Principal / Kyste

Que montre un test sanguin pour les hormones thyroïdiennes?

Le sang pour les hormones thyroïdiennes est l’un des tests obligatoires des maladies présumées du système endocrinien. Le spécialiste donnera la direction, expliquera les règles de l'analyse.

Cette analyse montrera la présence ou l'absence de dommages à la glande thyroïde. L’étude fournira aux spécialistes suffisamment d’informations pour commencer la prévention ou le traitement du patient qui l’a demandé.

Types d'hormones

Toutes les hormones jouent un rôle important dans le maintien de la vie des systèmes du corps humain. Mais il existe un système qui les produit, saturant les cellules et les tissus.

Deux composés sont synthétisés par la glande:

Un type spécial produit par l'organe du système endocrinien - l'hypophyse. Ceci est une hormone stimulant la thyroïde (TSH).

La TPO est une enzyme qui synthétise T3, T4.

  1. T3 free est chargé de stimuler la production d'oligo-éléments et de saturer les cellules des organes internes en oxygène. Il contrôle également l'échange d'oxygène entre différents systèmes.
  2. T4 free stimule et contrôle l’échange de formations protéiques. À l'aide de T4, on détecte la présence et le développement de maladies de la thyroïde: thyroïdite, induction de goitre de nature toxique, hypothyroïdie.
  3. La TSH est impliquée dans la création et la synthèse de T3 et de 4. Le diagnostic de la composition quantitative permet de détecter l'hypo et l'hyperthyroïdie de la glande.
  4. La concentration d'anticorps (anticorps) contre la thyroglobuline. La norme de conformité indiquera le montant de la base de construction des protéines T3, T4 et TSH par rapport aux anticorps. La détection des anticorps sanguins du patient constituera une preuve des dommages causés au système auto-immunitaire. Maladies de la glande thyroïde - goitre diffus, type de pathologie de Hashimoto.
  5. La concentration d'AT (anticorps) à l'enzyme produite par la thyroïde, la peroxydase thyroïdienne. Des anomalies pathologiques du système auto-immun apparaissent au fond d’une violation de la norme de corrélation.

La glande thyroïde produit des hormones pour assurer la stabilité de tous les systèmes du corps humain. Le fer est responsable du métabolisme énergétique, l'activité du NA végétatif.

De nombreux médecins tentent d'expliquer les problèmes de la glande thyroïde en comparant le corps humain à la chaufferie, qui fournit de la chaleur à toute la ville. Les hormones thyroïdiennes fournissent au corps entier de la chaleur, responsable de son rythme. Tout écart par rapport à la température souhaitée entraîne une rupture. Il fait chaud ou froid. En mode normal, la thyroïde reste invisible. Avec tout échec devient la cause de tous les maux.

Fond hormonal

Le soutien de la vie et le bon fonctionnement de tous les systèmes du corps dépendent du contexte normal. Il doit y avoir une quantité fixe d'hormones dans le sang. Pour déterminer leur conformité à la norme, des analyses de sang en laboratoire sont effectuées. Les experts considèrent que la recherche radio-immune est la méthode la plus utilisée. La méthode est compliquée par la nécessité d'utiliser des isotopes radioactifs.

La plupart des laboratoires effectuent d'autres tests:

Glandula thyroidea produit des composés hormonaux.

Leur taux dépend de facteurs externes et de l'état de la glande:

  • L'intensité et l'activité des signaux du cerveau affectent la glande thyroïde. L'intensité des substances nécessaires au fonctionnement du système endocrinien dépend directement de l'intensité.
  • Le nombre de formations cellulaires de la glande thyroïde. Toutes les cellules de la glande ne fonctionnent pas et ne produisent donc pas toutes les substances nécessaires. De la performance des cellules dépend du taux de production.
  • L'iode La synthèse de la TSH dépend de la norme quantitative en oligo-éléments iodés dans la glande thyroïde. Tout écart par rapport à l'iode normal conduit à une lésion pathologique.

Le rapport normal et la quantité d'hormones (minimum / maximum)

  1. T3 gratuit. Minimum - 2.6 pmol / l. Maximum - 5,7 pmol / l.
  2. Total T3. Minimum - 1,2 nmol / l. Maximum - 2,2 nmol / l.
  3. T4 gratuit. Minimum - 9,0 pmol / l. Maximum - 22 pmol / l.
  4. Total T4. Minimum - 54 nmol / l. Maximum - 156 nmol / l.
  5. TTG. Minimum - 0,4 mU / l. Maximum - 4 mU / l
  6. La calcitonine. Au moins 5,5 nmol / l. Maximum - 28 nmol / l.

Déchiffrer les résultats peuvent spécialiste. Il tiendra compte non seulement d'un écart par rapport à la norme, mais également du sexe et de l'âge du patient. Seuls les chiffres dans le tableau ne pourront pas donner les informations nécessaires. Le médecin - l’endocrinologue choisira une méthode d’analyse.

Déviation Caractéristique

Un test sanguin pour les hormones thyroïdiennes montrera l'état de glandula thyroidea. La réduction de son travail dans la pratique médicale porte le terme - hypothyroïdie. La carence en iode viole le taux de formation de micro-éléments par le corps et se termine par la maladie. Parmi les autres causes courantes d'écarts par rapport à la quantité requise, la prise de certains médicaments, les préparations médicales ont une place particulière.

À une carence conduit à l'ablation de la glande thyroïde, à la formation de tumeurs, au manque de production de TSH:

  1. Hypothyroïdie primaire. T3 libre, T4 sont normaux ou légèrement réduits. Niveau de TSH - trop élevé.
  2. Hypothyroïdie secondaire. T3 gratuit, T4 abaissé. TTG - élevé.
  3. L'hyperthyroïdie. T3 libre, T4 sont en quantités accrues. TSH - montant réduit.

Cela conduit à diverses manifestations de développement anormal:

  • retard de croissance physique;
  • le crétinisme;
  • disproportionnalité des parties du corps;
  • déviations dans l'état mental.

Symptômes de carence

La glande thyroïde est responsable de nombreux processus corporels. Les fonctions vitales des systèmes importants dépendent de son efficacité. La glande thyroïde, à son tour, dépend de la quantité de substances qui y pénètrent. Un nombre insuffisant d'oligo-éléments conduit à un dysfonctionnement.

Les symptômes de manifestations pathologiques sont les suivants:

  • augmentation de la prise de poids, non confirmée par un changement de régime ou d'exercice;
  • léthargie, somnolence et fatigue;
  • sentiment de tension, dépression;
  • violation au cours des cycles mensuels;
  • fonctions de reproduction non performantes;
  • basse température corporelle;
  • lésions cutanées: sécheresse, démangeaisons, gonflement;
  • Les pellicules;
  • détérioration des ongles;
  • aggravation des selles: constipation;
  • gonflement des jambes, du visage;
  • sensation de froid quelle que soit la température ambiante;
  • douleur dans les muscles et les articulations;
  • ralentir les propriétés de la mémoire.

Symptômes d'excès de contenu

La pratique de la médecine décrit des cas opposés à l'hypothyroïdie. La glande thyroïde commence à fonctionner à un rythme plus rapide, il y a une modification du volume de l'organe lui-même, le nombre de T3, T4 devient redondant, inutile pour un fonctionnement normal. Les signes de la maladie sont des yeux dilatés, exophtalmie.

L'augmentation du fond se caractérise par les changements suivants:

  1. Augmentation de l'appétit sur le fond de la perte de poids.
  2. Fatigue générale du corps.
  3. Excitation déraisonnable et irritabilité.
  4. Fonction de reproduction altérée, conduisant à l'infertilité.
  5. Perturbations dans les cycles mensuels des femmes.
  6. Le vieillissement rapide de la peau (flabbiness).
  7. Augmentation de la température corporelle.
  8. Augmentation de la pression artérielle.
  9. Augmentation du rythme cardiaque.
  10. Sensation de brûlure interne, chaleur.
  11. La détérioration de la qualité de l'activité mentale: la mémorisation.

