Principal / Hypophyse

Précision, caractéristiques et interprétation du test sanguin pour hCG

Un test sanguin pour hCG est l'une des études les plus recherchées. Le plus souvent, cette étude est menée par des femmes qui soupçonnent une grossesse pour la confirmer ou la nier avec une précision de 100%.

La simplicité et la rapidité de l'analyse le rendent plus accessible à certains tests de grossesse et le résultat, si les règles de prélèvement sanguin n'ont pas été violées, est beaucoup plus précis que tout test à domicile. Un autre avantage est le diagnostic de grossesse dans les premières périodes où il n’ya toujours pas de niveau significatif de cette hormone dans les urines.

Vous pouvez poser un diagnostic dans une clinique publique ou privée - partout où il y a un laboratoire - vous pouvez faire un test sanguin pour le hCG.

Qu'est-ce que hCG?

La HCG, ou gonadotrophine chorionique humaine, est une hormone de grossesse spécifique produite par le chorion de germe. Le terme "chorion" en obstétrique désigne le placenta au cours du premier trimestre de la grossesse, il s’agit de la coquille externe de l’embryon.

Cette glycoprotéine hormonale comprend deux sous-unités, alpha et bêta, et un test sanguin est effectué pour la bêta-hCG. La deuxième sous-unité a une structure unique, ce qui la rend adaptée à l'analyse immunométrique de l'hCG dans le sang.

La gonadotrophine chorionique commence à se former un peu après la fixation du blastocyste. Elle a pour fonction de soutenir le corps jaune, qui synthétise à son tour la progestérone, une hormone de la grossesse. Par conséquent, le niveau de cette hormone est très important au cours du premier trimestre de la grossesse. Ensuite, le système «placenta-fœtus» assume la fonction de maintien de la grossesse et le niveau de hCG commence à diminuer. Une autre fonction hormonale est la stimulation des cellules de Leydig chez le fœtus masculin, dont le fonctionnement est nécessaire à la formation correcte du sexe.

Comment mesure-t-on l'hCG et qu'indique son niveau?

Lorsque vous passez l'analyse pour HCG, vous devez faire attention au type de recherche effectuée. Il existe une mesure qualitative et quantitative du niveau de hCG. La détermination quantitative donnera le résultat en chiffres exacts et le qualitatif ne fera que répondre à la question de savoir si son contenu est dépassé.

Chaque laboratoire doit indiquer l’unité de mesure, généralement mUI / ml, avec 1 UI / l = 1 mUI / ml. De plus, le laboratoire doit donner ses propres normes et interprétation des résultats par semaine de grossesse, car ces chiffres ont parfois une apparence différente dans des laboratoires différents.

Le niveau d'hCG dans le test sanguin signifie l'apparition ou l'absence de grossesse. En outre, dans de rares cas, il peut augmenter avec certaines maladies chez les femmes et les tumeurs testiculaires chez les hommes.

Quand puis-je prendre l'analyse et comment se déroule la procédure?

Beaucoup de femmes s'inquiètent de la question de savoir comment faire un test sanguin pour l'hCG et du moment où le résultat indiquera une grossesse. C'est plutôt individuel. La plupart des laboratoires recommandent un test sanguin de recherche de hCG lorsqu'il existe déjà le premier jour de retard de la menstruation ou 14 jours après un rapport sexuel. Mais le plus souvent, le résultat est précis 10 jours après l'ovulation. Par conséquent, si une fille surveille les tests d'ovulation ou l'échographie, elle peut s'informer d'une situation intéressante avant le délai. En savoir plus sur la façon de déterminer l'ovulation →

Le sang sur hCG doit être pris à jeun, il est nécessaire de s'abstenir de manger au moins 3 heures avant l'analyse. La procédure consiste à prélever une petite quantité de sang dans une veine avec une seringue à usage unique. Si le patient ne tolère pas les prélèvements sanguins, il est recommandé d’apporter du chocolat ou un hématogène pour augmenter le taux de sucre dans le sang immédiatement après la procédure.

Le résultat d'un test sanguin urgent pour HCG peut n'attendre que quelques heures, la conclusion peut être envoyée par e-mail ou transmise en personne. L'analyse conventionnelle est généralement préparée dans les 2 jours. L'attente la plus longue se fait dans les cliniques pour femmes de l'État, jusqu'à 10 jours.

Déchiffrer les résultats pendant la grossesse

Si une analyse quantitative a été réalisée, il est important d'évaluer la conformité du taux d'hCG avec la durée de la grossesse. Il convient de noter que les indicateurs de la norme sont très variables, mais vous pouvez vous concentrer sur ce qui suit.

Valeurs normales en semaines (à compter de la date de conception ou en fonction de la période de l'échographie):

Le laboratoire peut indiquer des valeurs plus précises, mais sauf indication contraire, il est possible de déchiffrer le test sanguin pour l'hCG conformément à ce tableau.

Niveaux normaux d'hCG chez les femmes non enceintes

Chez les femmes non enceintes, les taux normaux d'hCG vont de zéro à 5 UI / l. La valeur limite qui nécessite un nouveau diagnostic peut atteindre 10 IU / l. Les taux peuvent varier selon les laboratoires, mais ils seront ensuite indiqués dans les informations ci-jointes.

Que montrera l'analyse pour la grossesse extra-utérine?

Le résultat des tests sanguins pour la hCG pendant la grossesse extra-utérine est généralement réduit, mais peut rester dans les limites de la normale. Seules quelques analyses consécutives dans un laboratoire sont informatives. C’est précisément en raison des faibles taux de croissance de l’hCG dans les premiers stades qu’on peut suspecter une grossesse extra-utérine ou gelée.

Normalement, au début de la grossesse, la valeur de l’hCG double tous les deux jours. Par conséquent, pour détecter une grossesse extra-utérine, vous devez faire un don de sang pour hCG et répéter cette analyse après 2 jours. En cas de soucis peuvent être répétés à nouveau. En savoir plus sur les modifications du taux d'hCG pendant la grossesse extra-utérine →

Mais nous devons nous rappeler que dans certains types de grossesse extra-utérine, l’hCG peut se développer comme il se doit dans la norme. Par conséquent, la détermination du niveau d'hCG dans le sang ne doit pas être la seule méthode permettant d'exclure une pathologie, en particulier si le patient est à risque.

Déviation de la norme: qu'est-ce qui est dangereux et que faire?

Si le niveau de hCG est supérieur à la normale chez les femmes non enceintes (la grossesse est nécessairement exclue du médecin), cela peut indiquer les affections suivantes:

  • choriocarcinome ou sa récidive après traitement,
  • dérapage des bulles,
  • cancer du côlon,
  • tumeurs utérines
  • tumeurs rares du rein et du poumon,
  • avortement récent (artificiel ou spontané),
  • prendre des préparations d'hCG, par exemple, Pregnil.

Toutes ces conditions, à l'exception des deux dernières, nécessitent un examen attentif, car les effets de ces maladies peuvent être mortels.

Causes de l'augmentation des taux d'hCG pendant la grossesse:

  • grossesse multiple,
  • Période de grossesse mal établie
  • forte toxicose précoce,
  • diabète sucré
  • se droguer avec des gestagènes (Duphaston, Utrozhestan, etc.),
  • anomalies génétiques du fœtus.

Causes possibles de faibles niveaux d'hCG pendant la grossesse:

  • grossesse extra-utérine
  • avortement raté
  • mauvaise date limite
  • insuffisance placentaire chronique,
  • la menace d'avortement spontané,
  • re-grossesse,
  • mort fœtale du fœtus.

Pour établir les causes exactes d’une diminution ou d’une augmentation du niveau de l’hormone, il est nécessaire de consulter un gynécologue. Il prescrira des méthodes de recherche supplémentaires (échographie, Doppler, CTG, test sanguin BH), si nécessaire, à d'autres spécialistes (par exemple, en génétique médicale) ou à l'hôpital. Vous devrez peut-être refaire un test d'hCG.

L'analyse pourrait-elle être fausse?

Quelle est la précision du test sanguin pour hCG et peut-il être erroné? La précision de l’étude tout en respectant les règles de prélèvement du sang, de transport et de traitement du matériel est très élevée et tend à 100%. Malheureusement, il peut y avoir des violations à chacune de ces étapes. Par conséquent, si le patient ne s'attend pas à voir ce que le test sanguin pour HCG montre, cela vaut la peine de reprendre le sang.

Le plus souvent, des erreurs se produisent pour les raisons suivantes:

  • des comorbidités, telles que la tendance à la thrombose chez un patient;
  • aliments gras riches avant de donner du sang;
  • violation de la stérilité du tube;
  • violation du mode de transport par température;
  • stockage inapproprié des réactifs dans le laboratoire;
  • interprétation incorrecte du résultat du test sanguin pour le hCG par le patient.

Si l'erreur est due à une faute du laboratoire, vous pouvez demander un nouvel examen gratuit. Dans de nombreux laboratoires, en cas d'erreur dans la réalisation d'une analyse de sang pour l'hCG, par exemple dans Invitro, les employés eux-mêmes suggèrent de refaire le travail.

