autre organe - les reins, il n'y a rien de commun entre eux. Cette glande est située au-dessus des reins et présente une structure différente des parties droite et gauche. La masse de chacun d'eux chez l'adulte atteint 10 oz., Longueur - 5 cm La surface extérieure est entourée d'une couche de graisse.

La glande surrénale se compose d'une capsule supérieure qui a un sillon profond. À travers elle, les veines et les vaisseaux du système lymphatique pénètrent dans la glande. La structure de la glande surrénale est divisée en la moelle interne et la corticale externe (20: 80%).

Quelles sont les hormones produites par les glandes surrénales? Au total, jusqu'à quarante noms différents sont produits ici, qui sont responsables de la régulation des processus se produisant dans le corps. Des écarts dans la synthèse de certaines hormones entraînent des processus pathologiques chez l'homme, qui se manifestent par l'apparition de symptômes spécifiques.

Groupes d'hormones

Le corps de la glande surrénale comprend deux glandes - corticale et médullaire, elles ont une structure cellulaire différente, diffèrent par leur origine et leurs fonctions.

Le développement des substances dans le temps est différent: le cortical est formé lorsque l'embryon est à 8 semaines de développement, le cerveau est à 16 ans.

Photo de l'embryon à 8 semaines de gestation

Dans la couche externe corticale, il existe une synthèse de près de 30 hormones stéroïdiennes qui se répartissent en trois groupes:

  • Glucocorticoïdes. Ceux-ci incluent le cortisol, la cortisone, la corticostérone. Leur tâche consiste à contrôler le métabolisme des glucides et à supprimer l'inflammation.
  • Minéralocorticoïdes. Ce groupe comprend la désoxycorticostérone et l'aldestérone. Ils affectent le métabolisme des minéraux et de l'eau.
  • Androgènes. Les soi-disant hormones sexuelles, qui régulent le développement sexuel et les fonctions de reproduction.

Pour les hormones stéroïdes, caractérisées par une destruction rapide dans le foie et par l'excrétion du corps. Ils sont obtenus artificiellement et utilisés pour traiter diverses maladies. Ceux-ci peuvent être des maladies articulaires, l'asthme, les rhumatismes.

La médullosurrénale produit des hormones telles que l'adrénaline et la noradrénaline. Ce sont des hormones de stress. De plus, cette partie de la glande surrénale est responsable de la production de somatostatine, de bêta enképhaline et de peptides responsables du fonctionnement du système nerveux et du tractus gastro-intestinal.

Effets des hormones cérébrales sur le corps

Les hormones surrénales et leurs fonctions sont importantes pour le maintien de la santé humaine.

La substance cérébrale des glandes surrénales synthétise des hormones du stress qui ne vivent pas plus d'une demi-minute. Pendant ce temps, ils peuvent avoir des effets différents sur le corps humain.

La noradrénaline est le précurseur de l'adrénaline. Extérieurement, leur action se manifeste comme suit:

  • Si la noradrénaline se forme un peu dans le sang, la personne pâlit, a peur et perd la capacité de penser. Si le niveau de noradrénaline est élevé, si la colère et la colère augmentent chez une personne, il avance sans se sentir en danger.
  • Une forte montée d'adrénaline dans le sang conduit une personne à des actions héroïques. Avec son niveau bas, une attaque de panique commence, qui s'accompagne d'une crise de peur et de problèmes de respiration et de travail du cœur.

Les hormones de la médullosurrénale sont responsables du fonctionnement du corps. Leur influence se manifeste dans ce qui suit:

  • L'adrénaline stimule le cœur et les voies respiratoires, améliore l'activité mentale, provoque des spasmes de petits vaisseaux, accélère le métabolisme, peut entraîner la défécation et la miction involontaires, réduit le risque de fausse couche.
  • La norépinéphrine augmente la pression et la résistance vasculaire, a un effet vasoconstricteur, aide à l'accouchement en réduisant le muscle lisse de l'utérus chez la femme.

Incision de la glande surrénale

Les hormones de la médullosurrénale ont un effet parfois difficile à distinguer les unes des autres.

L'effet des hormones corticales sur le corps

La substance corticale représente jusqu'à 90% du tissu surrénal. Il synthétise les corticostéroïdes importants pour la santé humaine. Les hormones du cortex surrénalien sont produites dans trois zones qui remplissent différentes fonctions:

  • glomérulaire (couche superficielle mince);
  • puchkovoy (couche intermédiaire);
  • en filet (bordé par la médulla).

Les hormones de la zone glomérulaire surrénalienne régulent l’équilibre eau-sel, ce qui affecte la pression.

L'hormone aldesterone contrôle le muscle lisse vasculaire: avec son déficit, une hypotension se développe, un excès mène à l'hypertension. Cette zone produit également de la corticostérone et de la désoxycorticostérone. Ces hormones du cortex surrénalien ont une action secondaire.

La zone de touffes est connue pour la production de glucocorticoïdes. Les plus importants sont le cortisol et la cortisone, qui peuvent stimuler la synthèse du glucose dans le foie. En outre, ils suppriment sa consommation en dehors du foie, augmentant le taux de glucose dans le plasma. L'insuline affecte les niveaux de glucose dans un corps en bonne santé. Si le métabolisme est perturbé, des problèmes de santé se posent. Un excès de glucocorticoïdes entraîne une violation du métabolisme des lipides et un diabète sucré, le manque de - une accumulation excessive d’eau.

