Principal / Kyste

Cortisol dans la salive

L'analyse de la salive pour le cortisol est généralement utilisée en combinaison avec d'autres tests de diagnostic: le niveau d'ACTH (hormone corticotrope) dans le sang, la concentration de cortisol dans le sang et l'urine. Ces études fournissent une image complète et fiable de l’état des glandes surrénales et de l’hypophyse, et vous permettent également d’identifier certaines maladies systémiques, troubles endocriniens et tumeurs.

Informations générales

Le cortisol (une hormone de stress) est une substance produite dans le cortex surrénalien. Au départ, c'est sa forme libre. Ensuite, la majeure partie (environ 90%) pénètre dans la circulation sanguine et se lie aux protéines plasmatiques: transcortines et albumine. Cela forme le cortisol associé. La partie restante est filtrée par les reins, débarrassée des protéines et excrétée de l'organisme par l'urine. La salive ne contient que du cortisol libre, car les cellules des glandes salivaires ne laissent pas passer la forme liée de l'hormone.

Le cortisol remplit plusieurs fonctions importantes dans le corps:

  • régule la poussée d'adrénaline;
  • stabilise la réponse du corps au stress;
  • normalise le métabolisme du glucose;
  • augmente le ton des parois des vaisseaux sanguins;
  • active la réponse immunitaire.

Indications pour l'analyse

Les raisons pour vérifier le niveau de cortisol dans la salive peuvent être:

  • surpoids / obésité;
  • hypertension artérielle;
  • vergetures rouges et violettes (vergetures) sur le corps dans l'abdomen;
  • taux de sucre élevé;
  • myopathie;
  • pathologie du système osseux;
  • tendance aux hématomes et aux hémorragies cutanées;
  • NMC (troubles menstruels);
  • pletora (pléthore, augmentation du volume sanguin), etc.

Toutes ces conditions peuvent indiquer une maladie d'Itsenko-Cushing, dont le symptôme principal est le dysfonctionnement surrénalien.

En outre, une indication pour l'analyse peut être une suspicion d'une tumeur hormono-inactive dans les glandes surrénales (incidentalomes bénins ou malins). En outre, le niveau de cortisol dans la salive est également mesuré pour surveiller l'efficacité du traitement hormonal substitutif.

Comment identifier le cortisol sans stress, ou tout sur l'analyse de cette hormone

Le cortisol est l'un des stéroïdes les plus importants du corps humain. Il affecte la masse des processus métaboliques et fournit une adaptation active aux facteurs de stress soudains. Cependant, peu de gens y pensent alors que leur quantité se situe dans la plage normale, mais il peut arriver que le besoin de prendre du cortisol devienne désagréable, du fait que l'action de cette substance s'est retournée contre son propre organisme.

La production de cette hormone est engagée dans la couche corticale des glandes surrénales, situées sur les pôles supérieurs des reins, qu'il n'est en principe pas difficile de deviner de leur nom. Superviser la production de la quantité nécessaire de cortisol en ce moment (hydrocortisone ou hormone de stress) en même temps deux organes: l'hypothalamus et l'hypophyse.

L'hypothalamus, à l'aide d'une statine spécifique et de la libérine, envoie des informations sur les besoins du corps à l'hypophyse. C'est lui qui produit l'hormone corticotrope (ACTH), capable de stimuler directement les glandes surrénales, les forçant à travailler beaucoup plus activement. Si l'un des maillons de cette chaîne est violé, un syndrome d'hypercorticisme ou une insuffisance surrénalienne se développe. Et pour identifier cette maladie, il est nécessaire de prendre une analyse du cortisol. Dans le même temps, il existe différentes méthodes d'analyse. Vous pouvez donner du sang, de l'urine et même de la salive.

Syndrome d'hypercortisolisme - ensemble de symptômes et de changements pathologiques qui surviennent dans le corps humain sous l'influence de quantités excessives de cortisol dans le sang.

L’insuffisance surrénalienne (hypocorticisme) est un état pathologique aigu ou chronique du corps.

Quelles maladies sont caractérisées par des changements dans les niveaux de cortisol?

L'augmentation des formations d'origines et de localisations diverses conduit généralement à une augmentation du taux de cortisol: adénomes bénins et carcinomes malins des glandes surrénales, hypophyse, métastases du cancer d'autres organes (poumons, thyroïde, intestins, etc.). Une augmentation iatrogène de ce stéroïde est également possible après une utilisation prolongée de certains groupes de médicaments, par exemple des analogues du cortisol ou des contraceptifs oraux.

Une augmentation du cortisol en circulation est normalement observée chez les femmes enceintes.
Une hypercorticoïdie peut également être observée chez des patients présentant un profil non endocrinologique: chez des patients obèses, des troubles mentaux, des maladies du foie et certaines autres maladies des organes internes.

Une diminution du niveau d'hydrocortisone (autre nom du cortisol) peut se développer de manière aiguë ou avoir une évolution chronique prolongée. En tout état de cause, un certain nombre de maladies conduisant à un tel état pathologique: des lésions auto-immunes ou tuberculeuses de l'hypophyse, des anomalies génétiques rares ainsi que des lésions des glandes surrénales associées à une infection. Il est intéressant de noter que, étrangement, l'hypocorticisme peut également être le résultat d'un processus tumoral, une conséquence d'une surrénalectomie bilatérale, ou se développer après la prise de certains médicaments.

Quels tests doivent réussir?

Quand il devient nécessaire de faire des tests pour le cortisol, vous devriez suivre cette procédure aussi étroitement que possible. Cette hormone réagit très rapidement à tout stress, même léger, psycho-émotionnel ou physique. Ainsi, le jogging matinal derrière un bus ou même la procédure de prise de matériel à analyser, si le patient, par exemple, a peur du type de sang, peut entraîner une augmentation de la concentration de cortisol dans le sang en circulation. Par conséquent, il est très important qu'avant de faire le test de cortisol, une personne se sente à l'aise et calme.

Le cortisol a un certain rythme de production: le matin, il en produit beaucoup plus que le soir.

C’est en raison de la grande instabilité de cette hormone que l’exactitude des tests sanguins de cortisol est quelque peu limitée, ce qui a conduit à la mise au point rapide de méthodes alternatives pour la détection de la concentration de cette substance. Des données plus précises sont fournies par une analyse qui détecte le cortisol libre dans l'urine quotidienne (si vous comprenez bien, dans cette étude, vous devez uriner).

En raison de la moyenne de l'indicateur, de l'analyse instantanée du sang à l'analyse quotidienne moyenne de l'urine, l'effet des contraintes immédiates est nivelé sur la quantité d'analyte circulant dans le sang.

Pour réussir l’analyse du cortisol dans l’urine, vous devez trouver un récipient approprié d’un volume d’environ deux à trois litres dans lequel le matériel à analyser sera recueilli au cours de la journée. La première partie du matin, le jour de la collecte de l’analyse du cortisol dans l’urine, ne doit pas être utilisée, mais toute la fusion qui suit dans un vaisseau préparé. Le lendemain, après avoir ajouté la dernière portion d'urine (le matin, après avoir dormi), le contenu de la vaisselle est mélangé et environ 90 à 120 ml sont prélevés pour analyse dans un récipient spécial, qui devra ensuite être livré au laboratoire dans les deux heures.

Certains laboratoires recommandent d'ajouter de l'acide borique en tant qu'agent de conservation dans les assiettes pour la collecte du matériau, mais ce point devrait être clarifié avec les techniciens de laboratoire, car de nombreux systèmes de test n'en ont pas besoin.

