Principal / Kyste

L'hyperthyroïdie

L'hyperthyroïdie (thyrotoxicose) est un syndrome clinique provoqué par une augmentation de l'activité hormonale de la glande thyroïde et caractérisée par une surproduction d'hormones thyroïdiennes - T3 (triiodothyronine) et T4 (thyroxine). La surcharge sanguine en hormones thyroïdiennes provoque une accélération dans le corps de tous les processus métaboliques (le «feu du métabolisme»). Cette maladie est à l’opposé de l’hypothyroïdie dans laquelle, en raison d’une diminution du taux d’hormones thyroïdiennes, les processus métaboliques ralentissent. Si vous suspectez une hyperthyroïdie, une étude au niveau des hormones thyroïdiennes et de la TSH, une échographie, une scintigraphie et, si nécessaire, une biopsie est réalisée.

L'hyperthyroïdie

L'hyperthyroïdie (thyrotoxicose) est un syndrome clinique provoqué par une augmentation de l'activité hormonale de la glande thyroïde et caractérisée par une surproduction d'hormones thyroïdiennes - T3 (triiodothyronine) et T4 (thyroxine). La surcharge sanguine en hormones thyroïdiennes provoque une accélération dans le corps de tous les processus métaboliques (le «feu du métabolisme»). Cette maladie est à l’opposé de l’hypothyroïdie dans laquelle, en raison d’une diminution du taux d’hormones thyroïdiennes, les processus métaboliques ralentissent. L'hyperthyroïdie est principalement diagnostiquée chez les jeunes femmes.

Causes de l'hyperthyroïdie

L'hyperthyroïdie se développe généralement à la suite d'autres pathologies de la glande thyroïde, causées à la fois par des perturbations de la glande elle-même et par sa régulation: dans 70 à 80% des cas, l'hyperthyroïdie se développe en raison d'un goitre toxique diffus (maladie de Graves, maladie de Grave) - un élargissement uniforme de la glande thyroïde. Il s'agit d'une maladie auto-immune qui produit des anticorps contre les récepteurs hypophysaires de la TSH, contribuant à la stimulation constante de la glande thyroïde, à son élargissement et à la production excessive persistante d'hormones thyroïdiennes.

Dans les inflammations virales de la glande thyroïde (thyroïdite subaiguë) ou de la thyroïdite auto-immune, Hashimoto développe la destruction des cellules folliculaires de la glande thyroïde et l’écoulement excessif d’hormones thyroïdiennes dans le sang. Dans ce cas, l'hyperthyroïdie est temporaire et légère et dure plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Les sceaux locaux dans la glande thyroïde avec un goitre nodulaire augmentent encore l'activité fonctionnelle de ses cellules et la sécrétion d'hormones thyroïdiennes.

La présence de tumeurs hypophysaires sécrétant de la TSH, ainsi que d'adénome toxique de la thyroïde (une tumeur produisant des hormones thyroïdiennes de manière autonome, indépendamment du contrôle de l'hypophyse) ou d'un flux ovarien (une tumeur constituée de cellules thyroïdiennes et sécrétant des hormones thyroïdiennes) conduit au développement d'une hyperthyroïdie. L’hyperthyroïdie peut se développer lorsqu’une grande quantité d’hormones synthétiques thyroïdiennes synthétisées ou une immunité tissulaire de l’hypophyse aux hormones thyroïdiennes. Prédisposé au développement de l'hyperthyroïdie d'une femme, une personne ayant des antécédents héréditaires chargés, la présence d'une pathologie auto-immune.

Classification de l'hyperthyroïdie

Selon le niveau du trouble, on distingue l'hyperthyroïdie primaire (causée par une pathologie de la thyroïde), secondaire (provoquée par une pathologie de l'hypophyse) et tertiaire (provoquée par une pathologie de l'hypothalamus). Il existe plusieurs formes d'hyperthyroïdie primaire:

  • subclinique (niveau de T4 normal, TSH faible, asymptomatique);
  • manifeste ou manifeste (le niveau de T4 est augmenté, la TSH est significativement réduite, des symptômes caractéristiques sont observés);
  • compliqué (fibrillation auriculaire, insuffisance cardiaque ou surrénalienne, dystrophie des organes parenchymateux, psychose, carence en masse grave, etc.).

Symptômes de l'hyperthyroïdie

Les manifestations de l'hyperthyroïdie dans différentes lésions de la glande thyroïde sont similaires, bien que chaque pathologie, accompagnée d'un taux élevé d'hormones thyroïdiennes, possède ses propres caractéristiques. Les symptômes dépendent de la durée et de la gravité de la maladie, du degré de dommage causé à un système, à un organe ou à un tissu particulier.

Dans l'hyperthyroïdie, des troubles prononcés du système nerveux central et de l'activité mentale se développent: nervosité et irritabilité, instabilité émotionnelle (irritabilité et larmoiement), sentiment de peur et d'anxiété, augmentation des processus mentaux et de la rapidité de la parole, diminution de la concentration des pensées, séquence, insomnie, tremblements à petite échelle.

Les troubles cardiovasculaires de l'hyperthyroïdie se caractérisent par une perturbation du rythme cardiaque (tachycardie sinusale persistante, peu susceptible de traitement, fibrillation auriculaire et flutter), une augmentation de la tension artérielle systolique (supérieure) et diastolique (inférieure), une augmentation de la fréquence cardiaque, une augmentation du débit sanguin linéaire et volumétrique, une augmentation du débit cardiaque, échec.

Des troubles ophtalmiques (ophtalmopathie de Graves) liés à l'hyperthyroïdie sont présents chez plus de 45% des patients. Elle se manifeste par une augmentation de la fissure palpébrale, un déplacement (protrusion) du globe oculaire en avant (exophtalmie) et une restriction de sa mobilité, des clignotements rares, un doublement des objets et un gonflement des paupières. La sécheresse, l'érosion de la cornée, des douleurs aux yeux, des larmoiements et une cécité peuvent survenir à la suite d'une compression et de modifications dystrophiques du nerf optique.

L'hyperthyroïdie se caractérise par une modification du métabolisme et une accélération du métabolisme de base: perte de poids avec augmentation de l'appétit, développement d'un diabète thyroïdien, augmentation de la production de chaleur (sudation, fièvre, intolérance à la chaleur), insuffisance surrénalienne à la suite de la dégradation rapide du cortisol sous l'influence des hormones thyroïdiennes. Dans l’hyperthyroïdie, il se produit des changements cutanés: la peau devient mince, chaude et humide, les cheveux deviennent plus fins et grisonnent tôt, des ongles se développent. Les tissus mous du bas de la jambe se développent.

En raison de l'œdème et de la congestion, une dyspnée et une diminution de la capacité pulmonaire se développent. Des troubles gastriques sont observés: augmentation de l'appétit, indigestion et formation de bile, selles instables (diarrhée fréquente), accès de douleur abdominale, foie hypertrophié (jaunisse dans les cas graves). Les patients âgés peuvent connaître une diminution de l'appétit pouvant aller jusqu'à l'anorexie.

Dans l'hyperthyroïdie, on observe des signes de myopathie thyréotoxique: hypotrophie musculaire, fatigue musculaire, faiblesse constante et tremblement du corps, membres, développement de l'ostéoporose et activité motrice altérée. Les patients ont de la difficulté à marcher longtemps, à monter des escaliers ou à porter des poids. Une "paralysie musculaire thyrotoxique", parfois réversible, se développe.

La violation du métabolisme de l'eau se manifeste par une forte soif, des mictions fréquentes et abondantes (polyurie). La perturbation des fonctions de la sphère sexuelle dans l'hyperthyroïdie se développe à la suite d'une violation de la sécrétion de gonadotrophines mâles et femelles et peut entraîner une infertilité. Chez la femme, on observe des irrégularités menstruelles (irrégularité et douleur, très peu de pertes), une faiblesse générale, des maux de tête et des évanouissements; chez les hommes, gynécomastie et diminution de la puissance.