La zone réticulaire produit des hormones sexuelles androgènes et estrogènes. Ils sont particulièrement importants pour le corps de la femme, car ceux-ci contribuent à l'obésité.

Causes et signes d'insuffisance hormonale

Un certain nombre de facteurs peuvent causer un dysfonctionnement hormonal. Le plus souvent, ils sont causés par un mode de vie anormal, mais il y a des circonstances sur lesquelles une personne ne peut pas influencer. Les causes d'échec les plus courantes sont les suivantes:

  • hérédité sévère;
  • médicaments forcés pendant une longue période;
  • changements dans le corps pendant la puberté;
  • Maternité et travail forcé pour une femme;
  • la ménopause;
  • l'habitude de fumer et de boire souvent de l'alcool;
  • perturbation du système endocrinien, du foie, des reins;
  • dépression prolongée;
  • perte de poids nette.

L'effet anormal des hormones surrénaliennes se manifeste par un certain nombre de signes. La personne devient nerveuse et irritable. Les femmes ont un cycle menstruel irrégulier, sont frigides et souffrent de ménopause. Les hommes souffrent d'adénome, leur érection est perturbée. Le patient est perturbé par un trouble du sommeil et une fatigue accrue. Extérieurement, l'échec hormonal se manifeste par une perte de cheveux, l'apparition d'acné sur la peau, un gonflement, une fluctuation de poids.

Test sanguin hormonal

Un test sanguin pour les hormones surrénales, le médecin prescrit, si l'on soupçonne une maladie liée au système endocrinien. En outre, pour les femmes, cet examen sera indiqué en cas d'infertilité ou de fausses couches fréquentes.

Tout écart par rapport à la norme nécessite la nomination d’un traitement médicamenteux. Si les résultats sont incertains, le test d'hormone surrénale est répété.

Pour que les indicateurs soient corrects, un peu de préparation du corps est nécessaire:

  • le matériel de recherche est donné le matin à jeun;
  • doit maintenir un intervalle de 6 heures entre la prise de nourriture et le don de sang;
  • exclure le tabagisme 4 heures avant l'analyse;
  • éviter le stress et les exercices lourds avant l'examen;
  • ne pas prendre de pilules contraceptives hormonales pendant deux semaines;
  • en cas de dysfonctionnement rénal, le taux d'urine quotidien est également indiqué;
  • les femmes doivent avoir un calendrier menstruel.

Pour déterminer le niveau normal d'hormones majeures sécrétées dans les glandes surrénales dans le sang, il existe un tel tableau (indicateurs d'aldestérone en pg / ml, pour le reste en nmol / l):

Maladies de la défaillance des hormones surrénales

L'action des petites glandes endocrines des glandes surrénales sur le corps humain est grande. Si le niveau d'hormones sécrétées ne répond pas à la norme, différentes maladies se développent. Les hormones de la glande surrénale régulent de nombreuses fonctions du corps, à commencer par la pose des organes du futur enfant et tout au long de la vie.

Les violations communes seront:

  • Hyperfonctionnement du cortex surrénalien, qui sécrète beaucoup de glucocorticoïdes. Cela se manifeste par une pression croissante, l'obésité, le diabète se développe, les muscles s'affaiblissent, la peau devient sèche, les os deviennent cassants, des ulcères d'estomac peuvent apparaître, une infertilité est observée chez les femmes.
  • Hyperaldostéronisme des hormones surrénales. Dans ce cas, les glandes surrénales sécrètent beaucoup d'aldostérone. En conséquence, il y a un retard du sodium et de l'eau dans le corps, d'où les œdèmes et la pression artérielle augmente, le système nerveux et le myocarde souffrent.
  • Insuffisance surrénale chronique. Ce s'appelle également la maladie d'Addison. La maladie affecte jusqu'à 90% du cortex surrénalien, ce qui réduit considérablement la production d'hormones, en particulier de cortisol. Cela conduit à la tuberculose, aux maladies fongiques, aux tumeurs.
  • Hypoaldostéronisme du cortex surrénalien. Dans ce cas, les glandes surrénales synthétisent une quantité insuffisante d'aldostérone. Plus typiquement pour les hommes. Les patients signalent une faiblesse générale, des pertes de charge, des évanouissements et des convulsions. Par la suite, le diabète se développe.

Les maladies résultant de l’échec de la production d’hormones surrénaliennes se prêtent bien à un traitement médicamenteux. De plus, la phytothérapie peut normaliser la maladie.

Valeur du mode d'alimentation

Effet favorable sur les glandes surrénales a un régime alimentaire. Des situations de faim et de trop manger conduisent à une rupture de la glande. Par conséquent, il est nécessaire d’établir un régime correct et ininterrompu afin que les aliments entrant dans le corps correspondent au biorythme de la synthèse hormonale.

Cela contribuera au respect de ces règles:

  • le matin, il est nécessaire d'utiliser de tels produits qui augmenteront le taux de synthèse;
  • pour une réception en soirée, laissez des repas plus légers et réduisez les portions.

