Principal / Des tests

Quelles sont les causes d'un adénome hypophysaire du cerveau

Les tumeurs cérébrales sont des diagnostics médicaux assez graves. Selon la nature du développement de la pathologie, ils peuvent menacer la vie et la santé du patient.

Mais ils peuvent succomber à un traitement thérapeutique et, avec un contrôle de qualité de la maladie, ils peuvent accompagner le patient pendant des années sans lui causer de graves problèmes.

À propos du corps

L'hypophyse du cerveau est une glande endocrine de contenu structurel complexe, localisée dans la partie sous-corticale de l'organe. Il a une forme arrondie et se trouve sous une protection fiable de la boîte à os de la tête. Il se compose de deux lobes, avec le devant quatre fois le dos.

À propos de la maladie

L'adénome est l'une des manifestations les plus fréquemment diagnostiquées des néoplasmes d'origine bénigne. En règle générale, il se développe dans les tissus glandulaires des organes et est directement lié aux processus hormonaux se produisant dans le corps.

Il appartient au groupe des anomalies endocriniennes. Il n'a pas d'âge limite pour être vaincu. Dans certaines circonstances, il peut se transformer en cancer.

L'adénome hypophysaire est classé en fonction d'un certain nombre d'indicateurs significatifs et de ses caractéristiques qualitatives. Une telle division permet de déterminer le type de maladie et de prescrire un traitement qualitatif de la pathologie.

Une tumeur peut être:

  • hormonalement actif - de telles formations sont sujettes à une croissance rapide et ont une incidence négative sur l'état du fond hormonal;
  • hormonalement inactif - la production de cellules contenant des hormones n'est pas prononcée, la formation est presque latente et peut conserver de petites tailles pendant des années;
  • maligne - dans les tissus de l'anomalie, les processus de mutation cellulaire sont activement lancés, la tumeur acquiert une facette agressive, se développe rapidement et affecte rapidement les régions cérébrales voisines. Forme extrêmement dangereuse de la maladie.

Selon l'importance de la formation des phoques sont classés:

  • microadénomes - extrêmement difficiles à diagnostiquer en raison de leur taille trop petite - leur diamètre varie de quelques millimètres à 2 cm;
  • macroadénomes - la taille de la formation de plus de 2 - 3 cm, souvent accompagnée de symptômes graves, qui est la raison pour laquelle la personne va à la clinique et aide à identifier la maladie.

Hormonalement actif

  • prolactinome - il synthétise la prolactine avec la production de la sécrétion de prolactine;
  • somatropinome - produit activement de la somatotropine. Les ours sont directement responsables de la mise en œuvre des processus de croissance, produisant une hormone;
  • corticotropinome - responsable de la production de la sécrétion adrénocorticotrope;
  • gonadotropinome - produit des hormones gonadotropes, déclenche les processus d'atrophie primaire des tissus affectés de l'organe;
  • tumeurs hormonales du panache - activent l'activité cérébrale, produisent des substances thyrotropes.

Photo: une image du cerveau

Raisons

Les facteurs suivants déclenchent la maladie:

  • infections neurologiques - méningite aiguë, encéphalite sous toutes ses formes, tuberculose chronique, poliomyélite affectant le système nerveux;
  • les maladies sexuellement transmissibles, en particulier la syphilis négligée;
  • toxicité avec des composants chimiques au stade de la grossesse;
  • blessures mécaniques du crâne;
  • hémorragie interne;
  • prédisposition génétique;
  • pathologies de la glande thyroïde, affectant négativement son fonctionnement;
  • sous-développement héréditaire des organes génitaux;
  • la présence dans le corps de processus auto-immuns;
  • traitement incorrect et trop long avec des médicaments contraceptifs oraux qui suppriment l’apparition de l’ovulation et interfèrent avec la reproduction des hormones correspondantes.

A quoi sert la neurosonographie du cerveau chez l'adulte? La réponse est dans cet article.

Les symptômes

Les spécialistes classent les symptômes de la pathologie en neurologiques et endocriniens ophtalmiques.

Le premier groupe comprend les signes suivants:

  • mal de tête - se caractérise par des manifestations sourdes et douloureuses, accompagne presque constamment une personne. Faiblement inhibé par les médicaments à spectre d'action dirigé et augmente son intensité à mesure que la compaction se développe;
  • déficience visuelle - le champ de vision (principalement latéral) est en train de changer. Se produit en raison de la compression des terminaisons nerveuses qui assurent le travail du réflexe visuel. Ces terminaisons sont en dessous de la glande pituitaire. Il en résulte que l'anomalie croissante exerce une pression excessive sur elles;
  • dysfonctionnement oculomoteur - les nerfs responsables de l’expression faciale de l’œil sont serrés, un éclatement d’objets se produit et le strabisme se développe progressivement;
  • congestion nasale - sensation qui ressemble à une affection caractérisée par un écoulement nasal prolongé. Le signe est caractéristique de grandes formations situées dans la zone des sinus ethmoïdaux;
  • évanouissements fréquents - se produisent avec des macroadénomes qui se développent dans la partie supérieure de l'hypophyse et exercent une pression sur l'hypothalamus.
  • une nette diminution de la santé de la glande thyroïde - se manifestant par une faiblesse générale, une fatigabilité rapide du corps, une indifférence face aux actes et événements survenant autour de la personne, une inhibition de la perception mentale;
  • peau sèche - se produit dans le contexte d'une augmentation du poids total du patient, provoquée par un gonflement excessif des tissus mous en raison d'un déséquilibre hormonal;
  • une mauvaise fonctionnalité des reins et des glandes surrénales, souvent une pyélonéphrite - à un stade avancé, entraîne des diagnostics associés - infertilité, échec sexuel chez l'homme et anorgasmie chez la femme;
  • à l'adolescence - retard de croissance, prise de poids et sous-développement physique. Cela est dû au manque d'hormone de croissance et à la violation de l'équilibre hormonal global dans le contexte de l'apparition d'une pathologie responsable de son contenu complet.

Diagnostics

Afin d'identifier ce type d'adénome, les méthodes de diagnostic suivantes sont utilisées:

  • tests hormonaux - comprennent: un test sanguin pour la concentration de prolactine, la quantité d'hormones somatotropes, le niveau d'adrénocortitropine, l'indice de testostérone chez l'homme. En outre, ils effectuent un test hormonal pour la dexaméthasone;
  • L'analyse d'urine révèle: la présence d'électrolytes, les taux de cortisol, l'indicateur de stimulation du follicule;
  • CT - permet un examen complet de l'état du crâne. L'emplacement de la pathologie, sa taille et le degré de pression exercé sur les parties adjacentes du cerveau;
  • IRM - a mené une étude approfondie du cerveau, vous permettant de remarquer même les plus petits phoques. Dans le même temps, les formes non hormonales de la maladie en état de latence sont un peu moins bien diagnostiquées;
  • angiographie de vaisseaux cérébraux - indiquée lorsque la formation grossit vers le sinus caverneux pour déterminer l'étendue de l'effet de frappe sur la pression de la tumeur;
  • Examen aux rayons X de la selle turque - l'une des "preuves" les plus fiables de la présence d'un adénome cérébral est le diagnostic d'ostéoporose et de déformation du dos de la selle turque. Il convient de noter que cette méthode de détection des anomalies ne fonctionne que dans les derniers stades de son développement, lorsque ces signes commencent à se manifester;
  • ophtalmologiste - une consultation spécialisée est réalisée avec des signes prononcés de syndrome neurologique ophtalmique.

Cet article décrit les symptômes et les types de tumeurs cérébrales.