Autres méthodes de diagnostic

Toutes les villes n'ont pas de test sanguin d'hCG pendant la grossesse dans le sang. Dans ce cas, vous pouvez le remplacer par une bandelette réactive pour un usage domestique. Il est très important de suivre les instructions d'utilisation du test et d'évaluer les résultats au plus tard à l'heure spécifiée. Le test est le plus instructif après un délai, et il est préférable de le faire dans une semaine à partir du jour du début de la menstruation attendue.

Ainsi, l’analyse de l’hCG est le moyen le plus précis de diagnostiquer une grossesse au début de la période, quand même une échographie ne peut pas «voir» l’œuf fécondé. Cette étude est également utilisée dans le diagnostic de certaines maladies oncologiques en tant que marqueur du cancer, à la fin du premier trimestre de la grossesse, pour exclure les pathologies génétiques. Malgré la grande spécificité et la grande précision des tests sanguins de laboratoire relatifs à l'hCG, avec des résultats discutables, il est préférable de revérifier les niveaux d'hCG.

Auteur: Julianna Fry, obstétricienne-gynécologue,
spécifiquement pour Mama66.ru

Combien de temps une analyse de sang pour hCG montre-t-elle une grossesse?

Parfois, une femme a un besoin urgent de savoir si elle est enceinte le plus tôt possible. Certains se précipitent à la pharmacie la plus proche pour acheter des bandelettes réactives dans l’espoir d’obtenir le résultat avant même le prochain retard de la menstruation, mais il existe un moyen plus précis et plus informatif de savoir s’il ya une grossesse au plus tôt - faire un don de sang pour hCG.

Qu'est ce que c'est

HCG ou hCG est une hormone qui commence à être produite dans le corps par des cellules de structure embryologique telle que le chorion. Cela se produit après l'implantation de l'œuf fécondé.

Les 6-8 premiers jours après la conception, il se déplace dans la cavité utérine par le tube et ces jours-ci, la gonadotrophine chorionique humaine (c'est le nom complet de la substance) n'est pas produite.

Dès que l'ovule est implanté, les tissus chorioniques commencent à produire des doses de HCG. L'hormone est nécessaire pour que toutes les conditions nécessaires au développement d'un embryon attaché soient créées dans le corps de la femme. L'hormone supprime les processus normaux pour changer les phases du cycle menstruel, car ils ne sont plus nécessaires pendant les neuf prochains mois. De plus, sous l’effet de cette hormone protéique, le corps jaune commence à produire d’énormes quantités de progestérone, d’androgènes et d’œstrogènes. Ces substances aident à préserver et à transférer avec succès la grossesse. L'hormone gonadotrope chorionique provoque des modifications du fonctionnement du cortex surrénalien, ce qui conduit à l'immunosuppression physiologique nécessaire.

Si l’immunité de la femme n’est pas opprimée, elle peut alors rejeter l’embryon, qui est étranger à 50% à l’ensemble génétique. C'est l'hCG qui réduit quelque peu les réponses immunitaires visant à préserver l'enfant. Plus tard, lorsque le placenta est formé, cette hormone contribue à son développement et améliore la perméabilité vasculaire du placenta. Chez les femmes en dehors de la grossesse et les hommes, une telle hormone peut apparaître dans le sang lors de certains processus tumoraux dans le corps, et ces néoplasmes sont susceptibles d'être malins.

Sur les caractéristiques d'un corps de femme enceinte produisant cette hormone, également appelée "hormone de grossesse", on trouve des bandelettes de test de grossesse, tant aimées par les femmes et les filles, que l'on peut acheter dans toutes les pharmacies et dans tous les magasins. Cependant, il faut comprendre que le test est conçu pour déterminer l’hormone dans l’urine et qu’elle apparaît dans la quantité requise beaucoup plus tard que dans le sang. Par conséquent, un test sanguin peut donner un résultat fiable plus rapidement qu'un test de grossesse en pharmacie.

Pourquoi avons-nous besoin d'une telle analyse?

En plus de la satisfaction de la simple curiosité féminine - existe-t-il une grossesse ou non, le niveau de hCG peut en dire long. Une analyse sanguine de la concentration hormonale est prescrite pour déterminer si une grossesse est multiple (chaque embryon produit une certaine "maintenance" hormonale et le niveau de substance dans le sang de la future mère dépend du nombre d'embryons. Au cours des périodes de dépistage prénatal, les concentrations sanguines de la substance sont de 11-13 une semaine et 16 à 19 semaines de gestation pour déterminer l’importance des risques pour un enfant atteint de malformations chromosomiques graves.)

Une telle analyse est utilisée pour envoyer une femme si une grossesse manquée est suspectée, si le développement du fœtus est retardé ou s'il s'agit d'une grossesse extra-utérine, car la concentration d'une substance dans le sang peut indiquer à la fois le développement progressif du bébé et son décès. L'analyse est considérée comme obligatoire pour les femmes qui subissent un avortement (médical et normal). Le niveau décroissant de cette hormone-gonadotrope pourra informer le médecin traitant du succès du curetage. Toutes les femmes et les hommes non enceintes qui soupçonnent une tumeur maligne, en particulier une tumeur testiculaire du sexe fort, donnent du sang pour l'HCG.

Quand puis-je le prendre?

Le taux de gonadotrophine chorionique humaine dans le corps d'une femme qui va bientôt devenir mère double tous les deux jours. Si nous considérons qu’il faudrait environ une semaine au futur bébé pour se rendre au lieu de l’attachement.

Les premières données de laboratoire sur l'augmentation de l'hCG dans le sang peuvent être obtenues environ 10 jours après la fécondation.

Ceci est 4-5 jours plus tôt que les tests en pharmacie pourront montrer la deuxième bande. La sensibilité de ces tests à l'hormone est 2 fois plus faible et la concentration de l'hormone dans l'urine augmente deux fois plus lentement que dans le sang. Ainsi, si nous prenons comme base le fait que le niveau d'hCG chez une femme non enceinte n'excède pas 5 mU / ml, il est clair que le deuxième jour après l'implantation (9 à 10 jours après la fécondation), le niveau d'hormone augmentera à 10 mU / ml. après 2 jours - jusqu'à 20 mU / ml. Au 14ème jour après la conception, le niveau sera d'environ 40 à 60 mU / ml. Environ 30 mU / ml seront détectés dans l'urine de gonadotrophine chorionique, ce qui dépasse le seuil de sensibilité de la bandelette pharmaceutique (15-20 mU / ml, selon le fabricant), et une femme pourra voir deux bandelettes.

Cependant, les tests peuvent donner des résultats incorrects, être défectueux ou comporter des erreurs. Avec un test sanguin, tout est beaucoup plus précis.

Il détermine non seulement le fait d'une grossesse accomplie, mais indique également la période, le bien-être du développement de l'embryon, ainsi que la possibilité de développer non pas un bébé, mais plusieurs à la fois.

Il est impossible de déterminer une grossesse par une analyse sanguine générale, un examen biochimique du sang veineux d'une femme est nécessaire. Et vous devez le prendre au plus tôt 10 à 12 jours après l’ovulation. La possibilité d'une implantation tardive doit également être prise en compte lorsque l'ovule fécondé descend dans la cavité utérine et y est fixé non pas 7 à 8 jours après la conception, mais seulement après 10 jours. Ensuite, le test sanguin ne révélera une grossesse que 14 jours après l’ovulation.

La capacité théorique et pratique de savoir si la conception a eu lieu avant le retard de la menstruation n’est possible que grâce au diagnostic en laboratoire du sang pour déterminer le contenu en hCG.

Comment passer?

De nombreux facteurs peuvent affecter la fiabilité du résultat de l'analyse - rhumes et maladies infectieuses auxquels une femme est exposée, en particulier son régime alimentaire, stress important. Par conséquent, avant de passer, il est recommandé de se préparer au diagnostic précoce. Vous devez vous assurer qu'il n'y a pas de fièvre, de signes de maladie virale ou autre.

Si une femme souhaite déterminer sa grossesse avant le retard de la menstruation, elle devrait alors envisager la possibilité d'un don de sang répété, car les résultats seront importants pour la dynamique. Entre primaire et nouvelle reddition, il est conseillé de prendre une pause de 2 jours.

Un jour avant de se rendre au laboratoire, une femme devrait s'abstenir de manger des aliments gras et frits, une abondance d'épices et de sucreries afin que les aliments n'affectent pas la composition du sang.

Le dernier repas est souhaitable de réaliser au plus tard 6-8 heures avant l'analyse, venir dans un centre médical devrait être l'estomac vide le matin.

Si une femme a pris des médicaments hormonaux au cours des 2 dernières semaines, cela doit être signalé avant le test.

Le résultat peut être attendu dans quelques heures ou quelques jours - cela dépend du rythme de travail et de la charge de travail du laboratoire. Si une femme se tourne vers une clinique privée et fait une analyse moyennant des frais, il est alors tout à fait possible d'obtenir le résultat le soir même ou même avant.

Comment comprendre le résultat?

