Principal / Enquête

Progestérone pendant la grossesse

La progestérone est l'une des principales hormones de la grossesse. Surtout dans les premiers stades. Si cette hormone est trop faible, cela peut provoquer une fausse couche. Mais l'excès de progestérone n'a également pas d'effet très positif sur le déroulement de la grossesse.

La progestérone doit être présente dans le corps de la femme pour pouvoir tomber enceinte. L'hormone est produite dans l'ovaire après la maturation de l'œuf. À partir du moment de la fécondation, le corps jaune produit la progestérone pendant trois mois et demi. Après que l'hormone ait produit le placenta.

La progestérone est l'une des principales hormones de la grossesse. Surtout dans les premiers stades. Si cette hormone est trop faible, cela peut provoquer une fausse couche. Mais l'excès de progestérone n'a également pas d'effet très positif sur le déroulement de la grossesse.

La progestérone doit être présente dans le corps de la femme pour pouvoir tomber enceinte. L'hormone est produite dans l'ovaire après la maturation de l'œuf. À partir du moment de la fécondation, le corps jaune produit la progestérone pendant trois mois et demi. Après que l'hormone ait produit le placenta.

Pourquoi la progestérone est-elle si importante? Sans cette hormone, l'utérus ne peut pas s'attacher à lui-même un ovule fécondé. Sinon, l'utérus, qui se contracte, rejettera l'œuf fécondé. Grâce à la progestérone, il cesse de rétrécir et commence à grossir. Et l'hormone prépare les seins de femme à la sécrétion de lait. De plus, sous l'influence de la progestérone, une femme se prépare à porter un enfant.

Fait intéressant, la progestérone est non seulement une hormone féminine, mais également une hormone masculine, car sa quantité est produite par les glandes surrénales. Mais la progestérone est encore plus produite dans le corps de la femme.

Niveaux de progestérone par semaine de grossesse

Pendant la grossesse, les niveaux de progestérone changent constamment, augmentant progressivement avec la durée. Pour différentes périodes établi son propre taux spécifique. Ainsi, jusqu'à douze semaines, le niveau de l'hormone devrait être compris entre 9 et 47 unités conventionnelles par millilitre. De plus, jusqu’à la vingt-huitième semaine, il augmente et la norme se situe entre 17 et 146 unités conventionnelles par millilitre. Déjà après la 29e semaine et jusqu'à la naissance de l'enfant, le niveau de progestérone est compris entre 55 et 200 unités conventionnelles par millilitre.

Mais ne vous précipitez pas pour tirer des conclusions sur le niveau de progestérone si les résultats de l'analyse vous parviennent. Il doit être déchiffré par un spécialiste. Après tout, les normes peuvent varier d’un laboratoire à l’autre et le corps de chaque femme est individuel et unique. De plus, les niveaux de progestérone peuvent être indiqués dans différentes unités. Il existe, par exemple, un tel tableau des niveaux de progestérone par semaine:

Quel jour et comment faire un test sanguin pour la progestérone chez la femme

Le test à la progestérone est le moyen le plus efficace de clarifier les causes de nombreuses pathologies, y compris la stérilité. Dans le corps de la femme, il se produit dans les ovaires, les glandes surrénales et lorsqu'il porte un enfant dans le placenta.

Quand est-ce nécessaire?

Puisque la progestérone a pour fonction principale de réguler la menstruation et d'assurer un cycle et une conception normaux, l'analyse est prescrite aux patientes:

  • avoir de la difficulté à concevoir et à diagnostiquer l'infertilité. La fonction de reproduction des femmes dépend directement de cette hormone;
  • au cours des premières semaines de grossesse et au 2e trimestre, en violation du cycle (aménorrhée);
  • dans la période de planification de la grossesse pour prédire son apparition. Si les chiffres diffèrent de la norme, le gynécologue sera en mesure de prédire les complications probables. Par exemple, si la progestérone ne suffit pas, une fausse couche spontanée est possible.
  • pendant la grossesse, en cas d'augmentation de la pression artérielle et d'enflure;
  • au deuxième trimestre pour vérifier l'état du placenta;
  • avec toutes sortes de violations du cycle mensuel;
  • en présence de symptômes d'une tumeur ou d'un kyste ovarien ou de pathologies surrénaliennes;
  • en l'absence d'ovulation.

Les signes suivants constituent des violations de la norme de progestérone:

  • douleur à la poitrine;
  • violations du cycle;
  • saignements utérins d'intensité variable;
  • des ballonnements;
  • sautes d'humeur;
  • l'obésité.

Quel jour est le meilleur et correct?

Tout d'abord, il est important de connaître le jour où il est nécessaire de donner du sang. Le jour de livraison dépend du cycle. Il est nécessaire de prendre dans la période où la concentration de l'hormone atteint des valeurs maximales.

Avec un cycle standard de 28 jours, il est nécessaire d’approcher le laboratoire les 22 ou 23 jours. Si cela dure plus de 4 semaines, vous devez calculer le temps, une semaine avant le premier jour de la prochaine menstruation.

Lorsque le cycle est réduit à 26 jours, le don de sang a lieu les 18e et 19e jours après le début des règles. S'il n'y a pas de règles, le sang peut être donné n'importe quel jour. Habituellement, dans ce cas, une analyse complète des hormones.

Combien est fait?

Pour l'étude, le sang est prélevé dans une veine. Le sérum est d'abord libéré des cellules sanguines, puis examiné par une méthode immunochimique. Le résultat final peut être obtenu en quelques heures. Normalement dans le laboratoire, donnez le résultat le lendemain.

Comment faire - sur un estomac vide ou pas?

Le sang n'est donné le matin que sur un estomac vide. La veille, vous pouvez dîner au plus tard 8 heures avant de vous rendre à la clinique. Si, pour une raison quelconque, vous devez effectuer une analyse l'après-midi, vous devez également vous abstenir de manger 6 à 8 heures avant de servir. Et seulement dans le cas d'une collation légère, vous pouvez donner du sang après 4 heures.

Préparation et règles de livraison

Pour que l'analyse soit correcte et ne nécessite pas de reprendre du sang, vous devez préparer:

  • calculer correctement le jour;
  • 2 jours pour abandonner les aliments épicés, gras et sucrés. Pas besoin d'abuser du thé fort et du café. Exclure l'alcool pendant cette période et arrêter le traitement médicamenteux;
  • 2 jours excluent l'exercice physique, n'assistent pas aux entraînements, cessent de faire du sport, n'ont pas de relations sexuelles. Il est nécessaire de faire une pause et de travailler dur à la maison - ne déplacez pas de meubles, ne plantez pas de pommes de terre;
  • pendant deux jours, il faut éviter le stress et l'anxiété;
  • la veille, il est nécessaire de dîner au plus tard 8 heures avant la visite à la polyclinique;
  • Ne prenez pas de petit-déjeuner, ne fumez pas le jour de l'analyse.

Déchiffrer le résultat

Le décryptage doit être effectué par un médecin. Une des caractéristiques de l’étude sur la progestérone est qu’elle est réalisée différemment selon le diagnostic.

Si une femme présente une aménorrhée, le sang devra être examiné 3 fois: le septième jour après le début de la menstruation, le quatorzième et le vingtième jour.

Il est donc plus facile de suivre la dynamique de la concentration de l'hormone et de déterminer son taux pour une femme en particulier. En règle générale, les patients atteints de ce type de pathologie sont invités à remplir un journal de cycle.

En moyenne, la norme correspond à:

  • pendant la période de maturation de l'œuf - 0,30 nmol / l - 2,23 nmol / l;
  • dans la phase ovulaire - 0,48 nmol / l - 9,41 nmol / l;
  • chez les lutéaux - 6,99 nmol / l - 56,63 nmol / l.

Si la quantité d'hormone ne correspond pas à la norme, on observe dans l'organisme les éléments suivants:

  • les fluctuations des niveaux hormonaux;
  • le début de la ménopause;
  • risque accru de saignement de l'utérus;
  • pathologie du système endocrinien.
  • la grossesse
  • fonction rénale réduite;
  • l'aménorrhée;
  • pathologie du placenta;
  • corps jaune kyste.