Traitement

Pour le traitement réussi de cette maladie, ainsi que pour surveiller la dynamique de son état, ces types de traitement de la tumeur sont utilisés:

  • le retrait standard est indiqué pour les formations en croissance qui menacent d'autres parties du cerveau et des organes voisins, s'il existe des complications sous la forme d'un kyste, des hémorragies internes, ainsi que le risque de dégénérescence de la pathologie en cancer. L’opération consiste à trépanner le crâne et à couper le fragment de tissu hypophysaire affecté;
  • intervention transsphénoïdale endonasale - est utilisé uniquement si la formation est localisée dans la zone de la selle turque. Elle s'effectue par le bon cours du nasopharynx. La paroi du tissu osseux sphénoïde incisée, ouvrant l'accès à la lésion. Elle est réalisée sous anesthésie générale.
  • gamma-thérapie - fait référence aux méthodes de radiation utilisées pour traiter une anomalie. L'effet est obtenu par l'injection ponctuelle dans le tissu tumoral des rayons nocifs. Montré dans de petites formations;
  • antagonistes de la prolactine - option de traitement médical. Basé sur la consommation d'hormones hypophysaires et de sandostatin. Plus justifié dans la régression de la pathologie;
  • Les remèdes populaires ne sont efficaces qu'avec le caractère calme de l'évolution de la maladie, lorsque la tumeur ne se développe pas et protège l'immobilité. Le traitement le plus populaire est les graines de citrouille, le sésame, la racine de gingembre, la primevère.

Des complications

Si vous ignorez la situation et que le traitement n'est pas effectué à temps, la maladie menace de complications graves:

  • violation de la fonction visuelle - jusqu'à l'apparition d'une cécité sur le fond d'une tumeur trop grosse;
  • le risque d'hémorragie du cerveau avec son apoplexie ultérieure;
  • infertilité;
  • l'impuissance;
  • troubles sexuels;
  • Dépressions nerveuses et instabilité mentale.

Adénome et grossesse

En période de gestation, presque toutes les méthodes de traitement sont inacceptables. La seule chose qui reste est un contrôle strict sur l'état du corps d'une femme enceinte.

Examen régulier de l'état général, étude des niveaux hormonaux, indicateurs visuels - de telles enquêtes devraient être menées régulièrement. De plus, l'IRM du cerveau est réalisée tous les trois mois.

Prévisions

Malgré le fait que cette tumeur est de nature bénigne, en l’absence de traitement, le pronostic d’un développement ultérieur de la situation peut être extrêmement défavorable. En mettant la pression sur le cerveau, la pathologie peut conduire à des atteintes fragmentaires allant jusqu'au handicap.

De plus, l'adénome est extrêmement négatif pour la glande thyroïde, et une défaillance de sa fonctionnalité «frappera» tout le corps avec de nouvelles maladies.

En conclusion, nous recommandons de regarder la vidéo dans laquelle des experts parlent de la maladie en question de manière accessible:

Traitement et effets de l'adénome hypophysaire du cerveau

Même les écoliers savent à quel point l'hypophyse est importante pour le développement humain. Si le travail de cette glande située dans le cerveau est perturbé, la production d’hormones échoue, un adulte a des problèmes de régulation du désir sexuel, de croissance des os et des cheveux, ce qui ralentit le développement physique de l’enfant. L'une des pathologies de la glande est un adénome hormonalement actif de l'hypophyse du cerveau, qui peut également influer sur la production d'hormones. Par conséquent, il est important d'identifier cette pathologie en temps opportun, de déterminer le type de néoplasme et de recevoir un traitement adéquat.

Qu'est-ce qui provoque le développement de la pathologie?

L'adénome hypophysaire est une tumeur bénigne formée de cellules de l'hypophyse antérieure. Pourquoi le tissu hypophysaire dégénère-t-il? Il y a plusieurs raisons indirectes:

  • Maladies infectieuses transférées affectant le cerveau.
  • Abcès du tissu cérébral.
  • Effets toxiques sur les tissus cérébraux (avec intoxication alimentaire, médicamenteuse, alcoolique).
  • Rayonnement Rayonnement ionisant.
  • Blessures à la tête: fractures des os du crâne, commotion cérébrale.
  • Intervention chirurgicale sur le tissu cérébral.
  • Contraceptifs oraux pendant une longue période.

L'adénome congénital de l'hypophyse du cerveau est possible chez les nourrissons qui subissent in utero un effet négatif sur la substance grise, l'hypophyse: tabagisme, alcoolisme, toxicomanie de la mère. Des études récentes montrent que les femmes qui subissent un avortement ou qui ont subi de nombreuses fausses couches sont susceptibles de présenter une pathologie. On pense que l'adénome hypophysaire du cerveau n'est pas une maladie héréditaire, mais il existe un lien entre la survenue d'un adénome et une néoplasie génétiquement transmise du second type, qui se développe chez 25% des patients présentant un néoplasme diagnostiqué.
"alt =" ">

Classification du néoplasme

Les adénomes sur le tissu cérébral ont des effets différents, ainsi que sur tout le corps, ils se divisent donc en types suivants:

  • Produire des hormones.
  • Hormones non productrices.
  • Malin.

Les adénomes à activité hormonale sont également divisés en types en fonction de l'hormone produite:

  • Somatotropinome.
  • Prolactinome
  • Thyrotropinomie et autres.

Les tumeurs sont divisées par taille:

  • Microadénome - si le diamètre de la tumeur est inférieur à 1 cm.
  • Macroadénome - s'il dépasse 1 cm.

Caractéristiques du développement des adénomes

Considérez les caractéristiques du développement des tumeurs les plus fréquemment diagnostiquées qui se produisent sur la glande pituitaire.

Tumeurs hormonales

Les adénomes sécrétant des hormones ont des effets variables sur le corps du patient. Par conséquent, les patients peuvent remarquer différents symptômes de la maladie, en fonction du type d'hormone sécrétant un néoplasme.

Quelle est la glande pituitaire du cerveau? C'est une glande qui sécrète des hormones. Si la sécrétion de l'un d'eux augmente, le travail du corps change complètement. Symptômes dans le développement de différents types d'adénomes hormonaux:

  • Somatotropinome. En raison de la forte production d'hormones somatotropes, d'os, d'autres tissus et des organes internes qui commencent à se développer rapidement chez l'homme, le gigantisme se développe chez les enfants.
  • Corticotropinomie. Elle provoque l'apparition d'une pathologie neuroendocrine - la maladie d'Itsenko-Cushing, caractérisée par l'accumulation de tissu adipeux dans des endroits inhabituels: la nuque, le ventre, le visage.
  • Thyrotropinomie. Il provoque une production excessive d'hormone stimulant la thyroïde, qui affecte le fonctionnement de la glande thyroïde: le poids d'une personne chute de façon spectaculaire, des suintements excessifs et une sueur excessive apparaissent.
  • Gonadotropinome. Il provoque une augmentation de la production d'œstrogènes, perturbant l'équilibre des hormones sexuelles.
  • Prolactinome Avec ce type de néoplasme, la production de prolactine augmente, ce qui devrait normalement réguler la production de lait chez les femmes qui ont accouché.

Sur l'hypophyse peut développer une tumeur avec un type de sécrétion mixte. L'adénome hormonalement actif a des effets divers sur le cerveau, n'augmentant pas seulement la production d'hormones. Un grand néoplasme peut pincer les vaisseaux, exercer une pression sur les cellules de la matière grise, perturbant ainsi le travail des neurones.

Adénome chromophobe

L'adénome chromophobe du cerveau ne produit pas d'hormones et ne provoque pas de troubles endocriniens. Une tumeur de ce type est le plus souvent diagnostiquée chez les personnes âgées de 20 à 50 ans. L'adénome de petite taille n'a aucun effet sur le cerveau. Si la tumeur se développe rapidement, il y a une pression sur les tissus voisins, ainsi la circulation cérébrale est perturbée et la perception visuelle est perturbée lorsque l'hypophyse est écrasée. En conséquence, des troubles endocriniens et neurologiques se développent.

Adénome kystique

Pourquoi les kystes apparaissent-ils sur l'hypophyse? Une poche remplie de liquide peut être provoquée par une blessure sur le site de la glande pituitaire. Parfois, les adénomes renaissent en formations kystiques. Dans le même temps, il existe un risque d'hémorragie dans le néoplasme. Les symptômes de cette maladie sont similaires à la manifestation de signes cliniques apparaissant lors de la croissance d'un adénome chromophobe: la croissance d'un kyste provoque des maux de tête, une vision floue, une hypertension artérielle, des troubles psychologiques dus à une pression sur l'hypophyse du cerveau.