Une analyse encore plus informative que la détermination du cortisol dans l'urine est l'étude de la salive. Le cortisol dans la salive est déterminé par deux méthodes et constitue le moyen le plus précis de déterminer la concentration de cette hormone. Une préparation spécifique n’est pas nécessaire, un autre avantage est qu’une telle analyse du cortisol dans la salive est plus facile pour les enfants, car elle leur causera moins d’émotions négatives que, par exemple, le prélèvement de sang. Après tout, il est beaucoup plus facile et surtout sans douleur de donner de la salive.

Avant de procéder à cette analyse, il est nécessaire de s'assurer qu'il n'y a pas de plaies saignantes sur la muqueuse buccale et les gencives, car cela pourrait affecter la fiabilité des résultats obtenus.

Tout test de cortisol, quel que soit le matériel biologique utilisé par le laboratoire, constitue un élément important du diagnostic. Par conséquent, si le patient prend des médicaments, il lui est fortement conseillé de consulter son médecin concernant les effets possibles de ces médicaments sur les résultats du test.

Performance normale

Les taux de cortisol, en fonction du matériel biologique utilisé, peuvent varier considérablement en fonction des systèmes de test utilisés dans chaque laboratoire. Ce tableau fournit des moyennes.

Cortisol dans la salive (en quantités)

L'analyse de la salive pour le cortisol est généralement utilisée en combinaison avec d'autres tests de diagnostic: le niveau d'ACTH (hormone corticotrope) dans le sang, la concentration de cortisol dans le sang et l'urine. Ces études fournissent une image complète et fiable de l’état des glandes surrénales et de l’hypophyse, et vous permettent également d’identifier certaines maladies systémiques, troubles endocriniens et tumeurs.
Le cortisol (une hormone de stress) est une substance produite dans le cortex surrénalien. Au départ, c'est sa forme libre. Ensuite, la majeure partie (environ 90%) pénètre dans la circulation sanguine et se lie aux protéines plasmatiques: transcortines et albumine. Cela forme le cortisol associé. La partie restante est filtrée par les reins, débarrassée des protéines et excrétée de l'organisme par l'urine. La salive ne contient que du cortisol libre, car les cellules des glandes salivaires ne laissent pas passer la forme liée de l'hormone.
Le cortisol remplit plusieurs fonctions importantes dans le corps:

  • régule la poussée d'adrénaline;
  • stabilise la réponse du corps au stress;
  • normalise le métabolisme du glucose;
  • augmente le ton des parois des vaisseaux sanguins;
  • active la réponse immunitaire.

Indications pour l'analyse
Les raisons pour vérifier le niveau de cortisol dans la salive peuvent être:

  • surpoids / obésité;
  • hypertension artérielle;
  • vergetures rouges et violettes (vergetures) sur le corps dans l'abdomen;
  • taux de sucre élevé;
  • myopathie;
  • pathologie du système osseux;
  • tendance aux hématomes et aux hémorragies cutanées;
  • NMC (troubles menstruels);
  • pletora (pléthore, augmentation du volume sanguin), etc.

Toutes ces conditions peuvent indiquer une maladie d'Itsenko-Cushing, dont le symptôme principal est le dysfonctionnement surrénalien.
En outre, une indication pour l'analyse peut être une suspicion d'une tumeur hormono-inactive dans les glandes surrénales (incidentalomes bénins ou malins). En outre, le niveau de cortisol dans la salive est également mesuré pour surveiller l'efficacité du traitement hormonal substitutif.
Dynamique du cortisol
Tous les jours

  • La concentration de cortisol dans le plasma, l'urine et la salive est soumise aux rythmes biologiques du corps humain. Le taux le plus élevé est enregistré autour de 8 heures et le plus petit - plus près de 23 heures.

Âge

  • La sécrétion de cortisol varie légèrement à mesure qu'elle mûrit. Le rythme quotidien normal est formé par 1 an de vie et finalement stabilisé par 3 ans.
  • De plus, de petits écarts dans les indicateurs peuvent être observés lors du changement de fuseau horaire.

Ce qui peut affecter les résultats de l'analyse (interférence):

  • L'utilisation de glucocorticoïdes (prednisone, dexaméthasone) et de mégestrol (agent hormonal antitumoral);
  • La grossesse;
  • Processus infectieux et inflammatoires dans la phase aiguë, exacerbation de pathologies chroniques;
  • Fumer, chiquer du tabac ou de la réglisse peu de temps avant la procédure;
  • Maladies somatiques (insuffisance rénale ou hépatique);
  • Accident vasculaire cérébral, crise cardiaque dans la période aiguë;
  • États terminaux;
  • Les cancers;
  • La présence d'impuretés sanguines dans la salive;
  • Consommation d'alcool et de drogues;
  • Anomalies mentales et névroses;
  • Perturbation du sommeil; Changement fréquent de fuseaux horaires.

Taux de cortisol réduit

  • dysfonctionnement ou insuffisance surrénalien;
  • La maladie d'Addison;
  • hypopituitarisme (violation / absence complète de la fonction hormonale de l'hypophyse), etc.

Augmentation de la concentration de cortisol

  • La maladie de Cushing;
  • Syndrome de Cushing, y compris pseudo-syndrome;
  • Tumeur produisant de l'ACTH;
  • stress prolongé ou dépression grave;
  • régime perturbé (régime strict, jeûne);
  • épuisement physique (entraînements exténuants, stress physique);
  • alcoolisme chronique.

1. Préparation à l'étude

  • Il n'est pas pratique de mener une étude sur l'utilisation de médicaments à base de glucocorticoïdes (y compris les pommades).
  • Sauf indication contraire du médecin traitant, le matériel de l'étude est collecté le soir (23h00 - 24h00).
  • La veille de l'échantillonnage doit exclure la consommation de boissons alcoolisées.
  • Ne pas manger, ne pas fumer, ne pas boire de liquide pendant une heure avant de recueillir la salive
  • Vous ne pouvez pas vous brosser les dents, y compris la soie dentaire, avant de recueillir la salive.
  • Enlevez le rouge à lèvres et les baumes des lèvres.
  • Vous devez vous reposer avant de collecter des échantillons de salive pendant une heure, car une activité physique intense ou une anxiété élevée augmentent les niveaux de cortisol.

2. Collecte de matériel.
Pour collecter le biomatériau, vous devez au préalable prendre un conteneur spécial dans l'une de nos salles de traitement.

  • Ouvrez le couvercle (fig. 1).
  • Avec les mains propres, retirez soigneusement le tampon (Fig. 2), placez-le dans la cavité buccale
  • Mâchez doucement un tampon pendant 2-3 minutes (pas moins, sinon la salive ne suffira pas) pour que le tampon trempe dans la salive (Fig. 3).
  • Replacez le tampon dans le tube (sans le toucher avec vos mains!) (Fig.4)
  • Fermer hermétiquement le tube. Indiquez dans l’éprouvette le moment du prélèvement.

Quelle est la définition du cortisol dans la salive?

L'analyse de la salive pour la concentration de cortisol ou de cortisol est une méthode importante pour le diagnostic de ces maladies par les glandes surrénales et l'hypophyse en tant que syndrome d'amortissement, ainsi que la maladie d'Addison et d'autres.

Quelle est cette substance

Il porte également une caractéristique comme une hormone de stress. Il est produit dans le cortex surrénalien et le pourcentage de sa teneur dans le sang et les résultats dans la salive sont étroitement liés à la substance hormonale de la glande pituitaire, comme l'actg. C'est lui qui influence un indicateur tel que la concentration de cortisol. Cependant, la concentration normale de cortisol dans le corps de chaque personne change en raison du développement de pathologies graves telles que le syndrome de coussing, avec la maladie d'Addison et d'autres.