Un taux élevé de progestérone peut être accompagné de symptômes inconfortables tels que fatigue chronique, migraines, yeux qui tombent, acné, saignements intermenstruels.

  • grossesse post-terme;
  • la menace d'une fausse couche spontanée;
  • processus inflammatoire dans les organes gynécologiques;
  • retard du développement fœtal par rapport à la norme;
  • traitement avec certains médicaments.

Une valeur faible a également une grande influence sur l'état général et le domaine émotionnel:

  • provoque l'apathie et la faiblesse musculaire;
  • réduit la libido;
  • favorise le développement des kystes et des tumeurs ovariennes.

La carence peut entraîner des règles abondantes et douloureuses, des migraines sévères, l'apparition d'irritabilité et une instabilité émotionnelle.

Norme pendant la grossesse

Lorsque la grossesse survient, la progestérone produit tout le premier trimestre du corps jaune. Au 2ème trimestre, le placenta commence à effectuer ce travail. Le niveau d'hormones augmente régulièrement de la semaine 9 à la semaine 32, la concentration ayant été multipliée par 15 au cours de cette période.

La progestérone contrôle non seulement l’état de l’endomètre de la cavité utérine, mais prend également en charge tout le métabolisme: le corps absorbe un maximum de nutriments dans les aliments consommés.

Le contenu varie selon le terme:

  • au premier trimestre - de 8,9 nmol / l à 468,4 nmol / l;
  • dans le second - de 71,5 nmol / l à 303,1 nmol / l;
  • dans le troisième - de 88,7 nmol / l à 771,5 nmol / l.

Lors de la planification d'une grossesse

La progestérone est une hormone dont dépend l'efficacité de la conception et du maintien du bébé. Lors de la planification d’une grossesse, il est très important de contrôler son niveau, de le comparer à la norme et, si nécessaire, d’obtenir les chiffres nécessaires.

Si on diagnostique un niveau élevé chez une future mère, il est recommandé à la mère de simplement suivre un régime alimentaire approprié, tout en continuant de continuer sereinement à se préparer à la grossesse.

De faibles niveaux de l'hormone peuvent nuire au succès de la conception et même au développement intra-utérin du fœtus.

Si un faible taux de progestérone est détecté, il est décidé de prescrire une correction médicale. Pour corriger le niveau de l'hormone devra utiliser des hormones. Le cours sera choisi par le médecin traitant individuellement.

Analyse de la progestérone pendant la grossesse - normes et écarts

La progestérone est l'une des principales hormones du corps féminin. Le montant de la grossesse dépendra de son montant.

Un excès ou une carence en cette substance affecte négativement une femme et son fœtus.

Pour cette raison, il est important de passer une analyse de la progestérone pendant la grossesse.

Ses résultats dépendront des actions ultérieures du gynécologue qui contrôle le processus de gestation.

Niveaux de progestérone par semaine de grossesse

La progestérone remplit de nombreuses fonctions. En fait, cette hormone assure non seulement le déroulement normal de la grossesse, mais prépare également le corps à l’accouchement et à la lactation. C'est lui qui est responsable de la réduction du tonus excessif de l'utérus. La progestérone prépare les glandes mammaires à la lactation, ainsi que les os et les ligaments du bassin - au passage de l'enfant.

Le niveau de l'hormone dans le sang d'une femme enceinte ne reste pas constant pendant toute la période. Cet indicateur est en croissance constante, atteignant son apogée au moment de la naissance.

C'est ce composé qui déclenche les changements hormonaux qui stimulent l'activité générique.

Au début, la progestérone est sécrétée par le corps jaune. Le niveau de l'hormone est minime, mais il dépasse largement le nombre de femmes non enceintes.

Si la période de gestation est de 1 à 2 semaines, le taux de progestérone varie de 12 à 18 ng / ml.

Le niveau de l'hormone au cours des périodes ultérieures augmente constamment, comme l'indique le tableau.

Les valeurs données sont approximatives. Le niveau est individuel pour chaque femme. Le gynécologue doit s’occuper du décodage des données obtenues.

Test sanguin pour la progestérone pendant la grossesse

Pour déterminer le niveau de progestérone, une femme doit donner du sang par une veine. La concentration de l'hormone est déterminée dans le sérum.

La préparation préalable à la recherche en laboratoire implique:

  • l'abolition des médicaments hormonaux pendant 2 jours;
  • exclusion de l'activité physique;
  • cesser de fumer;
  • réduire les effets du stress.

Le sang est donné le matin à jeun. Avant l'analyse est autorisé à boire de l'eau.

Si les recommandations ne sont pas suivies, les résultats ne seront pas fiables. L'analyse est effectuée assez rapidement. Les données peuvent être obtenues le jour de la livraison ou le lendemain.

Les réponses reçues doivent être montrées à votre gynécologue. Le médecin vous expliquera si les indicateurs sont normaux et, en cas de doute, vous demandera des examens supplémentaires, tels que l'échographie et la doplerométrie.

Avec un fort retard dans la menstruation, non lié à la grossesse, le médecin prescrit des injections de progestérone à appeler pour la menstruation. Dans quels cas il est vraiment nécessaire, nous considérons dans l'article.

Qu'est-ce que la progestérone affecte et comment est-elle produite? Vous trouverez la réponse ici.

Assigné à la progestérone? Quand il est préférable de le prendre, quel jour du cycle, lisez plus loin: http://gormonexpert.ru/gormony/progesteron/kogda-sdavat-na-kakoj-den-cikla.html. La progestérone et la grossesse, la progestérone et le cycle menstruel - en détail à ce sujet.

Déviations des normes et de leurs causes

Les déviations mineures du niveau hormonal par rapport à la norme ne doivent pas être considérées comme une pathologie. Au premier trimestre, il est assez difficile de déterminer avec précision la durée de la grossesse. Pour cette raison, il peut y avoir de légères différences. Des écarts importants par rapport aux valeurs standard (haut ou bas) - voilà pourquoi nous devons être plus attentifs à votre santé.

Une faible concentration de progestérone dans le sang d'une femme enceinte signale l'une des conditions pathologiques.

  • processus inflammatoires;
  • grossesse extra-utérine;
  • hypoxie fœtale;
  • retard de développement fœtal.

Des niveaux d'hormones bas à différents moments peuvent signaler des problèmes actuels

Ainsi, au premier trimestre, sa faible concentration est lourde de fausse couche. Au milieu du terme possibles violations du placenta. La diminution de la concentration de l'hormone au cours des dernières semaines n'est pas si dangereuse, elle indique généralement une grossesse après terme.

En l'absence d'hormones, le médecin prend une décision concernant le traitement médicamenteux. En règle générale, on prescrit des médicaments à base de progestérone aux femmes enceintes. L'analogue d'hormone synthétisé chimiquement est injecté par voie intramusculaire. Avec la menace d'une fausse couche, il est recommandé à une femme d'aller à l'hôpital.

Dans certains cas, montre l'utilisation de médicaments tels que Duphaston ou Utrozhestan. Ils sont capables de maintenir la concentration de l'hormone au bon niveau jusqu'à ce que cette fonction commence à effectuer le placenta. La posologie et la durée du cours sont déterminées par le médecin.

Un excès de progestérone pendant la grossesse peut indiquer la présence d'une pathologie, par exemple des kystes du corps jaune. Dans ce cas, la femme montre une intervention chirurgicale. L'éducation est supprimée par laparoscopie et le niveau d'hormone se stabilise avec le temps. Une autre condition pouvant augmenter la concentration d'une substance est le dérapage des bulles. C'est une pathologie rare. La grossesse en même temps ne peut pas être prolongée.

Quand tester la progestérone?

Le test de progestérone est facultatif. Les médecins recommandent rarement une étude similaire dans le cours normal de la grossesse. Il est nécessaire de faire un don de sang si la grossesse est survenue après de nombreuses tentatives infructueuses. Cela est dû à la fonction principale de l'hormone. La progestérone prépare l'endomètre de l'utérus pour l'introduction d'un ovule fécondé. Par conséquent, si la grossesse n’est pas survenue depuis longtemps, il est possible que la synthèse d’hormone dans le corps de la femme ne soit pas suffisante.