Symptômes de la maladie

Si une personne développe un adénome dans le tissu cérébral, les symptômes généraux peuvent être:

  • Les attaques de maux de tête aiguë, le plus souvent - dans le cou.
  • Douleur dans l'orbite.
  • Ne pas passer la congestion nasale.
  • Constriction concentrique ou locale de la vision.
  • Diminution de l'acuité visuelle.
  • Perte complète de la vision.
  • Évanouissement

L'apparition d'autres symptômes dépend de nombreux facteurs: le sexe du patient, son poids, le type de tumeur et sa taille. Les néoplasmes hormonalement actifs chez les femmes provoquent:

  • Violation du cycle menstruel.
  • Saignements utérins.
  • La frigidité
  • Diminution de la libido.
  • Infertilité
  • Mastopathie (compaction du tissu mammaire glandulaire, formation de kystes).
  • Séborrhée.

Si un adénome hypophysaire se développe chez un homme, sa croissance est accompagnée des signes suivants:

  • Fonction érectile diminuée.
  • Impuissance.
  • Manque de désir sexuel.
  • Infertilité
  • Glandes mammaires élargies.

Lorsque la corticotropinose chez l'homme, les symptômes suivants apparaissent:

  • Obésité, forte prise de poids.
  • Os fragiles à cause de la perte de calcium.
  • Cheveux en surpoids.
  • L'hypertension.
  • Le diabète.

Si le thyrotropinome affecte la glande pituitaire du cerveau, les symptômes incluent généralement les mêmes signes que ceux qui se produisent lors d’un dysfonctionnement de la glande thyroïde:

  • Épuisement.
  • L'instabilité de l'arrière-plan émotionnel.
  • Anomalies mentales.
  • Faiblesse, fatigue constante.
  • Protrusion des globes oculaires.
  • Attaques de panique, sentiment constant de peur.

Si des somatotropinomes se produisent, il est noté:

  • Augmentation pathologique dans certaines parties du corps: croissance des paumes, des pieds.
  • L'obésité.
  • L'apparition sur la peau des papillomes, des verrues.
  • Transpiration accrue.
  • Peau grasse.
  • Baisse des performances.

Les adénomes malins de l'hypophyse sont très rares, signes de la maladie: maux de tête le matin, perte de la vision, altération des fonctions neurologiques.

Diagnostics

Ce n'est pas toujours qu'une tumeur dans le cerveau se développe rapidement ou dérange énormément une personne. Par conséquent, en raison de symptômes indirects, un neurologue ne peut pas toujours établir un diagnostic précis. Le plus souvent, la tumeur est détectée lors de l'examen du cerveau complètement par accident.

Mais avec une augmentation significative de la tumeur, le médecin peut immédiatement supposer que le patient a une glande pituitaire. Après tout, qu'est-ce qu'un adénome hypophysaire du cerveau? Cette formation, qui exerce une pression sur le tissu hypophysaire, la matière grise et provoque des perturbations du cerveau. Pour déterminer le type de tumeur qui frappe la glande pituitaire, sa rapidité de croissance et ses effets sur le corps humain, il est nécessaire de procéder à un examen approfondi:

  • Donner du sang pour les hormones. Le niveau d'hormone est vérifié pour le respect de la norme: prolactine, testostérone, estradiol, cortisol, somatotrophine, hormone thyréotrope, stimulant le follicule et lutéinisante.
  • Pour le contenu des hormones à uriner.
  • Passer un examen ophtalmologique, qui permet de déterminer dans quelle mesure l’acuité visuelle a changé, si le champ de vision s’est rétréci.
  • Sur la radiographie pour examiner la région de la selle turque, certaines parties du crâne. Grâce à cette méthode d'examen, il est possible de déterminer dans quelle direction la tumeur est rejetée, s'il y a un épaississement des os du crâne, une extension de la distance entre les dents, ce qui se produit lors d'une production excessive d'hormone de croissance.
  • Si l'on soupçonne que les symptômes d'une lésion cérébrale ne sont pas causés par un adénome, mais par un anévrisme, une angiographie est nécessaire pour différencier le diagnostic. Cela aidera à établir le déplacement de l'artère carotide, qui se produit lors du développement d'une grosse tumeur.

Fondamentalement, un adénome dans la tête est diagnostiqué lors de l'imagerie par résonance magnétique du cerveau. Cette étude vous permet de voir les tumeurs de petite taille - à partir de 5 mm de diamètre. À l'aide de la tomodensitométrie, la taille de la tumeur est spécifiée. Si nécessaire, une étude du liquide céphalo-rachidien est réalisée. Si le taux de protéines dans le liquide est élevé, on peut supposer que la tumeur se développe sur l'hypophyse.

Caractéristiques du traitement

Si un adénome cérébral de petite taille est diagnostiqué, un premier traitement médical est effectué:

  • Suppression de la production d'hormones.
  • Normalisation de la circulation cérébrale.

La tumeur est irradiée avec un faisceau de rayonnement dirigé, elle aide à ne pas toucher les tissus sains, mais à éliminer la tumeur. Si la croissance tumorale ne s'arrête pas, une intervention chirurgicale est nécessaire. L'opération est réalisée uniquement si l'adénome cérébral est situé dans la cavité de la selle turque.

Auparavant, il était possible de retirer la tumeur uniquement par le haut - en ouvrant le crâne. Les chirurgiens modernes pratiquent la chirurgie endoscopique. Avec ce type de chirurgie, les os du crâne ne sont pas endommagés. Éliminer l'adénome peut:

  • Transnasal - à travers le septum postérieur de la cavité nasale.
  • Transseptal - un trou est fait dans le septum du nez.
  • Transsphénoïdal - à travers la cavité buccale.

Le champ de l'opération est visualisé à l'aide d'un microscope binoculaire, un endoscope inséré dans la cavité crânienne. Grâce à une multiplication par vingt, le chirurgien peut totalement contrôler l'opération et exciser doucement la tumeur.

Conséquences possibles

Lorsque les adénomes de grande taille sont enlevés, le fonctionnement des vaisseaux cérébraux peut être altéré. Les complications pendant la chirurgie sont extrêmement rares, il peut être:

  • Infection.
  • Le développement de dysfonctionnement du cortex surrénalien.
  • Vision floue
  • Hémorragie cérébrale.

Si l'adénome hypophysaire du cerveau est complètement éliminé, l'arrière-plan hormonal du patient finit par revenir à la normale et les symptômes de la maladie disparaissent.

«Adénome hypophysaire - qu'est-ce que c'est? Danger, symptômes et directives de traitement. "

5 commentaires

Les maladies du système hypothalamo-hypophysaire, qui comprennent divers types d'adénomes hypophysaires, posent problème aux médecins généralistes. Ils peuvent être difficiles à diagnostiquer, surtout si les symptômes décrits dans les manuels d’endocrinologie sont inégaux et que certains sont totalement absents. On peut dire que beaucoup de patients vont sans succès aux thérapeutes de district, mais ils ne trouvent pas de raison d'envoyer une telle personne pour consultation chez un endocrinologue. Et ce n’est que lorsque des preuves irréfutables se présentent, ou qu’il est nécessaire de subir une intervention chirurgicale, que cette personne reçoit des soins médicaux ciblés, même si cela aurait pu être fait beaucoup plus tôt.

Cette situation est associée à la complexité des symptômes cliniques. Les adénomes de l'hypophyse peuvent provoquer des manifestations complètement opposées, ou il peut ne pas y avoir de signes du tout si nous parlons d'une formation hormonale inactive qui ne se développe pas et ne provoque pas de compression. Adénome hypophysaire - de quoi s'agit-il? Comment dangereux et comment peut-il être guéri?

Qu'est-ce qu'un adénome hypophysaire?

Vue générale + photo

Bien sûr, beaucoup ont déjà deviné qu’aucune maladie commune, ainsi appelée, n’existe tout simplement. L'adénome est une tumeur glandulaire. L'hypophyse est une véritable "plante" qui produit de nombreuses hormones différentes, avec une grande variété d'effets. Par conséquent, l'adénome hypophysaire n'est pas un diagnostic, mais seulement le début de sa formulation.

Ainsi, les adénomes hypophysaires comprennent la prolactine, la somatotrophine, la thyrotropine, la corticotrophine, la gonadotrophine. Ce sont tous des adénomes apparus dans diverses parties de l'hypophyse et qui ont violé la sécrétion de ses différentes hormones. Au sens figuré, de telles tumeurs productrices d'hormones se manifestent par une augmentation significative de la concentration des hormones tropicales de l'hypophyse dans le plasma sanguin et se manifestent par des effets hormonaux excessifs.

