Principal / Des tests

Traitement de l'hyperthyroïdie chez les femmes

Peut-être que rien n'affecte de manière aussi sensible l'état physique et psychologique d'une femme que le développement d'un déséquilibre hormonal dans le corps. Et l'un des principaux organes du système endocrinien est la glande thyroïde, qui, sous le contrôle de la thyréostimuline (TSH) produite par l'hypophyse, produit des hormones thyroïdiennes thyroxine (T3) et triiodothyronine (T4). Cette glande de sécrétion interne de petite taille est responsable du métabolisme, de la croissance osseuse et du développement d'une silhouette féminine, de l'état de la peau et des cheveux, des processus de conception et de portage d'un enfant, de la formation des glandes mammaires, de la régulation du cycle menstruel. Si la thyroïde commence à sécréter une quantité excessive d'hormones thyroïdiennes, tous les processus métaboliques du corps de la femme sont considérablement accélérés, ce qui a un effet extrêmement négatif sur la santé de la femme. Dans de tels cas, les endocrinologues diagnostiquent l'hyperthyroïdie. Cette pathologie ne doit pas être ignorée, en particulier chez les femmes en âge de procréer, car le stade avancé de la maladie peut provoquer non seulement le développement d’une aménorrhée (absence complète de menstruations), mais également une infertilité. Le traitement de l'hyperthyroïdie chez la femme ne diffère pratiquement pas des méthodes thérapeutiques conventionnelles, à l'exception de certaines nuances pendant la grossesse.

Raisons

Dans la plupart des cas, le développement de cette maladie est associé à la présence de la maladie de Grave (goitre toxique diffus). C'est une maladie auto-immune dans laquelle le corps commence à produire des anticorps (immunoglobulines spécifiques) qui bloquent la production d'hormone stimulant la thyroïde à partir de l'hypophyse. En conséquence, le contrôle de l'activité thyroïdienne par la TSH est perdu et la glande active son travail, produisant une quantité excessive d'hormones T3 et T4. La deuxième cause d'hyperthyroïdie féminine est la formation d'une tumeur bénigne sur la glande thyroïde - adénome (goitre toxique nodulaire). En ne faisant pas attention à l'hormone régulatrice TSH, il a la capacité de produire des hormones thyroïdiennes. Outre les principaux facteurs, la production excessive d’hormones T3 et T4 dans le corps de la femme peut provoquer une ingestion incontrôlée de médicaments contenant de l’iode, de compléments alimentaires à base d’algues et de médicaments synthétiques hormonaux, de troubles neuropsychiatriques, de tumeurs de l’ovaire et de l’inflammation de la thyroïde.

Les symptômes

On sait à quel point les femmes réagissent avec acuité aux changements négatifs qui se produisent avec leur apparence. Donc, cette pathologie n’ajoute pas à l’attrait du beau sexe. Quelle femme aimera un symptôme thyrotoxique caractéristique tel que l'exophtalmie - le glaçage oculaire dû à la protrusion du globe oculaire? Eh bien, s’il existe une hyperthyroïdie dite transitoire asymptomatique ("silencieuse"), qui disparaît d'elle-même après un certain temps. Mais cela arrive rarement. En règle générale, la maladie s'accompagne d'ongles cassants, de grisonnements et de perte de cheveux, de bouffées de chaleur du visage, de transpiration accrue, de troubles menstruels et même de l'apparition d'ostéoporose précoce. La production excessive d'hormones thyroïdiennes en excès n'affecte pas le système nerveux des femmes. Elle devient nerveuse, irritable, agitée, trop vulnérable et sensible. Des craintes et des angoisses déraisonnables apparaissent, des difficultés à s'endormir, de l'insomnie ou un réveil précoce.

Une surabondance des hormones T3 et T4 affecte également l'activité cardiaque. Des attaques périodiques de tachycardie et de fibrillation auriculaire dans le contexte d’une augmentation constante de la pression artérielle systolique (supérieure), de l’œdème des membres inférieurs provoquent un essoufflement, une faiblesse, une fatigue rapide lors de la marche et un léger effort physique. En même temps, une myopathie thyréotoxique se développe accompagnée d'une faiblesse des muscles, de tremblements des bras et des jambes, de difficultés de mouvements, même sur de courtes distances. En outre, la digestion est perturbée, des douleurs abdominales paroxystiques apparaissent, des selles molles (diarrhée) sont fréquentes. Malgré un bon appétit, un homme perd rapidement du poids. Bien sûr, la plupart des femmes se débarrassent de ces kilos en trop, mais pas dans ce cas.

Diagnostics

Selon une seule symptomatologie prononcée et sur la base des plaintes du patient, le diagnostic d'hyperthyroïdie n'est pas encore posé. Pour confirmer, il est nécessaire d'examiner les données du test sanguin. Si une faible teneur en hormone stimulant la thyroïde de la glande pituitaire (TSH) et, en conséquence, un taux élevé d'hormones thyroïdiennes, la thyroxine et la triiodothyronine, se trouve dans le sang, cela indique une hyperthyroïdie. Pour identifier les nœuds, déterminer la taille de la glande thyroïde et enfin vérifier la présence de cette pathologie, on procède à une échographie de cet organe à sécrétion interne, à une tomodensitométrie, à une scintigraphie par radio-isotope et, en cas de suspicion de tumeur maligne, à une biopsie à l'aiguille fine. Avec des déviations dans le travail du cœur, l'électrocardiographie est possible.

Traitement

Le but principal des mesures thérapeutiques dans l'hyperthyroïdie est de supprimer l'activité fonctionnelle de la glande thyroïde et de normaliser le niveau des hormones T3 et T4. Les médicaments les plus couramment utilisés dans le traitement de cette maladie endocrinienne chez la femme sont les médicaments du groupe des thyréostatiques, le propylthiouracile et le tiamazole (analogues du métizol et du mercazole). Ils ont un effet thyréostatique efficace en bloquant l'enzyme peroxydase, impliquée dans l'iodation des hormones thyroïdiennes. Après l'administration prescrite de ces médicaments, la sécrétion d'hormones thyroïdiennes est considérablement réduite et leur taux dans le sang est normalisé. En tant que traitement symptomatique des manifestations négatives des systèmes nerveux et cardiovasculaire (sudation, tremblements, irritabilité, palpitations), des bloqueurs bêta-adrénergiques sont prescrits: aténolol, métoprolol, nadolol, propranolol, lopresor, etc.

L’hyperfonctionnement iodé radioactif de la glande thyroïde s’est généralisé récemment. Le patient avale plusieurs capsules contenant l'isotope I-131 d'iode et les boit avec deux verres d'eau, après quoi l'iode radioactif pénètre dans la glande thyroïde et endommage les cellules de cette glande endocrine, produisant des hormones thyroïdiennes. De plus, l'isotope d'iode a la capacité unique de détruire également les cellules des tumeurs bénignes et malignes. De plus, la dose reçue d'exposition au rayonnement pour l'ensemble du corps ne s'applique pas. Les avantages de cette méthode de traitement de l'hyperthyroïdie sont évidents: il n'est pas nécessaire de procéder à une chirurgie abdominale, de subir les effets de l'anesthésie, de se soucier des cicatrices laides et les cicatrices. Bien que parfois, le plus souvent avec plusieurs goitres toxiques nodulaires, vous devez toujours recourir à une intervention chirurgicale, dans laquelle une partie importante du tissu thyroïdien est enlevée.

