Principal / Hypoplasie

Test sanguin pour les hormones

Dans le cadre du test sanguin pour détecter les hormones, les médecins supposent une étude approfondie du contenu susmentionné sur la concentration et la présence dans celui-ci de plusieurs substances biologiquement actives produites par les glandes humaines. Cette procédure peut aider à identifier un grand nombre d'une grande variété de maladies, même à des stades très précoces, lorsqu'il n'y a pas de symptômes cliniques externes.

Description générale

Le type d'analyse susmentionné est l'un des plus recherchés au monde, car il s'agit parfois du seul moyen de diagnostiquer rapidement et avec précision des maladies graves qu'il est important de détecter rapidement, car leur traitement sera alors très efficace.

Il est à noter que la teneur en hormones dans le sang est très faible, en particulier si on compare l'indicateur avec ceux similaires à d'autres éléments plasmatiques, mais c'est cette série de substances biologiquement actives qui intervient dans presque tous les processus critiques pour les organismes. Les normes hormonales dans ce cas ne sont pas une valeur stationnaire et dépendent à la fois du sexe de la personne et de son âge.

Quand est nommé?

Un test sanguin pour les hormones est prescrit pour les anomalies suspectées dans les organes internes, les glandes, les glandes surrénales, les maladies du fœtus pendant la grossesse et dans d'autres cas.

Comment prendre?

Pour les tests sanguins pour les hormones, ils le prendront dans votre veine. Douze heures avant l'heure prévue pour la livraison des échantillons, limitez le plus possible les charges émotionnelles et physiques, et renoncez également à l'alcool et aux drogues / produits contenant de l'iode.

Une attention particulière doit être portée à la préparation du test pour les femmes - il doit être effectué certains jours du cycle menstruel, que le médecin traitant vous désignera. L'analyse elle-même est donnée le matin, l'estomac vide.

Performance normale. Décryptage

Il existe actuellement un certain nombre de méthodologies et de systèmes évaluant le contenu en hormones dans le sang, ainsi que leur interprétation des résultats obtenus. Les tests les plus célèbres:

Analyse d'hormones thyroïdiennes

  1. TTG. Cette hormone de la glande pituitaire affecte directement la glande thyroïde et assure la circulation complète des autres éléments. La norme pour une personne en bonne santé est de 0,4 à 4 mU / l. Des valeurs élevées indiquent une insuffisance surrénalienne, une pathologie non thyroïdienne grave, une résistance à de telles hormones, une stimulation nerveuse et mentale, ou l'utilisation de médicaments, en particulier de morphine. Faible valeur - cortisol accru, thyrotoxicose, traitement hormonal excessif.
  2. T3 sous forme libre. Fournit une activité métabolique et a une rétroaction avec l'hypophyse. Les valeurs normales vont de 2,6 à 5,7 pmol / l. Valeurs élevées - syndrome de résistance vasculaire périphérique, toxicose hormonale ou hyperthyroïdie, méthadone, amphétamine. Syndrome de résistance vasculaire périphérique de faible valeur, insuffisance rénale, hyperthyroxinémie disalbuminémique, famine, médicaments contenant de l'iode, dexaméthasone, coumarine, phénytoïne, thyréotoxicose arthritique, ainsi que déclin physiologique en été.
  3. T3 est commun. Hormone thyroïdienne sérique responsable du fonctionnement des glandes périphériques. Les valeurs normales vont de 1,3 à 2,7 nmol / l. Une augmentation de ce taux indique une grossesse, une infection par le VIH, une hépatite, une porphyrie, une hyperprotéinémie, le tamoxifène, des contraceptifs à spectre oral, l'amiodarone, l'amphétamine et des œstrogènes. Réduction - acromégalie, pénurie de TSH, maladies du tractus gastro-intestinal, du foie et des reins, jeûne, hémolyse, pathologies somatiques, prise de testostérone, stéroïdes anabolisants, caféine.
  4. T4 gratuit. La principale hormone thyroïdienne est responsable du travail des protéines de transport et maintient leur équilibre dans le corps. La norme pour une personne en bonne santé est de 10 à 22 pmol / l. Des valeurs élevées indiquent une lipémie, des maladies mentales ou somatiques, une insuffisance surrénalienne, la prise d'aspirine, d'amiodarone, de furosémide, d'augmentation héréditaire de la TSH. Valeurs faibles - exercices physiques puissants, grossesse, famine, auto-anticorps avec hormones de type thyroïdiennes, méthadone, salicylates, triiodothyronine, rifampicine.
  5. T4 est commun. Une des principales hormones de la glande thyroïde. Les valeurs normales vont de 58 à 161 nmol / l. L'augmentation indique obésité, grossesse, hépatite aiguë, porphyrie intermittente, infection par le VIH en phase inactive, hyperbilirubinémie, utilisation de contraceptifs, tamoxifène, héparine, médicaments pour la thyroïde. Diminution - effort physique, jeûne, acromégalie, déficience congénitale en TSH, pathologies somatiques, maladies du tractus gastro-intestinal et des reins, prise de testostérone, liothyronine, diphényle, salicylates, stéroïdes anabolisants.
  6. TSG. Cette glycoprotéine de la chaîne polypeptidique est considérée comme la troisième protéine majeure de liaison au transporteur et l’élément fonctionnel de la glande thyroïde. Les valeurs normales vont de 259 à 573,5 nmol / l. Des valeurs élevées sont diagnostiquées dans l'hyperprotéinémie, la grossesse et l'hépatite en phase aiguë. La diminution indique une pathologie somatique, une hypofonction ovarienne, un taux élevé de catabolisme, une acromégalie et un déficit congénital en hormones.
  7. Anticorps contre la thyroglobuline. Ils sont un indicateur utile pour identifier un certain nombre de problèmes dans le corps, en particulier après une intervention chirurgicale. Les valeurs normales de cet indicateur - jusqu'à 40 UI / ml. L'excès indique une anémie percyous, une maladie de Graves, un myxoedème idiopathique, une thyroïdite de Hashimoto, un carcinome de la thyroïde, une thyroïdite subaiguë, d'autres problèmes chromosomiques et auto-immuns.
  8. Anticorps contre la peroxydase thyroïdienne. Indicateur de résistance à une enzyme connue. Les indicateurs en excès de ses preuves de maladies auto-immunes de la glande thyroïde. La valeur normale du paramètre va jusqu'à 35 IU / ml.
  9. Tireoglobuline. L’hormone, constituée de 2 sous-unités, est produite exclusivement par la glande thyroïde, analysée comme marqueur de diverses tumeurs, ainsi qu’une sorte de «moniteur» de l’état du patient avec une glande distante ou une personne suivant un traitement à l’iode radioactif. Le taux est de 1,7 à 56 ng / ml. Une diminution du taux indique un déficit de la fonction thyroïdienne par rapport à cette hormone dans l'hypothyroïdie. Une augmentation indique un adénome bénin, une thyrotoxicose, une thyroïdite subaiguë ainsi que des manifestations primaires d'un cancer de la thyroïde.

