Principal / Hypophyse

Adénome hypophysaire du cerveau - symptômes. Traitement et chirurgie pour enlever l'adénome hypophysaire chez les femmes et les hommes

De nombreuses maladies sont détectées par hasard lors de l'examen pour d'autres raisons. L'adénome hypophysaire est l'une de ces maladies. Il s’agit d’une éducation bénigne diagnostiquée chez une personne sur cinq. Si la maladie est dangereuse, si elle peut être maligne - ces questions se posent chez les patients atteints de ce problème.

Qu'est-ce qu'un adénome hypophysaire du cerveau?

L'hypophyse, petite mais très importante pour notre corps, est située dans la partie inférieure du cerveau, dans la poche osseuse de l'os crânien, appelée "selle turque". C'est un appendice cérébral de forme arrondie, qui est l'organe dominant du système endocrinien. Il est responsable de la synthèse de nombreuses hormones importantes:

  • la thyrotropine;
  • l'hormone de croissance;
  • la gonadotrophine;
  • vasopressine ou hormone antidiurétique;
  • ACTH (hormone corticotrope).

Une tumeur dans l'hypophyse (code «Néoplasmes» de la CIM-10) n'est pas entièrement comprise. Sous l’hypothèse des médecins, il peut être formé à partir de cellules d’une hypophyse en raison du transfert:

  • neuroinfections;
  • lésion cérébrale traumatique;
  • intoxication chronique;
  • effets des rayonnements ionisants.

Bien que, dans ce type d'adénomes, n'observent pas de signes de malignité, ils sont capables de comprimer les structures cérébrales entourant la glande pituitaire à mesure qu'ils augmentent mécaniquement. Cela implique une déficience visuelle, des maladies endocriniennes et neurologiques, une formation kystique, une apoplexie (hémorragie dans le néoplasme). L'adénome du cerveau en relation avec l'hypophyse peut se développer dans l'emplacement local de la glande et aller au-delà de la "selle turque". D'où la classification des adénomes selon la nature de la distribution:

  • Adénome endosellaire - à l'intérieur de la poche osseuse.
  • Adénome endoinfrassellaire - la croissance se fait dans une direction descendante.
  • Adénome endosuprasellaire - la croissance se fait vers le haut.
  • Adénome endolaterocellulaire - la tumeur se propage à gauche et à droite.
  • Adénome mixte - l'emplacement sur la diagonale dans n'importe quelle direction.

Les microadénomes et les macroadénomes sont classés par taille. Dans 40% des cas, l'adénome peut être inactif sur le plan hormonal et dans 60% des cas, sur le plan hormonal. Les formations hormonalement actives sont:

  • gonadotropinome, à la suite de laquelle les hormones gonadotropes sont produites en excès. Les gonadotropinomes ne sont pas détectés de manière symptomatique;
  • thyrotropinomoy - dans l'hypophyse est synthétisée hormone stimulant la thyroïde qui contrôle la fonction de la glande thyroïde. Avec une haute teneur en hormone, le métabolisme s'accélère, perte de poids rapide et incontrôlée, nervosité. Thyrotropinome - un type rare de tumeur qui provoque une thyrotoxicose;
  • corticotropinome - l'hormone corticotrope est responsable de la production de glucocorticoïdes dans les glandes surrénales. Les corticotropinomes peuvent devenir malins;
  • Hormone de croissance - Une hormone somatotrope est produite, qui affecte la dégradation des graisses, la synthèse des protéines, la production de glucose et la croissance corporelle. Avec un excès d'hormone, une sudation sévère, une pression, une fonction cardiaque altérée, la courbure de la morsure, une augmentation des pieds et des mains, un grossissement des traits du visage sont observés;
  • prolactinome - synthèse de l'hormone responsable de la lactation chez la femme. Ils sont classés en fonction de leur taille (dans le sens d’une augmentation du taux de prolactine): adénopathie, microprolactinome (jusqu’à 10 mm), kyste et macroprolactinome (plus de 10 mm);
  • L’adénome à ACTH (basophile) active la fonction surrénalienne et la production de cortisol, dont une quantité excessive provoque le syndrome de Cushing (symptômes: dépôt de graisse dans le haut de l’abdomen et le dos, poitrine, pression accrue, atrophie musculaire, vergetures sur la peau, ecchymoses, visage en lune);

Adénome hypophysaire chez les hommes

Les statistiques montrent que la maladie affecte chaque dixième membre du sexe fort. L'adénome de l'hypophyse chez les hommes peut ne pas apparaître pendant une longue période, les symptômes ne sont pas prononcés. Très dangereux pour le prolactinome masculin. L'hypogonadisme se développe en raison d'une diminution de la testostérone, de l'impuissance, de la stérilité, d'une diminution du désir sexuel, d'une augmentation des glandes mammaires (gynécomastie) et de la perte de cheveux.

Adénome hypophysaire chez les femmes

Une tumeur de l'hypophyse peut se former chez 20% des femmes d'âge moyen. Dans la plupart des cas, la maladie est léthargique. Les prolactinomes représentent la moitié des cas de tumeurs hypophysaires. Pour les femmes, il se heurte à une violation du cycle menstruel, au développement de l'infertilité, de la galactorrhée, de l'aménorrhée, de l'acné, de la séborrhée, de l'hypertrichose, de l'obésité modérée, de l'anorgasmie.

Il n'est pas nécessaire de parler de causes héréditaires, mais il a été noté que l'incidence de l'adénome sur 25% était due à une néoplasie endocrinienne multiple du second type. Certaines causes de la formation d'une tumeur dans l'hypophyse ne sont propres qu'aux femmes. L'adénome hypophysaire chez la femme peut apparaître après une interruption artificielle de la grossesse ou une fausse couche, ainsi qu'après des grossesses répétées. Les raisons de l'apparition d'une tumeur hypophysaire n'ont pas été établies avec certitude, mais peuvent provoquer une croissance de la formation:

  • maladies infectieuses affectant le système nerveux;
  • blessures à la tête;
  • utilisation à long terme de contraceptifs.

Adénome hypophysaire chez les enfants

Si un adénome hypophysaire est considéré chez l'enfant, c'est principalement la somatotrophine (production de GH), à la suite de laquelle se développe le gigantisme chez l'enfant (modification des proportions squelettiques), diabète sucré, obésité, goitre diffus. La prudence devrait être, si l'enfant a remarqué:

  • hirsutisme - pilosité excessive sur le visage et le corps;
  • hyperhidrose - transpiration;
  • peau grasse;
  • verrues, papillomes, naevus;
  • symptômes de polyneuropathie accompagnés de douleur, paresthésies, faible sensibilité des membres.

Signes d'adénome hypophysaire

Le type actif de tumeur hypophysaire se manifeste par une déficience visuelle, une vision double, une perte de vision périphérique et des maux de tête. La perte complète de la vision menace lorsque la taille de l’éducation est de 1 à 2 cm.Pour les adénomes de grande taille se caractérisent par des symptômes d’hypopituitarisme:

  • diminution du désir sexuel;
  • fatigue, hypogonadisme;
  • la faiblesse;
  • gain de poids;
  • la dépression;
  • intolérance au froid;
  • peau sèche;
  • mal de tête;
  • des vertiges;
  • des nausées;
  • manque d'appétit.

Les symptômes de l’adénome hypophysaire sont souvent similaires à ceux d’autres maladies. Vous n’avez donc pas besoin d’être trop méfiant. Lisez-en davantage sur les symptômes, comparez-les à vos plaintes et mettez-vous dans un état stressant. Quelle que soit la maladie, la certitude et la précision sont importantes. Si vous soupçonnez, consultez votre médecin pour un examen complet de votre maladie et si nécessaire un traitement.

Diagnostic de l'adénome hypophysaire

Les adénomes de l'hypophyse antérieure sont diagnostiqués en identifiant un groupe de symptômes (triade de Hirsh):

  1. Syndrome d'échange endocrinien.
  2. Syndrome neurologique ophtalmique.
  3. Déviations par rapport à la norme "selle turque", visibles sur le plan radiographique.

Le diagnostic de l'adénome hypophysaire est effectué en utilisant les niveaux de vérification suivants:

  1. Signes cliniques et biochimiques caractéristiques des adénomes à activité hormonale: acromégalie, gigantisme chez l'enfant, maladie d'Itsenko-Cushing.
  2. Données de neuroimagerie et résultats opérationnels: localisation, taille, invasion, profil de croissance, hétérogénéité pituitaire, structures et tissus hétérogènes environnants. Cette information est d'une grande importance lors du choix d'un traitement et de la prévision ultérieure.
  3. Examen microscopique, obtenu par biopsie, matériau - diagnostic différentiel entre adénome hypophysaire et formations non hypophysaires (hyperplasie hypophysaire, hypophysite).
  4. Etude immunohistochimique du néoplasme.
  5. Etudes moléculaires biologiques et génétiques.
  6. Microscopie électronique.

Traitement de l'adénome hypophysaire

Dans la pratique médicale, le traitement de l'adénome de l'hypophyse du cerveau est effectué par des méthodes conservatrices (médicamenteuses), chirurgicales et avec l'aide de la radiochirurgie, de la radiothérapie à distance, de la protonthérapie et de la gamma-thérapie. La méthode médicamenteuse comprend l’utilisation de la bromocriptine (un antagoniste de la prolactine normalisant le niveau des hormones de la prolactine sans perturber sa synthèse), du dostex et d’autres analogues. La pharmacothérapie ne peut pas toujours vaincre la maladie, mais elle facilite parfois la tâche du chirurgien et augmente les chances de guérison.

La radiochirurgie stéréotaxique est une méthode non invasive de traitement qui consiste à irradier une tumeur avec un faisceau de radiations provenant de différents côtés. L'effet du rayonnement sur cette méthode sur d'autres tissus glandulaires est minime. Il est pratique de traiter une tumeur par irradiation, car l'hospitalisation, l'anesthésie et la préparation ne sont pas nécessaires. Si on détecte un adénome qui ne synthétise pas les hormones et ne montre aucun symptôme, on observe le patient: dans le cas d'un microadénome, la tomographie est réalisée tous les deux ans; dans le cas d'un macroadénome, il est recommandé de vérifier l'état tous les six mois ou tous les ans.

Ablation de l'adénome hypophysaire

Méthode de traitement chirurgical moderne - élimination de l'adénome hypophysaire transnasal (par le nez). Cette opération est peu invasive, en introduisant un endoscope, est efficace pour les microadénomes. Si la formation présente une croissance extracellulaire prononcée, des interventions transcrâniennes sont utilisées. La contre-indication à la chirurgie est l'âge et l'âge enfantin, la grossesse. Dans ces cas, une autre méthode de traitement est sélectionnée. Un traitement chirurgical transcrânien peut avoir plusieurs effets:

  • insuffisance rénale;
  • circulation sanguine altérée dans le cerveau;
  • dysfonctionnement des organes génitaux;
  • vision floue;
  • lésions des tissus glandulaires sains;
  • liquorrhea;
  • inflammation et infection.

La méthode transnasale de retrait de l'adénome est moins traumatique et les effets indésirables sont minimisés. Après l'opération, le patient passe jusqu'à trois jours à l'hôpital, sous observation, si le retrait de l'adénome s'est passé sans complications. Ensuite, le convalescent se voit prescrire des mesures de rééducation afin d’éliminer ensuite les rechutes.

Traitement des remèdes populaires hypophysaires adénomes

Ayant appris le diagnostic déplaisant, il est courant pour une personne de le nier et de rechercher des méthodes de traitement économes - des remèdes populaires. Du point de vue de la médecine traditionnelle, le traitement de l'adénome hypophysaire par des remèdes populaires est très douteux. Certains effets peuvent peut-être être obtenus, mais les dons de la nature ne pourront pas corriger les perturbations de l'organisme causées par les déséquilibres hormonaux. Retarder le traitement par des méthodes indépendantes peut être proche de la mort, en particulier si un adénome corticotrope est éventuellement retrouvé.

