Principal / Hypoplasie

Analyse des hormones sexuelles féminines

Les hormones sont des substances vitales produites par certaines glandes du corps. Même s’ils ne sont pas visibles à l’œil et qu’il est extrêmement rare que les gens soient attentifs à leurs performances, l’absence ou l’excès d’une hormone ou d’une autre affecte négativement le fonctionnement du corps. En particulier, les hormones sexuelles jouent un rôle important dans le corps de la femme. Elles régulent le travail des organes de reproduction, facilitent la grossesse et procurent un enfant en bonne santé. C'est souvent un changement pathologique des hormones qui provoque l'infertilité, des avortements manqués ou des fausses couches. Par conséquent, il est extrêmement important de contrôler le niveau d'hormones pendant la planification de la grossesse et directement pendant la période de portage.


De plus, certaines substances sont responsables de la bonne humeur et du bien-être des femmes et leur manque ou leur excès entraîne des changements négatifs pour le corps. Cela provoque souvent une détérioration de l'état de santé et de l'état général. Par conséquent, en cas de malaises d'une nature incompréhensible, vous devriez consulter un médecin (gynécologue ou endocrinologue) et passer des tests pour détecter les hormones sexuelles féminines. Pour une telle procédure doit être soigneusement préparé, en particulier, certains ne sont traités que sur un certain jour du cycle ou une période de grossesse spécifique. Vous pouvez en apprendre davantage sur ces questions en lisant les informations ci-dessous.

Quelles sont les hormones féminines responsables

Les hormones sont des substances synthétisées par les glandes du corps humain qui, dès le moment de la production, pénètrent immédiatement dans le sang et sont transportées par le sang dans les cellules et les tissus des organes internes. Tout d'abord, les éléments hautement actifs ont un impact sur des systèmes vitaux ou des tissus spécifiques.


Le niveau optimal d'hormones sexuelles féminines peut varier à différents jours du cycle menstruel, en fonction de l'âge du beau sexe, et certaines dépendent même de l'heure de la journée. Les principaux organes actifs synthétisant des substances hautement actives sont l’hypothalamus, l’hypophyse et les ovaires, ainsi que la glande thyroïde. Avec un niveau acceptable d'hormones, le système de reproduction féminin fonctionne bien, le cycle menstruel est régulier et une femme n'a aucune difficulté à concevoir et à porter un enfant.
Afin de ne pas vous condamner à une grossesse dysfonctionnelle et d’être sûr à 100% de votre santé, vous devez passer un test de dépistage des hormones sexuelles féminines. Une étude aussi simple et peu coûteuse vous permettra de vérifier si le corps est prêt à concevoir et à supporter ou d’identifier la cause de changements pathologiques dans le travail des organes de la reproduction.

Les principales hormones sexuelles féminines sont:

  • L'hormone folliculo-stimulante (FSH) est une substance hautement active qui régule la croissance des follicules et fournit en outre une synthèse suffisante d'oestrogène. Une augmentation significative de son niveau dans le corps peut indiquer un manque de fonction ovarienne ou une tumeur de la glande pituitaire, et elle augmente également après une exposition aux rayons X. Les taux réduits peuvent être en présence d’ovaires en surpoids ou polykystiques. Il est important de se rappeler que l'augmentation de la FSH pendant la ménopause est la norme.
  • La LH (hormone lutéinisante) est une substance qui participe activement au développement du follicule et à la maturation du corps jaune.
  • La prolactine est une substance extrêmement importante qui assure la maturation de l'œuf et stimule le processus d'ovulation. Elle est également responsable de l'augmentation de la quantité de lait pendant la lactation. En outre, l'hormone remplit une autre fonction importante - elle supprime la synthèse de FSH - elle est très bonne pendant la grossesse, car elle inhibe la croissance du follicule, mais elle est très grave si la femme n'est qu'au stade de la planification, car il n'y a pas d'ovulation due à la non maturation du follicule par conséquent, la conception ne se produit pas.
  • L'estradiol est une substance hautement active responsable du développement de l'œuf et de son aptitude à la fécondation.
  • La progestérone est une hormone «de grossesse» chargée de préparer l'utérus à accepter un ovule fécondé, contribuant ainsi au maintien d'une grossesse. En période de procréation, cette substance est synthétisée par le placenta, dans le reste de la période elle est produite par le corps jaune. Des taux réduits de progestérone peuvent être observés en raison de maladies tumorales des organes génitaux internes. Des niveaux élevés de l'hormone indiquent des néoplasmes sur les glandes surrénales ou les ovaires.
  • La testostérone - cette hormone est synthétisée par les ovaires et les glandes surrénales, sa concentration maximale dans le sang est observée pendant la période d'ovulation, mais un taux excessivement élevé d'une substance peut provoquer une fausse couche dans les premières lignes.

De plus, à la discrétion du médecin, des tests pour les hormones produites par la thyroïde (TSH, T4, T3 libre, anticorps anti-TSH) peuvent être prescrits.

Indications pour les tests sanguins pour les hormones sexuelles féminines

L’étude du niveau d’hormones sexuelles féminines s’effectue nécessairement en présence des indicateurs suivants:

  • Infertilité Il est important de noter qu'il est possible de parler d'infertilité et de problèmes de conception seulement après un an de tentatives de fertilisation régulières. Dans l'état de santé normal d'une femme et d'un homme, une grossesse en bonne santé peut survenir après 1 à 3 cycles féminins avec la condition de mener une vie sexuelle régulière sans utiliser de contraceptif.
  • Fausse couche ou avortement manqué. Cela est souvent dû à des taux élevés de testostérone ou à de faibles taux de prolactine.
  • Violation du cycle menstruel, retards fréquents de menstruation sans grossesse.

Comment se préparer à l'analyse et quand le transmettre

Afin d’obtenir les résultats de test les plus fiables, vous devez préparer soigneusement leur livraison, en tenant compte du moment précis. Conditions générales:

  • Pour l’étude, le sang est prélevé dans une veine, car c’est le seul moyen d’évaluer le niveau de substances hautement actives dans le corps.
  • Pour être testé pour les hormones doit être sur un estomac vide le matin.
  • Un jour avant la procédure prescrite, il vaut la peine de se protéger au maximum du stress et des expériences émotionnelles fortes, voire positives.
  • Ce devrait être la veille de l'analyse d'abandonner l'alcool, le tabagisme, et vous ne devriez pas entrer dans le nouveau régime alimentaire pour eux-mêmes et la nourriture pour le corps.
  • Limitez l'effort physique autant que possible et abstenez-vous du sexe.

Considérez les règles de base de préparation pour l'analyse des hormones sexuelles féminines:

  • FSH - l’analyse de cette hormone doit être effectuée le matin à jeun. Le moment optimal pour l'accouchement est le début du cycle menstruel (3-6 jours) ou son achèvement (19-21). Il est important de comprendre que pour obtenir une image plus complète, le taux de FSH doit être étudié avec les résultats de l'analyse de l'hormone lutéinisante.
  • LH se rend à 3-8 ou 19-21 DC sur un estomac vide. Pendant la période d'ovulation, le niveau d'hormone sexuelle féminine atteint son maximum. Sa croissance commence 12 à 24 heures avant la libération de l'œuf et reste au maximum pendant la journée.
  • Hormone prolactine. Pour un contrôle complet du niveau d'une substance, il est nécessaire d'effectuer une analyse deux fois: dans la première et dans la deuxième phase du cycle. Il est extrêmement important de procéder à une analyse le matin à jeun et avant que la procédure ne soit en état de repos (calme-toi physiquement, psychologiquement et émotionnellement).
  • Le test d'estradiol et de testostérone est administré tous les jours, quel que soit le cycle.
  • La progestérone se rend strictement dans une période - de 19 à 21 DC - à ce stade, vous pouvez évaluer avec précision son niveau.