Après la production de cortisol libre par le cortex surrénalien, il se retrouve presque entièrement dans le sang et se lie à l'albumine. En relation avec ceci, une telle forme est formée comme celle liée. La concentration restante (environ 10%) de cortisol libre est filtrée par les reins et aboutit dans les urines. Dans la salive, seul le cortisol libre peut être détecté. En raison du fait que les cellules des glandes ne peuvent pas manquer la forme liée des glandes surrénales hormonales.

La tâche du test est d’identifier le niveau de cortisol dans la salive et d’établir la présence de la maladie ou du syndrome, car la concentration normale de cortisol dans le plasma sanguin affecte la réponse immunitaire, est responsable de la quantité de glucose et participe à un grand nombre de réactions tout aussi importantes.

Indications pour l'analyse

Le cortisol contenu dans la salive doit être déterminé en cas de suspicion d'atteinte des glandes surrénales, ainsi que de suspicion d'une grande quantité de sécrétion d'actine. C'est la concentration de cette substance qui contrôle la production de l'hormone et le niveau de cortisol dans le corps même.

Dans le processus de perturbations de la part de la production de cette hormone, on peut observer le développement du syndrome d'amortissement, qui est généralement associé à la formation d'une tumeur dans la région du cortex surrénalien. La maladie de Cushing se caractérise par des violations de la sécrétion d'aktg, qui nuisent également au corps humain.

Les indications suivantes sont distinguées afin de déterminer le cortisol dans la salive:

  1. Chute de pression soudaine
  2. Le développement de l'obésité dans un court laps de temps
  3. L'apparition de vergetures sur ses bras, ventre violet
  4. Troubles chez les femmes du cycle menstruel
  5. Des changements brusques dans le pourcentage de glucose dans le sang, son apparition dans l'urine

Il existe un certain nombre de conditions dans lesquelles le niveau de cortisol ou la concentration de cortisol, comme la dexaméthasone, peut varier:

  1. Médicament hormonal
  2. Insuffisance hépatique et rénale
  3. La grossesse
  4. Affections infectieuses et chroniques aiguës
  5. Processus de la tumeur
  6. Changement de fuseau horaire
  7. Alcool, consommation de drogue
  8. Déficits nerveux et mentaux

Comment effectuer la procédure

Afin de déterminer le niveau correct de cortisol dans la salive, il est nécessaire de suivre les recommandations avant le test:

  1. le jour de l'analyse ne peut pas se brosser les dents
  2. pendant 1 jour, vous ne devriez pas manger d'aliments gras et épicés et pour 1 jour, il est important de ne pas boire d'alcool
  3. quelques heures avant d'analyser la salive, il est conseillé de ne pas s'inquiéter, de ne pas fumer, de ne rien manger ou boire (l'eau est permise)
  4. il est important d'essuyer les produits cosmétiques des lèvres avant de les tester

Règles de clôture pour déterminer la quantité de cortisol libre:

  1. Le moment où l'analyse est effectuée est d'une période de 1 heure - de 23 heures à 24 heures du soir (pendant cette période, la concentration de cortisol et la sécrétion de cortisol en amont sont les plus petites)
  2. La salive est recueillie dans un récipient spécial 1 écouvillon
  3. Sur l'éprouvette, il est important d'indiquer l'heure exacte de la collecte
  4. Habituellement, le contenu de l'hormone dans la salive est examiné 2 jours de suite.

Il est important d'examiner soigneusement la cavité buccale avant le prélèvement. Si des éléments inflammatoires sont détectés, la quantité de l'hormone n'est pas déterminée de cette manière. Cela pourrait fausser les résultats du test.

Cette analyse ne peut pas être remplacée par sa définition dans l'urine ou le plasma sanguin. Il est important de se souvenir et d'effectuer de tels tests pour diagnostiquer avec précision une maladie ou une pathologie du coussinet telle que le syndrome du coussinet.

Evaluation des résultats

Quel niveau du cortisol étudié et obtenu lors du test appartiendra à la variante de la norme:

  1. De 23 à 24 heures, le cortisol lui-même diminue également dans le plasma et dans l'urine et se situe généralement en dessous de 9,4 nmol par litre.
  2. Au cours de la journée, de 14h30 à 15h30, le taux de cortisol est également présent dans le sang et dans l’urine, il est généralement moyen - inférieur à 11,9 nmol par litre.
  3. Sa valeur la plus élevée également dans le sang et l'urine est observée le matin de 8 à 11 heures, et ses résultats sont inférieurs à 19,1 nmol par litre.

Les résultats de l'échantillon d'hormones (dexaméthasone, sécrétions importantes de cortisol) dépendent en grande partie de la méthode de diagnostic en laboratoire, de l'âge du patient ainsi que des conditions particulières que nous avons examinées ci-dessus.

Il est important que la concentration d'actg et de dexaméthasone, ainsi que de toute substance des glandes surrénales et de l'hypophyse, soit complètement subordonnée aux rythmes biologiques humains.

Et, si la valeur de l’hormone de stress ou de la dexaméthasone au cours de l’essai ne correspond pas à la norme, il faut alors assumer le développement d’une sécrétion insuffisante en raison de la tumeur ou d’une sécrétion excessive, à savoir:

  1. Une concentration accrue de cortisol indique des pathologies telles qu'un syndrome de coussinage ou une tumeur avec une augmentation de la sécrétion d'actine. En outre, le stade de sa production dans les glandes surrénales peut être augmenté en raison du stress, de l'alcoolisme, du jeûne
  2. Si la sécrétion de cortisol est insuffisante, son contenu sera réduit en conséquence, ce qui indique la possibilité de troubles tels que la maladie d'Addison, une diminution de la production d'actine en raison de lésions de l'hypophyse et d'une insuffisance du cortex surrénalien.

Communication avec l'hypophyse

Habituellement, l'actine est détectée simultanément à l'exécution d'un échantillon de la production d'hormone de stress dans le corps, qui est détectée dans le plasma. C'est un indicateur important de l'équilibre entre le travail du cortex surrénal et de l'hypophyse et l'identification de leur insuffisance.

  1. Si elle est élevée, cela indique une insuffisance du cortex surrénalien.
  2. Si la concentration d'aktg est réduite, des troubles de l'hypophyse (moins de 2,2 nmol par litre) peuvent apparaître.
  3. Pour le syndrome de Cushing, il est généralement typique de descendre en dessous de 1 nmol par litre.
  4. Et pour une condition comme la maladie de coussins, une augmentation de la synthèse d'actine est typique.
  5. Souvent, une augmentation du niveau de synthèse de cette substance dans le plasma indique une hyperplasie congénitale des surrénales.

La quantité de dexaméthasone dans le plasma est également importante pour le système hypophyso-surrénalien. Pour la dexaméthasone, la suppression d'actine est typique. Mais s'il existe un syndrome d'amortissement, aucune valeur de la dexaméthasone ne peut affecter les résultats de la sécrétion de cortisol.

Il est important de se rappeler que la concentration de cortisol dans la salive permet de révéler même les troubles les plus initiaux de la fonction des glandes surrénales et de l'hypophyse. Les valeurs de cette méthode de diagnostic sont très importantes et doivent être effectuées strictement au moment recommandé, en respectant toutes les caractéristiques de la préparation.

No. 1508, Cortisol, salive (Cortisol, Salive)

  • détermination du taux de cortisol libre dans l'urine quotidienne (voir test n ° 178 "Cortisol, urine quotidienne");
  • détermination du taux de cortisol libre dans la salive recueillie par le patient le soir (à 23h00);
  • petit test avec dexaméthasone.