Préparation aux tests de laboratoire

Il n'est pas possible de se rendre au laboratoire et de mener une étude de l'état du sang chaque jour où le patient ressent une détérioration de son état de santé. Il les connectera à la glande. De rendez-vous à inspection peut prendre un mois. Le corps doit être cuit. Le spécialiste a besoin de données objectives précises. Pour les obtenir, vous avez besoin d'une certaine préparation du patient.

L'ensemble des activités préparatoires est le suivant:

  1. Arrêtez-vous à la réception des fonds contenant des hormones, de l'iode.
  2. Préparez-vous pour une pause dans le repas. Il faut environ 12 heures entre la livraison des tests et la prise de nourriture. Le temps pris par les médecins est de 8 à 10 heures.
  3. Le corps humain doit être dans un état de température corporelle normale: vous ne pouvez ni surchauffer ni trop refroidir.
  4. Patient émotionnellement calme.
  5. Refuser 7 jours avant l'enquête de l'alcool, le tabagisme.
  6. Éviter les efforts physiques;
  7. Arrêtez d'utiliser des médicaments qui affectent votre thyroïde. Cela devrait être fait après avoir consulté un spécialiste.

Avis d'experts

La concentration en anticorps anti-thyroperoxydase n’est vérifiée qu’une fois. La maladie ne réagit pas aux modifications du ratio.

La dynamique de la pathologie passe selon ses lois:

  1. L'étude du nombre de TG libres et liés ne peut pas être réalisée en une analyse. Une analyse complète de ces données n'est pas effectuée. Chaque catégorie nécessite un chèque séparé.
  2. Si la thyroïde n'a pas été opérée, les tests à la thyroglobuline ne sont pas nécessaires.
  3. La protéine TG est contrôlée après la chirurgie pour enlever la glande thyroïde. Il donne des données sur la présence de rechute. La norme protéique, même chez une personne en parfaite santé, peut être élevée. La protéine fournira les informations nécessaires à un spécialiste après la chirurgie.
  4. La concentration en anticorps anti-stimulants de la thyroïde est vérifiée selon les recommandations du médecin traitant en cas de thyréotoxicose, hyperfonctionnement de l'organe. En l'absence de suspicion d'hyperthyroïdie, l'analyse n'est pas effectuée.
  5. La calcitonine est contrôlée 1 fois. Faire des recherches répétées n'a pas de sens.

Toutes les normes sont enregistrées dans des documents médicaux de niveau international. Mais les indicateurs dépendent de l'équipement et des méthodes (réactifs utilisés).

Tests d'hormones: de «A» à «Z»

Les hormones sont des substances biologiquement actives produites par diverses glandes du système endocrinien, après quoi elles pénètrent dans le sang. Ils affectent le travail de tout l'organisme, déterminant à bien des égards la santé physique et mentale d'une personne. Les analyses d'hormones aident à clarifier de manière significative le tableau clinique de la maladie et à prévenir son développement.

Tests hormonaux: quand et pourquoi sont-ils prescrits?

Le niveau d'hormones est le plus souvent déterminé dans le sang, moins souvent - dans les urines. Des études sur les hormones peuvent être prescrites, par exemple, dans les cas suivants:

  • violations dans le développement de certains organes;
  • diagnostic de grossesse;
  • infertilité;
  • grossesse menacée de fausse couche;
  • dysfonctionnement rénal;
  • troubles métaboliques;
  • problèmes avec les cheveux, les ongles et la peau;
  • états dépressifs et autres problèmes mentaux;
  • maladies tumorales.

Le pédiatre, le thérapeute, l’endocrinologue, le gynécologue, le gastro-entérologue, le psychiatre peuvent donner une référence pour analyse.

Préparation pour le test des hormones

Quelles règles faut-il suivre pour donner du sang pour l'analyse du niveau hormonal afin que les résultats soient aussi précis que possible? Il est nécessaire de s'abstenir de manger de la nourriture pendant 7 à 12 heures avant le prélèvement de sang. Au cours de la journée précédant l'étude, l'alcool, le café, l'effort physique, le stress et les contacts sexuels doivent être exclus. La possibilité de prendre des médicaments pendant cette période doit être discutée avec votre médecin. Dans l’étude du statut hormonal des femmes, il est important de savoir quel jour du cycle doit être testé. Ainsi, du sang pour les hormones folliculostimulantes, lutéinisantes et la prolactine est administré pendant 3 à 5 jours du cycle, pour la testostérone - 8-10, et pour la progestérone et l'estradiol - pendant 21-22 jours.

Si vous faites un don quotidien d'urine, vous devez respecter scrupuleusement le schéma de collecte et respecter les conditions de stockage.

Principes généraux pour la conduite et le décodage de l'analyse

Le sang destiné aux recherches est prélevé dans une veine le matin à jeun. La période d'étude est généralement de 1-2 jours. Le résultat obtenu est comparé par un médecin aux normes de concentration en hormones, développées en tenant compte du sexe, de l'âge du patient et d'autres facteurs. Le patient lui-même peut étudier ces normes.

Méthodes de diagnostic de laboratoire

Seul un spécialiste (endocrinologue, gynécologue, thérapeute, gastro-entérologue, etc.) peut décider des tests à effectuer pour les hormones en fonction des résultats de l'examen. De plus, le nombre d'analyses est proportionnel au nombre d'hormones et il en existe plus de 100 dans l'organisme.L'article ne traite que des types de recherche les plus courants.

L'évaluation de la fonction somatotrope de l'hypophyse est nécessaire pour les personnes atteintes de gigantisme, d'acromégalie (augmentation du crâne, des mains et des pieds) ou du nanisme. La teneur normale en hormone somatotrope dans le sang est de 0,2 à 13 mU / l, de la somatomédine C - de 220 à 996 ng / ml à l’âge de 14 à 16 ans, de 66 à 166 ng / ml - à 80 ans.

Les pathologies du système hypophyso-surrénalien se manifestent par une violation de l'homéostasie du corps: augmentation de la coagulation sanguine, augmentation de la synthèse des glucides, réduction du métabolisme des protéines et des minéraux. Pour diagnostiquer de telles conditions pathologiques, il est nécessaire de déterminer le contenu des hormones suivantes dans l'organisme:

  • L’hormone corticotrope est responsable de la pigmentation de la peau et du dédoublement de la graisse. La norme est inférieure à 22 pmol / l dans la première moitié de la journée et ne dépasse pas 6 pmol / l dans la seconde.
  • Le cortisol régule le métabolisme. La norme est de 250–720 nmol / l dans la première moitié de la journée et de 50–250 nmol / l dans la seconde moitié de l’écart (la différence de concentration doit être d’au moins 100 nmol / l).
  • Cortisol libre - Se rend si on soupçonne la maladie de Itsenko-Cushing. La quantité d'hormone dans les urines est de 138–524 nmol / jour.

Ces tests sont souvent prescrits par les endocrinologues pour le traitement de l'obésité ou du manque de poids. Ils sont utilisés pour déterminer s'il existe ou non des perturbations hormonales graves.