  • Ce sont ces effets qui marquent divers symptômes.

Mais il arrive que l'adénome, malgré le fait qu'il s'agisse d'une tumeur glandulaire, n'affecte pas les structures qui synthétisent les hormones. Ensuite, la personne évite volontiers les symptômes des maladies endocriniennes, mais cela ne signifie pas pour autant que la situation est sans danger. Une telle tumeur peut provoquer d'autres manifestations - après tout, un adénome hypophysaire est une tumeur au cerveau. Il faut se rappeler que l'hypophyse est divisée en partie antérieure, moyenne et postérieure. Dans la partie postérieure, la structure du tissu est différente. Par conséquent, l'adénome peut également être appelé tumeur dans ses régions moyenne et antérieure.

Petites hormones tropiques

Pour clarifier, il convient de préciser quelles hormones sont synthétisées par l'hypophyse chez la femme est normal. En conséquence, nous verrons plus clairement comment se manifestent les symptômes de divers néoplasmes du tissu glandulaire.

On sait que les glandes endocrines, par exemple la thyroïde, produisent des hormones. Mais elle obéit aux ordres de l'hypophyse. Il produit une variété d'hormones tropicales qui régulent l'activité des glandes endocrines de la périphérie. Ainsi, l'hypophyse synthétise:

  • La TSH est une hormone stimulant la thyroïde qui régule la fonction de la glande thyroïde (métabolisme de base, température corporelle).
  • STH - hormone somatotrope responsable de la croissance du corps;
  • ACTH - hormone corticotrope. Il régule l'action du cortex surrénalien, qui est lui-même capable de produire un certain nombre d'hormones (corticostéroïdes);
  • FSH, ou hormone folliculo-stimulante. Il fait référence aux régulateurs des gonades: chez les femmes, la maturation des œufs a lieu;
  • LH (hormone lutéinisante). Régule la quantité d'œstrogène chez la femme.

Et chacune de ces hormones tropicales est produite par son propre site de la glande pituitaire. En conséquence, si un adénome survient, l’un de ces processus est perturbé et des symptômes apparaissent. Mais la difficulté est que les adénomes ne se développent pas exactement le long des limites de la «division des pouvoirs».

En outre, il peut y avoir une clinique d’hormone en excès et son absence. Tout dépend de l'emplacement et de la nature de la croissance tumorale. Cela pose d'importantes difficultés de diagnostic, notamment dans les conditions d'accueil du médecin de district «torturé» par les rapports. Il convient de rappeler que le métabolisme du corps féminin a une tension hormonale supérieure à celle des hommes, en raison de changements réguliers du cycle menstruel.

Je suis heureux que les adénomes, malgré les nombreux problèmes qu’ils provoquent, soient presque toujours bénins. Les néoplasmes malins - les adénocarcinomes - sont rares, et le plus souvent les corticotropinomes sont sujets à cela. Ils donnent des métastases et ont le pire pronostic en ce qui concerne la qualité de vie.

Beaucoup seront intéressés par la question: qui réglemente la production d'hormones tropicales? Cela se produit dans l'hypothalamus - le département sus-jacent, qui est "l'état-major général" de l'ensemble du système endocrinien. Il produit des facteurs de libération - qui permettent normalement à la glande pituitaire de contrôler le système endocrinien et, à son tour, à l’ensemble du corps.

Causes de l'adénome

Pourquoi les adénomes hypophysaires se produisent-ils? Et pourquoi les tumeurs apparaissent-elles? La question est toujours ouverte. Tout peut conduire au développement de cette pathologie. Selon les statistiques, les causes les plus courantes de tumeurs sont:

  • Lésion cérébrale traumatique;
  • Diverses neuroinfections, y compris spécifiques (méningite, encéphalite, neurosyphilis);
  • Pathologie fœtale;
  • En raison de l'utilisation à long terme de contraceptifs oraux chez les femmes;
  • Avec une activité accrue de l'hypothalamus, si les glandes à la périphérie réduisent leur activité. Un excès de facteurs de libération peut entraîner une croissance excessive du tissu glandulaire hypophysaire. Cela peut être, par exemple, dans l'hypothyroïdie.

Le plus souvent, cette pathologie apparaît chez les femmes en âge de procréer, ainsi que pendant la ménopause. Chez les personnes âgées et l'âge sénile est beaucoup moins commun. L'âge le plus probable est de 30 à 50 ans.

Quel est le danger de l'éducation?

Si la tumeur est bénigne, elle peut provoquer des symptômes de diverses maladies endocriniennes, par exemple une thyrotoxicose grave avec une crise (avec une thyrotropinose).

Si la tumeur se développe "toute seule" et ne modifie pas le fond hormonal, elle provoque alors divers troubles de la vision et symptômes neurologiques, décrits ci-dessous.

Symptômes et signes de l'adénome hypophysaire

Comment reconnaître les premiers signes d'une tumeur?

Pour faciliter le diagnostic, les médecins distinguent plusieurs syndromes qui indiquent différents domaines de croissance et de dommages.

Symptômes communs

Ainsi, le médecin peut rencontrer les signes suivants de croissance tumorale dans l'hypophyse (nous énumérons tout d'abord les caractéristiques communes caractéristiques des tumeurs tant hormonales que inactives):

  • Changement et rétrécissement des champs visuels.

La glande pituitaire renferme les nerfs optiques, la récession des voies visuelles et les conduits optiques. Le plus souvent, laisser tomber les champs de vision de côté, selon le type de "shor" chez un cheval. Une telle femme ne pourra pas conduire de voiture, car pour regarder le rétroviseur, il faut le regarder directement en tournant la tête.

  • Syndrome de céphalgie ou maux de tête.

Comme le volume dans le cerveau ne peut pas être ajouté (le crâne est une balle fermée), la pression augmente. Il y a un mal de tête au nez, au front, en orbite. Douleur possible dans les temples. Cette douleur est sourde et diffuse. Les patients ne montrent pas le doigt «là où ça fait mal», mais ils sont tenus avec la paume de la main.

  • Avec la croissance de l'adénome en bas, il peut y avoir des difficultés avec la respiration nasale et avec la germination maligne des os - l'apparition de saignements du nez et même de la liqueur, dans le cas d'une rupture de la membrane cérébrale.

Symptômes de tumeurs hormonalement actives

Les tumeurs hormonalement actives peuvent commencer par les symptômes décrits ci-dessus, mais le plus souvent, la manifestation de la maladie commence par l'un des suivants (ou plusieurs) à la fois:

  • Perte de poids corporel, irritabilité, larmoiement, sensation de chaleur, palpitations, tendance à la diarrhée, fièvre, augmentation possible de la glande thyroïde avec thyrotropinome;
  • La croissance soudaine du nez, des oreilles, des doigts, qui donne aux traits un regard grotesque. L’apparition soudaine de symptômes du diabète (soif, perte de poids, démangeaisons) ou inversement - obésité, transpiration et faiblesse. C'est un signe de somatotropinomes. Quand l'apparition précoce de la maladie conduit au gigantisme;
  • La présence de corticotropinomie chez la femme entraîne l'apparition de symptômes d'hypercorticisme, qui fait l'objet d'un article séparé. Il existe un type particulier d'obésité avec des bras et des jambes minces, une traînée violette, un visage lunaire, une pigmentation de la peau. Chez les femmes, l'hirsutisme survient, l'ostéoporose survient, la pression artérielle augmente. Le diabète peut également survenir.

Il est important de se rappeler que l'apparition de ces symptômes est le plus souvent associée à l'apparition de corticotropinomes et que cette tumeur est la plus défavorable sur le plan pronostique en termes de malignité ou de malignité.

  • Parmi les adénomes hypophysaires qui affectent la fonction des hormones sexuelles, les prolactinomes sont plus fréquents chez les femmes.

Le prolactinome est classiquement l'aménorrhée et la galactorrhée. En d'autres termes - c'est la cessation de la menstruation, et l'apparition de l'écoulement des mamelons. Puis l'infertilité rejoint. On observe une éruption cutanée liée à l’acné, on observe une obésité modérée, la libido est fortement réduite, jusqu’à l’anorgasmie. Les cheveux deviennent gras. Un cinquième patient atteint de prolactinome a une déficience visuelle.