Complications de l'hyperthyroïdie

Avec une évolution défavorable de l'hyperthyroïdie, une crise thyréotoxique peut se développer. Il peut provoquer des maladies infectieuses, du stress et un effort physique important. La crise se traduit par une exacerbation brutale de tous les symptômes de l'hyperthyroïdie: fièvre, tachycardie sévère, signes d'insuffisance cardiaque, délires, progression de la crise dans un état comateux et mort. Une version «apathique» de la crise est possible - apathie, indifférence totale, cachexie. La crise thyréotoxique ne survient que chez les femmes.

Diagnostic de l'hyperthyroïdie

L'hyperthyroïdie est diagnostiquée en fonction de manifestations cliniques caractéristiques (apparence et plaintes du patient), ainsi que des résultats de la recherche. Dans l'hyperthyroïdie, il est utile de déterminer le contenu en hormones TSH dans le sang (le contenu est réduit), T 3 et T 4 (le contenu est augmenté).

Une échographie de la glande thyroïde détermine sa taille et la présence de nodules, en utilisant une tomographie par ordinateur pour déterminer le site de formation des nœuds. Un ECG enregistre la présence d'anomalies dans le travail du système cardiovasculaire. Une scintigraphie radio-isotopique de la glande thyroïde est réalisée pour évaluer l'activité fonctionnelle de la glande, afin de déterminer les nodules. Si nécessaire, effectuez une biopsie de la glande thyroïde.

Traitement de l'hyperthyroïdie

L'endocrinologie moderne a plusieurs méthodes de traitement de l'hyperthyroïdie, qui peuvent être utilisées seules ou en combinaison. Ces méthodes incluent:

  1. Thérapie conservatrice (médicamenteuse).
  2. Ablation chirurgicale d'une partie ou de la totalité de la glande thyroïde.
  3. Radiothérapie à l'iode radioactif.

Il est sans équivoque impossible de déterminer la meilleure méthode qui conviendrait parfaitement à tous les patients atteints d'hyperthyroïdie. Le choix du traitement le mieux adapté à un patient souffrant d'hyperthyroïdie est effectué par l'endocrinologue en tenant compte de nombreux facteurs: l'âge du patient, la maladie qui a provoqué l'hyperthyroïdie et sa gravité, l'allergie aux médicaments, la présence de maladies concomitantes, les caractéristiques individuelles du corps.

Traitement conservateur de l'hyperthyroïdie

Le traitement médicamenteux de l'hyperthyroïdie vise à supprimer l'activité de sécrétion de la glande thyroïde et à réduire la production excessive d'hormones thyroïdiennes. Des médicaments thyréostatiques (antithyroïdiens) sont utilisés: méthimazole ou propylthiouracile, qui empêchent l'accumulation d'iode nécessaire à la sécrétion d'hormones dans la glande thyroïde.

Les méthodes non médicamenteuses: diététique, hydrothérapie jouent un rôle important dans le traitement et la réadaptation des patients souffrant d'hyperthyroïdie. Les patients souffrant d'hyperthyroïdie se sont vu recommander un traitement par sanatorium mettant l'accent sur les maladies cardiovasculaires (une fois par semestre).

Le régime alimentaire doit comprendre une teneur suffisante en protéines, lipides et glucides, en vitamines et en sels minéraux. Les aliments qui excitent le système nerveux central (café, thé fort, chocolat, épices) devraient être limités.

Traitement chirurgical de l'hyperthyroïdie

Avant de prendre une décision responsable concernant une opération chirurgicale, toutes les méthodes de traitement alternatives sont discutées avec le patient, ainsi que le type et le montant de l'intervention chirurgicale possible. L'opération est indiquée chez certains patients atteints d'hyperthyroïdie et consiste à enlever une partie de la glande thyroïde. Les indications chirurgicales sont un nœud unique ou la croissance d'une section distincte (monticule) de la glande thyroïde avec une sécrétion accrue. La partie restante de la glande thyroïde après la chirurgie remplit une fonction normale. Une grande partie de l'organe est prélevée (résection sous-totale), une hypothyroïdie peut alors se développer et le patient doit recevoir un traitement de remplacement tout au long de sa vie. Après le retrait d'une partie importante de la glande thyroïde, le risque de récurrence de la thyrotoxicose est considérablement réduit.

Traitement de l'hyperthyroïdie à l'iode radioactif

La radiothérapie (traitement à l'iode radioactif) consiste à prendre une gélule ou une solution aqueuse d'iode radioactif. Le médicament est pris une fois, n'a pas de goût ni d'odeur. Une fois dans le sang, l'iode radioactif pénètre dans les cellules de la glande thyroïde avec hyperfonctionnement, s'y accumule et les détruit en quelques semaines. En conséquence, la taille de la glande thyroïde diminue, la sécrétion des hormones thyroïdiennes et leur niveau dans le sang diminuent. Le traitement à l'iode radioactif est prescrit simultanément avec le médicament. Cette méthode de traitement ne permet pas une guérison complète et les patients présentent parfois une hyperthyroïdie, mais moins prononcée: dans ce cas, il peut être nécessaire de répéter le traitement.

Le plus souvent, après un traitement à l'iode radioactif, on observe un état d'hypothyroïdie (après plusieurs mois ou années), compensé par un traitement substitutif (administration d'hormones thyroïdiennes à vie).

Autres traitements pour l'hypothyroïdie

Dans le traitement de l'hyperthyroïdie, les ß-bloquants peuvent être utilisés pour bloquer l'effet des hormones thyroïdiennes sur le corps. Le patient peut se sentir mieux en quelques heures, malgré le taux excessif d'hormones thyroïdiennes dans le sang. Les bloqueurs ß-adrénergiques comprennent des médicaments: aténolol, métoprolol, nadolol, propranolol, qui ont un effet durable. À l'exception de l'hyperthyroïdie provoquée par la thyroïdite, ces médicaments ne peuvent pas être utilisés en tant que traitement exclusif. Les ß-bloquants peuvent être utilisés en association avec d'autres méthodes de traitement des maladies de la glande thyroïde.

Pronostic et prévention de l'hyperthyroïdie

Les patients souffrant d'hyperthyroïdie doivent être sous la surveillance d'un endocrinologue. Un traitement opportun et correctement sélectionné vous permet de rétablir rapidement une bonne santé et de prévenir le développement de complications. Il est nécessaire de commencer le traitement immédiatement après le diagnostic et de ne pas se soigner soi-même.

La prévention du développement de l'hyperthyroïdie consiste en une nutrition adéquate, en l'utilisation de produits contenant de l'iode, en un traitement opportun de la pathologie existante de la glande thyroïde.

L'hypothyroïdie ou l'hyperthyroïdie est un facteur élevé.

TSH fluctuations de l'hypothyroïdie

L'hypothyroïdie est une affection dans laquelle une personne souffre d'un manque aigu ou chronique d'hormones thyroïdiennes.

Les modifications du contenu en hormones dans le corps entraînent une panne du travail de tous les organes et systèmes.

Dans l'hypothyroïdie, l'analyse de la TSH est très informative et permet de diagnostiquer la maladie au stade infraclinique, c'est-à-dire avant l'apparition des symptômes indésirables.

Etude informative - analyse sur TSH

La TSH est produite dans la glande pituitaire, la fonction principale de cette hormone est de stimuler la glande thyroïde.

Sous l'action de la TSH, les follicules thyroïdiens synthétisent:

Il existe des fluctuations quotidiennes normales de ces hormones.

Le niveau d'hormone stimulant la thyroïde est étroitement lié au niveau de T3 et de T4. Lorsque T3 et T4 augmentent, la production de TSH est suspendue.

Les substances chimiquement actives produites par la thyroïde affectent des processus vitaux tels que:

  • libération d'énergie des cellules;
  • régulation du métabolisme des graisses;
  • le travail du coeur et l'état des vaisseaux;
  • taux métabolique;
  • activité nerveuse;
  • thermorégulation et plus.

Le taux normal de TSH dans le sang est compris entre 0,4 et 4 mMe / L.

L’hypothyroïdie infraclinique peut être suspectée par des taux élevés de TSH.

Tableau clinique complet

Un endocrinologue compétent sera repoussé non seulement par le niveau de TSH.