La perturbation de la glande thyroïde se manifeste par une irritabilité accrue, une modification du poids corporel, une augmentation de la pression artérielle, de nombreuses maladies gynécologiques et une infertilité. Quels tests doivent être effectués pour les hormones thyroïdiennes, si au moins quelques-uns des symptômes ci-dessus sont détectés? Tout d'abord, il s'agit de l'étude du niveau de triiodothyronine (T3), de thyroxine (T4) et de thyréostimuline (TSH), qui régulent les processus métaboliques, l'activité mentale, ainsi que les fonctions des systèmes cardiovasculaire, sexuel et digestif. Les niveaux normaux d'hormones ressemblent à ceci:

  • T3 est commun - 1,1 à 15,15 pmol / l, libre - 2,6 à 17,7 pmol / l.
  • Total T4 - 60–140 nmol / l, libre - 100–120 nmol / l.
  • TSH - 0,2–4,2 mIU / L.
  • Anticorps contre la thyroglobuline - jusqu'à 115 UI / ml.
  • Anticorps anti-thyroperoxydase - 35 UI / ml.
  • Absorption de T - 0,32–0,48 unité.
  • Tireoglobuline - jusqu’à 55 ng / ml.
  • Anticorps dirigés contre l'antigène microsomal thyrocyte - moins de 1,0 U / l.
  • Autoanticorps dirigés contre les récepteurs de l'hormone stimulant la thyroïde - 0–0,99 UI / L.

Des dysfonctionnements dans la régulation du métabolisme du calcium et du phosphore conduisent à l'ostéoporose ou à une augmentation de la minéralisation osseuse. L'hormone parathyroïde favorise l'absorption du calcium dans le tractus intestinal, ainsi que la réabsorption dans les reins. La teneur en hormone parathyroïdienne dans le sang d'un adulte - 8-24 ng / l. La calcitonine contribue au dépôt de calcium dans les os, ralentissant son absorption dans le tractus gastro-intestinal et augmentant l'excrétion dans les reins. Le taux de calcitonine dans le sang est compris entre 5,5 et 28 pMmol / l. Il est recommandé de faire un don de sang pour les analyses de ce type au début de la ménopause, car les femmes de cette période sont les plus exposées à l'ostéoporose.

Dans le corps de toute personne, des hormones masculines et féminines sont produites. Leur juste équilibre assure la stabilité du système de reproduction, des caractères sexuels secondaires normaux, un état mental égal. Le développement de certaines hormones sexuelles peut être perturbé en raison de l'âge, des mauvaises habitudes, de l'hérédité, des maladies endocriniennes.

Les dysfonctionnements du système reproducteur dus à des perturbations hormonales entraînent une infertilité masculine et féminine, ainsi que des fausses couches chez la femme enceinte. En présence de tels problèmes, le sang est testé pour l'analyse des hormones féminines, telles que:

  • La macroprolactine est la norme chez les hommes: 44,5–375 µIU / ml, chez les femmes: 59–619 µIU / ml.
  • Prolactine - le taux est de 40 à 600 mU / l.
  • Hormones gonadotropes hypophysaires et prolactine - avant le ratio de ménopause: 1.
  • Hormone folliculo-stimulante: sa teneur dans la phase folliculaire est normalement de 4 à 10 U / l, de 10 à 25 U / l pendant la période d'ovulation et de 2 à 8 U / l pendant la phase lutéale.
  • Les œstrogènes (la norme dans la phase folliculaire est de 5–53 pg / ml, de 90 à 299 pg / ml pendant la période d'ovulation et de 11 à 116 pg / ml pendant la phase lutéale) et de progestatif.
  • Hormone lutéinisante - la norme dans la phase folliculaire - 1–20 U / l, pendant la période d'ovulation - 26–94 U / l, pendant la phase lutéale –0,61–16,3 U / l.
  • Estradiol - la norme dans la phase folliculaire est de 68–1269 nmol / l, la période d'ovulation est de 131–1655 nmol / l et de 91–861 nmol / l pendant la phase lutéale.
  • La progestérone - la norme dans la phase folliculaire - 0,3-0,7 μg / l, la période d'ovulation - 0,7–1,6 μg / l, pendant la phase lutéale 4,7–8,0 μg / l.

L’évaluation de la fonction androgénique est réalisée en cas d’infertilité, d’obésité, de taux de cholestérol élevé, de perte de cheveux, d’acné juvénile, de diminution de la puissance. Donc:

  • La testostérone est normale chez les hommes - 12 à 33 ans, chez les femmes - 0,31 à 3,78 nmol / l (ci-après, le premier indicateur est la norme pour les hommes, le second pour les femmes).
  • Sulfate de déhydroépiandrostérone - 10–20 et 3,5–10 mg / jour.
  • Globuline liant les hormones sexuelles –13–71 et 28–112 nmol / l.
  • 17-hydroxyprogestérone - 0,3 à 2,0 et 0,07 à 2,9 ng / ml.
  • 17-cétostéroïdes: 10,0–25,0 et 7–20 mg / jour.
  • Dihydrotestostérone - 250–990 et 24–450 ng / l.
  • Testostérone libre - 5,5–42 et 4,1 pg / ml.
  • Androstènedione - 75-205 et 85-275 ng / 100 ml.
  • Androstenediol glucuronide - 3,4–22 et 0,5–5,4 ng / ml.
  • Hormone anti-Muller - 1,3–14,8 et 1,0–10,6 ng / ml.
  • Inhibin B - 147–364 et 40–100 pg / ml.

Le diagnostic du diabète et l'évaluation de la fonction endocrinienne du pancréas sont nécessaires pour soulager les douleurs abdominales, les nausées, les vomissements, la prise de poids, la bouche sèche, les démangeaisons de la peau, l'œdème. Vous trouverez ci-dessous les noms et indicateurs réglementaires des hormones pancréatiques:

  • Peptide C - 0,78-1,89 ng / ml.
  • Insuline - 3,0–25,0 μED / ml.
  • L'indice de résistance à l'insuline (HOMA-IR) est inférieur à 2,77.
  • Proinsuline - 0,5–3,2 pmol / l.

Le suivi de la grossesse est effectué afin de prévenir les pathologies du développement et la mort du fœtus. Lors de la consultation des femmes, lors de leur enregistrement, elles indiquent en détail quels tests hormonaux doivent être effectués et pourquoi elles devraient donner du sang pour l'analyse des hormones pendant la grossesse. Dans le cas général sont étudiés:

  • Gonadotrophine chorionique (hCG) - sa concentration dépend de l’âge gestationnel: de 25 à 200 mU / ml à 1–2 semaines à 21 000 à 300 000 mU / ml à 7 à 11 semaines.
  • B-hCG libre - de 25 à 300 mU / ml à 1 ou 2 semaines de gestation à 10 000 à 60 000 mU / ml à 26 à 37 semaines.
  • Exempt d’estriol (E3) - de 0,6 à 2,5 nmol / l à 6–7 semaines à 35,0 à 111,0 nmol / l à 39 à 40 semaines.
  • Protéine plasmatique A associée à la grossesse (PAPP-A) - le test est effectué de la semaine 7 à la semaine 14, la norme étant de 0,17 à 1,54 mU / ml à 8–9 semaines et de 1,47 à 8,54 miel / ml pendant 13 à 14 semaines.
  • Lactogène placentaire - de 0,05 à 1,7 mg / l à 10-14 semaines à 4,4 à 11,7 mg / l à la semaine 38.
  • Dépistage prénatal de la trisomie 1 (PRISCA-1) et de la grossesse, trimestre 2 (PRISCA-2).

Les dysfonctionnements du système sympatho-surrénalien doivent être recherchés en présence d'attaques de panique et d'autres troubles du système nerveux autonome. Pour ce faire, vous devez faire un don de sang pour analyse et vérifier quelles hormones de la liste se situent en dehors de la plage normale:

  • Adrénaline (112–658 pg / ml).
  • Noradrénaline (moins de 10 pg / ml).
  • Métanéphrine (moins de 320 µg / jour).
  • Dopamine (10–100 pg / ml).
  • Acide homovanilique (1,4 à 8,8 mg / jour).
  • Normétanéphrine (moins de 390 µg / jour).
  • Acide vanillimylique (2,1 à 7,6 mg / jour).
  • Acide 5-hydroxyindole acétique (3,0-15,0 mg / jour).
  • Histamine plasmatique (moins de 9,3 nmol / l).
  • Sérum sérotonine (40–80 µg / l).