Analyse hormonale hypophysaire

  1. Stg Hormone de croissance Hormone de croissance responsable de la stimulation du développement des os, de la masse musculaire et d'autres organes. Les valeurs normales vont jusqu'à dix ng / ml. Des valeurs élevées indiquent un gigantisme ou une acromégalie, tandis que des valeurs inférieures indiquent un indicateur d'animisme hypophysaire.
  2. ACTH. Cet élément adrénocorticotrope stimule la production d'hormones dans le cortex surrénalien. La norme pour une personne en bonne santé va jusqu'à 50 pg / ml. Des valeurs basses indiquent une insuffisance surrénalienne systémique ou la présence de tumeurs dans celles-ci. Un indicateur élevé est un indicateur d'hyperplasie du même organe, ainsi que de maladies Itsenko / Kushiga ou Addison.
  3. TTG. L'hormone thyrotrope affecte classiquement la dégradation de la thyroglobuline et de l'iodation de la tyrosine. La norme sur les IF - de 0,24 à 2,9 microns UI / ml. La norme en RIA est de 0,6 à 3,8 microns UI / ml. Une augmentation du paramètre indique la présence d'une thyroïdite ou d'une hypothyroïdie au stade initial, une diminution du paramètre est un symptôme d'un adénome ou d'une thyréotoxicose.
  4. La prolactine. Cet élément des représentants du sexe fort est responsable du travail de la prostate et de la formation des vésicules séminales, chez la femme pour la croissance des glandes mammaires. Valeurs normales: femmes en période de procréation de 130 à 540 µg / l, femmes en ménopause et non fécondes de 107 à 290 µg / l, les représentantes du sexe fort de 100 à 265 µg / l. une augmentation de ce paramètre chez les hommes montre diverses altérations de la puissance, chez le beau sexe - grossesse, allaitement, hypothyroïdie dans la phase primaire, aménorrhée et tumeurs de l'hypophyse.
  5. FSH. La follitropine dans le beau sexe est responsable du travail des follicules, chez l'homme, de l'activité de la spermatogenèse et du travail des tubes séminifères. Standards: femmes ménopausées de 29,5 à 55 MU / l, femmes ayant une ovulation de 2,7 à 6,7 MU / ml, femmes en phase lutéale de deux à quatre UI / ml, représentantes du sexe fort de 1, 9 à 2,4 miel / ml. Une augmentation des taux indique une ménopause, une insuffisance ovarienne dans la phase initiale, des problèmes de spermatogenèse et un syndrome de Turner. Une diminution du paramètre indique la présence d'une hypofonction hypothalamique et, pendant la grossesse, parallèlement, de paramètres presque «nuls» du paramètre - insuffisance ovarienne profonde, cancer de la prostate, ainsi que pilules contraceptives orales ou œstrogènes.
  6. LH. L'hormone lutéinisante aide à produire de la progestérone chez le beau sexe et de la testostérone chez les hommes. Standards: pour les hommes, de 2,12 à 4 UI / ml, pour les filles ayant une ovulation de 18 à 53 UI / ml, pour les femmes en phase lutéale, de 1,54 à 2,56, UI / ml, pour les femmes le sexe dans la phase folliculaire est de 3,3 à 4,66 UI / ml, chez la femme ménopausée de 29,7 à 43,9 UI / l. L'augmentation du niveau est un indicateur de divers dysfonctionnements des gonades. Une diminution du niveau indique des perturbations dans le travail de l'hypophyse / hypothalamus, une insuffisance des glandes sexuelles dans la phase secondaire, ainsi qu'une ingestion de progestérone.

Test sanguin pour les hormones sexuelles

  1. La testostérone. Cette hormone affecte directement la formation de personnes de caractères sexuels secondaires, le développement des organes pertinents, ainsi que la stimulation de la croissance osseuse et de la masse musculaire. Normes: de 0,2 à un ng / ml chez le beau sexe et de deux à dix ng / ml chez le sexe fort.
  2. Estradiol. L'hormone féminine, l'œstrogène, assure le bon développement de la grossesse et la production de cellules germinales. Normes: de 200 à 285 pm / l (femmes en phase folliculaire), de 440 à 575 (femmes en phase lutéale), de 50 à 133 pm / l (pendant la ménopause). L'augmentation des paramètres est observée dans les tumeurs des ovaires. Diminution - avec leur fonctionnement insuffisant et les violations de la libération d'hormones gonadotropes.
  3. Progestérone La deuxième hormone féminine la plus importante de la série des œstrogènes, assurant le bon développement des organes génitaux chez le beau sexe. Normes: de 1 à 2,2 nm / l (femmes en phase folliculaire), de 23 à 30 nm / l (femmes en phase lutéale) et de 1 à 1,8 nm / l (en ménopause). Une augmentation est observée dans les tumeurs du cortex surrénalien. Diminution du paramètre - au cours de l'irradiation et de la sclérose des ovaires.

Sang pour les hormones surrénales

  1. Cortisol. Il affecte la sensibilité aux réactions allergiques, catalyse la création de structures de glucose à partir de protéines et d'acides aminés et systématise la production d'anticorps. Performance normale - de 230 à 750 nm / l. Une diminution de la concentration indique une insuffisance surrénalienne en phase chronique ou une maladie d'Addison. La réduction indique un cancer de la surrénale ou un adénome possible.
  2. Norépinéphrine et adrénaline. Les éléments ci-dessus affectent les vaisseaux sanguins, normalisent la pression, systématisent le fonctionnement de la motilité gastro-intestinale, catalysent la pénétration des acides aminés gras dans le sang, les rythmes cardiaques et forment également des taux de glucose. Normes: de 1,92 à 2,46 nm / l et de 0,62 à 3,23 nm / l pour ad-on et norad-on, respectivement. Une augmentation des indicateurs indique une jaunisse, un stress physique et émotionnel, une maladie rénale, le syndrome d'Itsenko-Cushing. L'abaissement indique des lésions de l'hypothalamus ou une myasthénie.
  3. L'aldostérone L'hormone est responsable de l'équilibre du métabolisme de l'eau et du sel dans le corps. Normes: pour une position horizontale de 30 à 65 pg / ml, pour une position verticale de 58 à 172 pg / ml. Des taux réduits d'aldostérone indiquent une thrombose surrénalienne, une embolie artérielle de l'organe, la maladie d'Addison, la rareté d'un régime alimentaire normal, dépourvu de potassium, ainsi qu'un hypofonctionnement des glandes surrénales ou un apport hydrique trop important. Des taux élevés indiquent généralement une hyperplasie ou des tumeurs surrénales, divers problèmes d’excrétion de sodium, ainsi que des complications telles que la cirrhose du foie, la néphrose et des maladies du système cardiovasculaire. Une diminution de la concentration en aldostérone au-dessous de la normale indique également une grossesse, une transpiration accrue, une grossesse, un épuisement physique grave et une carence en sodium dans l'alimentation.

Vidéo utile

Au lieu d'une postface

Assurez-vous de passer des tests pour les hormones prescrites par votre médecin. Dans certains cas, leurs résultats peuvent permettre de diagnostiquer une maladie grave au stade de sa formation initiale, ce qui vous permet d'économiser du temps, de l'argent et votre santé pendant le traitement. Cependant, essayez de ne pas en faire trop, de ne pas demander trop d'ordre pour un examen approfondi, une étude d'analyses - seul un professionnel de la santé qualifié peut vous indiquer les paramètres exacts du diagnostic. Bonne chance et ne tombez pas malade!