Hyperthyroïdie et grossesse

Au cours de la période d'attente critique pour l'enfant, une légère augmentation de la taille de la glande thyroïde et une augmentation du taux d'hormones thyroïdiennes dans le sang sont considérées comme la norme pour une femme en bonne santé. Le fait est que pendant la grossesse, la future maman produit activement de la gonadotrophine chorionique dans le placenta, ce qui stimule la glande thyroïde à produire davantage d’hormones T3 et T4 contenant de l’iode, nécessaires à la formation et au développement du fœtus. Cette forme d'hyperthyroïdie ne nécessite aucune mesure thérapeutique, car après la naissance, le taux d'hormones thyroïdiennes revient généralement à la normale. Mais si l'hyperfonction de la glande thyroïde est causée par une maladie de Grave auto-immune, il est impératif que le traitement soit effectué. Sinon, une crise thyréotoxique, un saut brutal de la pression artérielle (prééclampsie), une insuffisance cardiaque et, par conséquent, une fausse couche peuvent survenir chez une femme enceinte. Considérant que le propylthiouracile chez les femmes enceintes est contre-indiqué, on leur prescrit des médicaments contenant du tiamazole, mais à des doses plus faibles. Mais l'iode radioactif pour le traitement des femmes enceintes est totalement inacceptable.

Ainsi, le traitement rapide de l'hyperthyroïdie chez les femmes protégera les représentants du sexe faible du développement de complications graves et leur permettra de retrouver rapidement un bon état de santé.

Hyperthyroïdie de la glande thyroïde: symptômes, causes et traitement

L'hyperthyroïdie est un ensemble de symptômes provoqués par une augmentation de la sécrétion et par un taux de sécrétion insuffisamment élevé d'hormones thyroïdiennes dans le sang. Cette condition a un autre nom - thyrotoxicose. Le nom de cette pathologie parle littéralement d'empoisonnement. En présence d’hyperthyroïdie, les symptômes ne sont que le reflet de la réponse du corps à un tel empoisonnement, à savoir un excès d’hormones thyroïdiennes dans le sang du patient.

Dans le contexte de la sursaturation du sang en hormones produites par la glande thyroïde, un changement qualitatif et une accélération de tous les processus métaboliques ont lieu dans le corps. Une telle intensification de tous les types de métabolisme a longtemps été qualifiée en médecine de "feu du métabolisme". Il existe des cas fréquents où les symptômes de la maladie sont également accompagnés d'une lésion des glandes surrénales, ce qui entraîne une modification de l'adaptation de l'organisme aux stress et aux troubles du métabolisme général.

Qu'est ce que c'est

L'hyperthyroïdie est une affection clinique caractérisée par une activité accrue de la glande thyroïde dans la production des hormones T3 (thyroxine) et T4 (triiodothyronine). Ces substances pénètrent plusieurs fois dans tous les tissus du corps et accélèrent les processus métaboliques. Le déséquilibre des hormones dans l'hyperthyroïdie affecte négativement l'état du patient, peut entraîner une altération du métabolisme de l'énergie et de la chaleur, ainsi que des lésions aux glandes surrénales.

Le rôle de la glande thyroïde dans le corps

La glande thyroïde est la plus grande glande du corps humain, située dans la région antérieure inférieure du larynx. L'organe endocrinien est responsable de la synthèse des hormones thyroïdiennes contenant des atomes d'iode. L'iode est extrêmement nécessaire pour le corps de chaque personne, car cette substance est directement impliquée dans la régulation des processus métaboliques, la thermorégulation, affecte le système nerveux et le psychisme.

La synthèse et la sécrétion d'hormones thyroïdiennes se produisent dans les follicules d'un organe en plusieurs étapes. En premier lieu, avec les aliments, l'iode pénètre dans le corps, qui entre dans le sang sous une forme inorganique. Les cellules de la glande thyroïde le capturent et le convertissent en iode organique. Après l'oxydation, la molécule d'iode se lie à la tyrosine, un acide aminé remplaçable, et des composés tels que la monoïodotyrosine et la diiodotyrosine se forment. Il se produit alors une condensation et la formation des hormones T3 et T4, qui sont libérées dans la circulation sanguine. Le sang saturé d'hormones transporte ces substances dans tous les tissus du corps, ce qui entraîne une accélération des processus métaboliques dans presque tous les organes humains.

En outre, l’hyperthyroïdie développe des modifications hormonales causées par la conversion d’androgènes (hormones sexuelles masculines) en œstrogènes (hormones sexuelles féminines) et par l’accumulation de ces derniers dans le sang. La sensibilité des tissus aux effets du système nerveux sympathique augmente nettement, le rôle principal dans la régulation de la fonction thyroïdienne étant assumé par l'hypothalamus et l'hypophyse.

Les causes

Parmi les causes les plus fréquentes contribuant au développement de cette maladie sont:

  1. La maladie de Basedow ou le goitre toxique diffus sont considérés comme la principale cause de cette maladie. C'est un goitre toxique qui contribue au développement de l'hyperthyroïdie dans 80% des cas. En règle générale, cette pathologie se produit chez les femmes. La maladie de Basedow est considérée comme une pathologie auto-immune et tout cela parce que, avec le développement de cette maladie, le système immunitaire humain commence à synthétiser des anticorps spéciaux, qui contribuent à leur tour à améliorer le travail de la glande thyroïde. Le plus souvent, chez les patients atteints de goitre toxique, d'autres pathologies auto-immunes telles que la gastrite, l'hépatite auto-immune ou la glomérulonéphrite sont notées. Les signes évidents de maladie grave incluent les symptômes d'hyperthyroïdie et de goitre.
  2. Thyroïdite. Avec le développement de cette pathologie une inflammation marquée de la glande thyroïde. Dans la plupart des cas, la thyroïdite survient dans le contexte de maladies infectieuses virales.
  3. Acceptation de quantités excessives d'hormones thyroïdiennes sous la forme de certains agents pharmaceutiques.
  4. Adénome de la glande thyroïde ou du goitre nodulaire, dans lequel il existe un fonctionnement amélioré de l'une ou l'autre section du tissu thyroïdien. En médecine, ce type de parcelles s'appelle "nœuds chauds".

Dans la plupart des cas, la maladie est observée chez les femmes de la moitié plus faible de l’humanité. Selon les statistiques, chez les femmes, cette pathologie est observée dans dix-sept cas sur mille, mais chez les hommes seulement dans deux cas sur mille. Le plus souvent, la population active âgée de vingt à cinquante ans est exposée à cette maladie.

Classification

La classification en fonction du niveau de modification met en évidence la thyrotoxicose (autre nom de la maladie):

  1. Primaire, c’est-à-dire celle qui résulte des modifications de la glande thyroïde elle-même;
  2. Secondaire, résultant de violations dans les structures de la glande pituitaire;
  3. Tertiaire, qui est apparu en raison de changements pathologiques de l'hypothalamus.

Il existe également une division de l'hyperthyroïdie en plusieurs formes:

  1. Manifeste ou en d'autres termes - explicite. Il existe des symptômes caractéristiques de la maladie. Il y a une augmentation de la quantité de triiodothyronine, ainsi qu'une diminution de la TSH;
  2. Subclinique. Il est entendu qu’il n’ya pas de signes cliniques évidents de la maladie, cependant, le nombre de TSH est réduit et la concentration de T4 est normale;
  3. Compliqué. Une forme dans laquelle il peut encore y avoir des problèmes avec le système cardiovasculaire sous la forme de fibrillation auriculaire, insuffisance du muscle cardiaque. Il y aura des troubles de l'appareil rénal (insuffisance rénale), une dystrophie d'organes, comprenant principalement le parenchyme, des déviations du système nerveux (psychose). Poids nettement réduit.