En outre, le médecin vous prescrira un test sanguin pour détecter les hormones sans T3 ni T4.

Dans l’hypothyroïdie primitive subclinique, les indicateurs T3 et T4 peuvent rester normaux pendant longtemps, car la TSH augmente et tente de stimuler la glande thyroïde pour les produire.

Mais dans les cas avancés et sans traitement approprié, les taux de T3 et de T4 diminuent progressivement, l'hypothyroïdie primaire progressant.

Comment le niveau de TSH est-il mesuré?

À son arrivée au cabinet du médecin, le patient reçoit une recommandation pour un test sanguin.

De nombreuses personnes sont mal testées et obtiennent des résultats qui ne correspondent pas à la situation réelle.

4 règles à respecter pour que l'analyse affiche des informations fiables:

  1. Si le patient prend de la thyroxine, elle ne peut pas être annulée. Un comprimé de thyroxine doit être pris après le test.
  2. Les préparations d'iode, qui sont souvent prescrites pour l'hypothyroïdie, n'ont pas non plus besoin d'être annulées.
  3. Une semaine avant de donner du sang, il n'est pas souhaitable de boire de l'alcool.
  4. 90 minutes avant l'étude ne peuvent pas être fumés.

La plupart des endocrinologues recommandent de faire un don de sang le matin à jeun, mais certains experts estiment que manger ne modifie pas les résultats.

Il est préférable de demander à l'avance à votre médecin si vous pouvez prendre votre petit-déjeuner avant l'analyse.

Dans ce cas, l'endocrinologue assumera la responsabilité de l'exactitude du diagnostic.

Il est important de se rappeler que le stress affecte l’état de tous les organes et systèmes et peut aggraver l’état de la glande thyroïde. Vous devez donc bien dormir avant le test.

Résultats d'analyse

Selon les résultats de l'étude, l'endocrinologue aurait une idée de l'état des hormones du patient et du fonctionnement de la glande thyroïde.

Les résultats de recherche suivants sont possibles:

  1. Hypothyroïdie primaire. Le volume TSH dépasse la valeur normale. Les volumes de T3 et de T4 restent normaux pendant un certain temps puis diminuent.
  2. Hypothyroïdie secondaire. Cette condition est caractérisée par un faible niveau de T3 et T4, tandis que la TSH est également abaissée.
  3. L'hyperthyroïdie. Il se caractérise par un niveau accru de T3 et de T4, tandis que le volume de TSH diminue jusqu'à zéro. Cette image du sang est due au fait que l'hormone stimulant la thyroïde n'est pas produite en permanence, mais uniquement lorsque les niveaux de T3 et de T4 diminuent.

Les symptômes associés à une déficience et à un excès d'hormones thyroïdiennes étant différents, il est donc rare que le patient subisse un test de dépistage de l'hypothyroïdie et reçoive un diagnostic d '"hyperthyroïdie".

Le tableau montre les T3 et T4 normaux pour les adultes.

Analyses de contrôle et recherches complémentaires

Pour le médecin, les indicateurs les plus informatifs sont les T3 et T4 libres, car ils reflètent la fonction de la glande thyroïde pour le moment.

Selon le témoignage, le médecin a prescrit des mesures diagnostiques supplémentaires:

  • échographie de la glande thyroïde;
  • test sanguin biochimique;
  • échographie des glandes surrénales;
  • ECG et Doppler vasculaire;
  • la scintigraphie, un test de la fonctionnalité de la glande thyroïde en introduisant des isotopes radioactifs dans le corps;
  • examen par un gynécologue ou un urologue-andrologue;
  • examen par un neurologue;
  • consultation de cardiologue;
  • TDM et IRM de la tête.

Après avoir reçu tous les résultats de la recherche, le médecin peut diagnostiquer et prescrire le traitement avec précision.

Normalisation de la TSH dans différents types d'hypothyroïdie

L'hypothyroïdie primaire est due à des problèmes dans le travail de la glande elle-même et à la violation de ses fonctions.

En termes de gravité, 3 types d'hypothyroïdie primaire diffèrent:

L'étape relativement facile est considérée comme subclinique et la plus difficile est compliquée.

La classification de l'hypothyroïdie en fonction du niveau de TSH est indiquée ci-dessous:

Normalisation de la TSH dans l'hypothyroïdie infraclinique

L'hypothyroïdie infraclinique se déroule dans l'ombre, mais provoque de graves dommages pour la santé.

Les seuls signes par lesquels vous pouvez suspecter une maladie sont:

  • l'apathie;
  • la dépression;
  • diminution de l'appétit;
  • gain de poids;
  • faible tolérance au froid;
  • troubles du coeur;
  • douleur dans les muscles et les articulations;
  • basse température corporelle;
  • panne et manque de motivation;
  • mémoire et attention médiocres.

Les analyses à ce stade montrent une augmentation du niveau de TSH et une légère diminution des niveaux de T4 et T3.

Sans traitement, l’état de la personne s’aggrave et le déficit hormonal s’aggrave.

Pour le traitement du stade infraclinique, la L-thyroxine est utilisée à une posologie choisie individuellement par un endocrinologue.

Normalisation de la TSH avec hypothyroïdie manifeste

C'est à quel point le patient a déjà des plaintes caractéristiques et des changements pathologiques dans le travail du cœur, des reins et d'autres organes internes.

L'état du patient se détériore, les symptômes suivants se manifestent:

  • les poches;
  • bradycardie et arythmie;
  • amincissement des cheveux et des ongles;
  • transpiration excessive;
  • faiblesse et apathie;
  • perturbation du système digestif.

Les analyses montrent une augmentation de la TSH, alors que le volume de T4 est réduit. Le début de la maladie peut survenir à tout âge.

Pour le traitement des adultes de moins de 60 ans, la lévothyroxine est prescrite à une dose d’au moins 1,6 à 1,8 µg / kg de poids corporel.

Les patients âgés de plus de 60 ans, chez lesquels le risque de complications est accru, se voient prescrire le médicament à une dose de 12,5 à 25 microgrammes par jour, puis de 25 microgrammes tous les 60 jours jusqu'à ce que le niveau de TSH soit normalisé.

La lévothyroxine sodique est prise à jeun 1 fois par jour.

La période de réception est longue et, dans la plupart des cas, la vie.

Normalisation de la TSH dans l'hypothyroïdie compliquée

Le cœur, les vaisseaux, les glandes surrénales, les testicules ou les ovaires et d'autres organes commencent à souffrir d'un manque d'hormones vitales.

Les complications peuvent se développer dans une direction imprévisible et avoir diverses conséquences:

  • le gonflement augmente;
  • il y a de graves violations dans le travail du coeur;
  • accumulation de liquide dans les cavités du corps;
  • difficulté à respirer;
  • le foie augmente;
  • les os deviennent fragiles.

Des performances réduites et les maladies associées entraînent une invalidité et, sans intervention médicale, peuvent même entraîner la mort.

Le traitement est effectué avec de grandes doses de L-thyroxine sélectionnées individuellement.

Augmente la dose uniquement endocrinologue sous le contrôle des tests, intervenir indépendamment dans le déroulement du traitement est interdit.

TSH et pathogenèse de l'hypothyroïdie primaire

L’hypothyroïdie primaire est la cause principale de la prévalence, ce qui est diagnostiqué dans 94% des cas.

Quelles sont les causes de l'hypofonction de la glande thyroïde:

  • goitre nodulaire;
  • traitement à l'iode radioactif;
  • thyroïdite auto-immune;
  • effets de l'hormonothérapie;
  • prendre des médicaments antiviraux (dans le traitement de l'hépatite B, C);
  • effets de la prise de médicaments thyréostatiques;
  • chirurgie sur la glande, résection partielle ou complète de la glande thyroïde.

L’hypothyroïdie postopératoire est toujours accompagnée de taux élevés de TSH.

Pour normaliser le fond hormonal après l'opération, il faut prendre un médicament à vie.

TSH et pathogenèse de l'hypothyroïdie secondaire

L'hypothyroïdie secondaire est plus rare et se produit dans environ 5% des cas.

Si le médecin soupçonne une hypothyroïdie secondaire, un scanner ou une IRM du cerveau sera prescrit au patient.

