Principal / Hypoplasie

Diabète insipide - symptômes, traitement, diagnostic

Le diabète insipide (lat. Diabetes insipidus) est une maladie rare (3 cas sur 100 000) qui résulte de la production insuffisante d'hormone antidiurétique vasopressine chez un patient, ce qui aide les reins à maintenir la quantité de liquide nécessaire dans le corps. Dans le diabète sucré, les reins de la personne malade commencent à excréter une quantité anormalement élevée d'urine. À raison d'un litre et demi par jour, ils peuvent produire de 3 à 30 litres d'urine! L'urine est de faible densité, incolore et inodore. De plus, le patient est constamment tourmenté par une soif intense, malgré le fait qu'il boit beaucoup.

Le diabète insipide - qu'est-ce que c'est?

Dans le cerveau, il existe une petite section - l'hypothalamus, responsable de l'homéostasie du corps. L’hypothalamus régule la production de vasopressine - hormone antidiurétique (ADH), qui joue un rôle clé dans la régulation de la quantité de liquide dans le corps. La vasopressine pénètre dans l'hypothalamus dans la glande pituitaire, à partir de laquelle, au besoin, est libérée dans le sang. En cas d'insuffisance de vasopressine dans le sang, l'absorption d'eau est altérée, ce qui entraîne l'apparition d'une polyurie (miction abondante).

Le diabète insipide est diagnostiqué lorsque l'hormone vasopressine commence à être mal produite (diabète insipide central) ou avec une réponse rénale réduite à l'hormone antidiurétique (diabète insulinique). En outre, un diabète non diabétique peut survenir chez les femmes pendant la grossesse (diabète insipide de grossesse) ou lorsque la soif n'est pas perçue par le corps (forme nerveuse ou insipidaire de la maladie).

Tous les diabètes n'ont pas de sucre...

Le diabète insipide est différent du diabète sucré - ce sont deux maladies complètement différentes. Malgré le fait que certains de leurs symptômes présentent une certaine similitude (soif constante, miction abondante), le mécanisme d'apparition de ces maladies est différent.

Le diabète sucré provoque une glycémie élevée en raison de l’incapacité du corps à utiliser la glycémie comme énergie. Les personnes atteintes de diabète sucré ont généralement un taux de sucre normal, mais leurs reins ne peuvent pas équilibrer la quantité de liquide dans le corps.

Le diabète insipide, en règle générale, survient plus souvent chez les hommes que chez les femmes.

Voici les différences entre le diabète insipide et le diabète sucré et la polydipsie psychogène:

Nombre d'urine par jour

Présent à un taux de sucre dans le sang> 13,5 mmol / l

Augmentation de la glycémie

Densité d'urine relative

Faible, 5 mmol / l

Augmente avec décompensation sévère

Comme noté par I.I. Dans le manuel "Endocrinology", chaque cinquième cas de non-diabète sucré diagnostiqué est provoqué par des interventions neurochirurgicales.

Symptômes de diabète insipide

La maladie est la même chez les hommes et les femmes. Il se produit à tout âge, en règle générale, de 20 à 40 ans.

Au début du non-diabète sucré, il est difficile de rater ses symptômes, car le volume de la polyurie quotidienne a considérablement augmenté. L'urine est incolore, de faible densité, sans couleur ni odeur.

Le deuxième symptôme caractéristique du diabète insipide est une sensation de soif insatiable ou de polydipsie. Une personne qui souffre de miction fréquente est obligée de boire beaucoup d'eau et d'autres boissons. Cette soif irrépressible du patient devient généralement perceptible pour les autres.

Voici ce que dit Elena Malysheva à propos des symptômes de cette maladie:

Nous énumérons tous les symptômes du diabète insipide:

  • mictions fréquentes et abondantes, de 4 à 30 litres par jour;
  • soif intense;
  • l'insomnie;
  • abaisser la pression artérielle;
  • perte de poids;
  • l'anorexie;
  • problèmes digestifs;
  • fatigue
  • l'hyperexcitabilité;
  • douleur musculaire;
  • déséquilibre émotionnel;
  • peau sèche et muqueuses;
  • puissance réduite chez les hommes, troubles menstruels chez les femmes;
  • l'étirement et l'abaissement de l'estomac à partir d'une grande quantité d'eau entrante;
  • déshydratation du corps.

Caractéristiques générales du diabète insipide

A) Centrale (hypothalamo-hypophysaire): idiopathique, symptomatique (tumeurs), congénitale.

B) Rénal: acquis (drogues toxiques, maladie du rein), congénital

A) ND centrale: le déficit en vasopressine entraîne une violation de la concentration de l'urine au niveau des tubules distaux du néphron.

B) DG rénal: perte de sensibilité rénale à la vasopressine endogène

Maladie rare, le plus souvent entre 20 et 40 ans, chaque cinquième cas est dû à une intervention chirurgicale dans la région du cerveau. Les formes congénitales et la DN rénale sont très rares.

Les principales manifestations cliniques

Polyurie> 4 à 5 litres par jour, jusqu'à 20 litres ou plus par jour, polydipsie, nycturie (augmentation du besoin urinaire pendant la nuit), énurésie chez les enfants.

  1. Polyurie> 3 L / jour
  2. Normoglycémie (exclusion du diabète)
  3. Faible densité relative de l'urine (pas plus de 1005)
  4. Hypoosmolarité urinaire (

Signes de déshydratation:

  • soif
  • peau sèche;
  • fatigue
  • lenteur, léthargie;
  • des vertiges;
  • conscience floue;
  • nausée

Une déshydratation sévère peut entraîner des convulsions, des lésions cérébrales irréversibles et même la mort.

Demander de l'aide médicale immédiatement!

En règle générale, une personne peut facilement prévenir la déshydratation en augmentant la quantité de liquide consommée. Cependant, certaines personnes ne comprennent pas que même une grande quantité de liquide consommée peut entraîner une déshydratation. Ce cas peut survenir avec un diabète insipide. Par conséquent, vous devriez immédiatement consulter un médecin si vous présentez des signes de déshydratation sévère:

  • conscience floue;
  • des vertiges;
  • lenteur

Types de diabète insipide

Le diabète insipide peut survenir sous différentes formes, en fonction de l'étiologie. Il existe les types suivants de diabète insipide:

  1. central (neurogène);
  2. néphrogénique (rénal);
  3. gestationnel (diabète insipide de la femme enceinte);
  4. insipidaire (dipsogénique, nerveux).