Symptômes d'hyperthyroïdie

Chez la femme, les symptômes de l'hyperthyroïdie résultent de l'accélération de tous les processus du corps et se manifestent par le travail accru des systèmes et des organes humains. La manifestation des symptômes de l'hyperthyroïdie dépend de la gravité et de la durée de la maladie, ainsi que du degré d'atteinte des organes, des systèmes ou des tissus.

L'excès d'hormones produites par la glande thyroïde affecte le corps humain comme suit:

  1. Système cardiovasculaire. Troubles du rythme cardiaque - tachycardie sinusale persistante mal traitée, fibrillation auriculaire et flutter. L'augmentation de l'écart entre les valeurs des lectures de pression supérieure et inférieure est due à une augmentation de la baisse systolique et simultanée de la pression artérielle diastolique. Augmentation du pouls, augmentation du volume et vitesse linéaire de la circulation sanguine. Insuffisance cardiaque.
  2. Système nerveux central. Irritabilité accrue, instabilité émotionnelle, irritabilité, anxiété sans cause, peur, élocution rapide, troubles du sommeil, poignées de main.
  3. Tractus gastro-intestinal. Augmentation ou diminution de l'appétit chez les patients âgés - jusqu'au rejet complet de la nourriture. Troubles de la digestion et formation de bile, douleurs abdominales paroxystiques, selles molles et fréquentes.
  4. Ophtalmologie. Les symptômes ophtalmologiques consistent en la manifestation susmentionnée, à savoir l'exophtalmie (dans laquelle le globe oculaire subit une saillie lorsqu'il est avancé et avec une augmentation de la fissure palpébrale). En outre, il y a un gonflement des paupières, des objets doubles dans le champ de vision et un clignement rare des yeux. Il convient de souligner qu’en raison de la pression caractéristique dans ce cas, dans le contexte duquel se développe également une dystrophie du nerf optique, la possibilité d’une perte de la vue absolue pour les patients n’est pas exclue. Parmi les symptômes ophtalmologiques actuels, on peut également identifier les yeux secs et les douleurs dans les yeux, une augmentation des larmoiements, le développement de l'érosion de la cornée, des poches sous les yeux, l'incapacité de concentrer le regard sur un objet particulier, etc.
  5. Respiratoire. La capacité vitale des poumons diminue en raison de la stagnation et de l'œdème; une dyspnée persistante se forme.
  6. Système musculo-squelettique. La myopathie thyrotoxique se développe, dans laquelle une faiblesse chronique et une fatigue musculaire, une hypotrophie musculaire (une affection des muscles provoquée par un manque de nutriments dans le corps ou par un déficit de leur absorption) deviennent des signes caractéristiques. Il y a aussi un tremblement des membres et du corps dans son ensemble, de l'ostéoporose (maladie progressive progressive ou syndrome clinique (dans ce cas), caractérisé par une diminution de la densité caractéristique des os avec violation simultanée de la microarchitectonique et de leur fragilité accrue, en rapport avec plusieurs processus dommageables). Dans le contexte des symptômes ci-dessus, des difficultés surviennent qui sont signalées au cours d’une longue marche (en particulier lors de la montée d’un escalier), ainsi que lors du port de poids. Cela n'exclut pas la possibilité de développement d'une paralysie musculaire, qui dans ce cas est réversible.
  7. Métabolisme Accélération du métabolisme - perte de poids, malgré une augmentation de l'appétit, l'apparition d'un diabète thyroïdien, une augmentation de la production de chaleur (fièvre, transpiration). À la suite de la décomposition accélérée du cortisol - insuffisance surrénalienne. Foie élargi, dans les cas graves d'hyperthyroïdie - jaunisse. Grande soif, miction fréquente et abondante (polyurie) en raison d'un métabolisme de l'eau altéré. Amincissement de la peau, des cheveux, des ongles, des cheveux gris forts au début, gonflement des tissus mous.
  8. Le système reproducteur. Des changements caractéristiques sont également notés dans ce domaine. Ainsi, dans un contexte de violation des processus de sécrétion des gonadotrophines, l’infertilité peut se développer. Comme décrit précédemment, chez les hommes, la gynécomastie peut se développer, la puissance diminue. En ce qui concerne l'impact sur le corps féminin en relation avec les processus de la maladie, ici, en particulier, il y a des défaillances du cycle menstruel. La manifestation de la menstruation est caractérisée par une douleur et une irrégularité, l'écoulement est peu abondant dans la nature, de graves signes de faiblesse (qui peuvent atteindre des évanouissements), de graves maux de tête sont des signes associés. Dans la manifestation extrême des échecs du cycle menstruel, l'aménorrhée, c'est-à-dire l'absence complète de menstruation, atteint.

Les symptômes de l'hyperthyroïdie en sa présence peuvent être absents chez les personnes âgées - l'hyperthyroïdie dite déguisée ou cachée. Dépression fréquente, léthargie, somnolence, faiblesse - réaction typique du corps des personnes âgées à un excès d'hormones thyroïdiennes. Une perturbation du système cardiovasculaire chez les personnes âgées atteintes d'hyperthyroïdie est observée beaucoup plus souvent que chez les jeunes.

Crise thyréotoxique (hyperthyroïdienne)

Cette complication se manifeste par l’absence de traitement pour la thyrotoxicose ou par la prescription d’un traitement qui ne correspond pas en réalité aux mesures nécessaires. De plus, une manipulation mécanique peut être provoquée lors de l'examen d'un patient ou lors d'une intervention chirurgicale qui affecte d'une manière ou d'une autre la glande thyroïde. Ne pas exclure la possibilité d’une crise et l’arrière-plan des effets du stress.

  1. En général, la crise hyperthyroïdienne se manifeste par la réalisation d'un pic par des signes caractéristiques de l'hyperthyroïdie. Il commence brusquement, son cours est dans la nature. Les patients ont une excitation mentale prononcée, souvent accompagnée d'hallucinations et de délires. De plus, les tremblements se propagent aux extrémités inférieures et dans tout le corps. La pression artérielle chute brusquement, une faiblesse musculaire apparaît avec une inhibition générale du patient. Les vomissements se manifestent sous une forme indomptable, accompagnée de fièvre (signes indiquant la pertinence de l'infection, dans ce cas absents), diarrhée, palpitations (atteignant 200 battements / min.). En urinant dans l'urine, il est possible de déterminer l'odeur caractéristique de l'acétone. La température augmente (jusqu'à 41 degrés), la pression.
  2. Dans certains cas, la jaunisse se développe, se manifestant par la forme aiguë de dégénérescence graisseuse affectant le foie, et une insuffisance surrénalienne peut également se développer.

Il est important de noter que le manque d'assistance opportune peut entraîner la mort du patient en raison de la transition de la crise dans le coma. La mort peut survenir à la suite d'une manifestation aiguë de la dégénérescence graisseuse du foie ou d'une insuffisance surrénalienne.

Des complications

Thyrotoxicose grave ou non traitée, risque de complications. Le plus souvent, il s'agit d'une crise thyrotoxique. En règle générale, une crise survient avec des maladies concomitantes graves ou une maladie de Grave non traitée. En cas de crise thyréotoxique, les signes d'hyperthyroïdie sont fortement intensifiés, les symptômes deviennent plus aigus et des perturbations du travail d'autres organes se développent rapidement. Plus souvent, la complication se produit chez les femmes, dans 70% des cas, la crise se développe sous une forme aiguë sévère.

Diagnostics

L'hyperthyroïdie est diagnostiquée par des manifestations externes, à partir de données d'études de laboratoire et d'instruments.