L’état du système rénine-angiotensine-aldostérone, responsable du maintien du volume sanguin circulant, permet d’évaluer des hormones telles que l’aldostérone (dans le sang) - 30 à 355 pg / ml et la rénine (dans le plasma) - 2,8 à 39,9 μM / ml chez le patient couché et 4,4 à 46,1 µMU / ml - debout.

La régulation de l'appétit et du métabolisme des graisses s'effectue à l'aide de l'hormone leptine, dont la concentration dans le sang atteint normalement 1,1 à 27,6 ng / ml chez l'homme et 0,5 à 13,8 ng / ml chez la femme.

L'évaluation de la fonction endocrinienne gastro-intestinale est réalisée en déterminant le niveau de gastrine (moins de 10–125 pg / ml) et de gastrine-17 stimulée (moins de 2,5 pmol / l)

La régulation hormonale de l'érythropoïèse (formation d'érythrocytes) est estimée à partir de données sur la quantité d'érythropoïétine dans le sang (5,6 à 28,9 UI / l chez l'homme et 8 à 30 UI / l chez la femme).

La décision quant aux tests à effectuer sur les hormones doit être prise sur la base des symptômes existants et du diagnostic préliminaire, ainsi que sur la base des maladies associées.

Où puis-je faire un don de sang pour l'analyse des hormones?

Obtenir des directives sur l'analyse du niveau d'hormones peut être dans toutes les cliniques publiques ou privées, les hôpitaux, les cliniques prénatales. Cependant, le nombre de laboratoires modernes est faible et les meilleurs d'entre eux sont souvent surchargés, surtout lorsqu'il s'agit d'analyses libres. De nombreux patients choisissent une solution efficace, qui consiste à contacter un laboratoire privé en réseau, à trouver un cabinet médical près de chez eux ou de leur lieu de travail et à s’inscrire à une date qui leur convient.

Par exemple, dans les laboratoires indépendants "INVITRO", les analyses principales des hormones dans le sang sont effectuées. Les résultats peuvent être obtenus manuellement ou par courrier électronique dès que possible. Le coût d'une analyse varie entre 500 et 2700 roubles. Ce sont des valeurs moyennes du marché. De plus, les cartes Invitro peuvent recevoir des réductions tangibles.

Analyse de sang pour les hormones

Tous les processus biochimiques survenant dans notre corps sont impensables sans la participation d'hormones. Ces substances actives organiques régulent le métabolisme et coordonnent le travail de tous les organes et systèmes humains. Les hormones ne déterminent pas seulement l'état de santé de l'homme, elles ont également une incidence sur sa taille, son physique, sa sexualité, son caractère et son tempérament.

Ces substances produisent la thyroïde et le pancréas, les cellules épithéliales des organes génitaux, les glandes surrénales, l'hypophyse, l'hypothalamus. Le processus de destruction des hormones et leur nouvelle synthèse sont continus. Il est strictement contrôlé par les systèmes endocrinien et nerveux. L’activité normale du système hormonal est très importante, car presque tous les troubles hormonaux entraînent immédiatement l’apparition de diverses maladies graves: obésité, infertilité, ménopause précoce, troubles mentaux, impuissance, apparition de problèmes cutanés et capillaires, développement de l’oncologie, etc.

Causes d'échec du système hormonal

On peut dire que le système hormonal humain est très vulnérable, de nombreux facteurs peuvent le désactiver:

  • intoxication alimentaire,
  • éprouvé du stress émotionnel;
  • régime alimentaire malsain;
  • infections respiratoires aiguës fréquentes dans l'enfance;
  • avortements;
  • opérations antérieures sur les organes reproducteurs;
  • prédisposition génétique.

Que révèle un test sanguin?

Les symptômes spécifiques de la perturbation endocrinienne dépendent de la dysfonction de la glande endocrine. De plus, le développement de désordres dans le corps entraîne, comme un manque d'hormone, et son excès.

Pour déterminer avec précision si les plaintes d’un patient sont liées à des troubles hormonaux, le médecin lui ordonne généralement de faire un test sanguin pour détecter les hormones.

Une telle analyse est le plus souvent prise pendant la grossesse, une suspicion de maladie de la glande surrénale, pour diagnostiquer l’état de la glande thyroïde, des plaintes d’impossibilité de tomber enceinte, une perte de poids importante ou, au contraire, une prise de poids rapide et déraisonnable, une croissance excessive des poils du corps et du visage découvrir la cause de la chute sévère des cheveux, etc. Ces recherches sont utilisées dans divers domaines de la médecine: oncologie, gastroentérologie, neuropathologie, urologie, gynécologie et, bien sûr, en endocrinologie.

Hormone ttg

L'analyse sanguine hormonale est une source d'informations importante pour le médecin traitant. En particulier, la thyréostimuline (TSH) peut en dire long sur l’état de la glande thyroïde. Bien qu'elle soit produite par le lobe antérieur de l'hypophyse, la TSH est la première à réagir aux modifications de la fonction thyroïdienne. Des taux élevés d'hormone stimulant la thyroïde témoignent d'une excitation neuropsychique excessive, d'une insuffisance surrénalienne et peuvent même empêcher l'utilisation constante de médicaments. Son faible taux est une raison de suspecter une thyrotoxicose ou une production excessive de cortisol, une hormone glucocorticoïde.

Hormone T3 gratuit

Les raisons pour lesquelles les niveaux d'hormones thyroïdiennes libres de triiodothyronine (T3) sont: déficit en iode, thyroïdite, syndrome de résistance vasculaire périphérique, héroïne, méthadone et contraceptifs oraux. Une valeur faible indique la présence possible de gipoterioz, d'une thyréotoxicose artificielle, d'une insuffisance rénale, d'un jeûne prolongé, de la prise de stéroïdes anabolisants.

Hormone t3 commune

Pour le métabolisme énergétique, la lipolyse, le taux de consommation d'oxygène par les tissus est l'hormone triiodothyronine (T3) commune. Son taux accru peut indiquer une hyperprotéinémie, une hépatite, une infection par le VIH, un syndrome néphrotique, un adénome de la glande thyroïde. Une faible concentration indique parfois une cirrhose du foie, une anorexie mentale, une acromégalie, une maladie du système digestif, un apport en caféine, de la testostérone.

T4 gratuit

Un rôle important dans le métabolisme et le maintien de l'équilibre des protéines de transport est joué par l'hormone thyroxine (T4) exempte. À des niveaux élevés, on peut suspecter un dysfonctionnement de la glande thyroïde postpartum, un goitre toxique diffus, une lipémie et une hépatite. Une production excessive de thyroxine dans la thyroïde entraîne le développement d'une hypertériose, accompagnée d'une perte de poids importante, de fièvre, de tachycardie, etc. Contenu réduit: carence en protéines, résection de la glande thyroïde, thyroïdite auto-immune, saturnisme. Une quantité insuffisante de cette hormone conduit au développement d'une hypothyroïdie, accompagnée d'obésité, d'altération de la thermorégulation, d'une mémoire altérée, etc.

Hormone T4 commune

L'hormone thyroxine (T4) est commune - le principal fournisseur d'iode. Son excès ou sa carence affecte donc presque tous les processus biochimiques se produisant dans le corps. L'augmentation du contenu de cette hormone indique une grossesse, une hyperbilirubinémie, une obésité, un myélome, un choriocarcinome. Les taux réduits indiquent la présence de pathologies somatiques, une déficience congénitale de l’hormone TSH, des processus inflammatoires de l’hypophyse (syndrome de Sheehan) ou de l’hypothalamus.