Un peu de diagnostics

Nous n'approfondirons pas les principes du diagnostic des adénomes hypophysaires. Il est clair que les méthodes de recherche en visualisation, en particulier l’IRM, ont commencé à jouer un rôle colossal. Par conséquent, le nombre de «découvertes aléatoires» a fortement augmenté.

En règle générale, il s'agit de formations hormonales - inactives. Mais généralement, la femme se plaint d’abord de troubles endocriniens, de modifications du cycle menstruel et s’adresse à un médecin généraliste, un gynécologue et, si elle a de la chance, à un endocrinologue.

La «voie alternative» est une visite chez un neurologue. S'il y a des plaintes de maux de tête, une vision floue, alors, en règle générale, l'IRM est un type d'étude inévitable. Ensuite, la confirmation de l'activité hormonale de la tumeur est requise et le diagnostic final consiste en une biopsie du matériel chirurgical et une vérification histologique. Alors seulement, vous pourrez avoir confiance en vos prévisions.

Principes de traitement de l'adénome - la chirurgie est-elle toujours nécessaire?

Habituellement, tout le monde commence immédiatement à penser à l'opération et la question principale est le prix de l'opération pour l'adénome hypophysaire. Bien sûr, l’opération est gratuite (en vertu de la loi), mais vous devez parfois attendre longtemps et continuer à payer pour le service. Tant de personnes paient pour l’opération. En moyenne, une intervention classique (transnasale) peut coûter entre 60 000 et 100 000 roubles. L'utilisation de "cyberknife" et d'autres méthodes coûte beaucoup plus cher.

Si un somatotropinome ou un prolactinome a été diagnostiqué chez un patient, un traitement médicamenteux est alors possible: ces types de tumeurs vont bien aux médicaments qui stimulent la synthèse des récepteurs de la dopamine (Parlodel, Bromocriptine). En conséquence, la synthèse des adénomes hormonaux diminue et il reste à l'observer. Si elle continue de croître, alors la chirurgie est nécessaire.

Si nous parlons de chirurgie, il y a différentes façons. Les neurochirurgiens ont donc recours à une intervention transnasale (par le nez) et transcranienne (en effectuant une trépanation du crâne). Bien entendu, l'accès transnasal est moins traumatisant, mais la tumeur ne doit pas dépasser 4 à 5 mm.

Actuellement, la radiochirurgie non invasive («cyber-couteau») est devenue très populaire. La précision est de 0, 5 mm. Le rayonnement directionnel détruit exactement les cellules de la tumeur et n'endommage pas les tissus sains.

Les fonctions visuelles (en présence de troubles) sont rétablies chez 2/3 des patients. Le pronostic le plus sombre pour la somatotrophine et le prolactinome. La «norme» hormonale n'est rétablie que chez 25% des patients. Cela signifie qu'après l'opération, vous devez continuer à être observé plus souvent par l'endocrinologue et à corriger les violations.

Parfois, il y a des complications après la chirurgie. Les conséquences les plus courantes sont:

  • Dommages au chiasma optique, au nerf ou au tractus et à la déficience visuelle. Cela arrive si une tumeur est étroitement soudée au nerf;
  • Saignement de la zone d'opération. Cela peut être la cause du décès - selon les statistiques, le taux de mortalité est de 5%. Mais il s’agit de la mortalité totale, y compris dans les cas avancés et dans le diagnostic tardif de la maladie;
  • Infection et développement de méningites et d'encéphalites postopératoires.

Adénome hypophysaire du cerveau - symptômes. Traitement et chirurgie pour enlever l'adénome hypophysaire chez les femmes et les hommes

De nombreuses maladies sont détectées par hasard lors de l'examen pour d'autres raisons. L'adénome hypophysaire est l'une de ces maladies. Il s’agit d’une éducation bénigne diagnostiquée chez une personne sur cinq. Si la maladie est dangereuse, si elle peut être maligne - ces questions se posent chez les patients atteints de ce problème.

Qu'est-ce qu'un adénome hypophysaire du cerveau?

L'hypophyse, petite mais très importante pour notre corps, est située dans la partie inférieure du cerveau, dans la poche osseuse de l'os crânien, appelée "selle turque". C'est un appendice cérébral de forme arrondie, qui est l'organe dominant du système endocrinien. Il est responsable de la synthèse de nombreuses hormones importantes:

  • la thyrotropine;
  • l'hormone de croissance;
  • la gonadotrophine;
  • vasopressine ou hormone antidiurétique;
  • ACTH (hormone corticotrope).

Une tumeur dans l'hypophyse (code «Néoplasmes» de la CIM-10) n'est pas entièrement comprise. Sous l’hypothèse des médecins, il peut être formé à partir de cellules d’une hypophyse en raison du transfert:

  • neuroinfections;
  • lésion cérébrale traumatique;
  • intoxication chronique;
  • effets des rayonnements ionisants.

Bien que, dans ce type d'adénomes, n'observent pas de signes de malignité, ils sont capables de comprimer les structures cérébrales entourant la glande pituitaire à mesure qu'ils augmentent mécaniquement. Cela implique une déficience visuelle, des maladies endocriniennes et neurologiques, une formation kystique, une apoplexie (hémorragie dans le néoplasme). L'adénome du cerveau en relation avec l'hypophyse peut se développer dans l'emplacement local de la glande et aller au-delà de la "selle turque". D'où la classification des adénomes selon la nature de la distribution:

  • Adénome endosellaire - à l'intérieur de la poche osseuse.
  • Adénome endoinfrassellaire - la croissance se fait dans une direction descendante.
  • Adénome endosuprasellaire - la croissance se fait vers le haut.
  • Adénome endolaterocellulaire - la tumeur se propage à gauche et à droite.
  • Adénome mixte - l'emplacement sur la diagonale dans n'importe quelle direction.

Les microadénomes et les macroadénomes sont classés par taille. Dans 40% des cas, l'adénome peut être inactif sur le plan hormonal et dans 60% des cas, sur le plan hormonal. Les formations hormonalement actives sont:

  • gonadotropinome, à la suite de laquelle les hormones gonadotropes sont produites en excès. Les gonadotropinomes ne sont pas détectés de manière symptomatique;
  • thyrotropinomoy - dans l'hypophyse est synthétisée hormone stimulant la thyroïde qui contrôle la fonction de la glande thyroïde. Avec une haute teneur en hormone, le métabolisme s'accélère, perte de poids rapide et incontrôlée, nervosité. Thyrotropinome - un type rare de tumeur qui provoque une thyrotoxicose;
  • corticotropinome - l'hormone corticotrope est responsable de la production de glucocorticoïdes dans les glandes surrénales. Les corticotropinomes peuvent devenir malins;
  • Hormone de croissance - Une hormone somatotrope est produite, qui affecte la dégradation des graisses, la synthèse des protéines, la production de glucose et la croissance corporelle. Avec un excès d'hormone, une sudation sévère, une pression, une fonction cardiaque altérée, la courbure de la morsure, une augmentation des pieds et des mains, un grossissement des traits du visage sont observés;
  • prolactinome - synthèse de l'hormone responsable de la lactation chez la femme. Ils sont classés en fonction de leur taille (dans le sens d’une augmentation du taux de prolactine): adénopathie, microprolactinome (jusqu’à 10 mm), kyste et macroprolactinome (plus de 10 mm);
  • L’adénome à ACTH (basophile) active la fonction surrénalienne et la production de cortisol, dont une quantité excessive provoque le syndrome de Cushing (symptômes: dépôt de graisse dans le haut de l’abdomen et le dos, poitrine, pression accrue, atrophie musculaire, vergetures sur la peau, ecchymoses, visage en lune);

Adénome hypophysaire chez les hommes

Les statistiques montrent que la maladie affecte chaque dixième membre du sexe fort. L'adénome de l'hypophyse chez les hommes peut ne pas apparaître pendant une longue période, les symptômes ne sont pas prononcés. Très dangereux pour le prolactinome masculin. L'hypogonadisme se développe en raison d'une diminution de la testostérone, de l'impuissance, de la stérilité, d'une diminution du désir sexuel, d'une augmentation des glandes mammaires (gynécomastie) et de la perte de cheveux.

