Principal / Hypophyse

Comment se comporte la progestérone pendant la grossesse? Que signifie son augmentation ou sa diminution?

Le déroulement et la préservation de la grossesse dépendent directement des niveaux hormonaux. Une déviation de la concentration de substances biologiquement importantes conduit à des anomalies fœtales, à un retard de gestation et à des menaces d'interruption. Si le taux de progestérone change pendant la grossesse, il devient perceptible au début de la période. Mais une telle condition peut être corrigée compte tenu du bon déroulement des examens et de la désignation des médicaments nécessaires.

Fonctions hormonales

L'effet de la progestérone sur le corps de la femme commence dans la seconde moitié du cycle menstruel. Il augmente la sécrétion de mucus dans les trompes de Fallope. C'est un terrain fertile pour un œuf fécondé en progression. La composition de cette substance tente de répéter les pharmaciens qui développent des milieux nutritifs pour les protocoles de FIV.

Les processus suivants se déroulent sous l'influence de la progestérone:

  1. Il y a une transformation sécrétoire de l'endomètre, le nombre de vaisseaux sanguins qui alimenteront le blastocyste après l'augmentation de l'implantation. L'hormone est capable d'inhiber l'activité contractile du myomètre. Cela est nécessaire pour préserver la grossesse et empêcher le rejet de l'embryon.
  2. Reconstruit l'épithélium du canal cervical. Il produit une grande quantité de mucus, ce qui ne permet pas la pénétration de microorganismes pathogènes.
  3. Au début de la grossesse, les lobes mammaires et les passages alvéolaires sont plus développés. La glande mammaire est préparée pour la sécrétion de lait.

La progestérone élevée pendant la grossesse a des manifestations désagréables:

  • augmentation des dépôts de graisse corporelle;
  • le liquide est retenu dans le corps, entraînant un œdème;
  • la peau grasse et la tendance à former de l'acné augmente;
  • l'immunité est affaiblie pour empêcher le rejet du fœtus par la mère;
  • la motilité intestinale est perturbée, entraînant le développement de la constipation;
  • les processus mentaux du cortex cérébral sont inhibés - ce phénomène est appelé encéphalopathie à la progestérone, qui se manifeste par une instabilité de l'humeur, des larmoiements, une perte de mémoire, de l'attention et d'autres troubles cognitifs qui surviennent après l'accouchement.

Indicateurs de taux

Après l'ovulation, la sécrétion de progestérone produit un corps jaune. Après la fécondation, une couche spéciale de cellules se forme dans l'embryon - le trophoblaste. Elle sécrète la gonadotrophine chorionique, qui stimule en outre le corps jaune, et améliore la sécrétion de l'hormone. À partir de la 8ème à la 9ème semaine de grossesse, le placenta en formation est impliqué dans le processus de sécrétion hormonale. La quantité principale de substance y est produite.

Le niveau de l'hormone varie au cours des semaines de gestation. Il augmente progressivement pour atteindre son maximum au moment de la naissance.

Les niveaux de progestérone peuvent varier en fonction des caractéristiques individuelles. Le tableau ci-dessous n'est pas la seule option standard. Différents laboratoires peuvent utiliser leurs propres méthodes de détermination des hormones, qui peuvent être calculées à l'aide d'autres indicateurs, par exemple, ng / ml sont utilisés.

L'analyse de décodage doit être effectuée par un obstétricien-gynécologue qui mène une grossesse. Il sera en mesure de corréler correctement les données de recherche, les plaintes des patients et les symptômes cliniques.

Diagnostic du niveau de progestérone

Les niveaux de progestérone pendant la grossesse peuvent être déterminés à l'aide de tests sanguins veineux.

La préparation de l'étude repose sur des principes généraux. La veille du diagnostic, vous devez abandonner les aliments gras, mais l’alcool est en tout cas contre-indiqué aux femmes enceintes. Le dernier repas ne devrait pas être plus tard que 20h00.

Un test sanguin pour la progestérone est strictement administré sur un estomac vide. Boire du thé, du café, du jus de fruit est également impossible. Il est permis de boire de l'eau non gazeuse avec une sensation de faim fortement aggravée. Il est déconseillé de fumer avant la collecte de sang pendant 2-3 heures.

Afin de ne pas fausser les résultats, avant de prendre l'analyse, ils arrêtent de prendre les médicaments pendant une journée. Si certains d’entre eux sont vitaux, vous devez en informer votre médecin.

Après le dernier repas, au moins 8-12 heures devraient passer. Mais il y a des situations où une femme ne peut pas réussir l'analyse le matin. Ensuite, vous devez attendre au moins 6 heures après avoir mangé. De l'alimentation ce jour-là, vous devez éliminer complètement les graisses. L'eau potable est autorisée.

L'analyse est prescrite pour certaines indications. Pendant la grossesse, il s'agit d'une évaluation de l'état du placenta à partir de la seconde moitié de la gestation et de la détermination du véritable fœtus pérenne.

Causes d'anomalie

Chez les femmes enceintes, le niveau de progestérone peut varier à la fois vers le haut et vers le bas. Les raisons de la diminution de la concentration sont variées. Aux premiers stades de son échec peut indiquer une violation de la fonction du corps jaune et du placenta.

Le manque d'hormone sera dans les conditions suivantes:

  • prééclampsie;
  • insuffisance placentaire;
  • pathologie des organes génitaux de la mère;
  • grossesse extra-utérine;
  • fruits congelés;
  • grossesse reportée.

Faible taux de progestérone au cours de la grossesse extra-utérine en raison des caractéristiques de la formation du fœtus. Normalement, le placenta en formation assume la fonction de sécrétion de cette substance. Si une implantation normale de l'embryon ne se produit pas, le système placentaire n'est pas formé, le corps jaune n'est pas en mesure de maintenir une concentration suffisante de l'hormone pendant une longue période. Ça diminue.

Le mécanisme d'avortement raté est similaire. La fin du développement fœtal entraîne un retard dans la formation du placenta.

Un excès de progestérone peut être causé par des vésicules, un choréocarcinome, une pathologie du développement du placenta, une dysfonction rénale, plusieurs fruits en développement et des médicaments hormonaux.

Conséquences de la modification des niveaux d'hormones

Bas taux

Les symptômes d'une carence en progestérone se manifestent par une violation du cours de la grossesse. Déjà au cours du premier trimestre, des signes d'interruption spontanée ou de menace d'avortement apparaissent. Une femme ressent une douleur lancinante dans le bas de l'abdomen, d'une intensité qui ressemble à des règles douloureuses. La douleur peut être donnée au sacrum. Parfois, la fixation de l'ovule au mur de l'utérus est brisée et son décollement partiel se produit. Dans le même temps de l'appareil génital apparaissent des taches de sang. Si le traitement commence à ce stade, l'enfant peut être sauvé.

En cas de correction insuffisante des antécédents hormonaux, la menace d'interruption de la gestation peut persister pendant toute la période de portage.

La grossesse extra-utérine est toujours accompagnée d'une réduction des niveaux de progestérone, mais les signes cliniques de cette affection apparaissent plus tôt. La grossesse tubaire interrompue est accompagnée d'une forte détérioration de l'état, les symptômes de l'abdomen aigu apparaissent.

Plus tard, une faible progestérone entraîne un retard dans le développement du fœtus, déterminé par l’échographie planifiée. En fonction du degré, la croissance de l'enfant est ralentie, la taille des organes internes diminue, il peut naître avec un poids faible.

Une progestérone faible est observée lorsque la période de gestation dépasse 42 semaines. Cette condition est défavorable, le placenta vieillissant cesse de fonctionner normalement, l'enfant ne reçoit pas la quantité nécessaire d'oxygène et de nutriments. L’état d’hypoxie se développe. En même temps, les sphincters anaux se détendent, le méconium pénètre dans le liquide amniotique. Il est avalé par le fœtus ou pénètre dans les poumons, ce qui entraîne le mauvais état de l’enfant après la naissance.