Le test de progestérone est recommandé chez les femmes présentant de faibles niveaux de hCG. C'est aussi une hormone qui soutient la gestation. Jusqu'à 16 semaines, c'est l'hCG qui contrôle la sécrétion de progestérone par le corps jaune. Sa carence peut indiquer la présence d'une pathologie.

Dans la seconde moitié de la grossesse, un test à la progestérone aidera à identifier l'insuffisance placentaire existante. Cette condition se développe lorsque la place du bébé produit une quantité insuffisante d'hormone.

Pour la synthèse de la progestérone, le corps a besoin de graisses. Il est important de contrôler le taux de cholestérol.

Il ne devrait pas être trop bas, sinon le corps féminin ne sera pas capable de convertir les lipides en une hormone qui favorise la grossesse. Pour cette raison, il est nécessaire que les femmes ayant un faible taux de cholestérol déterminent les niveaux de progestérone.

Le gynécologue recommandera une analyse si les données échographiques ne coïncident pas avec la période calendaire ou si la hauteur de l'utérus et la circonférence abdominale ne correspondent pas à la semaine de grossesse. Les données sur la concentration de progestérone confirmeront ou infirmeront les soupçons du médecin concernant le retard du fœtus au cours du développement.

Une analyse de la progestérone doit être effectuée si l'activité professionnelle n'a pas commencé au cours de la période de 42 semaines. La raison peut en être une concentration excessivement élevée de l'hormone. Dans une telle situation, les médecins décident de stimuler l'accouchement.

Si le déficit en progestérone a été détecté au début du premier trimestre, il est recommandé de vérifier régulièrement son niveau jusqu'à la naissance. Cela vous permettra de surveiller l'efficacité du traitement médicamenteux.

Pendant la gestation, le corps de la femme subit d’énormes changements. Le corps crée les conditions nécessaires pour porter un fœtus. L'hormone progestérone joue un rôle important dans ce processus. Il est nécessaire de contrôler son niveau afin de reconnaître la pathologie à temps et de prendre les mesures nécessaires.

Si l'analyse des hormones montre une élévation de la progestérone dans la phase lutéale en l'absence de grossesse, cela peut être le signe d'un processus pathologique dans la sphère de la reproduction. Quelles actions entreprendre avec de tels indicateurs?

Dans cette section, vous trouverez les causes des faibles taux de progestérone dans le sang des femmes.

Pourquoi tester la progestérone pendant la grossesse, son décodage

Une analyse de la progestérone au cours de la grossesse est prescrite si le médecin le souhaite. Cette hormone est très importante pour le déroulement normal de la grossesse et sa conservation.

Beaucoup de femmes doivent tester la progestérone pendant la grossesse. Qu'est-ce que c'est pour l'analyse et pourquoi est-ce nécessaire? Comment le prendre et le déchiffrer?

Pourquoi avez-vous besoin de cette analyse?

L'analyse de la progestérone est très importante, elle aide à surveiller la santé du fœtus et de la femme enceinte. Il est administré non seulement pendant la grossesse, mais aussi lorsqu'une femme souhaite devenir mère, mais elle n'y parvient pas, même si l'ovulation est préservée, etc.

À propos de la progestérone

La progestérone est une hormone stéroïde, elle est présente dans le corps des hommes et des femmes, mais les premiers en ont très peu. On l'appelle généralement l'hormone de la grossesse, car elle détermine souvent si une femme peut ou non accoucher. C’est lui qui contribue à l’apparition de l’ovulation, aide à concevoir un enfant, puis élimine la possibilité d’une fausse couche.

Comment la progestérone affecte-t-elle exactement le développement fœtal? Cela dépend beaucoup de lui:

  1. Cela affecte la couche interne de l'utérus.
  2. Ne permet pas au corps féminin de rejeter l'oeuf.
  3. Prépare l'utérus de la femme au fait que l'enfant grandira dedans, l'aidant à grandir.
  4. Il agit en relâchant les muscles de l’utérus, c’est-à-dire cela réduit le risque de fausse couche.
  5. Influence les muscles du bassin, les prépare à l'accouchement, prépare les glandes mammaires à la production de lait.

Ce n'est pas tout. Cela dépend en grande partie du métabolisme, du travail du pancréas, etc.

Déviations de la norme

Comment et quand devrais-je effectuer ce test à la progestérone chez la femme enceinte? Ceci est décidé par le médecin. Examen de routine prescrit dans 2 moitié de la grossesse, pour évaluer l'état des femmes du placenta. Mais généralement, l'analyse est effectuée au cours du premier trimestre, s'il y a des anomalies, par exemple, il y a eu des complications de la grossesse, des fausses couches dans l'histoire. Il est nécessaire de faire ce test sanguin si la future mère porte à nouveau l’enfant, c’est-à-dire Le médecin peut le prescrire au troisième trimestre.

Mais parfois, une femme peut insister pour qu'elle analyse, si elle sent qu'elle a des problèmes de santé, lorsque les symptômes suivants apparaissent, on peut parler du manque de progestérone: elle a un vagin sec, une pigmentation de la peau, des pertes de charge constantes, des tourments de constipation et de météorisme, douleur dans le bas de l'abdomen (douleurs de traction), etc.

Une fois que ce test sanguin est prêt, vous pouvez évaluer ses résultats. Ils dépendent de savoir si une femme enceinte ou non. Si un peu de l'hormone est trouvée pendant la grossesse, le placenta est altéré, ou il s'agit d'une grossesse extra-utérine, le fœtus souffre d'un manque d'oxygène, son développement est retardé, etc.

Ce qu'il menace pendant la grossesse:

  1. Une femme peut perdre un bébé lorsqu'elle fait une fausse couche.
  2. On lui diagnostique un avortement manqué.
  3. Le fruit sera en retard dans le développement.
  4. Une femme enceinte aura la prééclampsie.
  5. Une femme donnera naissance à un enfant après le temps imparti.
  6. Elle a déjà commencé des processus inflammatoires qui ont affecté les organes génitaux internes.

Parfois, ces résultats peuvent être dus à la prise de certains médicaments. Par conséquent, avant de faire un test sanguin pour détecter les hormones, indiquez à votre médecin les médicaments que vous prenez.

Si les résultats sont différents, lorsqu'un test sanguin indique qu'il y a trop de progestérone, cela indique un certain nombre de maladies.

  • Le diabète sucré;
  • Problèmes rénaux et surrénaux;
  • Le placenta ne se développe pas correctement et mûrit;
  • Elle a un kyste au corps jaune.

Mais pas toujours un niveau élevé de progestérone parle de ces troubles. Il y a des cas où une femme attend des jumeaux ou des triplés, alors l'analyse de la progestérone montrera également que la quantité de l'hormone est dépassée. Parfois, cela est dû à la consommation de certains médicaments contenant un analogue de cette hormone.

Comment passer, décrypter

Comment passer cette analyse? Comme mentionné ci-dessus, il s'agit d'un test sanguin. En cas de risque de fausse couche pendant la grossesse, le médecin peut vous demander de faire ce test de progestérone régulièrement pour suivre la situation.

La préparation

Comment passer cette analyse? Aucune formation spéciale n'est requise. Comme tout test sanguin, il est administré l'estomac vide. Avant cela, vous ne pouvez pas prendre de médicaments hormonaux. Une femme ne peut pas être surmenée et nerveuse. Il est déconseillé de fumer peu de temps avant de passer le test d'hormones. Lorsque la grossesse est préférable d’abandonner cette habitude, mais que si cela n’a pas fonctionné, évitez de fumer avant la procédure, cela devrait prendre au moins 3 heures à partir du moment où vous avez fumé.