L'IRM et la TDM révèlent les causes suivantes d'hypothyroïdie secondaire:

  • une diminution du nombre de cellules produisant des hormones thyroïdiennes dans le traitement de maladies des vaisseaux cérébraux, de tumeurs, d'infections et de lésions cérébrales traumatiques;
  • violation de la production d'hormones à la suite de dommages toxiques ou de l'exposition à des médicaments (généralement hormonaux);
  • dans 1% des cas, un dysfonctionnement de l'hypothalamus, qui contrôle l'hypophyse, est détecté.

Dans le cas d'une maladie d'origine centrale, le traitement consiste à éliminer les problèmes d'hypophyse ou d'hypothalamus: élimination de la tumeur, traitement de l'infection.

La même personne recevra un traitement hormonal substitutif (L-thyroxine).

L'analyse TSH aidera les adultes et les enfants

Le seul moyen de détecter l'hypothyroïdie au stade infraclinique et d'arrêter le développement d'un déficit hormonal consiste à effectuer des tests de dépistage des hormones thyroïdiennes et de la TSH.

Le diagnostic d'hypothyroïdie infraclinique chez les enfants est particulièrement important pour la vie et la santé.

Les hormones thyroïdiennes sont intégrées aux réactions chimiques qui régulent la division cellulaire. Ainsi, le manque d’hormones chez l’enfant entraîne un retard de croissance et un développement mental.

Normalisation de la TSH dans l'hypothyroïdie congénitale

Cette pathologie survient chez 1 nouveau-né sur 5 000 et est considérée comme commune.

Pour identifier une forme subclinique d'hypothyroïdie congénitale, le sang est prélevé sur le talon du bébé pendant 3 à 4 jours.

Après avoir prélevé un échantillon de sang, il est appliqué sur une fiche de test en papier à quatre fenêtres qui, après séchage, est transmise au laboratoire.

Le laboratoire donne les résultats de l'étude:

  1. Si la TSH dépasse 50 μU / L, on peut parler d'hypothyroïdie congénitale.
  2. Si la valeur de TSH est supérieure à 20 USI / L, mais inférieure à 50 ICED / L, une différenciation supplémentaire avec l'hypothyroïdie transitoire est nécessaire.

Le tableau montre les normes TTG pour les enfants de la naissance à 14 ans.

Dans l'hypothyroïdie congénitale, le traitement débute immédiatement dans la phase infraclinique, avant l'apparition des symptômes les plus brillants.

Le manque de soins médicaux ou de retard augmente le risque de crétinisme chez un enfant.

Les signes suivants indiquent le début du crétinisme:

  • diminution de l'appétit;
  • hernie ombilicale;
  • constipation persistante;
  • faible prise de poids;
  • croissance lente;
  • fermeture tardive des fontanelles;
  • dentition tardive.

Si une femme enceinte a consommé une quantité insuffisante d'iode ou a eu une maladie de la thyroïde, l'enfant peut être né avec une hypothyroïdie congénitale.

Autres causes qui déclenchent cette maladie chez le nouveau-né:

  • dysplasie glandulaire ou aplasie;
  • résistance aux hormones thyroïdiennes, résistance;
  • des anomalies de l'hypophyse ou de l'hypothalamus;
  • tumeurs cérébrales congénitales.

Le traitement consiste en un traitement hormonal permanent, destiné à assurer une croissance normale et à maintenir les processus métaboliques dans le corps.

En plus de l’hypothyroïdie congénitale et transitoire, c’est-à-dire transitoire.

La forme transitoire dans certains cas passe indépendamment, mais parfois un soutien hormonal est nécessaire.

Normalisation de la TSH dans l'hypothyroïdie transitoire

Ce type de trouble est associé à l'immaturité de l'hypothalamus et de l'hypophyse chez le bébé.

Dans les analyses, le niveau de TSH sera affiché entre 20 et 50 UI / l. En cas d'hypothyroïdie transitoire:

  • la taille de la glande thyroïde n'est pas modifiée;
  • il n’ya pas de changement dans le bien-être de l’enfant;
  • T3 et T4 sont normaux ou réduits.

Si une hypothyroïdie transitoire est constatée chez un bébé, vous devriez consulter régulièrement un endocrinologue et faire des analyses de sang.

L'hypothyroïdie transitoire dure habituellement de 2 à 4 jours à plusieurs mois.

Dans l'enfance, une telle déficience hormonale à long terme ne passe pas sans laisser de traces.

Les effets les plus communs de cette condition sont:

  • jaunisse;
  • pâleur de la peau;
  • motif vasculaire brillant sur la peau;
  • manque d'appétit;
  • poids insuffisant et gain de poids dans les premières années de la vie;
  • retard dans le développement physique et mental.

La posologie est choisie en fonction de l'âge et du poids. Pour les prématurés, la dose standard est de 8 à 10 mg / kg pour 1 kg de poids par jour.

Après 1 à 6 mois de traitement, le médicament est annulé et l'enfant réussit l'analyse.

Si le traitement échoue, le cours reprend.

Si le fond hormonal s'est normalisé, l'observation préventive est maintenue.

Contrôle TTG

Pour tous les types d'hypothyroïdie, il est nécessaire de maintenir l'observation prophylactique et de prendre les médicaments aussi longtemps que recommandé par l'endocrinologue.

Le médecin détermine quel médicament est exactement nécessaire et ajuste la posologie en fonction des tests de T3, T4 et TSH.

Le refus de prendre des médicaments, en particulier pendant l'hypothyroïdie postopératoire, est source de complications et de décès.

En cas de malaise dans la gorge, de faiblesse ou de fatigue constante, vous devriez consulter un médecin en dehors de l'examen de routine.

Les enfants qui ont souffert d'hypothyroïdie dans leur enfance doivent être testés lorsqu'ils entrent à l'école et au début de la puberté.

Les possibilités de l’hormonothérapie permettent aux patients atteints d’hypothyroïdie de conserver leur capacité de travailler et de se sentir bien.

La responsabilité du patient est de surveiller son état et de contacter en temps utile un endocrinologue.

Maladies de la glande thyroïde

Les hormones sécrétées par la glande thyroïde sont extrêmement importantes pour le corps. En cas de violation de leur niveau, il existe différents symptômes - hypothyroïdie et hyperthyroïdie.

Ces maladies se caractérisent par le fait que la concentration d'hormones qu'elles contiennent chute ou dépasse la norme, ce qui engendre de nombreux problèmes de santé qui peuvent se manifester sous la forme de différents signes. Habituellement, selon les manifestations initiales, il n'est pas toujours possible de distinguer les maladies les unes des autres, mais pour cela, les médecins prescrivent des tests spéciaux.

Dans cet article, nous verrons en quoi l’hypothyroïdie se distingue de l’hyperthyroïdie, pour quelles raisons ces pathologies se présentent et quels symptômes elles se manifestent.

Afin de comprendre les causes de la maladie, vous devez d’abord comprendre la différence entre hypo et hyperthyroïdie.

Cela peut être fait en définissant ces concepts:

  • L'hypothyroïdie est un syndrome qui se développe en raison d'une insuffisance d'hormones thyroïdiennes dans le corps humain.
  • L'hyperthyroïdie est une affection clinique caractérisée par une augmentation de la production d'hormones thyroïdiennes.

Il s’avère que le principal trait distinctif de ces maladies est la différence dans la production d’hormones. Cela peut se produire pour diverses raisons et il convient de noter que l'hyperthyroïdie et l'hypothyroïdie sont même des différences dans les facteurs d'occurrence.

Facteurs influant sur le développement de la maladie:

Classification des maladies

L'hypothyroïdie, l'hyperthyroïdie de la glande thyroïde se présente sous différents types et formes, selon lesquels il est d'usage de juger de la gravité des symptômes et de leur orientation. Pour les deux maladies se caractérise par une classification assez étendue, ce qui le rend assez accessible pour traiter le tableau de la maladie.