Avec une grossesse post-terme, les os du crâne commencent progressivement à s'ossifier, donnant naissance à travers le tractus génital naturel devient traumatisant pour l'enfant.

Haute performance

Des niveaux élevés de l'hormone peuvent parler des pathologies et conditions suivantes:

  • la formation de cloques est un résultat pathologique de la fécondation, dans laquelle le vagin du chorion se développe à l'intérieur de la membrane du trophoblaste, elles ressemblent à des bulles remplies de liquide, tandis que le niveau de progestérone devient progressivement supérieur à la norme;
  • grossesse multiple - une augmentation de la concentration est due au travail de deux placentas, qui synthétisent une hormone en double quantité;
  • une insuffisance rénale, qui s'accompagne d'une insuffisance rénale, réduit le métabolisme naturel de l'hormone.

Façons de corriger le fond hormonal

Comment augmenter la progestérone naturellement?

Les recettes folkloriques sont dans la plupart des cas inutiles. La régulation hormonale dépend de nombreux facteurs, et la réception des tisanes, des infusions et des décoctions uniquement ne permet pas d'exercer une influence appropriée. Ceci est un effet de distraction et un placebo pour ceux qui croient en l'efficacité du traitement.

Pour sauver le fœtus, vous devez entrer de la progestérone selon le schéma recommandé par votre médecin. Les principaux médicaments utilisés sont l'Utrogestan et le Duphaston.

Duphaston est un analogue synthétique de la progestérone humaine. Sa structure permet une absorption et une distribution rapides vers des sites contenant des récepteurs spécifiques. Il ne s'agit pas d'un dérivé de la testostérone, une hormone sexuelle masculine. Il ne contient donc pas les symptômes observés lors de l'utilisation d'autres médicaments de ce groupe.

Réduit le risque d'avortement, le développement de l'insuffisance placentaire. Les enfants dont les mères ont été traitées avec le médicament souffrent rarement d’insuffisance pondérale à la naissance; sur l’échelle Apgar, leurs taux sont proches du maximum.

Le médicament est pris par voie orale selon le régime, qui dépend de l'état de la femme enceinte. En cas de fausse couche menaçante, 40 mg est administré une fois par voie orale, après quoi ils passent à une dose d'entretien de 10 mg toutes les 8 heures jusqu'à la disparition des signes de menace de fausse couche.

Si une femme qui a eu une grossesse précédente a mis fin à un avortement spontané, il est alors prescrit à 10 mg de progestérone actuelle de maintenir 10 mg deux fois par jour pendant 20 semaines.

Il est fabriqué à base de matières premières végétales, se présente sous la forme de comprimés pour administration orale ou ponte dans le vagin. Les particularités de la composition d'Utrogestan permettent de supprimer l'activité de l'ocytocine et de soutenir la grossesse. Le médicament a des effets positifs sur la peau: réduire sa graisse et la formation d’acné. Les femmes traitées par Urozhestan ne prennent pas de poids.

Certaines personnes ressentent des effets secondaires tels que vertiges ou nausées, céphalée aiguë. Dans ce cas, la pilule pour administration orale est annulée et transférée aux formes intravaginales. Le médicament étant métabolisé activement dans le foie, il faut utiliser l'utrogestan pour l'insertion dans le vagin en raison des symptômes d'insuffisance hépatique.

Le dosage du médicament dépend de la condition individuelle. En cas de menace d'interruption, 400 à 600 mg sont administrés une fois, puis une dose d'entretien de 400 mg est administrée. Dans d'autres cas, la dose quotidienne est de 200 à 300 mg.

Le surdosage entraîne une somnolence grave, une faiblesse, des vertiges, un sentiment d’euphorie peut apparaître. Lorsque ces symptômes apparaissent, vous devez passer à la forme vaginale du médicament.

Les signes d’une carence ou d’un excès de progestérone sont souvent détectés à la suite de plaintes d’une femme enceinte. Les analyses sont une méthode supplémentaire qui confirme ou réfute les écarts par rapport à la norme. Le traitement médicamenteux doit être sous la supervision d'un médecin.

Pourquoi tester la progestérone pendant la grossesse, son décodage

Une analyse de la progestérone au cours de la grossesse est prescrite si le médecin le souhaite. Cette hormone est très importante pour le déroulement normal de la grossesse et sa conservation.

Beaucoup de femmes doivent tester la progestérone pendant la grossesse. Qu'est-ce que c'est pour l'analyse et pourquoi est-ce nécessaire? Comment le prendre et le déchiffrer?

Pourquoi avez-vous besoin de cette analyse?

L'analyse de la progestérone est très importante, elle aide à surveiller la santé du fœtus et de la femme enceinte. Il est administré non seulement pendant la grossesse, mais aussi lorsqu'une femme souhaite devenir mère, mais elle n'y parvient pas, même si l'ovulation est préservée, etc.

À propos de la progestérone

La progestérone est une hormone stéroïde, elle est présente dans le corps des hommes et des femmes, mais les premiers en ont très peu. On l'appelle généralement l'hormone de la grossesse, car elle détermine souvent si une femme peut ou non accoucher. C’est lui qui contribue à l’apparition de l’ovulation, aide à concevoir un enfant, puis élimine la possibilité d’une fausse couche.

Comment la progestérone affecte-t-elle exactement le développement fœtal? Cela dépend beaucoup de lui:

  1. Cela affecte la couche interne de l'utérus.
  2. Ne permet pas au corps féminin de rejeter l'oeuf.
  3. Prépare l'utérus de la femme au fait que l'enfant grandira dedans, l'aidant à grandir.
  4. Il agit en relâchant les muscles de l’utérus, c’est-à-dire cela réduit le risque de fausse couche.
  5. Influence les muscles du bassin, les prépare à l'accouchement, prépare les glandes mammaires à la production de lait.

Ce n'est pas tout. Cela dépend en grande partie du métabolisme, du travail du pancréas, etc.

Déviations de la norme

Comment et quand devrais-je effectuer ce test à la progestérone chez la femme enceinte? Ceci est décidé par le médecin. Examen de routine prescrit dans 2 moitié de la grossesse, pour évaluer l'état des femmes du placenta. Mais généralement, l'analyse est effectuée au cours du premier trimestre, s'il y a des anomalies, par exemple, il y a eu des complications de la grossesse, des fausses couches dans l'histoire. Il est nécessaire de faire ce test sanguin si la future mère porte à nouveau l’enfant, c’est-à-dire Le médecin peut le prescrire au troisième trimestre.

Mais parfois, une femme peut insister pour qu'elle analyse, si elle sent qu'elle a des problèmes de santé, lorsque les symptômes suivants apparaissent, on peut parler du manque de progestérone: elle a un vagin sec, une pigmentation de la peau, des pertes de charge constantes, des tourments de constipation et de météorisme, douleur dans le bas de l'abdomen (douleurs de traction), etc.

Une fois que ce test sanguin est prêt, vous pouvez évaluer ses résultats. Ils dépendent de savoir si une femme enceinte ou non. Si un peu de l'hormone est trouvée pendant la grossesse, le placenta est altéré, ou il s'agit d'une grossesse extra-utérine, le fœtus souffre d'un manque d'oxygène, son développement est retardé, etc.

Ce qu'il menace pendant la grossesse:

  1. Une femme peut perdre un bébé lorsqu'elle fait une fausse couche.
  2. On lui diagnostique un avortement manqué.
  3. Le fruit sera en retard dans le développement.
  4. Une femme enceinte aura la prééclampsie.
  5. Une femme donnera naissance à un enfant après le temps imparti.
  6. Elle a déjà commencé des processus inflammatoires qui ont affecté les organes génitaux internes.

Parfois, ces résultats peuvent être dus à la prise de certains médicaments. Par conséquent, avant de faire un test sanguin pour détecter les hormones, indiquez à votre médecin les médicaments que vous prenez.

Si les résultats sont différents, lorsqu'un test sanguin indique qu'il y a trop de progestérone, cela indique un certain nombre de maladies.