Norma

Comment déchiffrer ce test sanguin pour les hormones? Vous remarquerez peut-être que le niveau de progestérone devient progressivement croissant. Pour clarifier si vos résultats sont normaux, vous pouvez chez votre médecin. Mais si nous parlons de chiffres approximatifs, le décodage est approximativement le suivant:

  1. Premier trimestre: de 8,9 à 468,4 nmol / l;
  2. Deuxième trimestre: de 71,5 à 303,1 nmol / l;
  3. Le troisième trimestre: de 88,7 à 771,5 nmol / l.

Parfois, une unité de mesure différente, ng / ml, est utilisée, les chiffres peuvent alors différer considérablement.

Mais vous ne devez toujours pas évaluer leurs analyses par eux-mêmes. Cela devrait traiter avec un médecin. S'il y a des écarts par rapport à la norme, il prescrira le traitement nécessaire. Vous allez prendre des médicaments hormonaux. Mais le traitement n'est pas seulement un médicament, mais aussi du repos, une nutrition adéquate, l'observance du jour, etc. La future mère devrait prendre soin d’elle-même et elle pourra ensuite donner naissance à un enfant en bonne santé.

Progestérone en début de grossesse

Le corps, même à ses débuts, est assez fort. Et pourtant, les conditions sont nécessaires à son développement. La progestérone pendant la grossesse dans les premiers stades est conçue pour les créer. Dans cette position, le rapport et le volume des hormones sont généralement très importants. Un déséquilibre dans ce domaine peut créer des conditions d'interruption de grossesse, augmenter le risque de pathologies fatales chez le fœtus, il est donc important de le surveiller et, en cas de dérangement, de le corriger.

Lire dans cet article.

Pourquoi ai-je besoin de progestérone: détails

La progestérone est une hormone stéroïde produite par le système endocrinien humain. Il est présent chez les femmes et les hommes, mais joue le rôle le plus important dans le processus de conception, dans la période de procréer. L'hormone est produite par le corps et en plus de la grossesse. Il participe au cycle en contribuant au remplacement de la couche obsolète de la cavité interne de la muqueuse utérine par une nouvelle. Les niveaux de progestérone en début de grossesse sont entièrement déterminés par le bon fonctionnement des ovaires. Ce sont ces organes qui produisent l'hormone. Sa tâche est d'éliminer l'activité excessive de l'utérus après la fixation de l'œuf fécondé. Lorsque le corps est réduit, il est rejeté et sorti.

La progestérone est «responsable» de:

  • attachement aux parois de l'utérus d'un oeuf fécondé;
  • prévention du rejet fœtal (prépare le système immunitaire de la femme à l'adoption d'une protéine présentant la structure génétique du père de l'enfant);
  • préparation des organes et des systèmes de la future mère pour le portage et l'accouchement;
  • forme l’endomètre de manière à devenir un lit fiable pour la fixation de l’ovule pendant une longue période, ce qui est très important au début de la grossesse, lorsque le fœtus est encore faible et sous-développé et que les organes subsidiaires ne sont pas formés;
  • la croissance des seins et leur préparation à l'allaitement;
  • stimulation de la croissance naturelle de l'utérus;
  • relaxation musculaire de l'utérus, empêchant sa contraction prématurée;
  • état du système nerveux d'une femme enceinte;
  • l'accumulation de graisse sous-cutanée chez une femme enceinte afin de fournir au fœtus les nutriments nécessaires.

Comment la progestérone est-elle déterminée?

La quantité d '"hormone de grossesse" est facile à déterminer en analysant le sang de la future mère. Aux stades précoces, le diagnostic n'est posé que s'il existe des preuves (par exemple, il existe des maladies chroniques des organes génitaux, des fausses couches, etc.). Dans le cours normal de la grossesse (en l'absence de risque d'interruption), il est recommandé de faire un test de progestérone au cours de la seconde moitié de la grossesse. Il est important d'observer le niveau d'hormone en cas de surcharge foetale.

Le diagnostic est réalisé à jeun. Certaines recommandations concernent la préparation de l'analyse:

  • deux jours pour arrêter de prendre des médicaments hormonaux;
  • pour la journée pour éliminer le stress et la surmenage nerveuse;
  • trois ou quatre heures avant le diagnostic, ne fumez pas (bien sûr, il est conseillé de ne pas fumer du tout).

Avant le diagnostic, vous pouvez boire de l'eau pure non gazeuse. Dans les cas extrêmes, il est permis de passer des tests l’après-midi si le déjeuner de la femme n’est pas gras et qu’au moins 6 heures se sont écoulées depuis la prise du repas.

Quelle quantité de progestérone devrait être normale

Le taux de progestérone au cours des premiers stades de la grossesse doit respecter certaines valeurs, mais il n’est pas constant. Au stade initial, l'hormone est produite par les ovaires. Son nombre fluctue dans le corps d'une femme non enceinte à différents stades du cycle menstruel. Après la fécondation, la quantité de progestérone devient plus ou moins constante proportionnellement au moment choisi.

Le niveau de progestérone pendant la grossesse aux stades précoces et proches de l’accouchement est très différent: il augmente progressivement. Les glandes surrénales et les ovaires sont responsables de la fabrication de l'hormone. Au deuxième, troisième trimestre, il est produit par le placenta.

Sa valeur dans les 2 premières semaines est de 1-1,5 n / mol. Les 14 jours suivants, la production des organes augmente à 2 n / mol, ce qui incite l'utérus à accepter un ovule fécondé. Après son introduction, le corps augmente le volume de l'hormone de 3 à 29 n / mol par jour. Le taux de progestérone en début de grossesse varie de 12 ng / ml, mais peut atteindre 172 ng / ml à la fin.

Le tableau de progestérone pour la grossesse à un stade précoce fournit un certain pourcentage d'erreur des valeurs de l'indicateur (environ 10%), car le corps de chaque femme est particulier.

Tableau des valeurs de progestérone à différentes périodes de grossesse

Le volume de l'hormone dans le sang affecte les caractéristiques uniques du corps, ce qui peut les rendre différentes des valeurs standard. De plus, pour une femme en particulier, ces valeurs de progestérone seront normales. Mais seul un spécialiste peut tirer des conclusions à ce sujet.

Carence en progestérone: de quoi s'agit-il et pourquoi

Malheureusement, toutes les femmes ne sont pas satisfaites de la production de l'hormone de grossesse par l'organisme. Avant la conception, cela se traduit par un cycle rebondissant, irrégulier, des retards fréquents et des périodes mensuelles médiocres. Une faible progestérone au cours des premiers stades de la grossesse menace son interruption, c'est-à-dire la séparation de l'ovule de la muqueuse utérine et son rejet. Cela est dû à l'augmentation de l'activité contractile des muscles lisses de l'organe. Cet indicateur peut également indiquer l'emplacement ectopique de l'ovule, qui devrait être éliminé à un stade précoce.

Une faible progestérone au cours des premiers stades de la grossesse peut provoquer une fausse couche. Il est donc extrêmement important de surveiller l'état de la femme et de prendre des mesures rapides sur la recommandation du médecin.

Une carence en progestérone peut également indiquer un retard foetal dans le développement, un avortement raté, la présence de complications (par exemple, prééclampsie, insuffisance placentaire, etc.). Une grossesse reportée peut également entraîner une diminution de la progestérone. Par conséquent, si la date de naissance estimée est passée, l'analyse des hormones dira si la pereashenivanie est vraie ou s'il y a une erreur dans les calculs. Si le placenta est âgé et ne répond pas aux besoins de l'enfant, une décision est prise pour stimuler l'accouchement.

Le manque de progestérone dans les symptômes de la grossesse est clair, mais pas toujours prononcé:

  • augmentation du tonus utérin;
  • faible écoulement du vagin avec des impuretés sanglantes, ayant le caractère de barbouillage;
  • douleur tirante dans la région du triangle inférieur de l'abdomen, s'étendant jusqu'au bas du dos;
  • exfoliation partielle du placenta, perceptible par les résultats des ultrasons.