Diabète insipide central (neurogène)

Le diabète insipide central se produit lorsqu'un dysfonctionnement de l'hypothalamus ou de l'hypophyse dans le cerveau entraîne une perturbation de la production normale, du stockage et de la libération de l'hormone antidiurétique, la vasopressine. La vasopressine entraîne l'excrétion excessive des reins par les reins, ce qui entraîne une augmentation des mictions (polyurie).

Les causes suivantes peuvent entraîner un dysfonctionnement de l'hypothalamus ou de l'hypophyse:

  • chirurgie du cerveau;
  • maladies infectieuses aiguës ou chroniques: mal de gorge, grippe, maladies sexuellement transmissibles, tuberculose;
  • maladies inflammatoires du cerveau;
  • lésions vasculaires du système hypothalamo-hypophysaire dans les artères cérébrales, entraînant une altération de la circulation sanguine des vaisseaux alimentant l'hypophyse et l'hypothalamus;
  • processus tumoraux dans l'hypophyse et l'hypothalamus, kystes (tumeurs bénignes);
  • blessures à la tête, commotions cérébrales;
  • dégénérescence inflammatoire et dégénérative des reins, empêchant ainsi leur perception de la vasopressine.

Le diabète insipide central peut également être le résultat d’un défaut héréditaire du gène qui produit la vasopressine, bien que cette cause soit extrêmement rare. Dans certains cas, la cause du diabète insulinique neurogène reste inconnue.

Diabète insipide néphrogénique (rénal)

Le diabète insipide rénal survient lorsque les reins cessent de réagir à la vasopressine et continuent d’éliminer trop de liquide dans le corps. Le diabète insipide rénal peut survenir à la suite de modifications héréditaires de gènes ou de mutations provoquant une perception de la vasopressine dans les cellules du néphron rénal.

Autres causes de maladie rénale:

  • la drépanocytose est une maladie rare;
  • hérédité congénitale;
  • lésion de la médullaire rénale ou des tubes du néphron urinaire;
  • maladie rénale chronique - polykystose (multiples kystes) ou amylose (dépôts amyloïdes dans les tissus) des reins; insuffisance rénale chronique;
  • certains médicaments toxiques pour les tissus rénaux (médicaments néphrotoxiques, notamment: lithium, amphotéricine B, gentamicine, tobramycine, amikacine et nétilmicine, cyclosporine);
  • faibles niveaux de potassium dans le sang;
  • taux de calcium sanguin élevé;
  • blocage des voies urinaires.

Les causes du diabète insipide néphrogénique dans certains cas peuvent ne pas être connues.

Diabète insipide (nerf) insipide

Un défaut de perception du mécanisme de la soif, responsable de l'hypothalamus, provoque une forme dipsogénique (insipidaire) de la maladie. Ce défaut entraîne une augmentation anormale de la soif et de l'apport liquidien, ce qui supprime la sécrétion de vasopressine et augmente la diurèse.

Les mêmes événements et conditions qui endommagent l’hypothalamus ou l’hypophyse - chirurgie, infections, inflammation, tumeurs, blessures à la tête, peuvent également endommager le mécanisme d’apparition de la soif. Certains médicaments ou problèmes de santé mentale peuvent prédisposer une personne à la survenue d'un diabète insipide diplogène (polydipsie neurale).

Diabète gestationnel non lié au sucre chez la femme enceinte

Le diabète gestationnel non lié au sucre survient chez les femmes pendant la grossesse. Dans certains cas, le placenta - un organe temporaire reliant la mère et l’enfant, entraîne un déficit en vasopressine chez la mère. Dans d'autres cas, les femmes enceintes produisent davantage de prostaglandines - des substances physiologiquement actives qui réduisent la sensibilité des reins à la vasopressine.

Chez la plupart des femmes enceintes, le diabète insipide gravidique est bénin et ne provoque pas de symptômes perceptibles. Le diabète insipide gestationnel disparaît généralement après la naissance du bébé, mais il peut revenir avec une deuxième grossesse.

Diagnostic du diabète insipide

Cette maladie est diagnostiquée de manière exhaustive à l'aide de:

  • étudier le dossier médical du patient et analyser les antécédents familiaux de la maladie;
  • examen visuel du patient;
  • analyse clinique et quotidienne de l'urine;
  • test sanguin;
  • échantillons avec privation de liquide;
  • imagerie par résonance magnétique (IRM).

Dossier médical et antécédents familiaux

L'analyse du dossier médical du patient et des antécédents familiaux de la maladie aide le médecin à diagnostiquer d'abord le diabète insipide. Le médecin examine le patient, lui demande de parler des symptômes apparus et se demande si un membre de sa famille souffre de diabète sucré ou présente des symptômes similaires.

Examen médical du patient

Aide au diagnostic et à l'examen physiologique du patient. Le médecin examine généralement sa peau et son apparence, en recherchant des signes de déshydratation. Une peau sèche indique une déshydratation.

Tests de diabète insipide

Analyse d'urine

Le patient collecte l'urine dans un récipient spécial à la maison ou dans un établissement médical. L'analyse doit montrer le degré de densité de l'urine. Si l’urine est très diluée, sans odeur, c’est l’un des signes du diabète insipide.

Une analyse d'urine peut également montrer la présence de sucre - ce facteur permet de distinguer le sucre du diabète insipide. Avec le diabète insipide dans l'urine, le sucre n'est pas détecté.

Le test de privation de liquide est la méthode la plus informative pour diagnostiquer les syndromes de diabète insipide polyurique. Grâce à cette analyse, vous pouvez suivre l'évolution du poids du patient et analyser la concentration d'urine après avoir limité la consommation de liquide.

Méthode d'analyse

  1. Le matin, le patient est pesé, du sang est prélevé pour déterminer le niveau de sodium dans le sang et l'osmolarité du sang, ainsi qu'une analyse d'urine pour évaluer son osmolarité et sa densité relative.
  2. Le patient n'utilise pas de liquide pendant 8 à 12 heures.
  3. Après cela, toutes les 1-2 heures, le patient est pesé et les tests de laboratoire sont répétés.

Le test avec la nourriture sèche est terminé si:

  • le poids du patient a diminué de 3 à 5% (c'est un signe clair de diabète insipide;
  • une soif insupportable est apparue;
  • détérioration de l'état physiologique du patient (vomissements, maux de tête, pouls rapide);
  • le niveau de sodium et l'osmolarité du sang ont commencé à dépasser la norme.

Si le niveau d'osmolarité du sang et du sodium dans le sang a augmenté et si le poids du patient a diminué de 3 à 5%, le diagnostic de diabète non sucré est central.
Si le poids n'a pas diminué, la quantité d'urine excrétée a diminué pendant le test et les valeurs de sodium dans le sang sont restées normales - il s'agit du diabète insipide néphrogénique.