Adénome hypophysaire chez les femmes

Une tumeur de l'hypophyse peut se former chez 20% des femmes d'âge moyen. Dans la plupart des cas, la maladie est léthargique. Les prolactinomes représentent la moitié des cas de tumeurs hypophysaires. Pour les femmes, il se heurte à une violation du cycle menstruel, au développement de l'infertilité, de la galactorrhée, de l'aménorrhée, de l'acné, de la séborrhée, de l'hypertrichose, de l'obésité modérée, de l'anorgasmie.

Il n'est pas nécessaire de parler de causes héréditaires, mais il a été noté que l'incidence de l'adénome sur 25% était due à une néoplasie endocrinienne multiple du second type. Certaines causes de la formation d'une tumeur dans l'hypophyse ne sont propres qu'aux femmes. L'adénome hypophysaire chez la femme peut apparaître après une interruption artificielle de la grossesse ou une fausse couche, ainsi qu'après des grossesses répétées. Les raisons de l'apparition d'une tumeur hypophysaire n'ont pas été établies avec certitude, mais peuvent provoquer une croissance de la formation:

  • maladies infectieuses affectant le système nerveux;
  • blessures à la tête;
  • utilisation à long terme de contraceptifs.

Adénome hypophysaire chez les enfants

Si un adénome hypophysaire est considéré chez l'enfant, c'est principalement la somatotrophine (production de GH), à la suite de laquelle se développe le gigantisme chez l'enfant (modification des proportions squelettiques), diabète sucré, obésité, goitre diffus. La prudence devrait être, si l'enfant a remarqué:

  • hirsutisme - pilosité excessive sur le visage et le corps;
  • hyperhidrose - transpiration;
  • peau grasse;
  • verrues, papillomes, naevus;
  • symptômes de polyneuropathie accompagnés de douleur, paresthésies, faible sensibilité des membres.

Signes d'adénome hypophysaire

Le type actif de tumeur hypophysaire se manifeste par une déficience visuelle, une vision double, une perte de vision périphérique et des maux de tête. La perte complète de la vision menace lorsque la taille de l’éducation est de 1 à 2 cm.Pour les adénomes de grande taille se caractérisent par des symptômes d’hypopituitarisme:

  • diminution du désir sexuel;
  • fatigue, hypogonadisme;
  • la faiblesse;
  • gain de poids;
  • la dépression;
  • intolérance au froid;
  • peau sèche;
  • mal de tête;
  • des vertiges;
  • des nausées;
  • manque d'appétit.

Les symptômes de l’adénome hypophysaire sont souvent similaires à ceux d’autres maladies. Vous n’avez donc pas besoin d’être trop méfiant. Lisez-en davantage sur les symptômes, comparez-les à vos plaintes et mettez-vous dans un état stressant. Quelle que soit la maladie, la certitude et la précision sont importantes. Si vous soupçonnez, consultez votre médecin pour un examen complet de votre maladie et si nécessaire un traitement.

Diagnostic de l'adénome hypophysaire

Les adénomes de l'hypophyse antérieure sont diagnostiqués en identifiant un groupe de symptômes (triade de Hirsh):

  1. Syndrome d'échange endocrinien.
  2. Syndrome neurologique ophtalmique.
  3. Déviations par rapport à la norme "selle turque", visibles sur le plan radiographique.

Le diagnostic de l'adénome hypophysaire est effectué en utilisant les niveaux de vérification suivants:

  1. Signes cliniques et biochimiques caractéristiques des adénomes à activité hormonale: acromégalie, gigantisme chez l'enfant, maladie d'Itsenko-Cushing.
  2. Données de neuroimagerie et résultats opérationnels: localisation, taille, invasion, profil de croissance, hétérogénéité pituitaire, structures et tissus hétérogènes environnants. Cette information est d'une grande importance lors du choix d'un traitement et de la prévision ultérieure.
  3. Examen microscopique, obtenu par biopsie, matériau - diagnostic différentiel entre adénome hypophysaire et formations non hypophysaires (hyperplasie hypophysaire, hypophysite).
  4. Etude immunohistochimique du néoplasme.
  5. Etudes moléculaires biologiques et génétiques.
  6. Microscopie électronique.

Traitement de l'adénome hypophysaire

Dans la pratique médicale, le traitement de l'adénome de l'hypophyse du cerveau est effectué par des méthodes conservatrices (médicamenteuses), chirurgicales et avec l'aide de la radiochirurgie, de la radiothérapie à distance, de la protonthérapie et de la gamma-thérapie. La méthode médicamenteuse comprend l’utilisation de la bromocriptine (un antagoniste de la prolactine normalisant le niveau des hormones de la prolactine sans perturber sa synthèse), du dostex et d’autres analogues. La pharmacothérapie ne peut pas toujours vaincre la maladie, mais elle facilite parfois la tâche du chirurgien et augmente les chances de guérison.

La radiochirurgie stéréotaxique est une méthode non invasive de traitement qui consiste à irradier une tumeur avec un faisceau de radiations provenant de différents côtés. L'effet du rayonnement sur cette méthode sur d'autres tissus glandulaires est minime. Il est pratique de traiter une tumeur par irradiation, car l'hospitalisation, l'anesthésie et la préparation ne sont pas nécessaires. Si on détecte un adénome qui ne synthétise pas les hormones et ne montre aucun symptôme, on observe le patient: dans le cas d'un microadénome, la tomographie est réalisée tous les deux ans; dans le cas d'un macroadénome, il est recommandé de vérifier l'état tous les six mois ou tous les ans.

Ablation de l'adénome hypophysaire

Méthode de traitement chirurgical moderne - élimination de l'adénome hypophysaire transnasal (par le nez). Cette opération est peu invasive, en introduisant un endoscope, est efficace pour les microadénomes. Si la formation présente une croissance extracellulaire prononcée, des interventions transcrâniennes sont utilisées. La contre-indication à la chirurgie est l'âge et l'âge enfantin, la grossesse. Dans ces cas, une autre méthode de traitement est sélectionnée. Un traitement chirurgical transcrânien peut avoir plusieurs effets:

  • insuffisance rénale;
  • circulation sanguine altérée dans le cerveau;
  • dysfonctionnement des organes génitaux;
  • vision floue;
  • lésions des tissus glandulaires sains;
  • liquorrhea;
  • inflammation et infection.

La méthode transnasale de retrait de l'adénome est moins traumatique et les effets indésirables sont minimisés. Après l'opération, le patient passe jusqu'à trois jours à l'hôpital, sous observation, si le retrait de l'adénome s'est passé sans complications. Ensuite, le convalescent se voit prescrire des mesures de rééducation afin d’éliminer ensuite les rechutes.

Traitement des remèdes populaires hypophysaires adénomes

Ayant appris le diagnostic déplaisant, il est courant pour une personne de le nier et de rechercher des méthodes de traitement économes - des remèdes populaires. Du point de vue de la médecine traditionnelle, le traitement de l'adénome hypophysaire par des remèdes populaires est très douteux. Certains effets peuvent peut-être être obtenus, mais les dons de la nature ne pourront pas corriger les perturbations de l'organisme causées par les déséquilibres hormonaux. Retarder le traitement par des méthodes indépendantes peut être proche de la mort, en particulier si un adénome corticotrope est éventuellement retrouvé.

En plus du traitement principal, des herbes peuvent être prises, mais après avoir consulté un médecin. En outre, il faut tenir compte du fait que certaines plantes, par exemple la pruche, sont très toxiques et doivent être utilisées avec une mesure précise, faute de quoi les conséquences pourraient être tristes. Parmi les remèdes populaires efficaces sont:

  • teinture de klopovnik 10% pour l'alcool;
  • un mélange de gingembre moulu, de graines de citrouille, de graines de sésame, d'herbes d'onagre, de miel;
  • infusion de pruche à l'huile (égouttement dans le nez), pour boire de la teinture d'alcool;
  • chaga;
  • Highlander;
  • mélisse;
  • plantain;
  • la valériane;
  • fruits de cendre de montagne;
  • sauge, calendula, camomille.