En plus du traitement principal, des herbes peuvent être prises, mais après avoir consulté un médecin. En outre, il faut tenir compte du fait que certaines plantes, par exemple la pruche, sont très toxiques et doivent être utilisées avec une mesure précise, faute de quoi les conséquences pourraient être tristes. Parmi les remèdes populaires efficaces sont:

  • teinture de klopovnik 10% pour l'alcool;
  • un mélange de gingembre moulu, de graines de citrouille, de graines de sésame, d'herbes d'onagre, de miel;
  • infusion de pruche à l'huile (égouttement dans le nez), pour boire de la teinture d'alcool;
  • chaga;
  • Highlander;
  • mélisse;
  • plantain;
  • la valériane;
  • fruits de cendre de montagne;
  • sauge, calendula, camomille.

Vidéo: tumeur hypophysaire

Les informations présentées dans l'article sont à titre informatif seulement. Les matériaux de l'article n'appellent pas d'auto-traitement. Seul un médecin qualifié peut diagnostiquer et conseiller un traitement en fonction des caractéristiques individuelles d'un patient particulier.

Adénome hypophysaire

Adénome de l'hypophyse - formation de tumeur de nature bénigne, provenant du tissu glandulaire de l'hypophyse antérieure. Cliniquement, un adénome hypophysaire est caractérisé par un syndrome ophtalmique-neurologique (maux de tête, troubles oculomoteurs, doublage, rétrécissement des champs visuels) et par un syndrome d’échange endocrinien dans lequel, en fonction du type d’adénome hypophysaire, de gigantisme et d’acromégalie, de galactorrhée, de fonction sexuelle, d’hypercorticisme, - ou hyperthyroïdie, hypogonadisme. Le diagnostic de l'adénome hypophysaire est basé sur les données radiographiques et tomodensitométriques de la selle turque, l'IRM et l'angiographie du cerveau, des études hormonales et un examen ophtalmologique. L'adénome hypophysaire est traité par irradiation, par méthode radiochirurgicale, ainsi que par prélèvement transnasal ou transcrânien.

Adénome hypophysaire

L'hypophyse est située dans la fosse de la selle turque à la base du crâne. Il a 2 lobes: antérieur et postérieur. Adénome hypophysaire - une tumeur hypophysaire dans les tissus de son lobe antérieur. Il produit 6 hormones qui régulent la fonction des glandes endocrines: la thyrotrophine (TSH), la somatotrophine (STH), la follitropine, la prolactine, la lyutropine et l'hormone adrénocorticotrope (ACTH). Selon les statistiques, l'adénome hypophysaire représente environ 10% de toutes les tumeurs intracrâniennes détectées dans la pratique neurologique. L'adénome hypophysaire le plus commun survient chez les personnes d'âge moyen (30 à 40 ans).

Classification de l'adénome hypophysaire

La neurologie clinique divise les adénomes hypophysaires en deux grands groupes: hormonal inactif et hormonal actif. L'adénome hypophysaire du premier groupe n'a pas la capacité de produire des hormones et reste donc sous la juridiction de la neurologie. Les adénomes hypophysaires du deuxième groupe, comme les tissus hypophysaires, produisent des hormones hypophysaires et font également l'objet d'études en endocrinologie. Selon les hormones sécrétées, les adénomes hypophysaires à activité hormonale sont classés en: somatotropes (somatotropinomes), prolactine (prolactinomes), corticotropes (corticotropinomes), thyrotropes (thyrotropinomes), gonadotropes (gonadotropinomes).

Selon sa taille, l'adénome hypophysaire peut désigner des microadénomes - des tumeurs d'un diamètre inférieur à 2 cm ou des macroadénomes d'un diamètre supérieur à 2 cm.

Causes de l'adénome hypophysaire

L'étiologie et la pathogenèse de l'adénome hypophysaire dans la médecine moderne restent le sujet de la recherche. On pense qu'un adénome hypophysaire peut survenir lorsqu’il est exposé à des facteurs provocants tels que lésion cérébrale traumatique, neuro-infection (tuberculose, neurosyphilis, brucellose, poliomyélite, encéphalite, méningite, abcès cérébral, paludisme cérébral, etc.) et ses effets indésirables sur le fruit. son développement prénatal. Récemment, il a été noté que l'adénome hypophysaire chez les femmes est associé à l'utilisation prolongée de préparations contraceptives orales.

Des études ont montré que, dans certains cas, l'adénome hypophysaire survient à la suite d'une stimulation hypothalamique accrue de l'hypophyse, qui est une réponse à la diminution primaire de l'activité hormonale des glandes endocrines périphériques. Un mécanisme similaire de survenue d'adénome peut être observé, par exemple, dans l'hypogonadisme primaire et l'hypothyroïdie.

Symptômes de l'adénome hypophysaire

Cliniquement, l'adénome hypophysaire se manifeste par un complexe de symptômes ophtalmiques-neurologiques associés à la pression d'une tumeur en croissance sur des structures intracrâniennes situées dans la région de la selle turque. Si l'adénome hypophysaire est hormonalement actif, le syndrome d'échange endocrinien peut devenir prioritaire dans son tableau clinique. Dans le même temps, les modifications de l'état du patient ne sont souvent pas associées à l'hyperproduction de l'hormone hypophysaire tropicale elle-même, mais à l'activation de l'organe cible sur lequel elle agit. Les manifestations du syndrome d'échange endocrinien dépendent directement de la nature de la tumeur. D'autre part, l'adénome hypophysaire peut être accompagné de symptômes de panhypopituitarisme, qui se développe en raison de la destruction du tissu hypophysaire par une tumeur en croissance.

Syndrome neurologique ophtalmique

Les symptômes ophtalmiques-neurologiques qui accompagnent l'adénome hypophysaire dépendent en grande partie de la direction et de l'étendue de sa croissance. En règle générale, cela comprend les maux de tête, les modifications des champs visuels, la diplopie et les troubles oculomoteurs. Le mal de tête est dû à la pression exercée par l'adénome hypophysaire sur la selle turque. Il a un caractère terne, ne dépend pas de la position du corps et n'est pas accompagné de nausée. Les patients atteints d'adénome hypophysaire se plaignent souvent de ne pas toujours pouvoir soulager les maux de tête avec des analgésiques. Les maux de tête qui accompagnent l'adénome hypophysaire sont généralement localisés dans les régions frontale et temporale, ainsi que derrière l'orbite. Peut-être une forte augmentation des maux de tête, qui est associée soit à une hémorragie dans le tissu tumoral, soit à sa croissance intense.

La limitation des champs visuels est provoquée par la suppression de l'adénome en croissance du chiasme optique situé dans la région de la selle turque sous l'hypophyse. L'adénome hypophysaire existant de longue date peut entraîner le développement d'une atrophie du nerf optique. Si l'adénome hypophysaire se développe dans la direction latérale, il serre avec le temps les branches des nerfs crâniens III, IV, VI et V. Il en résulte une violation de la fonction oculomotrice (ophtalmoplégie) et une vision double (diplopie). Peut-être une diminution de l'acuité visuelle. Si l'adénome hypophysaire germe au bas de la selle turque et se propage au sinus ethmoïdal ou sphénoïdal, le patient présente une congestion nasale qui imite la clinique de la sinusite ou des tumeurs nasales. La croissance de l'adénome hypophysaire vers le haut provoque des dommages aux structures de l'hypothalamus et peut conduire au développement d'une altération de la conscience.

Syndrome d'échange endocrinien

Somatotropinome - l'adénome hypophysaire, qui produit la GH, chez l'enfant présente des symptômes de gigantisme, chez l'adulte - l'acromégalie. En plus des modifications caractéristiques du squelette, les patients peuvent développer un diabète et une obésité, une hypertrophie de la thyroïde (goitre diffus ou nodulaire), généralement non accompagnés de troubles fonctionnels. Il y a souvent de l'hirsutisme, de l'hyperhidrose, une augmentation de la graisse sur la peau et l'apparition de verrues, de papillomes et de naevus. Peut-être le développement d'une polyneuropathie, accompagné de douleurs, de paresthésies et d'une sensibilité réduite des parties périphériques des membres.

Prolactinome - adénome pituitaire sécrétant de la prolactine. Chez la femme, il s'accompagne d'une violation du cycle menstruel, de la galactorrhée, de l'aménorrhée et de l'infertilité. Ces symptômes peuvent apparaître dans un complexe ou être observés isolément. Environ 30% des femmes atteintes de prolactinome souffrent de séborrhée, d'acné, d'hypertrichose, d'obésité modérément sévère, d'anorgasmie. Chez l’homme, les symptômes ophtalmiques-neurologiques sont généralement mis en évidence, contre lesquels on observe la galactorrhée, la gynécomastie, l’impuissance et une diminution de la libido.

La corticotropine - un adénome hypophysaire, qui produit de l'ACTH, est détectée dans près de 100% des cas de maladie d'Itsenko-Cushing. Une tumeur se manifeste par des symptômes classiques d'hypercortisolisme, aggravés par la pigmentation de la peau résultant d'une augmentation de la production associée à l'ACTH et à l'hormone stimulant les mélanocytes. Les anomalies mentales sont possibles. Une caractéristique de ce type d'adénomes hypophysaires est la propension à la transformation maligne suivie de métastases. Le développement précoce de troubles endocriniens graves contribue à l'identification d'une tumeur avant l'apparition des symptômes ophtalmiques-neurologiques associés à son élargissement.

Le thyrotropinome est un adénome hypophysaire sécrétant de la TSH. Si elle est de nature primaire, elle manifeste des symptômes d'hyperthyroïdie. Si cela se reproduit, l'hypothyroïdie est observée.

Gonadotropinome - adénome hypophysaire, qui produit des hormones gonadotropes, présente des symptômes non spécifiques et est détecté principalement par la présence de symptômes typiquement neuro-ophtalmiques. Dans son tableau clinique, l'hypogonadisme peut être associé à la galactorrhée, provoquée par une hypersécrétion de prolactine des tissus hypophysaires entourant l'adénome.

Diagnostic de l'adénome hypophysaire

Les patients dont l'adénome hypophysaire est accompagné d'un syndrome ophtalmique-neurologique prononcé demandent généralement l'aide d'un neurologue ou d'un ophtalmologiste. Les patients dont l'adénome hypophysaire se manifeste par le syndrome d'échange endocrinien s'adressent plus souvent à l'endocrinologue. Dans tous les cas, les patients présentant un adénome hypophysaire présumé devraient être examinés par les trois spécialistes.

Afin de visualiser l'adénome, un radiogramme de la selle turque est réalisé, lequel révèle des signes osseux: ostéoporose avec destruction du dos de la selle turque, la double contournance typique de son fond. En outre, un wagon-citerne pneumatique est utilisé, qui détermine le déplacement des citernes chiasmatiques de leur position normale. Des données plus précises peuvent être obtenues lors du scanner du crâne et de l'IRM du cerveau, du scanner de la selle turque. Cependant, environ 25 à 35% des adénomes hypophysaires sont si petits que leur visualisation échoue, même avec les capacités de tomographie modernes. L'angiographie cérébrale est prescrite s'il y a lieu de croire que l'adénome hypophysaire se développe dans la direction du sinus caverneux.

Important dans le diagnostic des études hormonales. La détermination de la concentration d'hormones hypophysaires dans le sang est réalisée par une méthode radiologique spécifique. En fonction des symptômes, les hormones produites par les glandes endocrines périphériques sont également déterminées: cortisol, T3, T4, prolactine, estradiol, testostérone.

Les troubles ophtalmologiques qui accompagnent l'adénome hypophysaire sont détectés au cours d'un examen ophtalmologique, d'une périmétrie et d'un contrôle de l'acuité visuelle. Pour exclure une maladie oculaire, ophtalmoscopie.

Traitement de l'adénome hypophysaire

Le traitement conservateur peut être appliqué principalement en relation avec la petite taille de la prolactine. Elle est réalisée par des antagonistes de la prolactine, par exemple la bromkriptine. Dans le cas de petits adénomes, il est possible d'utiliser des méthodes de rayonnement pour influencer une tumeur: gamma-thérapie, radiothérapie à distance ou protonthérapie, radiochirurgie stéréotaxique - administrer une substance radioactive directement dans le tissu tumoral.