Questions et réponses

Quel est le prix du don de sang pour les hormones?

Le coût des tests dépendra de l'hormone étudiée - il y en a beaucoup. Les indicateurs spécifiques nécessaires au diagnostic complet de votre problème sont déterminés par le médecin traitant, c.-à-d. tout dépendra de l'organe étudié, du problème médical caractéristique, du diagnostic potentiel, etc. Le coût moyen d'une analyse pour une hormone particulière (TSH, progestérone, cortisol, thyroglobuline, par exemple) varie entre 350 et 1 000 roubles à Moscou. Souvent, les cliniques offrent des réductions sur l’étude de plusieurs paramètres à la fois. Cependant, cette opportunité doit également être utilisée avec prudence - parfois, des études individuelles du complexe proposé, vous n’avez tout simplement pas besoin et il est moins coûteux de commander quelques-uns à des tarifs standard.

Est-il possible de passer cette analyse gratuitement?

Dans certains établissements médicaux d’État, ils peuvent effectuer gratuitement des tests individuels pour une hormone donnée - le plus souvent, ils fournissent ce service dans des villes de plus d’un million d’habitants, principalement dans des cliniques pour femmes. Toutefois, dans la très grande majorité des cas, vous serez envoyé dans un centre médical privé. Préparez donc de l’argent, bien sûr, après avoir vérifié si ce type de service n’est pas disponible sur le lieu de traitement de l’institution médicale municipale.

Décrypter les résultats des tests sanguins pour les hormones

Le fond hormonal est la base du fonctionnement normal du corps. Les tests hormonaux peuvent expliquer à la fois les symptômes physiologiques et psychologiques. Nervosité, irritabilité, insomnie et autres conditions stressantes peuvent résulter de perturbations de la concentration d'hormones dans le sang. Seul un médecin qualifié peut déchiffrer les tests sanguins pour les hormones. Un profil hormonal est établi pour le patient. Sur la base des résultats obtenus, des conclusions peuvent être tirées sur la cause de la maladie et un diagnostic peut être établi.

Quelle est l'analyse assignée?

Des tests sanguins hormonaux sont effectués pour diagnostiquer les maladies, les pathologies et les défaillances de l'organisme. Cela peut augmenter les glandes endocrines ou perturber leur fonctionnement. Il en résulte une pénurie ou un excès de certaines substances dans le corps.

Dans quels cas le médecin prescrit l'analyse:

  • Des tests sanguins pour les hormones sont effectués lors de la planification d'une grossesse.
  • Une perturbation du cycle menstruel ou une hémostase hormonale est une violation grave. L'étude est menée pour déterminer les causes de l'hémostase.
  • L'analyse du contenu en hormones dans le sang est réalisée avec une augmentation ou une diminution brusque du poids corporel.
  • Acné éruption cutanée.
  • Maladie du sein suspectée.
  • Troubles dans les reins et le foie.
  • Infertilité soupçonnée chez les hommes et les femmes.
  • La croissance des cheveux active sur le corps chez les femmes.
  • Soupçon de cancer.
  • Fausses couches fréquentes, sans grossesse.
  • Croissance altérée et développement normal chez les enfants.

Lorsqu'un patient demande pourquoi il donne du sang pour des hormones, il convient de rappeler que le statut hormonal reflète le fonctionnement de toutes les glandes du corps. Les résultats des tests peuvent expliquer le développement de maladies et de pathologies. Par exemple, l'insuline est l'hormone la plus célèbre produite par le pancréas. Chez l'adulte, le taux est de 3,5 à 4 mmol / l. La substance régule le niveau de glucose dans le sang. Décrypter le test à l'insuline pour déterminer le risque de développer un diabète.

Préparation à l'étude

Des méthodes rapides sont utilisées pour déterminer de nombreux indicateurs, mais le sang destiné aux hormones doit être prélevé dans des conditions de laboratoire. Le moyen le plus simple de prélever un échantillon de sang est de contacter un laboratoire spécialisé. En règle générale, l'équipement d'un établissement médical doté d'équipements modernes de haute qualité permet d'obtenir les résultats les plus fiables de l'analyse de la concentration en hormones.

Les dons de sang pour les hormones doivent se faire à jeun. Ne vous inquiétez pas si vous prenez du sang dans une veine, sinon le résultat de l'analyse risque d'être faussé. Quelques jours avant le test, il est recommandé d’arrêter de fumer, d’alcool, d’aliments gras et frits. Vous ne pouvez pas non plus être soumis à des charges physiques (forme physique, entraînement sportif, etc.) et émotionnelles (stress, chocs nerveux, etc.). Le jour de l'analyse, aucune autre procédure ne doit être effectuée avant le prélèvement de sang.

Les compte-gouttes, les ultrasons et la radiographie peuvent fausser le résultat final de l'étude.

Vous pouvez faire des tests d'hormones en laboratoire, qui dispose de tout le matériel nécessaire à la recherche. Le laboratoire préparera les résultats de la recherche dans quelques jours. Le calendrier des résultats dépend de la charge de travail de l'institution. Parfois, avec un afflux important de patients, l’étude prend plus d’une semaine.

Hormones thyroïdiennes

Un test des hormones produites par la glande thyroïde est généralement prescrit pour un certain nombre de raisons cliniques. Les symptômes comprennent une forte augmentation du poids corporel et de la nervosité. Au cours de l'examen, le médecin peut noter une augmentation visuelle de la glande thyroïde, ce qui est une indication pour prescrire un test sanguin pour les hormones.

  • L'indice TSH fournit le mouvement d'autres éléments du corps. Les hormones font normalement de 0,4 à 4 mU / l. Des niveaux élevés de la substance sont caractéristiques de l'utilisation de substances narcotiques, du travail insuffisant des glandes surrénales et d'autres pathologies. La faible valeur est le plus souvent due aux effets d'un traitement hormonal trop saturé.
  • La fonction thyroïdienne régulatrice de l’hormone TSH se situe entre 260 et 574 nmol / l. Il est utilisé pour le diagnostic d'anomalies somatiques, l'hépatite, la détection d'une diminution du fonctionnement des ovaires, etc.
  • Le total de T3 est normalement compris entre 1,3 et 2,7 nmol / l. Un indicateur d'hormones supérieures à la norme est observé pendant la grossesse. Les niveaux réduits de T3 peuvent être attribués aux reins, au foie, aux troubles gastro-intestinaux, à la malnutrition et à d'autres conditions.
  • La norme des hormones T3 à l'état libre est de 2,6–5,7 pmol / l. Un écart par rapport à la norme peut indiquer des maladies vasculaires, une insuffisance rénale, la prise de médicaments contenant de l'iode, etc.
  • Le niveau d'hormones T4 (total) doit être compris entre 58 et 161 nmol / l. On observe des taux plus élevés d’embonpoint, de grossesse, de VIH, d’hépatite, de contraceptifs hormonaux, etc. Une diminution du taux d’hormones peut survenir dans les maladies du tractus gastro-intestinal et des reins, les efforts physiques intenses et le jeûne (y compris les régimes).
  • Une analyse des hormones T4 à l'état libre peut révéler des maladies psychosomatiques (excès de la norme), la grossesse, la malnutrition et d'autres conditions (déficit en T4). La norme pour un adulte est de 10 à 22 pmol / l.
  • La pneumoglobuline est considérée comme un type de marqueur permettant de déterminer la présence d'un cancer. Si vous soupçonnez le développement d'un cancer, vous devez avoir une confiance totale dans le diagnostic pour lequel vous êtes testé pour la thyréoglobuline. L'indicateur est normalement compris entre 1,7 et 55 ng / ml.