  • Le diabète sucré;
  • Problèmes rénaux et surrénaux;
  • Le placenta ne se développe pas correctement et mûrit;
  • Elle a un kyste au corps jaune.

Mais pas toujours un niveau élevé de progestérone parle de ces troubles. Il y a des cas où une femme attend des jumeaux ou des triplés, alors l'analyse de la progestérone montrera également que la quantité de l'hormone est dépassée. Parfois, cela est dû à la consommation de certains médicaments contenant un analogue de cette hormone.

Comment passer, décrypter

Comment passer cette analyse? Comme mentionné ci-dessus, il s'agit d'un test sanguin. En cas de risque de fausse couche pendant la grossesse, le médecin peut vous demander de faire ce test de progestérone régulièrement pour suivre la situation.

La préparation

Comment passer cette analyse? Aucune formation spéciale n'est requise. Comme tout test sanguin, il est administré l'estomac vide. Avant cela, vous ne pouvez pas prendre de médicaments hormonaux. Une femme ne peut pas être surmenée et nerveuse. Il est déconseillé de fumer peu de temps avant de passer le test d'hormones. Lorsque la grossesse est préférable d’abandonner cette habitude, mais que si cela n’a pas fonctionné, évitez de fumer avant la procédure, cela devrait prendre au moins 3 heures à partir du moment où vous avez fumé.

Norma

Comment déchiffrer ce test sanguin pour les hormones? Vous remarquerez peut-être que le niveau de progestérone devient progressivement croissant. Pour clarifier si vos résultats sont normaux, vous pouvez chez votre médecin. Mais si nous parlons de chiffres approximatifs, le décodage est approximativement le suivant:

  1. Premier trimestre: de 8,9 à 468,4 nmol / l;
  2. Deuxième trimestre: de 71,5 à 303,1 nmol / l;
  3. Le troisième trimestre: de 88,7 à 771,5 nmol / l.

Parfois, une unité de mesure différente, ng / ml, est utilisée, les chiffres peuvent alors différer considérablement.

Mais vous ne devez toujours pas évaluer leurs analyses par eux-mêmes. Cela devrait traiter avec un médecin. S'il y a des écarts par rapport à la norme, il prescrira le traitement nécessaire. Vous allez prendre des médicaments hormonaux. Mais le traitement n'est pas seulement un médicament, mais aussi du repos, une nutrition adéquate, l'observance du jour, etc. La future mère devrait prendre soin d’elle-même et elle pourra ensuite donner naissance à un enfant en bonne santé.

Analyse de la progestérone pendant la grossesse: transmission ou non de l'hormone à la grossesse

Le bon déroulement de la grossesse dépend en grande partie du fond hormonal de la femme, car certains écarts peuvent être la cause directe d’une interruption à différents moments. Les niveaux d'hormones sexuelles - œstrogènes, progestatifs, androgènes sont particulièrement importants. Quelle est la fonction de la progestérone pendant la grossesse? Est-il possible d'augmenter son niveau avec des drogues et quoi?

La progestérone détermine en grande partie les chances d’une femme de tomber enceinte. Ses valeurs normales sont nécessaires de manière urgente immédiatement après la conception et tout au long de la gestation. Pour déterminer le contenu exact dans le sang, vous pouvez utiliser des études spéciales. Et avec un manque de concentration, la correction est effectuée à l'aide de médicaments à base de progestérone: «Duphaston», «Utrozhestan», «Sustena».

Pourquoi est-ce nécessaire

La progestérone est une hormone sexuelle stéroïde. C’est l’un des régulateurs endocriniens les plus importants pendant la gestation et pour la formation du cycle menstruel. La majeure partie est synthétisée dans le corps jaune - site du follicule éclatant avec l'œuf, et une petite quantité se forme continuellement dans les glandes surrénales. À partir de 12 à 16 semaines de gestation, la progestérone synthétise le tissu du chorion.

La fonction de la progestérone commence même avant la conception. Il stimule la croissance de l'endomètre dans l'utérus, le préparant à la fécondation. Avec une progestérone réduite à ce stade, l'œuf fécondé ne peut tout simplement pas pénétrer dans la paroi de l'utérus.

Après la fécondation, l'hormone est responsable de ce qui suit.

  • Avertit la grossesse extra-utérine. Il stimule la formation de mucus spécial par les trompes de Fallope, source de nutrition pour l'ovule fécondé lors de son déplacement dans la cavité utérine. La même chose est nécessaire pour que l'œuf fécondé ne reste pas dans les trompes de Fallope plus longtemps que possible.
  • Protège contre le détachement. L'hormone est responsable de la stabilité de la couche interne de l'utérus et de l'endomètre lors de l'implantation de l'ovule et du développement ultérieur de l'embryon.
  • Stimule la croissance utérine. Au fur et à mesure que l'embryon se développe, la taille de l'utérus doit augmenter proportionnellement. Aux deuxième et troisième trimestres, cela se produit à un rythme très rapide. Cette hormone est responsable de la transformation particulière des fibres musculaires de l'utérus et de son augmentation de taille.
  • Détend les muscles lisses. Le myomètre - la couche musculaire de l'utérus - sous l'action de la progestérone diminue son activité motrice. Cela contribue à un portage réussi et à l'absence de tout symptôme de menace de fausse couche ou de naissance prématurée. L'hormone détend les muscles lisses, non de manière sélective, mais dans tout le corps. Un tel effet sur les intestins provoque une tendance à la constipation chez les femmes enceintes.
  • Influence la croissance et le développement du sein. Pendant la grossesse, les glandes mammaires subissent des modifications majeures en vue de la lactation ultérieure. Pour la croissance et le développement des canaux lactifères et des lobules, il est responsable avec d'autres hormones: la prolactine et l'œstrogène.

Les limites de la norme

Pour déterminer le niveau d'hormone à analyser, on prélève du sang veineux à jeun.
Si une femme envisage seulement une grossesse, il est préférable de déterminer le niveau de progestérone au cours de la deuxième phase, environ 10 jours après la libération de l'ovule par l'ovaire. En moyenne, il se situe entre 21 et 26 jours du cycle menstruel. Mais aujourd'hui, ces critères rigoureux pour la détermination de la progestérone ne sont pas toujours énoncés, il existe des normes pour chaque phase du cycle.

  • Phase folliculaire. C'est la période du premier au 12-14 jours du cycle menstruel. Le taux de progestérone est compris entre 0,31 et 2,31 nmol / l.
  • La période d'ovulation. Temps de 12 à 14-16 jours. Le taux de progestérone est compris entre 0,48 et 9,41 nmol / l.
  • Phase lutéale. C'est la deuxième phase, de 14 à 16 jours avant le début de la menstruation. À ce stade, le taux de progestérone le plus élevé est toujours observé pendant tout le cycle, car le corps jaune fonctionne sur l'ovaire.

Si la fécondation ne se produit pas, le niveau de progestérone diminue à nouveau. Si la conception a eu lieu - les valeurs commencent à croître à mesure que la durée de la grossesse augmente.

Après la conception, la progestérone peut être prise à tout moment. En fonction du temps, il aura différentes limites de la norme. Il n’est pas nécessaire d’identifier la progestérone de façon consécutive sur toutes les femmes enceintes, cela entraînera une prescription inutile de médicaments "pour un filet de sécurité".

Mais connaître le niveau de l'hormone est nécessaire dans les cas suivants:

  • s'il y a des signes de menace de fausse couche;
  • fausse couche;
  • avec infertilité;
  • après FIV.

Tableau - Hormone normale par semaine de gestation

Expression quantitative moins couramment utilisée en ng / ml. La proportion est la suivante: 1 ng / ml = 1 nmol / l * 0,288.

Ce qui indique une diminution des preuves

La détection de faibles niveaux de progestérone doit être corrigée avec des médicaments. De tels changements peuvent survenir dans les cas suivants.