Les patients dont l'adénome hypophysaire est volumineux et / ou accompagné de complications (hémorragie, déficience visuelle, formation d'un kyste du cerveau) doivent être consultés par un neurochirurgien pour envisager la possibilité d'un traitement chirurgical. L'opération d'enlèvement de l'adénome peut être réalisée par une méthode transnasale utilisant des techniques endoscopiques. Les macroadénomes peuvent être éliminés par la méthode transcrânienne - en effectuant une trépanation du crâne.

Pronostic de l'adénome hypophysaire

L'adénome hypophysaire est une tumeur bénigne, mais avec une augmentation de taille, comme chez d'autres tumeurs cérébrales, il prend une tournure maligne en raison de la compression des structures anatomiques qui l'entourent. La taille de la tumeur est également due à la possibilité de son élimination complète. L'adénome hypophysaire d'un diamètre supérieur à 2 cm est associé à la probabilité d'une rechute postopératoire, qui peut survenir dans les 5 ans suivant le retrait.

Le pronostic de l'adénome dépend également de son type. Ainsi, avec 85% des patients atteints de microcorticotropinomes, la fonction endocrinienne est complètement rétablie après le traitement chirurgical. Chez les patients atteints de somatotropinome et de prolactinome, cet indicateur est significativement plus bas - 20-25%. Selon certaines données, en moyenne après traitement chirurgical, on observe une récupération chez 67% des patients et un nombre de rechutes d'environ 12%. Dans certains cas, avec une hémorragie dans l'adénome, une auto-guérison se produit, qui est le plus souvent observée dans les prolactinomes.

Quelles sont les causes d'un adénome hypophysaire du cerveau

Les tumeurs cérébrales sont des diagnostics médicaux assez graves. Selon la nature du développement de la pathologie, ils peuvent menacer la vie et la santé du patient.

Mais ils peuvent succomber à un traitement thérapeutique et, avec un contrôle de qualité de la maladie, ils peuvent accompagner le patient pendant des années sans lui causer de graves problèmes.

À propos du corps

L'hypophyse du cerveau est une glande endocrine de contenu structurel complexe, localisée dans la partie sous-corticale de l'organe. Il a une forme arrondie et se trouve sous une protection fiable de la boîte à os de la tête. Il se compose de deux lobes, avec le devant quatre fois le dos.

À propos de la maladie

L'adénome est l'une des manifestations les plus fréquemment diagnostiquées des néoplasmes d'origine bénigne. En règle générale, il se développe dans les tissus glandulaires des organes et est directement lié aux processus hormonaux se produisant dans le corps.

Il appartient au groupe des anomalies endocriniennes. Il n'a pas d'âge limite pour être vaincu. Dans certaines circonstances, il peut se transformer en cancer.

L'adénome hypophysaire est classé en fonction d'un certain nombre d'indicateurs significatifs et de ses caractéristiques qualitatives. Une telle division permet de déterminer le type de maladie et de prescrire un traitement qualitatif de la pathologie.

Une tumeur peut être:

  • hormonalement actif - de telles formations sont sujettes à une croissance rapide et ont une incidence négative sur l'état du fond hormonal;
  • hormonalement inactif - la production de cellules contenant des hormones n'est pas prononcée, la formation est presque latente et peut conserver de petites tailles pendant des années;
  • maligne - dans les tissus de l'anomalie, les processus de mutation cellulaire sont activement lancés, la tumeur acquiert une facette agressive, se développe rapidement et affecte rapidement les régions cérébrales voisines. Forme extrêmement dangereuse de la maladie.

Selon l'importance de la formation des phoques sont classés:

  • microadénomes - extrêmement difficiles à diagnostiquer en raison de leur taille trop petite - leur diamètre varie de quelques millimètres à 2 cm;
  • macroadénomes - la taille de la formation de plus de 2 - 3 cm, souvent accompagnée de symptômes graves, qui est la raison pour laquelle la personne va à la clinique et aide à identifier la maladie.

Hormonalement actif

  • prolactinome - il synthétise la prolactine avec la production de la sécrétion de prolactine;
  • somatropinome - produit activement de la somatotropine. Les ours sont directement responsables de la mise en œuvre des processus de croissance, produisant une hormone;
  • corticotropinome - responsable de la production de la sécrétion adrénocorticotrope;
  • gonadotropinome - produit des hormones gonadotropes, déclenche les processus d'atrophie primaire des tissus affectés de l'organe;
  • tumeurs hormonales du panache - activent l'activité cérébrale, produisent des substances thyrotropes.

Photo: une image du cerveau

Raisons

Les facteurs suivants déclenchent la maladie:

  • infections neurologiques - méningite aiguë, encéphalite sous toutes ses formes, tuberculose chronique, poliomyélite affectant le système nerveux;
  • les maladies sexuellement transmissibles, en particulier la syphilis négligée;
  • toxicité avec des composants chimiques au stade de la grossesse;
  • blessures mécaniques du crâne;
  • hémorragie interne;
  • prédisposition génétique;
  • pathologies de la glande thyroïde, affectant négativement son fonctionnement;
  • sous-développement héréditaire des organes génitaux;
  • la présence dans le corps de processus auto-immuns;
  • traitement incorrect et trop long avec des médicaments contraceptifs oraux qui suppriment l’apparition de l’ovulation et interfèrent avec la reproduction des hormones correspondantes.

A quoi sert la neurosonographie du cerveau chez l'adulte? La réponse est dans cet article.

Les symptômes

Les spécialistes classent les symptômes de la pathologie en neurologiques et endocriniens ophtalmiques.

Le premier groupe comprend les signes suivants:

  • mal de tête - se caractérise par des manifestations sourdes et douloureuses, accompagne presque constamment une personne. Faiblement inhibé par les médicaments à spectre d'action dirigé et augmente son intensité à mesure que la compaction se développe;
  • déficience visuelle - le champ de vision (principalement latéral) est en train de changer. Se produit en raison de la compression des terminaisons nerveuses qui assurent le travail du réflexe visuel. Ces terminaisons sont en dessous de la glande pituitaire. Il en résulte que l'anomalie croissante exerce une pression excessive sur elles;
  • dysfonctionnement oculomoteur - les nerfs responsables de l’expression faciale de l’œil sont serrés, un éclatement d’objets se produit et le strabisme se développe progressivement;
  • congestion nasale - sensation qui ressemble à une affection caractérisée par un écoulement nasal prolongé. Le signe est caractéristique de grandes formations situées dans la zone des sinus ethmoïdaux;
  • évanouissements fréquents - se produisent avec des macroadénomes qui se développent dans la partie supérieure de l'hypophyse et exercent une pression sur l'hypothalamus.
  • une nette diminution de la santé de la glande thyroïde - se manifestant par une faiblesse générale, une fatigabilité rapide du corps, une indifférence face aux actes et événements survenant autour de la personne, une inhibition de la perception mentale;
  • peau sèche - se produit dans le contexte d'une augmentation du poids total du patient, provoquée par un gonflement excessif des tissus mous en raison d'un déséquilibre hormonal;
  • une mauvaise fonctionnalité des reins et des glandes surrénales, souvent une pyélonéphrite - à un stade avancé, entraîne des diagnostics associés - infertilité, échec sexuel chez l'homme et anorgasmie chez la femme;
  • à l'adolescence - retard de croissance, prise de poids et sous-développement physique. Cela est dû au manque d'hormone de croissance et à la violation de l'équilibre hormonal global dans le contexte de l'apparition d'une pathologie responsable de son contenu complet.

Diagnostics

Afin d'identifier ce type d'adénome, les méthodes de diagnostic suivantes sont utilisées:

  • tests hormonaux - comprennent: un test sanguin pour la concentration de prolactine, la quantité d'hormones somatotropes, le niveau d'adrénocortitropine, l'indice de testostérone chez l'homme. En outre, ils effectuent un test hormonal pour la dexaméthasone;
  • L'analyse d'urine révèle: la présence d'électrolytes, les taux de cortisol, l'indicateur de stimulation du follicule;
  • CT - permet un examen complet de l'état du crâne. L'emplacement de la pathologie, sa taille et le degré de pression exercé sur les parties adjacentes du cerveau;
  • IRM - a mené une étude approfondie du cerveau, vous permettant de remarquer même les plus petits phoques. Dans le même temps, les formes non hormonales de la maladie en état de latence sont un peu moins bien diagnostiquées;
  • angiographie de vaisseaux cérébraux - indiquée lorsque la formation grossit vers le sinus caverneux pour déterminer l'étendue de l'effet de frappe sur la pression de la tumeur;
  • Examen aux rayons X de la selle turque - l'une des "preuves" les plus fiables de la présence d'un adénome cérébral est le diagnostic d'ostéoporose et de déformation du dos de la selle turque. Il convient de noter que cette méthode de détection des anomalies ne fonctionne que dans les derniers stades de son développement, lorsque ces signes commencent à se manifester;
  • ophtalmologiste - une consultation spécialisée est réalisée avec des signes prononcés de syndrome neurologique ophtalmique.

Cet article décrit les symptômes et les types de tumeurs cérébrales.

Traitement

Pour le traitement réussi de cette maladie, ainsi que pour surveiller la dynamique de son état, ces types de traitement de la tumeur sont utilisés:

  • le retrait standard est indiqué pour les formations en croissance qui menacent d'autres parties du cerveau et des organes voisins, s'il existe des complications sous la forme d'un kyste, des hémorragies internes, ainsi que le risque de dégénérescence de la pathologie en cancer. L’opération consiste à trépanner le crâne et à couper le fragment de tissu hypophysaire affecté;
  • intervention transsphénoïdale endonasale - est utilisé uniquement si la formation est localisée dans la zone de la selle turque. Elle s'effectue par le bon cours du nasopharynx. La paroi du tissu osseux sphénoïde incisée, ouvrant l'accès à la lésion. Elle est réalisée sous anesthésie générale.
  • gamma-thérapie - fait référence aux méthodes de radiation utilisées pour traiter une anomalie. L'effet est obtenu par l'injection ponctuelle dans le tissu tumoral des rayons nocifs. Montré dans de petites formations;
  • antagonistes de la prolactine - option de traitement médical. Basé sur la consommation d'hormones hypophysaires et de sandostatin. Plus justifié dans la régression de la pathologie;
  • Les remèdes populaires ne sont efficaces qu'avec le caractère calme de l'évolution de la maladie, lorsque la tumeur ne se développe pas et protège l'immobilité. Le traitement le plus populaire est les graines de citrouille, le sésame, la racine de gingembre, la primevère.

Des complications

Si vous ignorez la situation et que le traitement n'est pas effectué à temps, la maladie menace de complications graves:

  • violation de la fonction visuelle - jusqu'à l'apparition d'une cécité sur le fond d'une tumeur trop grosse;
  • le risque d'hémorragie du cerveau avec son apoplexie ultérieure;
  • infertilité;
  • l'impuissance;
  • troubles sexuels;
  • Dépressions nerveuses et instabilité mentale.

Adénome et grossesse

En période de gestation, presque toutes les méthodes de traitement sont inacceptables. La seule chose qui reste est un contrôle strict sur l'état du corps d'une femme enceinte.

Examen régulier de l'état général, étude des niveaux hormonaux, indicateurs visuels - de telles enquêtes devraient être menées régulièrement. De plus, l'IRM du cerveau est réalisée tous les trois mois.

Prévisions

Malgré le fait que cette tumeur est de nature bénigne, en l’absence de traitement, le pronostic d’un développement ultérieur de la situation peut être extrêmement défavorable. En mettant la pression sur le cerveau, la pathologie peut conduire à des atteintes fragmentaires allant jusqu'au handicap.

De plus, l'adénome est extrêmement négatif pour la glande thyroïde, et une défaillance de sa fonctionnalité «frappera» tout le corps avec de nouvelles maladies.