Hormones hypophysaires

Les tests hormonaux pour les substances produites par l'hypophyse sont prescrits aux patients adultes et aux enfants. Chez les garçons et les filles, il s’agit avant tout de l’hormone de croissance (STG). Cette substance est responsable du développement du système squelettique, des muscles et des organes internes. Le taux normal de STH ne doit pas dépasser 10 ng / ml. Un niveau élevé indique une stimulation excessive de la croissance et l'enfant peut être gigantesque. Avec un faible taux d'HTS, les enfants peuvent souffrir de nanisme.

Des tests sanguins pour la prolactine sont attribués aux femmes atteintes de troubles menstruels et planifiant leur grossesse. Les problèmes d’activité masculine peuvent être associés à un excès de prolactine. La follitropine ou FSH est une autre hormone qui affecte la fonction de reproduction de l'homme.

La substance peut être régulée à l'aide d'une hormonothérapie spéciale.

L'hormone LH favorise la production de testostérone chez l'homme et de progestérone chez la femme. Cette substance est produite par la glande pituitaire et affecte directement le travail des glandes sexuelles. En cas d'écart par rapport à la norme, un traitement médicamenteux est prescrit.

Le décodage des niveaux d'hormones est généralement présenté dans le tableau. Le formulaire avec les résultats de l'étude indiquait le taux admissible et l'indicateur de patient. Certaines substances sont dépendantes les unes des autres et une diminution de l’une d’elles entraîne un déficit ou un excès de l’autre. C'est pourquoi le statut hormonal du patient fait l'objet d'une recherche exhaustive.

Fonction surrénale

Une analyse hormonale de l'adrénaline et de la noradrénaline est effectuée pour diagnostiquer une maladie rénale, le syndrome de Cushing, une maladie cardiaque, etc. De plus, le niveau de substances peut indiquer à quel point le stress est dangereux pour le patient. Avec une névrose et une pression émotionnelle prolongées, il est possible de modifier le rythme cardiaque, la pression et d'autres indicateurs vitaux.

Le cortisol procure au corps une réaction normale aux allergènes, à la synthèse de protéines, d'acides aminés et à la production d'anticorps dans le corps. Si la substance est produite en excès, le patient peut développer un diabète, une obésité, un adénome, une cirrhose du foie, une anorexie et d’autres anomalies. La norme est au niveau de 230–750 nm / l. Les médecins notent qu'une violation telle qu'un excès de cortisol a un certain nombre de symptômes spécifiques. Parmi eux figurent l'insomnie, une nervosité accrue, des troubles métaboliques, etc.

L'aldostérol maintient l'équilibre du métabolisme des sels d'eau dans l'organisme. Une carence ou un excès de cette substance indique une altération grave de la santé. Peut-être le développement de tumeurs, les processus inflammatoires dans les reins ou le foie, les maladies du cœur et des vaisseaux sanguins. Le déclin s'observe pendant la grossesse, le jeûne, l'augmentation de l'effort physique et le surmenage.

Hormones sexuelles

Le taux de tests hormonaux chez les filles dépend de la phase du cycle menstruel. Le médecin peut vérifier l'état des niveaux hormonaux chez les patients dans le cadre de la planification familiale. Il est préférable de faire un don de sang dans les 1-2 heures qui suivent le réveil, avant le petit-déjeuner.

Déterminer la concentration de l'hormone estradiol est désigné lors de la planification d'une grossesse. Cette substance se situe normalement entre 200 et 285 pm / l. L'estradiol assure le développement normal de nouvelles cellules dans le corps et contribue au développement d'un fœtus en bonne santé. Les taux excessifs indiquent la présence d'une tumeur dans les ovaires.

Une diminution du taux peut indiquer un dysfonctionnement ovarien.

La testostérone, une hormone masculine bien connue, est également présente dans le corps de la femme, mais en quantité moindre (0,2 à 1 ng / l). Pour les hommes, le taux est de 2-10 ng / l. La testostérone est responsable de la croissance de la masse musculaire, des os et de la formation de caractéristiques sexuelles secondaires chez l'homme. De faibles niveaux peuvent affecter négativement la qualité et la fertilité du sperme. La recherche sur les femmes peut être effectuée à tout moment, quel que soit le cycle menstruel. Un excès de testostérone peut perturber le processus d'ovulation et entraîner une fausse couche.

La progestérone peut être appelée «l'hormone des femmes enceintes» chez les patientes en cours d'examen lorsqu'elles planifient une grossesse. L'indicateur est examiné aux jours 19-21 du cycle menstruel. Le niveau d'hormone contribue normalement au développement normal du fœtus et à son maintien. L'absence de substance peut provoquer une fausse couche ou une infertilité féminine. Des niveaux excessifs de progestérone peuvent être causés par des tumeurs ovariennes et des processus inflammatoires au niveau des organes reproducteurs. L'excès de progestérone pendant la grossesse n'est pas une déviation.

Le test d'hormones est attribué pour obtenir les informations les plus complètes sur la santé du patient. Au cours de l'examen, le médecin vous expliquera en détail pourquoi vous devez être testé pour des hormones et quels indicateurs vous devez vérifier. La méthode de recherche implique un contrôle approfondi des substances. Sur la base des données obtenues, le médecin pourra augmenter ou diminuer le contenu hormonal des médicaments. L'efficacité du traitement est contrôlée par le même test sanguin.

Un test sanguin pour les hormones - la norme, la transcription

Dans le cadre du test sanguin pour détecter les hormones, les médecins supposent une étude approfondie du contenu susmentionné sur la concentration et la présence dans celui-ci de plusieurs substances biologiquement actives produites par les glandes humaines. Cette procédure peut aider à identifier un grand nombre d'une grande variété de maladies, même à des stades très précoces, lorsqu'il n'y a pas de symptômes cliniques externes.

Le type d'analyse susmentionné est l'un des plus recherchés au monde, car il s'agit parfois du seul moyen de diagnostiquer rapidement et avec précision des maladies graves qu'il est important de détecter rapidement, car leur traitement sera alors très efficace.

Il est à noter que la teneur en hormones dans le sang est très faible, en particulier si on compare l'indicateur avec ceux similaires à d'autres éléments plasmatiques, mais c'est cette série de substances biologiquement actives qui intervient dans presque tous les processus critiques pour les organismes. Les normes hormonales dans ce cas ne sont pas une valeur stationnaire et dépendent à la fois du sexe de la personne et de son âge.

Quand est nommé?

Un test sanguin pour les hormones est prescrit pour les anomalies suspectées dans les organes internes, les glandes, les glandes surrénales, les maladies du fœtus pendant la grossesse et dans d'autres cas.