Le calendrier des repas doit être préparé en fonction du déclin physiologique de la glycémie. Le petit-déjeuner doit être servi avant 8 heures. À 9 et 11 heures, vous pouvez manger des fruits, manger mieux de 14 à 15 heures et dîner au plus tard à 18 heures. Si vous le souhaitez, vous pouvez manger des fruits, un morceau de fromage, des légumes avant d'aller au lit.

Il est nécessaire d’approcher strictement à l’établissement du menu du jour, y compris de tous les produits nécessaires, et également d’exclure l’alcool, les conservateurs et les sucreries. Abordez soigneusement l'utilisation du café et des boissons sucrées.

Un travail correct des glandes surrénales protégera le corps humain contre les effets de facteurs indésirables de l’extérieur et préviendra les maladies graves.

Hormones de la médullosurrénale

La médullosurrénale produit des hormones liées aux catécholamines. L'hormone principale est l'adrénaline, la seconde en importance est le précurseur de l'adrénaline, la noradrénaline. Les cellules chromaffines de la médullosurrénale se trouvent également dans d'autres parties du corps (sur l'aorte, au niveau de la division des artères carotides, etc.) et forment le système surrénal du corps. La médullosurrénale est un ganglion sympathique modifié.La valeur de l'adrénaline et de la noradrénaline

L'adrénaline remplit la fonction d'une hormone, elle pénètre dans le sang en permanence, dans diverses conditions du corps (perte de sang, stress, activité musculaire), une augmentation de sa formation et sa libération dans le sang se produisent.

L'excitation du système nerveux sympathique conduit à une augmentation de l'adrénaline et de la noradrénaline dans le sang, elles prolongent les effets des influx nerveux dans le système nerveux sympathique. L'adrénaline affecte le métabolisme du carbone, accélère la dégradation du glycogène dans le foie et les muscles, détend les muscles bronchiques, inhibe la motilité du tractus gastro-intestinal et augmente le tonus de ses sphincters, augmente l'excitabilité et la contractilité du muscle cardiaque. Il augmente le tonus des vaisseaux sanguins, effet vasodilatateur sur les vaisseaux du coeur, des poumons et du cerveau. L'adrénaline améliore la performance des muscles squelettiques.

L'activité accrue du système surrénalien se produit sous l'action de divers stimuli qui entraînent une modification de l'environnement interne du corps. L'adrénaline bloque ces changements.

L'adrénaline est une hormone à action brève, elle est rapidement détruite par la monoamine oxydase. Il est parfaitement conforme à la régulation centrale fine et précise de la sécrétion de cette hormone pour le développement de réactions d’adaptation et de protection du corps.

La norépinéphrine agit en tant que médiateur, elle fait partie du sympathique - médiateur du système nerveux sympathique, elle participe à la transmission de l'excitation dans les neurones du système nerveux central.

L’activité sécrétoire de la médullosurrénale est régulée par l’hypothalamus; dans le groupe postérieur de ses noyaux, se situent les centres autonomes les plus élevés de la division sympathique. Leur activation entraîne une augmentation de la libération d'adrénaline dans le sang. La libération d'adrénaline peut survenir par réflexe lors d'une hypothermie, d'un travail musculaire, etc. Avec l'hypoglycémie, la libération d'adrénaline dans le sang augmente par réflexion.

Hormones de la médullosurrénale

Quelle est la principale hormone médullaire surrénalienne et sa fonction?

Pour le traitement de la thyroïde, nos lecteurs utilisent avec succès le thé monastique. Vu la popularité de cet outil, nous avons décidé de l’offrir à votre attention.
Lire la suite ici...

Les glandes surrénales humaines sont des glandes surrénales endocrines qui produisent des substances biologiquement actives qui participent à de nombreux processus vitaux dans le corps. Les hormones de la médullosurrénale sont reconnues comme des stimulateurs importants du système nerveux symptomatique, capables de modifier le tonus musculaire, la pression artérielle, le rythme cardiaque et le métabolisme.

Caractéristiques du corps

Les glandes surrénales sont constituées anatomiquement d'une médullaire interne recouverte d'une couche corticale. Près de 4/5 de tous les secrets produits tombent sur la couche corticale, sans laquelle le fonctionnement de cet organe est impossible. La couche cérébrale a une structure histologique plus simple et, après son ablation chirurgicale, la glande continue de fonctionner et la personne ne ressent pratiquement aucun changement. En même temps, cet élément glandulaire produit des hormones qui sont reconnues comme essentielles à la survie d'une personne dans des situations stressantes et qui sont importantes pour lui sauver la vie.

La base de la médullosurrénale est posée à 6-8 semaines de développement de l'embryon, lorsque la couche corticale est déjà formée. À l'état intra-utérin et après la naissance, la structure de l'organe subit des modifications et le ratio de la sécrétion produit des modifications. La formation finale de la substance corticale est achevée entre 3 et 3,5 ans et la formation cérébrale - entre 6,5 et 7 ans.