N. Lavin dans son ouvrage "Endocrinology" écrit que l'augmentation du volume urinaire, l'hypoosmolalité plasmatique (

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) n'est pas l'analyse principale dans le diagnostic du diabète insipide, mais vous permet d'identifier les problèmes d'hypothalamus ou d'hypophyse chez un patient, ce qui aide le médecin à poser le diagnostic.

Traitement du diabète insipide

Le volume de perte de liquide urinaire est le critère principal pour prescrire le traitement de la maladie en question:

Volume d'urine / jour

Prendre des médicaments qui remplacent l'action de l'hormone vozopressine ou stimulent sa production

Le traitement dépend également du type de diabète insipide, car il peut être prescrit à la fois par un néphrologue et par un endocrinologue spécialisé dans le traitement des troubles des glandes produisant des hormones.

Diabète insipide central. La desmopressine - un médicament contenant une hormone synthétique, est prescrite pour le traitement du diabète insipide central. Le médicament se présente sous la forme d'injections, de spray nasal ou de comprimés. Le médicament remplit l'hormone vasopressine, dont l'absence se retrouve chez les patients atteints de diabète insipide. Prendre la desmopressine, une hormone artificielle, aide le patient à faire face aux symptômes du diabète central non lié au sucre, mais ne guérit pas complètement la maladie.

Diabète insipide néphrogénique. Dans certains cas, le diabète insipide rénal disparaît après l'élimination de la cause de la maladie. Par exemple, changer un médicament néphrotoxique ou rétablir l'équilibre en calcium ou en potassium dans le corps aide à guérir ce type de diabète.

Les médicaments pour le diabète insipide néphrogénique comprennent les diurétiques (diurétiques), pris seuls ou en association avec de l'aspirine ou de l'ibuprofène. Un médecin peut prescrire des diurétiques pour aider les reins à éliminer les liquides du corps. Paradoxalement, chez les personnes atteintes de diabète insipide néphrogénique, une classe de diurétiques appelée thiazidiques réduit la production d’urine et aide les reins à la concentrer. L'aspirine ou l'ibuprofène aident également à réduire le volume urinaire.

Syndrome Insipidarnye (diabète insipide nerveux). La médecine moderne n'a pas encore trouvé de moyen efficace pour traiter le diabète insipide dipsoxénique. On peut conseiller au patient de sucer des glaçons ou des sucettes acides pour humidifier la bouche et augmenter le flux de salive afin de réduire la soif.

Pour une personne qui se réveille plusieurs fois par nuit pour uriner à cause d'un diabète nerveux non sucré, de petites doses de desmopressine peuvent aider.

Le médecin doit surveiller le taux de sodium dans le sang du patient pour prévenir le développement d'une hyponatrémie - faible taux de sodium dans le sang.

Diabète insipide gestationnel. Les médecins prescrivent également la desmopressine chez les femmes atteintes de diabète gestationnel. La plupart des femmes n'ont pas besoin de traitement après l'accouchement.

Les personnes atteintes de diabète sucré peuvent prévenir des problèmes graves et mener une vie normale si elles suivent les recommandations des médecins et contrôlent la maladie.

Nutrition et régime

Les scientifiques n'ont pas trouvé de rôle important dans la nutrition et l'alimentation dans l'apparition ou la prévention du diabète insipide. Le patient est tenu d'observer un régime d'alcool adéquat et de prendre les médicaments prescrits, si prescrits.

Diabète insipide chez les enfants

Les enfants peuvent avoir une forme congénitale de diabète insipide, car cette maladie survient principalement entre 20 et 40 ans. Si la pathologie congénitale n'est pas remarquée, mais que l'enfant commence à uriner abondamment et souvent, boit beaucoup, devient lent, irritable, c'est une raison de consulter un médecin.

Parfois, le diabète insipide peut commencer chez un enfant à l'adolescence. La maladie se développe progressivement, mais les symptômes principaux sont les mêmes: polyurie et soif irrépressible.

Les enfants atteints de diabète insipide central, avec un contrôle approprié, peuvent mener une vie saine et bien remplie. Les enfants atteints de diabète insipide rénal peuvent également mener une vie relativement normale, mais sous surveillance médicale adéquate, en particulier si la maladie a été négligée.

Résumé de

  1. Dans le cas du diabète insipide, le patient libère une grande quantité d’urine (> 3 litres par jour) et boit beaucoup.
  2. Le diabète insipide résulte d'une production insuffisante de l'hormone antidiurétique vasopressine (diabète central insipide) dans le cerveau, ainsi que d'une réponse rénale anormale à la vasopressine (diabète insulinique rénal). En outre, la maladie peut survenir chez une femme pendant la grossesse (diabète insipide de grossesse) ou si le corps ne perçoit pas correctement la soif (diabète de type nerveux ou insipidaire).
  3. Le principal danger du diabète insipide est la déshydratation, lorsque le liquide perd plus qu'il ne pénètre dans le liquide.
  4. Le diabète insipide est diagnostiqué en effectuant un ensemble d'études: examen du dossier médical du patient et de ses antécédents familiaux de maladie, examen médical, analyses de sang, tests de privation de liquide et imagerie par résonance magnétique (IRM).
  5. Pour le traitement du diabète, une boisson abondante insipidus est prescrite pour reconstituer les réserves de liquide dans le corps et le régime alimentaire. Dans les cas graves, lorsque le volume quotidien d'urine excrétée dépasse 4 litres, il est prescrit des médicaments qui remplacent l'effet de la vasopressine ou stimulent sa production (Desmopressine).

Sources:

Dedov I.N. Endocrinologie. M., 2009.

Lavin N. Endocrinology / traduction de l'anglais. V.I. Kandror. M: Pratique, 1999.

Le diabète insipide et en quoi est-il différent du sucre?

Outre le diabète sucré avec tous ses types, types et sous-espèces, le diabète non sucré est également distingué.

Quelle est cette maladie, comment se manifeste-t-elle et comment est-elle dangereuse?

Nous allons essayer de répondre à toutes ces questions.

Le diabète insipide (ND) est un syndrome du système hypothalamo-hypophysaire et, par conséquent, il fait partie d'une grande partie des maladies des glandes endocrines. Il est tout à fait erroné de considérer cela comme un analogue du «diabète classique», car ils n’ont en commun que le nom adjacent avec le type de sucre.