Il existe également des signes «externes» de déficit en progestérone, parmi lesquels:

  • sautes d'humeur, agressivité, irritabilité, dépression;
  • vagin sec, provoquant des sensations douloureuses lors des rapports sexuels;
  • fonction accrue des glandes sébacées;
  • poils excessifs;
  • baisse de la pression artérielle;
  • l'apparition de taches de vieillesse et de l'acné;
  • ballonnements, constipation, flatulences;
  • violation de la thermorégulation du corps (augmentation ou diminution de la température).

Des symptômes peuvent être observés chez ceux qui auparavant ne connaissaient pas les problèmes de volume de cette hormone. Mais si une femme a des difficultés avec le cycle, la conception, il sera presque certainement difficile à porter. Dans ce cas, les résultats d’un test sanguin pour détecter les hormones devraient révéler une hypoglycémie pendant la grossesse, dont les symptômes ne sont pas évidents.

Si l'analyse confirme les préoccupations, le médecin vous prescrira un volume de traitement de substitution. En appliquant les médicaments correctement sélectionnés par un spécialiste, de nombreuses femmes ont réussi à mener et à produire des enfants en bonne santé.

Nombres de progestérone élevés: de quoi parlent-ils

La progestérone élevée pendant la grossesse dans les premiers stades est beaucoup moins commune. Au mieux, il s'agit d'une preuve de grossesse multiple. Naturellement, deux ou trois embryons nécessitent un effort de développement supérieur à un. D'où l'augmentation de l'indicateur de la substance.

La progestérone pendant la grossesse à un stade précoce supérieur à la norme peut être un signe de pathologie du rein chez la mère, d’anomalies dans la formation du placenta (dérive kystique) et d’un dysfonctionnement des glandes surrénales. Par conséquent, vous ne devez pas vous efforcer d’accumuler cette hormone "en réserve", cet indicateur doit également être ajusté.

Un excès de progestérone pendant la grossesse présente les symptômes suivants:

  • maux de tête;
  • fatigue accrue;
  • saignements et utérus hypertrophiés, si la cause des valeurs élevées de l'hormone est un échec du développement du placenta. Cette fonctionnalité n'existe pas toujours;
  • somnolence;
  • des nausées;
  • brûlures d'estomac, problèmes de digestion, ballonnements;
  • constipation

La plupart des symptômes sont constatés au cours d'une grossesse normale. C'est pourquoi il est si important dans sa période initiale de tester les hormones et de les examiner dans leur ensemble. Il convient de rappeler que la prise de certains médicaments peut modifier les résultats du diagnostic. Il est donc important de consulter un médecin avant de passer le test.

Comment corriger le déficit et l'excès de progestérone

Pour un accouchement réussi, il faut augmenter le taux de progestérone faible pendant la grossesse. Les experts prescrivent souvent ce médicament Duphaston, composé de la substance nécessaire, créée artificiellement. Cela aidera si les chiffres de l'indicateur ne sont pas très différents de la normale. Son homologue est l’Utrozhestan, qui est d’origine végétale et est donc parfois le plus apprécié. Les deux peuvent être pris par voie orale ou vaginale.

Pour augmenter le taux de progestérone, les injections pendant la grossesse aux premiers stades sont plus efficaces, en particulier lorsque le niveau de menace d’interruption est élevé. Le médicament atteint rapidement le sang, éliminant les symptômes dangereux. Déjà une heure après l'injection dans le muscle, le volume de l'hormone se normalise et au bout de 6 heures, il est à son maximum. Fixer les injections doit être un spécialiste, fondé non seulement sur le besoin, mais aussi sur les conséquences négatives possibles pour la mère. La progestérone en ampoules peut être nocive pour les personnes dont la viscosité sanguine est élevée, le diabète, l’asthme bronchique, les maladies cardiovasculaires ou l’insuffisance rénale chronique. Sinon, le traitement est sans danger pour eux, il est assez facilement toléré, et pour que le médicament soit absorbé plus rapidement, l'ampoule est réchauffée aux mains pendant un certain temps avant l'injection.

Est-il dangereux de prendre de la progestérone

Certaines femmes se droguent au stade de la conception pour aider le corps à se préparer à la grossesse et à porter un bébé. Il convient de rappeler que l’augmentation du contenu de cette hormone peut également entraîner des complications. Par exemple, la probabilité d'une grossesse extra-utérine augmente en raison de la motilité réduite des trompes de Fallope. Par conséquent, seul un médecin doit prescrire un traitement.

Un risque accru de prise de progestérone est noté au cours des quatre premiers mois de la grossesse. Cette hormone, pénétrant artificiellement dans le corps, peut provoquer diverses malformations fœtales. Cependant, si une femme ne possède pas cette hormone, il est nécessaire de comparer les risques possibles et les effets attendus du traitement. Le risque de fausse couche ne sera pas un médecin si le niveau de l'hormone chez la femme enceinte est considérablement réduit.

Si les niveaux de progestérone dans les premiers stades de la grossesse se sont stabilisés pendant le traitement, il est encore nécessaire de surveiller attentivement le niveau de l'hormone jusqu'à l'accouchement.

Si une femme ne veut pas sauver son enfant, il est possible d’utiliser la progestérone pour mettre fin à une grossesse à un stade précoce. La procédure s'appelle «avortement médicamenteux» et se présente comme suit: une femme enceinte prend un antagoniste de la progestérone (mifépristone), qui bloque l'effet de «l'hormone de grossesse». De ce fait, l'alimentation de l'ovule est perturbée et une fausse couche se produit.

De quelle autre manière la grossesse est-elle réglementée au stade initial

Ne croyez pas qu'une progestérone sera l'occasion de faire face aux nombreux mois de travail de la future maman. L'activité de l'organisme dans n'importe quelle période de la vie et de la position n'est pas sans contrôle et d'autres substances. En attendant le réapprovisionnement de la famille, beaucoup d’entre eux changent quantitativement. Les hormones pendant la grossesse à un stade précoce ne sont pas uniquement produites par les glandes endocrines et les organes reproducteurs. Au stade initial, de tels changements sont enregistrés:

  • La glande pituitaire fonctionne plus intensément, en supprimant la production de FSH et de LH. Toute la période de la grossesse, la nouvelle cellule sexuelle ne mûrit pas, il n'y a pas de menstruation. Mais augmente la production de prolactine. La substance est responsable de la production ultérieure de lait maternel, ce qui contribue dès le début aux modifications des glandes mammaires.
  • Les hormones qui fournissent la thyroïde et les glandes surrénales au début de la grossesse augmentent également en quantité. Et ils déterminent la gestation et le développement sains de l'embryon.
  • Le placenta ajoute de l'œstriol et du lactogène libres au sang. La probabilité de développer des anomalies chromosomiques chez le nourrisson, l'apport sanguin aux tissus de l'utérus et la dilatation des conduits des glandes mammaires dépend de leur niveau.
  • La quantité d'estradiol augmente, ce qui permet à l'enfant de mener à bien normalement. Il est maintenant produit non seulement les ovaires, mais aussi le placenta. Au début de la grossesse, l’estradiol doit être présent dans le corps en quantité suffisante, sinon il ne sera pas possible de le communiquer malgré la quantité optimale de progestérone.

HCG et début de grossesse

Selon les résultats de l'analyse, une nouvelle substance est découverte: la gonadotrophine chorionique humaine. Cette hormone aide à déterminer la grossesse précoce indubitablement. Il est produit par la membrane fœtale immédiatement après l’implantation d’un ovule fécondé dans l’utérus. La quantité de progestérone et d'œstrogène dépend en grande partie de la quantité d'hCG. En cas de pénurie, la probabilité d'interruption devient plus proche que jamais.

Plus la durée de la grossesse est longue, plus les valeurs de hCG doivent être élevées. Par conséquent, l'analyse de l'hormone doit toujours passer plus d'une fois. Grâce à cette fonctionnalité, un spécialiste établira facilement non seulement le fait de l'existence d'une nouvelle vie, mais également un terme. Cependant, hCG fait connaître les défauts inéluctables de la formation du fœtus, ce qui lui permettra de s’interrompre dans le temps. Ses différences par rapport aux valeurs normales peuvent être le signe d’une grossesse multiple, d’un diabète chez une femme, qui se manifeste dans le contexte d’une nouvelle maladie, ou d’une grossesse extra-utérine.