Processus biochimiques

La glande cérébrale produit de telles hormones majeures - l'adrénaline ou l'épinéphrine (jusqu'à 78-81% de toutes les sécrétions), la noradrénaline (jusqu'à 19-22%) et la dopamine (pas plus de 1,2%). Tous appartiennent à la catégorie des catécholamines et sont formés par la mise en œuvre de plusieurs transformations consécutives de l'acide aminé tyrosine.

La biochimie principale coule directement dans le cytoplasme cellulaire du médulla. Ici, les hormones s’accumulent progressivement et on trouve dans des cellules différentes leur nombre. À la suite d'une exocytose, ils sont libérés et pénètrent dans le sang. Dans la masse sanguine, les hormones sont combinées à une protéine - albumine.

Les hormones produites sont envoyées dans tout le corps, mais leur distribution est inégale. La plus grande quantité d'adrénaline pénètre dans le foie et les muscles du squelette. La norépinéphrine s'accumule principalement dans les organes innervés par les nerfs sémantiques.

Les transformations métaboliques hormonales se produisent assez rapidement. Des enzymes spécifiques contribuent à ce processus biochimique. Presque toutes les hormones de la médullosurrénale sont utilisées à l'intérieur du corps. La partie non développée de l'adrénaline représente 4 à 6% et est excrétée lors de la miction.

L'épinéphrine est décrite par la formule C9H13NO3 et est un dérivé de la pyrocatéchine. En apparence, ce sont des cristaux blancs avec une bonne solubilité dans l'eau. La norépinéphrine (C8H11NO3) est considérée comme le précurseur de l'épinéphrine et constitue un type d'amine biogénique. La principale différence entre ces hormones est la sensibilité différente des récepteurs aux membranes cellulaires (membranes alpha et bêta).

Le rôle des hormones dans le corps

En fait, une hormone à part entière issue de tous les secrets biologiquement actifs produits par la médullosurrénale ne peut être reconnue que comme l'adrénaline, qui appartient aux hormones de stress et aux stimulants du système symptomatique et du système nerveux central. D'autres secrets jouent un rôle de médiateur, tandis que la noradrénaline est impliquée dans la régulation du système symptomatique et la dopamine - le système nerveux central.

Le rôle surrénalien est l'activation cellulaire du système nerveux. Dans le même temps, ce processus a des retours. Les hormones stimulent les récepteurs nerveux et, lorsque le système nerveux est excité, ils commencent à se développer plusieurs fois plus rapidement.

Les effets physiologiques de l'adrénaline ont les directions suivantes

  • activation du rythme cardiaque, augmentation sensible de la fréquence cardiaque;
  • expansion de la lumière des vaisseaux coronaires et pulmonaires, augmentation de l'apport en oxygène, augmentation du flux sanguin vers les muscles;
  • diminution du tonus musculaire bronchique;
  • ralentissement de l'activité intestinale;
  • activation de la fonction contractile des sphincters;
  • pupilles dilatées, augmentation de l'acuité visuelle;
  • réduire l'intensité de la transpiration, jusqu'à une violation de la thermorégulation avec l'apparition du phénomène décrit par l'expression "le jette en chaleur, puis au froid";
  • émissions d'énergie, accélération de la réaction et mobilisation de l'attention dues à un plus grand apport d'énergie du cerveau;
  • augmentation de la glycémie.

La norépinéphrine joue principalement le rôle de neurotransmetteur, contribuant à toutes les réactions susmentionnées, mais elle se remarque surtout lorsque la pression artérielle augmente, et ce pendant une période relativement courte.

Comme les hormones du stress, les sécrétions du cerveau surrénalien sont particulièrement actives pendant la période de stress extrême sur le système nerveux, en particulier lorsque le danger apparaît. Une telle activité se développe par étapes:

  1. Effets sur les récepteurs adrénergiques bêta. Leur excitation conduit à une augmentation de la pression artérielle.
  2. Réponse réflexe du corps sous forme de bradycardie cardiaque visant à normaliser la pression artérielle.
  3. Excitation des adénorécepteurs alpha conduisant à la prochaine hausse de la pression artérielle.
  4. La dernière étape du cycle comprend des actions réflexives pour stabiliser la pression.

Comment fonctionnent les hormones

Lorsque l'adrénaline est produite en grande quantité dans la médulla des glandes surrénales, elle commence à affecter le fonctionnement de l'hypothalamus dans le cerveau. À la suite de cette exposition, la production de corticotropine est modifiée. Une augmentation de la production de cette hormone entraîne une augmentation du taux de cortisol, qui active le travail de tout le système nerveux humain. Ceci assure la fonction d'adrénaline en augmentant la résistance aux situations stressantes. Avec des injections soudaines d'épinéphrine, une stimulation excessive du système nerveux entraîne un sentiment d'anxiété, voire de peur.

Ce devrait être une capacité antiallergique importante de l'adrénaline. Il bloque la sensibilité hypertrophiée des hormones, médiateurs des processus allergiques. Dans certains cas, les sécrétions surrénales agissent comme des immunostimulants.

La réponse du tissu musculaire aux effets des hormones cérébrales peut être différente. Dans le cas des muscles lisses bronchiques et intestinaux, on observe une diminution du tonus musculaire, c'est-à-dire relaxation musculaire. Pour les autres tissus musculaires, l'effet opposé est caractéristique, ce qui s'exprime en ramenant les muscles à un état excité.