Elle se caractérise par une insuffisance partielle ou totale de l'hormone spéciale ADH (antidiurite, vasopressine), qui, avec d'autres hormones, pénètre dans le sang et aide le corps à conserver et à distribuer le liquide dans le corps malgré la pression osmotique. Sous son influence, le volume de fluide nécessaire au fonctionnement rentre dans les tubules rénaux. Par conséquent, il est extrêmement important de maintenir une homéostasie normale même aux moments critiques, lorsque l'humidité du corps est insuffisante pour une raison quelconque.

Dans une situation extrêmement difficile, par exemple en cas de déshydratation sévère, le cerveau reçoit un signal qui régule le fonctionnement de tous les processus internes, après quoi le pourcentage de consommation et de perte de liquide diminue. L'un de ces «leviers» est un signal pour réduire l'urine, la salive, etc.

Par conséquent, la principale différence entre le diabète sucré et le diabète sucré est qu’il n’augmente pas le taux de glucose dans le sang et que le principal symptôme est une forte sensation de soif (polydipsie).

C'est pourquoi il a été appelé "non-sucre", dans lequel il y a une violation claire de la réabsorption d'eau (réabsorption liquide) des tubules rénaux. En même temps, une polyurie (excrétion de l'urine pendant la miction) avec une densité relative extrêmement faible se développe.

Le diabète insipide est assez grave à l'âge de 25 ans. Il est donc prescrit pour la catégorie des maux des jeunes qui sont également malades des hommes et des femmes.

Types de ND

  • Central (CLP)

Il est divisé en deux sous-espèces par la nature de sa présence:

Le premier d'entre eux appartient à la catégorie de la forme idiopathique, dont la cause n'a pas été étudiée avec précision, mais ils l'attribuent tous à la pathologie héréditaire. Cela inclut également le dysfonctionnement partiel de la synthèse de l'hormone vasopressine ou neurophysine.

Le type organique découle de la blessure traumatique au cerveau, de la chirurgie, etc.

  • Diabète insipide rénal (PND)

Comme son nom l'indique, il résulte d'une perturbation du fonctionnement normal des reins. Dans le premier cas, la pression osmotique des tubules rénaux est perturbée, dans l'autre cas, la sensibilité des tubules à l'hormone ADH diminue.

  • Polydipsie psychogène (PP)

Cela arrive aussi: idiopathique; comme une sorte de manifestation de la schizophrénie; peut être causée par des médicaments, par exemple la clonidine.

  • Solvant polyurie (SP)

Ils résultent d'une offre excédentaire d'électrolytes et de non-électrolytes (diurétiques osmotiques)

Causes (étiologie)

Les raisons pouvant déclencher le développement de la maladie de Newcastle peuvent être considérables. Par exemple:

  • types d'infections aiguës et chroniques, neuroinfections telles que grippe, scarlatine, fièvre typhoïde, syphilis, septicémie postpartum
  • tumeurs
  • jade
  • néphrose
  • amylose
  • hémoblastose
  • granulomatose
  • blessure à la fois accidentelle et à la suite d'une intervention chirurgicale (lésion cérébrale traumatique)
  • radiothérapie
  • lésions vasculaires du cerveau, ses départements

Notez que ce qui précède fait référence à des dommages dans la région de l'hypophyse ou du système nerveux associé, car une violation de la transmission du signal impulsionnel des organes vers le cerveau et le dos peut également provoquer la maladie.

Cependant, il est parfois impossible à un certain nombre de patients d'identifier les véritables causes de son apparition. Dans ce cas, nous parlons de diabète insipide idiopathique, et un certain nombre d'experts affirment que la mauvaise hérédité est mauvaise. Bien que personne ne l'ait encore prouvé, dans cette situation, une personne développe un diabète insipide rénal, dans lequel les neurones de l'hypothalamus perdent complètement la capacité de synthétiser l'hormone vasopressine en raison d'une soi-disant anomalie génétique. Mais lequel? Personne n'ose dire.

Symptômes et signes

Les symptômes de ce type de diabète sont assez étendus. Des maux de tête aux signes d’empoisonnement avec une déshydratation évidente, si le patient ne boit pas assez d’eau pour une raison ou une autre. Par conséquent, en plus du dépistage, un certain nombre de tests doivent être effectués et les tests appropriés sont effectués.

ND se caractérise par le tableau symptomatique suivant:

  • soif insupportable
  • mictions fréquentes (en raison de la consommation d'un grand volume d'eau)
  • la sécheresse croissante de la peau et des muqueuses
  • constipation
  • colite
  • gastrite
  • état proche de l'anorexie
  • dysfonctionnement sexuel
  • syndrome asthénique
  • vision tombante
  • augmentation de la pression interne
  • quantité quotidienne d'urine de 6 à 15 litres ou plus
  • urine légère à faible densité relative
  • manque d'appétit
  • perte de poids
  • irritabilité
  • fatigue
  • diminution de la transpiration
  • dysfonctionnement du tractus gastro-intestinal
  • troubles mentaux (insomnie, déséquilibre émotionnel)
  • mal de tête

Si vous ne buvez pas d'eau dans cet état, votre état de santé se détériore de manière dramatique. Tout cela conduit au fait qu'une personne: il y a des nausées, des vomissements, la température corporelle augmente, le nombre de contractions cardiaques augmente (on note une tachycardie), le sang s'épaissit, un effondrement se produit sur le fond d'une déshydratation sévère.

Chez les femmes, le cycle menstruel est perturbé, chez les hommes, il y a des problèmes de puissance, chez les enfants, le retard de développement physique et sexuel est possible.

Diagnostics et analyses

Les principales caractéristiques diagnostiques d’un diagnostic préliminaire sont une forte soif inextinguible, associée à la libération d’une grande quantité d’urine de faible densité relative (DO).

OPM ne dépasse pas les chiffres de 1 000 à 1 003 unités. En même temps, l'hyperosmolarité du plasma sanguin est caractéristique.

Ainsi, les tests suivants sont effectués pour le diabète insipide:

  • numération globulaire complète (augmentation des taux d'hémoglobine, de globules blancs, de globules rouges)
  • analyse d'urine (acétone, sucre négatif)
  • test sanguin biochimique (également pour les hormones), si la concentration de sodium, de rénine et de chlorures augmente, diagnostiquer le diabète insipide néphrogénique
  • test de tolérance au glucose (pour éliminer le diabète)
  • un échantillon est également prélevé avec dessiccation, avec abstention de prendre de l'eau ou vice versa avec injection de fluide
  • le test avec introduction d'adiurécrine (à 0,05 g / 3-4 fois par jour) ou de pituitrine (5-10 unités p / c 3 fois par jour), après quoi l'introduction de la soif diminue brusquement et la polyurie diminue avec l'augmentation de la densité urinaire.