  • Avec la menace de l'avortement. Le plus souvent, les femmes sont traitées avec les symptômes d'une menace (douleurs tiraillantes dans le bas de l'abdomen et dans le sacrum, avec saignements). L'absence de progestérone provoque le détachement de l'ovule. Cela peut en outre conduire à une fausse couche ou à un développement retardé du fœtus.
  • Avec une fonction insuffisante du corps jaune. Le plus souvent, les déterminations prophylactiques des taux de progestérone sont effectuées chez les femmes ayant des antécédents compliqués (infertilité, fausse couche), car l'une des causes possibles de pathologies est le faible taux de progestérone. À savoir, le corps jaune fournit les besoins en hormones pendant une période pouvant aller jusqu'à 12 semaines, après quoi le chorion lui-même commence à le produire.
  • Avec un travail insuffisant du placenta. Si, après 12 semaines, le chorion ne synthétise pas une «hormone de grossesse» en quantité suffisante, des problèmes peuvent également survenir - décollement du placenta, augmentation du tonus utérin. Cela peut provoquer un travail prématuré et d'autres complications.
  • À l'approche de l'accouchement. À la veille du début du travail, la progestérone élevée commence à tomber. C'est aussi une sorte d'incitation pour le début du travail.
  • Après la FIV. Les technologies de reproduction auxiliaires créent dans la plupart des cas un fond hormonal artificiel pour une grossesse réussie. Il est rarement possible de se passer d'hormones supplémentaires après la FIV. Parfois, même délibérément créé un excès de progestérone pour la fiabilité.

Est-il possible d'élever les valeurs des pilules et des injections

Aujourd'hui, il existe un grand nombre de médicaments contenant de la progestérone et ses analogues. Avec leur aide, vous pouvez ajuster les valeurs de l'hormone et ainsi augmenter les chances de succès de votre grossesse. Il existe différentes formes posologiques de progestérone. Certains d'entre eux sont préférables au début, d'autres après 20 semaines et plus. Des examens de femmes ayant dû prendre des médicaments à base de progestérone pendant la grossesse prouvent la grande efficacité et la fiabilité de ces médicaments sous diverses formes pharmacologiques.

  • Pour administration orale. Les formes de tablette - les plus populaires et les plus pratiques. Exemples de médicaments: "Duphaston", "Utrozhestan", "Susten". Il existe différents dosages et schémas thérapeutiques. En moyenne, la dose prophylactique est de 200 mg "Duphaston" (20 mg "Utrogestan"), le traitement peut atteindre 800 mg ou plus.
  • Pour la pose dans le vagin. Les comprimés vaginaux de la drogue est seulement dans la ligne "Utrozhestan." On pense que c'est la meilleure option avec augmentation du tonus utérin jusqu'à 32-34 semaines.
  • Pour application sur la peau. En plus des pilules, une hormone de grossesse peut être administrée sous forme de pommade. Il est généralement appliqué sur la poitrine, l'abdomen. Cette forme de médicament a un inconvénient - il est très difficile à doser. Il est donc utilisé en combinaison avec des pilules.
  • Injection. Quel est le but des injections? Il y a une solution d'huile de progestérone. On utilise beaucoup moins souvent les comprimés, le plus souvent à l'hôpital. Les indications sont identiques, comme pour toutes les autres formes.

Indications de prescrire des médicaments avec de la progestérone pendant la grossesse

L'utilisation de "l'hormone de grossesse" n'est possible que sur recommandation d'un médecin et uniquement selon le schéma spécifié. Les principales indications de nomination sont les suivantes:

  • la menace de fausse couche;
  • la menace d'une naissance prématurée;
  • détection de faibles valeurs de progestérone dans les analyses;
  • antécédents de fausse couche;
  • après FIV.

Les médicaments sont-ils sécuritaires?

Il n'y a pas de données fiables sur l'innocuité absolue des médicaments à base de progestérone pendant la grossesse. Selon la classification internationale du système FDA, ces médicaments appartiennent au groupe D. Cela signifie qu'il y a eu des cas d'effets négatifs sur le bébé. En particulier, les médicaments à base de progestérone peuvent provoquer une masculinisation du fœtus féminin (modifications hormonales de ceux-ci en androgènes).

En outre, certaines études indiquent que l'utilisation prolongée de progestérone peut affecter la fonction des ovaires chez les filles pendant leur puberté (augmentation du risque de maladie polykystique, dysfonctionnement, infertilité). Par conséquent, le rendez-vous doit être traité avec prudence et utiliser le médicament selon des indications strictes.

En prenant de la progestérone, les femmes peuvent également avoir des effets secondaires. Les plus courants sont les suivants:

  • nausée, vomissement;
  • vertiges, maux de tête;
  • abaisser la pression artérielle;
  • constipation

Ainsi, la progestérone est l'hormone la plus importante, sans laquelle un accouchement normal est impossible. Mais la menace de fausse couche ou de naissance prématurée ne réside pas toujours dans son faible niveau. Il est possible de déterminer si la progestérone est normale chez une femme à un moment précis de la grossesse ou non en passant un test sanguin. Et seulement après avoir pesé le pour et le contre, il est nécessaire de prendre de la drogue pendant la grossesse.

Progestérone pendant la grossesse: la norme par semaine

La progestérone est l'une des hormones féminines les plus importantes qui favorise la conception et la grossesse. Par conséquent, dans la prise en charge des femmes enceintes, les médecins accordent une attention particulière au niveau de progestérone dans le sang. Normalement, il est en croissance constante.

Qu'est ce que c'est

Le corps d'une femme en bonne santé est configuré pour concevoir et mener une grossesse. Ceci est démontré par le cycle menstruel, dans lequel différentes hormones sont produites qui affectent la maturation de l'œuf, l'attachement de l'ovule à la paroi de l'utérus et le développement du fœtus - jusqu'à la stimulation du travail.

L'une de ces hormones est la progestérone. Son nom de la langue latine est traduit par "supporter". Ce nom a été donné à cette hormone dans les années 30 du siècle dernier, lorsque l'étude de sa fonction dans le corps de la femme a été entreprise. C'est à ce moment-là qu'il a d'abord été attaché à la capacité de concevoir et de porter un enfant.

Le développement de la progestérone, une hormone stéroïde, commence immédiatement après la sortie de l'ovaire par l'œuf mature et se poursuit jusqu'au début de la menstruation, si la grossesse n'a pas eu lieu pour une raison quelconque. La progestérone peut également affecter le système nerveux central et, selon certaines études, en être synthétisée.

Ainsi, bien que l’hormone ait été découverte il y a plus de 80 ans, toutes ses fonctions n’ont pas été étudiées jusqu’à la fin. Mais aujourd'hui, on connaît exactement le rôle important de la progestérone dans la conception, la grossesse, l'accouchement et la lactation.

Comment cela affecte-t-il?

Dès que l'ovule commence à migrer de l'ovaire à l'utérus en passant par les trompes de Fallope, le corps jaune commence à produire de la progestérone. À partir de ce moment et jusqu'à l'implantation, cela prend plusieurs jours et parfois plus d'une semaine. Pendant ce temps, le niveau de l'hormone dans le sang est déjà suffisant pour assurer le fonctionnement normal de tous les organes impliqués dans ce processus.

La valeur de la progestérone pendant la grossesse est difficile à surestimer. Cette hormone contribue à faciliter la fixation de l'ovule sur l'endomètre, qui est tapissé de la cavité interne de l'utérus, et à prévenir la contraction spontanée des muscles de l'utérus, ce qui peut entraîner le rejet de l'embryon. Cela est dû au fait que la progestérone perturbe la transmission de l'excitation nerveuse entre les fibres musculaires.

Un œuf de fœtus contient un matériel génétiquement étranger. Par conséquent, le système immunitaire de la femme doit également être correctement réglé afin que le porteur de gènes étrangers ne soit pas rejeté. La progestérone est également responsable de cela.

En outre, le rôle de la progestérone tout au long de la grossesse est d’assurer la croissance de l’utérus proportionnellement au développement du fœtus, de préparer les glandes mammaires à la lactation future, durant lesquelles une quantité suffisante de lait maternel sera produite pour le nouveau-né et affecte les muscles pelviens de la femme pour assurer un écoulement normal activité générique.