  1. Tests sanguins de laboratoire pour déterminer le niveau de TSH, T3, T4 et d'anticorps.
  2. L'ECG capture graphiquement les anomalies minimales du rythme cardiaque causées par l'hypertension dans l'hyperthyroïdie.
  3. Une échographie et une tomodensitométrie de la glande thyroïde aident à déterminer l'emplacement, le nombre et la taille des nœuds, ainsi que la présence d'infiltration inflammatoire.
  4. La biopsie de l'éducation nodale fournit une opportunité de mener une étude histologique.
  5. La scintiographie thyroïdienne vous permet de déterminer son activité à l'aide de radio-isotopes.
  6. Tests ophtalmologiques et ophtalmoscopie pour l'examen de la vue.

De tels signes d'hyperthyroïdie, en tant que changement d'apparence caractéristique et nombre de plaintes, donnent lieu à un examen approfondi du patient.

Traitement de l'hyperthyroïdie

Chez les femmes, le traitement de l'hyperthyroïdie implique en premier lieu une réduction de l'efficacité de la glande thyroïde au taux requis. Dans ce cas, les produits pharmaceutiques utilisés, qui tendent à bloquer la production d’hormones thyroïdiennes. Dans certains cas, une intervention chirurgicale est également effectuée, au cours de laquelle les chirurgiens retirent l'une des parties de l'organe.

La posologie et l’évolution des médicaments s’inscrivent individuellement.

  1. Bêta-bloquants - Betaxolol, Anaparine, Bisoprolol, Nibivolol, Aténolol, Talinolol, Métoprolol, Egilok, Egis, Corvitol et d'autres. Les médicaments eux-mêmes n'affectent pas sur le développement de l'hyperthyroïdie, leur but est dû à l'action d'assouplir les symptômes - réduire les signes de tachycardie et les manifestations douloureuses du cœur, normaliser en douceur les états de pression et d'arythmie.
  2. Avec une légère augmentation de la glande thyroïde, les agents qui inhibent la synthèse hormonale sont prescrits - Tyrozol, Tiamazole, Métizol, Mercazolil, Carbimazole ou Proptiouracile. C'est une surdose de ces médicaments qui peut avoir l'effet inverse.
  3. L'absorption de sédatifs est absolument nécessaire - Valoserdin, Persen ou Novo-Passit. Cela aidera à normaliser le sommeil, à réduire la nervosité et à prévenir les crises psychologiques.
  4. Le médicament "Endonorm" est assigné à maintenir les fonctions de la glande dans la période initiale de la maladie.
  5. Lorsque l'épuisement, accompagné de symptômes d'intoxication et de diarrhée, peut être recommandé - stéroïdes anabolisants - Methandriol ou Methandienone.
  6. Dans la genèse auto-immune (en cas d’ophtalmopathie et de syndrome d’insuffisance surrénalienne) d’hyperthyroïdie, des médicaments glucocorticoïdes sont prescrits - «Prednisolone» ou «Dexaméthasone».

Dans le traitement de l'hyperthyroïdie chez la femme, un facteur plus labile que le système nerveux masculin est pris en compte. En outre, des médicaments à action hypnotique, axiolytiques, réduisant les émotions et des tranquillisants - des médicaments apaisants sont prescrits.

Iode radioactif

Le traitement à l'iode radioactif (traitement par l'iode radioactif) consiste à prescrire au patient de prendre de l'iode radioactif dans une solution aqueuse ou une capsule. Une fois que la substance a pénétré dans les cellules de la glande thyroïde, y est collectée et commence à agir, elle entraîne sa destruction. En conséquence, la glande thyroïde devient plus petite, la composition et la sécrétion d'hormones dans le sang diminuent.

La radiothérapie à l'iode radioactif est associée à un traitement médical. La guérison finale ne se produit pas chez les patients; l'hyperthyroïdie demeure, mais elle n'est pas très prononcée et un second traitement est donc nécessaire. Dans la plupart des cas, après une thérapie à l'iode radioactif, une hypothyroïdie est observée pendant un mois ou des années; elle consiste donc en une thérapie dans laquelle le patient prend des hormones thyroïdiennes pour le reste de sa vie.

Opération

Afin de prendre une décision quant à la chirurgie, le patient se voit proposer différents types de traitement. Il est également nécessaire de décider du volume et du type de chirurgie si une intervention est nécessaire.

La nécessité d'une intervention chirurgicale n'est pas démontrée pour tous les patients et consiste en l'ablation partielle de la glande thyroïde. L'opération est nécessaire pour les patients chez qui un seul nœud ou une partie envahie de la glande thyroïde a une sécrétion accrue. Après la chirurgie, le reste de la glande thyroïde fonctionnera normalement.

Contrairement aux États-Unis, en Russie, le traitement chirurgical de l'hyperthyroïdie est largement utilisé. Les interventions sont notamment dues à la vigilance oncologique chez les patients atteints de goitre toxique nodulaire ou diffus, ainsi que dans le cas de goitre toxique diffus non traité avec des produits antithyroïdiens pendant 4-6 mois. La fréquence des tumeurs malignes de la thyroïde a considérablement augmenté depuis la catastrophe de Tchernobyl: on trouve des tumeurs chez 8 à 10% des patients opérés de la thyroïde.

Remèdes populaires

Un traitement à base de plantes de l'hyperthyroïdie est possible, mais uniquement en consultation avec le médecin et en tant que moyen supplémentaire du traitement conservateur principal.

Les herbes médicinales sont mélangées. Dans les formes d'hyperthyroïdie moins graves, 1 cuillère à soupe du mélange est brassée dans un bol en émail avec 200 grammes d'eau chaude (600) et infusée pendant 2 heures, puis filtrée et prise en trois doses égales 10 minutes avant les repas. Pour les formes sévères, une infusion d'un mélange de 3 cuillères à soupe est recommandée.

Pour cela, vous pouvez faire une infusion d'herbes:

  • absinthe, ou Tchernobyl, utilisé pour les troubles nerveux comme sédatif - 2 cuillères à soupe;
  • rhizome du pion de l’évaseur, ou racine de Marin, calmant le système nerveux, réduisant les maux de tête et ayant également un effet anti-inflammatoire - 1 cuillère à soupe;
  • Zyuznik European, qui a une action anti-inflammatoire et un effet sédatif prononcé, supérieur à l’arme de mère et à la racine de valériane - 3 cuillères à soupe;
  • racine de bardane hachée de feutre, qui est conçu pour réduire les effets de l'intoxication - 1 cuillère à soupe;
  • chardon bouclé; Il a un léger effet sédatif et anti-inflammatoire - 2 cuillères à soupe.

Cependant, il faut toujours se rappeler qu'en présence d'hyperthyroïdie, le traitement avec des remèdes populaires n'a pour but que de normaliser (dans une certaine mesure) la fonction du système nerveux et d'améliorer le sommeil, mais pas de traiter la maladie elle-même. L'utilisation de plantes médicinales n'est possible qu'après les recommandations de l'endocrinologue!

Prévention

Pour la prévention de l'hyperthyroïdie doit être examiné régulièrement par un endocrinologue. Le durcissement a un effet bénéfique sur le renforcement de la glande thyroïde. Le régime devrait être riche en vitamines et en minéraux. La réception de l'iode doit faire l'objet d'une surveillance raisonnable, l'utilisation des produits contenant de l'iode doit être équilibrée.

Devrait modérément prendre et bronzer, bronzer, visiter le solarium. Souvent, les mythes sur l'utilité de certains procédés et produits entraînent des perturbations dans le fonctionnement de la glande thyroïde, qui ont des conséquences désastreuses.