Un suivi opportun de la hCG de la hCG et de la progestérone en début de grossesse aidera à évaluer l’état général du corps, à choisir les bonnes méthodes de traitement, si nécessaire. Indépendamment, attribuer une thérapie ne vaut pas la peine - vous pouvez exacerber la situation et provoquer divers types de complications (jusqu'à la fausse couche). Suivre les recommandations du médecin contribuera à améliorer la santé de la femme enceinte et à prévenir les conséquences indésirables.

Plus sur estradiol

Cette substance, en fait, rend une femme telle. Il participe à la formation de son système sexuel, les contours de la figure, régule le cycle menstruel et le désir sexuel.

L'estradiol en début de grossesse est si nécessaire que son placenta se joint également à sa production par les ovaires. Il détermine la croissance de l'utérus, la circulation optimale du sang dans ses vaisseaux pour nourrir le fœtus. Une caractéristique de l'estradiol est qu'il est capable de produire du tissu adipeux. Si une femme fait de l'embonpoint, il est naturel que ses performances soient sensiblement supérieures à la norme. Mais ce n’est pas si grave pour la grossesse, bien que cela aggrave la santé en raison du retard dans les tissus du liquide et du sel.

Beaucoup plus dangereux est faible en estradiol en début de grossesse. Cela signifie un problème de pelage fœtal, nécessaire pour protéger et nourrir l'embryon. Et cela conduit à une pénurie de composés nécessaires pour cela, l'oxygène. La conséquence la plus négative du faible taux d'estradiol est une fausse couche. Le placenta, ne recevant pas assez de nutrition, exfolie, le fœtus est sorti.

Toutes ces raisons nécessitent le maintien d'un volume d'oestradiol obligatoire pendant la grossesse, les normes de la table vous aideront à le savoir exactement:

Les taux de progestérone pendant la grossesse par semaine dans le tableau et les causes de déviations

Les gens ont tendance à sous-estimer la valeur des hormones. Mais un léger excès ou une diminution de la concentration de ces substances peut avoir un impact considérable sur la vie d’une personne. Dans cet article, nous allons parler de l'une des principales hormones dans le corps d'une femme - la progestérone, comment elle affecte la grossesse et quelle devrait être sa quantité normale dans le corps.

Qu'est ce que c'est

La progestérone est une hormone stéroïde. C'est aussi appelé un progestatif. Il est activement impliqué en tant qu'intermédiaire dans la formation d'autres hormones, le sexe et les corticostéroïdes. La progestérone aide le cerveau à fonctionner normalement en jouant le rôle d'un neurostéroïde.

L'hormone est à la fois chez l'homme et la femme, mais chez la femme, la progestérone acquiert des fonctions plus étendues, combinées à des hormones sexuelles féminines - l'œstrogène. Pour les hommes, cette hormone aide à la mise en œuvre de la fonction de reproduction - elle affecte les caractéristiques de qualité des spermatozoïdes, en leur fournissant une plus grande mobilité lors du passage à l'œuf. Pour les femmes, la progestérone joue un rôle crucial, car elle vous permet de supporter et de donner naissance à un enfant.

La progestérone régule les cycles menstruels. Si le niveau d'hormones est faible, l'ovulation peut ne pas se produire. Il affecte la beauté féminine, en particulier la santé de la peau, son élasticité.

Ainsi, à la ménopause, lorsque cette substance dans le corps de la femme devient petite, la peau commence à s'estomper, à vieillir. Un niveau suffisant d'hormone fournit le désir sexuel.

Rôle dans le port d'un bébé

Ce n'est pas un hasard si la progestérone est appelée une hormone de grossesse. Sans cette substance, le développement normal de l'embryon aux premiers stades serait impossible. Après la fécondation, l'hormone joue le rôle de protectrice et de «gardienne» du futur bébé. Il prépare les parois de l'utérus à l'implantation de l'ovule, les ramollit, se traduit par le stade sécrétoire.

Dans le même temps, la progestérone provoque un épaississement du mucus cervical, fermant hermétiquement l'entrée de l'utérus, des spermatozoïdes et des microbes. Toutes ces métamorphoses se produisent pendant les 6-7 premiers jours après la conception, alors que l'œuf fécondé n'a pas encore atteint la cavité utérine.

Tout ce processus est répété tous les mois, que la fécondation ait eu lieu ou non. S'il n'y a pas de grossesse en tant que telle, le niveau de l'hormone commence à diminuer et la menstruation suivante commence.

Si la fécondation a eu lieu, le blastocyte va descendre dans l'environnement préparé pour cela, où il sera plus facile de se consolider (implant) et de commencer à se développer rapidement.

À partir de ce moment, la progestérone commence à remplir ses fonctions de protection et de protection. Il est produit en grande quantité et supprime quelque peu l’immunité de la femme pour qu’elle ne rejette pas l’embryon. En fait, l'embryon est à moitié étranger au corps de la femme et sa défense immunitaire ne peut l'ignorer. La progestérone a un effet immunosuppresseur, contribuant à la préservation du bébé.

Toutes les femmes savent à quel point l'hypertonicité des muscles de l'utérus est dangereuse pendant la grossesse. Des niveaux normaux de progestérone peuvent partiellement résoudre ce problème. Il détend les muscles lisses de l'organe reproducteur féminin, soulage les spasmes, réduit les risques d'avortement. Dans le même temps, la progestérone stimule la croissance physique de l'utérus pendant la période de gestation.

Au cours de l'accouchement, la progestérone "interdit" la production de lait maternel. Cela n'est encore requis par personne et une femme doit accumuler des vitamines et des nutriments. Par conséquent, la lactation est temporairement inhibée. Après l'accouchement, lorsque les niveaux de progestérone diminuent, le corps reçoit un «signal» indiquant que la lactation n'est plus interdite et que du lait commence à être produit.

L'hormone de grossesse assouplit les muscles et les ligaments pelviens avant l'accouchement, afin de faciliter le passage du bébé dans le canal utérin. Tout au long de la grossesse, l'hormone a un effet important sur le système nerveux de la femme et intervient également directement dans la formation de certains tissus de l'embryon.

Tous les 9 mois, cette hormone importante stimule l'appétit d'une femme enceinte et contribue à la déposition de graisse afin de fournir des nutriments à la mère et à l'enfant. C'est pourquoi la taille des femmes enceintes augmente en taille. La promotion de la nourriture par les intestins ralentit à nouveau sous l’influence de la progestérone, de sorte que le corps de la femme a le temps de puiser le plus possible en substances utiles, en minéraux et en vitamines.

Ainsi, un niveau suffisant de cette hormone permet à la grossesse de s'écouler facilement sans complications. Une perturbation de l'équilibre hormonal, une pénurie ou un excès de substances peuvent avoir un effet négatif sur les fonctions de reproduction.

Comment se déroule l'analyse?

La concentration de progestérone dans le corps d'une femme enceinte et non enceinte est déterminée par un test sanguin, qui est effectué par ELISA. Si une femme ne parvient pas à devenir enceinte pendant une longue période, le médecin suggérera certainement une telle analyse, car un faible niveau d'hormone lors de la planification de la grossesse empêche l'ovulation normale et l'implantation d'un ovule fécondé. En planifiant une grossesse, le médecin prescrit le jour du don de sang, en fonction de la durée et des caractéristiques du cycle. En règle générale, l'analyse est effectuée le 21-23 du cycle, mais il peut y avoir des exceptions. Par exemple, une femme qui a généralement très peu de règles mensuelles peut se voir attribuer le test à partir du 15e jour du cycle.

Les femmes enceintes peuvent faire un don de sang pour déterminer la concentration de progestérone chaque jour. Pour obtenir des résultats plus précis, vous devez vous préparer. Douze heures avant de se rendre au laboratoire, une femme devrait s'abstenir de fumer et de prendre des boissons alcoolisées, exclure toute activité physique et se limiter à une alimentation. Si une femme prend des médicaments, cela vaut la peine de les refuser pendant quelques jours. Si cela n'est pas possible, vous devez informer le technicien des médicaments qui sont pris et à quelle posologie.