Les processus métaboliques dans le corps sont également influencés par l'épinéphrine. Il est capable de réguler la gluconéogenèse et la glycogénèse, ce qui modifie le taux de sucre dans le sang dans un sens ou dans un autre. La synthèse des graisses dans les cellules sanguines réagit au niveau d'adrénoline et une libération importante de l'hormone peut provoquer la destruction des protéines.

L'apport paroxystique d'adrénaline dans le sang dans une situation stressante augmente considérablement les capacités physiques et psychologiques du corps humain. Pendant cette période, sont commis des actes impossibles en mode normal. Il y a ce que l'on appelle un coup d'adrénaline, mais cet état d'une personne ne dure que 1 à 3 minutes et au cours de cette courte période, une personne doit faire face au problème. De plus, un moyen de sortir du «super-État» commence, ce qui peut être accompagné de l'effet inverse: faiblesse générale, sensation de fatigue physique, apathie. Un tremblement incontrôlable du corps est possible.

État normal

En l'absence de facteurs et de pathologies provoquant les glandes surrénales, le niveau d'hormones produites se situe dans la fourchette normale et elles ont un effet bénéfique sur le corps humain. L'équilibre hormonal est contrôlé de différentes manières. La méthode fluorométrique la plus courante et la plus accessible, basée sur l'identification de formations hormonales - les trioxyindoles. De plus, des techniques biologiques, polarographiques, radioisotopes, chromatographie, colorimétrie peuvent être utilisées. La technologie du trioxyindole est utilisée comme méthode de recherche universelle.

La norme correspond à des concentrations sanguines d'adrénaline comprises entre 1,92 et 2,48 nM / l et de noradrénaline - 3,83-5,33 mM / l. Sécrétion normale d'hormones par les voies urinaires selon la méthode universelle - adrénaline - 26-78 mg / jour, noradrénaline - 9-38 mg / jour, dopamine - 114-430 mg / jour. Si les études sont fournies par la méthode fluorimétrique, ces indicateurs sont: adrénaline - 31-79 nM / jour, noradrénaline - 58,5-234 mm / jour, dopamine - 55-280 nM / jour.

Problèmes possibles

Avec le stress psychologique, les hormones sont produites en quantités excessives. Si ce phénomène se reproduit fréquemment et dure longtemps, les attaques d'adrénaline peuvent affecter l'activité cardiaque, provoquer le développement d'une hypertension artérielle et d'autres pathologies. Excès chronique d'épinéphrite, incl. avec des troubles fonctionnels de la glande, peut provoquer des troubles mentaux.

La production excessive d'adrénaline entraîne de tels effets secondaires: maux de tête fréquents, nervosité accrue, panique, frissons, fluctuations de la température, signes de schizophrénie, troubles du sommeil, manifestations paranoïaques, problèmes digestifs, convulsions. Une activation trop fréquente des fonctions sécrétoires de la médullosurrénale peut entraîner des processus allergiques se manifestant par des poches dans le larynx, des spasmes musculaires, des éruptions cutanées, une sudation intense, une érection altérée.

Une augmentation du niveau d'adrénaline peut affecter négativement les résultats du traitement de diverses maladies, bloquant ainsi l'effet des médicaments. Donc, avec le diabète, cela réduit l'efficacité de l'insuline. On constate un affaiblissement de l'effet des analgésiques, des somnifères, ainsi que des médicaments puissants contenant des stupéfiants. L'acceptation de remèdes cardiaques et l'anesthésie de type par inhalation avec émissions d'adrénaline et la prise de substituts d'épinéphrine sont dangereux.

Les pathologies surrénaliennes entraînent souvent une diminution ou une cessation de la production d'hormones, ce qui affecte négativement le corps humain et peut causer certaines maladies. Les dysfonctionnements surrénaliens peuvent entraîner de tels troubles - prise de poids accélérée et obésité, gonflement de divers organes, fatigue, irritabilité, réduction de la résistance des os et fractures fréquentes, céphalées chroniques et changements de pression artérielle.

En cas de déficit pathologique en adrénaline, un traitement hormonal substitutif est prescrit. Dans la pratique médicale, les substituts sont largement utilisés - adrénaline et cortisol synthétisés. En particulier, le chlorhydrate d'adrénaline est souvent prescrit. Les indications du traitement substitutif par adrénaline sont les suivantes: allergie grave avec œdème des voies respiratoires; spasmes bronchiques; œdème pulmonaire; asystole cardiaque; saignement interne; intoxication aiguë. Des doses excessives de médicaments et d’automédicaments sont source de problèmes cardiaques, de processus ischémiques, de crises cardiaques, d’œdèmes au cerveau et d’autres pathologies graves.

Conclusion

Les hormones, produites par la médullosurrénale, jouent un rôle important dans de nombreux processus survenant dans le corps humain. Ils protègent les gens en temps de danger et de stress. Un excès trop fréquent d'adrénaline, ainsi que sa carence, nuisent à l'état du corps.