La progestérone affecte également le fonctionnement d'autres organes internes de la future mère, y compris la vésicule biliaire, ce qui ralentit l'écoulement de la bile en raison de son effet relaxant. Cela non seulement gêne la femme, mais peut également être à l'origine du développement de la toxicose et de la maladie des calculs biliaires. La progestérone affecte également le système immunitaire, préparant le corps de la femme à recevoir l'ovule et le système nerveux central. C’est lui qui provoque le ralentissement du taux de réaction des femmes enceintes, la confusion, la somnolence et souvent l’incapacité de se concentrer. Cela permet à une femme de devenir résistante au stress et aux émotions fortes, ce qui contribue souvent à maintenir la grossesse.

La progestérone est responsable de l’accumulation de dépôts graisseux dans le corps de la femme, ainsi que de la production de sébum; ainsi, les femmes qui portent un enfant se rétablissent souvent, deviennent une peau et même des cheveux gras.

L’effet de la progestérone sur le corps de la femme pendant la grossesse se manifeste de manière assez large pour que l’on puisse dire que l’hormone ajuste avec précision le corps de la future mère afin de créer les conditions optimales pour le développement de l’enfant. En outre, la progestérone affecte la production d'hormones stéroïdiennes chez le fœtus et contribue également au développement de certains tissus de son corps.

En conséquence, les conséquences d'une synthèse insuffisante ou excessive de progestérone avant la conception, ainsi qu'à différents stades de la grossesse, peuvent être assez graves.

Les violations de la production d'hormones conduisent à un avortement ou au développement de diverses pathologies chez le foetus.

Norma

Pour contrôler le niveau de progestérone dans le sang d’une femme, on utilise des tableaux spéciaux dans lesquels les taux d'hormones sont indiqués pendant la grossesse ainsi que pendant les trimestres et les semaines précédant son apparition. Diverses unités sont utilisées pour mesurer le niveau d'hormone dans le sang, mais la plus courante est constituée de nanomoles par litre (nMol / l).

Certains laboratoires donnent les analyses dans d’autres unités, mais elles sont faciles à convertir en nmol / l à l’aide de tableaux spéciaux.

Pour réussir une grossesse, le taux de progestérone dans le sang des femmes en âge de procréer au cours de la phase folliculaire avant l’ovulation varie de 0,33 à 2,25 nM / l. Le jour de l’ovulation, le taux d’hormones passe de 0,45 à 9,45 nmol / L. Après l'ovulation, si la grossesse n'a pas eu lieu, la teneur en hormone diminue pour retrouver les valeurs de la phase pré-ovulatoire et, après le début de la grossesse, elle devrait se situer entre 6,9 ​​et 56,6 nMol / l.

Aux stades précoces - à 1, 2, 3, 4, 5 et 6 semaines d'obstétrique de la grossesse, la valeur de l'hormone dans le sang dans l'analyse de la femme augmente. Il est maintenant de 38,15 à 69 nmol / l. En outre, à 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13 et 14 semaines, son niveau atteint de 64,8 à 127,2 nM / L.

Plus la grossesse est longue, plus le taux de progestérone dans le sang de la future mère est élevé. Dans la période de 15 à 24 semaines, le niveau de l'hormone, même à la limite inférieure de la norme, passe à trois chiffres: de 124 à 247,1 nmol / l. Chez les femmes enceintes à 25–33 semaines, on détermine de 197,2 à 336,3 nMol / l dans le sang et, en fin de période - de 34 à 40 semaines, de 381,4 à 546 nMol / l. Par exemple, à 19-20 semaines, la norme correspondante sera de 121,7 à 187,8 121,7 à 187,8, nMol / l, à 21-22 semaines - de 140,6 à 220 nMol / l et à 31 –32 semaines - de 323,1 à 402,8.

Il existe également un tableau qui détermine le niveau de progestérone par trimestre de grossesse. Le premier trimestre dure jusqu'à la 14e semaine de grossesse. Les niveaux d'hormones à ce moment peuvent varier de 8,9 à 468,4 nM / l. Au deuxième trimestre, le niveau d'hormone augmente: de 71,5 à 303,1 nmol / l. Au troisième trimestre, qui dure 27 semaines avant l'accouchement, les valeurs normales de progestérone sont des données comprises entre 88,7 et 771,5 nmol / l.

Toutefois, au cours du premier mois de grossesse, le taux de progestérone dans le sang augmente lentement. De plus, toutes les femmes ne subissent pas d’examen préliminaire chez le médecin préparant leur grossesse et connaissent le niveau de l’hormone dans le sang avant l’apparition possible de la conception. Par conséquent, au cours du premier mois, le niveau de l'hormone HCG - gonadotrophine chorionique humaine est plus informatif. Cette hormone produit un ovule fécondé après son implantation dans l'utérus et sa concentration double tous les deux jours.

Il est beaucoup plus facile de suivre le début de la grossesse à l’aide du graphique de croissance hCG.

Bien entendu, la progestérone, l’hCG, ainsi que l’estradiol, une autre hormone «de gestation» importante pour la grossesse, sont produites par le corps de la femme dans une certaine proportion. Ainsi, les niveaux de progestérone et d'estradiol dépendent également de la concentration d'hCG dans le sang. Mais seul le médecin peut interpréter correctement les résultats du test, en fonction des données de l'examen précédent.

Pour déterminer l'apparition et le développement de la grossesse, il est préférable de passer un test sanguin de recherche de l'hCG. Il montrera non seulement sans équivoque que la grossesse est arrivée, mais également son développement, ainsi que la présence d'une grossesse multiple. Si le niveau de progestérone est vérifié, il est préférable de le faire à la fin du cycle, le 21, le 23 ou le 25e jour du cycle, soit environ une semaine avant le début attendu de la menstruation. Une analyse antérieure ne montrera pas de changements significatifs de la progestérone dans le sang.

Quand ça commence à fonctionner?

La progestérone produit un corps jaune - une glande temporaire qui apparaît après chaque ovulation. Alors que l'ovule se déplace de l'ovaire pour rejoindre le sperme, et dans le cas de la conception - l'ovule dans l'utérus, le corps jaune continue à produire de la progestérone.

Si, pour une raison quelconque, la grossesse n’est pas arrivée, le corps jaune est absorbé et le taux de progestérone dans le sang de la femme diminue. Mais si l'œuf fécondé a été implanté avec succès dans la paroi utérine et que le développement de l'embryon a commencé, puis du fœtus, le corps jaune reste. Au cours des 16 premières semaines de grossesse, cette glande produit de la progestérone, dont le taux dans le sang de la femme augmente.

Après 16 à 17 semaines, le placenta assume la fonction de synthèse de la progestérone. À ce stade, il est déjà complètement formé. Pour cette raison, la progestérone est parfois appelée hormone de grossesse. Il est impossible d'avoir un enfant sans son "aide": la grossesse est soit interrompue, soit l'enfant peut présenter des troubles du développement.

Dans le corps des hommes et des femmes non enceintes, la progestérone est également détectée par la progestérone, mais à une concentration beaucoup plus faible. Chez les hommes et les femmes en dehors de la période de gestation, il est produit par les glandes surrénales. Il existe également des preuves selon lesquelles il peut être isolé par des testicules masculins.

Le fait est que cette hormone, entre autres, remplit une autre fonction importante: elle favorise l’équilibre hormonal dans le corps, responsable de la synthèse d’autres hormones.

Symptômes de rejet

Malgré l'importance de la progestérone pour le développement normal de la grossesse, non seulement sa carence, mais également une surabondance peuvent nuire au bébé. De plus, détecter un excès ou une carence en progestérone peut aider non seulement à effectuer des tests, mais également à surveiller l'état général d'une femme enceinte. Bien que souvent, la femme ne ressent aucun changement et seules des analyses de sang de laboratoire peuvent montrer une diminution du niveau de l'hormone.