Symptômes de l'hyperthyroïdie chez la femme, traitement de la glande thyroïde

Dans cet article, vous apprendrez:

La combinaison des symptômes dus à l'hyperfonctionnement de la glande thyroïde est scientifiquement appelée hyperthyroïdie (thyrotoxicose). Cette pathologie est opposée à l’hypothyroïdie et se caractérise par une augmentation du taux de thyroxine et de la triiodothyronine dans le corps. La saturation des tissus et des organes avec une quantité excessive d'hormones conduit à une accélération pathologique du métabolisme et à une diminution de la fonctionnalité de tous les systèmes.

Informations générales

De par son origine, le syndrome est primaire, secondaire, tertiaire. Dans le premier cas, des violations se produisent dans la glande elle-même, dans le second, des dysfonctionnements de l'hypophyse, dans le troisième, la cause est un dysfonctionnement de l'hypothalamus.
L'hyperthyroïdie affecte principalement les femmes, comparé aux hommes, ils souffrent de cette maladie environ 10 fois plus souvent. La prévalence de la pathologie est assez élevée, mais elle n’atteint pas le niveau épidémiologique de l’hypothyroïdie.

En moyenne, environ 20 cas d'hyperthyroïdie sont enregistrés pour mille femmes. L'âge de la maladie: 20-50 ans.

L'hyperfonctionnement de la glande thyroïde chez la femme entraîne une stimulation anormale de tout le corps. Surtout réagir de manière aiguë à de tels effets vaisseaux et le coeur. Dans le contexte des processus se produisant sous l’influence du syndrome, les tissus et les organes commencent à ressentir le besoin d’une plus grande alimentation en oxygène, ce qui entraîne une augmentation du travail du cœur. Le symptôme le plus caractéristique de l'hyperthyroïdie est le soi-disant "cœur thyrotoxique".

Non seulement le cœur, mais tous les autres systèmes commencent à fonctionner dans un mode extrême. En l'absence de traitement opportun et adéquat, l'hyperthyroïdie engendre le développement d'une crise thyréotoxique. Une attaque d'intoxication aiguë avec des hormones thyroïdiennes peut provoquer le coma et la mort.

Raisons

L'hyperthyroïdie est la conséquence d'affections de la thyroïde. L'hyperfonctionnement de l'organe est une manifestation extrême de la maladie de Graves dans environ 70% des situations cliniques. Cette maladie a une origine auto-immune: le corps produit des anticorps qui provoquent une stimulation constante de la glande thyroïde, ce qui provoque la croissance de la glande et la production excessive de composés biologiquement actifs.

Les principales causes de la maladie chez les femmes sont:

  • Inflammations virales (thyroïdite aiguë) - cette pathologie est temporaire;
  • Tumeurs sous la forme de nœuds dans la glande thyroïde (maladie de Plummer) - plus souvent diagnostiquées chez les personnes âgées;
  • Adénome thyroïdien;
  • Formations tumorales de l'hypophyse;
  • Utilisation à long terme des hormones synthétiques.

Parfois, les facteurs les plus rares conduisant à la formation d'hyperthyroïdie chez les femmes sont enregistrés - tératome ovarien ou excès d'hormones résultant d'un apport excessif en iode.

Principales caractéristiques

La maladie se présente sous 3 formes: légère, modérée (manifeste) et grave. La forme bénigne ne se manifeste pas et est détectée uniquement à la clinique (cette variante de la maladie est généralement caractéristique des personnes âgées). La forme moyenne chez la femme se caractérise par des symptômes caractéristiques nécessitant un traitement par un médecin. Dans la forme sévère, insuffisance aiguë de divers organes, changement de comportement.

Les symptômes de la maladie sont extrêmement divers. La gravité des symptômes est déterminée par la gravité de la maladie et le niveau d'impact sur les organes. Les manifestations externes de l'hyperthyroïdie se traduisent par une augmentation de la taille de la glande thyroïde.

Parfois, des signes visuels permettent d’identifier immédiatement la cause première de la maladie - goitre toxique nodulaire ou diffus.

Les principaux symptômes de l'hyperthyroïdie sont les suivants:

  1. Excitabilité, émotivité excessive, agression, anxiété sans cause, peur, insomnie, tremblement des mains;
  2. Symptômes ophtalmologiques - exophtalmie (protrusion de l'oeil et dilatation de la fissure palpébrale), diplopie (vision double), dégradation progressive du nerf optique (conduit parfois à une perte de vision), gonflement, incapacité à se concentrer.
  3. Arythmie, tachycardie progressive dans le contexte d’une augmentation de l’indicateur supérieur de pression et d’une diminution de l’insuffisance cardiaque diastolique;
  4. Manque d'appétit ou augmentation de l'appétit (les personnes âgées peuvent totalement refuser de manger), diarrhée fréquente, violation du processus de formation de bile, douleur paroxystique à l'abdomen;
  5. Dyspnée persistante, diminution de la capacité pulmonaire;
  6. Myopathie thyrotoxique (fatigue musculaire constante, diminution du tonus musculaire), tremblements des membres et de tout le corps, ostéoporose, provoquant une fragilité et une fragilité des os;
  7. Transpiration intense et augmentation constante de la température;
  8. Morbidité et menstruations irrégulières (dans les cas graves, les femmes en âge de procréer développent une aménorrhée - absence totale de menstruations).

Souvent, les femmes sur fond de dysfonctionnement de la thyroïde ont observé une augmentation du foie, des cheveux clairsemés, des mictions fréquentes, une perte de poids. Le dernier symptôme se manifeste parfois même avec un appétit normal et accru. Les premiers cheveux gris sont une autre caractéristique.

Infographie: symptômes de l'hyperthyroïdie

Traitement

Le traitement de l'hyperthyroïdie est prescrit par un endocrinologue.

Il existe plusieurs méthodes thérapeutiques visant à éliminer cette pathologie:

  • Effets de drogue;
  • Résection de goitre diffus ou de tumeurs thyroïdiennes;
  • Traitement symptomatique visant à rétablir le statut fonctionnel des organes.

Le traitement médicamenteux implique l'utilisation de médicaments antibactériens. En règle générale, cette méthode de traitement est utilisée pour l'hyperfonctionnement léger à modéré de la glande thyroïde. En cas d'hyperthyroïdie sévère, un traitement médicamenteux est appliqué au stade préparatoire avant l'opération.

Dans les cas graves, un traitement radical est utilisé - une résection sous-totale de la glande thyroïde à Nikolaev. Indications pour la chirurgie - élargissement persistant de la glande et intolérance aux médicaments pour le traitement.

Production excessive d'hormones thyroïdiennes ou hyperthyroïdie chez la femme: symptômes et traitement, méthodes pour réduire le risque de complications dangereuses

L'activité de la glande thyroïde est perturbée dans le contexte de l'action de divers facteurs. L'hyperthyroïdie chez les femmes se développe souvent à l'approche de la ménopause, lorsque les niveaux d'hormones fluctuent sous l'influence de causes naturelles et de maladies de toutes sortes.

La production excessive de thyrotrophine, de triiodothyronine et d’autres régulateurs nuit au bien-être de celui-ci, il développe la maladie de Grave et une crise thyréotoxique est possible avec une intoxication prolongée du corps. La connaissance des symptômes et des causes de la production accrue d'hormones permet aux femmes de prévenir le développement de l'hyperthyroïdie et de réduire le risque de complications graves.