Si, en fonction des résultats du test sanguin, une diminution de la concentration de l'hormone ADH est notée, un diagnostic de diabète insipide est également posé, ce qui correspond au code CIM-10 E23.2.

En cas de suspicion de polydipsie psychogène, de diabète sucré, d'hyperparathyroïdie, d'hyperaldostéronisme, de polyurie compensatoire avec atteinte rénale, un diagnostic différentiel est requis.

Il est facile de confirmer ou d'infirmer la polydipsie psychogène en testant avec de la nourriture sèche. Ensuite, si le patient présente les états caractéristiques suivants: augmentation de la densité de l’urine à 0,012 ou plus, diminution de la diurèse, on peut parler de polydipsie psychogène.

Avec la polyurie compensatoire et la présence de lésions rénales, la diurèse varie de 3 à 4 litres par jour, tandis que la densité relative de l’urine varie de 1 006 à 1 012.

Traitement et prévention

Certains types de diabète insipide peuvent être guéris. Mais l'objectif initial est d'éliminer les principales causes de la maladie de Newcastle, par exemple:

  • neuroinfection, infections par médicaments anti-inflammatoires et antibactériens
  • tumeurs enlevées par chirurgie, etc.

Commencer à effectuer un traitement substitutif avec adiurekrin, adiuretin, pituitrin. Parmi les autres médicaments et médicaments utilisés dans le traitement du diabète insipide, le chlorpropamide peut également être utilisé, mais uniquement en contrôlant le taux de glucose sanguin.

La drogue d'origine synthétique desmopressine, 1-deamino8, D est disponible sous plusieurs formes:

  • gouttes dans le nez (1-2 gouttes, une dose d'environ 10-20 μg 1-2 fois par jour)
  • sous la forme d'une solution injectée sous la peau (5-10 unités, 2-3 fois par jour)
  • comprimés (la posologie est ajustée individuellement de 1 à 3 comprimés par jour)

Avec le diabète sucré central, le diabète sucré (CND), le médicament anticonvulsivant Finlepsin (Tegretol), le clofibrate et le chlorpropamide peuvent être prescrits.

Pour augmenter la sécrétion de sodium dans le type néphrogénique de la MN, des diurétiques sont utilisés, par exemple, de l'hypothiazide 50-100 mg par jour. Un tel traitement nécessite l'adhésion à un régime alimentaire spécial avec restriction en sel et contrôle du potassium sérique.

Un traitement est également mis en œuvre pour prévenir l’atonie de la vessie avec une hydronéphrose prédite ultérieure.

Si vous ne contrôlez pas la maladie, en particulier à un âge avancé, des complications peuvent alors survenir avec une altération de la fonction du système nerveux central dans les cas les plus graves, le décès est possible.

Analyses de sang et d'urine pour le diabète insipide

Peu de gens savent qu’en plus des diabètes sucrés de types 1 et 2 habituels, il existe également un diabète insipide. C'est une maladie des glandes endocrines, c'est un syndrome du système hypothalamo-hypophysaire. Par conséquent, une telle maladie n'a en réalité rien à voir avec le diabète, à l'exception du nom et de la soif constante.

Dans le diabète sucré, une carence partielle ou totale de l'hormone antidiurétique, la vasopressine, est notée. Il surmonte la pression osmotique et stocke, puis distribue le liquide dans tout le corps.

Ainsi, l’hormone fournit la quantité d’eau nécessaire au fonctionnement normal des reins. Par conséquent, la vasopressine est nécessaire pour l'homéostasie naturelle, car elle garantit son fonctionnement normal, même en cas de manque d'humidité dans le corps.

Dans les situations critiques, par exemple lors de la déshydratation, le cerveau reçoit un signal qui régule le fonctionnement des organes. Cela aide à réduire la perte de liquide en réduisant la consommation de salive et d'urine.

Ainsi, le diabète de type insipidus diffère du sucre en ce que, quand il survient, l'indicateur de glycémie reste normal, mais les deux maladies sont suivies d'un symptôme courant - la polydipsie (soif sévère). C'est pourquoi diabète insipide, caractérisé par la réabsorption du liquide des tubules des reins, porte ce nom.

Le cours de la MN est souvent aigu. Il est considéré comme une maladie des jeunes, donc la catégorie d'âge des patients - jusqu'à 25 ans. En outre, la violation des glandes endocrines peut se produire à la fois chez les femmes et les hommes.

Diabète insipide: types

Il existe un diabète insipide central et néphrogénique. Le cylindre basse pression est quant à lui divisé en 2 types:

Le type fonctionnel est classé comme une forme idiopathique. Les facteurs affectant l'apparence de cette espèce ne sont pas encore complètement établis, mais de nombreux médecins pensent que l'hérédité joue un rôle important dans le développement de la maladie. Les raisons résident également dans une perturbation partielle de la synthèse de l'hormone neurophysine ou vasopressine.

La forme organique de la maladie apparaît après diverses blessures, interventions chirurgicales et autres blessures.

Le diabète insipide néphrogénique se développe en violation du travail naturel des reins. Dans certains cas, la pression osmotique des tubules rénaux est insuffisante, dans d'autres cas, la sensibilité des tubules à la vasopressine diminue.

Il existe également une forme telle que la polydipsie psychogène. Il peut être déclenché par l'abus de drogues ou PP est l'un des types de manifestations de la schizophrénie.

On distingue également les types rares de ND tels que le type gestagène et la polyurie transitoire. Dans le premier cas, l'enzyme placenta est très active, ce qui a un effet négatif sur l'hormone antidiurétique.

Une forme transitoire de diabète se développe avant l'âge de 1 an.

Cela se produit lorsque les reins sont sous-développés, lorsque les enzymes impliquées dans les processus métaboliques commencent à se comporter plus activement.

Causes et symptômes de la maladie

De nombreux facteurs conduisent au développement du diabète insipide:

  • formations tumorales;
  • infections chroniques et aiguës (sepsis post-partum, grippe, syphilis, fièvre typhoïde, scarlatine, etc.);
  • radiothérapie;
  • néphrite;
  • dommages aux vaisseaux sanguins et à des parties du cerveau;
  • lésion cérébrale ou chirurgie;
  • l'amylose;
  • la granulomatose;
  • hémoblastose.