L'interprétation des résultats de la recherche contient des informations pour le médecin traitant et ne constitue pas un diagnostic. Les informations contenues dans cette section ne peuvent pas être utilisées pour l'autodiagnostic et l'autotraitement. Le médecin établit un diagnostic précis, en utilisant à la fois les résultats de cet examen et les informations nécessaires provenant d'autres sources: anamnèse, résultats d'autres examens, etc.

Cortisol dans la salive

Chers patients! Le catalogue d’analyses est actuellement en train d’être rempli d’informations et contient loin de toutes les recherches effectuées par notre centre. Les branches du centre d'endocrinologie effectuent plus de 700 types de tests de laboratoire. Vous pouvez trouver leur liste complète ici.

Veuillez spécifier des informations sur le coût des services et la préparation pour l'analyse par téléphone (812) 344-0-344, +7 953 360 96 11. Lors de la prise de sang, veuillez considérer le coût de la prise d'un biomatériau.

Prêt pour inscription: 0 analyses

  • Code d'étude: 6359
  • Délai d'exécution: jusqu'à 7 jours
  • Analyse coûté 640 roubles.

Le cortisol est l'une des hormones du cortex surrénalien, le glucocorticoïde. Par structure chimique, on entend les stéroïdes. L'hormone est impliquée dans la régulation du métabolisme des protéines, des graisses et des glucides. La production de cortisol est contrôlée par l'hormone adrénocorticotrope (ACTH). Environ 75% de l'hormone se trouve dans le sang dans un état associé à une protéine spécifique, la globuline (transcortine). Le site de synthèse de la transcortine est le foie. Il existe également un lien faible entre l’albumine protéique et environ 10% de cortisol supplémentaire. L'hormone est métabolisée dans le foie, sa demi-vie est de 80 à 110 minutes. Du corps est enlevé avec de l'urine.

Une variété d'effets physiologiques de l'hormone. Ainsi, il joue un rôle important dans les réponses défensives au stress. Sur l'effet sur le métabolisme est une hormone catabolique. L'action sur le métabolisme du glucose est un antagoniste de l'insuline; l'hormone augmente les niveaux de glucose dans le sang en augmentant sa formation et en réduisant l'utilisation à la périphérie. Le cortisol réduit la synthèse et améliore la dégradation des graisses, contribuant ainsi à l'augmentation des taux de lipides et de cholestérol dans le sang. Il a une certaine activité minéralocorticoïde, cependant, en cas de production excessive, on note une rétention de sodium, un œdème et une diminution du taux de potassium dans le sang. Il y a un bilan de calcium négatif. Le cortisol potentialise l'effet vasoconstricteur d'un certain nombre d'autres hormones, contribue à augmenter la quantité d'urine sécrétée. Supprime le processus d'inflammation et réduit la sensibilité accrue du corps à divers agents, supprimant ainsi les liens cellulaires et humoraux du système immunitaire. Il a un effet stabilisant sur les membranes lysosomales. Aide à réduire le nombre d'éosinophiles et de lymphocytes dans le sang tout en augmentant le nombre d'autres éléments - les globules rouges, les neutrophiles et les plaquettes.

Le cortisol est caractérisé par un rythme sécrétoire quotidien. Ainsi, la libération maximale de l'hormone se situe dans la matinée (6-8) heures, le niveau minimum dans la soirée (20-21). Avec l'âge, la libération de cortisol varie légèrement. Pendant la grossesse, on observe une augmentation progressive de la concentration de l'hormone, qui est associée à une augmentation de la concentration de la transcortine: par exemple, une augmentation de 2 à 5 fois peut être détectée au cours des périodes ultérieures. Le rythme quotidien de la synthèse hormonale peut également être violé. Avec un arrêt partiel ou complet de la production de cortisol, il se produit une augmentation du contenu en hormone adrénocorticotrope et de la concentration totale en corticoïdes.

Quelques principes et caractéristiques de la technique

La détermination du cortisol dans la salive est un bon indicateur de taux d'hormones sans sérum ou biologiquement actifs. Le cortisol libre est capable de traverser les cellules acineuses présentes dans les glandes salivaires; il reflète la fraction biologiquement active de l'hormone dans le sang. L'étude du cortisol dans la salive présente un certain nombre d'avantages, à savoir: la technique est non invasive, ne prend que quelques minutes, est facilement réalisée par le patient, ne nécessite pas l'aide de personnel médical. Puisqu'un petit aliquot (environ 0,3-0,5 millilitre) peut être recueilli en seulement 8-10 minutes, la salive peut être plus bénéfique que l'urine ou le plasma pour les protocoles de contrôle dynamique à court terme (en particulier pour l'identification de l'hypercorticisme endogène).

À la veille de l'étude, le stress physique (sports, etc.) et le tabagisme sont arrêtés. La réception de médicaments du groupe des analogues synthétiques des glucocorticoïdes, ainsi que des contraceptifs oraux, des hormones sexuelles féminines et des opiacés cesse complètement. Concernant cet article, il est recommandé de consulter votre médecin à l’avance.

La veille de la remise du matériel, l’utilisation de l’alcool, sous n’importe laquelle de ses formes, cesse Pendant 30 minutes avant la collecte de la salive ne peut pas manger, se brosser les dents, boire des boissons (sauf pour l'eau claire et pure). Ce qui suit décrit l'un des schémas d'échantillonnage possibles, mais il est également nécessaire de clarifier les caractéristiques de la procédure en laboratoire.

1) Ouvrez le capuchon, mais ne tirez pas sur le tube contenant le coton-tige.

2) Placez le tampon dans la cavité buccale en inclinant progressivement le tube de manière à ce que le tampon tombe dans la bouche. Ne touchez pas le tampon avec vos mains!

3) Il est nécessaire de mâcher un coton-tige très soigneusement, en le déplaçant périodiquement dans la cavité buccale pendant 2-3 minutes (rien de moins - sinon, la salive ne sera peut-être pas suffisante pour être examinée) jusqu'à ce que le tampon soit saturé de salive. Après cela, il est nécessaire de mettre un tampon dans une éprouvette, en évitant également le contact des mains.

4) Fermez le tube et assurez-vous qu'il est bien fermé.

Après avoir recueilli la salive, vous devez placer le tube au réfrigérateur (mais pas au congélateur). Le matériel collecté doit être livré au laboratoire dans les 24 heures.

Seuls certains des processus, conditions et maladies dans lesquels le but de la nomination de cette analyse.

La détermination des niveaux de cortisol peut être réalisée avec des modifications osseuses systémiques (ostéoporose); faiblesse musculaire; Acné vulgaire chez l'adulte; croissance excessive des cheveux chez les femmes; troubles de la pigmentation de la peau; violation du cycle menstruel; hypertension artérielle; développement sexuel prématuré; dans le diagnostic de la maladie d'Itsenko-Cushing et d'Addison; dans le diagnostic de l'insuffisance surrénale primaire et secondaire.

Vous trouverez ci-dessous quelques-uns des processus, conditions et maladies possibles entraînant une augmentation ou une diminution du taux de cortisol. Il convient de rappeler qu’une augmentation ou une diminution d’un indicateur peut ne pas toujours constituer un critère suffisamment spécifique et suffisant pour permettre de tirer une conclusion. Les informations fournies ne servent en aucun cas à l'autodiagnostic et à l'autotraitement. Le diagnostic final n’est établi que par un médecin lorsqu’il combine les données obtenues avec les résultats d’autres méthodes de recherche.