Aucun des techniciens de laboratoire n’expliquera à la femme ce que les chiffres signifient à la suite de son analyse, puisque le médecin devrait le faire. Cependant, il n’est pas toujours vrai qu'une femme soit enregistrée chez un gynécologue le même jour, et je veux comprendre ce que les analyses de sang ont montré, en ce moment. Il est difficile d’apporter des normes uniformes pour les valeurs de concentration en hCG car chaque laboratoire a ses propres chiffres. Cependant, il existe certaines normes approximatives qui peuvent parler non seulement du fait de la grossesse, mais aussi de sa durée possible.

HCG: niveau et vitesse, anomalies - en augmentation et en diminution chez les femmes et les hommes

Dans le corps de chacun de nous, il existe de nombreux processus biochimiques complexes régis par des substances spéciales - les hormones. La plupart d'entre eux sont les mêmes chez les deux sexes, le sexe est excellent et de nouvelles substances apparaissent pendant la grossesse, notamment l'hCG, la gonadotrophine chorionique humaine.

Sans hormones, il est impossible d’imaginer le bon métabolisme, la réaction au stress, l’adaptation aux conditions environnementales en constante évolution. La grossesse est une condition très spéciale du corps de la femme, qui impose des exigences élevées à son fonctionnement et qui nécessite des mécanismes de régulation supplémentaires. L'hormone hCG apparaît dans le corps de la future mère. Elle est produite par les tissus de l'embryon en développement et reflète le déroulement normal de la grossesse.

La gonadotrophine chorionique est la substance la plus importante pour la croissance du fœtus, il est le premier à «informer» la future mère de sa maladie. Le test de grossesse étant basé sur l’apparition de l’hCG, la plupart des femmes en ont entendu parler d’une manière ou d’une autre.

La HCG est formée par les membranes du fœtus et ne peut donc pas être détectée en dehors de la grossesse. Son contenu détermine le développement physiologique ou altéré de l'embryon, et l'apparition dans le corps d'un homme ou d'une femme non enceinte indique le développement d'une tumeur.

Propriétés et rôle de l'hCG dans le corps

Après la fusion du spermatozoïde et de l'ovule, la reproduction intensive des cellules de l'embryon commence et à la fin de la première semaine, elle est prête à se fixer à la paroi interne de l'utérus. A ce stade, l'embryon n'est représenté que par une petite vésicule, mais les cellules de sa partie externe (trophoblaste) produisent déjà de manière intensive une hormone qui permet une croissance normale.

Le trophoblaste est fixé à l'endomètre et converti en chorion, qui constitue la majeure partie du placenta. À travers la membrane villeuse, la connexion entre le flux sanguin de la mère et du fœtus, le métabolisme, l'administration du médicament bénéfique et l'élimination des produits métaboliques inutiles est réalisée. Pendant toute la grossesse, le chorion libère de la gonadotrophine chorionique, ce qui aide non seulement le futur bébé à se développer, mais soutient également l’état de "grossesse" de la femme.

Lorsque la grossesse survient, la progestérone devient la principale substance régulatrice chez la femme. Au tout début de son développement, elle est formée par le corps jaune de l'ovaire. La HCG pendant la grossesse est nécessaire pour maintenir la fonction du corps jaune et une augmentation constante de la concentration de progestérone. Il n’est donc pas surprenant que le corps jaune d’une femme enceinte ne disparaisse pas, comme lors d’un cycle menstruel normal.

Les propriétés biologiques de l'hCG sont similaires à celles de l'hormone lutéinisante et stimulante du follicule, mais l'effet sur le corps jaune est prédominant. En outre, elle est plus active que l'hormone lutéinisante "normale", qui se forme dans la deuxième phase du cycle menstruel, car la grossesse nécessite des concentrations importantes de progestérone.

Selon la structure chimique, hCG est représentée par deux sous-unités - alpha et bêta. Le premier coïncide complètement avec celui des hormones gonadotropes LH et FSH, le second - bêta - est unique, ce qui explique à la fois la particularité des fonctions exercées et la possibilité d’une analyse qualitative de l’hCG dans le sang ou l’urine.

Les fonctions de hCG sont considérées:

  • Maintien du corps jaune et formation de progestérone;
  • Mise en place de la bonne implantation et formation de la membrane chorale;
  • Augmentation du nombre de villosités choriales, leur nutrition;
  • Adaptation à l'état de grossesse.

L'adaptation des femmes au développement de la grossesse consiste à augmenter la production d'hormones surrénales sous l'influence de l'hormone de croissance. Les glucocorticoïdes apportent une immunosuppression - suppression des réactions immunitaires de la mère vis-à-vis des tissus foetaux, car l'embryon est à moitié génétiquement étranger. Ces fonctions sont assurées par la hCG, tandis que les hormones gonadotropes «normales» ne sont pas capables d'améliorer le travail du cortex surrénalien.

Avec l'introduction de gonadotrophines chorioniques, l'ovulation et la formation du corps jaune sont stimulées par une femme et la production de stéroïdes sexuels endogènes est accrue. Si la hCG est administrée à un homme, il se produit alors une augmentation de la production de testostérone et une augmentation de la spermatogenèse.

Un test sanguin pour hCG est utilisé pour déterminer la présence d'une grossesse et pour suivre ses progrès. Si vous soupçonnez une tumeur des gonades, il peut également être nécessaire de déterminer la concentration de cette hormone. La HCG dans l'urine vous permet de confirmer rapidement et de manière assez fiable la présence d'une grossesse. Cette méthode est donc applicable pour un diagnostic rapide.

Indicateurs de taux

Le niveau d'hCG est déterminé par le sexe, la durée de la grossesse, la présence d'une tumeur. Chez les hommes et les femmes non enceintes, il est absent ou ne dépasse pas 5 mU / ml. Pendant la grossesse, il apparaît environ une semaine après la conception et ses indicateurs sont en augmentation constante, atteignant leur maximum à la fin du premier trimestre.

Si vous soupçonnez une grossesse, il est possible de déterminer une hCG négative, dont la raison peut être un test précoce ou une localisation extra-utérine de l'embryon.

Le tableau des normes pour les semaines sert à contrôler le niveau de hCG et à détecter rapidement les écarts. Au cours de la première ou de la deuxième semaine, il atteint 25-156 mU / ml. À la 6e semaine, il peut atteindre 151 000 mU / ml. Le maximum de hCG tombe à la 11e semaine de gestation - jusqu'à 291 000 mU / ml.

Tableau: norme hCG pour les semaines obstétricales

Ainsi, cette hormone croît d’abord et, à partir du deuxième trimestre, elle diminue quelque peu, car elle en a le plus besoin au moment de la formation du placenta. Le placenta mature du deuxième trimestre de la gestation lui-même forme les quantités nécessaires de progestérone et d’oestrogènes, si bien que l’HCG diminue progressivement, mais il est toujours nécessaire pour le rôle nutritionnel et la stimulation de la production de testostérone par les tissus foetaux pour le développement correct des glandes sexuelles.

Un test sanguin pour hCG vous permet de confirmer avec une précision absolue la grossesse d'une petite période. Cette substance apparaît dans l'urine un ou deux jours plus tard. Pour la déterminer, toute femme peut utiliser le test rapide acheté en pharmacie. Pour obtenir un résultat fiable et éliminer les erreurs, il est recommandé d’utiliser non pas une, mais plusieurs bandelettes réactives à la fois.

Le niveau d'hCG par jour à partir de la conception est déterminé sur la base de la moyenne et du taux de croissance des hormones pour une période donnée. Ainsi, au cours des 2 à 5 premières semaines, le niveau d'hCG double tous les jours et demi. Si le fœtus n’en est pas un, la concentration augmentera proportionnellement au nombre d’embryons.

Tableau: Niveau estimé de hCG par jour d'ovulation (conception)

En cas de pathologie, une augmentation ou une diminution de la quantité d’hCG requise au cours d’une période donnée de la grossesse est possible. Une augmentation de cette hormone peut indiquer la présence d'un diabète, d'une prééclampsie ou d'une période de gestation mal établie. Si une femme a subi un avortement et que la concentration en hCG ne diminue pas, il s'agit d'un signe de progression de la grossesse.

Une hCG faible ou une croissance insuffisante indique généralement un retard dans le développement du fœtus, une localisation ectopique de l'embryon, une pathologie du placenta et la menace d'une fausse couche.

Quand la détermination de hCG est-elle nécessaire?

Pour déterminer la teneur en gonadotrophine chorionique humaine est nécessaire:

  1. Pour confirmer le fait de la grossesse;
  2. Afin de suivre son cours;
  3. Avec les complications probables du foetus (malformations) ou du tissu placentaire;
  4. Contrôler la qualité de l'avortement médicamenteux;
  5. Avec aménorrhée d'origine mal définie;
  6. Dans le diagnostic des tumeurs produisant de l’hCG.

Chez les hommes et les femmes non enceintes, le test de hCG est généralement négatif et, dans de rares cas, il est possible d’en trouver des traces, ne dépassant pas 5 U par litre de sang. Avec une augmentation de la concentration de l'hormone chez une femme, il est possible de conclure à une grossesse, alors que la conception s'est produite il y a au moins 5-6 jours. Alors hCG augmente continuellement, sa quantité est comparée aux valeurs normales pour cette période. Afin de décrypter correctement les données, vous devez calculer avec précision le moment de la conception.