En outre, l'apparition de la maladie de Newcastle est facilitée par les maladies auto-immunes et les troubles psychogènes. Et dans le cas de la forme idiopathique de la maladie, la cause en est l'apparition soudaine d'anticorps contre les cellules productrices d'hormones.

Le tableau clinique du diabète insipide est diversifié, commençant par un mal de tête et se terminant par une déshydratation en l'absence de la consommation de la quantité requise de liquide. Par conséquent, en plus du dépistage, divers tests de diabète insipide sont effectués.

Les principaux signes de la maladie comprennent:

  1. dysfonctionnements dans le tube digestif - constipation, gastrite, colite, manque d'appétit;
  2. soif intense;
  3. dysfonctionnement sexuel;
  4. troubles mentaux - sommeil médiocre, irritabilité, maux de tête, fatigue;
  5. mictions fréquentes avec des quantités abondantes de liquide (6-15 litres);
  6. assèchement des muqueuses et de la peau;
  7. vision floue dans le diabète;
  8. perte de poids;
  9. l'anorexie;
  10. syndrome asthénique.

Le diabète insipide s'accompagne souvent d'une augmentation de la pression interne et d'une diminution de la transpiration. Et si le patient ne boit pas assez d'eau, son état se détériorera beaucoup. En conséquence, le patient peut développer des manifestations telles qu'un épaississement du sang, des vomissements, des nausées, une tachycardie, une augmentation de la température et un collapsus survenant au fond de la déshydratation. Chez les femmes atteintes de MN, le cycle menstruel est perdu et les hommes ont une puissance médiocre.

Chez les enfants, l'évolution de la maladie peut entraîner un ralentissement du développement physique et sexuel.

Diagnostic

Pour détecter la présence de MN, effectuez un examen diagnostique en trois étapes:

  • détection de la polyurie hypotonique (test d'urine, test de Zimnitsky, test sanguin biochimique);
  • tests fonctionnels (test de la desmopressine, malnutrition);
  • détection des causes de la maladie (IRM).

Première étape

Initialement, si l'on soupçonne un diabète insipide, une étude est menée pour déterminer la densité de l'urine. En effet, lorsque la maladie détériore le fonctionnement des reins, les indicateurs de la densité de l'urine sont donc inférieurs à 1005 g / l.

Pour connaître le niveau de densité au cours de la journée, une étude est menée sur Zimnitsky. Cette analyse est effectuée toutes les trois heures pendant 24 heures. Pendant cette période, prélevez 8 échantillons d’urine.

Normalement, les résultats sont interprétés de la manière suivante: la quantité journalière moyenne d’urine ne doit pas dépasser 3 litres, sa densité est comprise entre 1003 et 1030, tandis que le rapport diurèse nocturne et diurne est de 1: 2, et celui alloué et bue - 50-80-100%. Osmolarité dans l’urine - 300 mosm / kg.

Également pour le diagnostic de la maladie de Newcastle est un test sanguin biochimique. C'est l'osmolarité du sang calculée. Si la concentration plasmatique de sels dans le plasma est supérieure à 292 mosm / l et si la teneur en sodium est excessive (à partir de 145 nmol / l), un diabète insipide est diagnostiqué.

Le sang est prélevé dans une veine sur un estomac vide. Avant la procédure (6-12 heures), vous ne pouvez boire que de l'eau. En règle générale, les résultats des tests doivent attendre un jour.

En outre, lors de l'analyse biochimique du sang, examinez des valeurs telles que:

  1. le glucose;
  2. potassium et sodium;
  3. protéines totales, y compris l'hémoglobine;
  4. calcium ionisé;
  5. la créatinine;
  6. l'hormone parathyroïdienne;
  7. l'aldostérone.

Le taux de sucre dans le sang atteint normalement 5,5 mmol / l. Cependant, avec la ND, la concentration en glucose n'augmente souvent pas. Mais ses fluctuations peuvent être notées avec un effort émotionnel ou physique intense, des maladies du pancréas, un phéochromocytome et une insuffisance hépatique et rénale chronique. Une diminution de la concentration de sucre se produit avec des perturbations du fonctionnement des glandes endocrines, du jeûne, des tumeurs et en cas d'intoxication grave.

Le potassium et le sodium sont des éléments chimiques qui confèrent des propriétés électriques aux membranes cellulaires. La teneur normale en potassium est comprise entre 3,5 et 5,5 mmol / l. Si elle est trop élevée, cela indique une insuffisance hépatique et surrénalienne, des lésions cellulaires et une déshydratation. On observe de faibles taux de potassium lors du jeûne, de problèmes rénaux, d’un excès de certaines hormones, de déshydratation et de la fibrose kystique.

La norme de sodium dans le sang va de 136 à 145 mmol / l. L’hypernatrémie se produit lors d’une consommation excessive de sel, de perturbations de l’équilibre eau-sel, d’une hyperactivité du cortex surrénalien. Et l'hyponatrémie survient lorsqu'un grand volume de liquide est consommé et dans le cas de pathologies des reins et des glandes surrénales.

L'analyse sur la protéine générale permet de révéler le niveau d'albumine et de globulines. L'indicateur normal de la quantité totale de protéines dans le sang chez l'adulte est de 64 à 83 g / l.

L'hémoglobine glycosylée est également importante pour le diagnostic du diabète insipide. Ac1 montre la glycémie moyenne sur 12 semaines.

L'hémoglobine est une substance présente dans les globules rouges qui libère de l'oxygène dans tous les organes et systèmes. Chez les personnes ne souffrant pas de diabète, l'hémoglobine glyquée dans le sang ne dépasse pas 4 à 6%, ce qui est également caractéristique du diabète insipide. Ainsi, les valeurs surestimées de Ac1 nous permettent de différencier ces maladies.

Cependant, l'anémie, la consommation de suppléments nutritionnels, la prise de vitamines E et C et un excès de cholestérol peuvent fluctuer. En outre, l'hémoglobine glyquée peut avoir différents indicateurs dans les maladies du foie et des reins.

Le taux de calcium ionisé est un indicateur responsable du métabolisme des minéraux. Ses moyennes vont de 1,05 à 1,37 mmol / l.

Les tests pour le diabète sucré impliquent également un test sanguin pour l'aldostérone. La carence en cette hormone n'indique pas rarement la présence de diabète insipide.

Plus sur la présence de la maladie peut indiquer un niveau élevé de créatinine et d'hormone parathyroïdienne.

Deuxième étape

A ce stade, il est nécessaire d'élaborer un protocole de test avec malnutrition. La phase de déshydratation comprend:

  • prélèvement de sang pour tester l'osmolalité et les taux de sodium;
  • prendre l'urine pour en déterminer la quantité et l'osmolalité;
  • patient pesant;
  • mesure de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle.