Hormone HGH

La croissance correcte des os et le développement de la masse musculaire contribuent à l'hormone de croissance (STH) produite par l'hypophyse. Dépasser son niveau est un indicateur brillant du gigantisme, et un arrière-plan abaissé parle de nanisme.

Hormone prolactine

L'hormone de "l'accouchement" est principalement responsable de la croissance des glandes mammaires chez la femme. Outre le début de la grossesse et de l'allaitement, une augmentation du taux de prolactine peut indiquer une prolactine (tumeur de l'hypophyse), une aménorrhée et un syndrome des ovaires polykystiques. Une teneur insuffisante en prolactine est généralement observée lors de la prise de médicaments anticonvulsivants et dopaminergiques.

Hormones sexuelles

Les indicateurs de la testostérone et des hormones estradiol, qui sont responsables des caractéristiques sexuelles primaires et secondaires, de la formation, du développement et du fonctionnement de la fonction de reproduction des hommes et des femmes, sont également importants pour le médecin. Une hormone progestérone est nécessaire au déroulement normal de la grossesse.

Procédure et préparation pour l'analyse

Il convient de garder à l'esprit qu'un stress physique et émotionnel excessif, les jours du cycle menstruel, les médicaments, la consommation d'alcool, le tabagisme et d'autres facteurs peuvent affecter la fiabilité des résultats des tests sanguins sur les hormones. Par conséquent, un test sanguin pour les hormones est généralement pris tôt le matin à jeun et le sang est prélevé dans une veine.

Les femmes, lorsqu'elles analysent le sang pour rechercher des hormones sexuelles féminines, devraient être guidées par leur cycle menstruel. Un test sanguin pour l'œstrogène et la progestérone est généralement administré aux jours 3 à 8 du cycle menstruel. Quelques jours avant de donner du sang pour des hormones, il est déconseillé de fumer, de boire des boissons alcoolisées ainsi que de prendre certains médicaments, des produits contenant de l'iode. Avant de soumettre cette analyse, vous devez suivre strictement les recommandations du médecin traitant.

Analyse des hormones chez les femmes

Le travail de nombreux systèmes du corps féminin dépend de la production d'hormones. Leur nombre change en même temps, ce qui affecte la peau, les cheveux et le bien-être général. Pour cette raison, en cas d'anomalie ou de suspicion de maladie, le médecin vous prescrit de faire un don de sang afin de déterminer le niveau d'hormones. Quand et comment se déroule la procédure? La réponse est dans les instructions ci-dessous.

Pourquoi ai-je besoin d'un test sanguin pour les hormones?

Normaux sont des troubles hormonaux avant et après l'accouchement ou pendant la ménopause, mais même dans ce cas, le niveau de ces substances dans le corps doit être contrôlé, car même les plus petites déviations indiquent des problèmes dans le corps. La procédure de prélèvement d'échantillons pour les hormones n'est pas incluse dans les examens de routine et est prescrite pour contrôler le patient pour des pathologies du système endocrinien, la maladie en gynécologie ou dans d'autres cas nécessaires:

  • embonpoint, indiquant un changement dans les niveaux hormonaux;
  • échec de la menstruation, n'ayant pas de bonne raison;
  • problèmes de conception d'un enfant, c'est-à-dire infertilité;
  • suspicion de troubles du développement fœtal chez la femme enceinte;
  • l'acné;
  • planifier la grossesse lorsque vous devez vous préparer à la conception;
  • néoplasmes bénins dans la poitrine, tels que la mastopathie fibrokystique;
  • diminution du désir sexuel;
  • fausse couche;
  • infantilisme sexuel;
  • propension aux maladies héréditaires;
  • détérioration des cheveux ou de la peau;
  • la pression artérielle saute;
  • syndrome prémenstruel grave;
  • troubles du système digestif;
  • la présence de tumeurs ovariennes ou utérines;
  • établir une grossesse;
  • pilosité excessive sur le corps.

Test d'hormone

Les hormones sont sécrétées par les glandes endocrines, puis, une fois absorbées dans le sang, elles commencent à réguler le métabolisme dans le corps des substances bénéfiques, notamment les sels et les protéines contenant des lipides et des glucides. Après cela, ils sont détruits par des enzymes spéciales. La continuité d'un tel cycle assure le fonctionnement continu des processus biochimiques. Les analyses d'hormones chez les femmes permettent de détecter rapidement un déséquilibre afin de commencer le traitement et de le rétablir, c'est-à-dire abaisser ou élever leur niveau.

Quand prendre

Le nombre d'hormones de base de l'appareil reproducteur chez la femme étant variable, il convient de les tester à un moment strictement défini, indiqué uniquement par le médecin. La qualité du résultat de l'étude et de son décodage dépend du bon jour et de l'alphabétisation de la préparation. Prenez surtout du sang le matin à jeun, sauf avis contraire du médecin. Le tableau indique le temps approprié pour les tests.

Comment lire les tests pour les hormones

Dans la vie de tous les jours, nous entendons souvent l'expression "perturbation hormonale", "une surabondance ou un manque d'hormone dans le sang" et d'autres encore. Mais que veulent-ils dire? Le niveau d'hormones dans le sang affecte le fonctionnement de tous les systèmes du corps humain.

Les hormones sont les auxiliaires particuliers de tous les processus de notre corps. C'est l'activité conjointe du système nerveux et des hormones qui assure le travail coordonné de tous les systèmes vitaux. Tout "problème" dans ce mécanisme entraîne des conséquences assez graves pour tout l'organisme. Pour déterminer la cause et l'ampleur du problème, le test hormonal aide. Une analyse générale est rarement nécessaire; plus souvent, vous devez connaître la concentration d'une hormone particulière responsable du travail d'un organe particulier. Par conséquent, attribuer une étude peut presque n'importe quel médecin.

Les taux de tests hormonaux sont généralement indiqués sur un formulaire que le patient reçoit au laboratoire, mais pas toujours. En comparant les normes et vos indicateurs, faites attention aux unités dans lesquelles les réponses sont données:

  • ng / ml - nanogramme de substance (hormone) dans 1 ml de plasma ou de sérum
  • nmol / l - nanomoles de substance dans 1 l de plasma
  • ng / dl - nanogramme de substance dans 1 décilitre de plasma
  • PG / ml - picogramme de substance dans 1 ml de plasma
  • pmol / l - substance picomol dans 1 l de plasma
  • µg / l - microgrammes de substance dans 1 l de plasma
  • μmol / l - micromole de substance dans 1 l de plasma

Il est également possible que la concentration de l'analyte (hormone) soit exprimée en unités internationales:

La concentration de l'hormone dans l'urine est généralement déterminée en une quantité quotidienne:

Test sanguin pour les hormones

Dans le cadre du test sanguin pour détecter les hormones, les médecins supposent une étude approfondie du contenu susmentionné sur la concentration et la présence dans celui-ci de plusieurs substances biologiquement actives produites par les glandes humaines. Cette procédure peut aider à identifier un grand nombre d'une grande variété de maladies, même à des stades très précoces, lorsqu'il n'y a pas de symptômes cliniques externes.

Description générale

Le type d'analyse susmentionné est l'un des plus recherchés au monde, car il s'agit parfois du seul moyen de diagnostiquer rapidement et avec précision des maladies graves qu'il est important de détecter rapidement, car leur traitement sera alors très efficace.

Il est à noter que la teneur en hormones dans le sang est très faible, en particulier si on compare l'indicateur avec ceux similaires à d'autres éléments plasmatiques, mais c'est cette série de substances biologiquement actives qui intervient dans presque tous les processus critiques pour les organismes. Les normes hormonales dans ce cas ne sont pas une valeur stationnaire et dépendent à la fois du sexe de la personne et de son âge.