Les faibles niveaux de progestérone sont ajustés avec les hormones. Mais ils ne peuvent être utilisés que sur prescription d'un médecin, l'auto-traitement peut conduire à un surdosage et, par conséquent, à des problèmes pendant la grossesse.

Avec une augmentation du taux d'hormones dans le sang d'une femme enceinte, elle présente des signes tels que fatigue, apathie, déficience visuelle et même désorientation dans l'espace. Dans certains cas, le médecin peut décider de l'hospitalisation.

Analyse de la progestérone pendant la grossesse: la norme par semaine et les écarts sont dangereux

Le rôle principal dans la régulation de la deuxième phase du cycle menstruel appartient à la progestérone. Il prépare progressivement l'utérus, et avec lui tout le corps, à recevoir un oeuf fécondé. La progestérone pendant la grossesse augmente sa concentration plusieurs fois, ce qui entraîne une augmentation significative de son effet. Dans certains cas, le contrôle de l'hormone est requis, et selon les résultats de l'analyse - correction du niveau.

La progestérone est une hormone stéroïde dans la structure. Le cycle mensuel, le début de la grossesse et le développement embryonnaire sont sous son influence. Il est synthétisé à partir de cholestérol et est le précurseur d'autres stéroïdes:

La progestérone est impliquée dans le fonctionnement du cerveau en tant que neurostéroïde. À partir de cela, d'autres métabolites sont produits qui peuvent affecter divers types de récepteurs dans les tissus cérébraux (par exemple, le récepteur GABAA). Son activation entraîne une inhibition de la transmission de l'influx nerveux.

La progestérone pendant la grossesse: d'où vient-elle...

L'augmentation de la concentration en progestérone commence bien avant la conception. Chez la femme, l'hormone commence activement à être produite pendant la phase lutéale. Mais d'abord, le follicule doit mûrir dans les ovaires et l'ovulation se produit. Sous l'influence de l'hormone lutéinisante (LH), la synthèse de progestérone est stimulée dans les cellules folliculaires et la lutéine pigmentée s'accumule, ce qui transforme les résidus folliculaires en une glande endocrine temporaire - le corps jaune. Il augmente progressivement le taux de sécrétion, atteignant un maximum le septième jour après l'ovulation (ou le 21ème jour du cycle menstruel si sa durée est de 28 jours). Le destin dépend de la survenue d'une grossesse.

  • La conception n'a pas eu lieu. La sécrétion de LH ne suffit pas pour maintenir une concentration constamment élevée de progestérone, et aucun autre mécanisme ne se forme. Par conséquent, peu à peu, le corps jaune régresse, devenant blanc - une cicatrice discrète à la surface de l'ovaire. La progestérone ne supporte pas l'endomètre, donc la menstruation se produit.
  • La conception est arrivée. Après quelques jours, l'embryon forme un organe hormonalement actif, le trophoblaste, qui commence à sécréter de l'hCG. C'est une hormone dont la structure est très proche de celle de la LH, mais qui a un effet plus long. Par conséquent, il y a une stimulation accrue du corps jaune, la progestérone est produite activement. Le fer ne régresse pas mais continue son travail. Les niveaux de progestérone continuent d'augmenter. La fonction du corps jaune sera maintenue jusqu'à la formation du placenta. Ensuite, elle assumera le rôle de source de progestérone.

... et ce qu'il faut

Les effets biologiques de la progestérone dépendent du moment de la vie de la femme. Avant la grossesse, ses fonctions sont les suivantes.

  • L'utérus Augmente la croissance des glandes et des microvaisseaux dans l'endomètre, prépare la muqueuse à l'implantation. Réduit la contractilité du myomètre pour empêcher l'expulsion de l'embryon.
  • Trompes de Fallope. Il augmente la sécrétion de mucus, qui sert de terrain fertile à l'embryon lorsqu'il se déplace dans la cavité utérine.
  • Les glandes mammaires. Stimule la croissance des lobules du sein et des passages alvéolaires. Dans le même temps, la progestérone inhibe l'activité de la prolactine et ne permet pas la sécrétion de lait.
  • Sperme La progestérone agit en tant que chimioattractant - une substance qui stimule le mouvement des cellules.

Pendant la grossesse, la progestérone élevée remplit les fonctions suivantes.

  • Immunité Réduit les réactions de défense locales pour assurer la sécurité de l'embryon, composé à 50% d'ADN étranger. Mais cela entraîne des effets négatifs - les femmes enceintes développent souvent une vaginite, une candidose du vagin.
  • L'utérus Le myomètre se détend, ce qui contribue au maintien de la grossesse, réduit le risque d'interruption spontanée due au tonus de l'utérus. Réduire la progestérone facilite le début du travail.
  • Les glandes mammaires. Stimule la croissance future des lobules du sein, la croissance des canaux et des alvéoles.

Changer la concentration de progestérone affecte même au stade précédant la grossesse. Une progestérone faible peut avoir les effets suivants:

  • cycle irrégulier;
  • saignements utérins dyscirculatoires;
  • les poches;
  • syndrome prémenstruel prononcé;
  • des difficultés avec le début de la grossesse.

Quand et comment diagnostiquer

Pour déterminer la concentration exacte de progestérone, vous pouvez utiliser un test sanguin. Avant la grossesse, une telle analyse est nécessaire pour diagnostiquer les causes d'infertilité ou d'insuffisance menstruelle. Au début, une telle étude est désignée en fonction d'indications. Par exemple, si vous soupçonnez que la baisse de progestérone est la cause de la menace d'interruption. Analyse plus informative dans la seconde moitié de la grossesse.

Tableau des normes

Une analyse de la progestérone au cours de la grossesse est prise le matin à jeun, tous les jours mais après le réveil, au moins deux heures devraient s'écouler. Pour le diagnostic utilisé immunoassay - la méthode la plus spécifique et précise pour déterminer l'hormone. Les indicateurs quantitatifs des résultats de la recherche dépendent du laboratoire: différents centres de recherche utilisent leurs unités de mesure. Ceux-ci peuvent être nmol / l ou ng / ml. Le taux de progestérone pendant la grossesse par semaine doit être déterminé en fonction de ces unités. Pour plus de commodité, vous pouvez utiliser le tableau suivant.

Tableau - Taux de progestérone par semaine de grossesse

Progestérone en début de grossesse

Le corps, même à ses débuts, est assez fort. Et pourtant, les conditions sont nécessaires à son développement. La progestérone pendant la grossesse dans les premiers stades est conçue pour les créer. Dans cette position, le rapport et le volume des hormones sont généralement très importants. Un déséquilibre dans ce domaine peut créer des conditions d'interruption de grossesse, augmenter le risque de pathologies fatales chez le fœtus, il est donc important de le surveiller et, en cas de dérangement, de le corriger.

Lire dans cet article.

Pourquoi ai-je besoin de progestérone: détails

La progestérone est une hormone stéroïde produite par le système endocrinien humain. Il est présent chez les femmes et les hommes, mais joue le rôle le plus important dans le processus de conception, dans la période de procréer. L'hormone est produite par le corps et en plus de la grossesse. Il participe au cycle en contribuant au remplacement de la couche obsolète de la cavité interne de la muqueuse utérine par une nouvelle. Les niveaux de progestérone en début de grossesse sont entièrement déterminés par le bon fonctionnement des ovaires. Ce sont ces organes qui produisent l'hormone. Sa tâche est d'éliminer l'activité excessive de l'utérus après la fixation de l'œuf fécondé. Lorsque le corps est réduit, il est rejeté et sorti.