Types d'hormones surrénales, régulation de la sécrétion d'hormones

Les hormones surrénaliennes jouent un rôle important dans la régulation des processus métaboliques. La violation de la production d'hormones surrénaliennes provoque le développement de nombreuses pathologies. Les composés surrénaliens bioactifs ont un impact significatif sur la santé, l'apparence et l'état émotionnel des personnes. Avant de savoir quelles hormones sont produites par les glandes surrénales, vous devez vous familiariser avec leur structure.

Peu d'anatomie

Les glandes surrénales sont de petites glandes de sécrétion de type endocrinien situées au-dessus des pôles supérieurs des reins. Dans la structure du corps, distinguer corticale et médulla. La partie corticale de l'organe est formée par la couche glomérulaire, en faisceaux et en mailles.

Le cortex surrénalien produit des hormones stéroïdes qui contrôlent le travail de nombreux organes et systèmes. Les hormones produites par la médullosurrénale sont des composés bioactifs liés aux catécholamines (neurotransmetteurs).

Organe cortical

Quelles sont les hormones sécrétées par le cortex surrénalien? Une cinquantaine d'hormones sont produites dans cette partie de la glande. Le cholestérol est le principal composant de leur biosynthèse. La glande corticale sécrète trois types de corticostéroïdes:

  • des minéralocorticoïdes;
  • les glucocorticoïdes;
  • stéroïdes sexuels.

Minéralocorticoïde

Les minéralocorticoïdes (aldostérone, désoxycorticostérone) régulent le métabolisme des sels d'eau. Ils retiennent les ions Na + dans les tissus, ce qui contribue à la rétention d'eau dans le corps. Un test sanguin pour les hormones surrénales est pris pour évaluer le fonctionnement de l'organisme entier.

L'aldostérone

L'un des principaux minéraux-corticoïdes synthétisés dans notre corps. Cette hormone est produite par les cellules de la zone glomérulaire des glandes surrénales. La sécrétion des hormones du cortex surrénalien est contrôlée par l'hormone adrénocorticotrope, les prostaglandines et le système réninangiotensine.

L'aldostérone dans le tubule distal du néphron active la réabsorption (réabsorption) des ions sodium de l'urine primaire dans le liquide extracellulaire, ce qui augmente son volume.

Hyperaldostéronisme

Cette pathologie se développe à la suite de la formation excessive d'aldostérone dans les tissus des glandes surrénales. L'hyperaldostéronisme primaire provoque des adénomes ou une hyperplasie bilatérale des surrénales; hypovolémie secondaire - physiologique (par exemple, lors d’une déshydratation, d’une perte de sang ou de l’utilisation de diurétiques) et d’une diminution du débit sanguin dans les reins.

Est important. La sécrétion accrue d'aldostérone provoque l'apparition d'une hypertension artérielle et d'une hypokaliémie (syndrome de Cohn).

Hypoaldostéronisme

Une synthèse insuffisante des hormones surrénales (aldostérone) est souvent diagnostiquée dans le contexte du développement de la maladie d'Addison, ainsi que de la pathologie congénitale des enzymes impliquées dans la formation de stéroïdes. L’hypoaldostéronisme secondaire est une conséquence de l’inhibition du système réninangiotensine, du déficit en hormone adrénocorticotrope, de l’utilisation excessive de certains médicaments.

Désoxycorticostérone

Chez l’homme, la désoxycorticostérone est une hormone minérale corticoïde mineure. Ce biocomposé, contrairement à l'aldostérone, augmente la force et l'endurance des muscles squelettiques. La désoxycorticostérone augmente la concentration de potassium dans l'urine et réduit son contenu dans le plasma sanguin et les tissus. Puisqu'il augmente la réabsorption d'eau dans les tubules des reins, il provoque une augmentation du liquide dans les tissus, ce qui peut déclencher la formation d'un œdème.

Glucocorticoïdes

Les composés présentés ont un effet plus marqué sur le métabolisme des glucides que sur l’équilibre eau-sel. Les principales hormones glucocorticoïdes sont:

  • la corticostérone;
  • le cortisol;
  • désoxycortisol;
  • la cortisone;
  • l'hydrocorticostérone.
Cortisol

Régule de nombreux processus vitaux. La synthèse du cortisol est stimulée par l’ACTH, dont la libération est activée par la corticolibérine produite par l’hypothalamus. À son tour, la production de corticolibérine est contrôlée par les centres correspondants du cerveau.

Le cortisol active la biosynthèse des protéines dans les cellules. Le principal effet métabolique du cortisol se produit lorsque la sécrétion d'insuline diminue. La carence en protéines dans les muscles provoque une libération active d'acides aminés, à partir desquels la synthèse du glucose (gluconéogenèse) est intensifiée sous l'influence du cortisol dans le foie.

Formation excessive d'hormones

L'hyperfonctionnement du cortex surrénalien s'accompagne d'un excès de glucocorticoïdes dans le sang et provoque le développement du syndrome d'Itsenko-Cushing. Une telle pathologie est enregistrée en cas d'hypertrophie des glandes surrénales (environ 10% des cas), ainsi que dans les adénomes hypophysaires (90% des cas).

Est important. La sécrétion excessive d'hormone corticotrope provoque une surproduction de cortisol. Le résultat est une violation du métabolisme des lipides et des glucides, de l'ostéoporose, de l'atrophie cutanée et de l'hypertension artérielle.