Quand est nommé?

Un test sanguin pour les hormones est prescrit pour les anomalies suspectées dans les organes internes, les glandes, les glandes surrénales, les maladies du fœtus pendant la grossesse et dans d'autres cas.

Comment prendre?

Pour les tests sanguins pour les hormones, ils le prendront dans votre veine. Douze heures avant l'heure prévue pour la livraison des échantillons, limitez le plus possible les charges émotionnelles et physiques, et renoncez également à l'alcool et aux drogues / produits contenant de l'iode.

Une attention particulière doit être portée à la préparation du test pour les femmes - il doit être effectué certains jours du cycle menstruel, que le médecin traitant vous désignera. L'analyse elle-même est donnée le matin, l'estomac vide.

Performance normale. Décryptage

Il existe actuellement un certain nombre de méthodologies et de systèmes évaluant le contenu en hormones dans le sang, ainsi que leur interprétation des résultats obtenus. Les tests les plus célèbres:

Analyse d'hormones thyroïdiennes

  1. TTG. Cette hormone de la glande pituitaire affecte directement la glande thyroïde et assure la circulation complète des autres éléments. La norme pour une personne en bonne santé est de 0,4 à 4 mU / l. Des valeurs élevées indiquent une insuffisance surrénalienne, une pathologie non thyroïdienne grave, une résistance à de telles hormones, une stimulation nerveuse et mentale, ou l'utilisation de médicaments, en particulier de morphine. Faible valeur - cortisol accru, thyrotoxicose, traitement hormonal excessif.
  2. T3 sous forme libre. Fournit une activité métabolique et a une rétroaction avec l'hypophyse. Les valeurs normales vont de 2,6 à 5,7 pmol / l. Valeurs élevées - syndrome de résistance vasculaire périphérique, toxicose hormonale ou hyperthyroïdie, méthadone, amphétamine. Syndrome de résistance vasculaire périphérique de faible valeur, insuffisance rénale, hyperthyroxinémie disalbuminémique, famine, médicaments contenant de l'iode, dexaméthasone, coumarine, phénytoïne, thyréotoxicose arthritique, ainsi que déclin physiologique en été.
  3. T3 est commun. Hormone thyroïdienne sérique responsable du fonctionnement des glandes périphériques. Les valeurs normales vont de 1,3 à 2,7 nmol / l. Une augmentation de ce taux indique une grossesse, une infection par le VIH, une hépatite, une porphyrie, une hyperprotéinémie, le tamoxifène, des contraceptifs à spectre oral, l'amiodarone, l'amphétamine et des œstrogènes. Réduction - acromégalie, pénurie de TSH, maladies du tractus gastro-intestinal, du foie et des reins, jeûne, hémolyse, pathologies somatiques, prise de testostérone, stéroïdes anabolisants, caféine.
  4. T4 gratuit. La principale hormone thyroïdienne est responsable du travail des protéines de transport et maintient leur équilibre dans le corps. La norme pour une personne en bonne santé est de 10 à 22 pmol / l. Des valeurs élevées indiquent une lipémie, des maladies mentales ou somatiques, une insuffisance surrénalienne, la prise d'aspirine, d'amiodarone, de furosémide, d'augmentation héréditaire de la TSH. Valeurs faibles - exercices physiques puissants, grossesse, famine, auto-anticorps avec hormones de type thyroïdiennes, méthadone, salicylates, triiodothyronine, rifampicine.
  5. T4 est commun. Une des principales hormones de la glande thyroïde. Les valeurs normales vont de 58 à 161 nmol / l. L'augmentation indique obésité, grossesse, hépatite aiguë, porphyrie intermittente, infection par le VIH en phase inactive, hyperbilirubinémie, utilisation de contraceptifs, tamoxifène, héparine, médicaments pour la thyroïde. Diminution - effort physique, jeûne, acromégalie, déficience congénitale en TSH, pathologies somatiques, maladies du tractus gastro-intestinal et des reins, prise de testostérone, liothyronine, diphényle, salicylates, stéroïdes anabolisants.
  6. TSG. Cette glycoprotéine de la chaîne polypeptidique est considérée comme la troisième protéine majeure de liaison au transporteur et l’élément fonctionnel de la glande thyroïde. Les valeurs normales vont de 259 à 573,5 nmol / l. Des valeurs élevées sont diagnostiquées dans l'hyperprotéinémie, la grossesse et l'hépatite en phase aiguë. La diminution indique une pathologie somatique, une hypofonction ovarienne, un taux élevé de catabolisme, une acromégalie et un déficit congénital en hormones.
  7. Anticorps contre la thyroglobuline. Ils sont un indicateur utile pour identifier un certain nombre de problèmes dans le corps, en particulier après une intervention chirurgicale. Les valeurs normales de cet indicateur - jusqu'à 40 UI / ml. L'excès indique une anémie percyous, une maladie de Graves, un myxoedème idiopathique, une thyroïdite de Hashimoto, un carcinome de la thyroïde, une thyroïdite subaiguë, d'autres problèmes chromosomiques et auto-immuns.
  8. Anticorps contre la peroxydase thyroïdienne. Indicateur de résistance à une enzyme connue. Les indicateurs en excès de ses preuves de maladies auto-immunes de la glande thyroïde. La valeur normale du paramètre va jusqu'à 35 IU / ml.
  9. Tireoglobuline. L’hormone, constituée de 2 sous-unités, est produite exclusivement par la glande thyroïde, analysée comme marqueur de diverses tumeurs, ainsi qu’une sorte de «moniteur» de l’état du patient avec une glande distante ou une personne suivant un traitement à l’iode radioactif. Le taux est de 1,7 à 56 ng / ml. Une diminution du taux indique un déficit de la fonction thyroïdienne par rapport à cette hormone dans l'hypothyroïdie. Une augmentation indique un adénome bénin, une thyrotoxicose, une thyroïdite subaiguë ainsi que des manifestations primaires d'un cancer de la thyroïde.

Analyse hormonale hypophysaire

  1. Stg Hormone de croissance Hormone de croissance responsable de la stimulation du développement des os, de la masse musculaire et d'autres organes. Les valeurs normales vont jusqu'à dix ng / ml. Des valeurs élevées indiquent un gigantisme ou une acromégalie, tandis que des valeurs inférieures indiquent un indicateur d'animisme hypophysaire.
  2. ACTH. Cet élément adrénocorticotrope stimule la production d'hormones dans le cortex surrénalien. La norme pour une personne en bonne santé va jusqu'à 50 pg / ml. Des valeurs basses indiquent une insuffisance surrénalienne systémique ou la présence de tumeurs dans celles-ci. Un indicateur élevé est un indicateur d'hyperplasie du même organe, ainsi que de maladies Itsenko / Kushiga ou Addison.
  3. TTG. L'hormone thyrotrope affecte classiquement la dégradation de la thyroglobuline et de l'iodation de la tyrosine. La norme sur les IF - de 0,24 à 2,9 microns UI / ml. La norme en RIA est de 0,6 à 3,8 microns UI / ml. Une augmentation du paramètre indique la présence d'une thyroïdite ou d'une hypothyroïdie au stade initial, une diminution du paramètre est un symptôme d'un adénome ou d'une thyréotoxicose.
  4. La prolactine. Cet élément des représentants du sexe fort est responsable du travail de la prostate et de la formation des vésicules séminales, chez la femme pour la croissance des glandes mammaires. Valeurs normales: femmes en période de procréation de 130 à 540 µg / l, femmes en ménopause et non fécondes de 107 à 290 µg / l, les représentantes du sexe fort de 100 à 265 µg / l. une augmentation de ce paramètre chez les hommes montre diverses altérations de la puissance, chez le beau sexe - grossesse, allaitement, hypothyroïdie dans la phase primaire, aménorrhée et tumeurs de l'hypophyse.
  5. FSH. La follitropine dans le beau sexe est responsable du travail des follicules, chez l'homme, de l'activité de la spermatogenèse et du travail des tubes séminifères. Standards: femmes ménopausées de 29,5 à 55 MU / l, femmes ayant une ovulation de 2,7 à 6,7 MU / ml, femmes en phase lutéale de deux à quatre UI / ml, représentantes du sexe fort de 1, 9 à 2,4 miel / ml. Une augmentation des taux indique une ménopause, une insuffisance ovarienne dans la phase initiale, des problèmes de spermatogenèse et un syndrome de Turner. Une diminution du paramètre indique la présence d'une hypofonction hypothalamique et, pendant la grossesse, parallèlement, de paramètres presque «nuls» du paramètre - insuffisance ovarienne profonde, cancer de la prostate, ainsi que pilules contraceptives orales ou œstrogènes.
  6. LH. L'hormone lutéinisante aide à produire de la progestérone chez le beau sexe et de la testostérone chez les hommes. Standards: pour les hommes, de 2,12 à 4 UI / ml, pour les filles ayant une ovulation de 18 à 53 UI / ml, pour les femmes en phase lutéale, de 1,54 à 2,56, UI / ml, pour les femmes le sexe dans la phase folliculaire est de 3,3 à 4,66 UI / ml, chez la femme ménopausée de 29,7 à 43,9 UI / l. L'augmentation du niveau est un indicateur de divers dysfonctionnements des gonades. Une diminution du niveau indique des perturbations dans le travail de l'hypophyse / hypothalamus, une insuffisance des glandes sexuelles dans la phase secondaire, ainsi qu'une ingestion de progestérone.