En conclusion, nous recommandons de regarder la vidéo dans laquelle des experts parlent de la maladie en question de manière accessible:

Qu'est-ce qu'un adénome hypophysaire du cerveau?

Les fonctions du cerveau dans le corps humain sont les plus importantes. Lorsqu'un diagnostic d'adénome hypophysaire du cerveau est posé, le patient est pris de panique. Bien entendu, une telle tumeur, même si elle est bénigne, entraîne un certain nombre de conséquences néfastes pour la santé humaine. Mais tout est-il si dangereux et effrayant, en particulier les conséquences décrites par les médecins? Comprenons ce qu'est cette maladie et à quel point il est important de l'identifier à temps pour la vaincre.

Qu'est-ce qui déclenche le développement

Malgré le niveau élevé de développement de la médecine dans le monde, les médecins ne peuvent toujours pas affirmer avec certitude ce qui active la pathogenèse d'un tel néoplasme, mais un certain nombre de raisons qui l'ont provoquée sont déjà établies:

  1. Échec du système nerveux central, souvent déclenché par une infection.
  2. La défaite de l'enfant en période de gestation avec des toxines, des médicaments, des radiations ioniques.
  3. Blessure mécanique des cellules du cerveau.
  4. Hémorragie cérébrale.
  5. Maladie inflammatoire ou auto-immune à long terme, dans laquelle la glande thyroïde ne peut pas fonctionner normalement.
  6. Utilisation à long terme de contraceptifs sans surveillance médicale.
  7. Des problèmes dans la formation des testicules ou des ovaires, qui ont conduit à leur sous-développement.
  8. Les organes génitaux sont affectés par les radiations ou par un processus auto-immun dans le corps.
  9. Transmission de la maladie au niveau génétique.

Le dernier point provoque des débats houleux parmi les médecins, car beaucoup ne sont pas d’accord avec cela. Même un certain nombre d'études initiées par des laboratoires privés ne les ont pas convaincus. Mais même les médecins qui affirment le contraire conviennent que le traitement et la détection des adénomes cérébraux doivent être réalisés à temps pour que ces traitements soient efficaces, sans quoi les conséquences de la maladie pourraient être irréversibles.

Symptomatologie et variétés

Les symptômes de l'adénohypophyse sont ambigus, car beaucoup dépend d'un excès d'hormone, qui est un catalyseur pour le développement d'une nouvelle croissance. La taille de l'adénome est également importante et à quelle vitesse elle se développe. Les symptômes de la maladie dépendent du type de néoplasme:

Le microadénome ne présente souvent aucun symptôme clair, on en diagnostique 2 types: avec hormones actives et passives. Et si le premier concerne tous les symptômes de perturbation du système endocrinien dans le corps, le microadénome de type passif peut ne pas se manifester très longtemps avant d’être identifié accidentellement au cours d’un examen médical.

La prolactine est le plus souvent diagnostiquée chez le beau sexe, chez les hommes, elle diminue son efficacité, les spermatozoïdes deviennent lents et la poitrine se développe. Il appartient à un type de maladie rare et présente en même temps le tableau clinique suivant:

  • échec du cycle menstruel jusqu'à son arrêt complet;
  • il est presque impossible de concevoir un enfant;
  • le colostrum est libéré des seins, bien qu'il n'y ait pas d'allaitement.

La gonadotrophine est également rarement diagnostiquée, les signes de modification de l’hypophyse constituent une violation du cycle menstruel et l’incapacité de concevoir un enfant.

Les thyrotropinomies ne sont pas moins rares, leurs symptômes sont directement liés à la forme du néoplasme et à son type:

  • dans le premier type, la personne maigrit beaucoup, même si elle mange beaucoup en raison de son appétit accru, elle dort angoissée et vibre sur tout le corps, ainsi que transpiration excessive, tachycardie et hypertension;
  • dans le second type, on observe un gonflement et une desquamation du visage, la parole est inhibée et la voix est enrouée, le patient est tourmenté par la constipation, la bradycardie et un état dépressif constant.

Lors du diagnostic des somatotropinomes, une quantité accrue d'hormone de croissance sera toujours détectée, et les symptômes y seront directement liés:

  • chez l'adulte, tout le corps ne se développe pas à la fois, mais certaines parties du corps ou des organes. Le visage change, ce qui devient plus grossier, et une croissance anormale des poils est observée sur tout le corps.
  • les enfants souffrent de tous les signes de gigantisme, il est donc important de surveiller le poids et la taille de leur enfant. Les premiers changements surviennent souvent au début de la puberté et ne peuvent se terminer que dans 25 ans. Par conséquent, tout excès des indicateurs standard de taille et de poids de l'enfant est une raison pour consulter un médecin.

La corticotropine n'est diagnostiquée que dans 10% des cas. Et ce ne sont pas seulement les patients adultes, mais aussi les petits. Mais les symptômes sont les mêmes pour tout le monde:

  • le surpoids, dans lequel les dépôts graisseux tombent sur la partie supérieure du corps, la partie inférieure maigrit rapidement et même une atrophie musculaire peut apparaître;
  • la peau du corps souffre de desquamation, de vergetures, de pigmentation, de sécheresse;
  • le niveau de pression artérielle augmente;
  • le mâle est caractérisé par une perte de puissance;
  • pour les femmes - échec du cycle menstruel et croissance rapide des poils sur le visage et le corps.

C'est important! Il est impossible de diagnostiquer uniquement sur les signes ci-dessus, des recherches supplémentaires seront nécessaires.

Mesures de diagnostic

Pour établir un diagnostic précis, le médecin doit séparer les symptômes de l'adénome de l'hypophyse du cerveau des autres maladies pouvant ressembler au tableau clinique. Le plus souvent, ces maladies incluent:

  • Kyste de poche de Ratke;
  • métastases d'autres tumeurs;
  • méningiome et hypophyse.

C’est pourquoi le patient effectue des activités de diagnostic complètes, notamment:

  • recherche sur la symptomatologie, examen par un patient effectué par un neurologue, un ophtalmologue et un gastroentérologue;
  • examen visuel de la tumeur, ce qui est possible avec l'utilisation de rayons X, IRM ou CT;
  • études de champ visuel;
  • analyses de sang et d'urine pour déterminer le niveau d'hormones et leur excès;
  • étude des néoplasmes par des techniques immunocytochimiques.

Toutes ces mesures permettront non seulement de déterminer la taille de l'adénome, son type, sa rapidité de croissance, mais également le lieu de localisation.

Intéressant L'adénome hypophysaire est diagnostiqué chez 15% des patients atteints de néoplasmes cérébraux. 10% de tous les patients tombent à l'âge d'enfant, le reste - des changements dans l'hypophyse se produisent dans 25 à 45 ans.

La maladie est-elle dangereuse?

Le plus souvent, les patients eux-mêmes diminuent les effets potentiels de l'adénome hypophysaire, en raison du fait qu'il s'agit le plus souvent d'une tumeur bénigne. Et même si presque toutes les formes d'adénomes se caractérisent par une croissance lente et une petite forme, elles doivent être traitées et régulièrement contrôlées pour la TDM ou l'IRM. Et si une activité accrue d'adénome est établie, le patient doit alors être sous la surveillance constante des médecins.

N'oubliez pas que parfois un adénome peut germer dans le tissu cérébral voisin, ce qui entraîne inévitablement leur compression, ce qui entraînera des troubles de type névralgique:

  • diminution de la fonction visuelle et, dans de rares cas, atrophie complète du nerf optique et perte totale de la vision;
  • la migraine de diverses manières;
  • perte de sensibilité du bras ou de la jambe ou d'une partie du corps;
  • engourdissement et picotement de la peau du visage.

Avec l'augmentation de la croissance de l'adénome hypophysaire, des niveaux élevés d'hormones sont diagnostiqués, ce qui conduit inévitablement à:

  • dysfonctionnement des glandes surrénales;
  • problèmes de thyroïde;
  • perte de fonctionnalité des glandes sexuelles chez les hommes et les femmes.

Les conséquences rares incluent l'acromégalie, dans laquelle une partie du corps est considérablement augmentée. Immédiatement le tissu osseux épaissi. Le gigantisme chez les enfants n'est pas seulement un développement anormal de l'organisme, ce qui peut entraîner une grande variété de conséquences négatives, mais aussi l'impossibilité de s'adapter normalement à la société.

Parfois, l'adénome hypophysaire entre dans la phase de kyste. Identifier un tel changement n'est possible qu'avec l'aide de l'IRM. Ses conséquences sont tristes:

  • maux de tête graves;
  • dysfonctionnement sexuel entraînant de graves troubles psychologiques;
  • diminution de la fonction visuelle;
  • l'hypertension;
  • perte de sensation dans les membres.

Tous les symptômes énumérés ci-dessus, même lors de manifestations isolées, doivent constituer la raison d’une rapide visite chez le médecin. Après tout, plus la maladie est détectée rapidement, plus le traitement sera instauré rapidement, ce qui augmente les chances du patient d'obtenir un pronostic favorable par moments.

La situation avec la conception est la pire, car un adénome hypophysaire provoque un excès de prolactine dans le corps, ce qui réduit à zéro la fonction de reproduction d'une femme. Les premières difficultés à surmonter sont des violations du cycle menstruel, qui parfois s’arrête complètement. Le lait maternel est produit par le corps même en l'absence d'un besoin direct. Dans cette situation, les œufs ne seront pas fécondés, ce qui rend la grossesse impossible. Dans de rares cas, la maladie peut commencer chez une femme enceinte, ce qui entraîne une surveillance continue non seulement du gynécologue, mais également de l'endocrinologue.

Thérapie

Il n'y a pas de méthode unique pour traiter cette maladie, elle sera toujours individualisée et basée sur le type de néoplasme, sa localisation, sa taille et son activité de croissance. Mais le plus souvent, chaque traitement est un tandem de:

  • radiothérapie;
  • des médicaments;
  • intervention chirurgicale.

Le traitement primaire repose souvent sur la sélection de certains médicaments antagonistes de la dopamine. Leur utilisation correcte et une posologie spéciale entraînent le fait que le néoplasme perd de sa densité et se contracte, ce qui l’empêche de se développer pleinement et de se développer, provoquant des symptômes négatifs et des complications supplémentaires. Chaque étape de la thérapie est accompagnée par des tests de laboratoire qui montrent l’efficacité du traitement choisi.

Si un microadénome est diagnostiqué avec une faible activité de croissance, il peut être exposé aux radiations lors de la prise de médicaments. Une fois par semaine, surveillez le traitement par IRM. La radiothérapie est réalisée par gammothérapie ou radiochirurgie stéréotaxique, qui devient un cyber-couteau.

L'intervention chirurgicale est effectuée en effectuant une trépanation du crâne ou par le passage nasal. Dans le premier cas, la procédure s'appelle la thérapie transcrânienne et dans le second cas, la technique transfénoïdienne. Les adénomes des micro et macrotypes, qui n'exercent pas de pression sur les tissus adjacents, sont principalement éliminés par le nez. Le plus souvent, ce rendez-vous sera montré aux patients dont l'adénome est situé sur la selle turque ou très près de celle-ci. La craniotomie est réalisée avec des pathologies plus complexes, mais cette méthode est extrêmement dangereuse, alors ils essaient de l'éviter au maximum.

C'est important! Aucune procédure ne sera initiée avant que le patient soit examiné pour une IRM et que les tests de laboratoire nécessaires soient effectués.

Prévisions

Plus la maladie est détectée tôt, plus grande est la possibilité de la vaincre avec un risque minimal pour la santé. Près de 95% des pronostics positifs représentaient le traitement d'un adénome par résection chirurgicale. Mais, malgré une prédiction aussi tentante, cette technique peut entraîner les problèmes suivants:

  • dysfonctionnement sexuel;
  • dysfonctionnements de la glande thyroïde et des glandes surrénales;
  • réduction de la fonction visuelle;
  • problèmes irréversibles avec la parole, la mémoire, l'attention, la coordination.