Déchiffrer les résultats des tests

Il est impossible de spécifier des normes uniformes et exactes des niveaux d'hormones dans le corps d'une femme, car, dans chaque laboratoire, elles diffèrent en fonction des réactifs utilisés et de l'ordre d'analyse. Afin de déterminer en quoi les indicateurs diffèrent du niveau optimal, il convient de demander aux représentants du centre médical des normes et de comparer leurs résultats avec ceux-ci.
Les normes générales relatives aux hormones sexuelles féminines figurent dans le tableau ci-dessous:

Prendre rendez-vous avec un spécialiste

Les informations lues ne remplaceront pas les conseils d'un médecin expérimenté. Ne pas se soigner soi-même. Confiez vos professionnels de santé.

Analyse des hormones sexuelles

La plupart des processus dans le corps humain sont contrôlés par des hormones - des substances biologiquement actives de différentes structures chimiques. C'est de leur nombre et de leur taux d'excrétion que dépend en grande partie la croissance des muscles, le niveau de métabolisme et même la question du sexe. La plupart des hormones commencent à être produites dans le corps au cours de la période de développement prénatal, ce qui provoque le développement de l'embryon.

Par exemple, lorsque le développement des hormones sexuelles féminines et de leurs récepteurs est prédominant, une fille naît. S'il y a une prédominance d'hormones mâles - cela conduit au développement du corps du type masculin. Cependant, l'influence de ce groupe de substances biologiquement actives ne s'arrête pas au stade de la détermination du sexe d'une personne, car ce sont les hormones sexuelles qui contrôlent plus tard la réalisation de l'une des fonctions les plus importantes du corps humain - la naissance d'une progéniture en bonne santé. On peut dire qu'ils forment ce processus «de l'un à l'autre» - de la détermination du sexe et de la formation des organes de l'appareil reproducteur à la survenue d'une attraction sexuelle et à la réalisation d'un enfant chez une femme.

Par conséquent, le rôle des hormones sexuelles féminines dans la question de la planification familiale et de la conception d'un enfant est extrêmement important. Il suffit de dire que près de la moitié des cas d'infertilité chez les femmes sont précisément dus à des causes endocriniennes, c'est-à-dire une altération de l'excrétion et du travail de diverses hormones. À cet égard, s’il est difficile de concevoir, tout médecin prévoira tout d’abord une étude de la quantité d’hormones dans le sang d’une femme.

Outre la planification familiale, l’importance de l’analyse des hormones féminines affecte également de nombreuses autres spécialités médicales. Outre les endocrinologues, les oncologues, les gynécologues, les mammologues, les orthopédistes et les néphrologues pourraient être intéressés par les résultats d'une telle étude. Cela est dû au fait que tout système d'hormones dans le corps humain forme une multitude d'interconnexions avec d'autres systèmes du corps, donc une violation de l'un des maillons de cette chaîne entraîne inévitablement toute une cascade de réactions pathologiques.

Quand le test d'hormone sexuelle est recommandé

Le premier élément de la liste des indications permettant de mener une telle étude est la question de la planification familiale. C’est l’infertilité féminine qui oblige souvent une personne à consulter un médecin, alors qu’avec d’autres symptômes indirects de déséquilibre hormonal (obésité, menstruations douloureuses ou cycle irrégulier, modification de la structure des cheveux, de la peau, des ongles), une femme tente généralement de s’en sortir sans recommandation du médecin.

Ainsi, il est nécessaire de donner du sang au niveau des hormones sexuelles féminines s'il est impossible de concevoir un enfant pendant six mois ou plus. Une période aussi longue est due au fait que, même dans le contexte de la santé globale des deux partenaires, il est loin d'être toujours possible d'avoir un enfant immédiatement - la période favorable pour cela est seulement d'environ une semaine par mois. De plus, l'organisme se prépare minutieusement à ce processus. Par conséquent, en raison parfois du stress au travail, d'une situation météorologique défavorable, une grossesse peut ne pas se produire pendant une période favorable de l'ovulation et se produire pendant la période suivante. Toutefois, la période de six mois de tentatives infructueuses est considérée comme suffisante pour suspecter des violations du système de reproduction de l’un des partenaires. Statistiquement, la cause en est précisément les troubles endocriniens chez les femmes, ils sont donc contrôlés en premier.

Outre les problèmes de planification familiale, une analyse des hormones sexuelles féminines est recommandée pour les conditions et phénomènes pathologiques suivants:

  • Fausse couche, fausse couche, avortement spontané - une violation du cours de la grossesse ainsi que des problèmes de conception se produisent dans le contexte d’un niveau pathologique d’hormones. Par conséquent, si de tels phénomènes se produisaient dans le passé, il est nécessaire d'effectuer régulièrement, lors d'une nouvelle grossesse, une analyse sanguine du contenu de ces substances biologiquement actives. Dans ce cas, en violation du niveau d'hormones, vous pouvez commencer à corriger le médicament en temps opportun pour sauver l'enfant.
  • Cycle menstruel irrégulier et périodes douloureuses ou lourdes, ainsi qu'en leur absence (aménorrhée). Pour toutes les violations du système hormonal chez les femmes, le schéma du cycle menstruel changera invariablement, puisque son déroulement est complètement contrôlé par le système endocrinien. En outre, une image sanguine hormonale est examinée pour les maladies de l'appareil reproducteur - ovaire polykystique, tumeurs utérines.
  • Avec des sensations désagréables dans les glandes mammaires, douleur, écoulement, présence de phoques dans la poitrine. Certaines hormones sexuelles féminines stimulent la croissance et la sécrétion du sein. Par conséquent, les plaintes décrites peuvent être dues à des modifications du niveau de substances biologiquement actives dans le sang.
  • Croissance des cheveux altérée - calvitie (alopécie), ou inversement, forte croissance des cheveux et croissance des cheveux chez la femme. Ces phénomènes indiquent directement des violations dans la sphère hormonale du sexe.
  • Une augmentation du poids corporel, due en particulier à l'absence de nutrition ou de mode de vie, peut être le symptôme de diverses maladies endocriniennes, y compris des troubles de la reproduction.
  • Diminution de la libido, troubles de la sphère intime, perversions sexuelles - tout cela peut aussi être le résultat d'une libération pathologique d'hormones.
  • Dans le traitement de diverses maladies à l'aide de médicaments hormonaux, le niveau d'hormones dans le sang est surveillé.

En outre, une analyse du niveau d'hormones sexuelles féminines peut également être prescrite aux hommes - en fait, leur affiliation «féminine» n'est qu'un hommage à l'histoire. Il a maintenant été constaté que beaucoup de ces substances jouent un rôle actif dans le développement du corps masculin, y compris dans la formation de son système reproducteur. De la même manière que l'hormone «masculine» typique, la testostérone est également présente dans le corps de la femme et remplit un certain nombre de fonctions. Par conséquent, l'étude de son niveau est également incluse dans le cadre de la présente analyse. Les signes d'une violation de la quantité de ces substances biologiquement actives peuvent être une gynécomastie (croissance du sein chez l'homme), certaines formes d'impuissance, une diminution du désir sexuel (libido), des tumeurs et d'autres dommages aux organes du système endocrinien.