L'hypothyroïdie

Il existe de telles variétés:

  1. Primaire - dont l'apparition est directement liée à la glande thyroïde. Causée par le développement anormal de la glande, des maladies inflammatoires ou auto-immunes, des blessures ou une chirurgie, une carence en iode.
  2. Secondaire - l’apparition se produit lorsque l’hypophyse fonctionne mal. Il se produit si la fonction tropique de l'hypophyse diminue au cours de ses différentes lésions.
  3. Tertiaire - se développe si les noyaux endocriniens de l'hypothalamus sont affectés.

En outre, l’hypothyroïdie peut être congénitale ou acquise tout au long de la vie.

En outre, l'hypothyroïdie est divisée en fonction de la gravité des symptômes:

  1. Subclinique - les symptômes sont absents, le taux de TSH dans le sang est élevé et la T4 est normale.
  2. Manifeste - il existe des manifestations cliniques, une hypersécrétion de TSH et un faible taux de T4.
  3. Compensé - le tableau clinique est doux.
  4. Décompensé - les symptômes cliniques sont sévères.
  5. Compliqué - implique le développement de divers états pathologiques graves affectant d'autres organes et systèmes.

L'hyperthyroïdie

Dans cette maladie, il existe de telles formes:

  • primaire - causée par des pathologies de la glande thyroïde;
  • secondaire - se produit lorsque les troubles de l'hypophyse;
  • tertiaire - apparaît en raison d'un dysfonctionnement de l'hypothalamus.

En outre, l'hyperthyroïdie peut être:

  1. Congénital - est dû au transfert transplacentaire d'immunoglobulines stimulant la thyroïde. Dans la plupart des cas, passe dans quelques mois.
  2. Drogue - est la conséquence d’un excès d’hormones synthétiques de la thyroïde qui sont entrées dans le corps au cours du traitement par ces médicaments Cela peut être dû à une dose mal choisie ou à une modification non autorisée du patient.
  3. Auto-immune - apparaît sur le fond d'autres maladies auto-immunes de la glande thyroïde. Il est à noter que beaucoup se demandent si l'hyperthyroïdie peut se transformer en hypothyroïdie. Cela est en effet possible, par exemple, avec la thyroïdite auto-immune.
  4. Toxique - se produit lorsque la production excessive d'hormones par les tissus thyroïdiens diffus.
  5. Transitoire - se produit pendant l'accouchement et passe à 16-20 semaines de grossesse. Cela se produit parce que le fœtus en croissance a également besoin d’hormones thyroïdiennes, qu’il reçoit du corps de la mère.
  6. Post-partum - apparaît 2-3 mois après la naissance de l'enfant, le plus souvent dans les cas où la mère a des antécédents de thyréotoxicose.

En outre, en fonction de sa gravité, l'hyperthyroïdie survient également:

  • subclinique - T4 est normal, TSH est réduite, asymptomatique;
  • évident - les symptômes sont exprimés, la T4 est augmentée, la TSH est considérablement réduite;
  • compliqué - il existe des pathologies du système cardiovasculaire, des reins, du système nerveux.

Tableau clinique

Cliniquement, l'hyperthyroïdie ou l'hypothyroïdie se manifeste par des symptômes radicalement différents et présente des manifestations caractéristiques. Dans l'hyperthyroïdie, toutes les fonctions et tous les processus métaboliques du corps accélèrent, et dans l'hypothyroïdie, inversement.

Signes d'hypothyroïdie

À l'heure actuelle, l'hypothyroïdie a rarement lieu «comme dans un manuel», de plus en plus souvent, les symptômes affectent un ou plusieurs systèmes, ce qui rend le diagnostic très difficile.

Les patients atteints d'hypothyroïdie ont une apparence caractéristique: leur visage est gonflé et gonflé. Les œdèmes sont particulièrement prononcés au niveau des paupières, des lèvres et des joues, des doigts et des muqueuses. La peau a une teinte jaune pâle, d'aspect cireux. L'état des cheveux se détériore - ils deviennent cassants et ternes, tombent en grande quantité; ongles cassants et pelables. La mimique des patients atteints d'hypothyroïdie est maigre, le regard n'exprime rien.

La lenteur, l'apathie, le manque d'initiative, la perte d'intérêt pour ce qui se passe autour de vous. Les patients sont assoupis, leur parole est lente, on a le sentiment que la langue devient obscure, car la parole est souvent confuse et illisible. Le timbre de la voix change également, la langue se gonfle, l'ouïe est réduite en raison d'un œdème de l'oreille moyenne.

Des changements se produisent dans le système nerveux: intelligence et mémoire réduites, dépression. La maladie affecte sérieusement le métabolisme - une forte augmentation de poids, bien que l'appétit ne change souvent pas.

Un frisson constant apparaît, les basses températures sont mal tolérées. Du côté du cœur et des vaisseaux sanguins, une bradycardie et l'apparition d'une hypertension artérielle, l'anémie sont notés. Les patients se plaignent souvent de constipation, l'hypothyroïdie conduit à une hépatomégalie et à une dyskinésie biliaire.

Avec cette maladie, la fonction menstruelle est altérée, la libido diminue chez les personnes des deux sexes et la stérilité peut se développer. En outre, l’hypothyroïdie prolongée entraîne souvent la formation d’adénomes thyroïdiens secondaires et le développement d’un coma de myxoedème.

C'est important! Le coma de myxoedème est une complication grave de l'hypothyroïdie, plus fréquente chez les patients âgés. Elle se caractérise par une exacerbation soudaine de toutes les maladies et troubles associés à l'hypothyroïdie. La mortalité est de 80%

Les symptômes d'hyperthyroïdie et d'hypothyroïdie présentent des différences complètement opposées.

Manifestations d'hyperthyroïdie

Lorsque l'hyperthyroïdie survient nervosité, l'anxiété augmente, les patients sont sujets à la larmoiement et à l'irritabilité, agités. Le processus mental augmente, la parole devient rapide, la concentration des pensées et leur séquence sont perturbées. On observe également de l'insomnie, des tremblements des membres et, dans les cas plus graves, d'autres parties du corps peuvent être touchées.

Avec cette maladie, la tachycardie sinusale, les sauts de pression artérielle, l'augmentation de la fréquence cardiaque et l'insuffisance cardiaque sont typiques. Le métabolisme change: l'appétit augmente, mais malgré cela, le poids diminue rapidement. la production de chaleur augmente, le diabète se développe. La peau devient plus fine, devient chaude et humide; les ongles sont sujets à la fragilité, les cheveux deviennent gris avant et se détachent.

En raison des poches et de la stagnation dans les poumons, la dyspnée se développe. Au niveau du tractus gastro-intestinal, de tels problèmes apparaissent comme une violation de la formation de bile, une tendance à la diarrhée, des douleurs abdominales, une hépatomégalie. En outre, les muscles sont hypotrophiés, la fatigue musculaire est augmentée, il y a une faiblesse et une sensation de tremblement dans le corps, une ostéoporose et une activité motrice altérée se développent.

Les manifestations caractéristiques de cette maladie sont des troubles associés à l'ophtalmologie. Ils se manifestent par l'expansion de la fissure palpébrale, la saillie des globes oculaires, des clignements rares, une violation de la convergence des yeux, une incapacité à fixer le regard sur des objets très rapprochés.

Hyper pigmentation des paupières, déplacement des paupières sur les côtés des bords inférieurs ou supérieurs de l'orbite, tremblements des paupières, œdème des paupières supérieures, retard dans les mouvements des globes oculaires, troubles de la déchirure.

Les résultats des analyses de sang sont généralement prêts pour le lendemain.

Méthodes de diagnostic

Afin d'établir la présence d'hypofonction ou d'hyperfonctionnement de la glande thyroïde, il est nécessaire de consulter un endocrinologue. C'est important! N'essayez pas de vous diagnostiquer et de prescrire un traitement de vos propres mains, cela pourrait entraîner des problèmes de santé plus graves.