Des taux élevés de cortisol peuvent être observés dans certaines tumeurs de l'hypophyse, les glandes surrénales; Syndrome d'Itsenko-Cushing; hyperplasie nodulaire de la glande surrénale; syndromes ectopiques d'hormone de libération de la corticotropine et d'ACTH; ovaires polykystiques; tout en affaiblissant ou en améliorant la fonction thyroïdienne; faible taux de glucose sanguin; l'obésité; SIDA (chez les adultes); la dépression; lésions hépatiques cirrhotiques; diabète (non compensé); prendre certains médicaments (par exemple, ACTH, cortisone, glucocorticoïdes, contraceptifs oraux, atropine et quelques autres).

Une diminution du taux de cortisol peut être observée avec une nette diminution du poids corporel; absence de fonction du cortex surrénal, de l'hypophyse ou de l'hypothalamus; Maladie d'Addison; après avoir pris des glucocorticoïdes; défaillance de la fonction thyroïdienne; insuffisance hépatique; prendre certains médicaments (par exemple, barbituriques, hormones, morphine, préparations à base de lithium, etc.).

Facteurs pouvant affecter le contenu de cortisol dans la salive

La présence de micro-saignements dans les gencives peut entraîner une augmentation du taux en raison de la pénétration de sang dans la salive.

Analyse de la salive pour le cortisol libre

Analyse de la salive pour le cortisol libre - une méthode de diagnostic en laboratoire des maladies des glandes surrénales.

Les glandes surrénales sont des organes du système endocrinien qui produisent l'adrénaline, la noradrénaline, le cortisol et un certain nombre d'autres hormones.

Le cortisol est une hormone qui régule le métabolisme, participe à la régulation des réactions de stress du corps, le sang étant dans un état lié. Sa sécrétion est stimulée par l'hormone adrénocorticotrope de l'hypophyse (ACTH). Les concentrations sanguines de cortisol sont maximales le matin et minimales à minuit. Le cortisol libre est excrété avec la salive, ce qui permet d’utiliser son analyse pour évaluer la fonction des glandes surrénales.

Une diminution de la sécrétion de cortisol est observée lorsque:

  • insuffisance surrénale
  • maladie addison
  • prendre des médicaments corticostéroïdes.

La production accrue de cortisol se produit lorsque:

L'analyse du cortisol dans la salive est plus pratique pour les patients et les médecins, ne nécessite pas de collecte de sang ni d'urine pendant la journée, peut être facilement réalisée à tout moment de la journée, lors des tests fonctionnels avec dexaméthasone ou ACTH. La norme pour le niveau de cortisol dans la salive dépend du moment de la journée:

  • dans la matinée, jusqu'à 6,9 ng / ml
  • dans l'après-midi - à 4,3 ng / ml
  • la nuit - 1,8 à 3,3 ng / ml.

Préparation à l'étude: il est nécessaire d'exclure l'alcool, le tabagisme, le stress, la consommation de nourriture et l'exercice physique la veille de l'analyse, car tous ces facteurs affectent le niveau de cortisol et peuvent en fausser les valeurs réelles.

Profil quotidien du cortisol dans la salive

Prix ​​3100 (pour 4 échantillons) p.

Profil de jour 4 échantillons: 1er - environ 9h00 (une heure après le réveil), 2ème - midi (12h00-13h00), 3ème - le soir (environ 18h00) 4ème - de nuit 23h00 - 01h00: 00

La veille de l'échantillonnage doit être exclue la consommation de boissons alcoolisées, l'augmentation de l'activité psycho-émotionnelle et physique (entraînement sportif). Ne pas manger, ne pas fumer, ne pas se brosser les dents une heure avant de recueillir la salive (exclure toute action causant un saignement des gencives). Dix minutes avant de recueillir la salive, rincez-vous la bouche avec de l'eau.
Procédure de collecte: Sans effort, stimulation (sans utiliser de gomme à mâcher), avant de manger, de boire et de se brosser les dents. Rincez-vous la bouche 10 minutes avant la procédure. Recueillir 3 à 4 ml de salive dans le tube propre signé. S'il existe des instructions spéciales du médecin traitant sur l'heure de la collecte, indiquez l'heure à laquelle la procédure est effectuée sur le tube.

Il est inacceptable de collecter une partie de la salive en plusieurs étapes.

Éliminez les particules de nourriture, les expectorations, le sang et le rouge à lèvres dans le tube.

Le matériel doit être livré au cabinet médical le jour de la collecte ou le lendemain matin.

S'il est impossible de livrer immédiatement au MO, le matériel peut être stocké à + 2... + 6 ° С dans les 24 heures.

Cortisol et androgènes surrénaux dans le sang

Dans le sang, le cortisol et les androgènes surrénaliens sont liés aux protéines plasmatiques.

La demi-vie du cortisol dans le plasma (60 à 90 minutes) dépend du degré de sa liaison aux protéines et de son taux métabolique.

Liaison aux protéines plasmatiques


Lorsque le cortisol et les androgènes surrénaliens pénètrent dans le sang, ils se lient aux protéines plasmatiques. Le cortisol interagit principalement avec la globuline se liant aux corticostéroïdes (KSG ou transcortine) et, dans une moindre mesure, avec l'albumine, alors que les androgènes - principalement avec l'albumine. Les stéroïdes associés sont biologiquement inactifs. Seule la fraction non liée, ou libre, est active. Les protéines plasmatiques protègent le cortisol de la pourriture et lissent les fluctuations brusques de son niveau avec des relargages occasionnels des glandes surrénales. Il n'y a pas de protéines de liaison dans la salive et le niveau de cortisol dans cette dernière reflète donc la concentration de sa forme libre dans le sang.

Cortisol libre et lié


En conditions basales, la part du cortisol libre dans le plasma représente environ 10%, la proportion associée à la KSH - environ 75% et le reste - la proportion associée à l'albumine. La concentration plasmatique de cortisol libre est d'environ 1 µg% et le niveau de cette hormone biologiquement active est régulé par l'ACTH.


Globuline liant les corticostéroïdes (CGC)
La KSG (poids moléculaire d'environ 50 000) est produite dans le foie et présente une forte affinité pour le cortisol. La KSG contenue dans 100 ml de plasma lie environ 25 µg de cortisol. Lorsque la concentration plasmatique totale en cortisol dépasse ce niveau, la concentration de sa forme libre augmente rapidement. Les autres stéroïdes endogènes n'affectent généralement pas la liaison du cortisol à la CSH. La progestérone constitue l'exception à la fin de la grossesse car elle peut prendre jusqu'à 25% des sites de liaison de la KSG. Les stéroïdes synthétiques (à l'exception de la prednisolone) ne sont pratiquement pas liés au CSG. Les œstrogènes augmentent les concentrations plasmatiques de KSG (observées pendant la grossesse ou la prise de contraceptifs oraux). Sa concentration augmente également avec l'hyperthyroïdie, le diabète sucré, certaines maladies du sang ou d'origine génétique. Une diminution du taux de CSH est caractéristique de son déficit familial, de son hypothyroïdie et de son déficit en protéines (maladie hépatique grave ou syndrome néphrotique).


Albumine
La capacité de l'albumine pour le cortisol est beaucoup plus grande, mais l'affinité est plus faible. Normalement, l'albumine lie environ 15% du cortisol présent dans le sang, mais dans les cas où la concentration totale de cortisol dépasse la capacité de liaison de la CCG, la proportion de cortisol associé à l'albumine augmente. L'albumine se lie activement aux glucocorticoïdes synthétiques (par exemple, environ 75% du dexamétoson plasmatique se trouve sous une forme associée à l'albumine).