Pour le traitement de la thyroïde, nos lecteurs utilisent avec succès le thé monastique. Vu la popularité de cet outil, nous avons décidé de l’offrir à votre attention.
Lire la suite ici...

Carence en cortisol

L'échec primaire résulte de la destruction auto-immune de la glande endocrine, d'une néoplasie bilatérale ou de l'amylose, de lésions de maladies infectieuses, en particulier de tuberculose.

En raison d'une diminution de la synthèse des hormones minéralocorticoïdes, une quantité importante d'ions Na + et Cl– est excrétée dans l'urine, ce qui provoque une déshydratation et une hypovolémie. En raison d'un manque de glucocorticoïdes, responsables de la gluconéogenèse, la teneur en glycogène dans les muscles et le foie diminue, tandis que la concentration de monosaccharides dans le sang diminue. Tous ces facteurs provoquent une faiblesse et une faiblesse musculaire, suppriment la synthèse des protéines dans le foie.

Parfois, les patients souffrent de dépression, de perte d’appétit, de tremblements, d’anorexie, de vomissements, d’une hypotension persistante, de bradycardie et de cachexie.

Un test sanguin pour le cortisol est effectué dans les cas suivants:

  • hyperpigmentation de la peau;
  • l'hirsutisme;
  • l'ostéoporose;
  • puberté accélérée;
  • oligoménorrhée;
  • fatigue musculaire inexpliquée.

Stéroïdes (hormones sexuelles)

Les hormones stéroïdes synthétisées par les glandes surrénales régulent la croissance des cheveux dans les zones dépendantes des androgènes. Une pilosité excessive peut être associée à un dysfonctionnement surrénalien. Au cours de la période de développement embryonnaire, ces substances peuvent influer sur la formation des organes génitaux externes. Les androgènes surrénaliens activent la biosynthèse des protéines, augmentent la masse musculaire et la contractilité musculaire.

L'androstènedione et la déhydroépiandrostérone sont les principaux androgènes de la zone réticulaire des glandes surrénales. Ces substances sont des androgènes faibles, dont l'action biologique est dix fois plus faible que la testostérone. L'androstènedione et ses analogues dans le corps de la femme sont transformés en œstrogènes. Pour assurer le développement normal du fœtus et le déroulement de la grossesse physiologique, le taux d'hormones surrénales dans le sang des femmes augmente légèrement.

L'androstènedione et la déhydroépiandrostérone sont des androgènes essentiels formés dans le corps de la femme. Ces biocomposés sont nécessaires pour:

  • stimulation des glandes excrétoires;
  • développement de caractères sexuels secondaires;
  • activation de la croissance des cheveux dans la région génitale;
  • la formation de la pensée spatiale;
  • maintenir la libido.

C'est important! Les stéroïdes féminins et la testostérone dans les glandes surrénales ne sont pas formés, mais les œstrogènes peuvent être synthétisés à partir d'androgènes dans les organes périphériques (foie, tissu adipeux).

Hormones de la médullosurrénale

L'épinéphrine (épinéphrine) et la noradrénaline (noradrénaline) sont des hormones clés produites par la médullosurrénale. Les acides aminés (tyrosine et phénylalanine) sont nécessaires à leur biosynthèse. Les deux substances sont des neurotransmetteurs, c’est-à-dire qu’elles provoquent une tachycardie, augmentent la pression artérielle, optimisent le taux de glucides dans le sang.

Toutes les hormones de la médullosurrénale sont les composés les plus instables. Leur période de vie est seulement 50-100 secondes.

C'est important! La médullosurrénale produit des hormones qui aident le corps à s'adapter aux effets de divers facteurs de stress.

Effets des catécholamines:

  • l'hypertension;
  • rétention d'urine;
  • activation de la lipolyse;
  • la tachycardie;
  • augmentation du volume courant;
  • inhibition de la motilité intestinale;
  • l'hyperhidrose;
  • activation de la néoglycogénèse;
  • contraction des sphincters (intestin, vessie);
  • activation du catabolisme et de la production d'énergie;
  • dilatation de la pupille;
  • dépression de l'action de l'insuline;
  • expansion de la lumière des bronches;
  • stimulation de l'éjaculation.

Conclusion

Les hormones surrénaliennes, et surtout les gluco et minéralocorticoïdes, jouent un rôle important dans la régulation de divers processus dans le corps humain. La violation de leur synthèse normale pose de graves problèmes.

Analyse pour l'adrénaline et la noradrénaline

L'adrénaline est l'une des hormones de stress produites par la médullosurrénale. Il participe au maintien de la pression artérielle et mobilise tous les systèmes du corps dans des situations extrêmes. L'adrénaline est synthétisée à partir d'une substance précurseur, la norépinéphrine, qui transmet des informations dans le système nerveux sympathique. En général, leur action est très similaire et vise une adaptation rapide au stress et une augmentation des chances de survie de l'individu. La norépinéphrine et l'adrénaline sont appelées catécholamines.

Quelle est la nécessité de vérifier le niveau de catécholamines

L'adrénaline et la noradrénaline sont constamment présentes dans le sang à de faibles concentrations. La plupart d'entre eux sont stockés dans des granules des fibres nerveuses des parties sympathiques et parasympathiques du système nerveux.