Test sanguin pour les hormones sexuelles

  1. La testostérone. Cette hormone affecte directement la formation de personnes de caractères sexuels secondaires, le développement des organes pertinents, ainsi que la stimulation de la croissance osseuse et de la masse musculaire. Normes: de 0,2 à un ng / ml chez le beau sexe et de deux à dix ng / ml chez le sexe fort.
  2. Estradiol. L'hormone féminine, l'œstrogène, assure le bon développement de la grossesse et la production de cellules germinales. Normes: de 200 à 285 pm / l (femmes en phase folliculaire), de 440 à 575 (femmes en phase lutéale), de 50 à 133 pm / l (pendant la ménopause). L'augmentation des paramètres est observée dans les tumeurs des ovaires. Diminution - avec leur fonctionnement insuffisant et les violations de la libération d'hormones gonadotropes.
  3. Progestérone La deuxième hormone féminine la plus importante de la série des œstrogènes, assurant le bon développement des organes génitaux chez le beau sexe. Normes: de 1 à 2,2 nm / l (femmes en phase folliculaire), de 23 à 30 nm / l (femmes en phase lutéale) et de 1 à 1,8 nm / l (en ménopause). Une augmentation est observée dans les tumeurs du cortex surrénalien. Diminution du paramètre - au cours de l'irradiation et de la sclérose des ovaires.

Sang pour les hormones surrénales

  1. Cortisol. Il affecte la sensibilité aux réactions allergiques, catalyse la création de structures de glucose à partir de protéines et d'acides aminés et systématise la production d'anticorps. Performance normale - de 230 à 750 nm / l. Une diminution de la concentration indique une insuffisance surrénalienne en phase chronique ou une maladie d'Addison. La réduction indique un cancer de la surrénale ou un adénome possible.
  2. Norépinéphrine et adrénaline. Les éléments ci-dessus affectent les vaisseaux sanguins, normalisent la pression, systématisent le fonctionnement de la motilité gastro-intestinale, catalysent la pénétration des acides aminés gras dans le sang, les rythmes cardiaques et forment également des taux de glucose. Normes: de 1,92 à 2,46 nm / l et de 0,62 à 3,23 nm / l pour ad-on et norad-on, respectivement. Une augmentation des indicateurs indique une jaunisse, un stress physique et émotionnel, une maladie rénale, le syndrome d'Itsenko-Cushing. L'abaissement indique des lésions de l'hypothalamus ou une myasthénie.
  3. L'aldostérone L'hormone est responsable de l'équilibre du métabolisme de l'eau et du sel dans le corps. Normes: pour une position horizontale de 30 à 65 pg / ml, pour une position verticale de 58 à 172 pg / ml. Des taux réduits d'aldostérone indiquent une thrombose surrénalienne, une embolie artérielle de l'organe, la maladie d'Addison, la rareté d'un régime alimentaire normal, dépourvu de potassium, ainsi qu'un hypofonctionnement des glandes surrénales ou un apport hydrique trop important. Des taux élevés indiquent généralement une hyperplasie ou des tumeurs surrénales, divers problèmes d’excrétion de sodium, ainsi que des complications telles que la cirrhose du foie, la néphrose et des maladies du système cardiovasculaire. Une diminution de la concentration en aldostérone au-dessous de la normale indique également une grossesse, une transpiration accrue, une grossesse, un épuisement physique grave et une carence en sodium dans l'alimentation.

Vidéo utile

Au lieu d'une postface

Assurez-vous de passer des tests pour les hormones prescrites par votre médecin. Dans certains cas, leurs résultats peuvent permettre de diagnostiquer une maladie grave au stade de sa formation initiale, ce qui vous permet d'économiser du temps, de l'argent et votre santé pendant le traitement. Cependant, essayez de ne pas en faire trop, de ne pas demander trop d'ordre pour un examen approfondi, une étude d'analyses - seul un professionnel de la santé qualifié peut vous indiquer les paramètres exacts du diagnostic. Bonne chance et ne tombez pas malade!

Questions et réponses

Quel est le prix du don de sang pour les hormones?

Le coût des tests dépendra de l'hormone étudiée - il y en a beaucoup. Les indicateurs spécifiques nécessaires au diagnostic complet de votre problème sont déterminés par le médecin traitant, c.-à-d. tout dépendra de l'organe étudié, du problème médical caractéristique, du diagnostic potentiel, etc. Le coût moyen d'une analyse pour une hormone particulière (TSH, progestérone, cortisol, thyroglobuline, par exemple) varie entre 350 et 1 000 roubles à Moscou. Souvent, les cliniques offrent des réductions sur l’étude de plusieurs paramètres à la fois. Cependant, cette opportunité doit également être utilisée avec prudence - parfois, des études individuelles du complexe proposé, vous n’avez tout simplement pas besoin et il est moins coûteux de commander quelques-uns à des tarifs standard.

Est-il possible de passer cette analyse gratuitement?

Dans certains établissements médicaux d’État, ils peuvent effectuer gratuitement des tests individuels pour une hormone donnée - le plus souvent, ils fournissent ce service dans des villes de plus d’un million d’habitants, principalement dans des cliniques pour femmes. Toutefois, dans la très grande majorité des cas, vous serez envoyé dans un centre médical privé. Préparez donc de l’argent, bien sûr, après avoir vérifié si ce type de service n’est pas disponible sur le lieu de traitement de l’institution médicale municipale.

Pourquoi et comment teste-t-on les hormones chez les femmes?

Le fond hormonal est l'un des indicateurs les plus importants de la santé. Le travail de tous les systèmes du corps est stimulé par des substances biologiquement actives spéciales. En déterminant leur contenu dans le sang, vous pouvez déterminer la cause de diverses pathologies et trouver un moyen de les éliminer. Les femmes sont chargées de mener de telles études sur le diagnostic des maladies des organes de la reproduction, de la thyroïde et sur l'observation de la grossesse. Pour obtenir des résultats précis, vous devez respecter certaines règles de préparation à la procédure.

Pourquoi faire des tests pour les hormones. Quels facteurs influencent les résultats?