A l'étude du niveau d'hormones utilisé chez l'enfant et l'adolescent. Les principales raisons d'une telle analyse peuvent être des signes de puberté prématurée ou son retard chez les adolescents.

Caractéristiques de l'analyse et de la préparation de l'étude

La caractéristique la plus importante du test sanguin pour le niveau d'hormones sexuelles est le fait que le prélèvement sanguin n'a pas lieu simultanément. Cela est dû au fait que leur nombre dans le sang change constamment, ce qui rend difficile la formation d'un tableau de normes pour chaque hormone. Le cycle biologique est le reflet biologique de tels sauts hormonaux. C'est pour cette raison que le moment le plus propice à l'analyse de diverses substances biologiquement actives est déterminé avec son aide. Auparavant, chaque hormone avait son propre «jour parfait», ce qui obligeait une femme à donner son sang de façon répétée dans un délai d'un mois. Aujourd'hui, il existe une technique qui consiste à effectuer des tests sanguins trois fois par cycle. Chacune d'elles fournit une image du niveau d'un certain groupe d'hormones sexuelles féminines.

Il n’est pas nécessaire pour une femme de réussir les trois analyses - tout dépend de la position et de l’opinion du médecin traitant. Par exemple, s'il a besoin de connaître le niveau d'œstrogène, il lui donnera une étude unique le jour le plus favorable pour le cycle. Cependant, dans certains cas, une image complète de toutes les hormones sexuelles du sang est nécessaire, ce qui nécessite la livraison obligatoire de l'analyse trois fois par cycle. Comme on le sait, le calcul du cycle commence par l’apparition de la menstruation - le premier jour de la menstruation est le premier jour du cycle menstruel. Si une femme ne se souvient pas de la date de la dernière menstruation quand elle va chez le médecin, ce dernier la nommera au début du cycle le plus proche. Après cela, la procédure de don de sang se déroule dans cet ordre:

  • Du troisième au cinquième jour du cycle - le sang est donné pour étudier le niveau d'hormones folliculo-stimulantes (FSH) et d'hormones lutéinisantes (LH), ainsi que la prolactine.
  • Le huitième ou le dixième jour du cycle est le moment le plus opportun pour déterminer le niveau de testostérone et de son prédécesseur, le DHEA-s (sulfate de déhydroépiandrostérone).
  • Vingt et unième au deuxième jour - on examine la quantité de progestérone et d’estradiol.

Il existe une autre approche pour déterminer le niveau normal de chaque hormone - la phase du cycle menstruel. Selon cette méthode, pour chaque substance biologiquement active, il existe séparément au moins six indicateurs de la norme dans les phases du cycle pour l'ovaire et d'autres facteurs:

  • Phase folliculaire - du premier au quatorzième jour, le moment de la formation du follicule avec l'œuf;
  • Phase ovulatoire - du quinzième au dix-huitième jour - le moment de la libération de l'ovule du follicule. C'était à cette époque que les chances de conception étaient les plus élevées et le niveau de toutes les hormones a fortement augmenté, à l'exception de la progestérone.
  • Phase lutéale - du dix-neuvième au vingt-septième (fin du cycle et début de la menstruation). Pendant cette période, la croissance se produit d'abord (la première moitié de la phase), puis la diminution progressive du niveau de progestérone.
  • Le niveau d'hormones lors de l'utilisation de contraceptifs oraux - l'utilisation de contraceptifs hormonaux «fige» le cycle menstruel et le niveau d'hormones est au même niveau, sans subir de fluctuations particulières.
  • Nombre de substances biologiquement actives chez les femmes ménopausées - après la fin de la période de reproduction, le fond hormonal change, mais les variations soudaines du niveau ne sont pas caractéristiques.

Cette méthode de détermination du nombre d'hormones sexuelles féminines ne nécessite pas d'attendre une période spéciale pour la collecte de sang, mais vous devez tout de même connaître le jour du cycle pour déterminer la phase. En outre, cette méthode nécessite un médecin hautement qualifié afin qu’il puisse comprendre la relation complexe entre les hormones au cours des différentes périodes du cycle menstruel.

Naturellement, les hommes, les enfants et les femmes n’ont pas de cycle menstruel pendant la ménopause. Par conséquent, les limitations et difficultés susmentionnées ne concernent aucunement ce groupe de patientes.

La préparation à une telle analyse ne diffère pas de celle des autres méthodes de diagnostic en laboratoire. Un jour avant le prélèvement de sang, il est nécessaire d’exclure l’utilisation des boissons contenant de la caféine, de l’alcool, des aliments gras et lourds. Le sang est donné le matin à jeun. Les recommandations concernant la limitation de la vie sexuelle avant l'analyse ne sont pas justifiées - au contraire, il est préférable de maintenir une vie normale, y compris dans la sphère intime. Cela aidera le médecin à déterminer exactement les niveaux hormonaux de base d'une femme.

Déchiffrer les résultats d'analyse

Comme déjà mentionné, le décodage de l'analyse présente une certaine complexité, car cet indicateur peut varier considérablement en fonction de la phase du cycle menstruel, de l'état émotionnel, même du moment de la journée. Ainsi, l'hormone stimulant les follicules n'est pas libérée de manière continue dans le sang, mais par éclats séparés toutes les trois à quatre heures. Au cours de son isolement, la concentration de cette hormone dans le sang peut augmenter considérablement (jusqu'à deux fois), ce qui ne peut qu'affecter les résultats de l'étude. Par conséquent, les données présentées dans les tableaux ci-dessous sont présentées dans le cas du don de sang par une femme au cours de la période la plus favorable pour la détermination d'une hormone particulière.

Test sanguin pour les hormones

Dans le cadre du test sanguin pour détecter les hormones, les médecins supposent une étude approfondie du contenu susmentionné sur la concentration et la présence dans celui-ci de plusieurs substances biologiquement actives produites par les glandes humaines. Cette procédure peut aider à identifier un grand nombre d'une grande variété de maladies, même à des stades très précoces, lorsqu'il n'y a pas de symptômes cliniques externes.

Description générale

Le type d'analyse susmentionné est l'un des plus recherchés au monde, car il s'agit parfois du seul moyen de diagnostiquer rapidement et avec précision des maladies graves qu'il est important de détecter rapidement, car leur traitement sera alors très efficace.

Il est à noter que la teneur en hormones dans le sang est très faible, en particulier si on compare l'indicateur avec ceux similaires à d'autres éléments plasmatiques, mais c'est cette série de substances biologiquement actives qui intervient dans presque tous les processus critiques pour les organismes. Les normes hormonales dans ce cas ne sont pas une valeur stationnaire et dépendent à la fois du sexe de la personne et de son âge.

Quand est nommé?

Un test sanguin pour les hormones est prescrit pour les anomalies suspectées dans les organes internes, les glandes, les glandes surrénales, les maladies du fœtus pendant la grossesse et dans d'autres cas.

Comment prendre?