Liaison aux androgènes
L'androstènedione, la DHEA et le sulfate de DHEA circulent dans le sang, étant liés à l'albumine par une liaison lâche. La testostérone interagit avec une autre globuline liant les hormones sexuelles (SHBG) avec une haute affinité.

Valeurs de laboratoire


Il existe des méthodes spécifiques pour la détermination du cortisol et des androgènes surrénaliens dans le plasma. L'activité du cortex surrénalien peut être jugée par le taux de corticoïdes dans l'urine (en particulier par l'excrétion quotidienne de cortisol). Des informations utiles donnent la détermination de la concentration d'ACTH dans le plasma. Les résultats de la détermination du niveau total d'hormones stéroïdiennes dans le plasma dépendent de la concentration en protéines de liaison. De plus, étant donné que les concentrations plasmatiques d’ACTH et d’hormones surrénaliennes varient considérablement tout au long de la journée, les résultats des dosages simples sont très peu fiables. Pour des informations de diagnostic plus précises, des tests dynamiques (de stimulation ou de suppression) sont habituellement utilisés, ainsi que des indicateurs du taux de sécrétion de cortisol.

Concentration plasmatique d'ACTH


Méthodes de détermination
La concentration plasmatique d'ACTH est un indicateur très précis de l'état du système hypophyso-surrénalien. Lorsque déterminé par une méthode immunométrique sensible, il se situe normalement entre 9 et 52 pg / ml (2 à 11,1 pmol / l).


D'interprétation
La détermination du niveau d’ACTH dans le plasma est le plus souvent effectuée pour déterminer la localisation de la principale cause du dysfonctionnement surrénalien.

  1. En cas d'insuffisance surrénalienne primaire, le taux d'ACTH est élevé et, en cas de pathologie de l'insuffisance hypophysaire et surrénalienne secondaire, son taux est «normal» ou n'atteint pas 10 pg / ml (2,2 pmol / l).
  2. Dans le syndrome de Cushing causé par des tumeurs produisant du cortisol surrénalien, une diminution du taux plasmatique d'ACTH en dessous de 5 pg / ml (1,1 pmol / l) a une valeur diagnostique, alors que dans le syndrome de Cushing (hypersécrétion d'ACTH), son taux plasmatique est normal ou élevé.
  3. Le taux plasmatique d'ACTH dans le plasma est généralement fortement augmenté chez les patients atteints du syndrome de sécrétion ectopique d'ACTH, bien qu'il soit également significativement élevé dans la maladie de Cushing. En outre, lors de l’utilisation de la méthode immunoradiométrique avec anticorps doubles (IRMA), la concentration d’ACTH dans de rares cas de ce syndrome est augmentée dans une moindre mesure, car cette méthode ne permet pas de déterminer les précurseurs de poids moléculaire élevé de l’ACTH.
  4. Les taux plasmatiques d'ACTH augmentent considérablement chez les patients présentant des formes courantes d'hyperplasie surrénalienne congénitale, utilisés pour diagnostiquer ces troubles et surveiller leur traitement.

Concentration de cortisol plasmatique


Méthodes de détermination
Les niveaux de cortisol plasmatique sont le plus souvent déterminés par des méthodes de dosage radioimmunologique (RIA) ou par chromatographie liquide à haute performance (HPLC). Ces méthodes dans le plasma sont déterminées par le cortisol total (lié et libre). La salive ne contient que du cortisol libre et l'analyse de la salive vous permet d'estimer de manière simple et fiable la concentration de la forme libre de cette hormone.
Le principe de RIA est d'inhiber la liaison du cortisol marqué aux anticorps anti-cortisol présents dans l'échantillon plasmatique. La sensibilité des méthodes modernes d'AIR permet l'utilisation de petites quantités de plasma. En outre, les antisérums actuellement utilisés n'interagissent presque pas avec d'autres stéroïdes endogènes, et les résultats de l'AIR reflètent donc fidèlement la teneur en cortisol total dans le plasma. Les anticorps utilisés peuvent interagir avec certains glucocorticoïdes synthétiques (par exemple, la prednisone), mais d'autres médicaments largement utilisés n'affectent pas les résultats de telles définitions.


D'interprétation
Les déterminations simples de la concentration plasmatique de cortisol sont dépourvues de signification diagnostique, car le cortisol est sécrété sporadiquement et, en outre, son niveau augmente en présence de tout stress. Des informations plus fiables sont obtenues grâce à des tests dynamiques de l'état du système HPA.

  1. Performance normale. Les taux plasmatiques normaux de cortisol dépendent de la méthode de détermination. Selon les données RIA, la teneur en cortisol à 8 heures du matin est comprise entre 3 et 20 µg% (80-550 nmol / l), soit en moyenne de 10-12 µg% (275,9 à 331,1 nmol / l). En fin de journée, ces valeurs sont réduites et à 4 heures de l'après-midi, environ la moitié de la matinée. Dans la plage allant de 22 heures à 2 heures du matin, la concentration de cortisol est généralement inférieure à 3 µg% (80 nmol / l). Le niveau de cortisol dans la salive à minuit est inférieur à 0,15 μg% (4 nmol / l).
  2. Niveaux pendant le stress. La sécrétion de cortisol augmente avec diverses maladies, pendant la chirurgie et lors de blessures. Dans ces conditions, la concentration plasmatique en cortisol peut atteindre 40 à 60 μg% (1100-1655 nmol / l).
  3. Augmentation de la concentration en œstrogènes. Le niveau de cortisol total dans le plasma augmente avec l'augmentation de la capacité de liaison du CSG, qui survient le plus souvent dans des conditions de taux élevés d'œstrogènes dans le sang (par exemple, pendant la grossesse ou l'utilisation d'œstrogènes exogènes ou de contraceptifs oraux). La concentration de cortisol dans de tels cas peut être 2 à 3 fois supérieure à la normale.
  4. Autres états. Le contenu de KSG peut varier dans d'autres conditions. La concentration de cortisol total augmente avec l'anxiété et la dépression, pendant le jeûne, l'anorexie mentale, l'alcoolisme et l'insuffisance rénale chronique.

Cortisol tardif dans la salive

Chez la plupart des patients atteints du syndrome de Cushing, le rythme quotidien de la sécrétion de cortisol est altéré et son niveau (contrairement à la norme) ne diminue pas entre 11 et 12 heures la nuit. Cela peut perturber le sommeil et causer des problèmes psychologiques. Le cortisol plasmatique élevé à minuit (chez les personnes qui dorment) distingue le syndrome de Cushing non seulement de la norme, mais également de conditions telles que la dépression ou l'alcoolisme. Selon une étude, une concentration sérique de cortisol à minuit supérieure à 5,2 µg% (140 nmol / l) permet de diagnostiquer le syndrome de Cushing avec une sensibilité de 100% et une spécificité de 77%. Cependant, de telles déterminations sont difficiles et de nombreux cliniciens préfèrent diagnostiquer le syndrome de Cushing par le niveau de cortisol dans la salive la nuit. Le contenu de cortisol dans la salive est en équilibre avec le taux de cortisol libre dans le sang, ne dépend pas de la quantité de salive et reste stable pendant plusieurs jours.
Avec l'aide de divers appareils, la salive est facile à recueillir à la maison. Des études récentes ont montré que des niveaux élevés de cortisol dans la salive la nuit sont un signe fiable du syndrome de Cushing. La sensibilité et la spécificité de cet indicateur dépassent 90%, et de telles définitions peuvent constituer le moyen le plus simple et le plus efficace de dépister les patients présentant une suspicion d'hypercortisolémie. Les valeurs de référence de la concentration de cortisol dans la salive dépendent de la méthode de détermination.