Comment prendre?

Pour les tests sanguins pour les hormones, ils le prendront dans votre veine. Douze heures avant l'heure prévue pour la livraison des échantillons, limitez le plus possible les charges émotionnelles et physiques, et renoncez également à l'alcool et aux drogues / produits contenant de l'iode.

Une attention particulière doit être portée à la préparation du test pour les femmes - il doit être effectué certains jours du cycle menstruel, que le médecin traitant vous désignera. L'analyse elle-même est donnée le matin, l'estomac vide.

Performance normale. Décryptage

Il existe actuellement un certain nombre de méthodologies et de systèmes évaluant le contenu en hormones dans le sang, ainsi que leur interprétation des résultats obtenus. Les tests les plus célèbres:

Analyse d'hormones thyroïdiennes

TTG. Cette hormone de la glande pituitaire affecte directement la glande thyroïde et assure la circulation complète des autres éléments. La norme pour une personne en bonne santé est de 0,4 à 4 mU / l. Des valeurs élevées indiquent une insuffisance surrénalienne, une pathologie non thyroïdienne grave, une résistance à de telles hormones, une stimulation nerveuse et mentale, ou l'utilisation de médicaments, en particulier de morphine. Faible valeur - cortisol accru, thyrotoxicose, traitement hormonal excessif.

T3 sous forme libre. Fournit une activité métabolique et a une rétroaction avec l'hypophyse. Les valeurs normales vont de 2,6 à 5,7 pmol / l. Valeurs élevées - syndrome de résistance vasculaire périphérique, toxicose hormonale ou hyperthyroïdie, méthadone, amphétamine. Syndrome de résistance vasculaire périphérique de faible valeur, insuffisance rénale, disalbuminaemichespertiroksinemiya, famine, médicaments contenant de l'iode, dexaméthasone, coumarine, phénytoïne, thyrotoxicose arthritique, ainsi qu'une diminution physiologique du niveau en été

T3 est commun. Hormone thyroïdienne sérique responsable du fonctionnement des glandes périphériques. Les valeurs normales vont de 1,3 à 2,7 nmol / l. Une augmentation de ce taux indique une grossesse, une infection par le VIH, une hépatite, une porphyrie, une hyperprotéinémie, le tamoxifène, des contraceptifs à spectre oral, l'amiodarone, l'amphétamine et des œstrogènes.

Réduction - acromégalie, pénurie de TSH, maladies du tractus gastro-intestinal, du foie et des reins, jeûne, hémolyse, pathologies somatiques, prise de testostérone, stéroïdes anabolisants, caféine.

T4 gratuit. La principale hormone thyroïdienne est responsable du travail des protéines de transport et maintient leur équilibre dans le corps. La norme pour une personne en bonne santé est de 10 à 22 pmol / l. Des valeurs élevées indiquent une lipémie, des maladies mentales ou somatiques, une insuffisance surrénalienne, la prise d'aspirine, d'amiodarone, de furosémide, d'augmentation héréditaire de la TSH. Valeurs faibles - exercices physiques puissants, grossesse, famine, auto-anticorps avec hormones de type thyroïdiennes, méthadone, salicylates, triiodothyronine, rifampicine.

T4 est commun. Une des principales hormones de la glande thyroïde. Les valeurs normales vont de 58 à 161 nmol / l. L’augmentation indique l’obésité, la grossesse, l’hépatite aiguë, la porphyrie intermittente, l’infection par le VIH en phase inactive, l’hyperbilirubinémie, la contraception, le tamoxifène, l’héparine, les médicaments pour la thyroïde. Diminution - effort physique, jeûne, acromégalie, déficience congénitale en TSH, pathologies somatiques, maladies du tractus gastro-intestinal et des reins, prise de testostérone, liothyronine, diphényle, salicylates, stéroïdes anabolisants.

TSG. Cette glycoprotéine de la chaîne polypeptidique est considérée comme la troisième protéine majeure de liaison au transporteur et l’élément fonctionnel de la glande thyroïde. Les valeurs normales vont de 259 à 573,5 nmol / l. Des valeurs élevées sont diagnostiquées dans l'hyperprotéinémie, la grossesse et l'hépatite en phase aiguë. La diminution indique une pathologie somatique, une hypofonction ovarienne, un taux élevé de catabolisme, une acromégalie et un déficit congénital en hormones.

Anticorps contre la thyroglobuline. Ils sont un indicateur utile pour identifier un certain nombre de problèmes dans le corps, en particulier après une intervention chirurgicale. Les valeurs normales de cet indicateur - jusqu'à 40 UI / ml. L'excès indique une anémie percyous, une maladie de Graves, un myxoedème idiopathique, une thyroïdite de Hashimoto, un carcinome de la thyroïde, une thyroïdite subaiguë, d'autres problèmes chromosomiques et auto-immuns.

Anticorps contre la perioxidase thyroïdienne. Indicateur de résistance à une enzyme connue. Les indicateurs en excès de ses preuves de maladies auto-immunes de la glande thyroïde. La valeur normale du paramètre va jusqu'à 35 IU / ml.

Tireoglobuline. L’hormone, constituée de 2 sous-unités, est produite exclusivement par la glande thyroïde, analysée comme marqueur de diverses tumeurs, ainsi qu’une sorte de «moniteur» de l’état du patient avec une glande distante ou une personne suivant un traitement à l’iode radioactif. Le taux est de 1,7 à 56 ng / ml. Une diminution du taux indique un déficit de la fonction thyroïdienne par rapport à cette hormone dans l'hypothyroïdie.

Une augmentation indique un adénome bénin, une thyrotoxicose, une thyroïdite subaiguë ainsi que des manifestations primaires d'un cancer de la thyroïde.

Analyse hormonale hypophysaire

Stg Hormone de croissance Hormone de croissance responsable de la stimulation du développement des os, de la masse musculaire et d'autres organes. Les valeurs normales vont jusqu'à dix ng / ml. Des valeurs élevées indiquent un gigantisme ou une acromégalie, tandis que des valeurs inférieures indiquent un indicateur d'animisme hypophysaire.

ACTH. Cet élément adrénocorticotrope stimule la production d'hormones dans le cortex surrénalien. La norme pour une personne en bonne santé va jusqu'à 50 pg / ml. Des valeurs basses indiquent une insuffisance surrénalienne systémique ou la présence de tumeurs dans celles-ci.

Un indicateur élevé est un indicateur d'hyperplasie du même organe, ainsi que de maladies Itsenko / Kushiga ou Addison.

TTG. L'hormone thyrotrope affecte classiquement la dégradation de la thyroglobuline et de l'iodation de la tyrosine. La norme sur les IF - de 0,24 à 2,9 microns UI / ml. La norme en RIA est de 0,6 à 3,8 microns UI / ml. Une augmentation du paramètre indique la présence d'une thyroïdite ou d'une hypothyroïdie au stade initial, une diminution du paramètre est un symptôme d'un adénome ou d'une thyréotoxicose.