Vidéo: tumeur hypophysaire

Les informations présentées dans l'article sont à titre informatif seulement. Les matériaux de l'article n'appellent pas d'auto-traitement. Seul un médecin qualifié peut diagnostiquer et conseiller un traitement en fonction des caractéristiques individuelles d'un patient particulier.

Adénome hypophysaire: qu'est-ce que la tumeur, pourquoi survient-elle et comment est-elle traitée?

Dans le cerveau, il existe une glande endocrine qui influe sur les processus d'échange physique, la croissance et les fonctions de reproduction. Elle s'appelle l'hypophyse et comprend deux parties: la neurohypophyse et l'adénohypophyse.

Le poids de l'hypophyse chez un adulte est d'environ un demi-gramme. Les fonctions adénohypophysaires sont réduites à la production de substances hormonales pour l'activité normale des testicules, des ovaires et de la thyroïde, des glandes surrénales et de la lactation, ainsi que pour une croissance complète.

L'adénohypophyse produit une hormone folliculo-stimulante, lutéinisante, thyrotrope, adrénocorticotrope, la prolactine et la somatotrophine.

La neurohypophyse est responsable de la production d'ocytocine, qui contrôle la lactation et les processus génériques, et de la substance hormonale antidiurétique, qui est responsable du bilan eau-sel.

Sous l'influence de facteurs indésirables, les tissus hypophysaires commencent à se développer, ce qui conduit à la formation d'une tumeur - adénomes.

Notion de maladie

L'adénome hypophysaire est une formation bénigne ressemblant à une tumeur et se développant à partir des tissus glandulaires du lobe hypophysaire antérieur (adénohypophyse).

Cette vidéo raconte la manifestation, le diagnostic et le traitement de l'adénome hypophysaire:

Les adénomes hypophysaires sont détectés partout, indépendamment de la localisation géographique et de la race. Les tumeurs surviennent également chez les patients des deux sexes. En plus de la formation de sécrétions de corticotropine, qui est détectée quatre fois plus souvent dans le sexe faible.

Selon la classification internationale des pathologies, l'adénome hypophysaire porte le code D35.2.

Les causes

Les caractéristiques étiologiques des adénomes hypophysaires sont encore à l’étude par les scientifiques. Il est assez difficile de dire avec certitude les causes de telles formations, mais il est certain que des facteurs tels que ceux qui contribuent à leur développement:

  • Pathologies neuroinfectieuses telles que la brucellose et la tuberculose, la méningite et la neurosyphilis, les abcès et l'encéphalite cérébraux, la poliomyélite ou le paludisme cérébral, etc.
  • Effets néfastes sur le développement du fœtus, tels que toxicomanie, exposition à des substances toxiques, rayonnements ionisants;
  • Facteurs de lésions cérébrales traumatiques;
  • Chez les femmes, l’utilisation incontrôlée et prolongée de contraceptifs oraux peut également déclencher le développement d’une tumeur;
  • Parfois, les formations hypophysaires se forment sous l’influence d’une stimulation hypothalamique excessive. Habituellement, un tableau étiologique similaire se présente lorsque l’hypothyroïdie ou l’hypogonadisme, etc.
  • Une hérédité défavorable peut également contribuer à la formation d’une telle éducation.

Classification

Les adénomes hypophysaires sont divisés en 2 catégories principales: les tumeurs à activité hormonale et les autres. Les formations hormonales actives présentes dans 60% des cas sont capables de produire des hormones hypophysaires, et les endocrinologues sont engagés dans le traitement de telles formations.

Les adénomes hormonalement inactifs, occupant 40% des cas, sont incapables de produire des substances hormonales. Par conséquent, les patients atteints de telles tumeurs sont sous la surveillance d'un neurologue.

En fonction de l'hormone produite, les adénomes hypophysaires sont classés en:

  1. Gonadotropinomes;
  2. Hormones de croissance;
  3. Thyrotropinomie;
  4. Les corticotropinomes;
  5. Prolactinomes, etc.

Environ 15 tumeurs sur 100 sont mélangées, produisant plusieurs substances hormonales. De plus, selon leur taille, les adénomes hypophysaires sont gigantesques (1 cm).

Les adénomes sont classés et conformes à la localisation:

  • Endosuprasellar - pousse vers le haut de la selle turque;
  • Endoinfrasellar - se développe;
  • Intracellulaire - ne quitte pas les limites de la selle turque;
  • Endolateroselnaya - pousses sur le côté de la selle turque.

Il existe d'autres formes d'adénomes hypophysaires que nous considérons ci-dessous.

Éosinophile

Les adénomes de ce type sont formés par leurs adénocytes acidophiles, ils se caractérisent par une croissance lente et ne tendent pas à métastaser.

La part de ces entités représente environ 10-14% de l’ensemble des tumeurs hypophysaires.

De telles formations sont des manifestations typiques du gigantisme ou de l'acromégalie. Le plus souvent, de telles formations sont représentées par des formations somatotropes.

La plupart des patients ont des maux de tête et des troubles visuels, une rhinorrhée.

Tous les patients atteints d’acromégalie présentent plusieurs signes caractéristiques:

  1. Changements de déformation et la croissance des os;
  2. Changements des tissus mous hypertrophiques;
  3. Les processus d'échange de matériel, etc. sont violés.

Basophile

Les adénomes hypophysaires basophiles sont rarement détectés chez les patients. Les troubles métaboliques et endocriniens sans troubles visuels sont une manifestation caractéristique de cette formation.

Ces tumeurs occupent environ 8-14% du nombre total d'adénomes hypophysaires, représentant des formations corticotropes.

Les tumeurs hypophysaires basophiles sont plus fréquemment détectées chez les patients jeunes qui, dans le contexte de la pathologie, commencent à souffrir d'aménorrhée ou de dysménorrhée, d'obésité du visage et du corps et d'une augmentation de la glycémie.

Kystique

Un tel adénome se présente sous la forme d'une cavité remplie de liquide dans toute partie de l'hypophyse. Il provoque des troubles menstruels, des maux de tête, un dysfonctionnement sexuel masculin, l'épilepsie et une diminution de la sensibilité des membres, une déficience visuelle ou une augmentation de la pression artérielle.

Endosellaire

L'adénome hypophysaire endosellaire est une croissance bénigne du cerveau dans la selle turque.

Endosuprasellaire

La croissance de telles tumeurs hypophysaires est dirigée vers le haut, au-delà des limites des tissus de la selle turque.

Symptômes chez les femmes, les hommes et les enfants

Le tableau clinique de l'adénome hypophysaire est caractérisé par la présence de manifestations neuro-ophtalmologiques causées par la compression de la formation sur les structures de localisation intracrânienne près de la selle. Les tumeurs hormonalement actives manifestent un syndrome métabolique endocrinien.

En général, tous les signes sont réduits aux troubles endocriniens, neurologiques et ophtalmologiques. Les formations inactives peuvent se développer pendant plusieurs années sans aucune manifestation, jusqu'à ce qu'elles atteignent des tailles importantes. Selon les statistiques, environ 12% des patients ont un microadénome latent.

  • Syndrome d'échange endocrinien

Chez les somatotropinomes, on note une acromégalie chez l'adulte et un gigantisme chez l'enfant. Outre les modifications squelettiques, des symptômes tels que l'obésité, le diabète, une augmentation du volume de la thyroïde sans ses troubles fonctionnels, une hyperpotence et une peau grasse, des éruptions cutanées telles que des papillomes, des naevus ou des verrues se produisent.

La corticotropinomie est toujours accompagnée de la maladie d'Itsenko-Cushing, elle se manifeste par une pigmentation de la peau, des troubles mentaux et est sujette aux tumeurs malignes et aux métastases. Le prolactinome se manifeste de différentes manières chez les femmes et les hommes.

Pour la femme, la stérilité, l’absence de règles, la galactorrhée et d’autres troubles menstruels, l’acné, la séborrhée, l’anorgasmie sont caractéristiques. La présence de galactorrhée, de gynécomastie, d'une diminution du désir sexuel, de la dysfonction érectile et d'un complexe de manifestations ophtalmiques-neurologiques caractérisent les hommes atteints de prolactinome.