Tous ces problèmes seront éliminés avec la pharmacothérapie, qui est obligatoire pour le patient après l'opération pour enlever l'adénome du cerveau. Avec tout cela, près de 15% des patients opérés ont des rechutes. Il est difficile de mourir de la maladie, même lorsque les complications vont jusqu'à un stade extrême, mais le patient ne peut pas compter sur une vie complète du patient sans traitement. Le plus souvent, ces personnes deviennent handicapées.

Intéressant Avec un tandem de traitement opératoire et médical, les symptômes disparaissent chez 90% des patients. Dans ce cas, les médecins prévoient l'absence de rechute dans les 12 mois, 80% des patients et sur 5 ans - 70%.

La baisse de la vision cesse, et retourne même à l'état précédent, lorsque l'adénome était petit, et elle a été détectée au plus tard 12 mois après son début. Si cette période ou la taille de la tumeur est plus grande, les chances de rétablir la vision et l'équilibre hormonal dans le corps, même après l'élimination complète de l'adénome, sont faibles. Tout cela conduit au fait que le patient reçoit un type d'invalidité permanente. Il est donc important de subir régulièrement un examen médical pour identifier la maladie au stade initial, lorsque ses effets ne sont pas irréversibles.

Adénome hypophysaire des effets sur le cerveau

Adénome hypophysaire du cerveau: symptômes, traitement, élimination, pronostic, conséquences, causes, signes

Les adénomes hypophysaires sont des tumeurs émanant des cellules de l'hypophyse antérieure.

En cas d’adénomes hormonalement actifs, on peut détecter une teneur excessive en hormones dans le sang de l’hypophyse antérieure:

  • hormone de croissance
  • prolactine
  • ACTH,
  • rarement TSH et gonadotrophine.

Prévalence de l'adénome hypophysaire

Selon certaines informations, des microadénomes hypophysaires seraient détectés à chaque dixième autopsie. Les modifications de l'IRM, suspectées d'adénome hypophysaire, sont détectées à la même fréquence (jusqu'à 10% des études réalisées à d'autres occasions). Mais les gros adénomes hypophysaires sont beaucoup moins fréquents (probablement moins de 1%).

Sois prudent

Le mal de tête est le premier signe d'hypertension. Dans 95% des cas, le mal de tête est dû à une altération du flux sanguin dans le cerveau humain. Et la principale cause de la diminution du flux sanguin est le blocage des vaisseaux sanguins en raison d'un régime alimentaire inapproprié, de mauvaises habitudes et d'un mode de vie inactif.

Il existe un grand nombre de médicaments pour les maux de tête, mais ils ont tous un effet sur l’effet et non sur la cause de la douleur. Les pharmacies vendent des analgésiques qui ne font que noyer la douleur et ne guérissent pas le problème de l'intérieur. D'où un nombre énorme de crises cardiaques et d'accidents vasculaires cérébraux.

Mais que faire? Comment être traité s'il y a de la tromperie partout? LA Bockeria, MD, a mené sa propre enquête et a trouvé un moyen de sortir de cette situation. Dans cet article, Leo Antonovich a expliqué à quel point il est GRATUIT d’éviter la mort par obstruction des vaisseaux sanguins, des coups de bélier et de réduire de 98% le risque de crise cardiaque et d’attaque cérébrale! Lisez l'article sur le site officiel de l'Organisation mondiale de la santé.

Dans le cadre de la Fed. programmes, chaque résident de la Fédération de Russie peut obtenir un traitement contre l'hypertension gratuitement:

Obtenez un paquet de remèdes contre l'hypertension gratuitement

Causes de l'adénome hypophysaire

Selon les concepts modernes, les adénomes hypophysaires, comme d’autres néoplasmes, sont dans la plupart des cas le résultat d’une prolifération monoclonale incontrôlée de l’une des cellules. Sa cause, à son tour, est une mutation qui conduit à l'inactivation des gènes suppresseurs de tumeurs et / ou à l'activation des oncogènes. En règle générale, la mutation est sporadique, beaucoup moins souvent - familiale. Il est impossible de nier l'implication de l'hypothalamus dans le développement des adénomes hypophysaires après une surrénalectomie bilatérale (syndrome de Nelson) et dans le contexte d'une hypothyroïdie primaire à long terme.

Classification de l'adénome hypophysaire

Actuellement, les adénomes hypophysaires se divisent par taille en microadénomes (jusqu'à 10 mm de diamètre) et en macroadénomes (10 mm et plus). Certains auteurs proposent d'isoler des adénomes de taille moyenne et de ne parler que de tumeurs de plus grand diamètre sous forme de macroadénomes. Parfois, les adénomes supérieurs à 20 ou 30 mm sont appelés géants.

Par nature, les tumeurs hypophysaires sont divisées en adénomes avec endosellaire (à l’intérieur de la selle turque, mésoadénomes), parasellaire (sur les côtés, avec lésions du sinus caverneux), suprasellaire (avec ou sans compression du chiasme optique) et en croissance infrasellaire (avec le dos de la selle et la pénétration) sinus de l'os principal).

Dans le même temps, la croissance de l'adénome hypophysaire peut être expansive (avec compression ou déplacement de structures adjacentes) ou invasive (avec germination). L'invasion est l'un des signes de malignité.

Je fais des recherches sur les causes des maux de tête depuis de nombreuses années. Selon les statistiques, dans 89% des cas, la tête fait mal à cause des vaisseaux sanguins obstrués, ce qui conduit à l'hypertension. La probabilité qu'un mal de tête inoffensif se termine par un accident vasculaire cérébral et la mort d'une personne est très élevée. Environ les deux tiers des patients décèdent maintenant dans les cinq premières années de la maladie.

Le fait suivant - vous pouvez boire une pilule à la tête, mais cela ne guérit pas la maladie elle-même. Le seul médicament officiellement recommandé par le ministère de la Santé pour le traitement des maux de tête et que les cardiologues utilisent également dans leur travail est Normio. Le médicament agit sur la cause de la maladie, permettant ainsi d’éliminer complètement les maux de tête et l’hypertension. De plus, dans le cadre du programme fédéral, chaque résident de la Fédération de Russie peut l'obtenir gratuitement!

Selon la composition cellulaire, les adénomes hypophysaires peuvent être lactotropes, somatotropes, somatomamotropes, corticotropes, gonadotropes, thyrotropes, polymormoniques et nuls-cellulaires. Les lactotropes sont les plus courants, le plus rarement thyrotropes.

La division histologique précédemment utilisée en adénomes acidophiles, basophiles et chromophobes s’est révélée non informative, car les tumeurs colorées à l’hématoxyline-éosine apparaissent souvent, mais ne présentent pas d’activité hormonale. En même temps, certains adénomes hormono-actifs sont chromophobes avec un examen histologique.

D'autre part, le problème de l'activité hormonale de l'adénome hypophysaire n'est pas toujours et immédiatement résolu sans équivoque, car il n'y a généralement pas de relation directe entre la capacité d'une cellule à produire une hormone et la quantité de sécrétion d'hormone dans le sang. Les adénomes, constitués de cellules produisant potentiellement des hormones, ne peuvent pas entraîner une augmentation du niveau de l'hormone dans le sang et des symptômes cliniques correspondants. Dans certains cas, la sécrétion tumorale de l'hormone est difficile à évaluer. Par exemple, dans des conditions et des maladies, accompagnées d'une augmentation significative de la sécrétion d'hormones identiques à celles trouvées dans une tumeur (gonadotropinome chez une femme ménopausée, thyrotropinome chez une patiente atteinte d'hypothyroïdie). Pour cette raison, les adénomes hypophysaires sont maintenant généralement divisés en provoquant une augmentation des taux sanguins d'hormones spécifiques (somatotropes, corticotropes, sécrétant de la prolactine, etc.) et conduisant à l'élaboration d'un tableau clinique spécifique et d'un non-fonctionnement clinique (adénome hypophysaire cliniquement non fonctionnel).

Symptômes et signes de l'adénome hypophysaire

Les tumeurs hormonalement inactives, qui entraînent la compression des tissus environnants, entraînent des troubles endocriniens. Parallèlement, ils peuvent entraîner des modifications du champ visuel, une diminution de la vision, une atrophie du nerf optique, une vision double, associées dans la plupart des cas à une parésie des muscles de l'œil, à une perturbation de la sortie du LCR par les ventricules latéraux, ainsi qu'à une discirculation dans le sinus caverneux et les artères cérébrales.

Les adénomes peuvent provoquer des symptômes neurologiques, neuro-ophtalmologiques et des troubles endocriniens.

Nos lecteurs écrivent

Bonjour Je m'appelle
Lyudmila Petrovna, je tiens à exprimer ma bienveillance à vous et à votre site.

Finalement, j'ai réussi à vaincre l'hypertension. Je garde une image active
la vie, vivre et profiter de chaque instant!

Dès l'âge de 45 ans, les sauts de pression ont commencé, ils sont devenus terriblement mauvais, une apathie et une faiblesse constantes. Quand j'ai eu 63 ans, j'avais déjà compris que la vie n'était pas longue, que tout allait très mal. Ils appelaient l'ambulance presque toutes les semaines, je pensais tout le temps que cette heure serait la dernière.

Tout a changé quand ma fille m'a donné un article sur Internet. Aucune idée à quel point je la remercie pour cela. Cet article m'a littéralement sorti du monde. Les deux dernières années ont commencé à bouger davantage. Au printemps et en été, je vais au pays tous les jours, je fais pousser des tomates et je les vends sur le marché.

Qui veut vivre une vie longue et vigoureuse sans coups, crises cardiaques et surtensions, prenez 5 minutes et lisez cet article.

Les troubles neurologiques peuvent se manifester par des symptômes d'augmentation de la pression intracrânienne et du dysfonctionnement des structures cérébrales voisines.

L'hypertension intracrânienne se manifeste par des céphalées du matin, souvent très intenses. Souvent, des vertiges, des nausées et parfois des vomissements, qui ne soulagent ni ne soulagent le métoclopramide et la dompéridone, se joignent au mal de tête. Dans les cas graves, l'hypertension intracrânienne entraîne un gonflement du mamelon du nerf optique, détecté par ophtalmoscopie, et une déficience visuelle.

Diplopie, strabisme, ptose, ophtalmoplégie, perte de sensibilité de la peau du visage - tout cela peut parler de la défaite des nerfs crâniens (généralement avec une croissance parasellaire).

La germination de la tumeur infrasellaire (dans le sinus de l'os sphénoïde) peut être accompagnée d'une érosion du palais dur avec de la liquorrhée et même d'une obstruction du nasopharynx.

Occasionnellement, des structures cérébrales frontales ou temporales peuvent être affectées par le développement de crises convulsives dans l'hippocampe (limbique), de changements de personnalité ou d'anosmie.

Histoires de nos lecteurs

Je me suis débarrassé d'un mal de tête pour toujours! Un an et demi est déjà écoulé, car j’ai oublié ce qu’est un mal de tête. Oh, vous ne savez pas comment j'ai souffert, combien j'ai essayé - rien n'a aidé. Combien de fois je suis allé à la clinique, mais on m'a prescrit des médicaments inutiles encore et encore, et à mon retour, les médecins ont simplement haussé les épaules. Enfin, j'ai eu des maux de tête, et tout cela grâce à cet article. Toute personne qui a souvent mal à la tête est une lecture incontournable!

Lire l'article complet >>>

La dissémination suprasellaire peut conduire à la défaite de l'hypothalamus avec le développement de troubles métaboliques et autonomes prononcés, de troubles du sommeil, de la thermorégulation et d'un comportement alimentaire.

Les troubles visuels (syndrome de chiasma) sont causés par la croissance de tumeurs suprasellaires avec compression du chiasma optique. Ils se manifestent par une violation des champs visuels sous forme d'hémianopsie bitemporale (moins souvent de quadrianopsie ou d'hémianopsie homonyme).