La prolactine. Cet élément des représentants du sexe fort est responsable du travail de la prostate et de la formation des vésicules séminales, chez la femme pour la croissance des glandes mammaires. Valeurs normales: femmes en période de procréation de 130 à 540 µg / l, femmes en ménopause et non fécondes de 107 à 290 µg / l, les représentantes du sexe fort de 100 à 265 µg / l. une augmentation de ce paramètre chez les hommes montre diverses altérations de la puissance, chez le beau sexe - grossesse, allaitement, hypothyroïdie dans la phase primaire, aménorrhée et tumeurs de l'hypophyse.

FSH. La follitropine dans le beau sexe est responsable du travail des follicules, chez l'homme, de l'activité de la spermatogenèse et du travail des tubes séminifères. Standards: femmes ménopausées de 29,5 à 55 MU / l, femmes ayant une ovulation de 2,7 à 6,7 MU / ml, femmes en phase lutéale de deux à quatre UI / ml, représentantes du sexe fort de 1, 9 à 2,4 miel / ml. Une augmentation des taux indique une ménopause, une insuffisance ovarienne dans la phase initiale, des problèmes de spermatogenèse et un syndrome de Turner. Une diminution du paramètre indique la présence d'une hypofonction hypothalamique et, pendant la grossesse, parallèlement, de paramètres presque «nuls» du paramètre - insuffisance ovarienne profonde, cancer de la prostate, ainsi que pilules contraceptives orales ou œstrogènes.

LH. L'hormone lutéinisante aide à produire de la progestérone chez le beau sexe et de la testostérone chez les hommes. Standards: pour les hommes, de 2,12 à 4 UI / ml, pour les filles ayant une ovulation de 18 à 53 UI / ml, pour les femmes en phase lutéale, de 1,54 à 2,56, UI / ml, pour les femmes le sexe dans la phase folliculaire est de 3,3 à 4,66 UI / ml, chez la femme ménopausée de 29,7 à 43,9 UI / l. L'augmentation du niveau est un indicateur de divers dysfonctionnements des gonades. Une diminution du niveau indique des perturbations dans le travail de l'hypophyse / hypothalamus, une insuffisance des glandes sexuelles dans la phase secondaire, ainsi qu'une ingestion de progestérone.

Test sanguin pour les hormones sexuelles

La testostérone. Cette hormone affecte directement la formation de personnes de caractères sexuels secondaires, le développement des organes pertinents, ainsi que la stimulation de la croissance osseuse et de la masse musculaire. Normes: de 0,2 à un ng / ml chez le beau sexe et de deux à dix ng / ml chez le sexe fort.

Estradiol. L'hormone féminine, l'œstrogène, assure le bon développement de la grossesse et la production de cellules germinales. Normes: de 200 à 285 pm / l (femmes en phase folliculaire), de 440 à 575 (femmes en phase lutéale), de 50 à 133 pm / l (pendant la ménopause). L'augmentation des paramètres est observée dans les tumeurs des ovaires. Diminution - avec leur fonctionnement insuffisant et les violations de la libération d'hormones gonadotropes.

Progestérone La deuxième hormone féminine la plus importante de la série des œstrogènes, assurant le bon développement des organes génitaux chez le beau sexe. Normes: de 1 à 2,2 nm / l (femmes en phase folliculaire), de 23 à 30 nm / l (femmes en phase lutéale) et de 1 à 1,8 nm / l (en ménopause). Une augmentation est observée dans les tumeurs du cortex surrénalien. Diminution du paramètre - au cours de l'irradiation et de la sclérose des ovaires.

Sang pour les hormones surrénales

Cortisol. Il affecte la sensibilité aux réactions allergiques, catalyse la création de structures de glucose à partir de protéines et d'acides aminés et systématise la production d'anticorps. Performance normale - de 230 à 750 nm / l. Une diminution de la concentration indique une insuffisance surrénalienne en phase chronique ou une maladie d'Addison. La réduction indique un cancer de la surrénale ou un adénome possible.

Norépinéphrine et adrénaline. Les éléments ci-dessus affectent les vaisseaux sanguins, normalisent la pression, systématisent le fonctionnement de la motilité gastro-intestinale, catalysent la pénétration des acides aminés gras dans le sang, les rythmes cardiaques et forment également des taux de glucose. Normes: de 1,92 à 2,46 nm / l et de 0,62 à 3,23 nm / l pour ad-on et norad-on, respectivement. Une augmentation des indicateurs indique une jaunisse, un stress physique et émotionnel, une maladie rénale, le syndrome d'Itsenko-Cushing. L'abaissement indique des lésions de l'hypothalamus ou une myasthénie.

L'aldostérone L'hormone est responsable de l'équilibre du métabolisme de l'eau et du sel dans le corps. Normes: pour une position horizontale de 30 à 65 pg / ml, pour une position verticale de 58 à 172 pg / ml. Des taux réduits d'aldostérone indiquent une thrombose surrénalienne, une embolie artérielle de l'organe, la maladie d'Addison, la rareté d'un régime alimentaire normal, dépourvu de potassium, ainsi qu'un hypofonctionnement des glandes surrénales ou un apport hydrique trop important.

Des taux élevés indiquent généralement une hyperplasie ou des tumeurs surrénales, divers problèmes d’excrétion de sodium, ainsi que des complications telles que la cirrhose du foie, la néphrose et des maladies du système cardiovasculaire. Une diminution de la concentration en aldostérone au-dessous de la normale indique également une grossesse, une transpiration accrue, une grossesse, un épuisement physique grave et une carence en sodium dans l'alimentation.

Analyse de transcription en ligne pour les hormones

L'insuline est la principale substance biologiquement active qui maintient la fonction pancréatique stable. Sa fonction principale est d'augmenter la perméabilité des membranes cellulaires au monosaccharide. En raison de son action, le glucose sanguin pénètre directement dans la partie interne des cellules des organes, ce qui ralentit la dégradation du glycogène et sa synthèse. Le décodage en ligne indiquera les causes des écarts, le cas échéant, pour les testeurs d'hormones. Dans le service en ligne, les données sont comparées aux indicateurs d’insuline généralement acceptés et vont de 16 à 160 U / ml. Avec le diabète, ce chiffre est réduit.

Le cortex surrénalien produit de l'aldostérone. La fonction principale de cet ostéroïde minéralogique est la régulation du métabolisme des sels d'eau. L'analyse de l'aldostérone est réalisée en deux versions en position horizontale et verticale. La quantité normale de substance biologiquement active en position horizontale est comprise entre 29 et 65 pg / ml. Dans le cas vertical, entre 58 et 172 pg / ml. Des performances accrues lors de l'analyse sont possibles pendant la grossesse, l'effort physique, la transpiration, l'hyperplasie, la décompensation cardiaque, la cirrhose du foie. À l'instar des médecins, le service en ligne interprète une diminution de l'aldostérone dans la maladie d'Addison, une hypofonction surrénalienne, une embolie de l'artère surrénale, une thrombose veineuse surrénale, une faible teneur en potassium et un apport hydrique élevé.

Sous l'influence de l'AKGG dans la couche corticale des glandes surrénales, produit du cortisol. Ses fonctions principales sont l'amélioration de la génération de glucose, de protéines et d'acides aminés. Il ralentit la synthèse des anticorps, réduit les réactions allergiques. La quantité normale de cette substance dans le plasma est de 230 à 750 nmol / l. La concentration accrue d'ACHG dans l'analyse signale l'apparition des premiers signes de cancer, l'adénome surrénalien et la maladie d'Itsenko-Cushing. Un nombre réduit de cellules de cortisol lors de la transcription peut indiquer une maladie d'Addison, un syndrome surrénalien et une insuffisance surrénalienne chronique.