Les tumeurs gonadotropes se manifestent par un hypogonadisme et des signes de syndrome ophtalmique neurologique. Avec le thyrotropinome d'origine primaire, l'hyperactivité de la thyroïde est typique, mais si elle est secondaire, l'hypothyroïdie se produit.

  • Syndrome neurologique ophtalmique

La gravité de ce complexe de symptômes est déterminée par la direction de la croissance tumorale. Le plus souvent, ces manifestations sont associées à:

  1. Diplopie;
  2. Champs visuels changeants;
  3. Maux de tête;
  4. Troubles oculomoteurs, etc.

Avec la nature latérale de la croissance tumorale, l'adénome commence à comprimer les branches nerveuses, ce qui conduit à l'apparition de fantômes et de perturbations oculomotrices.

Lorsque la formation comprime les nerfs optiques situés sous l'hypophyse, des champs visuels limités se développent. Au début de l'adénome, il peut y avoir une atrophie des nerfs optiques.

Si l'éducation grandit, elle perturbe la conscience. Avec la germination du bas de la selle turque et sa propagation aux sinus nasaux, le patient présente des signes de tumeurs nasales et une sinusite.

Pendant la grossesse

De tels concepts sont souvent incompatibles. L'essentiel est que l'éducation provoque souvent une production excessive de prolactine, ce qui affecte négativement la fertilité des patients des deux sexes.

De plus, les formations hypophysaires sont souvent accompagnées de troubles menstruels et parfois d'une cessation complète de la menstruation. Mais même si les règles disparaissent, des difficultés peuvent survenir pendant la fécondation.

Qu'est-ce qui est dangereux?

Dans la plupart des cas cliniques, les adénomes hypophysaires atteignent une petite taille et ne suscitent pas beaucoup d'inquiétude chez les patients.

Ces formations se caractérisent par une croissance lente et une nature extrêmement bénigne. Cependant, dans des cas exceptionnels, il existe une possibilité de malignité.

Parfois, l'adénome se développe dans les structures du cerveau et les serre, ce qui provoque des troubles neurologiques, des troubles visuels, un engourdissement du visage et des maux de tête chroniques.

Si l’adénome est caractérisé par une croissance intensive, il en résulte une violation du statut hormonal du patient, ce qui perturbe l’activité de nombreux systèmes - sexuel, surrénalien, thyroïdien, etc.

Diagnostics

Le processus de détermination et de confirmation de l'adénome hypophysaire implique généralement les procédures suivantes:

  • Étude aux rayons X de la selle turque;
  • Imagerie par résonance magnétique des structures cérébrales;
  • Tomographie par ordinateur du crâne;
  • Angiographie cérébrale;
  • L'étude des hormones hypophysaires par méthode radiologique;
  • Ophtalmoscopie, etc.

Traitement de l'adénome hypophysaire du cerveau

Le choix de l'approche thérapeutique est déterminé par les caractéristiques individuelles du cas clinique, la taille de la formation, l'activité hormonale, etc. Les tumeurs hormonalement inactives sont traitées principalement de manière opératoire, en complément de l'ablation chirurgicale par radiation.

Dans le cas des prolactinomes présentant un taux élevé de prolactine, un traitement médicamenteux est recommandé et, si le taux de cette hormone est faible, une opération est indiquée.

Opération

Les opérations sont effectuées dans les cas où la taille de l'adénome atteint des performances significatives ou lorsqu'il existe différentes sortes de complications telles que kystes, déficience visuelle ou hémorragies. En général, les interventions chirurgicales sont effectuées par une méthode transnasale ou transcrânienne.

Avec la méthode transnasale, la formation est éliminée par la cavité nasale et, au cours de l'opération transcrânienne, le patient subit une craniotomie au cours de laquelle une tumeur est excisée par l'ouverture.

Les conséquences

Le retrait chirurgical de l'adénome hypophysaire est lourd de déficiences fonctionnelles de l'activité adénophytaire.

Parmi les conséquences fréquentes d'un tel traitement, les experts appellent:

  • Dysfonctionnement du cortex surrénalien;
  • Perturbations visuelles, jusqu'à perte complète;
  • Violations de la circulation hypophysaire;
  • Problèmes de fonctionnalité de la thyroïde;
  • Absence de désir sexuel et dysfonctionnement érectile.

Les avis

Elena, Norilsk:

Avant l'opération, elle avait 3 mois, la prolactine est tombée à 500. Ensuite, l'opération a été réalisée par une méthode transnasale à l'Institut de recherche Burdenko à Moscou. Tout s'est bien passé, déjà 4 ans après la fin de l'opération. Le corps est entièrement restauré. Nous avons des médecins de Dieu.

Anna, Nizhnevartovsk:

J'ai également reçu un adénome hypophysaire. Le médecin a catégoriquement dit que seulement fonctionner. J'avais peur pendant longtemps, je voulais même faire une opération de cyber-couteau, mais il s'est avéré qu'après cela, il y avait souvent des rechutes. Par conséquent, transnasal. Alors que je bois des médicaments, le cours se termine bientôt. Donc tout va bien.

Coût de

Le moyen le plus doux et, par conséquent, le moyen préféré de retirer l'adénome hypophysaire est le prélèvement transnasal. Le coût moyen d'une telle opération est d'environ 36 000 à 120 000 €.

En ce qui concerne la chirurgie traditionnelle, son prix dépend de la complexité de l'intervention, du statut de la clinique et des procédures supplémentaires.

En moyenne, elle ne dépasse pas 60 000 £ et, dans les établissements médicaux d’importance nationale, ces opérations sont gratuites.

L'élimination des formations hypophysaires à l'aide d'un cyber-couteau coûtera 80 000 euros et plus. Une telle opération n'est disponible que dans les cliniques privées.

Traitement de la toxicomanie

Le traitement médicamenteux des adénomes hypophysaires implique l’utilisation de médicaments tels que:

  1. Inhibiteurs de la production de cortisol;
  2. Antagonistes de la sérotonine;
  3. Analogues de somatostatine de type octréotide;
  4. Agonistes de la dopamine tels que Cabergoline ou Bromkriptina, etc.

Grâce à cette approche thérapeutique, environ 31% des cas montrent une stabilisation persistante du statut hormonal et, dans 55% des cas, les adénomes régressent.

Radiothérapie

L'irradiation est généralement utilisée comme technique thérapeutique auxiliaire, mais elle peut également être utilisée pour les microadénomes à faible activité. Le plus souvent, la radiothérapie est utilisée en association avec un traitement conservateur. Parfois, les patients sont soumis à une gamma-thérapie lorsque les rayonnements sont dirigés depuis une source située en dehors du corps du patient.

Remèdes populaires

Traiter une maladie aussi grave, en se concentrant sur les méthodes populaires et les recettes discutables d’Internet, est assez dangereux. Les guérisseurs traditionnels recommandent de prendre des fonds à base de plantes contenant des herbes comme la réglisse, le calendula, l'origan, etc.

Mais dans le cas des premières manifestations pathologiques, une consultation qualifiée obligatoire est nécessaire, sinon l’auto-traitement peut être fatal.

Prévisions

Les adénomes hypophysaires sont des tumeurs bénignes, mais avec une croissance active, ils peuvent causer de nombreux problèmes et même dégénérer en processus malin.

Si la tumeur est volumineuse (plus de 2 cm), le risque de récidive est élevé dans les 5 années qui suivent l'ablation chirurgicale.

La nature de l'adénome est tout aussi importante dans la prédiction de telles formations. Par exemple, chez un quart des patients atteints de prolactinomes ou de somatotropinomes, l'activité endocrinienne est complètement rétablie. Avec les microcorticotropinomes, 85% des patients se rétablissent complètement.

D'Autres Articles Sur La Thyroïde

La testostérone est une hormone sexuelle masculine et sa production diminue avec l'âge. Sa carence dans le corps cause des problèmes de santé chez les hommes.

La laryngite sous forme aiguë recouvre le larynx et les cordes vocales, entraînant une inflammation diffuse de cette région. Les causes de la maladie peuvent être le SRAS, la grippe, l'hypothermie, la surtension vocale et d'autres facteurs.

La plupart des produits chimiques actifs sont transportés dans le sang sous forme liée. Cela garantit leur action uniquement sur l'organe cible et non sur le corps entier.