Pour les tests sanguins pour les hormones, ils le prendront dans votre veine. Douze heures avant l'heure prévue pour la livraison des échantillons, limitez le plus possible les charges émotionnelles et physiques, et renoncez également à l'alcool et aux drogues / produits contenant de l'iode.

Une attention particulière doit être portée à la préparation du test pour les femmes - il doit être effectué certains jours du cycle menstruel, que le médecin traitant vous désignera. L'analyse elle-même est donnée le matin, l'estomac vide.

Performance normale. Décryptage

Il existe actuellement un certain nombre de méthodologies et de systèmes évaluant le contenu en hormones dans le sang, ainsi que leur interprétation des résultats obtenus. Les tests les plus célèbres:

Analyse d'hormones thyroïdiennes

  1. TTG. Cette hormone de la glande pituitaire affecte directement la glande thyroïde et assure la circulation complète des autres éléments. La norme pour une personne en bonne santé est de 0,4 à 4 mU / l. Des valeurs élevées indiquent une insuffisance surrénalienne, une pathologie non thyroïdienne grave, une résistance à de telles hormones, une stimulation nerveuse et mentale, ou l'utilisation de médicaments, en particulier de morphine. Faible valeur - cortisol accru, thyrotoxicose, traitement hormonal excessif.
  2. T3 sous forme libre. Fournit une activité métabolique et a une rétroaction avec l'hypophyse. Les valeurs normales vont de 2,6 à 5,7 pmol / l. Valeurs élevées - syndrome de résistance vasculaire périphérique, toxicose hormonale ou hyperthyroïdie, méthadone, amphétamine. Syndrome de résistance vasculaire périphérique de faible valeur, insuffisance rénale, hyperthyroxinémie disalbuminémique, famine, médicaments contenant de l'iode, dexaméthasone, coumarine, phénytoïne, thyréotoxicose arthritique, ainsi que déclin physiologique en été.
  3. T3 est commun. Hormone thyroïdienne sérique responsable du fonctionnement des glandes périphériques. Les valeurs normales vont de 1,3 à 2,7 nmol / l. Une augmentation de ce taux indique une grossesse, une infection par le VIH, une hépatite, une porphyrie, une hyperprotéinémie, le tamoxifène, des contraceptifs à spectre oral, l'amiodarone, l'amphétamine et des œstrogènes. Réduction - acromégalie, pénurie de TSH, maladies du tractus gastro-intestinal, du foie et des reins, jeûne, hémolyse, pathologies somatiques, prise de testostérone, stéroïdes anabolisants, caféine.
  4. T4 gratuit. La principale hormone thyroïdienne est responsable du travail des protéines de transport et maintient leur équilibre dans le corps. La norme pour une personne en bonne santé est de 10 à 22 pmol / l. Des valeurs élevées indiquent une lipémie, des maladies mentales ou somatiques, une insuffisance surrénalienne, la prise d'aspirine, d'amiodarone, de furosémide, d'augmentation héréditaire de la TSH. Valeurs faibles - exercices physiques puissants, grossesse, famine, auto-anticorps avec hormones de type thyroïdiennes, méthadone, salicylates, triiodothyronine, rifampicine.
  5. T4 est commun. Une des principales hormones de la glande thyroïde. Les valeurs normales vont de 58 à 161 nmol / l. L'augmentation indique obésité, grossesse, hépatite aiguë, porphyrie intermittente, infection par le VIH en phase inactive, hyperbilirubinémie, utilisation de contraceptifs, tamoxifène, héparine, médicaments pour la thyroïde. Diminution - effort physique, jeûne, acromégalie, déficience congénitale en TSH, pathologies somatiques, maladies du tractus gastro-intestinal et des reins, prise de testostérone, liothyronine, diphényle, salicylates, stéroïdes anabolisants.
  6. TSG. Cette glycoprotéine de la chaîne polypeptidique est considérée comme la troisième protéine majeure de liaison au transporteur et l’élément fonctionnel de la glande thyroïde. Les valeurs normales vont de 259 à 573,5 nmol / l. Des valeurs élevées sont diagnostiquées dans l'hyperprotéinémie, la grossesse et l'hépatite en phase aiguë. La diminution indique une pathologie somatique, une hypofonction ovarienne, un taux élevé de catabolisme, une acromégalie et un déficit congénital en hormones.
  7. Anticorps contre la thyroglobuline. Ils sont un indicateur utile pour identifier un certain nombre de problèmes dans le corps, en particulier après une intervention chirurgicale. Les valeurs normales de cet indicateur - jusqu'à 40 UI / ml. L'excès indique une anémie percyous, une maladie de Graves, un myxoedème idiopathique, une thyroïdite de Hashimoto, un carcinome de la thyroïde, une thyroïdite subaiguë, d'autres problèmes chromosomiques et auto-immuns.
  8. Anticorps contre la peroxydase thyroïdienne. Indicateur de résistance à une enzyme connue. Les indicateurs en excès de ses preuves de maladies auto-immunes de la glande thyroïde. La valeur normale du paramètre va jusqu'à 35 IU / ml.
  9. Tireoglobuline. L’hormone, constituée de 2 sous-unités, est produite exclusivement par la glande thyroïde, analysée comme marqueur de diverses tumeurs, ainsi qu’une sorte de «moniteur» de l’état du patient avec une glande distante ou une personne suivant un traitement à l’iode radioactif. Le taux est de 1,7 à 56 ng / ml. Une diminution du taux indique un déficit de la fonction thyroïdienne par rapport à cette hormone dans l'hypothyroïdie. Une augmentation indique un adénome bénin, une thyrotoxicose, une thyroïdite subaiguë ainsi que des manifestations primaires d'un cancer de la thyroïde.