L'adrénaline est libérée dans la médulla de la glande surrénale supérieure. Il est responsable de l’augmentation de la pression artérielle, du rétrécissement des vaisseaux périphériques, de l’accélération du rythme cardiaque, de la motilité intestinale, de l’augmentation du taux de glucose et de l’augmentation du taux de cholestérol. La quantité normale de cette substance dans le sang est de 1,92-2,46 nm / l. dans l'urine, la plage va de 30 à 80 mg / jour. Tout écart par rapport à la norme, constaté sur le service en ligne, indique la présence de diverses maladies dont le traitement doit faire l’objet d’un examen médical complet et d’une consultation avec un médecin.

L'ordre des tests pour les hormones et leur besoin

L'équilibre hormonal équilibré est une condition nécessaire au fonctionnement normal du corps. Cependant, dans certaines conditions, le médecin recommande au patient de subir un test sanguin pour détecter les hormones, ce qui est nécessaire pour identifier les éventuels troubles du système endocrinien et pour prescrire un traitement rapide.

Description générale

Les hormones jouent un rôle de premier plan dans la garantie de l'activité vitale de l'organisme car, grâce à elles, tous les processus métaboliques sont régulés.

La mobilité hormonale fournit une réponse rapide du corps aux influences externes défavorables fréquentes. Cela vous permet de restaurer l'énergie dépensée, de résister au stress et de favoriser un développement normal de la petite enfance au troisième âge. La restructuration la plus compliquée du contexte hormonal chez la femme a également lieu au moment de la naissance d'une nouvelle vie, de la gestation ultérieure, de la naissance et de l'allaitement d'un bébé.

Assurez-vous de prendre en compte les caractéristiques d'âge des femmes, leur état psychologique. Une des fonctions dominantes assurant l'équilibre hormonal est assurée par l'hypophyse, générant non seulement un certain nombre d'hormones, mais également contrôlant le fonctionnement normal de tous les organes et glandes qui les produisent également.

Le signal de commande à l'hypophyse provient de l'hypothalamus situé au-dessus de celle-ci. Ce corps, qui se concentre sur les informations provenant du corps, produit des libérines, contribuant à la libération d’un certain type d’hormones, ainsi que de statines, qui inhibent leur production. Avec l’apparition d’échecs prolongés dans un système hormonal complexe et subtil, des mesures thérapeutiques supplémentaires sont nécessaires, lesquelles sont précédées de diverses études de diagnostic, y compris un test sanguin pour les hormones, conduites selon une technique spécifique.

Une fois nommé

Une certaine glande est responsable de la production de chaque type d'hormones, qui réagit avec une diminution ou une augmentation de l'intensité du fonctionnement lorsque la concentration change. Un déséquilibre se produit lorsqu'une glande non régulée réduit ou augmente la quantité d'hormones pouvant causer une certaine liste de maladies chez les femmes. Les problèmes du système reproducteur sont particulièrement graves pour les futures mères: ovaires polykystiques, fibromes, troubles menstruels, infertilité et autres.

Par conséquent, lorsque ces symptômes apparaissent, le médecin vous prescrit des tests pour les hormones, qui permettent de clarifier le tableau des violations qui en résultent et de prescrire un traitement approprié. Selon les témoignages, elles doivent également se rendre pendant la période de planification de la grossesse souhaitée afin d'éviter tout préjudice au bébé à naître.

La science de la gynécologie n'implique pas une recherche obligatoire sur les hormones prévue. Ce n'est qu'après avoir détecté des symptômes gênants, pour clarifier le diagnostic préliminaire, que le médecin conclut raisonnablement à la nécessité de faire un test sanguin pour détecter les hormones afin de ne pas perdre un temps précieux à prescrire un traitement. Dans certains cas, un examen complet peut être requis, par exemple si des troubles de l’échange de calcium sont détectés.

Tous les types de maladies féminines ne nécessitent pas d'analyses hormonales. Si le diabète est diagnostiqué, ils ne sont généralement pas effectués. En cas de pathologies de la glande thyroïde, des tests sanguins pour les fractions d'hormones peuvent être prescrits plus d'une fois.

Préparation à l'analyse

Si, en fonction de la nature de la maladie, des prescriptions d'hormones sont présentes dans l'ordonnance du médecin, vous devez suivre quelques règles avant de vous rendre dans la salle de traitement. Ceci est important car les hormones chez les femmes peuvent présenter des concentrations différentes en fonction du cycle menstruel. Ils sont également sensibles au régime alimentaire et au temps écoulé après les repas, l'exercice, les effets du stress, l'hypothermie, la présence de maladies.

Compte tenu de ces facteurs, au stade préparatoire, avant de procéder à une analyse sanguine des hormones, plusieurs règles doivent être suivies:

  • effectuer cette procédure sur un estomac vide;
  • quelques jours avant de prendre du sang pour limiter l'activité physique;
  • deux jours avant d'aller à la salle de traitement ne doit pas boire d'alcool;
  • il est conseillé d’exclure les contacts sexuels au cours de la journée précédant la réalisation des tests;
  • ne pas fumer le matin;
  • vous ne devriez pas donner de sang dans un état de surexcitation nerveuse;
  • Assurez-vous d'informer le médecin qui vous prescrit une analyse hormonale de la prise de médicaments, si vous devez en prendre régulièrement.

Comment prendre

Le meilleur moment pour donner du sang aux hormones est le matin, environ une heure ou deux après le réveil.

Conformément aux spécificités du corps féminin, des tests d'hormones effectués par un spécialiste qualifié sont désignés en fonction des phases du cycle menstruel.

L’hormone folliculostimulante ou FSH abrégée est un régulateur de l’apparition de la maturation du follicule et stimule la formation d’œstrogènes. Simultanément, la croissance de l'endotherme utérin commence. La concentration de FSH atteint son maximum au milieu du cycle, devenant un catalyseur pour l'ovulation. Il est conseillé de prélever du sang pour la détermination de cette hormone lorsque 3 à 8 patients sont activés, ainsi que 19 à 21 jours du cycle menstruel mensuel.

LH et autres

  • un cycle de 28 jours - 2 à 5 jours, compté après l'apparition des saignements pendant la menstruation;
  • un cycle de plus de 28 jours est le plus favorable pour prélever du sang de 5 à 7 jours;
  • le cycle 21-23 jours suggère la période optimale de 2 à 3 jours.

Progestérone

Le sang destiné à la progestérone, ainsi que, si nécessaire, à la prolactine, est pris le plus souvent après l'ovulation, après quoi on compte 6 à 8 jours. En outre, l'échantillonnage peut être limité à la deuxième phase du cycle menstruel (environ 21-22 jours, si le cycle de 28 jours est établi).

Le plus souvent, il suffit de déterminer le niveau de base d'une hormone spécifique (par exemple, lors de l'examen des glandes parathyroïdes ou de la thyroïde) en effectuant une procédure établie de sang matinal à jeun.