La définition de l'hCG pendant la grossesse est incluse dans le triple test, qui comprend, outre l'hCG, l'α-fœtoprotéine et l'œstriol. Une évaluation complète des écarts de ces substances permet de suspecter d'éventuelles violations de la part de la mère ou de l'embryon.

Chez les femmes et les hommes non enceintes, la nécessité de déterminer l'hormone de croissance peut survenir lorsque des tumeurs des ovaires, des testicules et d'autres organes sont suspectées. Les maladies trophoblastiques (vésicule biliaire, chorionépithéliome) s'accompagnent également d'une modification de la quantité de hCG.

Le sang prélevé dans une veine de HCG est généralement prélevé le matin, l'estomac vide. Il ne nécessite aucune formation. Dans le diagnostic de la grossesse, afin d'obtenir des résultats plus fiables, il est préférable de donner du sang au plus tôt 4-5 jours après le retard de la menstruation. Les femmes enceintes sont prescrites au deuxième trimestre. Si vous devez contrôler le degré d'augmentation de l'hCG au cours du premier trimestre de la gestation, l'analyse peut être répétée tous les deux ou trois jours.

Déviations du contenu en hCG

Tout écart par rapport aux données du tableau hCG chez une femme enceinte peut être considéré comme un signe de pathologie du fœtus et du tissu placentaire. Par conséquent, il nécessite une attention particulière et un examen plus approfondi.

HCG augmenté

Dépasser la valeur normale de hCG est possible pendant la grossesse et en dehors de celle-ci. Chez les femmes enceintes, une hCG élevée peut indiquer:

  • Plus d'un embryon en développement (hCG augmente en fonction de leur nombre);
  • Grossesse prolongée;
  • La présence de prééclampsie;
  • Le diabète chez une future mère;
  • Malformations fœtales;
  • Acceptation des médicaments hormonaux.

Si la femme n'est pas enceinte ou si l'analyse est effectuée sur l'homme et si le HCG est élevé, la raison peut être:

  1. L'avortement médicamenteux il y a cinq jours;
  2. Prendre des médicaments contenant de l'hCG;
  3. Croissance du carcinome chorionique;
  4. Dérapage à bulles;
  5. Séminome du testicule;
  6. Les tumeurs d'un autre endroit - les intestins, les poumons, l'utérus.

On sait que pendant la ménopause, lorsque la concentration en hormone augmente, une augmentation du contenu en hCG dans le sang est possible. Chez les patients âgés présentant une pathologie rénale nécessitant une hémodialyse, l'hCG peut dépasser de manière significative la norme (jusqu'à 10 fois). Cela est dû à la violation de l'excrétion naturelle de l'hormone par le corps et à son accumulation dans le sang, tandis que sa production par divers tissus reste au niveau physiologique.

HCG abaissé

Non seulement une augmentation, mais également une diminution de la concentration de gonadotrophine chorionique humaine témoigne d'une pathologie. Sa quantité insuffisante provoque un retard dans le développement des organes et des tissus du futur bébé, affecte négativement la maturation du placenta et, par conséquent, souffre de circulation sanguine, d'échange de nutriments et d'oxygène entre la mère et le fœtus. L’hypoxie fœtale pouvant entraîner de graves anomalies dans le développement de l’embryon, une hCG basse exige également une attention accrue de la part du patient.

Une diminution de la production d'hCG chez une femme enceinte peut parler de:

  • Fixation ectopique de l'embryon;
  • Ralentir le développement de l'embryon;
  • "Perte" de grossesse ou de mort fœtale aux deuxième et troisième trimestres;
  • Une fausse couche menaçante;
  • Insuffisance placentaire;
  • Post-grossesse

Lors d'une grossesse extra-utérine, l'embryon ne s'installe pas dans la muqueuse utérine, il se développe dans la trompe de Fallope, l'ovaire ou même sur le péritoine. Dans ces organes, il n'y a pas de conditions pour la fixation normale de l'embryon, le développement correct du trophoblaste et du chorion. Par conséquent, le niveau de hCG n'augmente pas comme il devrait être dans un âge gestationnel donné. La détermination de l'hCG avec les données échographiques peut constituer un critère de diagnostic important pour la grossesse extra-utérine.

L'augmentation de l'hCG chez les femmes et les hommes non enceintes suggère une croissance probable de la tumeur. Si un néoplasme est détecté et que le patient est traité, la détermination de l'hCG peut aider à évaluer l'efficacité du traitement.

Gonadotrophine chorionique humaine en pharmacologie

La gonadotrophine chorionique n’est pas seulement un indicateur de diagnostic important. Cette hormone peut être utilisée avec succès dans le traitement de certaines maladies et les athlètes décident de prendre ce médicament pour obtenir de meilleurs résultats d'entraînement.

Les médicaments à base d'hCG sont obtenus en sécrétant une hormone dans l'urine d'une femme enceinte ou avec l'aide de micro-organismes spéciaux. Le pregnil le plus commun, Horagon, prophazy.

HCG, possédant une action gonadotrope, stimule l'ovulation, la maturation des spermatozoïdes, améliore leur qualité et leur quantité, augmente la production de stéroïdes sexuels, affecte la formation de caractéristiques sexuelles secondaires.

Les indications pour la nomination d'un médicament à base d'hCG peuvent être:

  1. Dysfonctionnement menstruel chez les femmes en raison d'une production réduite d'hormones gonadotropes;
  2. Infertilité;
  3. Stimulation des ovaires pendant la procédure de fécondation in vitro (FIV);
  4. La menace d'interruption de grossesse;
  5. Violation du développement des glandes sexuelles chez l'homme (hypogonadisme), pathologie du sperme.

Les préparations à base de hCG sont contre-indiquées pour les tumeurs des glandes sexuelles, réduisant la fonction de la glande thyroïde et des glandes surrénales, ainsi que la thrombophlébite. Cette hormone ne devrait pas être prise par les mères allaitantes et une attention particulière devrait être portée lors de la prescription aux adolescents, aux personnes souffrant d'ischémie cardiaque, d'hypertension et d'altération de la fonction rénale.

Habituellement, l'hCG est administrée par voie intramusculaire et le schéma, la fréquence et la durée du traitement dépendent des objectifs du traitement et du sexe du patient. Afin de provoquer l'ovulation ou la «superovulation» avec FIV, le médicament est administré une fois à une dose élevée (jusqu'à 10 000 UI). Avec la menace d'interruption de grossesse, de violation du développement sexuel chez les garçons, d'hypogonadisme, l'hCG est administrée pendant 1 à 3 mois, la dose étant déterminée par les indications.

Ce n'est un secret pour personne que les athlètes accordent une attention accrue à toutes sortes de médicaments susceptibles d'améliorer les résultats de l'entraînement. En utilisant des hormones stéroïdiennes, il est possible d'augmenter la masse et la force musculaires, mais ces effets ont également des effets secondaires: production réduite de testostérone, risque d'atrophie testiculaire.

Afin de réduire les effets secondaires des stéroïdes et d'atténuer les symptômes du syndrome de sevrage, les athlètes utilisent des préparations de hCG qui augmentent la concentration de testostérone et préviennent les changements atrophiques des testicules. Il est à noter que l'hCG n'est pas une panacée, elle n'élimine pas la perte de masse musculaire et les réactions secondaires de la prise de stéroïdes, mais vous permet de les réduire quelque peu et de ne «retarder» que le syndrome de sevrage.

Les spécialistes de l'utilisation des médicaments hCG par les athlètes sont extrêmement négatifs, car les troubles métaboliques consécutifs à la prise d'hormones stéroïdiennes peuvent être encore aggravés. De plus, le risque de tumeurs augmente sous l'influence de l'hormonothérapie. Il est à noter que le niveau de testostérone peut ne pas augmenter, mais une stimulation excessive du système hypothalamo-hypophysaire entraînera des réactions indésirables.

Les athlètes ne doivent donc pas se fier aux informations non vérifiées et aux conseils de leurs collègues qui ont décidé de suivre un tel traitement. L'effet des préparations d'hCG chez les athlètes, et en particulier sur les antécédents de traitement par les stéroïdes, n'a pas été complètement étudié. Il n'y a donc aucune raison de dire qu'il est efficace et, surtout, sans danger. Aucun spécialiste compétent ne prescrira de médicaments hormonaux sans indications médicales.

HCG: quel est et quel est le taux de performance

Bien entendu, chaque femme sera dérangée par le retard mensuel. Pour certains, cela donne un aperçu d'une grossesse et d'un bonheur maternels tant attendus, pour d'autres, d'un signal alarmant: l'échec du travail coordonné du corps peut être le résultat d'une maladie. Et en fait, et dans un autre cas, avant de contacter un spécialiste, il est souhaitable de confirmer ou d’exclure une éventuelle grossesse.

À la maison, vous pouvez obtenir une réponse préliminaire à cette question vous-même à l’aide de tests de détermination de la grossesse, vendus dans toutes les pharmacies.