Analyse hormonale hypophysaire

  1. Stg Hormone de croissance Hormone de croissance responsable de la stimulation du développement des os, de la masse musculaire et d'autres organes. Les valeurs normales vont jusqu'à dix ng / ml. Des valeurs élevées indiquent un gigantisme ou une acromégalie, tandis que des valeurs inférieures indiquent un indicateur d'animisme hypophysaire.
  2. ACTH. Cet élément adrénocorticotrope stimule la production d'hormones dans le cortex surrénalien. La norme pour une personne en bonne santé va jusqu'à 50 pg / ml. Des valeurs basses indiquent une insuffisance surrénalienne systémique ou la présence de tumeurs dans celles-ci. Un indicateur élevé est un indicateur d'hyperplasie du même organe, ainsi que de maladies Itsenko / Kushiga ou Addison.
  3. TTG. L'hormone thyrotrope affecte classiquement la dégradation de la thyroglobuline et de l'iodation de la tyrosine. La norme sur les IF - de 0,24 à 2,9 microns UI / ml. La norme en RIA est de 0,6 à 3,8 microns UI / ml. Une augmentation du paramètre indique la présence d'une thyroïdite ou d'une hypothyroïdie au stade initial, une diminution du paramètre est un symptôme d'un adénome ou d'une thyréotoxicose.
  4. La prolactine. Cet élément des représentants du sexe fort est responsable du travail de la prostate et de la formation des vésicules séminales, chez la femme pour la croissance des glandes mammaires. Valeurs normales: femmes en période de procréation de 130 à 540 µg / l, femmes en ménopause et non fécondes de 107 à 290 µg / l, les représentantes du sexe fort de 100 à 265 µg / l. une augmentation de ce paramètre chez les hommes montre diverses altérations de la puissance, chez le beau sexe - grossesse, allaitement, hypothyroïdie dans la phase primaire, aménorrhée et tumeurs de l'hypophyse.
  5. FSH. La follitropine dans le beau sexe est responsable du travail des follicules, chez l'homme, de l'activité de la spermatogenèse et du travail des tubes séminifères. Standards: femmes ménopausées de 29,5 à 55 MU / l, femmes ayant une ovulation de 2,7 à 6,7 MU / ml, femmes en phase lutéale de deux à quatre UI / ml, représentantes du sexe fort de 1, 9 à 2,4 miel / ml. Une augmentation des taux indique une ménopause, une insuffisance ovarienne dans la phase initiale, des problèmes de spermatogenèse et un syndrome de Turner. Une diminution du paramètre indique la présence d'une hypofonction hypothalamique et, pendant la grossesse, parallèlement, de paramètres presque «nuls» du paramètre - insuffisance ovarienne profonde, cancer de la prostate, ainsi que pilules contraceptives orales ou œstrogènes.
  6. LH. L'hormone lutéinisante aide à produire de la progestérone chez le beau sexe et de la testostérone chez les hommes. Standards: pour les hommes, de 2,12 à 4 UI / ml, pour les filles ayant une ovulation de 18 à 53 UI / ml, pour les femmes en phase lutéale, de 1,54 à 2,56, UI / ml, pour les femmes le sexe dans la phase folliculaire est de 3,3 à 4,66 UI / ml, chez la femme ménopausée de 29,7 à 43,9 UI / l. L'augmentation du niveau est un indicateur de divers dysfonctionnements des gonades. Une diminution du niveau indique des perturbations dans le travail de l'hypophyse / hypothalamus, une insuffisance des glandes sexuelles dans la phase secondaire, ainsi qu'une ingestion de progestérone.

Test sanguin pour les hormones sexuelles

  1. La testostérone. Cette hormone affecte directement la formation de personnes de caractères sexuels secondaires, le développement des organes pertinents, ainsi que la stimulation de la croissance osseuse et de la masse musculaire. Normes: de 0,2 à un ng / ml chez le beau sexe et de deux à dix ng / ml chez le sexe fort.
  2. Estradiol. L'hormone féminine, l'œstrogène, assure le bon développement de la grossesse et la production de cellules germinales. Normes: de 200 à 285 pm / l (femmes en phase folliculaire), de 440 à 575 (femmes en phase lutéale), de 50 à 133 pm / l (pendant la ménopause). L'augmentation des paramètres est observée dans les tumeurs des ovaires. Diminution - avec leur fonctionnement insuffisant et les violations de la libération d'hormones gonadotropes.
  3. Progestérone La deuxième hormone féminine la plus importante de la série des œstrogènes, assurant le bon développement des organes génitaux chez le beau sexe. Normes: de 1 à 2,2 nm / l (femmes en phase folliculaire), de 23 à 30 nm / l (femmes en phase lutéale) et de 1 à 1,8 nm / l (en ménopause). Une augmentation est observée dans les tumeurs du cortex surrénalien. Diminution du paramètre - au cours de l'irradiation et de la sclérose des ovaires.

Sang pour les hormones surrénales

  1. Cortisol. Il affecte la sensibilité aux réactions allergiques, catalyse la création de structures de glucose à partir de protéines et d'acides aminés et systématise la production d'anticorps. Performance normale - de 230 à 750 nm / l. Une diminution de la concentration indique une insuffisance surrénalienne en phase chronique ou une maladie d'Addison. La réduction indique un cancer de la surrénale ou un adénome possible.
  2. Norépinéphrine et adrénaline. Les éléments ci-dessus affectent les vaisseaux sanguins, normalisent la pression, systématisent le fonctionnement de la motilité gastro-intestinale, catalysent la pénétration des acides aminés gras dans le sang, les rythmes cardiaques et forment également des taux de glucose. Normes: de 1,92 à 2,46 nm / l et de 0,62 à 3,23 nm / l pour ad-on et norad-on, respectivement. Une augmentation des indicateurs indique une jaunisse, un stress physique et émotionnel, une maladie rénale, le syndrome d'Itsenko-Cushing. L'abaissement indique des lésions de l'hypothalamus ou une myasthénie.
  3. L'aldostérone L'hormone est responsable de l'équilibre du métabolisme de l'eau et du sel dans le corps. Normes: pour une position horizontale de 30 à 65 pg / ml, pour une position verticale de 58 à 172 pg / ml. Des taux réduits d'aldostérone indiquent une thrombose surrénalienne, une embolie artérielle de l'organe, la maladie d'Addison, la rareté d'un régime alimentaire normal, dépourvu de potassium, ainsi qu'un hypofonctionnement des glandes surrénales ou un apport hydrique trop important. Des taux élevés indiquent généralement une hyperplasie ou des tumeurs surrénales, divers problèmes d’excrétion de sodium, ainsi que des complications telles que la cirrhose du foie, la néphrose et des maladies du système cardiovasculaire. Une diminution de la concentration en aldostérone au-dessous de la normale indique également une grossesse, une transpiration accrue, une grossesse, un épuisement physique grave et une carence en sodium dans l'alimentation.

Vidéo utile

Au lieu d'une postface

Assurez-vous de passer des tests pour les hormones prescrites par votre médecin. Dans certains cas, leurs résultats peuvent permettre de diagnostiquer une maladie grave au stade de sa formation initiale, ce qui vous permet d'économiser du temps, de l'argent et votre santé pendant le traitement. Cependant, essayez de ne pas en faire trop, de ne pas demander trop d'ordre pour un examen approfondi, une étude d'analyses - seul un professionnel de la santé qualifié peut vous indiquer les paramètres exacts du diagnostic. Bonne chance et ne tombez pas malade!

Questions et réponses

Quel est le prix du don de sang pour les hormones?

Le coût des tests dépendra de l'hormone étudiée - il y en a beaucoup. Les indicateurs spécifiques nécessaires au diagnostic complet de votre problème sont déterminés par le médecin traitant, c.-à-d. tout dépendra de l'organe étudié, du problème médical caractéristique, du diagnostic potentiel, etc. Le coût moyen d'une analyse pour une hormone particulière (TSH, progestérone, cortisol, thyroglobuline, par exemple) varie entre 350 et 1 000 roubles à Moscou. Souvent, les cliniques offrent des réductions sur l’étude de plusieurs paramètres à la fois. Cependant, cette opportunité doit également être utilisée avec prudence - parfois, des études individuelles du complexe proposé, vous n’avez tout simplement pas besoin et il est moins coûteux de commander quelques-uns à des tarifs standard.

Est-il possible de passer cette analyse gratuitement?

Dans certains établissements médicaux d’État, ils peuvent effectuer gratuitement des tests individuels pour une hormone donnée - le plus souvent, ils fournissent ce service dans des villes de plus d’un million d’habitants, principalement dans des cliniques pour femmes. Toutefois, dans la très grande majorité des cas, vous serez envoyé dans un centre médical privé. Préparez donc de l’argent, bien sûr, après avoir vérifié si ce type de service n’est pas disponible sur le lieu de traitement de l’institution médicale municipale.

Évaluation de la santé des femmes par l'analyse des hormones sexuelles

Si vous souhaitez évaluer la santé d'une femme, les médecins analysent les hormones sexuelles.