La progestérone est «responsable» de:

  • attachement aux parois de l'utérus d'un oeuf fécondé;
  • prévention du rejet fœtal (prépare le système immunitaire de la femme à l'adoption d'une protéine présentant la structure génétique du père de l'enfant);
  • préparation des organes et des systèmes de la future mère pour le portage et l'accouchement;
  • forme l’endomètre de manière à devenir un lit fiable pour la fixation de l’ovule pendant une longue période, ce qui est très important au début de la grossesse, lorsque le fœtus est encore faible et sous-développé et que les organes subsidiaires ne sont pas formés;
  • la croissance des seins et leur préparation à l'allaitement;
  • stimulation de la croissance naturelle de l'utérus;
  • relaxation musculaire de l'utérus, empêchant sa contraction prématurée;
  • état du système nerveux d'une femme enceinte;
  • l'accumulation de graisse sous-cutanée chez une femme enceinte afin de fournir au fœtus les nutriments nécessaires.

Comment la progestérone est-elle déterminée?

La quantité d '"hormone de grossesse" est facile à déterminer en analysant le sang de la future mère. Aux stades précoces, le diagnostic n'est posé que s'il existe des preuves (par exemple, il existe des maladies chroniques des organes génitaux, des fausses couches, etc.). Dans le cours normal de la grossesse (en l'absence de risque d'interruption), il est recommandé de faire un test de progestérone au cours de la seconde moitié de la grossesse. Il est important d'observer le niveau d'hormone en cas de surcharge foetale.

Le diagnostic est réalisé à jeun. Certaines recommandations concernent la préparation de l'analyse:

  • deux jours pour arrêter de prendre des médicaments hormonaux;
  • pour la journée pour éliminer le stress et la surmenage nerveuse;
  • trois ou quatre heures avant le diagnostic, ne fumez pas (bien sûr, il est conseillé de ne pas fumer du tout).

Avant le diagnostic, vous pouvez boire de l'eau pure non gazeuse. Dans les cas extrêmes, il est permis de passer des tests l’après-midi si le déjeuner de la femme n’est pas gras et qu’au moins 6 heures se sont écoulées depuis la prise du repas.

Quelle quantité de progestérone devrait être normale

Le taux de progestérone au cours des premiers stades de la grossesse doit respecter certaines valeurs, mais il n’est pas constant. Au stade initial, l'hormone est produite par les ovaires. Son nombre fluctue dans le corps d'une femme non enceinte à différents stades du cycle menstruel. Après la fécondation, la quantité de progestérone devient plus ou moins constante proportionnellement au moment choisi.

Le niveau de progestérone pendant la grossesse aux stades précoces et proches de l’accouchement est très différent: il augmente progressivement. Les glandes surrénales et les ovaires sont responsables de la fabrication de l'hormone. Au deuxième, troisième trimestre, il est produit par le placenta.

Sa valeur dans les 2 premières semaines est de 1-1,5 n / mol. Les 14 jours suivants, la production des organes augmente à 2 n / mol, ce qui incite l'utérus à accepter un ovule fécondé. Après son introduction, le corps augmente le volume de l'hormone de 3 à 29 n / mol par jour. Le taux de progestérone en début de grossesse varie de 12 ng / ml, mais peut atteindre 172 ng / ml à la fin.

Le tableau de progestérone pour la grossesse à un stade précoce fournit un certain pourcentage d'erreur des valeurs de l'indicateur (environ 10%), car le corps de chaque femme est particulier.

Tableau des valeurs de progestérone à différentes périodes de grossesse

Le volume de l'hormone dans le sang affecte les caractéristiques uniques du corps, ce qui peut les rendre différentes des valeurs standard. De plus, pour une femme en particulier, ces valeurs de progestérone seront normales. Mais seul un spécialiste peut tirer des conclusions à ce sujet.

Carence en progestérone: de quoi s'agit-il et pourquoi

Malheureusement, toutes les femmes ne sont pas satisfaites de la production de l'hormone de grossesse par l'organisme. Avant la conception, cela se traduit par un cycle rebondissant, irrégulier, des retards fréquents et des périodes mensuelles médiocres. Une faible progestérone au cours des premiers stades de la grossesse menace son interruption, c'est-à-dire la séparation de l'ovule de la muqueuse utérine et son rejet. Cela est dû à l'augmentation de l'activité contractile des muscles lisses de l'organe. Cet indicateur peut également indiquer l'emplacement ectopique de l'ovule, qui devrait être éliminé à un stade précoce.

Une faible progestérone au cours des premiers stades de la grossesse peut provoquer une fausse couche. Il est donc extrêmement important de surveiller l'état de la femme et de prendre des mesures rapides sur la recommandation du médecin.

Une carence en progestérone peut également indiquer un retard foetal dans le développement, un avortement raté, la présence de complications (par exemple, prééclampsie, insuffisance placentaire, etc.). Une grossesse reportée peut également entraîner une diminution de la progestérone. Par conséquent, si la date de naissance estimée est passée, l'analyse des hormones dira si la pereashenivanie est vraie ou s'il y a une erreur dans les calculs. Si le placenta est âgé et ne répond pas aux besoins de l'enfant, une décision est prise pour stimuler l'accouchement.

Le manque de progestérone dans les symptômes de la grossesse est clair, mais pas toujours prononcé:

  • augmentation du tonus utérin;
  • faible écoulement du vagin avec des impuretés sanglantes, ayant le caractère de barbouillage;
  • douleur tirante dans la région du triangle inférieur de l'abdomen, s'étendant jusqu'au bas du dos;
  • exfoliation partielle du placenta, perceptible par les résultats des ultrasons.

Il existe également des signes «externes» de déficit en progestérone, parmi lesquels:

  • sautes d'humeur, agressivité, irritabilité, dépression;
  • vagin sec, provoquant des sensations douloureuses lors des rapports sexuels;
  • fonction accrue des glandes sébacées;
  • poils excessifs;
  • baisse de la pression artérielle;
  • l'apparition de taches de vieillesse et de l'acné;
  • ballonnements, constipation, flatulences;
  • violation de la thermorégulation du corps (augmentation ou diminution de la température).

Des symptômes peuvent être observés chez ceux qui auparavant ne connaissaient pas les problèmes de volume de cette hormone. Mais si une femme a des difficultés avec le cycle, la conception, il sera presque certainement difficile à porter. Dans ce cas, les résultats d’un test sanguin pour détecter les hormones devraient révéler une hypoglycémie pendant la grossesse, dont les symptômes ne sont pas évidents.

Si l'analyse confirme les préoccupations, le médecin vous prescrira un volume de traitement de substitution. En appliquant les médicaments correctement sélectionnés par un spécialiste, de nombreuses femmes ont réussi à mener et à produire des enfants en bonne santé.

Nombres de progestérone élevés: de quoi parlent-ils

La progestérone élevée pendant la grossesse dans les premiers stades est beaucoup moins commune. Au mieux, il s'agit d'une preuve de grossesse multiple. Naturellement, deux ou trois embryons nécessitent un effort de développement supérieur à un. D'où l'augmentation de l'indicateur de la substance.

La progestérone pendant la grossesse à un stade précoce supérieur à la norme peut être un signe de pathologie du rein chez la mère, d’anomalies dans la formation du placenta (dérive kystique) et d’un dysfonctionnement des glandes surrénales. Par conséquent, vous ne devez pas vous efforcer d’accumuler cette hormone "en réserve", cet indicateur doit également être ajusté.

Un excès de progestérone pendant la grossesse présente les symptômes suivants:

  • maux de tête;
  • fatigue accrue;
  • saignements et utérus hypertrophiés, si la cause des valeurs élevées de l'hormone est un échec du développement du placenta. Cette fonctionnalité n'existe pas toujours;
  • somnolence;
  • des nausées;
  • brûlures d'estomac, problèmes de digestion, ballonnements;
  • constipation

La plupart des symptômes sont constatés au cours d'une grossesse normale. C'est pourquoi il est si important dans sa période initiale de tester les hormones et de les examiner dans leur ensemble. Il convient de rappeler que la prise de certains médicaments peut modifier les résultats du diagnostic. Il est donc important de consulter un médecin avant de passer le test.