Cependant, en cas d'hypernatrémie, de tels tests sont contre-indiqués.

Il est à noter que lors du test ne peut pas manger des aliments riches en glucides avec un indice glycémique élevé. Le poisson, la viande maigre, les œufs durs, le pain aux céréales doivent être préférés.

Un échantillon soumis à une alimentation sèche cesse de manger si: l'osmolalité et les niveaux de sodium dépassent la norme, une soif intolérable se produit et une perte de poids de plus de 5%.

Un test avec la desmopressine est effectué pour distinguer les diabètes insipides central et néphrogénique. Il est basé sur le test de sensibilité du patient à la desmopressine. En d'autres termes, l'activité fonctionnelle des récepteurs V2 est testée. L'étude est réalisée après un essai de malnutrition avec la plus forte exposition aux AUE endogènes.

Avant l'analyse, le patient doit uriner. Ensuite, il reçoit de la desmopressine, pendant qu'il peut boire et manger, mais avec modération. Après 2-4 heures, l'urine est recueillie pour déterminer son osmolalité et son volume.

Les résultats de la recherche sont normalement de 750 mOsm / kg.

Dans le cas du NDI, les indices augmentent jusqu'à 300 mOsm / kg, et dans le cas des bouteilles à basse pression après déshydratation, ils sont de 300 et la desmopressine - 750 mOsm / kg.

Troisième étape

L'IRM est souvent réalisée pour identifier le diabète insipide. Chez une personne en bonne santé, il existe des différences nettes dans l'hypophyse entre les lobes antérieur et postérieur. Et ce dernier sur l'image T1 a un signal hyper-intense. Cela est dû à la présence de granules de sécrétion contenant des phospholipides et de l'AVP.

En présence de LPC, le signal émis par la neurohypophyse est absent. Cela est dû à un échec de la synthèse, du transport et du stockage des granules neurosécrétoires.

En outre, avec le diabète insipide, des études neuropsychiatriques, ophtalmologiques et radiologiques peuvent être réalisées. Et sous la forme de maladie rénale faire des ultrasons et CT des reins.

La principale méthode de traitement de la NDI est la réception d'analogues synthétiques de la vasopressine (desmopressine, chlorpropamide, adiurétine, minirine). Les diurétiques et les AINS sont prescrits sous forme rénale.

Tout type de diabète insipide implique un traitement par perfusion basé sur l’introduction de solution saline. Il est nécessaire d'ajuster le métabolisme sel-eau.

Tout aussi importante est l'observance d'un certain régime alimentaire, y compris un apport limité en sel (4-5 g) et en protéines (jusqu'à 70 g). Ces exigences correspondent aux numéros de régime 15, 10 et 7.

Quels tests sont nécessaires pour le diabète insipide?

Les analyses du diabète sucré représentent une série de mesures diagnostiques complètes, notamment une analyse générale de l’urine, une analyse biochimique du sang, un test de malnutrition, un traitement par résonance magnétique et d’autres méthodes de recherche.

Le diabète insipide est un syndrome du système hypothalamo-hypophysaire, appartient à un grand groupe de pathologies des glandes endocrines. Cette maladie est considérée à tort comme un analogue du diabète sucré de type 1 ou 2, car il n’ya rien de commun entre elles, à l’exception d’un nom similaire.

Le diabète insipide est une maladie associée à un déficit absolu ou relatif en hormone, la vasopressine, une hormone antidiurétique. L'insuffisance absolue est associée au désordre de sa production dû à des maladies infectieuses, des formations tumorales.

Le manque relatif d'hormone est basé sur l'immunité des récepteurs des tubules rénaux à cette hormone (la cause est un facteur héréditaire).

Il faut donc examiner quelles sont les causes qui contribuent au développement de la maladie et quels symptômes la caractérisent? Découvrez comment la pathologie est diagnostiquée et de quoi parlera l'hémoglobine humaine?

Causes de la maladie

Pourquoi ce type de pathologie survient-il, les patients sont-ils intéressés? Une partie du fonctionnement de l'hypothalamus consiste à réguler la production de deux hormones: l'ocytocine et la vasopressine, cette dernière favorisant la réabsorption d'eau par les reins.

Une fois que les hormones sont développées, elles sont "envoyées" pour être stockées temporairement dans l'hypophyse et, dès lors, elles pénètrent déjà dans cette circulation sanguine par cette partie du corps humain.

L'absence d'hormone antidiurétique se produit dans le contexte d'un trouble de l'absorption liquidienne dans les reins, à la suite de quoi les symptômes d'une «maladie sucrée classique» apparaissent assez clairement.

La deuxième raison est l'insensibilité des tissus mous des reins à l'influence de l'hormone présentée. Dans la pratique médicale, un groupe de facteurs peuvent déclencher le développement du diabète insipide:

  • Tumeurs cérébrales affectant l’hypophyse et l’hypothalamus.
  • Traumatisme cérébral.
  • Complications de la chirurgie au cerveau.
  • Facteur génétique.
  • Maladie vénérienne - syphilis.
  • Une forme rare d'anémie.
  • Métastases.
  • Pathologie du rein.

La pratique montre que, malgré le large éventail de mesures diagnostiques possibles dans un cas ou un autre, seules 70% des images cliniques peuvent établir avec précision les causes. Dans les 30% restants, ils restent inconnus.

Tableau clinique

Au cours du diabète insipide, les symptômes classiques d’une maladie chronique se développent. En règle générale, le premier d'entre eux est une sensation constante de soif, respectivement une augmentation de la proportion d'urine par jour. Le patient absorbe beaucoup plus d'eau par jour qu'auparavant. Et l'écoulement du fluide ne facilite pas l'état, j'ai encore envie de boire.

Puisque le corps humain perd beaucoup de liquide, il affecte immédiatement l'état de sa peau. La peau devient squameuse, des démangeaisons et d'autres symptômes désagréables se rejoignent.

Dans certaines situations, il y a violation du fonctionnement du tube digestif, qui se manifeste par des nausées, des vomissements.

D'autres symptômes peuvent survenir:

  1. La transpiration diminue.
  2. Labilité émotionnelle.
  3. Perturbation du sommeil
  4. La pression artérielle baisse.

Il convient de noter que la pathologie affecte la fonctionnalité du corps humain dans son ensemble, c'est pourquoi de nombreux représentants du sexe fort ont des problèmes de puissance, la libido diminue.