Corticostéroïdes dans l'urine


Cortisol gratuit

  1. Méthodes de détermination. La détermination de l'excrétion de cortisol libre dans l'urine est une méthode fiable pour le diagnostic du syndrome de Cushing. Normalement, le cortisol libre dans l'urine représente moins de 1% de l'hormone sécrétée. Cependant, avec sa sécrétion excessive, la concentration de cortisol dépasse la capacité de liaison de la CSH, le niveau d'hormone libre dans le plasma et son excrétion avec l'urine augmentent. La teneur en cortisol libre est déterminée dans des échantillons d'urine quotidiens par HPLC, RIA et, plus récemment, par chromatographie en phase gazeuse / spectroscopie de masse.
  2. Performance normale. Actuellement, la méthode la plus spécifique pour déterminer le cortisol urinaire est la HPLC. Le taux normal de cortisol libre, déterminé par cette méthode, varie de 5 à 50 µg (14-135 nmol) par jour. Lors de l'utilisation de méthodes RIA, la teneur normale en cortisol dans l'urine est de 20 à 90 µg (50 à 250 nmol) par jour.
  3. Signification diagnostique. L'analyse d'urine nous permet de distinguer l'obésité simple du syndrome de Cushing, car le contenu de cortisol libre dans l'urine (contrairement aux 17-hydroxy-corticostéroïdes) n'augmente pas avec l'obésité. Le niveau de cortisol dans l'urine augmente dans les mêmes conditions que son contenu plasmatique et peut augmenter légèrement pendant la grossesse. En cas d'insuffisance surrénalienne, cette méthode d'évaluation de la sécrétion de cortisol n'est pas utilisée, à la fois en raison de la faible sensibilité de ces méthodes et du fait que la faible excrétion de cortisol est caractéristique de nombreuses personnes en bonne santé.


17-hydroxycorticoïdes
Actuellement, la détermination de l'excrétion de ces composés dans l'urine a perdu de son importance, car il est devenu possible de déterminer les niveaux de cortisol plasmatique et de cortisol libre dans l'urine.

Tests suppressifs à la dexaméthasone


Dosage à faible dose
Avec ce test, vous pouvez rejeter ou confirmer le diagnostic de syndrome de Cushing, quelle que soit sa cause. En règle générale, la dexaméthasone, un glucocorticoïde actif, inhibe la sécrétion hypophysaire d’ACTH, ce qui entraîne une chute des taux de glucocorticoïdes dans le plasma et l’urine. Ceci vérifie la sécurité du mécanisme de retour d'information dans le système GGN. Dans le syndrome de Cushing, ce mécanisme est perturbé et la sécrétion de stéroïdes lors de l'introduction de la dexaméthasone n'est pas réduite. La dexaméthasone aux doses utilisées n’interfère pas avec la détermination du cortisol dans le plasma et l’urine.
Pour le dépistage des patients atteints du syndrome de Cushing, un test de nuit est généralement effectué avec 1 mg de dexaméthasone. La dexaméthasone est administrée par voie orale à 23 heures et les taux de cortisol sont déterminés dans le plasma le lendemain matin. Si son niveau est inférieur à 1,8 mg% (50 nmol / l), le syndrome de Cushing sera probablement exclu. Si le niveau de cortisol dépasse 10 mg% (276 nmol / l), alors (en l'absence de raisons de résultats de test faussement positifs), cela indique la présence de ce syndrome. Dans ces cas, le diagnostic doit être confirmé par d'autres moyens. Les niveaux de cortisol entre 1,8 et 10 μg% ne sont pas informatifs.
Un dérangement de la réponse à la dexaméthasone est retrouvé chez 80 à 99% des patients atteints du syndrome de Cushing. Les résultats faussement négatifs de ce test sont plus fréquents dans l'hypercortisolémie légère, ainsi que dans les cas de retard de métabolisme de la dexaméthasone, lorsque sa concentration plasmatique dépasse celle attendue. Dans de tels cas, la teneur en dexaméthasone et de cortisol est déterminée simultanément dans le plasma.
Des résultats faussement positifs sont observés chez les patients hospitalisés et atteints de maladies chroniques ou aiguës, ainsi que dans les états dépressifs et anxieux, l'alcoolisme, les taux élevés d'œstrogène et d'urémie. Chez les patients prenant de la phénytoïne, des barbituriques et d'autres agents induisant la synthèse d'enzymes hépatiques microsomales, la dexaméthasone peut se décomposer plus rapidement et ne pas atteindre la concentration nécessaire pour réduire le niveau d'ACTH.


Échantillons à forte dose
De tels essais sont effectués pour distinguer la maladie de Cushing (hypersécrétion de ACTH par l'hypophyse) le syndrome de sécrétion ectopique de tumeurs ACTH et surrénales, puisque dans le premier cas, les doses superphysiologiques de dexaméthasone peut encore inhiber la sécrétion d'ACTH et le cortisol, alors que dans les tumeurs surrénales et, dans la plupart des cas, l'extra-utérine La sécrétion d'ACTH ne se produit pas. Malheureusement, des exceptions à cette règle sont souvent observées, ce qui nécessite une grande prudence lors de l'interprétation des résultats de tels échantillons.

  1. Essai court avec une forte dose de dexaméthasone. Pré-déterminez la concentration plasmatique initiale de cortisol dans la matinée. À 11 heures du soir, 8 mg de dexaméthasone sont administrés par voie orale et le taux de cortisol plasmatique est déterminé à 8 heures le lendemain matin. Avec la maladie de Cushing, la concentration plasmatique en cortisol est en principe deux fois plus basse que la valeur initiale, et avec le syndrome de sécrétion ectopique d’ACTH, elle ne diminue pas ou diminue beaucoup moins. La concentration plasmatique en cortisol ne diminue pas avec les tumeurs surrénaliennes qui sécrètent de manière autonome le cortisol. Dans ces cas, la sécrétion d'ACTH est initialement supprimée par un taux élevé de cortisol endogène et l'effet de la dexaméthasone ne se manifeste pas.
  2. Essai long avec une dose élevée de dexaméthasone. La dexaméthasone est ingérée à raison de 2 mg toutes les 6 heures pendant 2 jours. Avant et le deuxième jour après le début de l'administration de dexaméthasone, l'urine est collectée quotidiennement. Dans la maladie de Cushing, l'excrétion urinaire de cortisol est réduite de plus de 50%, tandis que pour les tumeurs surrénaliennes ou la sécrétion d'ACTH ectopique, elle reste presque au niveau initial. Cependant, chez certains patients atteints du syndrome de sécrétion ectopique d’ACTH, de fortes doses de dexaméthasone réduisent encore l’excrétion de cortisol et, dans certains cas, la maladie de Cushing, l’excrétion de cette hormone diminue beaucoup moins. La sensibilité diagnostique, la spécificité et la précision des résultats de cet échantillon ne sont que d'environ 80%. Il est possible d’accroître sa spécificité et sa précision en se concentrant non pas sur l’excrétion de cortisol, mais sur d’autres critères. Néanmoins, il devient de plus en plus évident qu'un échantillon contenant de fortes doses de dexaméthasone ne permet pas de distinguer avec certitude l'hypersécrétion hypophysaire de l'ACTH et de la non-hypophyse, quels que soient les critères d'évaluation de ses résultats.