Grâce à ces substances biologiquement actives, le corps de la femme est différent de celui de l'homme, remplit d'autres fonctions et a une structure différente.

Par la concentration d'hormones sexuelles dans le sang du médecin jugé sur le travail du système reproducteur. Si ces substances sont nombreuses ou peu nombreuses, différents systèmes du corps échouent et la femme est stressée.

Raisons pour être testé pour les hormones

Perturber l'équilibre des hormones sexuelles dans le corps de la femme peut provoquer une variété de phénomènes. Souvent, le travail du système reproducteur, contrôlé par des substances spéciales, se dégrade par manque de sommeil et de repos.

Un régime dur, une fatigue chronique, une infection génitale ou un mauvais environnement peuvent entraîner le même problème.

Dans de nombreux cas, la femme est confrontée à une déficience ou à un excès d'hormones sexuelles si elle est constamment dans une situation stressante ou prend pendant longtemps des médicaments qui protègent contre une grossesse non désirée.

Parfois, un déséquilibre des substances biologiquement actives provoque la consommation de bière en grande quantité et des dommages au corps causés par les parasites.

Dans certaines situations, les médecins accusent une prédisposition génétique de violer les niveaux d'œstrogène ou de progestérone.

Le gynécologue est tenu de se préparer à la délivrance du test hormonal sexuel s'il considère que les plaintes du patient indiquent un trouble de l'appareil reproducteur ou un changement de la concentration de substances biologiquement actives dans le sang.

L’étude laisse suffisamment de temps et de précision pour déterminer le niveau d’hormones responsables de la formation des caractéristiques sexuelles et pour comprendre quel organe fonctionne de manière incorrecte.

En conséquence, une femme sera en mesure de découvrir la raison qui l’a empêchée de tomber enceinte et a provoqué une maladie gynécologique grave.

Pour l'analyse qui détermine le contenu des hormones sexuelles dans le sang, des réactifs et techniques spéciaux sont utilisés.

Par conséquent, il est extrêmement difficile de déchiffrer les résultats de cette étude sans l'aide d'un médecin.

De plus, la phase du cycle, le développement du fœtus dans l'utérus, le nombre d'années vécues et l'extinction de la fonction sexuelle ont un certain effet sur le taux de substances biologiquement actives.

La nécessité d’attribuer une analyse des hormones sexuelles survient lorsque de tels signaux de déséquilibre hormonal apparaissent, tels que des défaillances menstruelles, des saignements graves ou rares lors du rejet de la couche fonctionnelle de l’endomètre, une fausse couche et des difficultés à féconder l’ovule.

Lorsque le fond hormonal du corps de la femme est modifié, l'état de la peau se détériore. Cela se traduit par l'apparition d'acné et de reflets huileux.

En plus de la peau, sous la mauvaise influence du déséquilibre des hormones sexuelles, les cheveux tombent, qui se salissent rapidement.

En raison d'une violation de la concentration de substances biologiquement actives, une "végétation" indésirable apparaît sur le corps et le visage d'une femme.

Les substances biologiquement actives étudiées

Lors de l'évaluation du contexte hormonal d'une femme, les médecins sont attentifs à la concentration en œstrogènes, progestérone, hormone lutéinisante, prolactine, hormone folliculo-stimulante et testostérone.

L'œstrogène, produit en petites quantités, est un «produit» des glandes sexuelles et des glandes surrénales. Cette hormone affecte la formation de signes qui distinguent une femme d'un homme et, à l'instar de la progestérone, surveille d'importants processus de conception et d'accouchement.

Le représentant le plus actif de l'œstrogène est l'œstradiol, qui maintient sous contrôle les modifications de l'environnement vaginal associées à la phase du cycle menstruel.

La même hormone est responsable des processus se produisant dans les glandes qui produisent le fluide nutritif utilisé pour nourrir l’enfant.Toutefois, l’estradiol aide la femme à éviter l’apparition de maladies entraînant une détérioration du cœur et des vaisseaux sanguins et une maladie systémique progressive chronique caractérisée par une diminution de la densité osseuse.

La progestérone dans le sang d'une femme éjecte également les gonades et les glandes surrénales. L'hormone est trouvée dans le corps de la femme en petites quantités.

Au cours de l'accouchement, la progestérone produit initialement un corps jaune, puis un placenta. Pour cette raison, la progestérone est souvent appelée «hormone de grossesse».

Une femme occupant une position intéressante augmente la concentration de progestérone dans le sang. Ce phénomène est considéré comme naturel, car cette hormone prépare la muqueuse utérine à l’implantation de l’embryon et protège l’ovule du rejet.

La prolactine et les substances biologiquement actives lutéinisantes et stimulantes du follicule, également étudiées dans l'analyse des hormones sexuelles féminines, créent l'hypophyse.

La première substance, la prolactine, aide au développement des glandes mammaires et à la formation du lait, supprime la production de l'hormone folliculo-stimulante, retardant ainsi la période d'ovulation.

Grâce aux hormones lutéinisantes et stimulantes des follicules, les follicules se développent et mûrissent, formant un corps jaune.

Lors de l'évaluation de la santé d'une femme, on attache de l'importance non seulement à la concentration de substances lutéinisantes et stimulantes du follicule, mais également à leur rapport.

En déchiffrant les résultats de l'analyse, qui détermine le niveau de substances biologiques dans le sang, les médecins tiennent compte du fait que, pendant la grossesse, les hormones lutéinisantes sont beaucoup moins produites.

Les nuances de la procédure et sa préparation

En règle générale, un test sanguin pour les hormones sexuelles est effectué en trois étapes, ce qui vous permet d'obtenir des informations complètes sur la concentration de certaines substances biologiquement actives dans le corps de la femme.

Pour réussir cette étude, il est important que la patiente connaisse le jour où a commencé la dernière réglementation, car le sang est prélevé à des stades strictement définis du cycle menstruel pour détecter les substances biologiquement actives.

Les troisième et quatrième jours du cycle sont destinés aux analyses de sang visant à déterminer le taux de prolactine, hormone folliculostimulante et lutéinisante.

8 à 10 jours après le début de la menstruation, il est habituel de prendre du matériel biologique afin de connaître la quantité de testostérone et de sulfate de déhydroépiandrostérone.

À la fin du cycle menstruel, c'est-à-dire les jours 21 à 22, le gynécologue demande à faire un don de sang pour détecter l'estradiol et la progestérone.

Parfois, afin d’établir un niveau normal d’hormones sexuelles, le médecin s’éloigne de la phase du cycle menstruel.

Cette méthode de détermination de la concentration de substances biologiquement actives implique l’existence de 6 valeurs de la norme pour chaque hormone produite dans le sang d’une femme.

Il s'avère que la quantité d'une substance biologiquement active ne peut pas être la même dans les phases folliculaire, ovulatoire et lutéine.

L'heure de la phase folliculaire est le jour 1-14 du cycle menstruel. Pendant cette période, un follicule et un ovule se forment dans le corps de la femme.

À la suite de ce processus, les 15-18ème jours du cycle, la gamète femelle s'est formée à partir de la composante structurelle de l'ovaire.

Ce phénomène est caractéristique de la phase ovulatoire - période au cours de laquelle on observe une forte augmentation des hormones dans le sang et où une femme peut tomber enceinte.

Cette phase du cycle menstruel est remplacée par la phase lutéale, qui dure de 19 à 27 jours. À ce stade, la quantité de progestérone dans le sang augmente d'abord, puis diminue fortement.