La réalisation d’une analyse rapide à l’aide d’un tel test repose sur la détection d’une «hormone de grossesse» spécifique dans l’urine de la femme, l’hCG. Des réactifs spéciaux qui sont peints en présence de hCG dans un échantillon d'urine sont appliqués sur la bandelette réactive.

Qu'est-ce que hCG, quel rôle joue-t-elle dans la réalisation de l'objectif principal du corps féminin et quelles informations importantes peuvent être obtenues en examinant les indicateurs de sa valeur dans le sang, comme vous le découvrirez cet article.

Qu'est ce que c'est

L’abréviation de HCG signifie «déchiffrer la gonadotrophine chorionique humaine» - une substance hormonale spécifique qui commence à être produite par un ovule fécondé dès le moment où il se fixe à l’endothélium de l’utérus (environ le sixième ou le huitième jour suivant la conception). La gonadotrophine humaine est d'abord produite par les cellules de la membrane externe de l'embryon, appelée chorion (d'où la définition de cette gonadotrophine - chorionique spécifique).

À l'aide des villosités choriales, qui pénètrent dans la paroi utérine, l'embryon reçoit toutes les substances nécessaires. Au fil du temps, à mesure que l'embryon grandit, le chorion se transforme en placenta - une sorte d'organe situé sur la paroi de l'utérus, par lequel le fœtus reçoit de l'oxygène et des nutriments. Le placenta continue à produire de l'hCG pendant toute la période de gestation jusqu'à l'accouchement.

La structure de l'hCG a une nature protéique - c'est une glycoprotéine composée de 237 acides aminés. La molécule hCG est constituée de deux parties (sous-unités) - alpha et bêta, connectées l'une à l'autre. Et si une partie de l’alpha a une structure similaire à celle des sous-unités alpha d’autres hormones hypophysaires (stimulant du follicule, lutéinisante), la sous-unité bêta a une structure exclusivement réservée à cette hormone et en détermine l’unicité, les propriétés spécifiques et les effets sur le corps. Par conséquent, il est possible de déterminer la présence et la quantité de cette hormone dans le sang en utilisant des méthodes utilisant des anticorps spécifiques de la sous-unité bêta (ceci explique l'origine du terme bêta-hCG).

La formation de deux sous-unités différentes de gonadotrophine se produit indépendamment, de sorte que des sous-unités libres liées et distinctes sont présentes dans le sang. En gynécologie, le terme hCG désigne spécifiquement le bêta hCG, à la fois générique et libre.

Signification

Sans gonadotrophine chorionique, la préservation et l'accouchement normal du fœtus par une femme seraient impossibles. Après l'ovulation, à la place du follicule détruit, il se forme un corps appelé corps jaune - une glande temporaire produisant les hormones œstrogène et progestérone. Sous leur influence, l'endomètre de la membrane muqueuse de la paroi corporelle de l'utérus est compacté, ses glandes commencent à produire activement un secret spécial qui remplit les cellules de l'endomètre de tous les composants nécessaires au développement actif et complet de l'ovule.

La progestérone, produite par le corps jaune, crée non seulement les conditions permettant la fixation d'un ovule fécondé au mur de l'utérus, divise et développe le développement de l'ovule, mais réduit également le tonus utérin, éliminant ainsi le risque de fausse couche et aidant les glandes mammaires à s'adapter à la lactation.

Pour maintenir la grossesse et son déroulement normal, un taux de progestérone toujours élevé est nécessaire. Toutefois, dans des conditions normales, le corps jaune cesse de produire des hormones après environ 10 à 14 jours. Mais grâce à l'hCG, qui est excrétée en grande quantité par le chorion, puis par le placenta, le corps jaune dans le corps d'une femme enceinte n'absorbe pas mais produit également une quantité beaucoup plus importante de progestérone, incapable de produire dans un corps non enceinte.

La gonadotrophine chorionique soutient la fonction du corps jaune jusqu'au moment où le placenta du fœtus est suffisamment formé pour commencer à produire de la progestérone et des œstrogènes indépendamment (environ 10 à 12 semaines).

La HCG a un effet positif sur le développement du placenta, améliore les processus de nutrition cellulaire et soutient son activité fonctionnelle. La HCG augmente également la production d'hormones du cortex surrénalien, ce qui, à son tour, fournit l'immunosuppression temporaire nécessaire pour que le fœtus (génétiquement semi-étranger) ne soit pas rejeté par l'organisme maternel.

On pense également que l'hCG joue un rôle dans le processus d'adaptation d'une femme à un état de grossesse qui peut être stressant pour elle.

Dans l'embryon masculin, l'hCG est responsable d'un groupe de cellules qui stimulent toute production ultérieure de testostérone, une hormone sexuelle spéciale nécessaire à la formation initiale et au développement ultérieur de caractères masculins. HCG est le premier marqueur de la grossesse.

La détermination de la quantité d'hCG dans le sang est d'une grande importance pour le diagnostic et l'évaluation du déroulement de la grossesse. Elle aide à identifier la pathologie à temps et à prévenir les complications possibles.

Un test sanguin d'hCG chez les hommes et les femmes non enceintes, dans lequel il est normalement absent, permet de déterminer ou d'exclure la présence de tumeurs capables de produire cette hormone.

Comment se développe une hormone?

La HCG commence à être produite presque immédiatement après la fixation de l'œuf qui se divise sur le mur de l'utérus. Déjà entre 6 et 8 jours après la fécondation, le taux de gonadotrophine chorionique humaine dans le sang peut être compris entre 5 et 50 mUI / ml (chez les femmes non enceintes, entre 0 et 5 mUI / ml).

L'hCG étant excrétée par les reins, elle sera présente dans l'urine de la femme enceinte. Dès le premier jour du retard, il peut être détecté dans l'urine à l'aide d'un test de grossesse d'une sensibilité de 10 m UI / ml ou plus. En tout état de cause, de tels tests permettent de déterminer la présence d'une "hormone de grossesse" dans les urines en général et ne permettent pas de déterminer sa quantité exacte. Par ailleurs, de telles bandelettes permettent à une femme de déterminer de manière indépendante le début de sa grossesse, ce qui est beaucoup plus fiable que d'essayer de calculer le «risque» selon les jours du cycle.

Afin de connaître la concentration exacte d'hCG dans le sang ou l'urine, vous devez effectuer un test de laboratoire professionnel. Ces tests sont effectués régulièrement pour tous les types de grossesse, car la dynamique de croissance de la gonadotrophine chorionique humaine est l’indicateur le plus informatif de la situation du fœtus ainsi que de la santé de la mère, pour le médecin.

Bien sûr, toute femme enceinte attend surtout les moments où un embryon est visible ou un rythme cardiaque fœtal se fait entendre lors d'une échographie, mais ce sont ces analyses biochimiques qui sont plus nécessaires.

Si vous le souhaitez, vous pouvez interpréter indépendamment les données de résultats pour évaluer l'état de santé de votre bébé.

Vous trouverez ci-dessous une liste des indicateurs de hCG dans les unités internationales, en fonction de la semaine de gestation en cours:

  • 1-2 semaines - 20-125 mU / ml;
  • 2-3 - 150-4000;
  • 3-4 - 1100-25000;
  • 4-5-2500-40000;
  • 5-6 - 23000-100000;
  • 6-7 - 27000-200000;
  • 7-11 - 20000-250000;
  • 11-17 - 6000-100000;
  • 17-21 - 5000-50000;
  • 21-39 - 2500-70000.

Au début du premier trimestre, le niveau de hCG augmente lentement. Cela est dû à l'augmentation progressive de la production d'hormones par la coque de l'embryon. Cependant, ces chiffres peuvent être fortement corrélés en fonction des conditions de la grossesse et de la méthode de conception. Par exemple, si une femme est diagnostiquée avec une grossesse jumelle, le taux de hCG peut alors être multiplié par deux, tout en restant la norme absolue pour elle.

En outre, «l'hormone de grossesse» peut se comporter de manière quelque peu différente dans le cas d'une FIV. Les femmes artificiellement fécondées vérifient plus souvent le niveau de hCG, car leur croissance plus importante est importante jusqu'à la 11e semaine, après quoi le pic de la concentration en hormone est atteint et reste au niveau approprié pour les prochaines semaines.

Immunité

Dans certains cas, le corps de la femme réagit par des processus auto-immuns à l'apparition de gonadotrophine chorionique dans le sang et l'urine. En réponse à la croissance de hCG, des anticorps spécifiques sont formés qui neutralisent la sous-unité bêta unique de l'hormone et peuvent donc interférer avec la fixation normale de l'ovule à la muqueuse de l'utérus, ainsi que le développement ultérieur de l'embryon.

Ainsi, le niveau d'hormone de grossesse dans l'état de gestation, ainsi que la sensibilité de l'organisme à ses molécules, joue un rôle très important dans la planification familiale.

En règle générale, les médecins examinent la question d'une réponse immunitaire accrue si une femme a des antécédents d'au moins deux grossesses ayant abouti à une fausse couche spontanée ou à d'autres complications.

Si une réponse auto-immune à l'hCG est déterminée avant la gestation, une telle femme reçoit un traitement spécialisé tout au long du premier trimestre. Dans certains cas, le traitement peut être prolongé beaucoup plus longtemps et repose sur un apport régulier en héparine de faible poids moléculaire et en glucocorticoïdes.