Habituellement, les instructions pour le diagnostic de ces maladies ne sont pas très différentes et consistent en plusieurs études:

  1. Prélèvement de sang dans une veine pour tester les niveaux de T4 et de TSH.
  2. Échographie de la glande thyroïde - effectuée pour déterminer la taille de la glande, la présence de kystes ou de tumeurs. Cette méthode est l’une des plus simples à utiliser, elle est totalement inoffensive et indolore. Le prix de cette méthode est très faible, ce qui permet son utilisation à tous les segments de la population.
  3. ECG en présence de symptômes et de troubles associés au système cardiovasculaire.
  4. Scintigraphie de la glande thyroïde.
  5. Biopsie par ponction d'aspiration.

Il convient de noter que les patients atteints d'hypothyroïdie s'inquiètent souvent de savoir si l'hypothyroïdie peut se transformer en hyperthyroïdie. Cela peut vraiment arriver, par exemple, avec l’utilisation excessive de médicaments hormonaux, une hyperthyroïdie médicale peut survenir.

À partir des photos et des vidéos de cet article, nous avons appris les causes de maladies telles que l’hyperthyroïdie et l’hypothyroïdie, leurs différences en termes d’apparition et de manifestations et la manière dont ces maladies sont diagnostiquées.

Diagnostic de l'hypothyroïdie à l'aide de tests de laboratoire

L'analyse de la TSH est prescrite pour déterminer les pathologies de la glande thyroïde, y compris en cas d'hypothyroïdie.

Indications pour l'analyse de la concentration d'hormones thyroïdiennes

La perturbation de l'équilibre des substances actives synthétisées par la glande thyroïde a un effet négatif sur le travail de tout le système organique, puisque ces hormones soutiennent la respiration cellulaire.

La manifestation de signes d'hypothyroïdie est purement individuelle: certaines personnes ont leur absence (même en cas de déficit hormonal élevé), chez d'autres, la maladie se fait sentir avec des signes prononcés.

La violation de la synthèse des substances actives de la glande thyroïde entraîne la défaillance de nombreux organes, de sorte que les symptômes sont très divers.

Symptômes signalant un dysfonctionnement de la thyroïde, notamment une hypothyroïdie:

  • faiblesse physique;
  • activité réduite, lenteur;
  • sautes d'humeur;
  • l'apathie;
  • fatigue et somnolence;
  • altération de la mémoire (les événements récents sont souvent oubliés);
  • perte de cheveux, sourcils et ongles cassants;
  • la peau devient sèche;
  • gonflement des membres;
  • troubles de l'estomac (constipation);
  • frissons (membres froids même si la personne est chaude);
  • remarquable grossièreté de la voix;
  • prendre du poids sans augmenter la consommation de nourriture;
  • troubles du système reproducteur.

Chez certaines femmes atteintes d'hypothyroïdie, une infertilité et l'absence de menstruation ont été observées.

Ces symptômes sont caractéristiques non seulement de l'hypothyroïdie, vous pouvez donc en découvrir la cause uniquement après le diagnostic. Ces signes sont une cloche qui signale la nécessité de consulter un endocrinologue.

Des études sur l’hormone stimulante de la thyroïde sont également menées:

  • si les proches d’une personne souffrent de maladie thyroïdienne, de diabète, d’insuffisance surrénalienne;
  • si le patient a eu une maladie de la thyroïde, une intervention chirurgicale sur cet organe;
  • une personne a pris des médicaments contenant du carbonate de lithium, de l'iode, de l'amiodarone;
  • si le patient présente un taux élevé de cholestérol, une anémie, un taux élevé de prolactine, une concentration accrue des enzymes CPK, LDH;
  • si la personne a été exposée à des radiations;
  • dans les maladies hypophysaires et hypothalamiques;
  • si une personne se plaint de violations du système cardiovasculaire;
  • avec des anomalies congénitales;
  • si un enfant a un retard mental ou physique.

Caractéristiques de l'analyse sur TSH

La TSH dans l'hypothyroïdie augmente en raison de la chaîne de processus suivante:

  • La glande thyroïde produit une quantité insuffisante de T3 et de T4.
  • L’hypophyse sécrète davantage d’hormone stimulant la thyroïde pour stimuler la fonction thyroïdienne et augmenter la concentration de T3 et de T4.
  • Il y a une augmentation du niveau de TSH.

Les modifications de la concentration de TSH, de T3 et de T4 étant interdépendantes, un diagnostic adéquat ne peut être posé qu'après avoir mesuré le niveau des trois hormones.

Le test TSH est le seul moyen de diagnostiquer l’hypothyroïdie au stade infraclinique. Elle est effectuée le matin (de 8 à 12 heures), car c'est à cette heure de la journée la plus forte concentration de TSH dans le corps.

Pour un examen plus approfondi, le patient prélève du sang dans une veine et détermine le nombre d'unités d'hormone stimulant la thyroïde qu'elle contient. Pour un diagnostic précis d'une analyse ne suffit pas, car l'augmentation du taux n'indique pas toujours une maladie de la thyroïde, il peut s'agir d'une défaillance ponctuelle de l'équilibre hormonal due à des facteurs négatifs. En outre, une série d’analyses permet d’évaluer le travail de divers organes et systèmes.

Sous forme d'essais de laboratoire, les résultats doivent constituer des indicateurs du niveau de ces substances:

  • triiodothyronine libre;
  • la thyrotropine;
  • thyroxine libre;
  • anticorps anti-thyroglobuline (permet de déterminer les maladies auto-immunes).

Les hormones thyroïdiennes peuvent être examinées non seulement avec un test sanguin, mais également à l'aide d'une évaluation en laboratoire de la salive. Certains médecins estiment que les résultats de la seconde sont plus fiables.

Dans le traitement de l'hypothyroïdie, une analyse en laboratoire de la concentration d'hormones doit être effectuée au moins une fois par an.

Phase préparatoire à l'analyse du niveau de TSH

Avant de soumettre le matériel pour l’étude de TSH, veuillez suivre ces règles:

  • il est interdit de manger des aliments au moins 3 heures avant les repas (le matériel de l'étude est pris le matin à jeun), il est permis de boire de l'eau sans gaz;
  • plusieurs jours avant l'étude ne peuvent pas manger des aliments épicés et gras;
  • deux jours excluent les efforts physiques;
  • avant de procéder à la procédure devrait abandonner les cigarettes et l'alcool;
  • si l'analyse doit être effectuée à plusieurs reprises (si nécessaire, en surveillant le niveau de TSH pendant une certaine période), elle doit être effectuée en même temps;
  • les situations stressantes doivent être évitées;
  • si une personne prend des médicaments hormonaux, vous devez arrêter ce traitement pendant 14 jours avant le diagnostic de laboratoire;
  • Vous devez abandonner les vitamines et les médicaments, notamment l'iode, qui affecte la glande thyroïde;
  • Si vous prenez des médicaments, il est important d’en informer votre médecin.

Les résultats de l'étude ne dépendent pas du cycle menstruel.

Si une personne prend de la thyroxine, il est interdit d'arrêter le traitement, mais vous devez boire le médicament après avoir donné du sang ou de la salive.

Le respect de ces recommandations évitera la distorsion des données de laboratoire et aidera à tirer la bonne conclusion.

Norma TTG

Les résultats des recherches en laboratoire intéressent tous les patients, mais il est impossible de comprendre les chiffres qui y sont indiqués sans invite.

Le taux de TSH dépend de l'âge du patient:

  • Le niveau de TSH dans le refuge des nouveau-nés devrait être compris entre 0,6 et 10 unités. pour un litre de sang.
  • À l'âge de 2,5 mois à 2 ans, le taux d'hormone stimulant la thyroïde est de 4 à 7 unités. par litre de sang.
  • Pour les enfants de 2 à 5 ans, la valeur normale est de 4 à 6 unités.
  • La concentration normale de TSH chez les enfants de plus de 14 ans et chez les adultes est comprise entre 0,4 et 4 unités.

Selon le sexe, les valeurs normales sont les suivantes:

  • pour les hommes - 0,4 - 4,9 unités,
  • pour les femmes - 4,2 unités.

Pour les femmes enceintes, la concentration est généralement comprise entre 0,2 et 3,5 unités, le niveau de l'hormone dépend de la durée de la grossesse.

L’indicateur peut légèrement diminuer ou augmenter car cette position est normale, mais si les écarts sont importants, vous devez faire attention à votre santé et à votre développement fœtal.