Les troubles endocriniens peuvent entraîner des symptômes de sécrétion excessive d'une ou de plusieurs hormones de l'hypophyse antérieure, de perte partielle ou totale d'autres fonctions ou de leur association. Les manifestations cliniques de ces troubles sont très diverses: acromégalie, gigantisme, maladie de Itsenko-Cushing, hyperprolactinémie, insuffisance hypophysaire, diabète insipide. Plus de détails sont donnés dans les sections correspondantes de ce tutoriel.

Mérite une mention spéciale du syndrome de l'hypophyse isolée. Il se développe lorsqu'une tige hypophysaire est comprimée directement par une tumeur ou en raison d'une augmentation de la pression intracrânienne, perturbant ainsi la délivrance de facteurs hypothalamiques régulant l'hypophyse. L'hyperprolactinémie (due à la perte de l'effet suppresseur de la dopamine) est la manifestation la plus importante de ce syndrome. Par conséquent, cet adénome hormonalement inactif peut souvent être confondu avec la prolactine. La sécrétion d'autres hormones tropicales de l'hypophyse est réduite en raison d'un déficit en libérine correspondante.

De toute évidence, la présence et la gravité de chacune des manifestations cliniques de l'adénome hypophysaire dépendent en grande partie de sa taille et de la nature de sa croissance. Les microadénomes non fonctionnels sont généralement asymptomatiques, ils se manifestent par un excès isolé de l’une des hormones de l’adénohypophyse. Le seul symptôme du micro-adénome peut être un mal de tête qui se développe même avec une légère augmentation de la pression à l'intérieur de la selle turque ou en raison d'une pression directe sur le diaphragme.

Les troubles neurologiques, visuels et l'hypopituitarisme sont caractéristiques principalement de macroadena.

Diagnostic de l'adénome hypophysaire

Il est possible de suspecter la présence d'un adénome hypophysaire chez un patient sur la base de plaintes, d'anamnèse, de résultats d'un examen ophtalmologique, neurologique et d'études hormonales, qui permettent de révéler les syndromes cliniques correspondants.

Lors de l’étude des champs visuels chez les patients suspects d’adénome hypophysaire, il convient de garder à l’esprit que le premier signe du syndrome de chiasm est un rétrécissement des champs visuels du rouge.

La méthode la plus informative pour confirmer l'adénome hypophysaire est l'IRM de la région chiasmo-sellaire avec rehaussement du contraste paramagnétique. La tomographie à rayons X informatisée peut également être utilisée, mais avec moins de succès en raison d'une plus grande sensibilité aux changements de densité de tissu hypophysaire et aux aberrations des structures osseuses voisines.

Il est également nécessaire d’étudier le niveau de toutes les hormones de l’hypophyse antérieure et en présence de syndromes individuels (acromégalie, stature courte, syndrome de Cushing, galactorrhée-aménorrhée, hypogonadisme, diabète insipide) - pour effectuer les tests fonctionnels correspondants.

Diagnostic différentiel de l'adénome hypophysaire

Des symptômes cliniques caractéristiques des adénomes hypophysaires peuvent survenir dans d'autres tumeurs de la région hypothalamo-hypophysaire, des métastases de tumeurs d'autres localisations, des processus granulomateux (tuberculose, sarcoïdose, histiocytose X). La principale méthode de diagnostic différentiel et dans ces cas est l'IRM. Dans des situations peu claires, ils ont également recours à une observation dynamique et à des recherches supplémentaires.

Traitement de l'adénome hypophysaire

  • Traitement chirurgical. Les micro- et macroadénomes de l'hypophyse avec localisation intra- ou suprasellaire peuvent être supprimés à l'aide d'une opération de microchirurgie avec accès transsphénoïdal. Enlèvement par macroadena, para et intrasellaire, éventuellement avec l’aide d’un accès subfrontal transcranien.
  • Traitement de la toxicomanie. Dans les prolactinomes, les agonistes des récepteurs de la dopamine sont le moyen de choix. Les microadénomes peuvent être traités avec des médicaments, sans intervention chirurgicale. Dans les macroadénomes, dans environ 60% des cas, un développement tumoral inverse est observé. L'ablation chirurgicale de la tumeur est réalisée après un traitement préalable à la bromkriptine, en fonction des résultats de la résonance magnétique et de l'examen endocrinologique. En cas de tumeurs hormonales inactives, le statut endocrinien est normalisé après un traitement chirurgical. Les complications peuvent être rhinolikvoreya et la méningite.
  • Traitement substitutif: En postopératoire, l'utilisation d'hydrocortisone est recommandée. La durée du traitement de substitution dépend du statut endocrinien. Le traitement du diabète sucré est réalisé par administration intranasale de médicaments antidiurétiques (par exemple, la minirine).
  • Radiothérapie Les adénomes, en germination dans le sinus caverneux, ne peuvent pas être complètement éliminés. Un traitement radiochirurgical est parfois préférable à une irradiation de surface.

Les tactiques de traitement des adénomes hypophysaires hormonalement actifs sont discutées en détail dans les chapitres respectifs. L'adénome hypophysaire cliniquement non fonctionnel de petite taille en l'absence de symptômes ne nécessite pas de mesures correctives, car dans la plupart des cas, il ne montre pas de signes de croissance. La tactique la plus appropriée pour un microadénome hypophysaire cliniquement inactif est l'observation dynamique avec une IRM après 1, 2 et 5 ans.

Dans les macroadénomes non fonctionnels, sans troubles visuels et avec une diminution des fonctions tropicales de l'adénohypophyse, le besoin de mesures thérapeutiques actives est également déterminé lors d'une observation dynamique. Un traitement chirurgical est indiqué pour un adénome hypophysaire de grande taille, cliniquement non fonctionnel, associé à une altération des fonctions visuelles, à des symptômes neurologiques et à une croissance rapide. La méthode principale est l'adénomectomie sélective transsphénoïdale, de plus en plus d'endovideométhodes sont de plus en plus courants. Dans les adénomes de grandes tailles, en train de germer des structures voisines, des approches transcrâniennes peuvent être utilisées.

S'il est impossible d'éliminer complètement une tumeur ou le risque de récidive, les méthodes de radiothérapie traditionnelles (rayons X et gamma-thérapie) et les techniques dites de radiochirurgie (gamma-couteau, protonthérapie) peuvent être utilisées en association avec un traitement médicamenteux.

Pronostic de l'adénome hypophysaire

En l'absence de troubles neurologiques, neuro-ophtalmologiques et de symptômes d'hypopituitarisme, le pronostic est favorable et la capacité de travail n'est pas altérée. Dans les situations où il existe des manifestations cliniques, le degré d'invalidité est déterminé par leur gravité. Chez les patients ayant subi une chirurgie et / ou une radiothérapie, le pronostic dépend du degré de chirurgie radicale, des propriétés de la tumeur, ainsi que de la nature des complications développées postopératoires ou post-radiologiques. Les récidives d'un adénome hypophysaire cliniquement non fonctionnel après un traitement chirurgical se développent dans 3 à 15% des cas et la croissance continue d'une tumeur non éliminée radicalement dans près de 45% des cas. L'insuffisance hypophysaire complique jusqu'à 10% des opérations pour adénome hypophysaire et jusqu'à 80% des cas de radiothérapie (20 à 40% avec l'utilisation de techniques de radiochirurgie).

Symptômes, traitement et pronostic de l'adénome hypophysaire du cerveau

L'hypophyse est l'une des principales glandes endocrines de notre corps. Il est responsable du travail des glandes surrénales et de la glande thyroïde et contribue également au bon fonctionnement du système reproducteur. L'hypophyse est située près de la base du cerveau et les hormones sécrétées par celle-ci contribuent au fonctionnement normal de presque tous les organes humains. L’une des maladies les plus courantes de cette glande est l’adénome pituitaire du cerveau (code CIM -10-D35-2). Qu'est-ce qu'une maladie, comment est-elle diagnostiquée et est-elle traitable?

Qu'est-ce qu'un adénome hypophysaire?

L'adénome hypophysaire est une tumeur bénigne pouvant survenir dans les cellules de l'adénohypophyse. La maladie touche environ 10 à 15% de toutes les tumeurs diagnostiquées dans le cerveau. Le plus souvent, il est détecté chez les femmes que chez les hommes. L'âge moyen des patients confrontés à ce problème est de 30 à 40 ans. Dans de très rares cas, un adénome cérébral hypophysaire peut également survenir chez un enfant.

Sur la base de la taille de la tumeur, un adénome micro (diamètre inférieur à 1 cm), macro (diamètre de 1 à 10 cm) et géant (diamètre supérieur à 10 cm) est isolé. En conséquence, plus sa taille est grande, plus les conséquences pour l'organisme sont négatives. Lorsque des processus pathologiques se produisent dans l’hypophyse, la production d’hormones est perturbée, ce qui entraîne l’apparition de symptômes cliniques de la maladie. Parfois, l'hypophyse continue à produire des hormones dans la même quantité et l'adénome ne se manifeste que par des symptômes neurologiques.

Selon la structure de l'adénome hypophysaire est divisé en:

  1. Chromophobe - une tumeur qui n'est pas capable de produire des hormones.
  2. Une tumeur qui continue à produire des hormones dans la même quantité.
  3. Le carcinome est une tumeur maligne de l'hypophyse. Afin de la distinguer d'une tumeur bénigne, le patient est soumis à une imagerie par résonance magnétique avec un agent de contraste.

Dans cette vidéo de la série télévisée «Live Healthy!», Vous découvrirez plus en détail la maladie avec Elena Malysheva:

Raison de l'apparition

À ce jour, les médecins n’ont pas été en mesure d’établir la cause exacte qui contribue à l’émergence d’un adénome hypophysaire du cerveau. Vraisemblablement, les facteurs suivants influencent son apparence:

  • Diverses blessures à la tête.
  • Les maladies du système nerveux central sont infectieuses ou inflammatoires.

Découvrez les effets de la méningite - une maladie inflammatoire des méninges.

  • Pathologie du système endocrinien.
  • Prédisposition génétique.
  • Acceptation des contraceptifs oraux par une femme sur une longue période.
  • Effets néfastes sur le fœtus, pouvant entraîner des rayonnements ionisants ou diverses toxines.

Tous ces facteurs peuvent augmenter de manière significative le risque de développer la maladie, bien que celle-ci ait également été diagnostiquée chez des femmes et des hommes non exposés à leur influence.

Manifestations de la maladie

Les principaux signes caractéristiques de l'adénome hypophysaire sont classiquement divisés en 2 groupes:

  1. Symptômes de nature neurologique. Ils sont un signe de la croissance tumorale et de sa pression sur les zones du cerveau situées autour.
  2. Les signes associés aux glandes endocrines, qui interfèrent avec leur travail en raison de l'action des hormones produites par la tumeur sur eux.

Dans le cas où l'adénome hypophysaire est constitué de cellules chromophobes, la production d'hormones par ce dernier cesse. Dans ce cas, tous les symptômes de la maladie seront exclusivement de nature neurologique. Le stade initial de l'adénome ne se manifeste pas. En raison de l'absence des symptômes à ce stade, il est presque impossible de diagnostiquer et de commencer le traitement. En règle générale, à ce stade, l'adénome hypophysaire est diagnostiqué par hasard, lorsque de tels troubles apparaissent:

  • Vision floue L'hypophyse est située près des nerfs optiques et oculomoteurs. Par conséquent, pendant la croissance, l'adénome peut affecter ces structures, ce qui entraînera les symptômes suivants: vision réduite, jusqu'à la cécité, déviation des pommes visuelles, perte du champ visuel, strabisme, sensation de double vision.
  • Congestion nasale. Cela se produit lorsque l'adénome hypophysaire germe dans les sinus. Dans ce cas, à partir des voies nasales, la décharge de LCR est possible, ce qui peut facilement être confondu avec l’apparition d’un rhume.
  • Maux de tête de nature inexpliquée, qui ne se prête pratiquement pas au traitement. Contrairement à l'augmentation de la pression intracrânienne. le patient n'a pas de nausée et de vomissement.

Ce sont les maux de tête et les déficiences visuelles qui peuvent faire suspecter la présence d'une tumeur dans le cerveau.