Il convient de noter qu'une telle réaction auto-immune est très rare et que la violation ne s'explique donc pas toujours par un phénomène similaire.

Avant de planifier une grossesse, il est fortement recommandé de procéder à toute recherche supplémentaire, jusqu’à la sensibilité individuelle de la femme à la gonadotrophine chorionique.

Types d'analyses

Aujourd'hui, il existe plusieurs options pour analyser le contenu de hCG dans le corps, parmi lesquelles des tests rapides disponibles pour toute femme et des diagnostics de laboratoire plus professionnels:

  • Test de grossesse rapide;
  • Analyse de la concentration de hCG dans le plasma sanguin;
  • Analyse en laboratoire de l'urine.

Les tests pour le diagnostic de la grossesse aujourd'hui peuvent être facilement achetés dans n'importe quelle pharmacie ou même à la caisse du supermarché. Ces "bandes" fonctionnent sur le principe de la détection de sous-unités bêta spécifiques de l’hCG dans l’urine de la femme.

Les tests rapides s’appliquent facilement à la maison, car pour le diagnostic, il suffit de plonger la bandelette pendant quelques secondes dans un récipient contenant de l’urine. En attendant, ils ne sont pas trop informatifs, car ils ne font que confirmer ou infirmer la présence d'une hormone dans l'urine et ne montrent pas sa quantité spécifique. Par conséquent, même un résultat positif n'est pas encore un indicateur absolu du début de la grossesse, tout comme un résultat négatif ne le réfute pas complètement.

Des tests de laboratoire professionnels sur l'urine et le sang, effectués dans des centres ou des cliniques spécialisés, sont plus précis. Parmi celles-ci, il existe également plusieurs options de diagnostic: générales et gratuites, la différence entre elles réside dans leur caractère informatif.

Une analyse générale du contenu de l'hCG convient le mieux au diagnostic précoce de l'état de grossesse d'une femme. Nous parlons de ces périodes de gestation, lorsque même les bandelettes de test les plus chères ne donnent pas un résultat précis. Dans le cas où l'accession et le développement de l'embryon se déroulent sans aucune pathologie, le taux d'hCG augmentera tous les deux jours, atteignant son maximum à 10-11 semaines. Après cela, la quantité d'hormone se stabilise et sa croissance s'arrête.

La soi-disant analyse de la hCG libre implique le diagnostic du contenu de l'organisme directement sous-unités bêta. En règle générale, de telles études sont nécessaires pour diagnostiquer diverses tumeurs ou complications de la grossesse telles que la formation de cloques.

De plus, la définition d'hormone libre de grossesse est nécessaire aux deuxième et troisième trimestres. Son contenu est un indicateur très informatif pour l'identification de diverses maladies génétiques du fœtus, par exemple le syndrome de Down ou Edwards.

Si un résultat positif est identifié, il est déterminé que la femme enceinte est à risque, mais cela ne constitue toujours pas une preuve à 100% de la présence d'anomalies chromosomiques chez l'enfant. Au cours des 8 prochaines semaines, il est nécessaire de procéder à des tests répétés réguliers afin d'identifier toutes les déviations et dynamiques possibles de sous-unités spécifiques de hCG, ce qui peut finalement s'avérer complètement normal.

Comment et quand prendre?

La préparation et le processus de test dépendent en grande partie du type de résultat qui vous intéresse. Par exemple, si vous devez détecter la présence de hCG dans l'urine en général, le test de grossesse standard convient à cet effet.

Vous pouvez faire le test à la maison. Pour cela, vous n'avez besoin que d'une bandelette d'analyse spéciale et d'un récipient stérile dans lequel vous devez collecter une petite quantité d'urine. Le test express est immergé dans l'urine pendant quelques secondes, puis indique un résultat positif ou négatif.

Toute femme qui soupçonne un début de grossesse possible, par exemple en cas de retard de la menstruation, peut effectuer une telle analyse à la maison.

Pour un diagnostic plus précis du contenu de la gonadotrophine chorionique humaine, il convient de réaliser des tests de laboratoire professionnels pour lesquels du sang ou de l'urine est prélevé, en fonction du type de test. Du point de vue de la médecine, l’analyse du sang et du liquide amniotique qui entoure le fœtus est plus informative.

Le dernier d’entre eux est pratiqué aux derniers stades de la grossesse et n’est pratiqué, en règle générale, que dans les cas où il existe un risque de développer la pathologie du futur bébé, car elle a une valeur diagnostique importante.

Les analyses de sang pour hCG nécessitent du sang provenant d'une veine. L’ingestion est réalisée à l’aide d’une seringue spéciale stérile. En général, la procédure à suivre par une femme enceinte est la suivante:

  • Le médecin fixe une date précise pour prélever le matériel et effectuer l’analyse;
  • Le jour indiqué, en règle générale, le matin, la femme se rend au laboratoire. Il est très important que le sang passe l'estomac vide, car dans certains cas, la prise de certains aliments peut affecter le résultat final. La préparation à la collecte des urines comprend également une hygiène intime banale;
  • Le technicien de laboratoire effectue la procédure de prélèvement sanguin dans une veine, qui sera étudiée plus avant pour en déterminer la concentration en hCG.

Une attention particulière doit être accordée aux femmes enceintes qui se préparent au don de sang pour analyse. Si certains éléments ne sont pas observés, il est très facile d'obtenir un résultat faux qui pourrait, à l'avenir, nuire à la santé:

  • Le moment optimal pour l’analyse est de 8 à 10 heures du matin. Dans le même temps, il est important de ne pas prendre de petit-déjeuner et, dans les cas extrêmes, lorsque cela est impossible, d'abandonner les aliments gras et épicés dans les prochains jours.
  • Environ un jour avant la date du prélèvement sanguin, vous devez absolument cesser de consommer des boissons alcoolisées, de prendre la plupart des médicaments (sauf l'insuline), et de ne pas participer à des exercices sportifs ni à aucun type d'exercice.
  • Quelques heures avant le test de HCG, vous ne pouvez pas fumer ni boire autre chose que de l'eau ordinaire. En outre, les médecins recommandent vivement de se protéger des expériences émotionnelles et du stress, d'essayer de se détendre et de se reposer;
  • Il n'est pas souhaitable de donner du sang après avoir effectué des procédures ou des examens instrumentaux tels que des massages, des ultrasons, une fluorographie ou une radiographie.

Si un deuxième examen de suivi vous a été attribué pour clarifier le résultat, il est alors préférable d'essayer de ne modifier aucune condition de l'analyse: heure de la journée, consommation de nourriture et tout autre facteur susceptible d'influer sur l'analyse des données.

En ce qui concerne le moment de l'analyse, ils dépendent entièrement du médecin qui dirige cette femme enceinte. C'est lui qui décide quand effectuer un test de contrôle et déterminer la dynamique de croissance de l'hormone. En règle générale, une analyse de sang et d'urine pour les sous-unités libres de hCG est effectuée toutes les 13 à 14 semaines environ, car pendant ces périodes, le risque de développer diverses pathologies est élevé et ces examens permettent de les détecter rapidement et de les détecter.

Si les chiffres ne correspondent pas à la norme pour l'âge gestationnel actuel, cela peut impliquer non seulement la pathologie, mais également la présence d'autres facteurs qui affectent le contenu de l'hormone. Ceux-ci incluent certains aliments, la prise régulière de certains médicaments par une femme enceinte ou même des analyses de laboratoire incorrectes.

Si nous parlons de diagnostic précoce de grossesse, le moment le plus approprié pour l'analyse de sang et d'urine en laboratoire est 13 jours après l'ovulation.

Très souvent, dans les forums thématiques pour femmes, l'opinion erronée que l'analyse de sang pour «l'hormone de la grossesse» n'est pas informative est négative car, dans leur cas, elle était négative, mais la grossesse était toujours confirmée. Généralement, de tels faux résultats résultent d'une erreur dans le calendrier d'ovulation et d'une période mal choisie pour le test.

Pour clarifier la durée de la grossesse, dans le cas où la femme elle-même ne peut pas la calculer, un test sanguin de concentration de hCG est effectué au plus tôt 5 à 6 jours après le retard de la menstruation. Comme il ne sera pas suffisamment informatif, il devra être répété 3 à 4 jours après le premier.

En outre, l'analyse est effectuée environ 7 à 9 jours après l'avortement médicamenteux ou le curetage. Le fait est qu’une partie de l’ovule peut facilement rester sur la muqueuse utérine, ce qui nuira à la femme. Les niveaux élevés d'hCG après une interruption médicale de grossesse sont l'une des méthodes les plus fiables pour diagnostiquer de telles complications.