La majeure partie de ces substances est produite dans les glandes endocrines, dont le travail est régulé par le système hypothalamo-hypophysaire du cerveau. Il existe une relation inverse entre la production d'hormones dans les glandes endocrines et dans l'hypophyse. Par exemple, lorsque le niveau d’œstrogènes augmente, la production de FSH, une hormone hypophysaire qui stimule les ovaires, diminue. Et ceci, à son tour, conduit à une inhibition du processus de production d'oestrogène et à une diminution de leur concentration dans le sang.

La production d'hormones est influencée non seulement par l'état du cerveau, mais également par la santé de la femme dans son ensemble, car tous les processus du corps sont étroitement liés. L'analyse des hormones chez les femmes, associée à d'autres méthodes de diagnostic, permet d'identifier les causes de troubles dans les systèmes reproducteur, nerveux, cardiovasculaire et autres. Lors des recherches, les fluctuations du niveau hormonal sont prises en compte tout au long de la journée, ainsi que tout au long du cycle menstruel.

Lors du décodage des résultats, l'âge, l'état physiologique du patient et la présence de maladies concomitantes sont pris en compte. La prise de médicaments, les caractéristiques environnementales de la région, la nature du stress mental et physique, la présence de dépendances néfastes chez la femme peuvent affecter les résultats.

Indications pour

Le test des hormones est prescrit dans les cas suivants:

  • il y a des suggestions sur la présence de tumeurs de l'utérus ou des ovaires, de polykystiques, de troubles du développement de l'endomètre;
  • traitement de l'infertilité est effectué, la raison des «pauses» répétées pendant la grossesse est établie;
  • détermine la cause de l'aménorrhée, de la ménopause précoce, des troubles menstruels, des symptômes du syndrome prémenstruel grave;
  • l'état de santé de la femme pendant la période de planification de la grossesse ainsi qu'avant la FIV est en cours de détermination;
  • il est nécessaire de confirmer le fait de la grossesse;
  • on soupçonne la présence de pathologies liées à la grossesse ou au développement du fœtus;
  • détecté des néoplasmes bénins dans la poitrine;
  • la question de la nomination d'un traitement hormonal substitutif (par exemple, pour soulager les symptômes de la ménopause);
  • il est nécessaire de trouver la raison du retard du développement sexuel chez les adolescents;
  • il est nécessaire de diagnostiquer les troubles hormonaux lorsqu'une femme développe des signes tels que la croissance des poils sur le visage et la poitrine, l'apparition de déséquilibres de la figure et d'autres manifestations de masculinisation (désinfection);
  • il y a des soupçons de maladie de la thyroïde;
  • le patient est examiné pour une obésité excessive déraisonnable, une détérioration de la peau et des cheveux ou une diminution du désir sexuel.

Des spécialistes tels qu'un endocrinologue, un gynécologue, un mammologue, un thérapeute peuvent assigner des tests pour les hormones produites par les femmes.

Vidéo: Indications du test hormonal

Quelles recherches sont menées

Les méthodes de diagnostic les plus importantes comprennent les tests pour les hormones sexuelles, ainsi que pour les hormones hypophysaires, thyroïdiennes et surrénales.

Diagnostic des pathologies de l'appareil reproducteur. Hormones hypophysaires

La cause de maladies telles que les troubles menstruels, les fausses couches, la stérilité, la survenue de maladies tumorales des organes génitaux, ainsi que des glandes mammaires, est la défaillance de l'hypophyse et des ovaires. Pour clarifier la nature de telles pathologies, des tests sont effectués pour les hormones appropriées.

Hormone lutéinisante (LH). Cette substance régule la production de progestérone («hormone de grossesse») et stimule l’apparition rapide de l’ovulation. Des taux trop élevés de LH peuvent indiquer l'épuisement de la réserve ovarienne, l'apparition d'une maladie polykystique, la présence d'une endométriose ou d'une tumeur hypophysaire. Un contenu inférieur à la norme survient dans des pathologies telles que l'insuffisance du corps jaune, l'aménorrhée, le dysfonctionnement du système hypothalamo-hypophysaire et d'autres.

Hormone folliculo-stimulante (FSH). La substance stimule les ovaires et la production d'œstrogènes à partir de la testostérone. Des taux excessifs peuvent provoquer des saignements intermenstruels ou une absence complète de menstruation. Un faible taux indique une infertilité possible due à l'absence d'ovulation et à une hypoplasie des organes génitaux. En l'absence de FSH chez la femme, les glandes mammaires sont peu développées et la libido diminue. Le ratio LH / FSH est un indicateur important. Chez les filles, il est 1, chez les femmes en âge de procréer, ce chiffre atteint 1,5-2, avec la ménopause, il diminue à 0,7.

La prolactine. Influence la formation de signes de genre, intervient dans la régulation du métabolisme et du taux de vieillissement de l'organisme. Cette substance est responsable de l'état des glandes mammaires, stimule la production de lait maternel après l'accouchement. Pendant la grossesse, il est produit non seulement dans l'hypophyse, mais également dans l'endomètre de l'utérus. En supprimant la production d'œstrogènes, de progestérone et de FSH, la prolactine empêche la maturation de nouveaux œufs et réduit les risques de conception.

Une diminution du niveau de cette substance se produit en cas de pathologies de la grossesse et de l'infertilité. C'est souvent la cause d'une faible production de lait maternel. L'excès de contenu en prolactine, s'il n'est pas associé au début de la grossesse, est un symptôme des maladies tumorales de l'hypophyse, les glandes mammaires.

Vidéo: L'intérêt des tests de FSH, de LH et d'hormones sexuelles

Hormones sexuelles

L'œstrogène Principalement produite dans les ovaires, ainsi qu'en petites quantités dans le cortex surrénal, le placenta et le tissu adipeux. Ce sont les niveaux élevés d’œstrogènes dans le corps de la femme par rapport à celui de l’homme qui entraînent l’apparition de signes extérieurs caractéristiques, l’apparition du désir sexuel, l’instinct maternel. Les déviations par rapport à la norme sont à l’origine de nombreuses maladies féminines (tumeurs, kystes, endométriose) et de l’infertilité. Les représentants les plus actifs de ce groupe sont l’œstradiol et l’estrone (ils sont principalement produits pendant la grossesse).

Progestérone Responsable des processus de la deuxième phase du cycle menstruel, lorsque l'ovule fécondé est fixé dans l'utérus, où sont créées les conditions nécessaires à la conservation et au développement de l'embryon. Un taux élevé de progestérone peut indiquer une tumeur ovarienne. Pendant la grossesse, le contenu de cette substance dans le sang est augmenté. Mais trop d'excès de la norme est une pathologie, ce qui peut indiquer la survenue d'une mise bas.

La testostérone. Cette "hormone mâle" est produite en petite quantité chez les femmes des ovaires et des glandes surrénales. Les œstrogènes en sont produits. Sa présence dans le corps féminin influe sur la formation de traits tels que la confiance en soi, l'entreprise. Un excès significatif de la norme entraîne l'apparition de l'apparence masculine d'une femme, son incapacité à avoir des enfants et ses troubles mentaux.

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

La laryngite est une maladie associée à une inflammation du larynx et de la partie supérieure de la trachée. Cela se produit généralement à la suite d'une hypothermie, avec l'ajout d'infections respiratoires virales.

Yodomarin ® 100Numéro d'enregistrement: P N013943 / 01 du 18/07/2007
Nom commercial: Iodomarin ® 100
Dénomination commune internationale ou nom de groupe: Iodure de potassium
Forme de dosage: comprimés de 0,1 mg

Le médicament, dont il est question dans l'article, a des propriétés ambiguës et doit donc être utilisé avec prudence, notamment en matière de perte de poids.