Le diabète insipide est classé dans certains types. Le premier type est la forme rénale de la maladie, le niveau d'hormone antidiurétique est élevé, mais le tissu rénal ne peut pas l'absorber complètement.

La forme centrale de la maladie se développe en raison d'une violation de la production d'hormone antidiurétique au niveau cellulaire de l'hypothalamus.

Le diabète insipide se distingue également lors de l'accouchement, qui est considéré comme une maladie distincte - le diabète enceinte. La maladie passe immédiatement après la naissance du bébé.

Mesures de diagnostic

Le choix de ces mesures de diagnostic ou d’autres repose sur le tableau clinique du patient, ses plaintes. Pour ce faire, le médecin recommande un certain nombre de tests pour différencier la maladie.

Si vous soupçonnez un diabète sucré de quelque type que ce soit, le médecin vous recommande de faire un test sanguin de sucre pour déterminer si vous avez le sucre à jeun. En règle générale, pour des raisons de précision, attribuez toujours deux études à des jours différents.

Lorsque les taux de glucose dans le corps humain ne dépassent pas les limites admissibles, on peut suspecter le développement d'un diabète sucré (s'il existe des symptômes similaires). Avec la maladie non liée au sucre, la concentration en glucose n'augmente pas.

Mesures de diagnostic et critères de diabète insipide:

  • Polyurie (au moins trois litres d’urine par jour).
  • Le taux de sucre dans le sang par âge (exclut le diabète).
  • La densité urinaire est faible (si l'étude a montré un résultat supérieur à 1005, il ne s'agit pas d'un diabète insipide).
  • Osmolarité de l'urine (moins de 300).
  • Il n'y a pas d'altération de la fonction rénale, taux de calcium élevé, taux de potassium bas (le taux de minéraux est déterminé par une analyse de sang).
  • Analyse d'hémoglobine. Si le taux d'hémoglobine est augmenté, le diabète non sucré est privilégié. Avec ce type de pathologie, l'hémoglobine dans le sang, les leucocytes et les érythrocytes augmente.
  • Thérapie par résonance magnétique pour éliminer la formation de tumeurs dans le cerveau.

Le taux d'hémoglobine dépend du sexe du patient. Pour les femmes, la variabilité de 115 à 145 est normale, pour les représentantes du sexe fort, elle est considérée comme la norme de 132 à 164.

Les mesures de diagnostic comprennent un test de malnutrition. L'essence de la manipulation est de s'abstenir d'utiliser du liquide pendant 8 à 12 heures. Si un patient a une maladie autre que le sucre, alors le poids corporel est réduit de 5%, aucune augmentation de la densité et de l'osmolarité de l'urine n'est observée.

Les tests de diabète insipide impliquent un échantillon selon Zemnitsky, ce qui vous permet de déterminer la fonction de sécrétion d’eau de l’urine. Pour l'étude va à 8-12 portions d'urine par jour, la clôture est réalisée toutes les quelques heures.

Après une étude est effectuée chaque clôture pour la quantité d'urine et sa densité.

Diagnostic différentiel

Parallèlement à la recherche, des mesures de diagnostic différentiel sont obligatoires, qui permettent d'établir / de réfuter une maladie autre que le sucre en éliminant certaines pathologies.

La polydipsie de nature psychogène est basée sur l'utilisation excessive de grandes quantités de liquide, pouvant se développer lors de troubles névrotiques et mentaux. Dans certaines situations, il est causé par une violation de la fonctionnalité du cerveau.

Une diurèse sur le fond de cet état pathologique peut contribuer à une augmentation de la proportion d'urine par jour dans le cas d'une forme de diabète sans sucre. C'est à cette fin que le test est effectué, lorsque le patient s'abstient de prendre du liquide pendant un certain temps.

La forme rénale de diabète insipide permet de niveler l'efficacité des médicaments à base d'hormone antidiurétique.

Des mesures diagnostiques différentielles de la cause de la maladie autre que le sucre chez un patient sont effectuées. Initialement, il est nécessaire d’exclure la formation de tumeurs primaires ou métastatiques dans l’hypothalamus ou l’hypophyse.

La probabilité de développer une tumeur dans l'hypophyse augmente chez les patients âgés.

Traitement médicamenteux

Sur la base du diagnostic, des résultats des tests de laboratoire et d’autres tests, le médecin tire une conclusion. Comme indiqué ci-dessus, certains critères vous permettent de diagnostiquer le diabète insipide.

Si un patient a un faible niveau d'hormone antidiurétique, un traitement comprenant des médicaments comprenant de la vasopressine synthétique est alors prescrit. Tous les médicaments de ce régime sont caractérisés par un effet prolongé, ont une petite liste de réactions indésirables.

L'adiurétine est un médicament enfoui dans les sinus nasaux et caractérisé par une longue période de carie. La desmopressine est disponible sous forme de pilule et présente une faible biodisponibilité. Cependant, cela suffit pour créer un effet antidiurétique.

Les comprimés de minirine sont souvent prescrits pour le traitement. Caractéristiques du médicament:

  1. Le dosage initial est toujours petit, ne dépasse pas 100 mg par jour.
  2. Sur la base du volume d'urine par jour, la dose augmente progressivement.
  3. Vous devez prendre une demi-heure avant un repas ou quelques heures après.
  4. La dose est toujours sélectionnée individuellement.

Si un diabète insipide de nature inflammatoire est diagnostiqué chez un patient, un traitement antibactérien est alors prescrit. En cas de maladie rénale, les diurétiques, les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les dérivés de sulfonylurée (médicaments diurétiques) sont recommandés.

Si l'on recommande à un patient atteint de diabète sucré de suivre un régime pauvre en glucides, il est recommandé de traiter le diabète non sucré avec une faible teneur en sel avec certaines restrictions. Les sels ne dépassent pas 5 grammes par jour, réduction des protéines à 60 grammes par jour.

Ignorer le diabète insipide peut entraîner certaines complications, telles que des problèmes de tension artérielle, du système cardiovasculaire. Augmente considérablement le risque de développer des arythmies, pathologies des voies respiratoires supérieures.

Qu'en penses-tu? Comment avez-vous réussi à guérir le diabète insipide et quelles sont les recherches recommandées par le médecin traitant?

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

Les biomatériaux destinés à la recherche doivent passer sur un estomac vide. Entre le dernier repas et la prise de sang devrait prendre au moins 8 heures (de préférence au moins 12 heures).

Une progestérone faible se manifeste par une fatigue accrue, des troubles menstruels, une infertilité. Pour la nomination d'un traitement adéquat nécessite l'identification des causes de déviations.