Troubles endocriniens

Selon les substances produites par la tumeur, ses symptômes dépendent:

  1. Hormone de croissance - augmente la quantité d’hormone de croissance. Si une telle pathologie est apparue chez un enfant, un gigantisme se développe, au cours duquel une croissance significative de tous les os se produit. Chez les femmes et les hommes, la croissance du squelette est déjà terminée, la croissance des os individuels du squelette (pieds, mains, etc.) ou de différentes parties du corps (nez, langue, etc.) commence. Cette condition s'appelle l'acromégalie.
  2. Thyrotropinom conduit à une perturbation de la glande thyroïde. Les symptômes de cette maladie avec un excès d'hormone: hypertension, exophtalmie, transpiration accrue, troubles du rythme cardiaque. Si l'hormone n'est pas suffisamment produite, les hommes et les femmes présentent alors un état dépressif, un gonflement du visage et des membres et une sécheresse accrue de la peau.

Le manque d'hormones thyroïdiennes conduit à l'hypothyroïdie

  1. Gonadotropinom conduit à une perturbation des organes génitaux. Chez les femmes, il y a violation du cycle menstruel, il est difficile de commencer la grossesse.
  2. La corticotropine est caractérisée par une augmentation du tissu adipeux au niveau du visage et du haut du corps (épaules, cou). Peu importe qui a diagnostiqué la maladie (femme ou homme), le patient a noté une peau sèche, une pigmentation accrue et un dysfonctionnement sexuel.
  3. Le prolactinome se manifeste par des troubles de la production de l'hormone prolactine, responsable du cycle menstruel et du début de la grossesse, qui augmente les glandes mammaires et la libération de colostrum.

Une tumeur élargie exerce également une pression sur la glande pituitaire elle-même, ce qui produit une quantité insuffisante d'hormones, ce qui entraîne l'apparition des symptômes suivants de la maladie:

  • Hypotension.
  • Sensation de dépression
  • Infertilité et divers troubles de la fonction sexuelle chez les femmes et les hommes.
  • Fatigue
  • Retard de croissance chez les enfants.

Tumeur chez la femme enceinte

La présence d'adénome affecte souvent le travail des glandes sexuelles. En conséquence, le cycle menstruel est toujours perturbé et des problèmes surgissent avec le début de la grossesse en raison de l'absence de l'hormone prolactine. Mais, s'il est néanmoins arrivé, alors dans la plupart des cas, les prévisions et les conséquences sont défavorables. Cette maladie entraîne souvent une fausse couche en début de grossesse.

Outre le fait que la gestation est menacée, les manifestations de l'adénome sont aggravées chez une patiente. Même si une femme aurait pu ne pas être au courant de la présence d'une tumeur avant la grossesse, des symptômes caractéristiques apparaissent maintenant. En effet, les hormones de la grossesse entraînent une augmentation de la taille de l'hypophyse, de sorte que la tumeur commence à se développer rapidement et provoque des symptômes neurologiques. Dans les derniers stades de la grossesse, l'hypophyse diminue naturellement et les manifestations de la maladie diminuent. Cependant, le traitement reste nécessaire car la tumeur ne peut pas disparaître d'elle-même.

Pendant la grossesse, la chirurgie pour enlever l'adénome est contre-indiquée. Les médecins prescrivent donc un traitement conservateur. Il est extrêmement rare de recourir à une opération durant cette période, lorsque sans retrait d'une tumeur, la vie d'une femme est menacée.

Diagnostic de la maladie

Outre l'analyse des symptômes cliniques de la maladie, des examens de laboratoire et instrumentaux aident à diagnostiquer la tumeur. Ceux-ci comprennent:

  1. Analyse du niveau d'hormones dans le sang du patient. L'adénome hypophysaire est toujours associé à des troubles de la production d'hormones, dont le nombre augmente ou diminue considérablement.
  2. Radiographie de la tête. Cette étude offre l’occasion de déterminer le lieu de l’éducation.

Conférence cognitive sur le diagnostic et le traitement de la maladie raconte à un neurochirurgien, Wozniak Alexander Mikhailovich:

  1. Examen ophtalmologique, qui permet souvent de suggérer la présence d'un néoplasme à un stade précoce et, si nécessaire, de commencer son traitement.
  2. L'imagerie par résonance magnétique vous permet de détecter visuellement une tumeur, même si sa taille est extrêmement petite. L'étude aide également à identifier la place et le volume de l'éducation. Cette méthode est considérée comme la plus sûre et la plus précise, car elle n’exerce pas de charge de rayonnement sur le corps. Par conséquent, il est autorisé à mener des enfants et des femmes pendant la grossesse. Contre-indications à cette méthode de diagnostic: la présence d'implants métalliques ou la claustrophobie.

Traitement de la tumeur

L'opération est considérée comme une méthode de traitement radicale. En fonction de la taille de l'adénome, le médecin choisira la méthode de mise en œuvre. L'élimination de la tumeur est possible en effectuant une trépanation du crâne ou par les voies nasales à l'aide d'un endoscope. L'endoscopie est utilisée uniquement en présence de microadénomes ou de formations situées dans la selle turque. L'enlèvement de formations géantes n'est possible que par une opération ouverte, mais il est rarement utilisé en raison de la présence de nombreuses complications possibles et de conséquences négatives. La question de la méthode d'élimination de l'adénome au cours d'une intervention chirurgicale est posée sur la base des résultats d'une IRM du cerveau.

Le traitement conservateur consiste à prescrire au patient des médicaments qui aident à réduire la sécrétion d'hormones. Ce traitement est utilisé dans le cas où toute intervention chirurgicale est impossible. Outre l'utilisation de médicaments, ce traitement exclut tout facteur ayant un effet négatif sur l'hypophyse et susceptible d'aggraver l'évolution de la maladie. Ces actions incluent la prise de contraceptifs oraux ou l'allaitement au sein, dans la mesure où elles affectent la production de l'hormone prolactine.

La figure montre l'opération d'endoscopie de la tumeur effectuée par le nez du patient.

Si le traitement conservateur n'apporte pas le résultat souhaité et si la chirurgie n'est pas possible, les médecins prescrivent à un patient un traitement de radiothérapie. L'une de ses variantes est l'utilisation du cyber-couteau, qui a un effet directionnel sur la tumeur. Les techniques de radiation sont excellentes pour les adénomes de petite taille. Dans ce cas, les prévisions sont plus souvent positives.

Le neurochirurgien Andrei Aleksandrovich explique les caractéristiques du traitement, la chirurgie si nécessaire:

Utilisation de remèdes populaires

Dans les cas où la situation de la tumeur n'est pas critique, l'utilisation de remèdes populaires pour le traitement de la maladie est autorisée. Leur utilisation chez les femmes enceintes est particulièrement importante, même si les hommes ont également souvent recours à des remèdes traditionnels pour traiter les tumeurs.

Haute efficacité dans le traitement a montré teinture d'Ivan-thé. Vous pouvez acheter cette plante dans la pharmacie. Pour la préparation de médicaments, utilisez des fleurs, des racines, des feuilles et des tiges de la plante. Une telle teinture pour les hommes aidera à faire face à l'adénome de la prostate et, pour les enfants, à soulager l'inflammation lors de la poussée dentaire. Pour préparer la teinture, on verse de l'alcool sur les différentes parties broyées de la plante et insiste 2 semaines dans un endroit sombre. Après cela, la teinture est filtrée et prélevée en mélangeant 10 gouttes avec quelques cuillères à soupe d'eau. Pour le traitement des enfants, le thé de saule est préparé avec de l'eau bouillante et donné dans une cuillère à soupe avant les repas.

L'huile de lin est un autre remède traditionnel qui aide au traitement des tumeurs bénignes. Il est également utile pour les enfants et les femmes et les hommes adultes. Pour traiter 60 g d'huile, vous devez boire tous les matins l'estomac vide.

Pronostic de la maladie

Une tumeur peut entraîner des conséquences telles qu'une vision réduite, dans certains cas, jusqu'à sa perte complète, ainsi qu'une hémorragie dans l'hypophyse. Mais dans la plupart des cas, avec un traitement rapide, le pronostic est favorable. Si la tumeur a été détectée au cours des stades avancés, sa taille ne permettra plus la chirurgie endoscopique. La seule option dans ce cas devient une opération ouverte, ce qui peut avoir des conséquences négatives.

Tumeur Hypophysaire Cérébrale - Conséquences Et Diagnostic

Adénome hypophysaire - une tumeur qui a une nature bénigne. Formé à partir des cellules de l'hypophyse antérieure. Malgré sa bonne qualité, la maladie a de nombreux effets irréversibles sur la santé. La reconnaissance rapide et précise de la maladie et le traitement opportun sont des conditions indispensables à la réussite de la guérison.

Les causes de la maladie

La pathogenèse de l'adénome, malgré le niveau élevé de développement de la médecine, n'est pas encore totalement comprise et fait toujours l'objet d'études. Les raisons suivantes peuvent provoquer la formation et le développement de la maladie:

  1. Lésion infectieuse du système nerveux central.
  2. L'impact négatif sur le foetus de drogues, substances toxiques, rayonnements ionisants pendant la grossesse.
  3. Hémorragie intracrânienne.
  4. Blessure mécanique du crâne avec lésion cérébrale.
  5. Diminution de la fonction thyroïdienne en raison du développement prolongé de lésions inflammatoires ou auto-immunes.
  6. Consommation incontrôlée de contraceptifs oraux.
  7. Sous-développement des testicules ou des ovaires.
  8. La défaite des radiations radioactives ou des processus auto-immuns des gonades.

Selon de nombreux experts, l'adénome de l'hypophyse peut survenir chez les personnes présentant une prédisposition génétique. Cette déclaration est basée uniquement sur des indicateurs de statistiques médicales, sans preuves directes.

Symptômes de l'adénome

Les signes de la maladie dépendront de l'adénome hypophysaire du cerveau formé, de l'hormone excédentaire, de la taille de la tumeur et de sa vitesse de croissance.

  1. Microadénome. Diagnostiqué de 2 types: actif et passif hormonaux. Un signe d'actif - une manifestation de troubles endocriniens. La forme passive peut ne pas se manifester avant des années avant qu'une IRM ne soit découverte par hasard au cours d'une étude d'une autre maladie. Le microadénome est asymptomatique chez de nombreuses personnes.
  2. Prolactinome Adénome hypophysaire souvent trouvé, diagnostiqué chez la plupart des femmes. Symptômes manifestes:

- irrégularité ou fin du cycle menstruel;

- écoulement du sein de colostrum, non lié à l'allaitement de l'enfant;

- des difficultés à concevoir des enfants;

- Réduction de la puissance chez les hommes, gonflement des glandes mammaires, problèmes de formation de spermatozoïdes.

  • Somatotropinome. Il se caractérise par un taux élevé d'hormone de croissance. Tous les signes de la maladie sont liés à son niveau:

    - les enfants font preuve de gigantisme. L'enfant commence à prendre du poids, sa croissance augmente. Le gigantisme commence à se manifester à l'âge pré-pubère (de 7 à 12 ans) et dure jusqu'à 25 ans. Les parents doivent surveiller de près la croissance de leurs enfants et, en cas d'écart par rapport à la norme d'âge, contacter l'établissement médical pour leur examen.

    - chez l'adulte, les symptômes de l'acromégalie apparaissent lorsque certaines parties du corps augmentent. Les traits du visage deviennent plus rugueux, la pilosité augmente, de nombreux organes grossissent et leurs fonctions sont altérées.

  • Corticotropinomie. Parmi tous les cas d'adénome n'est retrouvé que chez 8 à 10% des patients, enfants compris. Caractéristiques principales:

    - l'obésité. Il y a une redistribution de la masse grasse et son dépôt dans la partie supérieure du corps. Visage arrondi. Dans la partie inférieure du corps, des processus inverses sont observés: une atrophie musculaire se produit. En conséquence, les membres inférieurs perdent du poids.

    - troubles de la peau: apparition de vergetures, amélioration de la pigmentation de la peau. Sa surface devient plus sèche et l'on observe un pelage.