Pour la plupart des gens, il est normal que le taux soit compris entre 0,4 et 2,5 mU / l (95% de la population). Beaucoup moins d'individus ont un niveau de TTG allant jusqu'à 4 mU / L. On pense que l'indicateur au-dessus de 2,5 mU / l nécessite une observation régulière (une fois par an). Dans la médecine moderne, il est question de prescrire un tel indicateur de traitement aux personnes.

Le résultat de l'étude peut indiquer des écarts par rapport à cette norme, en hausse ou en baisse, indiquant respectivement une augmentation ou une diminution du taux de TSH dans le sang.

En cas d’hypothyroïdie, le taux d’hormone stimulant la thyroïde sérique est augmenté de 10 à 12 fois. Moins souvent, des indicateurs légèrement inférieurs sont enregistrés.

Résultats des tests et types d'hypothyroïdie

Après avoir reçu les résultats des analyses, faites tout d’abord attention à la concentration en T3 et T4. L'hypothyroïdie est exclue si l'indicateur de l'hormone T3 est compris entre 3 et 8 et celui de T4 - entre 4 et 11 (données provenant de l'analyse de la salive).

Les indicateurs inférieurs à 3 (pour T3) et inférieurs à 4 (pour T4) indiquent une hypothyroïdie.

Pour déterminer le degré d'hypothyroïdie, vous devez disposer des données TSH et T3, T4:

  • Hypothyroïdie primaire (subclinique ou légère). Le taux de TSH est augmenté (5-10 mU / l) et les hormones T3 et T4 restent initialement normales puis diminuent progressivement.
  • Hypothyroïdie secondaire. La concentration de thyrotrope et de T3 et T4 est réduite. A ce degré, les troubles de fonctionnement de la thyroïde sont prononcés.
  • L'hypothyroïdie. Le niveau de TSH est très faible, parfois même nul, et le contenu en T3 et T4 est augmenté. De tels indicateurs sont dus au fait que la TSH n'est synthétisée que lorsque T3 et T4 diminuent.

Dans l'hypothyroïdie primaire, il y a 3 étapes, dont les indicateurs sont les niveaux d'hormones suivants:

  • TSH est supérieure à 0,4 mU / l, T4 et TK, l'un ou l'autre étant élevé - hypothyroïdie manifeste;
  • La TSH est supérieure à 0,4 mU / l, les valeurs de T4 et de TZ sont normales - hyperthyroïdie subclinique;
  • TSH inférieure à 0,4 mU / l, T4 réduite - hypothyroïdie manifeste;
  • La TSH est inférieure à 0,4 mU / l, la T4 est normale - hyperthyroïdie sous-clinique.

Dans l'étude du sang veineux peut déterminer non seulement le contenu des hormones, mais aussi des changements dans le plasma:

  • une augmentation du cholestérol indique une diminution de la synthèse des hormones;
  • la myoglobine a augmenté et les T3 et T4 ont diminué - preuve d'hypothyroïdie avancée;
  • la concentration de créatine kinase est 10 fois supérieure à la normale, un titre de LDH supérieur à la normale indique le développement d'une myopathie dans l'hypothyroïdie;
  • une augmentation du calcium, du carotène sérique, une diminution de la phosphatase alcaline, des niveaux de fer et sa capacité à interagir avec les protéines sont également des indicateurs de modifications de l'équilibre hormonal.

Au stade infraclinique, l’hypothyroïdie peut être guérie sans nuire à la santé, mais comme elle se développe rapidement, il est important de diagnostiquer cette pathologie à temps.

Si des écarts par rapport à la norme sont identifiés, le spécialiste prescrit des procédures supplémentaires pour différencier la maladie.

Valeurs de la TSH dans l'hypothyroïdie congénitale

L'hypothyroïdie congénitale est diagnostiquée chez 1 nouveau-né sur 5 000. Ces statistiques indiquent la prévalence de cette pathologie.

Les causes de cette maladie sont:

  • carence en iode ou maladie de la thyroïde chez la mère de l'enfant pendant la grossesse;
  • les pathologies de formation et de développement (dysplasie) des tissus de la glande thyroïde de l'enfant;
  • aplasie (absence) des tissus thyroïdiens;
  • résistance aux hormones thyroïdiennes;
  • néoplasmes congénitaux dans le cerveau;
  • troubles de l'hypophyse ou de l'hypothalamus.

Pour déterminer l'hypothyroïdie chez un nouveau-né, du sang est prélevé sur le talon pendant 3 à 4 jours. En fonction des résultats de l'analyse, un diagnostic est établi:

  • des taux d'hormone stimulant la thyroïde supérieurs à 50 μED par 1 litre de sang sont un indicateur d'hypothyroïdie congénitale;
  • un indicateur dans la gamme de 20 à 50 μED par litre indique la nécessité de diagnostiquer une hypothyroïdie transitoire.

Lorsque l'hypothyroïdie congénitale est détectée, le traitement est démarré immédiatement (au stade infraclinique), avant la manifestation des symptômes caractéristiques. Dans le cas de cette maladie, une hormonothérapie permanente est nécessaire.

Méthodes pour la normalisation du niveau de TSH

Dans l'hypothyroïdie, la TSH est normalisée à l'aide de médicaments en fonction du stade de la maladie:

  • Au stade subclinique, on utilise la L-thyroxine, la posologie étant déterminée individuellement par le spécialiste.
  • L'hypothyroïdie manifeste est traitée à la lévothyroxine. Sa posologie dépend de l'âge du patient (on attribue une dose d'au moins 1,6 à 1,8 µg / kg de poids corporel aux personnes de moins de 60 ans; après 60 ans, le médicament doit être pris à raison de 12,5 à 25 µg par jour, en augmentant chaque jour de 25 µg. 60 jours avant la normalisation de la TSH).
  • L'hypothyroïdie lancée est traitée avec de la L-thyroxine en ajustant individuellement la posologie. En aucun cas, vous ne devez augmenter la dose vous-même, seul l’endocrinologue devrait le faire sur la base de ces analyses.

L’hypothyroïdie congénitale et de Trazitor est également traitée à la L-thyroxine. La posologie dépend de l'âge et du poids des bébés. Pour les bébés prématurés ont leurs propres caractéristiques du médicament.

Était-ce intéressant? Partager avec des amis:

Comment fonctionne le niveau de TSH dans l'hypothyroïdie

Faiblesse, fatigue, léthargie, somnolence - presque toutes les femmes ont éprouvé de telles sensations au moins une fois dans leur vie. Si cette maladie persiste longtemps, il est temps de penser: n’est-ce pas une hypothyroïdie?

Toutes ces plaintes (et pas seulement elles) dans l'hypothyroïdie sont dues à un affaiblissement du fond hormonal créé par la glande thyroïde.

Normes hormonales

La première étude de dépistage, réalisée en cas de suspicion d'hypothyroïdie, consiste à déterminer le niveau de TSH.

L'endocrinologue demande au patient de passer une série de tests.

Thyrotropine

La teneur normale en TSH dans le sang humain est comprise entre 0,4 et 4,0 mU / L. Le dépistage de la teneur en thyrotropine est la première étude évaluant objectivement l’état du système thyroïdien.

La sensibilité de la méthode vous permet de détecter les violations dans le système même en l'absence de signes extérieurs.

Tétraiodothyronine, T4 total

La norme dans le sérum est 59-142 nmol / l. La partie libre de la thyroxine dans le plasma est négligeable, on l’appelle exempte de thyroxine (FT4), sa teneur est de 9 à 19 nmol / l.

En outre, la thyroxine totale est liée aux protéines plasmatiques. Cependant, cet indicateur est rarement utilisé pour le diagnostic et il existe suffisamment d'informations sur la quantité de protéines libres.

Triiodothyronine T3 total

La teneur normale en plasma sanguin est de 0,8-2,8 nmol / l, la partie libre est appelée FT3 et la teneur en sang est de 2,6-46 nmol / l.