Vous ne devez pas effectuer de test sanguin pour la progestérone immédiatement après l'échographie, la fluorographie ou les rayons X. Dans la salle de traitement doit être envoyé le matin, l'estomac vide, en s'assurant à l'avance que l'état de santé «ne sera pas un échec» - il n'y a pas de fièvre, de troubles intestinaux, de symptômes respiratoires pouvant indiquer un SRAS ou une autre infection.

La quantité de progestérone, surtout en début de grossesse, peut indiquer le moment exact du nourrisson, mais cette méthode de détermination de la date de conception n’est généralement pas utilisée. Il y a plus d'analyses simples et informatives - hCG, par exemple. Le sang pour la progestérone peut être prescrit comme diagnostic:

  • si une grossesse extra-utérine ou gelée est suspectée;
  • avec la menace d'une fausse couche;
  • lors de la planification d'une grossesse pour établir l'heure exacte de l'ovulation;
  • dans le traitement de l'infertilité;
  • avec des pathologies du placenta chez la femme enceinte (l'analyse dans la dynamique vous permet de surveiller l'état de la "place des enfants");
  • lorsqu'une femme a un kyste ou une tumeur dans les organes reproducteurs, surtout si la pathologie est associée à la grossesse;
  • avant la replantation et après le transfert d'embryon pendant la FIV;
  • pour contrôler l'état après que la femme a été traitée avec la progestérone.

Taux hebdomadaires

Dans divers laboratoires, la concentration de progestérone dans le sang d'une femme est déterminée dans différentes unités. À la suite de l'analyse, le «ng / ml» (nanogrammes par millilitre) ou le «nmol / l» (nanomoles par litre) peut être après la valeur numérique. Pour obtenir la valeur de la progestérone en nmol / litre, vous devez effectuer des calculs mathématiques simples - multipliez la valeur en ng / ml par 3,18.

Pour éviter à nos lecteurs de calculer le dosage, nous avons compilé un tableau des niveaux normaux de progestérone pendant deux semaines, en deux unités de mesure:

Date limite (semaines)

Le taux de progestérone en ng / ml (plage)

Progestérone normale nmol / litre (plage)

Ainsi, en moyenne, le taux au cours du premier trimestre de la grossesse est d’environ 11,2 à 90,0 ng / ml, au deuxième trimestre - 25,6 à 89,4 ng / mg et au troisième trimestre - 48,4 à 422,5 ng. / mg. Pendant la période d'ovulation lors de la planification de la grossesse, une concentration de 0,8 à 3,0 ng / mg est considérée comme normale.

Vous ne devez pas vous attendre à ce que l’assistant de laboratoire écrive s’il existe des écarts entre les indices de cette hormone et leurs liens. Analyse de décodage - la tâche du médecin.

Causes de déviations

Si, au cours de la grossesse ou avant son apparition, le niveau de progestérone est différent des valeurs normales, il convient de rechercher la cause véritable et de commencer le traitement.

Niveau élevé

Si l'analyse montre que la progestérone est élevée chez la femme enceinte et dépasse les normes indiquées dans le tableau, cela peut être dû à plusieurs raisons. Une augmentation de la concentration de l'hormone est observée chez les jumeaux ou les triplés gravides. Il est clair que dans les premiers jours de la grossesse, il n'y aura pas de différence, mais dès 4 mois (environ 15 à 16 semaines), chaque fœtus «obtiendra» son propre placenta et chaque placenta produira de la progestérone. Il n'y a rien d'étrange dans le fait que l'hormone dans le sang d'une femme sera plus.

Cela dépend beaucoup de la période au cours de laquelle la progestérone a augmenté à la naissance de l'enfant. Par exemple, un léger excès au cours de la semaine 5-6 ne signifie rien de pathologique, et à la fin des deuxième et troisième trimestres, des valeurs élevées peuvent indiquer que le placenta mûrit trop lentement.

Des niveaux élevés de progestérone peuvent indiquer la présence de tumeurs, de tumeurs dans les glandes surrénales, les ovaires, ainsi que de formations kystiques. Un taux anormalement élevé de progestérone au tout début de la grossesse peut être un signe de dérapage. Ce terme désigne une fécondation anormale dans laquelle des kystes se développent dans la cavité utérine, ressemblant à une grappe de raisin. Ce groupe se développe rapidement, entraînant une augmentation significative des niveaux de progestérone.

Un excès de progestérone accompagne le choriocarcinome - une tumeur de l'utérus, qui peut se développer après l'accouchement, pendant la grossesse extra-utérine. En outre, il y aura une augmentation du niveau d'hormone chez les femmes qui ont pris ou prennent des médicaments hormonaux, par exemple, Duphaston pour sauver la grossesse lorsqu'elles sont menacées. Des niveaux élevés de l'hormone peuvent également être trouvés chez les femmes enceintes souffrant de problèmes de reins et de foie.

Ainsi, l’excès d’indicateurs doit obligatoirement être examiné par un médecin. Pour déterminer les raisons exactes, toute une série d'examens supplémentaires sont prescrits - des examens par ultrasons des petits organes du tala, des reins, du foie, du sang et de l'urine, ainsi que des consultations de spécialistes, tels qu'un gastro-entérologue, un néphrologue, un oncologue et un spécialiste de la reproduction.

Faibles valeurs

Un faible taux de progestérone par rapport aux normales peut être un signe d'insuffisance du corps jaune si l'analyse a été effectuée pendant la période de planification de la grossesse ou les toutes premières semaines après la fécondation. L'absence d'hormone empêche une implantation normale, même si la fécondation a été un succès. Même si le blastocyte peut se consolider dans la paroi utérine, rien ne garantit que la réduction de l'hormone à un stade précoce ne conduira pas à une fausse couche.

Il est possible de tomber enceinte compte tenu de la réduction des taux d’hormone progestérone, mais il n’est pas toujours possible de sauver la grossesse sans l’aide d’un médecin. À un stade ultérieur, lorsque le placenta est formé, un niveau insuffisant de progestérone peut indiquer que le “siège bébé” est sous-développé et ne supporte pas bien ses responsabilités directes - nourrir et protéger l'enfant. Le manque de croissance du niveau d'hormone peut indiquer une probabilité élevée d'avortement spontané.

Le manque de progestérone entraîne des saignements utérins d'intensité variable. Une croissance très lente d'une hormone dans le sang d'une femme enceinte indique une insuffisance placentaire, en particulier le fait que le «siège bébé» produit trop peu de l'hormone nécessaire à la prolongation de la grossesse.

Un taux de progestérone réduit chez une femme qui se prépare encore pour une future grossesse peut indiquer que l'ovulation ne se produit pas, en particulier si les taux d'œstrogènes sont élevés. Un résultat de test décevant se produit également chez les femmes présentant des glandes sexuelles insuffisamment développées, un dysfonctionnement ovarien.

Si les taux de progestérone sont inférieurs à la normale tout au long de la grossesse, cela peut indiquer un développement retardé du fœtus. Les résultats de l'échographie confirment ces données de laboratoire - le bébé est loin des valeurs normales pour une certaine période de grossesse en termes d'indicateurs fétométriques. Une baisse marquée du niveau de progestérone survient lorsque la grossesse est gelée, lorsque le fœtus, sous l’influence de certains facteurs, cesse de croître, meurt et qu’une fausse couche ne se produit pas.

Les antibiotiques, les contraceptifs oraux, les médicaments contre l'épilepsie et certains médicaments hormonaux peuvent abaisser le taux de progestérone.

Les symptômes

Une déficience ou un excès de progestérone dans le corps d'une femme enceinte peuvent être suspectés elle-même, même avant de recevoir une demande de test sanguin en laboratoire. Beaucoup de planificateurs et de femmes en début de grossesse mesurent quotidiennement la température basale du corps. Une température basse dans le rectum peut indiquer un manque d'hormone. L'excès et le manque d'hormone a ses propres caractéristiques.