Si une personne vit dans un stress constant, la concentration de catécholamines dépasse régulièrement les valeurs normales. Dans ce cas, la fonction protectrice et adaptative des hormones devient pathologique, ce qui conduit à une vasoconstriction régulière avec une augmentation de la pression artérielle. Par conséquent, la recherche de la cause de l'hypertension inclut nécessairement une étude du niveau d'adrénaline et de noradrénaline dans le sang / l'urine.

Lorsque le cours de l'hypertension en crise, en particulier chez les jeunes, on soupçonne une tumeur de la médullo-surrénale surrénale - phéochromocytome. Il produit et accumule des catécholamines, en les jetant périodiquement dans le sang en grande quantité. Pendant la crise, la pression du patient atteint 180-200 mm de mercure. et au-dessus, qui se manifeste souvent par des saignements de nez. Le diagnostic d’une tumeur est facilité par la détermination de la concentration de catécholamines dans le sang prélevé au moment de la crise et pendant la période intercritique.

Quelles maladies modifient la concentration de catécholamines

La concentration normale d'adrénaline dans le sang (au repos) ne dépasse pas 88 µg / l, la noradrénaline - 548 µg / l, les catécholamines en général - 1 µg / l. Leur concentration augmente dans les conditions pathologiques suivantes:

  • infarctus du myocarde;
  • lésion cérébrale traumatique;
  • tumeur provenant des cellules nerveuses du système nerveux sympathique;
  • acidocétose (diabète sucré);
  • phéochromocytome;
  • tumeurs à proximité des ganglions sympathiques;
  • alcoolisme chronique;
  • phase maniaque du syndrome maniaco-dépressif.

La réduction de la concentration de catécholamines en tant que pathologie endocrinienne séparée n’est pas constatée. Cela peut être le résultat de la prise de clonidine pour le traitement de l'hypertension. Dans ce cas, il est nécessaire de choisir de modifier la dose ou de choisir un autre médicament.

Qu'est-ce que l'augmentation de catécholamines

La synthèse de noradrénaline et d'adrénaline est dérivée de l'acide aminé tyrosine. Par transformations successives, la tyrosine est convertie en DOPA et en dopamine, qui servent également de médiateurs - transmetteurs d'informations entre les cellules nerveuses. La norépinéphrine est synthétisée et le dernier maillon est l'adrénaline. Le traitement des patients atteints de la maladie de Parkinson repose sur l'utilisation de préparations à base de DOPA. Par conséquent, pendant le traitement, les concentrations seuils de catécholamines risquent d'être dépassées.

L’exercice entraîne le même effet, vous ne devez donc pas donner de sang après la séance de gymnastique ou la course à pied dans les escaliers.

Comment se déroule le dosage de la catécholamine?

La concentration de noradrénaline et d'adrénaline est déterminée dans le plasma sanguin et dans les urines. Il est assez difficile de détecter une forte augmentation du nombre de catécholamines dans le sang, car elles sont éliminées en quelques minutes de différentes manières. L'un des moyens d'excrétion est la filtration du plasma par les reins et l'excrétion des médiateurs en excès dans l'urine. Par conséquent, il peut détecter un excès de catécholamines même après leur libération dans le sang.

L’urine à analyser est recueillie dans un récipient en plastique propre et sec muni d’un bouchon à vis. Moins il faudra de temps pour collecter le matériau et le livrer au laboratoire, plus le résultat sera fiable. Si vous stockez de l'urine pendant plus de 12 heures, les métabolites sont complètement ou partiellement détruits. Il est donc probable que le résultat obtenu sera un faux négatif.

Comment se préparer à l'analyse

3 jours avant l'étude envisagée, le patient ne peut pas:

  • boire du café;
  • les bananes;
  • du chocolat;
  • agrumes;
  • prenez de l'aspirine.

Il est préférable de donner du sang et de l'urine le matin entre 8 heures et 10 heures, car la concentration de la plupart des hormones est à ce jour à un niveau basique. Il est nécessaire de reporter l’étude si la veille était une journée difficile, un stress psycho-émotionnel, une nuit blanche, une consommation d’alcool. Le jour de la prise de matériel, vous ne pouvez pas aller au gymnase, faire des exercices ni verser de l'eau froide - toutes ces raisons entraînent une augmentation de la concentration de catécholamines dans le sang.

Auteur de l'article: Balandina Anna, docteur en diagnostic clinique et de laboratoire.

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

Le déroulement correct des processus physiologiques dépend en grande partie de l'état du système endocrinien.

L'apparition d'une gêne dans l'urètre (urètre) est un phénomène fréquent. Les médecins-urologues notent que près du tiers des patients qui ont demandé de l'aide aux cliniques de la ville et du district considèrent cette plainte comme la principale.

Yu.Manuylova, V.Fadeev, MD, professeur, G. Melnichenko, membre correspondant de RAMS, professeur, MMA nommé d'après I.M. Sechenov L'hypothyroïdie, l'une des maladies endocriniennes les plus courantes, revêt une grande importance pour la société, non seulement en raison des effets potentiellement néfastes sur la plupart des organes et des systèmes, mais également en raison des coûts financiers élevés liés au diagnostic et au traitement.