Informations générales

L'activité accrue de la glande thyroïde affecte négativement les organes et les systèmes: la charge sur le cœur, les reins, les organes digestifs, les vaisseaux sanguins et les fibres nerveuses augmente. Plus la concentration élevée d'hormones thyroïdiennes et stimulantes de la thyroïde est longue, plus l'intoxication est difficile.

S'il y a des signes de thyréotoxicose, il est important de consulter un endocrinologue. Il est nécessaire de mener une thérapie adéquate afin que le corps ne développe pas de complications dangereuses. En l'absence de traitement, les processus négatifs dans les éléments du système cardiovasculaire sont améliorés. Lorsque la crise thyréotoxique peut endommager de nombreux organes. Code d'hyperthyroïdie selon ICD-10-E00-E007.

Causes de la maladie

Des processus pathologiques dans la glande thyroïde se développent à l’arrière-plan:

  • effets des substances cancérogènes, des métaux lourds, des pesticides;
  • désir excessif de perdre du poids, rejet d'une bonne nutrition;
  • manque de sommeil;
  • utilisation immodérée de composés nocifs de la catégorie des produits chimiques ménagers;
  • fumer, excès d'alcool;
  • maladies auto-immunes;
  • effets des rayonnements, mauvaise écologie dans le lieu de résidence;
  • tumeurs de l'hypophyse, des glandes surrénales, de la glande thyroïde;
  • stress fréquent associé à l'insomnie, charge de travail au travail et à la maison.

Qu'est-ce que l'euthyroïdisme clinique de la glande thyroïde et comment traiter cette maladie? Nous avons la réponse!

Découvrez cet article sur les symptômes caractéristiques et les méthodes efficaces de traitement des kystes ovariens chez la femme.

Tableau clinique

Les symptômes négatifs ont une force et un caractère différents. Plus la femme est âgée, plus le risque d'anomalies thyroïdiennes graves est grand. Souvent, les symptômes s'apparentent aux manifestations d'autres maladies et nécessitent un ensemble de mesures pour poser un diagnostic.

Les principales manifestations de l'hyperthyroïdie chez la femme:

  • tachycardie, arythmie;
  • perte de poids spectaculaire;
  • une augmentation du volume de la glande thyroïde touchée;
  • fatigue, faiblesse musculaire;
  • tremblant dans les mains, les doigts, les paupières, moins souvent - dans tout le corps;
  • la diarrhée;
  • hypertension artérielle;
  • anorgasmie, diminution de la libido;
  • menstruations rares ou absence de menstruation;
  • douleur pressante dans la poitrine;
  • sautes d'humeur;
  • apatite accrue, un désir irrésistible de satisfaire la faim;
  • transpiration accrue;
  • faible tolérance à la chaleur;
  • amincissement de l'épiderme;
  • cheveux secs et cassants, alopécie;
  • irritabilité.

Il est important de connaître les signes spécifiques de l'hyperthyroïdie:

  • rougeur et "gonflement" des yeux;
  • augmentation de l'organe à problème (le goitre nodulaire se développe);
  • les phalanges des ongles s'épaississent au niveau des doigts;
  • ongles lâches, minces et cassants;
  • la peau sur la partie supérieure de la jambe devient plus épaisse, acquièrent une teinte violet-violet.

Facteurs provocateurs:

  • vieillissement naturel du corps;
  • échec hormonal pendant la transition vers la ménopause;
  • Surmenage nerveux au travail et dans la famille dans un climat psychologique médiocre;
  • manque de sommeil, surmenage;
  • les fluctuations de poids;
  • développement de pathologies endocriniennes;
  • situation écologique défavorable.

Diagnostics

Le traitement de l'hyperthyroïdie de la glande thyroïde chez les femmes impliquées dans l'endocrinologue. En outre, vous devez consulter un spécialiste étroit du profil approprié: cardiologue, gynécologue, nutritionniste, immunologiste, neurologue.

Si vous suspectez une activité accrue de la glande thyroïde, le patient devra faire une échographie. Après la procédure, le médecin voit la taille et la structure de l’organe à problème, la présence ou non de tumeurs, la gravité de la maladie.

Récemment, il est nécessaire de connaître l'état de santé de la femme, d'étudier les résultats de l'échographie précédente et de déterminer s'il y a eu des opérations sur la glande touchée. Le patient doit énumérer les médicaments prescrits pour corriger les troubles de la glande thyroïde et d’autres organes. Points importants: mode de vie, présence de mauvaises habitudes, âge, état de l'appareil reproducteur, bien-être général.

Analyses:

  • au niveau de la TSH, des hormones T3, PTH et T4;
  • s'il existe des preuves, il est nécessaire de clarifier les valeurs de LH, FSH, testostérone, œstrogène et estradiol;
  • une étude clinique pour étudier les paramètres sanguins de base;
  • biopsie tissulaire de la glande touchée.

Traitements efficaces

Si des anomalies sont détectées, un traitement complexe doit être effectué et un ophtalmologiste doit être consulté si l'hyperthyroïdie affecte la qualité de la vision.

Les médicaments

Pour supprimer l'activité de la glande thyroïde, prescrire des composés anti-thyroïdiens. Prendre des médicaments empêche la synthèse excessive d'hormones, diminue la force des symptômes négatifs. Noms efficaces: thyroxine, mercazole, propylthiouracile.

Après un mois et demi à trois mois, les signes de pathologie s’affaiblissent, mais après l’annulation des composés hormonaux, des complications graves sont possibles: lésions du foie, allergies, forte baisse de l’immunité et état fébrile. Développent souvent des rechutes.

Radiothérapie à l'iode radioactif

Le patient prend de l'iode sous forme de capsule. Après ingestion du médicament, l'effet des radionucléides se manifeste. Les cellules modifiées de la glande touchée capturent l'iode radioactif et meurent progressivement.

La symptomatologie de la maladie devient progressivement moins prononcée, la production d'hormones est réduite. Les récidives après traitement par radioiodine sont rares, l’exposition aux tissus sains est limitée. La plupart des patients tolèrent les effets de l'iode radioactif. Il est important de bien préparer le traitement, de suivre un régime hyperthyroïdien. Après le traitement, vous devez respecter certaines règles nutritionnelles afin de réduire la charge nerveuse et d'éviter le surmenage. Le patient est dans le dispensaire, visite périodiquement le médecin, passe des tests.

Bêta-bloquants

Lorsque la thyrotoxicose, la surproduction d'hormones développe souvent des manifestations négatives affectant le système nerveux et vasculaire. L'anxiété, les sautes d'humeur, la transpiration accrue, la tachycardie sont des symptômes fréquents de l'hyperthyroïdie.

Les bêta-bloquants aident la thyroïde touchée à faire face à la production d'hormones. Prendre ce groupe de médicaments soulage ou réduit considérablement les maux de tête, la fatigue et les vertiges.

Drogues sédatives

Dans l'hyperthyroïdie, des troubles de l'état psycho-émotionnel se développent souvent. Pouls rapide, anxiété, sautes d'humeur fréquentes, dépressions, larmoiements perturbent souvent les patients atteints de maladies de la thyroïde.

Il est utile de boire une collection de sédatifs, sédatifs: Novopassit, teinture de valériane et d’agripaume, Persen. Un bon effet avec une utilisation régulière donner des bouillons de menthe, motherwort, thym, mélisse.

Alimentation et nutrition

Il est important de consommer toutes sortes d'aliments pour fournir à l'organisme des protéines, des vitamines, des lipides, des minéraux et des glucides. Assurez-vous de vous procurer des produits laitiers pour compenser une carence en calcium, des légumes, des herbes, des fruits et des baies non acides. Vous ne devriez pas manger de fast-food, viande fumée, frit, graisses animales.