La plupart des femmes enceintes tentent d’évaluer les résultats de manière indépendante, en s’appuyant sur le décodage le plus simple, consistant en un taux de hCG admissible pour une période donnée de la grossesse. Cependant, pour obtenir et évaluer les résultats, il convient également de prendre en compte les nuances suivantes:

  • Dans la plupart des laboratoires et des cliniques privés, la période de gestation est calculée à partir de la date de conception prévue et non à partir du dernier jour de la menstruation. Dans le cas des normes d'indicateurs de hCG, la période à partir de PDM est généralement prise en compte;
  • Si vous souhaitez évaluer les résultats de manière indépendante, vérifiez toujours les valeurs standard du laboratoire dans lequel vous avez effectué le diagnostic. Le fait est que chaque établissement médical peut avoir ses propres normes, qui dépendent en grande partie des réactifs et du matériel utilisés;
  • Si, toutefois, votre taux de gonadotrophine chorionique humaine est différent du taux autorisé, vous ne devriez pas paniquer immédiatement. Il est préférable de diagnostiquer les écarts par rapport à la norme dans la dynamique. Terminez l'analyse de contrôle 4-5 jours après la première.
  • Le niveau d'hCG n'est pas toujours une norme informative pour le diagnostic de grossesse extra-utérine, mais il peut arriver assez souvent que les médecins soupçonnent ce diagnostic lors de l'examen initial.

Pour clarifier, il est fortement recommandé d'effectuer une échographie conventionnelle.

Combien de temps attendre le résultat?

La durée de préparation d'un résultat de test d'hCG sanguine dépend entièrement du laboratoire dans lequel elle est réalisée. En règle générale, une journée complète suffit pour un diagnostic complet. C'est-à-dire que vous pouvez obtenir le résultat du test le lendemain du don de sang ou d'urine. Bien sûr, beaucoup peut être résolu à la fois par le professionnalisme des médecins de laboratoire et par la charge de travail du laboratoire, la présence de certains réactifs et équipements.

Si nous parlons de fin de grossesse, lorsque le niveau «d'hormone de grossesse» est un indicateur très important de l'état de l'enfant, les médecins peuvent prescrire une analyse intitulée «cito! "Ce qui signifie" urgent! ". En règle générale, ces analyses sont effectuées à un rythme accéléré, ce qui permet d'obtenir le résultat en quelques heures. Généralement, de telles mesures sont nécessaires si le médecin soupçonne une certaine pathologie aiguë, auquel cas une longue attente est inacceptable.

Norma

La gonadotrophine chorionique remplit la fonction la plus importante dans le corps d'une femme enceinte: elle prépare la future mère à l'enfant et fournit tout le nécessaire au développement normal du fœtus. L'oeuf fécondé commence à produire cette hormone, grâce à laquelle le début et la préparation active de tous les processus du corps de la femme en vue de la mise au monde de l'enfant commence dès les premiers jours.

Environ 9 ou 10 jours après l'ovulation, les sous-unités de «l'hormone de grossesse» peuvent se retrouver dans le plasma sanguin d'une femme. Cela s'explique par le fait que la production normale de cette substance commence normalement immédiatement après la fixation de l'œuf fécondé sur l'endothélium de la muqueuse utérine. Des quantités trop faibles d'hCG au début de la grossesse sont souvent considérées comme acceptables, mais uniquement s'il se produit une croissance rapide tous les deux jours. C'est pourquoi le contenu en hormones est mesuré assez souvent tout au long de la gestation.

Habituellement, une augmentation de la concentration de gonadotrophine chorionique est observée jusqu'à 8-10 semaines de grossesse. Nous parlons de semaines depuis le dernier jour de la menstruation. C'est pendant cette période que l'hCG atteint son maximum à 50 000 - 100 000 mMe / ml. Après cela, en règle générale, sa concentration commence à diminuer progressivement jusqu'à 18-20 semaines, puis se stabilise à un certain niveau.

Bien entendu, comme mentionné précédemment, la gonadotrophine est également présente dans les urines. Cela est dû au fait que cette hormone est excrétée par les reins. L'urine a ses propres normes de performance, mais elles ne sont pas considérées comme aussi importantes que les taux de hCG plasmatique. La teneur la plus élevée en «hormone de grossesse» dans les urines est enregistrée environ le 60e jour après le jour de la dernière menstruation, ce qui est également considéré comme l'un des indicateurs du déroulement normal de la grossesse.

Il existe des cas où la gonadotrophine chorionique atteint des taux de pointe répétés aux derniers stades de la gestation. Auparavant, cette condition était considérée comme une norme acceptable. Cependant, la médecine moderne a la preuve qu'une telle image est un présage possible de diverses pathologies. Le plus souvent, une augmentation de l'hCG au troisième trimestre est provoquée par un conflit Rh, qui provoque également une réponse secondaire du placenta à une insuffisance placentaire, qui se manifeste par la production active de sous-unités gonadotrophines spécifiques.

Avec la résolution normale de la grossesse ou après un avortement médicamenteux après une semaine, il est déjà impossible de détecter l’hCG dans le corps d’une femme. Parfois, une analyse de contrôle est effectuée beaucoup plus tard, après 42 jours, ce qui est nécessaire pour identifier le risque de maladie trophoblastique. En outre, un test sanguin pour "hormone de grossesse" est effectué 7 à 10 jours après l'accouchement ou le curetage avorté. La présence de sous-unités de hCG permet de détecter les restes de l'ovule ou des suites de la naissance.

À ce jour, de nombreux tableaux indiquent le taux de croissance autorisé de l'hormone, en fonction de la période de gestation. Ils peuvent différer les uns des autres, car ils impliquent parfois des unités de mesure différentes, ainsi que la comptabilisation ou l'omission de la possibilité de grossesses multiples. La plupart d'entre eux sont conçus pour prendre en compte la dynamique de l'hCG, à compter du jour où l'œuf fécondé a rejoint l'endothélium de l'utérus.

Il est très important que la table correctement choisie ne soit pas seulement le médecin, mais aussi la femme enceinte elle-même. Ainsi, elle peut facilement surveiller son état de santé et s'assurer que son bébé grandit et se développe normalement.

Cependant, il faut comprendre que les chiffres présentés dans ces tableaux ne sont pas toujours la référence.

Chaque laboratoire qui diagnostique la croissance de hCG peut avoir ses propres normes et indicateurs, qui doivent toujours être vérifiés. Le plus pratique est le tableau dans lequel les valeurs moyennes admissibles de «l'hormone de grossesse» sont marquées en fonction de la soi-disant semaine de grossesse obstétricale. Notez que les valeurs peuvent doubler en fonction de la présence de grossesses multiples.

Vous trouverez ci-dessous une liste dans laquelle sont indiquées les dates des semaines d'obstétrique, ainsi que la valeur moyenne autorisée d'hCG dans le plasma sanguin d'une femme:

  • 2 semaines - 150 mIU / ml;
  • 3-4 semaines - 2000 mIU / ml;
  • 4-5 semaines - 20 000 mIU / ml;
  • 5-6 semaines - 50 000 mIU / ml;
  • 6-7 semaines - 100 000 mIU / ml;
  • 7-8 semaines - 80 000 mIU / ml;
  • 8-9 semaines - 70000 mIU / ml;
  • 9-10 semaines - 65000 mIU / ml;
  • 10-11 semaines - 60 000 mIU / ml;
  • 11-12 semaines - 55 000 mIU / ml;
  • 13-14 semaines - 50 000 mIU / ml;
  • 15-16 semaines - 40 000 mIU / ml;
  • 17-20 semaines - 30 000 mIU / ml.

Si vous utilisez de telles tables, vous ne devez pas oublier que la gonadotrophine est produite assez rapidement et que sa variabilité est donc très grande. Par exemple, dans les premiers stades - au cours des deux semaines de grossesse, vous pouvez rencontrer des indicateurs de 100-150, ou inversement, à 300 mUI / ml, ce qui est une norme tout à fait acceptable. On peut en dire autant des autres périodes de grossesse.

Il existe également un tableau spécial permettant de déterminer la dynamique normale de la hCG dans la FIV. Bien entendu, dans le cas de l'insémination artificielle, les taux de croissance de la gonadotrophine diffèrent quelque peu, même s'ils coïncident à de nombreux égards avec une grossesse normale.

Il est important de noter que dans le cas de l'insémination artificielle, le comportement de la gonadotrophine chorionique humaine au cours du premier trimestre devrait être particulièrement surveillé, car il indique à quel point l'embryon du sous-ensemble survit.

Dans le cas de la FIV, le délai de cinq jours est pris en compte. Ce terme est utilisé tous les 5 jours après le jour de la replantation du fœtus chez la femme. Comme dans le tableau précédent, ces tableaux indiquent le rapport entre l'indice d'hCG moyen admissible et le nombre de semaines de grossesse et le délai de traitement de cinq jours, respectivement.

Il convient de noter que dans la FIV, le coefficient de MoM est considéré comme le plus informatif. MoM est le rapport entre l'indicateur réel de la gonadotrophine et son taux moyen admissible. Le rapport optimal se situe entre 0,5 et 2. Des tests rapides et bien effectués de la concentration de hCG dans le plasma sanguin d'une femme enceinte sont la clé d'un contrôle fiable de la santé de la mère et de l'enfant.

Il existe également diverses indications nécessitant d'autres examens connexes. Cependant, un écart par rapport à la norme n'implique pas toujours une menace sérieuse de grossesse.