Conditions de test pour les hormones:

  1. Les patients prenant de la thyroxine continuent à recevoir de la manière habituelle, mais après l’analyse.
  2. Si le patient prend des préparations d'iode, il n'est pas nécessaire d'annuler le médicament le jour du test.
  3. Il n'est pas recommandé de boire de l'alcool pendant la semaine précédant l'étude.
  4. Une heure et demie avant le test, il est déconseillé de fumer.

Le respect de ces règles fournira les informations les plus précises sur le contenu des hormones dans le sang.

Résultats de recherche

Après analyse, les résultats suivants sont possibles:

Taux de TSH supérieur à la normale, T3 et T4 normaux

Cette preuve est en faveur de l'hypothyroïdie infraclinique, lorsqu'il n'y a aucune manifestation externe de la maladie ou si elle est insignifiante.

Le niveau de TSH est élevé (jusqu'à 10 fois la norme), le T4 libre est abaissé

Ces données indiquent le développement d'une hypothyroïdie primaire. Une hypothyroïdie peut entraîner une augmentation de la thyréotropine inférieure à 10 fois, mais elle est moins fréquente.

Le taux ou la réduction de TSH, T4 libre réduit

Ces indicateurs révèlent une hypothyroïdie secondaire (due à une diminution de la TSH).

Si la TSH dans le sang est réduite au maximum, les taux de T3 et de T4 sont augmentés, les résultats indiquent la présence d'hyperthyroïdie.

La détermination du niveau de T3 n'est pas utile pour le diagnostic de l'hypothyroïdie, car cet indicateur peut être normal à long terme avec l'hypothyroïdie déjà en développement.

En effet, un taux élevé de TSH stimule principalement la formation de T3.

Pour un diagnostic fiable de la détection de taux élevés de TSH, une fois ne suffit pas. Il est nécessaire de procéder à plusieurs échantillons identiques pour éliminer l'erreur.

La thyrotropine peut s'écarter de la norme et provoquer une insuffisance surrénalienne.

Pour vérifier le diagnostic, il est possible de mener les études suivantes:

  • Échographie des organes endocriniens (principalement la glande thyroïde, les glandes surrénales);
  • ECG;
  • scintigraphie thyroïdienne;
  • TDM, IRM de la tête;
  • définition de T3: T4 (dans l'hypothyroïdie, déviation à la hausse);
  • Test de provocation TRG (avec l'hypothyroïdie tertiaire, la norme ou en dessous de la norme, avec le secondaire - le résultat est indifférent, avec le primaire - exagéré);
  • Globuline liant la thyroxine dans le sang - ne change pas avec l'hypothyroïdie.

La réalisation de ces méthodes permettra d’évaluer l’état d’autres organes du système endocrinien et des principaux systèmes de l’organisme (par exemple, cardiovasculaire), afin de préciser la cause de la pathologie.

Selon le témoignage du patient est envoyé à la consultation d'un gynécologue, neuropathologiste, cardiologue.

Image biochimique

Les paramètres biochimiques du sang ayant une fonction thyroïdienne réduite méritent une considération séparée:

  1. Le cholestérol sérique est plus que normal. La réduction de ce lipide est un marqueur important du succès du traitement.
  2. La myoglobine sérique est élevée dans presque tous les cas d'hypothyroïdie sans traitement. Après le traitement, les taux de myoglobine reviennent à la normale.
  3. La créatine kinase sérique est 10 à 15 fois plus élevée que la normale. Indique le développement de la myopathie.
  4. AST - 6 fois supérieure à la normale, LDH - 3 fois supérieure à la normale.
  5. Le calcium sérique est augmenté.
  6. L'anémie
  7. Le sérum de fer est inférieur à la normale.
  8. Le sodium dans le sang est réduit dans la moitié des cas.

Dans l'analyse de l'hypothyroïdie dans les urines, la protéine peut être détectée.

Relation avec d'autres hormones

La glande thyroïde est un maillon du complexe neuroendocrinien responsable de la production d'hormones thyroïdiennes:

  • tétraiodothyronine (thyroxine) T4;
  • triiodothyronine T3.

La régulation de la production de ces hormones est assurée par l'hypophyse, une partie du cerveau qui affecte toutes les glandes.

La principale substance régulatrice de l'activité thyroïdienne: la TSH (hormone stimulante de la thyroïde, thyrotrophine).

La TSH dans l'hypothyroïdie (diminution de la quantité d'hormones thyroïdiennes dans le sang) augmente et, inversement, avec une augmentation de T3 et de T4, le niveau de TSH diminue, sur la base du retour. De cette façon, l'équilibre hormonal est atteint.

Manifestations cliniques

Au stade subclinique, les manifestations de la maladie ne sont pas spécifiques. Le patient peut se plaindre de léthargie, de faiblesse, de perte d’appétit.

Dans le même temps, le poids du patient augmente, au contraire, des douleurs dans les muscles apparaissent, la température corporelle est abaissée (mains et pieds froids) et des frissons. L'apathie, la dépression peuvent accompagner une personne atteinte d'hypothyroïdie.

L’hypothyroïdie ayant un effet négatif sur le métabolisme énergétique, c’est comme si la personne «éteignait l’électricité».

Il peut y avoir des plaintes concernant les manifestations suivantes:

  • la constipation;
  • fatigue
  • perte d'attention et de mémoire;
  • sautes d'humeur;
  • somnolence;
  • violation du cycle menstruel.

Malheureusement, avec de telles manifestations, le patient peut vivre longtemps sans avoir connaissance des dommages causés au système endocrinien. Le danger est d’aggraver le processus, le passage du stade subclinique au stade clinique et complexe.

En général, les patients se présentent à l’endocrinologue à l’accueil, lorsque l’image de la maladie a déjà pris forme et que des signes externes, associés aux données de l’enquête, permettent de poser le diagnostic.

Le médecin trouve, en plus des symptômes énumérés, une bradycardie, une hypotension.

Si le diagnostic "d'hypothyroïdie" après toutes les recherches a été effectué, les mesures à prendre consistent alors à prescrire un traitement hormonal par l'endocrinologue.

Traitement de l'hypothyroïdie

Quel médicament est prescrit pour la thérapie de remplacement de l'hypothyroïdie?

Pour le traitement de l'hypothyroïdie subclinique et manifeste, l'hormone L-thyroxine (lévothyroxine) est utilisée à dosage individuel.

Un signe favorable de l'efficacité du traitement sera la stabilisation du niveau de TSH, TF4 à la normale. Dans presque tous les cas, la lévothyroxine est nécessaire à la vie.

L'effet positif du traitement par la lévothyroxine (normalisation de la TSH, FT4) est perceptible 3 à 4 mois après le début du traitement. Lorsque le traitement par la lévothyroxine nécessite le contrôle suivant:

  • ECG;
  • fréquence cardiaque;
  • la pression artérielle.

Si le patient souffre déjà de maladies du cœur et des vaisseaux sanguins, des bêta-bloquants sont prescrits pour réduire l'effet des hormones synthétiques sur le myocarde.

Prévisions

Analyse de l'efficacité du traitement effectué sur la base des facteurs suivants:

  • améliorer le bien-être du patient;
  • normalisation du coeur (normale, tension artérielle);
  • rétablissement de la croissance et du développement normaux chez les enfants;
  • normalisation de la TSH, T4.

Il est important de détecter le problème en temps voulu et de le résoudre, car les conséquences peuvent être très graves.

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

La névrose laryngée est une perte de sensibilité et de fonctionnement du canal de l'entonnoir, due à des lésions des plexus nerveux et du système muqueux de la gorge ou au développement d'anomalies pathologiques de l'activité nerveuse.

Duphaston est un médicament hormonal synthétique de la dernière génération, qui est un analogue artificiel de la progestérone, une hormone féminine.Une caractéristique unique du médicament est sa formule chimique, qui est presque identique à la structure de la progestérone, une hormone naturelle.

L'insuline est une hormone responsable de la régulation de la glycémie dans le plasma sanguin humain. Une augmentation de l'insuline entraîne une hypoglycémie, un dysfonctionnement du pancréas et des vaisseaux sanguins, des problèmes de tension artérielle, ce qui entraîne un risque accru d'hypertension, d'infarctus du myocarde et de diabète de type 1.