Comment corriger le déficit et l'excès de progestérone

Pour un accouchement réussi, il faut augmenter le taux de progestérone faible pendant la grossesse. Les experts prescrivent souvent ce médicament Duphaston, composé de la substance nécessaire, créée artificiellement. Cela aidera si les chiffres de l'indicateur ne sont pas très différents de la normale. Son homologue est l’Utrozhestan, qui est d’origine végétale et est donc parfois le plus apprécié. Les deux peuvent être pris par voie orale ou vaginale.

Pour augmenter le taux de progestérone, les injections pendant la grossesse aux premiers stades sont plus efficaces, en particulier lorsque le niveau de menace d’interruption est élevé. Le médicament atteint rapidement le sang, éliminant les symptômes dangereux. Déjà une heure après l'injection dans le muscle, le volume de l'hormone se normalise et au bout de 6 heures, il est à son maximum. Fixer les injections doit être un spécialiste, fondé non seulement sur le besoin, mais aussi sur les conséquences négatives possibles pour la mère. La progestérone en ampoules peut être nocive pour les personnes dont la viscosité sanguine est élevée, le diabète, l’asthme bronchique, les maladies cardiovasculaires ou l’insuffisance rénale chronique. Sinon, le traitement est sans danger pour eux, il est assez facilement toléré, et pour que le médicament soit absorbé plus rapidement, l'ampoule est réchauffée aux mains pendant un certain temps avant l'injection.

Est-il dangereux de prendre de la progestérone

Certaines femmes se droguent au stade de la conception pour aider le corps à se préparer à la grossesse et à porter un bébé. Il convient de rappeler que l’augmentation du contenu de cette hormone peut également entraîner des complications. Par exemple, la probabilité d'une grossesse extra-utérine augmente en raison de la motilité réduite des trompes de Fallope. Par conséquent, seul un médecin doit prescrire un traitement.

Un risque accru de prise de progestérone est noté au cours des quatre premiers mois de la grossesse. Cette hormone, pénétrant artificiellement dans le corps, peut provoquer diverses malformations fœtales. Cependant, si une femme ne possède pas cette hormone, il est nécessaire de comparer les risques possibles et les effets attendus du traitement. Le risque de fausse couche ne sera pas un médecin si le niveau de l'hormone chez la femme enceinte est considérablement réduit.

Si les niveaux de progestérone dans les premiers stades de la grossesse se sont stabilisés pendant le traitement, il est encore nécessaire de surveiller attentivement le niveau de l'hormone jusqu'à l'accouchement.

Si une femme ne veut pas sauver son enfant, il est possible d’utiliser la progestérone pour mettre fin à une grossesse à un stade précoce. La procédure s'appelle «avortement médicamenteux» et se présente comme suit: une femme enceinte prend un antagoniste de la progestérone (mifépristone), qui bloque l'effet de «l'hormone de grossesse». De ce fait, l'alimentation de l'ovule est perturbée et une fausse couche se produit.

De quelle autre manière la grossesse est-elle réglementée au stade initial

Ne croyez pas qu'une progestérone sera l'occasion de faire face aux nombreux mois de travail de la future maman. L'activité de l'organisme dans n'importe quelle période de la vie et de la position n'est pas sans contrôle et d'autres substances. En attendant le réapprovisionnement de la famille, beaucoup d’entre eux changent quantitativement. Les hormones pendant la grossesse à un stade précoce ne sont pas uniquement produites par les glandes endocrines et les organes reproducteurs. Au stade initial, de tels changements sont enregistrés:

  • La glande pituitaire fonctionne plus intensément, en supprimant la production de FSH et de LH. Toute la période de la grossesse, la nouvelle cellule sexuelle ne mûrit pas, il n'y a pas de menstruation. Mais augmente la production de prolactine. La substance est responsable de la production ultérieure de lait maternel, ce qui contribue dès le début aux modifications des glandes mammaires.
  • Les hormones qui fournissent la thyroïde et les glandes surrénales au début de la grossesse augmentent également en quantité. Et ils déterminent la gestation et le développement sains de l'embryon.
  • Le placenta ajoute de l'œstriol et du lactogène libres au sang. La probabilité de développer des anomalies chromosomiques chez le nourrisson, l'apport sanguin aux tissus de l'utérus et la dilatation des conduits des glandes mammaires dépend de leur niveau.
  • La quantité d'estradiol augmente, ce qui permet à l'enfant de mener à bien normalement. Il est maintenant produit non seulement les ovaires, mais aussi le placenta. Au début de la grossesse, l’estradiol doit être présent dans le corps en quantité suffisante, sinon il ne sera pas possible de le communiquer malgré la quantité optimale de progestérone.

HCG et début de grossesse

Selon les résultats de l'analyse, une nouvelle substance est découverte: la gonadotrophine chorionique humaine. Cette hormone aide à déterminer la grossesse précoce indubitablement. Il est produit par la membrane fœtale immédiatement après l’implantation d’un ovule fécondé dans l’utérus. La quantité de progestérone et d'œstrogène dépend en grande partie de la quantité d'hCG. En cas de pénurie, la probabilité d'interruption devient plus proche que jamais.

Plus la durée de la grossesse est longue, plus les valeurs de hCG doivent être élevées. Par conséquent, l'analyse de l'hormone doit toujours passer plus d'une fois. Grâce à cette fonctionnalité, un spécialiste établira facilement non seulement le fait de l'existence d'une nouvelle vie, mais également un terme. Cependant, hCG fait connaître les défauts inéluctables de la formation du fœtus, ce qui lui permettra de s’interrompre dans le temps. Ses différences par rapport aux valeurs normales peuvent être le signe d’une grossesse multiple, d’un diabète chez une femme, qui se manifeste dans le contexte d’une nouvelle maladie, ou d’une grossesse extra-utérine.

Un suivi opportun de la hCG de la hCG et de la progestérone en début de grossesse aidera à évaluer l’état général du corps, à choisir les bonnes méthodes de traitement, si nécessaire. Indépendamment, attribuer une thérapie ne vaut pas la peine - vous pouvez exacerber la situation et provoquer divers types de complications (jusqu'à la fausse couche). Suivre les recommandations du médecin contribuera à améliorer la santé de la femme enceinte et à prévenir les conséquences indésirables.

Plus sur estradiol

Cette substance, en fait, rend une femme telle. Il participe à la formation de son système sexuel, les contours de la figure, régule le cycle menstruel et le désir sexuel.

L'estradiol en début de grossesse est si nécessaire que son placenta se joint également à sa production par les ovaires. Il détermine la croissance de l'utérus, la circulation optimale du sang dans ses vaisseaux pour nourrir le fœtus. Une caractéristique de l'estradiol est qu'il est capable de produire du tissu adipeux. Si une femme fait de l'embonpoint, il est naturel que ses performances soient sensiblement supérieures à la norme. Mais ce n’est pas si grave pour la grossesse, bien que cela aggrave la santé en raison du retard dans les tissus du liquide et du sel.

Beaucoup plus dangereux est faible en estradiol en début de grossesse. Cela signifie un problème de pelage fœtal, nécessaire pour protéger et nourrir l'embryon. Et cela conduit à une pénurie de composés nécessaires pour cela, l'oxygène. La conséquence la plus négative du faible taux d'estradiol est une fausse couche. Le placenta, ne recevant pas assez de nutrition, exfolie, le fœtus est sorti.

Toutes ces raisons nécessitent le maintien d'un volume d'oestradiol obligatoire pendant la grossesse, les normes de la table vous aideront à le savoir exactement:

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

La maladie d'Isenko-Cushing est un trouble neuroendocrinien résultant d'une lésion du système hypothalamo-hypophysaire, d'une hypersécrétion d'ACTH et d'une hyperfonction secondaire du cortex surrénalien.

Adénoïdes - hyperplasie du tissu glandulaire de l'amygdale pharyngée, qui survient dans 84% ​​des cas dans le contexte de récidives fréquentes de maladies respiratoires.

Le pollen d'abeille est un produit que les abeilles collectent auprès des plantes à fleurs et qu'elles apportent à la ruche dans des paniers spéciaux situés sur les pattes et la surface interne de l'abdomen.