Inconvénient

La carence en progestérone se manifeste par un gain de poids, en particulier la graisse se dépose dans la région abdominale. Avant la grossesse, pendant les règles, une femme dont le niveau d'hormone est réduit souffre de douleurs menstruelles assez fortes.

Avec un manque de progestérone, la libido est réduite et des maux de tête sont souvent observés. Une femme à un stade précoce peut connaître de fortes sautes d’humeur privées. Le manque de progestérone est inhérent à un sentiment constant de fatigue, de léthargie. Le sommeil peut être perturbé, les cheveux deviennent gras, des taches pigmentaires laides et de l’acné apparaissent sur la peau.

Des écoulements sanguins et séreux des organes génitaux, un œdème, ainsi que des niveaux d'eau élevés ou bas peuvent être atypiques pour une «situation intéressante», l'insuffisance du niveau de progestérone pendant la grossesse. L'utérus dans les premiers stades (jusqu'à 12 semaines) est en bon état, une femme peut ressentir des douleurs dans le bas de l'abdomen et dans le bas du dos.

Les causes de la carence en progestérone peuvent être un mauvais régime alimentaire de la future mère, un manque de vitamines et de micro-éléments, de mauvaises habitudes - fumer, prendre de l'alcool ou des drogues, un stress grave, des émotions, l'abandon des contraceptifs hormonaux le mois précédant le début de la grossesse.

Offre excédentaire

Une quantité excessive de progestérone dans le processus de portage précoce d'un enfant peut indiquer des maux de tête tels qu'une migraine, une diminution de la fonction visuelle, une sensation de fatigue extrême et une apathie. Très souvent, une femme ne ressent pas du tout l'overdose de cette substance au début de la période. Et c'est là que réside le principal danger de la situation.

Une forte toxémie peut indiquer un excès de progestérone au cours des premières semaines, quand une femme n’est même pas malade de nourriture, mais seulement d’une odeur. Un symptôme aussi déplaisant que la perte de cheveux chez une femme, ainsi que la prise de poids trop rapidement, peut indiquer une augmentation du niveau de l'hormone qui dépasse les valeurs normales. Une augmentation de l'hormone durant les deuxième et troisième trimestres de la grossesse est particulièrement dangereuse, car elle peut être le signe d'un travail anormal du placenta.

Des concentrations élevées de progestérone au milieu et à la fin de la grossesse peuvent parler de vieillissement prématuré du «siège bébé», ce qui signifie que le bébé ne reçoit pas suffisamment de nutriments dont il a tant besoin pour sa croissance et son développement. Un placenta prématuré vieillissant peut même causer la mort d'un bébé.

L'enflure des jambes et des chevilles est le symptôme le plus fréquent d'une augmentation de la progestérone dans le sang d'une femme enceinte. C'est pourquoi les obstétriciens et les gynécologues sont si attentifs aux signes de la prééclampsie. L'acné grasse, qui recouvre le corps et le visage de la future mère, ainsi que la séborrhée grasse peuvent également parler d'un déséquilibre hormonal dans le sens d'une augmentation de la progestérone. Les glandes mammaires ne font pas que gonfler et augmenter, ce qui est caractéristique de toutes les femmes enceintes, elles commencent à devenir très malades. La femme a des problèmes prononcés avec le travail des intestins.

Du point de vue de l'impact sur la psyché de la future mère, un excès de progestérone peut rendre une femme calme et pacifique agressive et sans contrainte - cette hormone provoque des accès de colère qui sont remplacés par des périodes d'apathie et de réticence à voir qui que ce soit, ainsi que d'attaques de panique et de dépression.

Les raisons de l'augmentation du niveau de l'hormone au-delà des normes permises pendant la grossesse peuvent être des stress graves, des anomalies du travail des reins et du foie, des problèmes de glande thyroïde. Dans tous les cas, l’approche pour trouver des raisons est différente pour chaque future mère.

Traitement

Le manque de progestérone est considéré comme plus dangereux que son excès, surtout en début de grossesse. Et donc, sans soins médicaux à une femme qui veut endurer et donner naissance à un enfant en bonne santé, ne pas faire. Le traitement en cas de pénurie et d'excès d'hormone est attribué à différent.

L'insuffisance

Indépendamment des raisons pour lesquelles les niveaux de progestérone ont été réduits, il est recommandé à la femme de se calmer. Et ce n’est pas le conseil du médecin sur appel «pour toutes les occasions». Avec le stress dans le corps d'une femme enceinte augmente le niveau d'une autre hormone, le cortisol, également appelé «hormone de stress». Il est une sorte de "compétiteur" de la progestérone et commence à supprimer rapidement la production de son "adversaire".

Les femmes en situation de stress (divorce, décès d'un être cher) se voient prescrire des sédatifs légers, des remèdes à base de plantes.

Avec la menace de fausse couche, si la déficience en progestérone est accompagnée de symptômes évidents, la femme est hospitalisée et traitée à l'hôpital. La paix et le repos maximum sont importants, un sommeil complet et durable. Pour compenser l'insuffisance des niveaux d'hormone, il est prescrit des médicaments contenant la substance nécessaire - «Utrogestan», «Duphaston» ou «Endométrine». Le médicament spécifique doit être prescrit par le médecin, en tenant compte de la gravité du déficit en progestérone.

Dans le même temps, le schéma thérapeutique comprend des médicaments contenant du magnésium, du zinc et de la vitamine B 6. Un tel «trio», lorsqu’il interagit les uns avec les autres, contribue au développement de sa propre progestérone. Des médicaments antispasmodiques («No-silo», «Papaverin») sont utilisés pour soulager le tonus des muscles lisses de l'utérus.

Un test sanguin pour la concentration de cette hormone est effectué dans la dynamique - une fois par semaine ou une fois en 2 semaines, afin de suivre les moindres changements dans le corps de la future mère.

Les femmes enceintes à faible taux de progestérone au cours du traitement et après qu'il est important de bien manger ne doivent en aucun cas manger trop, ne pas manger de grandes quantités d'aliments protéinés et de glucides, abandonner les gâteaux et le muffin blanc, ainsi que les aliments gras. Des produits tels que le maquereau, les graines de citrouille, les produits laitiers et les épinards sont préférés.

Concentration accrue

Avec un excès de progestérone en début de grossesse, aucun traitement spécifique n’est nécessaire. Seul un traitement symptomatique est prescrit - les sédatifs pour l'instabilité psychologique, les sautes d'humeur, la dépression et les laxatifs légers d'origine végétale pour la normalisation des intestins. Les recommandations générales comprennent les longues marches au grand air, une alimentation équilibrée, la prise de vitamines, une bonne nuit de sommeil et suffisamment de temps pour que la future mère se repose et se rétablisse.

Si un excès de progestérone est détecté au cours du deuxième ou du troisième trimestre, une femme peut être hospitalisée pour être traitée sous la surveillance constante d'un personnel médical qualifié. Si vous laissez le problème sans attention, le bébé ne recevra plus assez de nourriture et d'oxygène et risque de mourir.

On prescrit aux femmes des médicaments qui améliorent le flux sanguin utéro-locataire - Actovegin, Curantil, souvent administré par voie intraveineuse. Les injections sont administrées dans le régime de traitement des vitamines B, ainsi que des sédatifs et des antispasmodiques.

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

Les effets secondaires de la mélatonine. Découvrez qui peut utiliser la mélatonine, faites attention aux contre-indications.La mélatonine à des fins médicales est utilisée pour l'insomnie, les troubles du rythme circadien, la maladie d'Alzheimer, les maux de tête, les troubles psychologiques, le traitement du cancer, etc.

L'amygdalite est une maladie infectieuse-allergique dans laquelle le processus inflammatoire est localisé dans les amygdales. Sont également impliqués les tissus lymphoïdes voisins du pharynx - amygdales laryngée, nasopharyngienne et linguale.

L'hormone adrénaline est synthétisée dans la médulla des glandes surrénales, puis pénètre dans la circulation systémique et est transportée dans des organes distants.