Réserves hypophyso-surrénaliennes


La détermination des réserves d'hypophyse et de glandes surrénales permet d'évaluer la capacité du système GGN à faire face au stress. À cette fin, l'ACTH (qui stimule directement la sécrétion de corticostéroïdes), le métyrapone (qui inhibe la synthèse du cortisol et stimule de ce fait la sécrétion d'ACTH) ou l'insuline (qui provoque une hypoglycémie, stimule la sécrétion de CRH et, par conséquent, d'ACTH). Plus tard, l’ARK a commencé à être utilisé pour stimuler directement la sécrétion d’ACTH par les corticotrophes hypophysaires.


Échantillons avec ACTH

  1. Méthodes et performances normales. Un court test avec l'ACTH, qui permet d'évaluer la réponse aiguë des glandes surrénales à la stimulation, est réalisé pour diagnostiquer les insuffisances surrénales primaire et secondaire. On utilise de l’ACTH humain synthétique tétracosactide, ou 1-24. Le jeûne avant la panne est facultatif et peut être fait à tout moment de la journée. Après avoir déterminé le niveau initial de cortisol, on administre 0,25 mg de tétracosactide par voie intramusculaire ou intraveineuse et le contenu plasmatique en cortisol est déterminé 30 ou 60 minutes après l’injection. Puisque la concentration maximale d’ACTH dans l’échantillon dépasse 10 000 pg / ml, les résultats de cet échantillon reflètent la capacité sécrétoire maximale du cortex surrénal. L'augmentation maximale du taux de cortisol en 30 à 60 minutes devrait dépasser 18 à 20 µg% (497 à 552 nmol / l). Cette augmentation à la 30e minute est constante et ne dépend pas de la concentration basale de cortisol. De plus, cela ne dépend pas du fait que l’ACTH soit administré à une dose de 250, 5 ou même de 1 µg. Une augmentation du taux de cortisol en réponse à l'administration de 1 µg d'ACTH est un indicateur plus sensible de la fonction du cortex surrénalien et permet de choisir parmi les patients recevant une corticothérapie de longue durée que la réponse à 250 µg d'ACTH est normale mais affaiblie de 1 µg. Un échantillon contenant 1 µg d’ACTH est mieux toléré et semble être la méthode de choix en cas de suspicion d’insuffisance surrénalienne. Le dosage du cortisol dans la salive après l’administration d’ACTH est tout aussi informatif.
  2. Réaction réduite. Une faible réponse surrénalienne à la stimulation aiguë confirme le diagnostic d'insuffisance surrénalienne. En cas d'insuffisance primaire du cortex surrénalien, la sécrétion de cortisol est réduite et la sécrétion d'ACTH est augmentée. Par conséquent, les glandes surrénales sont initialement stimulées au maximum et l’administration d’ACTH exogène n’augmente pas la sécrétion de cortisol. En d'autres termes, dans ce cas, il y a une diminution des réserves de sécrétion des glandes surrénales. En cas d'insuffisance surrénale secondaire (due à un déficit en ACTH), les zones pucheuse et réticulaire de la substance corticale s'atrophient et ne répondent pratiquement pas à la stimulation aiguë de l'ACTH. Tant dans l'insuffisance primaire que secondaire du cortex surrénalien, leur réponse affaiblie à la stimulation aiguë de l'ACTH permet de prédire un affaiblissement de la réponse à l'hypoglycémie insulinique, aux métyrapons et au stress chirurgical.
  3. Réaction normale. Une réaction normale à une stimulation aiguë de l'ACTH élimine à la fois l'insuffisance surrénalienne primaire (puisqu'elle indique la préservation de la réserve de sécrétion de ces glandes) et l'insuffisance surrénalienne apparente secondaire (due à leur atrophie). Cependant, une réaction normale n'exclut pas un déficit partiel en ACTH (réduction de la réserve hypophysaire), car la sécrétion basale de cette hormone tropique peut être suffisante pour prévenir une atrophie des glandes surrénales, mais n'augmentera pas avec le stress. Dans de tels cas, les échantillons contenant de la métyrapone, une hypoglycémie à insuline ou une CRH sont indiqués.


Test au métirapone
Un test au métirapone est utilisé pour diagnostiquer une insuffisance surrénalienne et pour évaluer les réserves hypophyso-surrénaliennes. Le méthirapon bloque la synthèse du cortisol en inhibant la llp-hydroxylase, qui convertit le 11-désoxycortisol en cortisol. Cela stimule la sécrétion d'ACTH, ce qui augmente la sécrétion de 11-désoxycortisol et ses taux plasmatiques. Si vous soupçonnez une carence en ACTH hypophysaire, un test rapide avec de la dexaméthasone est généralement utilisé. Il est préférable de vérifier les soupçons d'insuffisance surrénalienne primaire à l'aide d'un court test avec l'ACTH. Normalement, au cours de l’essai nocturne avec la métyrapone, la concentration plasmatique de 11-désoxycortisol devrait dépasser 7 ng% (0,2 nmol / l) et la concentration d’ACTH - 100 pg / ml (22 pmol / l). Une réponse diminuée indique une insuffisance surrénale. Une réaction normale au métyrapone vous permet d’anticiper une réaction normale au stress et à l’hypoglycémie d’insuline.


Test avec hypoglycémie à l'insuline
Stress provoqué par l'hypoglycémie, accompagné de la libération de CRH, ce qui entraîne une augmentation de la sécrétion d'ACTH et de cortisol. Ainsi, à l’aide de ce test, l’intégrité fonctionnelle du système GGN et sa capacité à réagir au stress sont évaluées. Normalement, l'augmentation du cortisol plasmatique devrait dépasser 8 μg% (220 nmol / l) et sa concentration maximale - 18-20 μg% (497-552 nmol / l). Les taux plasmatiques d'ACTH en réponse à l'hypoglycémie augmentent généralement de plus de 100 pg / ml (22 pmol / L). La réaction normale du cortisol exclut l'insuffisance surrénalienne et une diminution des réserves hypophysaires d'ACTH. Cela signifie que les personnes ayant une réaction normale à l'hypoglycémie n'ont pas besoin de quantités supplémentaires de cortisol pendant une maladie ou une intervention chirurgicale.


Test avec KRG
La réponse de l'ACTH à la CRH est renforcée, avec une insuffisance primaire du cortex surrénal et absente pendant l'hypopituitarisme. Dans les processus pathologiques de l'hypothalamus, cette réaction peut être retardée. Le test CRG est également effectué pour déterminer la cause du syndrome de Cushing.


Androgènes
La sécrétion d'androgènes est généralement évaluée en fonction de leur niveau basal, car les tests de suppression et de stimulation donnent moins d'informations dans ce cas que pour les violations de la sécrétion de glucocorticoïdes. Il existe des méthodes de dosage de la DHEA, du sulfate de DHEA, de l'androstènedione, de la testostérone et de la dihydrotestostérone. Le niveau de testostérone libre dans le plasma reflète directement son activité biologique, mais les kits commerciaux permettant sa détermination ne donnent pas toujours des résultats suffisamment précis.

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

Le mot "hormone" est traduit par "excitant". Ce sont des substances produites par le système endocrinien, conçues pour contrôler le travail des organes internes et leurs secrets.

Le 14 novembre, les citoyens de tous les pays intéressés célèbrent la Journée mondiale du diabète. La fête a été créée par l'Organisation mondiale de la santé en coopération avec la Fédération internationale du diabète en 1991.

Les anticorps dans le sang (AT) sont produits en réponse à l’invasion de substances étrangères dans le corps. Ils sont formés à partir de lymphocytes comme réaction protectrice.