Comment traiter la mastopathie du sein avec des remèdes populaires? Voir une sélection de recettes efficaces.

Lisez à propos des habitudes alimentaires et des règles de conformité alimentaire pour le diabète de type 2 à cette adresse.

Rendez-vous sur http://vse-o-gormonah.com/hormones/drugie/aldosteron.html pour en savoir plus sur le taux d'aldostérone chez les femmes et les raisons de l'écart des indicateurs.

Complications possibles

L’hyperthyroïdie ne doit pas entrer dans une phase difficile: l’empoisonnement aux hormones met la vie en danger. Lorsque la crise thyréotoxique augmente les manifestations de pathologies chroniques, la température augmente, le pouls s'accélère, une confusion possible, le développement d'un coma. Les conséquences de l'hyperthyroïdie ne sont pas toujours aussi graves, mais de nombreux organes souffrent d'un degré quelconque de maladie.

Complications de la thyréotoxicose:

  • dermopathie, poches et hyperémie de la peau des jambes;
  • ophtalmopathie sur le fond de la maladie grave. L'absence de traitement peut entraîner de graves lésions aux organes de la vision et, dans certains cas, la cécité se développe.
  • maladie cardiaque. Pathologies courantes: tachycardie, insuffisance cardiaque;
  • développement de l'ostéoporose. Dans le contexte d'un déséquilibre hormonal, les os deviennent fragiles, la concentration en calcium diminue, le risque de fracture augmente, même avec une force légère ou une blessure légère. Si non traitée, une fracture de compression des vertèbres est possible, ce qui peut entraîner une invalidité, un pincement des nerfs et des vaisseaux sanguins, un syndrome douloureux prononcé, une diminution de l'activité motrice.

Directives de prévention

La probabilité de perturbations hormonales est moindre lorsque les règles sont respectées:

  • refuser de mourir de faim, équilibrer le régime alimentaire;
  • moins nerveux, apprenez à vous détendre;
  • arrêter de fumer, réduire sa consommation d'alcool au minimum ou arrêter complètement de boire de l'alcool;
  • répartir correctement la charge en matières domestiques et industrielles;
  • traiter en temps voulu les pathologies aiguës, surveiller l'état du cœur, des veines et des artères, vérifier périodiquement le niveau d'hormones;
  • Après 40 à 45 ans, consultez un endocrinologue et un gynécologue deux fois par an pour ne pas manquer le développement de maladies courantes.
  • renforcer le système immunitaire, bien manger, oublier les «régimes affamés»;
  • contrôler l'évolution des maladies de manière chronique, prendre régulièrement des médicaments, suivre un régime pour réduire le risque de récidive;
  • suivez le cycle menstruel, les sensations dans la région pelvienne. Lorsque la douleur, les menstruations irrégulières, le manque de désir sexuel, une décharge spécifique de l'urètre et du vagin, il est important de consulter le gynécologue à temps pour déterminer la cause des anomalies.

Vidéo - un extrait de l’émission télévisée «Vivre en bonne santé!» Sur les symptômes, le traitement et le mode de vie de l’hyperthyroïdie

Hyperthyroïdie (Thyrotoxicose)

L'hyperthyroïdie est une affection caractérisée par une sécrétion excessive d'hormones thyroïdiennes, due à un groupe de maladies de cet organe. Cela provoque l'accélération des processus dans le corps et les complications associées.

Thyrotoxicose - la présence d’un excès d’hormones thyroïdiennes peut être causée par l’hyperthyroïdie ou d’autres maladies de la glande thyroïde - thyroïdite, goitre nodulaire, en raison de la maladie.

Une augmentation de la production et de l'accumulation d'hormones thyroïdiennes dans le corps dans 70 à 80% des cas est associée à une augmentation de l'activité de la glande thyroïde dans la maladie de von Basedow-Graves, également appelée goitre toxique diffus. En outre, la cause peut être un goitre nodulaire ou multinodulaire. Les sceaux de la glande thyroïde sous forme de nœuds provoquent une augmentation de l'activité des organes.

Les causes de l'hyperthyroïdie peuvent également être une inflammation de la glande due à des infections virales - une thyroïdite subaiguë, ainsi qu'un grand nombre de médicaments contenant des hormones thyroïdiennes entraînent une hyperthyroïdie.

Lorsque l'hyperthyroïdie augmente la consommation d'oxygène par les tissus, elle augmente la formation de chaleur et accélère le métabolisme énergétique. La sensibilité des tissus à la stimulation sympathique et aux catécholamines augmente.

L'hyperthyroïdie provoque une augmentation du ratio œstrogène / androgène. Cela est dû à la conversion accrue des androgènes en œstrogènes, à une augmentation du contenu en globuline circulante, qui, à des niveaux normaux, se lie aux hormones sexuelles. La condition provoque la gynécomastie chez les hommes.

La destruction de la cortisone, qui entraîne une insuffisance surrénalienne, est également influencée par les hormones thyroïdiennes. Les maladies auto-immunes concomitantes y contribuent également, et les femmes sont plus susceptibles d'être malades.

La prévention de l'hyperthyroïdie est souvent négligée, ce qui alourdit le tableau général de la maladie. Une mauvaise alimentation, le manque d'activité physique et d'autres facteurs conduisent à une maladie de la thyroïde.

Au cours de l'évolution de la maladie, on distingue trois formes: la forme bénigne, la sévérité modérée et sévère. La dernière forme de la maladie se produit avec un traitement inapproprié ou sa longue absence. Le plus souvent, les complications de l'hyperthyroïdie surviennent dans les cas graves.

Symptômes de l'hyperthyroïdie

La thyréotoxicose perturbe le fonctionnement de nombreux organes et systèmes. Des niveaux hormonaux excessifs forcent le corps à s'adapter à ce mode de fonctionnement, perturbant ainsi de nombreux processus. Les symptômes de l'hyperthyroïdie sont nombreux, tant internes qu'externes.

Les changements externes sont principalement visibles comme la peau. Chez les patients présentant une transpiration accrue, la peau présente des cheveux fins et minces d'apparence humide. Les ongles du patient sont également susceptibles de changer, il y a un détachement douloureux des plaques à ongles. Les symptômes d'affaiblissement sont également l'exophtalmie, un élargissement externe de la fissure palpébrale et des globes oculaires se produit, les yeux deviennent bombés. Apparaît poches et hyperpigmentation des paupières.

Au niveau du système cardiovasculaire, une insuffisance cardiaque peut se développer, car le cœur ne peut pas gérer le volume de la circulation sanguine vers les organes et les tissus qui ont accéléré leur travail. Observé des symptômes de l'hyperthyroïdie comme l'hypertension, la tachycardie, augmentation de la fréquence cardiaque. Le système respiratoire semble essoufflement, capacité pulmonaire réduite.

Avec un degré léger et modéré de la maladie, les patients ont souvent un appétit accru, alors qu'une évolution grave se caractérise au contraire par son absence. Le poids corporel est réduit, ce qui s'accompagne de nausées, de vomissements et de diarrhée. Des troubles du travail du système musculo-squelettique entraînent le développement de l'ostéoporose, la masse osseuse est réduite, il y a une violation dans la structure des os. Le potassium s'accumule dans les os, ce qui améliore les réflexes, ce qui perturbe l'activité motrice. Les signes de dégradation sont la fatigue musculaire rapide et les tremblements. Les patients ont une excitabilité accrue, une nervosité, une insomnie fréquente. Ils sont submergés par un sentiment de peur et d’anxiété, leur activité intellectuelle et verbale augmente.