Il est nécessaire de préparer l'analyse, ce qui permet de déterminer la teneur en substances biologiquement actives dans le sang. Il est interdit de boire du thé et du café avant de mener une étude, car ces boissons contiennent de la caféine.

Le tabou est imposé à la consommation d'alcool et d'aliments lourds. Après avoir suivi une formation appropriée, un test sanguin, prescrit par un gynécologue, est effectué le matin à jeun.

Examen des résultats de l'étude du sang

L'analyse des résultats des tests sanguins pour les hormones sexuelles est rendue difficile par la dépendance de la concentration de substances biologiquement actives sur l'humeur de la femme, la phase du cycle menstruel et l'heure du jour.

Par exemple, l'hormone folliculo-stimulante n'est pas libérée dans le sang, mais par portions, c'est-à-dire toutes les 3 à 4 heures.

Il se trouve que, à certains moments, le contenu de cette substance dans le corps de la femme augmente plusieurs fois, ce qui se reflète dans les résultats de l'analyse.

Les valeurs indiquées dans le tableau sont typiques de l'intervalle de temps le plus approprié lorsqu'il est nécessaire de déterminer la quantité d'hormones dans le sang.

À des fins de comparaison, le résumé présente les normes relatives au contenu en substances biologiquement actives dans le corps d'un homme.

Pour évaluer les chiffres ci-dessus, vous devez avoir une compréhension claire des phases du cycle menstruel.

Comment se faire tester pour les hormones sexuelles

Le système endocrinien humain contrôle l’état de santé, la capacité de devenir enceinte et de procréer, l’apparence et même l’humeur de la femme. À un certain moment de la vie, chaque femme reçoit une recommandation du médecin pour un test aux hormones sexuelles. Dans certains cas, il s'agit d'une mesure préventive, dans d'autres, il est prescrit en cas de suspicion de troubles hormonaux. Le désordre dans le système endocrinien peut déclencher le développement de conditions pathologiques graves.

A quoi sert l'analyse?

L'action des hormones commence par le développement intra-utérin du fœtus. Même dans ce cas, les cellules de l’enfant à naître se développent activement sous l’influence de diverses hormones et d’autres substances biologiques. Dans un système fermé, le sang transporte l'oxygène, les nutriments et les enzymes jusqu'au fœtus. Après la naissance, le corps de l'enfant produira indépendamment les substances nécessaires. Au cours du processus de croissance et de puberté, qui dépend également des hormones sexuelles, des modifications liées à l'âge se produisent, la personne mûrit.

Le développement et le fonctionnement normaux du corps sont assurés par le système endocrinien:

  • Passer des tests est nécessaire lors de la planification de la grossesse. Idéalement, les deux futurs parents, avant d'essayer de concevoir un enfant, doivent se soumettre à un examen médical, y compris pour les antécédents hormonaux. En pratique, l'examen passe le plus souvent avec une seule femme, au moment de son enregistrement.
  • Si une femme se plaint de règles trop douloureuses ou trop abondantes, entre autres choses, le médecin recommande de faire un don de sang pour une étude hormonale.
  • Le diagnostic d'infertilité commence par l'étude des hormones chez la femme. L’incapacité de tomber enceinte ou de porter un enfant implique de trouver un problème. Les anomalies hormonales sont ajustées médicalement à la norme.
  • Les défaillances du cycle menstruel ou l'absence complète de menstruations peuvent être dues à l'influence des hormones. En général, les troubles hormonaux se reflètent toujours dans le cycle menstruel. Par conséquent, pour toute violation de la menstruation, il est nécessaire de consulter un médecin.
  • Le manque d'hormones peut être une conséquence des troubles causés par la malnutrition. Dans le diagnostic de l'anorexie ou de la malnutrition, une étude du contexte hormonal est réalisée et des tests sont effectués.
  • L'analyse peut être prescrite par un gynécologue, un mammologue ou un endocrinologue en cas de troubles et de symptômes de troubles hormonaux. Les indications peuvent être une douleur, un écoulement et un épaississement dans la poitrine.
  • Une croissance déficiente des cheveux se manifeste par une végétation trop abondante ou insuffisante.
  • Un test hormonal est utilisé pour contrôler l'efficacité du traitement hormonal prescrit.

Règles de cycle

Un test sanguin pour les hormones sexuelles est pris en fonction du stade du cycle menstruel. Le processus de maturation des œufs et la capacité de concevoir d'une femme dépendent du fonctionnement du système endocrinien. La concentration en substances biologiquement actives varie avec le jour du cycle et le taux pour chaque période est différent. Par conséquent, le médecin choisit un jour spécifique pour l'analyse:

  • 3-5 jours. Pendant cette période, les hormones lutéinisante (LH) et stimulante du follicule (FSH) sont activées. Le premier stimule la maturation du follicule et le second favorise la nutrition, le développement et la croissance du follicule.
  • 8-10 jours. L’étude porte sur la testostérone, une hormone masculine, si, au cours de cette période, sa concentration est augmentée, il existe un risque de fausse couche. La quantité d'hormones intermédiaires 17-OH progestérone, sulfate de DEA et une protéine de liaison est également contrôlée.
  • 20–21 jours. Les substances actives au cours de cette période sont l'estradiol et la progestérone. Ces hormones sont responsables de la préparation de l'utérus pour le fœtus et la grossesse suivante.

Préparation à l'analyse

Les tests hormonaux ne sont généralement pas le seul type d'examen médical prescrit par un médecin, notamment en matière de planification familiale. Chaque substance d'essai a ses propres normes pour la préparation de l'analyse. Mais il existe une liste générale de règles et de recommandations médicales universelles pour tout test sanguin aux hormones:

  • Le sang doit être donné strictement à jeun. Vous ne pouvez même pas boire du thé le matin. Le dîner complet n'est également pas recommandé. La digestion des aliments déclenche des processus dans le corps qui peuvent affecter l'action du système endocrinien et le résultat de l'analyse sera incorrect.
  • Avant d'envoyer une analyse de sang, le médecin doit être informé de tous les médicaments pris. Certaines d'entre elles devront peut-être être annulées 2 semaines avant le test.
  • Avant de procéder à une analyse, évitez de surcharger le corps lors de l'entraînement sportif ou physique.
  • Avant de procéder à l'analyse, vous devez cesser de vous inquiéter et normaliser le rythme cardiaque. Vous pouvez vous asseoir devant le bureau pendant 10 minutes et vous calmer.

Aujourd'hui, il existe un large choix d'institutions médicales et de méthodes de don de sang. Vous pouvez effectuer l'analyse dans une clinique normale ou dans un laboratoire commercial. Certains établissements offrent des services pour laisser le laboratoire à la maison et prélever le sang du patient à la maison, dans une atmosphère familière et confortable.

L'œstrogène

Le groupe de substances biologiquement actives comprend l’estrone, l’estriol et l’estradiol. Ces hormones sont combinées en un groupe, chaque substance remplissant essentiellement les mêmes fonctions, mais avec une intensité différente. Pour la production d'œstrogènes sont responsables des glandes surrénales et des ovaires. Ces substances stimulent le métabolisme, protègent le tissu osseux contre la destruction, aident à réduire le "mauvais" cholestérol, stimulent le développement des organes génitaux féminins, la maturation de la muqueuse vaginale, maintiennent l'utérus dans le tonus et la mobilité des trompes de Fallope.