Par exemple, des lectures d'hCG de 0 m / ml avec une grossesse apparente peuvent signifier un risque d'anembrionia. C'est un diagnostic plutôt déplaisant, qui a également reçu le nom d'avortement raté et peut menacer la mort complète du fœtus. Avec de tels résultats, il est nécessaire de procéder à une échographie de contrôle, car le fœtus peut simplement être trop petit aux premiers stades du développement, de sorte que les sous-unités spécifiques de la gonadotrophine ne sont pas encore enregistrées dans le plasma sanguin.

Un grand nombre de facteurs peuvent affecter les résultats d'un test sanguin ou urinaire. Si, au début de votre grossesse, vous avez reçu des indicateurs différents de la norme, cela signifie en premier lieu que vous devez subir un examen de suivi dans quelques jours. Cela permettra de suivre le comportement de l'hormone dans la dynamique et d'éliminer la possibilité d'une erreur.

N'oubliez pas non plus que seul un médecin peut déchiffrer de manière professionnelle les résultats de la recherche. Par conséquent, la décision finale doit toujours être suivie par un spécialiste.

Ne paniquez pas prématurément si les chiffres sur papier diffèrent quelque peu de ceux que vous voyez dans les tableaux.

Raisons du rejet

Les causes les plus dangereuses de changements dans les indicateurs de «l’hormone de grossesse» sont les processus pathologiques à la fois dans le corps de la femme et dans l’embryon lui-même. Cependant, il existe des situations où une teneur élevée ou faible en hCG constitue une réponse physiologique acceptable.

Le plus souvent, une augmentation de l'hormone peut être associée aux conditions suivantes:

  • Grossesse multiple. Les jumeaux peuvent augmenter les performances de la gonadotrophine plusieurs fois. Cela est dû au fait que l'ovule contient deux embryons ou plus, et que l'enveloppe externe de chacun d'entre eux commence à produire la quantité de hCG nécessaire pour lui spécifiquement. Ainsi, la concentration des sous-unités détectées double ou augmente plusieurs fois en fonction du nombre d'embryons;
  • Malformations ou présence d'anomalies chromosomiques. En suivant la dynamique de la gonadotrophine, les médecins peuvent diagnostiquer rapidement la plupart des malformations congénitales, le syndrome de Down ou le syndrome d'Edwards. À cette fin, la HCG est mesurée à la fois dans le sang de la femme enceinte et dans le liquide amniotique (liquide amniotique) au cours du dépistage effectué au troisième trimestre;
  • La présence de diabète sucré du premier ou du second type dans l’histoire de la femme enceinte. Des modifications de la glycémie et de l'urine peuvent non seulement affecter les résultats du test, mais également modifier directement la concentration d'hormones dans l'organisme.
  • Des niveaux élevés d’hCG peuvent être directement liés à l’utilisation de médicaments contenant des analogues synthétiques des sous-unités gonadotrophines;
  • Les néoplasmes trophoblastiques peuvent également provoquer des modifications.
  • Une forte augmentation est souvent associée au développement d'un dérapage à bulles.

En ce qui concerne la réduction des niveaux d'hormones chez les femmes enceintes, les causes les plus fréquentes de cette affection sont les facteurs suivants:

  • La grossesse extra-utérine est la pathologie la plus commune avec une image de laboratoire similaire. Cependant, pour confirmer un tel diagnostic, il est nécessaire de mener une masse d’études de contrôle, parmi lesquelles une échographie détaillée de l’utérus et de ses appendices;
  • Mort prénatale du fœtus. La raison la plus triste de la chute brutale de l’hCG est la mort du foetus à un certain stade de la grossesse;
  • Une grossesse congelée, appelée «anembryonie», est une pathologie lorsque le développement de l'embryon cesse. Des données similaires sont également considérées comme des précurseurs de l'avortement spontané;
  • Comme dans le cas d’une augmentation de l’hCG, sa réduction peut servir d’indicateur de la présence de certains défauts ou anomalies chromosomiques.

Quand le niveau change-t-il?

Le taux de gonadotrophine humaine est très sensible aux modifications chromosomiques de la structure de l'embryon. Cela lui permet d'être utilisé comme marqueur spécifique pour la détection de maladies génétiques. En règle générale, de telles études sont réalisées au troisième trimestre de la grossesse, lorsqu'il devient possible d'étudier le liquide amniotique:

  • Le syndrome de Down a une forte augmentation de l'hCG et une baisse de tous les autres marqueurs de dépistage;
  • Le syndrome d'Edwards, au contraire, est caractérisé par une diminution de la concentration de gonadotrophine ainsi que d'autres marqueurs. Le syndrome de Patau a également un schéma similaire;
  • Le syndrome de Turner se caractérise par une image de laboratoire, lorsque la moyenne de tous les marqueurs de dépistage a chuté et que la concentration normale de hCG est restée;
  • Les malformations cardiaques profondes ou le tube neural de l'embryon peuvent également provoquer une augmentation ou une diminution marquée de la production de gonadotrophine chorionique humaine.

En outre, il ne faut pas oublier que des résultats faussement positifs peuvent être obtenus, que l'on trouve souvent aux stades précoces et en cas de grossesse suspectée.

Une hCG élevée en l'absence de conception peut être observée dans les cas suivants:

  • Certains médecins ont signalé des cas où l'utilisation régulière de médicaments contraceptifs pourrait augmenter les niveaux de gonadotrophine chez les femmes non enceintes. À ce jour, les preuves selon lesquelles ces médicaments affectent les taux plasmatiques d'hCG sont considérées comme non prouvées. Cependant, de nombreux experts reconnaissent cette possibilité, la considérant comme l'un des effets secondaires;
  • Après un accouchement ou un avortement pour des raisons médicales, le taux d'hormones de grossesse chute à son plus bas niveau en une semaine. En règle générale, les femmes subissent une analyse de contrôle après cette période afin d'éliminer le risque d'ovule résiduel ou de séquestration. La plupart des médecins attendent 42 jours, après quoi ils prescrivent le contrôle de l'hCG afin de suivre le développement possible d'une maladie trophoblastique;
  • En outre, le niveau de l'hormone peut être maintenu à un certain point après l'accouchement. Une telle image de laboratoire laisse supposer la présence de métastases d'une dérive de vésicule ou d'un carcinome chorionique, une tumeur maligne formée à partir des restes de tissu chorionique.

Ainsi, le niveau de HCG pour une femme non enceinte ne doit pas dépasser 5 unités. Sinon, nous parlons du développement possible de pathologies, parmi lesquelles les néoplasmes les plus courants.

Dans certains cas, la gonadotrophine chorionique est présente dans l'urine des hommes, ce qui peut également être un signe de cancer de la prostate.

Des médicaments

La gonadotrophine jouant un rôle important dans le déroulement normal de la grossesse, ses analogues sont utilisés en médecine pour ajuster l’état de la femme enceinte et du fœtus. À ce jour, de nombreuses variantes de médicaments ont été développées, basées sur la composition de gonadotrophines humaines naturelles ou synthétiquement.

Le plus souvent, de tels médicaments sous forme d'injections ou de comprimés sont prescrits aux femmes infertiles. Ils sont également utilisés activement pour la FIV, car ils sont excellents pour préparer une femme à la replantation d'un embryon, en augmentant le niveau d'hCG dans son corps dans les meilleurs délais.

Parfois, ces médicaments sont utilisés dans les cas où il existe une menace de fausse couche. Le médicament "Duphaston" intéresse la plupart des femmes, car il s'agit de l'une des versions les plus populaires et les plus facilement tolérées de ce médicament. La question la plus urgente le concernait: Duphaston affecte-t-il les performances hCG pendant les tests?

La plupart des médecins notent le fait que Duphaston affecte principalement la progestérone, stimulant ainsi le maintien de taux de gonadotrophines normaux. Par conséquent, le changement d'analyse sur le fond de la prise de ce médicament est généralement insignifiant. Réduire de sérieuses déviations par rapport à la norme pour prendre de telles pilules n'en vaut pas la peine, et très probablement, elles sont une conséquence de la pathologie.

Des changements plus graves peuvent provoquer des médicaments tels que "Pregnil", "Humegon", "Horagon", "Horiogonin". Ils contiennent de la gonadotrophine humaine directement et à certains stades peuvent affecter son taux plasmatique.

Dans tous les cas, si vous prenez ces médicaments, vous devez en informer votre médecin avant de vous soumettre à un test sanguin.

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

L'hormone de la peur est le nom non officiel de l'hormone. Dans la communauté scientifique, on parle souvent d'adrénaline. Il fait partie des principales substances sécrétées par les cellules neuroendocrines de la médullosurrénale à des moments considérés comme stressants pour l'organisme.

Ainsi, vous augmenterez votre motivation et serez toujours de bonne humeur.«La dopamine est un neurotransmetteur qui aide à contrôler le fonctionnement des zones du cerveau responsables du sentiment de récompense et de plaisir.

Sensation constante de fatigue, creux dans le lit, perte de poids rapide, dépression, augmentation du nombre de glandes mammaires chez les hommes - ces symptômes sont un signal d’avertissement causé par un faible taux de testostérone - l’hormone masculine dominante.