À partir du système génito-urinaire, les mictions sont fréquentes. Chez les femmes, le cycle menstruel est perturbé. La menstruation s'accompagne de douleurs intenses, de pertes rares, de nausées et de vomissements. Il y a une faiblesse générale, des maux de tête et de la fièvre. Chez les hommes, à son tour, la puissance diminue et une augmentation des glandes mammaires se produit. Les troubles du système reproducteur sont associés à une production inadéquate d'hormones sexuelles, ce qui entraîne souvent la stérilité chez les femmes et les hommes.

En raison de troubles métaboliques, responsables de la thyrotoxicose, un diabète thyrogénique peut se former chez les patients. La teneur en glucose augmente, des augmentations fréquentes de la température corporelle sont possibles.

Avec une hyperthyroïdie légère, on observe une perte de poids modérée, une tachycardie de moins de 100 battements par minute et aucune perturbation du fonctionnement des glandes, hormis la thyroïde elle-même. L'hyperthyroïdie se caractérise par une perte de poids prononcée, une tachycardie de l'ordre de 100 à 120 battements par minute et des modifications à court terme du rythme cardiaque. Troubles gastro-intestinaux observés, métabolisme des glucides, baisse du taux de cholestérol dans le sang. Les signes d'insuffisance surrénale augmentent progressivement. Thyrotoxicose sévère comprend presque tous les symptômes ci-dessus.

Diagnostic de l'hyperthyroïdie

Une thyréotoxicose suspectée et un diagnostic sont posés en présence de manifestations cliniques. L'apparition du patient et les données de laboratoire constituent une raison suffisante pour diagnostiquer l'hyperthyroïdie. Le premier à déterminer la présence dans le sang de taux élevés d’hormones thyroïdiennes.

Le diagnostic de l'hyperthyroïdie comprend également une échographie de la glande thyroïde. Cela permet de déterminer la présence dans les nodules des organes et d'établir la maladie à l'origine de l'hyperthyroïdie. Un électrocardiogramme est également attribué pour déterminer les anomalies dans le travail du système cardiovasculaire causées par la thyréotoxicose.

Souvent, si nécessaire, la tomodensitométrie est prescrite, des images en couches de la glande thyroïde peuvent révéler la localisation exacte des phoques. Sur la base de ces indications, l’endocrinologue prescrit un traitement.

À partir de tests de laboratoire, un test sanguin général est attribué, ainsi qu'une analyse des taux d'hormones. Lors du diagnostic, les données sur les maladies précédemment transférées, en particulier celles pour lesquelles des interventions chirurgicales ont été utilisées, jouent un rôle important. Il est également important de savoir quels médicaments le patient prenait ou prend actuellement. Il est obligatoire de désigner un examen médical complet.

Traitement de l'hyperthyroïdie

Dans le traitement de l'hyperthyroïdie, une approche intégrée est appliquée, un régime alimentaire, une hydrothérapie et d'autres procédures physiothérapeutiques sont prescrits. Le patient doit être sous la surveillance attentive d'un endocrinologue. Le traitement de l'hyperthyroïdie dans les phases bénignes initiales a un pronostic plus favorable, le risque de troubles graves du travail d'autres organes est réduit et les complications de l'hyperthyroïdie sont arrêtées à l'avance.

Trois méthodes de traitement de l'hyperthyroïdie sont pratiquées et de nombreux facteurs influencent le choix de la méthode. En règle générale, les principaux indicateurs sont l’âge du patient, le type de troubles, la forme de l’évolution de la thyrotoxicose, la présence de réactions allergiques aux médicaments et les maladies concomitantes.

Le traitement conservateur de l'hyperthyroïdie est plus efficace au stade initial du développement de la thyréotoxicose. Cette méthode vise à réduire l'activité de la glande thyroïde et la production d'hormones. Les médicaments antithyroïdiens sont prescrits, ils empêchent l'iode d'entrer et de s'accumuler dans la glande thyroïde, ce qui entraîne la production d'hormones thyroïdiennes. Ainsi, le travail de la glande ralentit considérablement.

La méthode chirurgicale de traitement est appliquée en présence dans la glande d'un seul nœud, ce qui entraîne une activité accrue. En outre, une intervention chirurgicale est indiquée pour la croissance d'une section distincte de la glande thyroïde. Lorsqu'une petite partie du tissu glandulaire est retirée, son travail est normalisé, le fonctionnement ultérieur est relativement stable. Si les données de diagnostic indiquent la prolifération d'une zone étendue ou d'un goitre multinodulaire, le traitement chirurgical est contre-indiqué, sinon une hypothyroïdie se développe - l'inverse de l'hyperthyroïdie.

Outre les méthodes traditionnelles de traitement, une méthode alternative est utilisée. Traitement de l'hyperthyroïdie à l'iode radioactif. La radiothérapie comprend une seule capsule ou une solution aqueuse contenant de l'iode radioactif. Avec le flux sanguin, le médicament atteint les cellules de la thyroïde avec la plus grande activité et s'y accumule, endommageant progressivement les cellules. Le processus se déroule sur quelques semaines. Sous l'influence de l'iode radioactif, la taille de la thyroïde est considérablement réduite, son activité est réduite en conséquence et le taux d'hormones dans le sang est ramené à des niveaux normaux.

Le traitement par radiothérapie à l'iode radioactif ne garantit pas un rétablissement complet; dans certains cas, une administration répétée du médicament est nécessaire. Le développement de l'hypothyroïdie est un effet secondaire de la prise d'iode radioactif. Dans ce cas, un traitement de substitution est nécessaire, qui dure toute la vie du patient. Les médicaments prescrits contenant des hormones thyroïdiennes, leur utilisation quotidienne permet de maintenir des niveaux normaux d'hormones dans le corps.

Complications de l'hyperthyroïdie

Thyrotoxicose grave ou non traitée, risque de complications. Le plus souvent, il s'agit d'une crise thyrotoxique. En règle générale, une crise survient avec des maladies concomitantes graves ou une maladie de Grave non traitée. En cas de crise thyréotoxique, les signes d'hyperthyroïdie sont fortement intensifiés, les symptômes deviennent plus aigus et des perturbations du travail d'autres organes se développent rapidement. Plus souvent, la complication se produit chez les femmes, dans 70% des cas, la crise se développe sous une forme aiguë sévère.

Prévention de l'hyperthyroïdie

Pour la prévention de l'hyperthyroïdie doit être examiné régulièrement par un endocrinologue. Le durcissement a un effet bénéfique sur le renforcement de la glande thyroïde. Le régime devrait être riche en vitamines et en minéraux. La réception de l'iode doit faire l'objet d'une surveillance raisonnable, l'utilisation des produits contenant de l'iode doit être équilibrée. Devrait modérément prendre et bronzer, bronzer, visiter le solarium. Souvent, les mythes sur l'utilité de certains procédés et produits entraînent des perturbations dans le fonctionnement de la glande thyroïde, qui ont des conséquences désastreuses.

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

Le syndrome de Waterhouse-Frideriksen (SUF), également appelé syndrome méningococcique ou méningococcémie fulminante, est une insuffisance surrénalienne qui se développe à la suite d'un saignement des glandes surrénales.

Synonymes: T3 commun (Triiodothyronine commune, Triiodthyronine totale, TT3)La glande thyroïde produit les hormones nécessaires à l'activité vitale du corps humain. Les principaux sont T4 et T3.

La médecine moderne ne reste pas immobile, malheureusement, les maladies qui progressent et entrent dans la vie des gens ne restent pas immobiles.