Le taux dépend de plusieurs facteurs. Pour une femme en âge de procréer en bonne santé, une teneur en estradiol comprise entre 13 et 191 pg / ml est considérée comme normale. Avec l'apparition de la ménopause, la production d'hormones sexuelles estrogènes est significativement réduite et le taux est de 11–95 pg / ml.

Le dépassement du taux autorisé peut indiquer le développement d'un kyste ovarien, d'une cirrhose du foie ou du fait qu'une femme prend des contraceptifs hormonaux. Une diminution des taux d'estradiol est observée avec des troubles du système endocrinien, un effort physique intense, une perte de poids soudaine causée par un manque de nutrition, une consommation insuffisante de graisses, le véganisme et certaines maladies.

Progestérone

Cette hormone est produite par les glandes surrénales et le corps jaune de l'ovaire. Pendant la grossesse, la progestérone est également produite par le placenta et sa quantité augmente de manière significative. Elle est donc également appelée «hormone de grossesse». Grâce à cette substance active, la paroi interne de l'utérus est préparée pour l'implantation de l'embryon. Le taux de substance dépend de la phase du cycle menstruel. Un excès de cette hormone est observé pendant la grossesse, le manque de prolactine nuit au développement du fœtus:

  • Phase folliculaire: 0,32–2,23 nm / l.
  • Ovulation: 0,48 à 9,41 nmol / L.
  • Phase lutéale: 6,99–56,63 nmol / l.
  • 1 trimestre de grossesse: 8,9–468,4 nmol / l.
  • 2 trimestres de la grossesse: 74,5-303,1 nmol / l.
  • 3 trimestres de la grossesse: 88,7–771,5 nmol / l.

Une forte teneur en progestérone est observée dans le développement des kystes, les conditions pathologiques provoquant l'aménorrhée, les saignements utérins, la violation des phases du cycle menstruel, les maladies des reins ou des glandes surrénales, la grossesse, la prise de certains médicaments. Les faibles niveaux hormonaux sont caractéristiques de la présence dans l'organisme de processus inflammatoires chroniques des organes génitaux, d'un développement insuffisant du placenta pendant la grossesse, d'un développement retardé du fœtus, etc.

Une substance biologiquement active, souvent citée dans les analyses, sous le nom de LH est une hormone lutéinisante. Il est produit par l'hypophyse et la concentration de l'hormone est augmentée si nécessaire. Cette substance est responsable de la maturation de l'œuf et stimule la production de progestérone par le corps jaune. En outre, l'hormone lutéinisante stimule la production de lait chez les femmes enceintes.

  • Phase folliculaire: 1,1 à 8,7 mUI / ml.
  • Ovulation: 13,2–72,0 mIU / ml.
  • Phase lutéale: 9,0 à 14,4 mIU / ml.

On trouve une forte concentration de LH dans le dysfonctionnement des gonades, le développement de la polycystose, les tumeurs de l'hypophyse, la brucellose, la gonorrhée et d'autres maladies. De faibles niveaux d'hormone lutéinisante sont caractéristiques des femmes obèses, des fumeurs et de certaines maladies.

La prolactine

Cette substance biologiquement active stimule le développement du comportement sexuel, le développement et la croissance des glandes mammaires. En outre, la prolactine favorise le métabolisme, régule le métabolisme des sels d’eau et soutient l’immunité générale du corps. Le contenu normal en hormones chez une femme en bonne santé est de 67–726 mIU / L.

Dépasser la limite autorisée de la norme provoque la stérilité chez les femmes et les hommes.

Le fonctionnement normal des gonades est également perturbé. Un excès de prolactine peut refléter une anomalie de l'hypophyse. Des niveaux élevés d'hormone peuvent être dus à la grossesse ou à l'allaitement. De plus, la production de cette hormone est stimulée par le stress physique et psycho-émotionnel, une maladie du système nerveux. Une concentration élevée de prolactine est causée par certaines maladies auto-immunes et oncologiques.

Ce type d'hormone affecte la croissance et le développement du follicule dans lequel se trouve l'ovule. Une étude sur l'hormone folliculo-stimulante est prescrite pour les fausses couches, une diminution du désir sexuel, un retard du développement sexuel, etc. Le taux dépend du stade du cycle menstruel et de l'hormone lutéinisante. Avec un rapport normal de ces deux substances, le rapport LH / FSH devrait être compris entre 1,5 et 2. Un autre rapport peut indiquer une violation du fond hormonal ou le développement de la maladie.

  • Phase folliculaire: 1,8 à 11,3 mIU / ml.
  • Ovulation: 4,9 à 20,4 mIU / ml.
  • Phase lutéale: 1,1 à 9,5 mIU / ml.

Une teneur élevée en hormone folliculo-stimulante est caractéristique des saignements utérins, du développement d'un kyste ou d'une diminution de la fonction ovarienne, ainsi que de certaines autres maladies et pathologies. On observe de faibles taux de FSH en l'absence de menstruation, d'embonpoint, de malnutrition et de malnutrition, de contact avec des substances toxiques et de certaines maladies.

La présence d’un excès ou d’une carence en hormone dans le sang d’une femme signifie que le corps ne fonctionne pas comme il se doit. Parfois, la situation est provoquée par un trouble de la fonction hormonale, une maladie ou un processus pathologique. L'analyse des hormones sexuelles chez la femme est un type d'étude standard dans de nombreux types d'examens de santé. C'est une méthode informative pour diagnostiquer de nombreuses maladies et pathologies. Le déchiffrement des résultats de l'analyse des hormones ne doit être effectué que par un médecin qualifié, en tenant compte de tous les facteurs déterminants.

Études cliniques

L'Institut de recherche en endocrinologie a mené des recherches sur les propriétés du "thé monastique".

À la suite d’une étude de 30 jours menée sur un groupe de volontaires de 100 personnes souffrant de maladie de la thyroïde. Les résultats suivants ont été obtenus:

  • Une nette normalisation du niveau de TSH dans le sang de tout le groupe de sujets de 25 à 68 ans a été enregistrée.
  • L'accélération des processus de régénération chez 97 volontaires a été notée.
  • Trouvé une amélioration significative de la santé globale et de l'humeur des patients.
  • Une amélioration des processus métaboliques dans le corps a été observée chez tous les patients.
  • Selon 87% des patients qui avaient des ganglions dans la thyroïde, les résultats de l'examen échographique des nodules n'ont pas été détectés.

En savoir plus sur les résultats de l'étude ici.

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

L'estradiol appartient aux hormones sexuelles féminines - les œstrogènes. La santé génésique et reproductive d'une femme dépend de son contenu et de sa production.En petites quantités, de l’estradiol est formé dans les testicules des hommes, mais la fonction de l’hormone n’a pas encore été élucidée.

Les hormones participent à la plupart des processus de la vie. Œstrogènes - Hormones sexuelles féminines nécessaires au fonctionnement normal du système de reproduction.

Si, lors d'un déséquilibre hormonal, le gynécologue traitant prescrit Duphaston, de nombreuses femmes se demandent si elles peuvent guérir de Duphaston. Pour le beau sexe, la réponse à cette question est très importante, car personne ne veut nuire à sa santé ou prendre du poids en cours de traitement, à la suite de l'impact d'effets indésirables du médicament.