Mais il existe des situations où vous devez établir un programme de rythme quotidien pour la production d'hormones. De telles études deviennent nécessaires, une fois identifiées, le syndrome de Cushing, afin de clarifier les violations de la production de cortisol. Ils peuvent également être prescrits pour les perturbations pathologiques de la production de prolactine et d'hormone de croissance.

Changer de manière significative les niveaux d'hormones à différents stades de la grossesse. Les particularités de la situation écologique de la région de résidence sont également prises en compte. Par exemple, dans les régions où la teneur en iode des aliments est réduite, la thyroxine produite par la glande thyroïde sera réduite.

Tests hormonaux sexuels

Parmi les raisons pour lesquelles une étude analytique du sang pour les hormones sexuelles est nécessaire figurent les facteurs suivants:

  • les caractères sexuels secondaires deviennent moins prononcés;
  • des signes clairs du sexe opposé apparaissent;
  • incapacité de tomber enceinte pendant une longue période.

Au cours de la grossesse, l’examen hormonal devient presque la norme car, en fonction de ses résultats, il est possible d’identifier des pathologies graves et de prévenir des complications graves.

Dans l'étude de la sphère sexuelle sont plus souvent étudiés:

  • l'hormone lutéinisante responsable de la production d'œstrogène;
  • hormone folliculo-stimulante qui stimule le développement des follicules;
  • la prolactine, qui participe à la synthèse des protéines et joue un rôle important dans le processus de grossesse, soutient la fonction du corps jaune et affecte la croissance des glandes mammaires et la production de lait;
  • gonadotrophine chorionique humaine, considérée comme une hormone de grossesse;
  • la progestérone, nécessaire pour la grossesse sans complications;
  • l'estradiol, qui est la principale hormone féminine;
  • l'œstriol, lié au principal œstrogène de la grossesse;
  • la testostérone.

Examen de la thyroïde

Les hormones contenant de l'iode générées par la glande thyroïde sont nécessaires au déroulement normal de tous les processus métaboliques. Si cet organe tombe malade, alors des pathologies systémiques graves se produisent:

  • problèmes de fonctionnement du système nerveux central;
  • troubles de réactions vasculaires;
  • l'apparition d'une inadéquation du système endocrinien;
  • apparition de processus dystrophiques dans le myocarde.

L’apparition d’une tachycardie, d’un goitre, d’une prise de poids abrupte et d’une maladie de la glaise peut indiquer une hyperthyroïdie - une production excessive d’hormones thyroïdiennes, entraînant une intoxication du corps. Lorsque la bradycardie, l'oedème muqueux, l'hypothermie et l'hypothyroïdie sont généralement diagnostiqués - une diminution de la production d'hormones. Toute maladie de la thyroïde entraîne des pathologies dangereuses. Le médecin vous prescrit une étude hormonale si la femme présente les symptômes suivants:

  • l'aménorrhée;
  • infertilité;
  • l'arythmie;
  • états dépressifs.

Des analyses sont effectuées pour établir le niveau d'hormone stimulant la thyroïde. D'autres hormones produites par la glande sont également étudiées:

  • triiodothyronine commune et libre;
  • La thyroxine est commune et libre.

Hormones du cortex surrénal

Toute la variété des hormones produites par le cortex surrénalien est divisée en trois groupes conditionnels.

  • Les minéralocorticoïdes qui, en raison de leur fonction régulatrice dans le métabolisme des sels d'eau, contribuent à la stabilisation de la pression artérielle.
  • Les glucocorticoïdes, qui ont un effet sur le glucose qui en augmente le niveau. Ils contribuent à améliorer la résistance au stress et ont une action anti-inflammatoire.
  • Androgènes surrénaliens, se manifestant principalement dans les maladies graves des glandes surrénales.

Des analyses visant à vérifier le niveau d'hormones sécrétées par le cortex surrénalien sont nécessaires pour les manifestations d'hypoproduits suivantes:

  • fatigue constante, faiblesse musculaire;
  • diminution de la pression dans le contexte du rythme cardiaque devenu fréquent;
  • perte de poids, manque d'appétit;
  • irritabilité;
  • soif constante;
  • soif de salé.

Si une hyperproduction d'hormones est présente, le syndrome d'Itsenko-Cushing se développe avec les symptômes suivants:

  • obésité du corps, du visage, du cou, avec épuisement des extrémités;
  • l'acné;
  • vergetures violettes de la peau - stries;
  • l'apparition de poils féminins similaires à ceux des hommes - hirsutisme;
  • perturbation du cycle menstruel;
  • symptômes dépressifs;
  • l'ostéoporose.

Les analyses sont principalement destinées à déterminer la concentration des hormones suivantes:

  • hormone corticotrope produite par l'hypophyse antérieure et responsable de la production des hormones du cortex surrénalien;
  • le cortisol, qui est le principal glucocorticoïde du cortex surrénalien;
  • l'aldostérone - le principal minéralocorticoïde.

Fonction hypophysaire

Étant donné que le fonctionnement du cortex surrénalien, des gonades, de la thyroïde et des autres dépend directement de l'hypophyse, une analyse est en cours pour déterminer le niveau de l'hormone hypophysaire, responsable de la stimulation d'une glande spécifique.

Si la pathologie de la glande est la cause de la perturbation hormonale, une diminution du niveau de l'hormone qu'elle produit est révélée à des taux élevés dans l'hypophyse. S'il est déterminé qu'une hypophyse fonctionnant mal est responsable d'une sécrétion insuffisante de la glande, les tests montreront une réduction générale de la concentration d'hormones.

Principes pour planifier une grossesse

Une des périodes les plus graves chez les femmes lorsque les hormones subissent de graves changements est la grossesse. C'est pourquoi les médecins recommandent souvent des études analytiques au cours de la période de préparation. Le plus souvent, ces hormones sont vérifiées chez les femmes qui affectent directement la gestation du fœtus:

Il est souvent recommandé aux femmes âgées de plus de 30 ans d'analyser l'AMH (hormone anti-Mullers), dont dépend la formation de cellules viables.

Décryptage

Après un test sanguin, il s'ensuit le décodage de l'analyse, au cours duquel la norme et les écarts des données obtenues sont comparés.

Si les résultats du test montrent une diminution ou un excès excessif d'un certain niveau d'hormones, des conclusions sont alors établies quant à la présence ou à l'absence d'un processus pathogène dans le corps.

Tableau 1 - Niveaux normaux d'hormones, en fonction de la phase du cycle menstruel

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

Les principaux symptômes de la maladie thyroïdiennePour le traitement de la thyroïde, nos lecteurs utilisent avec succès le thé monastique. Vu la popularité de cet outil, nous avons décidé de l’offrir à votre attention.

La concentration de calcium dans le sang est un indicateur important du métabolisme des minéraux. Les laboratoires sont actuellement disponibles pour déterminer le niveau de cette substance par deux méthodes.

Sciences médicales Klimov Alexander Vasilyevich, PhD, assistant Tikhomirova Anastasia Andreevna, étudiante Université médicale d'État d'Orenbourg Matériaux connexesLes hormones et les neurotransmetteurs jouent un rôle clé dans de nombreux processus physiologiques et biochimiques se produisant dans le corps humain.