    - augmentation de la pression artérielle.

    - chez les femmes, il y a des violations de la menstruation, une pilosité accrue.

    - les hommes ont une diminution de la puissance.

  • Le gonadotropinome est un type de tumeur rare. Manifesté par la menstruation, le problème de la conception des enfants.
  • Thyrotropinomy se réfère également à des adénomes rares. Ses symptômes dépendent de la forme de la tumeur:

    - primaire: se caractérise par une perte de poids, des tremblements des membres ou du corps, un manque de sommeil, une augmentation de l'appétit, une transpiration, une tachycardie, une hypertension;

    - distinction secondaire: gonflement du visage, prise de poids, élocution lente, bradycardie, constipation, desquamation de la peau, voix rauque, dépression.

    Si, en fonction de ces signes, un diagnostic incorrect est posé, le développement ultérieur de l'adénome entraînera des complications persistantes.

    Quel est le danger de la maladie

    L'adénome hypophysaire est bénin dans la plupart des cas et ne présente aucun danger pour la vie humaine. Beaucoup de ses formes grossissent lentement ou cessent de croître à un moment donné (prolactiome). Mais même les tumeurs à croissance lente doivent être vérifiées et examinées pour l'IRM.

    Si une tumeur hypophysaire appartient à un esprit actif, son taux de croissance, sa taille, son impact sur l'état général d'une personne doivent être surveillés par IRM et contrôlés par des spécialistes.

    Dans certains cas, lors de la germination de la tumeur dans les structures cérébrales voisines, celles-ci sont comprimées. En conséquence, le patient commence à présenter des troubles neurologiques:

    1. Déficience visuelle. Une tumeur élargie peut avoir de tristes conséquences: il y aura une atrophie des nerfs optiques, la cécité.
    2. Maux de tête sévères.
    3. Engourdissement d'un ou de tous les membres.
    4. Picotements sur le visage.

    Si l'adénome pituitaire est en croissance intensive, on observe une augmentation du taux d'hormones, qui affecte:

    • le travail des gonades mâles et femelles;
    • les glandes surrénales;
    • glande thyroïde.

    L'acromégalie est diagnostiquée chez un petit nombre de patients lorsqu'il se produit une croissance de parties individuelles du corps et un épaississement des os. Chez les enfants avec des niveaux excessifs d'hormones, on observe un gigantisme.

    L'adénome kystique est une forme compliquée de la tumeur. Les conséquences de la dégénérescence kystique se traduisent par de graves maux de tête, des dysfonctionnements sexuels chez l'homme, des problèmes psychologiques, une perte de vision, une hypertension et un engourdissement des extrémités. Ce formulaire est révélé lors d'un examen IRM.

    Ces conséquences devraient alerter tout le monde. Après tout, l’espérance de vie et sa qualité dépendent de la détection rapide de la pathologie et du traitement commencé.

    Méthodes de diagnostic

    Il est important de différencier rapidement la maladie des autres conditions dont les symptômes sont similaires à ceux de l'adénome. Une tumeur hypophysaire peut être confondue avec des kystes dans la poche de Rathke, un méningiome, une hypophysite, une métastase d’autres tumeurs.

    Pour un diagnostic précis et la nomination d'un traitement ultérieur, le diagnostic de l'adénome hypophysaire est réalisé en effectuant les études suivantes:

    1. L'étude du tableau clinique de la maladie.
    2. Examen par un ophtalmologue, un neurologue, un gastroentérologue.
    3. La neuro-imagerie de la tumeur est réalisée par IRM ou TDM, rayons X.
    4. Examine les urines et le sang pour les hormones.
    5. Vérifiez le champ de vision.
    6. Etude immunocytochimique de la tumeur.

    Le diagnostic de l'adénome hypophysaire vous permet de déterminer son type, de déterminer son degré d'activité, de déterminer sa taille et sa localisation.

    Selon les données médicales, les adénomes cérébraux hypophysaires représentent entre 13 et 15% des néoplasmes cérébraux détectés. Chez les enfants, cette maladie se développe chez 3 à 6% du nombre total de patients. Le plus souvent, des altérations de l'hypophyse sont diagnostiquées entre 25 et 45 ans.

    Méthodes de traitement appliquées

    La tactique de traitement de la maladie est choisie pour le patient individuellement en fonction des manifestations de la tumeur, de sa taille, de son activité. Les traitements suivants sont utilisés:

    La pharmacothérapie repose sur la nomination de médicaments antagonistes de la dopamine. La méthode conduit à la contraction de la tumeur et à la cessation complète de son fonctionnement. Les résultats échelonnés du traitement sont contrôlés par les résultats des tests et l'IRM.

    La radiothérapie est prescrite dans le diagnostic des microadénomes à faible activité. Habituellement effectué en conjonction avec un cours de médication dans la surveillance des résultats sur l'IRM. Il est réalisé par deux méthodes:

    1. Gamma thérapie.
    2. Radiochirurgie stéréotaxique à l'aide d'un cyber-couteau.

    Pendant le traitement chirurgical, il existe 2 méthodes de retrait:

    1. Par le nez - transphénoïde.
    2. Trépanation du crâne - transcrânien.

    Avant le début de tout type d’opération, le patient subit un ECG, des rayons X, une IRM et des tests de contrôle du taux d’hormones.

    L'élimination d'une tumeur par un transphénoïde est réalisée avec des micro et macro-adénomes qui n'affectent pas les tissus adjacents. Ce type d’opération est présenté dans le cas de recherche d’une pathologie sur la selle turque ou de sa largeur maximale de 20 mm. La trépanation est réalisée dans les formes sévères d'adénome en ouvrant le crâne. Cette méthode est utilisée extrêmement rarement en raison du risque de blessure, de risque de complications graves.

    Si le traitement a été commencé à temps, la tumeur répond bien au traitement et n’entraîne pas de conséquences désagréables.

    Effet de l'adénome sur la grossesse

    Les concepts d'adénome hypophysaire et de grossesse sont incompatibles. En fournissant une synthèse excessive de prolactine, la tumeur affecte l’état du système reproducteur féminin.

    Ils commencent à avoir des problèmes mensuels: le cycle est brisé, certains s'arrêtent complètement. Les conséquences d’une telle violation ne se laissent pas attendre - la fécondation de l’oeuf présente des difficultés, et donc le problème de la conception des enfants.

    Des niveaux élevés de prolactine provoquent la production de lait maternel, même si une femme ne nourrit pas l'enfant.

    Si les premiers signes de la maladie commencent à se manifester pendant la grossesse, la femme devrait rapidement rechercher une aide qualifiée. Confirmer le diagnostic ou le réfuter aide l'IRM et les tests. La détection rapide de la pathologie aidera une femme à porter et à donner naissance à un enfant en bonne santé.

    Pendant la grossesse, la future maman doit être surveillée par un endocrinologue et un gynécologue. À l'heure actuelle, le traitement de l'adénome par chirurgie, radiothérapie et médicaments est contre-indiqué.

    Pronostic de l'issue de la maladie

    Le diagnostic opportun de la pathologie de l'hypophyse et son traitement donnent un pronostic positif. Dans 93% des cas, une intervention chirurgicale aide à faire face au développement de la maladie. Mais les patients, même après, peuvent avoir des conséquences:

    • perturbation du fonctionnement du système reproducteur;
    • perturbation de la glande thyroïde;
    • trouble des glandes surrénales;
    • problèmes de vision;
    • violations persistantes de la mémoire, de la parole, de l'attention.

    Selon les résultats des tests et de l’IRM, on prescrit au patient une correction en fonction de son état de santé afin de réduire les conséquences de la maladie.

    La récidive de l'adénome survient dans 14 à 16% des cas. La mort de la maladie survient rarement et dans le cas où la tumeur est en outre accompagnée de maladies concomitantes graves.

    Une régression des symptômes est observée dans 92% des cas lors de méthodes de traitement chirurgical ou médicamenteux. La combinaison simultanée de tous les types de traitement donne une garantie d'absence de rechute dans un délai de 1 an sur 82%, contre 68% dans les 5 prochaines années.

    La restauration de la fonction visuelle a généralement lieu lorsque la tumeur hypophysaire identifiée était petite et était présente chez le patient pendant moins d'un an. Si plus de temps s'est écoulé depuis le début de l'adénome, les fonctions visuelles et l'équilibre hormonal ne peuvent pas être restaurés, même après un traitement chirurgical. Dans ces situations, le patient se voit attribuer une invalidité permanente.

    La formation et le développement d'adénomes dans l'hypophyse sont une maladie grave, dont le traitement tardif a des conséquences graves et irréversibles sur la santé. Et seule une visite opportune chez le médecin aidera à éviter les conséquences graves de la maladie.

    Moyen populaire de se débarrasser de la transpiration! Transpiration abondante - les vins de parasites. Pour se débarrasser, brasser.

    Myasnikov a expliqué comment soigner le ronflement sans médicaments coûteux! Bonjour Je suis docteur en boucherie. Le ronflement est mortel.

    L. Bokeria: "L’ischémie peut provoquer une crise cardiaque! Pour éviter cela, portez-la tous les matins.

    Sources: http://www.sweli.ru/zdorove/meditsina/endokrinologiya/adenoma-gipofiza-golovnogo-mozga-simptomy-lechenie-udalenie-prognoz-posledstviya-prichiny-priznaki.html, http://golovnayabol.com mozg / adenoma-gipofiza-simptomy-u-zhenshhin-i-muzhchin.html, http://medinsult.ru/opuhol-golovnogo-mozga/adenoma-gipofiza-posledstviy-diagnostika-opuholi.html

    Tirer des conclusions

    Les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux représentent près de 70% de tous les décès dans le monde. Sept personnes sur dix meurent des suites d'un blocage des artères du cœur ou du cerveau. Et le tout premier signe d'occlusion vasculaire est un mal de tête!

    Le fait que beaucoup de gens ne soupçonnent même pas qu’il ya une violation du système vasculaire du cerveau et du cœur est particulièrement effrayant. Les gens boivent des analgésiques - une pilule dans la tête - ils manquent donc l'occasion de réparer quelque chose, se condamnant simplement à mort.

    Le blocage vasculaire entraîne une maladie sous le nom bien connu "d'hypertension", voici quelques-uns de ses symptômes:

    • Mal de tête
    • Palpitations
    • Points noirs devant les yeux (mouches)
    • Apathie, irritabilité, somnolence
    • Vision floue
    • Transpiration
    • Fatigue chronique
    • Gonflement du visage
    • Engourdissement et frissons
    • Sauts de pression
    Attention! Même l'un de ces symptômes devrait vous émerveiller. Et s'il y en a deux, alors n'hésitez pas, vous souffrez d'hypertension.

    Comment traiter l'hypertension, quand il y a un grand nombre de médicaments qui coûtent beaucoup d'argent? La plupart des médicaments ne serviront à rien, et certains peuvent même faire mal!

    Le seul médicament qui a donné des résultats significatifs
    le résultat est Normio

    Auparavant, l'Organisation mondiale de la santé menait un programme "Pas d'hypertension". Dans le cadre duquel le médicament Normio est délivré gratuitement à tous les habitants de la ville et de la région!

  • D'Autres Articles Sur La Thyroïde

    Le système endocrinien humain a une structure complexe, il est responsable de la régulation du fond hormonal et se compose de plusieurs organes et glandes, parmi lesquels une place importante est occupée par la glande thyroïde, le pancréas et les glandes surrénales.

    Le diabète sucré, qui se manifeste par un déficit relatif ou absolu en insuline, est une maladie très courante. Dans le monde, 347 millions de personnes sont atteintes de diabète [1].La plupart des patients peuvent pratiquer en toute sécurité des exercices physiques et même des sports de compétition, y compris à un haut niveau.

    Svetlana Vasilyevna nous a envoyé son histoire à propos de Dialek. Des critiques sur le forum des diabétiques, la composition et le prix, l'ont convaincue de prendre ce médicament contre le diabète, ce qu'elle n'a pas regretté à la fin.